Navigation – Plan du site
Variations

Le ministère de la Guerre et les autorités municipales dans l’espace urbain : la question des fortifications en France de 1815 à 1870 

Carole Espinosa
p. 110-123

Résumés

Dès 1818, les Mémoires du service du génie octroient un rôle clé aux villes dans le quadrillage défensif du territoire et approfondissent les réflexions autour du système de fortifications des espaces urbains, dont l’intérêt défensif est incontournable pour le ministère de la Guerre. Cet impératif de fortification suscite des débats et des tensions entre le ministère de la Guerre et les autorités municipales, qui perçoivent les remparts comme des étaux entravant le développement de leurs cités et freinant l’ouverture de ces dernières sur la modernité.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

fortification, ville
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Picon (d’A) (dir.), La ville et la guerre, éd. L’Imprimeur, Paris, 1996, 237 pages.

1Sollicité dans le cadre de la réflexion sur la nouvelle organisation du système défensif de la France, mise en œuvre par la commission de défense réunie dès 1818 par le roi, le génie multiplie les mémoires sur la défense du territoire, des zones frontières et des principales places de guerre. Dans ces derniers, les villes sont perçues comme « le cœur névralgique » 1 de la guerre. Hiérarchisées en fonction du degré de résistance qu’elles sont susceptibles d’opposer à l’ennemi, les villes doivent assurer le quadrillage défensif du territoire, tourné vers la protection de la capitale.

2Cette hiérarchisation, parallèle à la réduction du nombre des villes se devant d’exercer une fonction défensive, conduit le génie à intensifier sa réflexion autour du système des fortifications des espaces urbains, dont l’intérêt défensif est incontournable pour le ministère de la Guerre. Une opinion que la majorité des villes ne semble pas partager, ce qui suscite bien des débats et des frictions. En effet, les instances municipales perçoivent le plus souvent les fortifications comme un étau entravant le développement de leur cité, à une époque où le développement des réseaux de communication, et en particulier le chemin de fer, prône une ouverture sur la modernité. En quoi, à une époque où émergent de nouvelles conceptions défensives du territoire au sein desquelles la ville joue un rôle clé, les fortifications deviennent-elles non un enjeu de compétition mais un enjeu de coopération entre la Guerre et les autorités municipales ?

Fortifier les villes : un impératif pour le ministère de la Guerre, empreint de paradoxes

  • 2  SHD/DAT, 1 M 1162, « Essai sur le système défensif du royaume modifié par les fortifications de Pa (...)

3Les leçons tirées des guerres napoléoniennes soulignent désormais la forte capacité de manœuvre des troupes en campagne. Celle-ci rend ainsi désormais en partie caduc le système de défense entièrement tourné vers la seule protection des frontières qui prévalait jusqu’alors,« jadis les dispositions défensives s’arrêtaient aux frontières. Rien n’était préparé dans l’intérieur, où même on avait détruit les anciennes fortifications (…) » 2 . Une nécessité s’impose donc au ministère de la Guerre, celle de repenser l’organisation défensive du territoire.

4Une fois l’indemnité de guerre réglée et après le départ des troupes de la coalition européenne des départements de l’Est et du Nord de la France, la commission de défense instituée par le roi Louis XVIII dès 1818 prend en charge cette tâche. Elle tente d’établir un système où la défense des frontières et de leurs villes s’articule avec celle des villes de l’intérieur. Cette nouvelle approche défensive suppose à la fois une hiérarchisation des places de guerre mais aussi la mise en œuvre d’une politique d’aménagement du système de défense des places fortes.

  • 3  SHD/DAT, 1 M 1663, « Note sur le système défensif de la France du 29 mai 1867 », note rédigée par (...)

5Déterminé à la fois par des critères géostratégiques et des impératifs d’ordre budgétaire, le classement des places de guerre évolue de 1815 à 1870. Ainsi, certaines places fortes, dont le rôle est effacé sous la Restauration, voient leur importance croître au sein du système défensif, comme les villes de Bayonne et de Perpignan qui, par l’ordonnance du 20 octobre 1835 obtiennent le commandement respectif des 20e et 21e divisions militaires. Une marque de faveur augurant l’essor de la politique méditerranéenne de la monarchie de Juillet et la volonté de la Guerre de constituer un système défensif cohérent à la frontière des Pyrénées, articulé autour de trois pôles urbains majeurs : Perpignan, Bayonne et Toulouse. Triptyque urbain qui doit par ailleurs s’ériger en barrière défensive d’une frontière pyrénéenne traversée par des vagues d’agitation carliste durant les années 1830-1840. Cependant, quel que soit leur rang dans la hiérarchie des places de guerre, l’utilité défensive des villes reste entièrement tournée vers la protection de la capitale. Paris, symbole du centralisme étatique et de l’identité nationale demeure un enjeu stratégique majeur qu’il convient de protéger, « un homme est foudroyé si durant un seul instant son cœur cesse de battre. Ainsi en serait-il de l’existence du pouvoir national, si l’administration centralisatrice qui fait la force et la faiblesse de la France se trouvait arrêtée tout à coup » 3.

  • 4  Barros (M.), Pernot (J.-F.), Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Île-de-France, Ass (...)

6Cette hiérarchisation très évolutive se double de débats au sein du génie sur les aménagements à concevoir au sein de chaque ville pour améliorer leur système défensif. Certains officiers du génie s’avèrent ainsi de fervents partisans d’un renforcement des remparts alors que d’autres penchent plutôt pour la construction de forts détachés en amont des fortifications. Un débat perceptible dans les discussions relatives à la question des fortifications de la capitale, qui opposent les partisans, comme Haxo, d’une enceinte continue doublant celle des fermiers généraux, une proposition qui s’inscrit dans l’héritage des principes défensifs de Vauban, et ceux qui, à l’instar de Marescot, sont plutôt adeptes de l’édification d’une série de forts détachés pour protéger la capitale. Dans ce débat, la majorité de la commission adopte une solution de compromis et se prononce comme « favorable à l’amélioration de l’enceinte des fermiers généraux (…) et à l’édification d’ouvrages d’artillerie, isolés en avant de l’enceinte pour bombarder l’infanterie attaquant celle-ci et éloigner les batteries ennemies » 4.L’édification du système défensif de Paris s’effectue donc progressivement, et est relancée au gré des diverses crises diplomatiques, réveillant chez les gouvernants de la monarchie de Juillet, la crainte d’une éventuelle invasion de la capitale.

  • 5 Ibid, note 5, p. 34.

7Le premier événement qui déclenche une volonté concrète du gouvernement de fortifier la ville de Paris, outre les réflexions menées par la commission de 1818, date de 1830. Suite à l’indépendance de la Belgique, le roi des belges propose de concéder la couronne au duc de Nemours, ce qui provoque une levée de bouclier de l’Angleterre teintée de menaces militaires. Après cette crise qui se règle par le refus de cette proposition, Louis-Philippe confie au général Valazé en décembre 1830, la mission d’appliquer le programme de fortifications pour Paris. Ce dernier, ébauché par le génie, prévoit que « le mur des fermiers généraux devait être rehaussé à 6 mètres et flanqué de tours. Une dizaine de forts seraient construits sur les hauteurs de Montmartre, Belleville, Ménilmontant (…) » 5.Valazé contrevenant à la politique du ministre de la Guerre, rectifie le projet. Une initiative qui déplaît au roi, qui le remplace par le général Bernard.

  • 6 Ibid, note 5, p. 35.

8Le ministre chargé de plaider la cause de Paris auprès des députés n’obtenant pas les crédits de 2,5 millions de francs demandés pour débuter les travaux est contraint de réduire le programme annoncé de constructions, car « les députés (…) refusèrent de s’engager dans des travaux aussi coûteux au moment où étaient menés des chantiers équivalents autour de Lyon et de Grenoble » 6. La mise en défense de la capitale s’assoupit donc pour être réactivée quelques années plus tard par la crise de 1840 avec l’Angleterre, qui relance à nouveau les travaux de fortifications. Ces derniers, défendus par Thiers, débutent avant même d’avoir obtenu l’aval de la Chambre des députés, un accord qu’il obtient par le vote de la loi du 3 avril 1841. Les travaux aboutissent à l’édification d’une enceinte de 38 km de périmètre extérieur et à la construction de nombreux ouvrages extérieurs, dont 15 forts et de 11 redoutes ou batteries.

  • 7  Ibid, note 5, p. 34.

9Les logiques défensives présidant à la mise en place de ce système sont remises en question avec la croissance urbaine de la capitale, l’annexion par la ville en novembre1859 de l’espace compris entre le mur des fermiers généraux et l’enceinte de1840 et par les progrès de l’artillerie rayée qui rendent caduc le système de défense axé sur les forts détachés. Néanmoins au-delà de son intérêt purement militaire, ce système de défense, notamment celui des forts détachés, doit aussi contribuer au maintien de l’ordre en cas de troubles sociaux et politiques fomentés par la population parisienne, en entravant toute tentative de fraternisation entre la troupe et la population émeutière : « C’était aussi de manière inavouée, l’occasion de construire un anneau d’ouvrages surveillant et menaçant la ville, mais sans contact possible entre les civils émeutiers et la garnison des forts. » 7

  • 8  SHD/DAT, Mémoires et reconnaissances, 1 M 1215, «Mémoire de défense des Alpes et de l’Italie », ex (...)
  • 9  « La défense de Lyon », exposition présentée par la direction des travaux du génie de Lyon à l’hôt (...)
  • 10  SHD/DAT, Mémoires et reconnaissances, 1M 1207 : «Rapport secret sur les frontières d’Italie et des (...)

10Antérieur à celui de Paris, l’aménagement du système de fortifications de la ville de Lyon « que l’on peut appeler la seconde capitale de la France » 8, généra moins de remous. Dès 1816, dans son Mémoire sur l’utilité de fortifier Lyon, le général Haxo se fait le porte-parole de la nécessité de défendre les villes de l’intérieur qu’il considère comme des enjeux pour tout conflit armé. Il propose dès 1825 un projet de fortifications pour la ville de Lyon qui est mis en attente. Le projet s’appuie sur « une enceinte bastionnée autour de la ville et une série de forts isolés sur des points stratégiques pour maintenir à distance un assaillant éventuel » 9. La cité des Gaules doit être protégée pour faire face à une double menace : celle de la Suisse« peu fidèle à ses engagements et qui peut toute entière comme en 1814-1815 attaquer Lyon (…) et notre frontière orientale du Jura (…) » 10 dont la neutralité n’est pas assurée, et celle du Piémont dont la politique est fluctuante et partiellement soumise à l’Empire d’Autriche. Lorsqu’il est décidé, à partir de 1830, d’entreprendre des travaux de fortification de la ville, son projet est modifié par l’inspecteur général du génie Rohault de Fleury. Ce dernier doit en effet prendre en compte le développement urbain de l’agglomération lyonnaise et sa poussée démographique. De 1801 à 1851, la population lyonnaise a augmenté de 61,8 %.

  • 11  « La défense de Lyon », exposition présentée par la direction des travaux du génie de Lyon à l’hôt (...)
  • 12  Corvisier (A.) (dir.), Histoire militaire de la France, tome II : 1715-1871, Paris, PUF, Collectio (...)

11Prenant donc en considération le rapide essor de la ville sur la rive gauche du Rhône et les impératifs défensifs, l’inspecteur du génie Fleury et le comité des fortifications prévoient d’édifier les principaux travaux de Lyon autour de quatre axes : « a) Rétablir les enceintes de la Croix Rousse et de Fourvière b) Occuper le plateau de Montessuy c) Dresser une enceinte en terre du côté de la Perrache d) Construire cinq ouvrages sur le faubourg de la Guillotière en avant des Brotteaux afin de couvrir trois secteurs : l’entre Saône et Rhône, la rive droite de la Saône et la rive gauche du Rhône. » 11 Lyon se trouve ainsi ceinturé par une enceinte bastionnée de 19 km. Sur la rive gauche du Rhône, afin de couvrir les quartiers de Brotteaux et de la Guillotière, on construit une série de forts dont certains sont achevés avant 1840 comme le fort de Brotteaux. D’autres sont terminés sous le Second Empire, comme le fort de la Tête d’or en 1856. Sur la rive droite, il est édifié deux forts, ceux de Vaisse et Loyasse en remplacement de l’enceinte de Fourvière.À l’exception d’un renforcement du système global de défense des grandes places de Paris et de Lyon, qui donnent lieu à des travaux d’envergure, le ministère de la Guerre ne consent dans le domaine des fortifications qu’à « un saupoudrage ponctuel des crédits » 12, aboutissant certes à des améliorations du système des fortifications mais partielles.

  • 13  Cette : orthographe usité par les officiers du génie à propos de la ville de Sète (ville maritime (...)
  • 14  Lepetit (B.), Les villes dans la France moderne (1740-1840), coll. « Évolution de l’humanité », Al (...)
  • 15  Seconde section défensive de la frontière méditerranéenne, telle qu’elle est définie dans le « Mém (...)
  • 16  SHD/DAT, 1 M 1219, mémoire du capitaine Loupot (1850).
  • 17  SHD/DAT, article 8, section 3, place de Cette. Projet pour la place de Cette pour 1841.

12Une politique de restrictions budgétaires dont s’insurgent parfois les officiers du génie responsables de la gestion de certaines places sensiblement délaissées par la Guerre. À travers leurs mémoires, ils défendent avec une certaine ferveur la nécessité d’un renforcement du système de fortifications, même pour des places fortes de rang secondaire comme la ville de Cette 13. Cet enthousiasme et ce professionnalisme du corps du génie dénotent de la difficulté de ces officiers à rompre avec la conception de « la ville close » 14, ceinte de remparts. La place forte de Cette appartient aux villes côtières du département de l’Hérault intégrées dans la seconde section défensive de la frontière méditerranéenne 15 et se trouve placée sous le commandement du 5e arrondissement maritime dépendant de la ville arsenal de Toulon. Paradoxalement, alors que son rôle stratégique semble majeur dans la défense de cette partie de la frontière méditerranéenne puisqu’elle est considérée comme « l’un des seuls ports du Golfe du Lion pouvant servir d’asile aux bâtiments de guerre » 16, Cette ne fait pas partie du réseau des villes fortifiées du littoral tandis que « maître de ce point, l’ennemi pourrait en faire la base de ses opérations, fournir des approvisionnements et assurer la retraite de son armée d’invasion »17.

  • 18  SHD/DAT, 1 M 1219, mémoire du lieutenant Coffinieres sur la place de Cette.
  • 19 Ibid, note 22.
  • 20 Ibid, note 22.
  • 21 Ibid, note 22.

13Arguant de ces considérations d’ordre stratégique, les officiers du génie dans leurs divers rapports soulignent la nécessité de renforcer les fortifications de la ville jugées insuffisantes, face aux progrès des attaques par mer : « Nous n’avons à opposer à un débarquement qu’une ligne de palissades ou un parapet maçonné de deux mètres de hauteur. »18 Dans un de ses rapports, prenant en compte la relance de la politique de défense des côtes, le lieutenant de génie Coffinières propose en décembre 1840 d’entreprendre une série de travaux en vue d’améliorer à la fois la défense terrestre et maritime. Ainsi par voie de terre : « Les retranchements des Salins et de la Peyrade devraient être renforcés pour exiger l’emploi de l’artillerie et les opérations de siège »19 alors que pour une défense sur mer, il serait préférable selon lui de « tracer sur la plage entre les Salins et le fort Saint-Pierre de nouvelles batteries ; une sur le Brise lame, une sur la jetée de Frontignan pour la défense de l’entrée du port. »20 Il envisage même de fortifier la ville par un réseau de remparts: « Il faudrait entourer la ville d’une chemise ou mur d’enceinte qui donnerait toujours la confiance aux défenseurs, dans cette enceinte serait compris le Fort Richelieu, il faudrait occuper le mont Saint-Clair par un ouvrage assez important pour rendre son attaque difficile ; on assurerait ainsi la ville contre la possibilité d’un bombardement. »21

  • 22  SHD/DAT, article 12, carton 21, place de Cette, année 1824.
  • 23 Ibid, note 26.

14Cependant, au regard des crédits alloués à la place de Cette de1819 à1841, aucun aménagement d’importance n’est entrepris sur les fortifications, ce qui peut en partie s’expliquer par le manque de mise en oeuvre d’une réelle stratégie maritime défensive. En 1819, les principaux crédits accordés, s’élevant à1420 francs pour les fortifications, sont destinés aux entretiens courants, au colmatage des brèches constatées au retranchement des Salins, alors que les  travaux de réfection du retranchement de la Peyrade et la construction d’une batterie sur les rochers les plus avancés de la pointe du Lazarets ont été ajournés. Les seuls travaux, quelque peu importants, entrepris concernent le casernement avec des réparations pour la caserne de la ville et celle du fort Richelieu (réparations à l’intérieur et sur les toitures). En 1824, les fonds alloués aux fortifications sont encore plus minimes (830 francs) et ne permettront que des travaux d’entretien courant, « refaire la barrière du fort Saint-Pierre, arracher les herbes et les arbustes du fort Richelieu .... » 22. Le même constat peut être fait en 1834, le comité des fortifications envisage seulement la possibilité de transférer le magasin à poudres à l’intérieur du fort, car il est jugé comme mal situé « dans un souterrain adossé à l’escarpe du fort »23. À partir de 1841, le changement de politique, lié aux nouvelles orientations de la commission de défense des côtes, qui accorde plus d’importance à la défense du littoral ne s’accompagne cependant pas dans les faits d’une substantielle amélioration des crédits alloués, et aucun projet de grande envergure n’est entrepris.

  • 24 Ibid, note 26, année 1842.
  • 25  SHD/DAT, article 8, section 3, place de Strasbourg, informations extraites d’un mémoire militaire (...)

15En consultant les crédits alloués à la ville pour 1842, on apprend que d’importants travaux sont entrepris par l’administration des Ponts et Chaussées pour améliorer l’ensemble du port sétois par la construction de deux musoirs à l’extrémité des jetées existantes. Le chef du génie de la place et le directeur des fortifications ont proposé d’entrer en pourparlers avec les Ponts et Chaussées « pour obtenir que des dispositions défensives fussent données aux dites constructions conformément à la commission spéciale d’armement des côtes qui a proposé de placer trois pièces de gros calibres sur chacun des musoirs projetés » 24. Ce projet est réalisé et l’on crée de nouvelles batteries sur les deux musoirs définitivement achevés en 1869. À Strasbourg, et ce malgré la position défensive de la ville dans la zone frontière du Nord-Est, le génie n’opère guère de grands travaux sur les fortifications dans la cité alsacienne. Dans un mémoire militaire en date de l’année 1851, le lieutenant-colonel du génie, Morlet, dresse un état récapitulatif des travaux effectués dans la place entre 1815 et 1851 : « De 1815 à 1847 : on procéda au relèvement complet de l’escarpe du corps de place de 9 m de haut, au terrassement de ce même corps de place, à la création d’une rue militaire et à la remise à neuf des écluses (…). De 1847 à 1851 : les autorités de la place mirent  à exécution un projet général d’amélioration des ouvrages extérieurs du pont d’attaque, la construction d’une contre-garde sur le bastion et l’organisation d’un système d’inondation des fossés avec pour objectif de rendre l’inondation des fossés du corps de place indépendante de celles des ouvrages extérieurs. » 25 La majorité des travaux sont de l’ordre de la réfection des éléments de fortifications existants

  • 26  Bourillon (F.), Les villes en France au XIXe siècle, coll. « Synthèse histoire », Éd. Ophrys, 1995 (...)
  • 27  Lepetit (B), Les villes dans la France moderne (1740-1840), coll. « Évolution de l’humanité », Alb (...)

16Cependant, l’amélioration du système de fortifications, qu’il soit global ou ponctuel, imprègne le tissu urbain et donne parfois à la ville une allure de vraie forteresse, comme en témoigne les propos de F. Tristan sur la ville de Lyon dans les années1840 tirés de son ouvrage Le Tour de France, Journal1843-1844 où elle multiplie les qualificatifs militaires pour décrire l’agglomération lyonnaise : « La première impression m’a été pénible (...), l’aspect de ses maisons-casernes (...) a présenté immédiatement à mon esprit la misère (...) de la classe ouvrière renfermée dans cette ville. Ici, lorsque l’on veut voir le ciel, il faut s’arrêter dans la rue, lever la tête pour apercevoir un bout de ciel bleu entre deux hautes murailles. On se croit enfermer dans une prison. L’Hôtel de Ville ressemble à un château fort. Il est fortifié par de hautes grilles (...). On croirait à en juger par leur demeure, que le maire, le préfet sont des ennemis retranchés là dans leurs forts, s’attendant à être attaqués et se tenant toujours prêts à repousser l’ennemi (...). » 26 Outre qu’ils véhiculent une image de la ville, plutôt peu flatteuse, ces ouvrages défensifs représentent pour les villes un obstacle à la croissance et à l’aménagement de leur cité. Par l’intermédiaire de leurs élus, les municipalités plaident donc pour « faire sauter le verrou des fortifications »27.

Remparts et servitudes militaires : une contrainte pour la ville

  • 28  Agulhon (M.) (dir.), Histoire de Toulon, Paris, Privat, 1980, 400 pages.

17Pour les autorités civiles, les remparts symbolisent l’immobilisme. Ils figent la ville dans son espace et empêchent son ouverture vers une société industrialisée en mouvement, un mouvement amplifié par l’arrivée du chemin de fer dans l’espace urbain. L’étreinte des fortifications, et celle des servitudes militaires qui lui sont attachées, agit comme un véritable « goulet d’étranglement » 28 ne permettant pas à la ville de faire face à la croissance de sa population et de mettre en place une véritable politique de remodelage de son tissu urbain. Afin de faire fléchir l’administration militaire des places fortes pour obtenir le démantèlement ou l’agrandissement des remparts, les municipalités établissent de vastes plaidoyers destinés à contourner les éventuelles objections du ministère de la Guerre, sans toujours arriver à leurs fins.

  • 29  Anonyme, Sur l’agrandissement de la ville de Toulon, Imprimerie Aurel, Toulon, 1844.

18Leur argumentaire est fondé sur des considérations diverses, à la fois sociales, économiques et même « patriotiques ». Le démantèlement ou l’agrandissement des remparts doit permettre de faire face à la croissance de la population des cités, en améliorant leurs conditions de vie, qui au demeurant sont le plus souvent désastreuses non seulement pour les catégories défavorisées des citadins mais aussi pour les garnisons qui doivent gérer le manque d’espaces de casernement dans la cité comme à Toulon en 1843 : « Ce sont des usines qui s’exilent, des malades qui étouffent dans un hôpital infecte qui est prêt à crouler sur leur tête (...), ce sont des soldats sans casernes, des rues sans air (...), partout un encombrement fatigant et dangereux, et s’agitant au milieu de tout cela la population qui crie (...).» 29

  • 30  Ibid, note 33.

19Au-delà de ces arguments sociaux mêlés de considérations hygiénistes, le démantèlement des remparts est souhaité par les villes afin d’accroître leur développement économique. Un essor qui doit participer à leur ouverture sur le monde tout en contribuant ainsi à la grandeur nationale. À Toulon, où le rôle de la ville et celui de la place forte se sont accrus, du fait des facilités de communication, du développement de la marine militaire et de la relance de la politique méditerranéenne, le développement de la cité n’est guère probant à cause du poids des remparts qui « constituent une étreinte qui paralyse toute extension de la cité, [et] qu’il est temps de briser » 30.

  • 31  Berteaut (S.), Marseille et les intérêts nationaux qui se rattachent à son port, Paris, 1845.
  • 32 Ibid, note 33.

20Cette contrainte ne permet pas à Toulon de faire face à la concurrence économique de sa rivale phocéenne, qui, elle, n’a pas à subir l’emprise des fortifications : « Marseille libre des fortifications placées de nos jours à trois jours d’Alger et 10jours d’Alexandrie a vu sa population doubler depuis la Révolution (76200 en1789 à147 100 en1841) et sa prospérité multipliée par cinq. » 31Les enjeux pour Toulon sont donc locaux, du fait de la concurrence commerciale entre les deux cités : « De nouvelles correspondances s’établissent d’année en année avec tous les points riverains de la Méditerranée ; les unes par l’État, les autres par le commerce, Marseille nous les enlève, et la force des choses nous les rendra. Laissons cette orgueilleuse cité rêver d’un port à la Joliette et du creusement de l’étang de Berre pour servir de refuge à ses navires et de station à ses paquebots, elle ne nous enlèvera ni notre rade ni notre arsenal (…), le temps lui apprendra que le monopole maritime auquel elle prétend n’est que sotte utopie d’un égoïsme odieux, et qu’elle s’enrichira plus en le partageant avec Toulon, qu’en étreignant à vouloir tout embrasser. »32

  • 33  Ibid, note 33.

21Cependant, les arguments économiques ne sont pas toujours suffisants pour que les villes parviennent à leurs fins et parfois, elles jouent aussi sur la fibre patriotique et l’intérêt stratégique qu’elles représentent pour la Guerre, pour tenter d’obtenir le démantèlement des remparts. Desserrer l’étreinte des fortifications et agrandir l’espace urbain doit donc contribuer à amplifier plus efficacement la gloire et la puissance de la nation. Ainsi la municipalité toulonnaise précise au ministère de la Guerre que si la ville ne s’agrandit pas, c’est l’image de la patrie française qui en pâtira et en sortira amoindrie : « Sachons ainsi élever à la hauteur d’une question nationale l’élargissement de nos murs, et reconnaissons avec bonheur que notre intérêt s’accorde avec celui de la Patrie (…), l’agrandissement de la ville est non seulement un besoin mais une nécessité locale et nationale. » 33

  • 34 Ibid, note 33.

22Or tout démantèlement des remparts suppose un coût financier élevé, que le ministère de la Guerre compte faire partager à la ville. Lucides sur les enjeux financiers de cette question, les municipalités devancent parfois même les souhaits de la Guerre, en proposant leur contribution pécuniaire. La question financière se place donc au cœur des débats autour des fortifications. Dès 1844 à Toulon, la ville propose de contribuer pour partie aux dépenses d’agrandissement. La moitié des dépenses serait assurée par l’État, l’autre par la ville et les populations de Sainte-Anne et du camp retranché. Dans ce cas de figure, la ville doit payer elle-même le prix des terrains à exproprier pour fonder une nouvelle enceinte et recevoir en échange les terrains occupés par l’ancienne enceinte, pour un coût financier qu’elle se dit prête à supporter : « On le voit de légers sacrifices également répartis en échange d’immenses avantages présents et à venir pour chacun de nous, pour la cité et pour la France, voilà en quoi peut se résumer la question de l’agrandissement de Toulon. » 34

  • 35  Archives municipales (AM) de Toulon, BIB 699, Rapport présenté par Isnard au conseil municipal dan (...)

23Cependant, en 1844, la question financière est loin d’être réglée, comme le prouve le rapport présenté par M. Isnard lors d’une séance du conseil municipal. Ainsi, ce dernier fait part de l’avis de la commission mixte sur les dépenses à payer par la ville, dont le montant n’est pas fixé de manière certaine : « La commission s’est d’abord occupée de la première condition, celle de payer la dépense, non seulement telle qu’elle a été évaluée, mais encore qu’elle qu’en puisse être le montant effectif (…), une obligation indéterminée dont le chiffre est inconnu,ne peut donc être contractée par une commune. »35

24Après de vives querelles avec la Guerre, la municipalité arrive finalement à ses fins, et obtient en 1852 l‘agrandissement de l‘enceinte, par un décret impérial. Le projet définitif établi le 16 mars 1853 par le lieutenant-colonel Revel prévoit la démolition des vieux remparts, et la construction de nouvelles fortifications. La nouvelle enceinte inclut l’arsenal, mais exclut certains faubourgs comme ceux du Mourillon, de Saint-Jean-du-Var et du Pont-de-Las ; une solution de compromis entre les nécessités de l’urbanisme et la vocation militaire de la ville. Les travaux de la nouvelle enceinte sont achevés en 1856 et le plan d’extension de la ville adopté définitivement en 1858. La ville bénéficie à cette date de 38 500 m2 de terrains domaniaux sur l’emplacement des anciens remparts, une superficie portée à 88 000 m2 en 1859, avec une remise effective des terrains en 1863. Cette extension de la ville non négligeable contribue au changement de la physionomie urbaine toulonnaise.

  • 36  Pontet (J.) (dir.), Histoire de Bayonne, Paris, Privat, 1991, 336 pages.
  • 37  AM de Bayonne, « Délibérations du conseil municipal », série D, dossier D 24/262, lecture par le m (...)

25Comme à Toulon, la pression démographique amène la municipalité de Bayonne à proposer à l’administration militaire, l’agrandissement ou la destruction totale de son enceinte. Une demande justifiée par l’augmentation quasi constante de sa population de 1801 à 1911. La période de croissance de la population bayonnaise la plus spectaculaire s’étend de 1801 à 1831, avec une augmentation de plus de 7 000 âmes, puis sous le Second Empire où en 10 ans, de 1851 à 1861, la population augmente de plus de 5 000 personnes 36. En 1856, l’agrandissement des remparts est refusé par le ministère de la Guerre. La ville se voit alors contrainte, d’absorber la commune voisine de Saint-Esprit en 1857. Une annexion qui lui permet d‘accroître sa superficie, tout en réintégrant par ce biais le quartier de la gare édifié dans cette commune. Cependant dix ans plus tard, la question de l’exiguïté de l’espace urbain ne semble guère résolue, et la population continue à étouffer dans une ville figée par ses remparts : « La population resserrée dans ses murailles s’est trouvée arrêtée dans l’essor de son esprit et de son intelligence (…). »37

  • 38  Ibid, note 41.
  • 39  AM de Bayonne, « Délibérations du conseil municipal », série D, dossier D 24/392, dépêche du minis (...)
  • 40  Hourmat (P), Histoire de Bayonne, tome IV : « La Restauration 1814-1830 », Société des arts, des s (...)

26Les arguments économiques n’arrivent pas plus à infléchir l’avis des autorités militaires. Dans un nouveau plaidoyer pour la destruction des remparts adressé à la Guerre, la ville de Bayonne avance le faible niveau économique de la cité, dont l’essor est entravé par la présence des fortifications : « Notre commerce est en souffrance. L’étranger attiré par la situation ravissante de notre océan et de nos Pyrénées (…) s’éloigne à regret de notre ville, parce qu’il ne peut y rencontrer en hiver ni agrément ni confort (…). Nous prions votre majesté de daigner ajouter à tout ce qu’elle a fait dans l’intérêt de notre ville, une nouvelle faveur, celle de la destruction des murailles de son enceinte (…).»38 Pour le ministre de la Guerre, les arguments ne paraissent pas justifiés, « sans chercher à contester l’exactitude des faits énoncés relativement à la situation peu prospère du commerce et de l’industrie à Bayonne, le département de la guerre ne saurait voir dans l’existence de l’enceinte les causes de cette situation (…)» 39. En effet, pour le ministre de la Guerre, le déclin des activités commerciales de  Bayonne ne date pas du Second Empire, mais fut déjà amorcé vraisemblablement sous la monarchie de Juillet, car à cette époque le « trafic du port de Bordeaux est en tonnage dix fois supérieur à celui de Bayonne (…)»40.

27Les enjeux autour des fortifications de la ville sont aussi perceptibles dans les négociations relatives au respect des servitudes militaires. Liées aux fortifications, les servitudes militaires ont pour but de dégager des champs de tirs pour les troupes, d’où une réglementation concernant la construction dans ces zones. De 1815 à la fin du Second Empire, la législation concernant les servitudes militaires évolue considérablement. Alors que sous le Premier Empire, un décret en date du 9 décembre 1811, définit une zone unique de servitudes de 500 toises où toutes les constructions sont interdites, la loi du 17 juillet 1819, revient au principe en vigueur en 1791 du découpage des servitudes militaires en trois zones, dotées chacune de polygones exceptionnels, où l’on peut bâtir en suivant certaines règles à condition de tout démolir en cas de guerre. Dans la première zone de servitudes, délimitée à 250 m, toute construction est prohibée. Dans la seconde zone, il est possible de bâtir en utilisant certains matériaux comme le bois, facilement démontables en cas de réquisition des terrains par l’autorité militaire. En cas de construction préexistante, à l’établissement des servitudes ou d’édifices construits légalement dans la première et seconde zone, toute réquisition de la Guerre entraîne le paiement d’une indemnité au propriétaire lésé. Dans la dernière zone de servitudes, qui s’étend sur un périmètre de 500 toises pour les places de guerre et de 300 toises pour les postes de guerre, il est possible de bâtir des bâtiments. Toutefois, il est interdit de construire des fossés ou des chaussées, avec des levées de terre, sans obtenir l’aval des autorités militaires de la place. Cette loi de juillet 1819 est modifiée à la fin de la Seconde République en tenant compte du reclassement des places de guerre et de la recomposition des divisions militaires.

  • 41  AM de Cherbourg, 2 H 6, tensions autour des construction sur les zones de servitudes, dossier sur (...)
  • 42  Ibid, note 45.

28La nouvelle loi sur les servitudes du 10 juillet 1851 reprend les mêmes dispositions que la précédente, mais prévoit la délimitation d’un périmètre urbain où la population pourrait être exonérée des servitudes militaires. La largeur des rues militaires longeant l’enceinte est aussi réduite. Cependant, dans la première et la seconde zone, toute construction doit être autorisée par le ministère de la Guerre, une condition que les villes ne respectent pas systématiquement. Ainsi, en août 1835, à Cherbourg, le génie se plaint de la mise en place par la ville d’un chantier illégal sur la seconde zone de servitudes : « On me rend compte que la ville fait exécuter une portion de mur de soutènement le long de la petite rivière de la Divette dans la seconde zone de servitudes du fort du Roule. Cette construction étant de celles qui ne peuvent s’élever sans l’autorisation préalable du ministre de la Guerre, je vous prie de vouloir bien vous adresser à son excellence pour obtenir une autorisation. Persuadé que vous l’obtiendrez, je m’abstiendrai de vous faire signifier de cesser le travail jusqu’à la décision de Mr le ministre, mais je dois pour ma responsabilité personnelle, vous déclarer à ce propos que de le continuer ce sera aux risques et périls de l’administration municipale. » 41 Après en avoir effectué la demande sur les conseils du génie, la municipalité obtient du ministère de la Guerre l’autorisation de poursuivre les travaux dès le 19 octobre 1835 « à condition de détruire le mur de soutènement de 164 m de long élevé à 65cm du sol à la première réquisition de l’autorité militaire et sans indemnités dans le cas spécifié par l’article 31 du titre Ier de la loi du 10juillet1791 »42, si les besoins de la défense viennent à l’exiger.

  • 43  Archives départementales (AD) des Pyrénées-Atlantiques, sous-série 10 J, fonds du génie, dossier 1 (...)

29Si la délimitation des zones de servitudes et des polygones exceptionnels relève de l’autorité militaire, le bornage des terrains se fait de concert avec les autorités civiles, comme l’illustre le rapport sur la place de Bayonne dressé en 1851 par l’inspection générale du génie : « Le bornage des zones est terminé et il a été dressé de concert avec les maires dans les trois communes de Bayonne, de Saint-Pierre d’Irube et de Saint-Esprit (…) et l’autorité militaire. » 43 Dans l’espace urbain, les remparts sont clôturés par des portes qui symbolisent le verrouillage de la ville et marquent la volonté de contrôle de l’armée.

Déverrouiller l’espace urbain : la question des portes de la cité

  • 44  Extrait du décret de 1791, titre III, article 58. AM de Grenoble, 2 H 3 : dossiers concernant les (...)

30La gestion des portes au XIXe siècle est régie par le décret de 1791 qui les place sous commandement militaire : « Les clefs de toutes les portes, poternes, vannage, aqueducs et autres ouvertures qui donnent entrée dans les places de guerre ou postes militaires seront toujours confiées au commandement militaire. » 44 Marquant l’accès à la place forte, les portes sont surveillées de manière constante par de multiples postes de garde qui en assurent la défense. En parallèle à cette fonction défensive, les portes sont aussi des lieux de perception de l’octroi par la municipalité et le service des contributions indirectes. Cette double fonction des portes explique en partie les querelles entre les municipalités et la Guerre, notamment lorsque des intérêts économiques sont en jeu.

  • 45  AM de Grenoble, 2 H 3 : dossiers concernant les portes de la ville, lettre adressée par le maire a (...)
  • 46  AM de Grenoble, 2 H 3: plainte des habitants de la ville sous la forme d’une pétition demandant au (...)

31Enserrant la ville dans un étau, les portes constituent pour la municipalité des entraves à la libre circulation des marchandises et des hommes, générant le plus souvent divers encombrements : « Le 29 juillet dernier sur votre demande, j’ai ordonné que l’un des deux passages de la porte Créqui [double porte comme la porte de France] soit fermé à la tombée de la nuit. Cette mesure a suscité de nombreuses plaintes car il y a le soir près de cette porte un encombrement considérable de voitures de toutes sortes qui ont peine à passer et qui mettent obstacle à la circulation des piétons (…), il m’a paru qu’à l’avenir il serait souhaitable de laisser les deux passages ouverts (…). » 45Outre ces blocages quotidiens, la question des portes gêne le commerce des villes. Ainsi, à Grenoble en août 1845, les habitants adressent au maire une pétition dans laquelle ils réclament un aménagement des horaires d’ouverture des portes de la ville, mettant en avant les bénéfices perdus, du fait de la rigidité des horaires imposés par les autorités militaires : « L’heure avancée à laquelle se fait cette ouverture oblige les rouliers à sortir de la ville afin de pouvoir le lendemain continuer leur route de grand matin. Cette nécessité de leur travail en portant le commerce hors de l’enceinte de Grenoble, est préjudiciable aux habitants et à la ville elle-même, car les rouliers font beaucoup de dépenses et en même temps que les cafetiers, aubergistes et hôteliers en sont privés des bénéfices (…), cet état de choses est pour nous désastreux : le commerce s’éloigne, nos propriétés se déprécient et le paiement de nos locations devient tous les jours de plus en plus difficile (…). » 46

  • 47  Extrait du décret de 1791, titreIII, article58. AM de Grenoble, 2 H 3 : dossiers concernant les po (...)
  • 48  AD des Pyrénées-Orientales, 2 R 22, ouverture des portes de la ville (1836-1840), lettre du lieute (...)

32Afin d’amoindrir ces tracas, les municipalités demandent aux autorités de la place d’assouplir les horaires d’ouverture des portes, comme le prévoit l’article 59 du décret de 1791 stipulant que « pour la facilité du commerce et la commodité des habitants et des voyageurs, il y aura dans chaque place et poste de guerre un certain nombre de portes par lesquelles la communication du dedans au dehors et du dehors au dedans pourra se faire dans l’état de paix, à toutes les heures de la nuit comme du jour (…) » 47. La fixation des horaires d’ouverture et de fermeture des portes incombe à l’autorité militaire qui en avertit la municipalité, qui prévient elle-même ses administrés par voie d’affiches. Laissés en partie au libre arbitre des autorités de la place, les horaires d’ouverture et de fermeture peuvent être aménagés, selon le bon vouloir des autorités militaires. Ainsi à Perpignan, le maréchal de Castellane soutient les intérêts économiques de la ville en s’érigeant, auprès du ministre de la Guerre, en ardent défenseur de l’ouverture des portes du Sel et de Notre-Dame pendant la nuit, et il obtient gain de cause « en vertu de l’autorisation du ministre de la Guerre du 23 juin (1836) (…). La porte du Sel restera ouverte jour et nuit à dater du 15 courant (…) comme pour la porte Notre-Dame ouverte nuit et jour depuis le 5 de ce mois (…) » 48.

  • 49  Délibération du conseil municipal de la ville de Brest 9 novembre 1833, Annales du CRDP du Finistè (...)

33Cette tempérance du ministère de la Guerre n’est pas exercée avec la même magnanimité par tous les commandants militaires. À Brest, le 9 novembre 1833, le conseil municipal demande aux autorités de la place que les portes de la ville soient ouvertes plus tôt et fermées plus tard, afin de faciliter le transit commercial dans la cité, qui se trouve aujourd’hui bloqué : « Les portes ne s’ouvrent aujourd’hui qu’une demi-heure avant le lever du soleil, c’est-à-dire au moment précis où les marchés doivent être approvisionnés (…), les vendeurs se pressent aux portes de là un encombrement qu’augmente encore la file des voitures (…), les achats de bestiaux se font sur les marchés de Carhaix, Châteauneuf, Châteaulin, Landivisiau-Briec et d’autres points dont la distance moyenne est de douze lieues. Les bouchers ne peuvent arriver à ces marchés à moins de partir un jour à l’avance, si on ne leur donne pas le moyen de sortir plus tôt (…), les gardiens employés dans l’arsenal à la surveillance de nuit, ne peuvent rentrer chez eux quand ils habitent hors de Brest, les grilles du port étant ouvertes le matin avant celles de la ville (…). » 49

  • 50  AM de Brest, 2 H 8-1, lettre du ministre de la Guerre adressée au député E. de Las Cases, le 19 dé (...)

34Suite à ces observations, le conseil municipal invite le maire à intervenir auprès des autorités militaires afin d’obtenir l’ouverture des portes au moins une heure trente avant le lever du soleil, leur fermeture à 22 heures ainsi que la mise en place d’un guichet comme à Lorient ou à Rochefort. Guichet qui permet l’entrée et la sortie des personnes à pied, à toute heure de la journée. Afin d’appuyer sa requête auprès du ministère de la Guerre, le maire de Brest fait appel au député E. de Las Cases, originaire de Bretagne. Par une lettre du 16 décembre 1833, ce dernier fait part de cette requête au ministre qui la rejette arguant que la générosité dont il a fait preuve par le passé à l’égard de la ville de Brest, ne peut pas encore une fois fonctionner « considérant que déjà par des décisions antérieures, qui autorisent l’entrée des messageries royales pendant la nuit et la sortie pendant la nuit du courrier de Quimper, j’avais accordé à la ville de Brest toutes les facilités qui étaient en mon pouvoir, je me suis vu dans la nécessité de ne point obtempérer à ces nouvelles demandes (…) » 50.

  • 51  Article de L’Armoricain du 11 janvier 1834. Annales du CRDP du Finistère, Brest au XIXe siècle (18 (...)

35Cependant, le ministre se montre plus conciliant sur la question du guichet : « La fermeture des portes a été soumise jusqu’à présent à un régime aussi gênant que rigoureux. Les plaintes qu’arrachaient de temps en temps cette gêne et cette rigueur n’avaient jamais trouvé d’interprète qui put les faire accueillir favorablement, et il s’en fallut de peu qu’il n’en fut de même des dernières réclamations du conseil municipal. Au lieu d’être appuyées, elles furent combattues par l’autorité militaire de Brest, et devaient nécessairement échouer auprès du ministre de la Guerre. En effet un refus d’y faire droit a été sa première réponse. M. le maire s’adressa alors à l’un des députés du Finistère M de Lascases, dont le crédit auprès du ministère obtint qu’un guichet resta ouvert toute la nuit pour les piétons et les chevaux (…). » 51 Au-delà des murailles clôturées, la présence militaire dans la cité est aussi visible à travers son vaste parc immobilier, dont le bâtiment le plus symbolique demeure la caserne. Les enjeux relatifs au casernement dans les villes restent eux aussi à la source de bien des frictions entre les autorités municipales et militaires.

Haut de page

Notes

1  Picon (d’A) (dir.), La ville et la guerre, éd. L’Imprimeur, Paris, 1996, 237 pages.

2  SHD/DAT, 1 M 1162, « Essai sur le système défensif du royaume modifié par les fortifications de Paris et les chemins de fer », juillet 1842, essai rédigé par le général Pelet, p. 16.

3  SHD/DAT, 1 M 1663, « Note sur le système défensif de la France du 29 mai 1867 », note rédigée par le lieutenant Boileau adressée au maréchal Niel.

4  Barros (M.), Pernot (J.-F.), Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Île-de-France, Association Vauban, Les fortifications en Île-de-France : constitution d’une base de données sur les ouvrages fortifiés 1792-1944, Éd. IAURIF, Paris, 1984, p. 33.

5 Ibid, note 5, p. 34.

6 Ibid, note 5, p. 35.

7  Ibid, note 5, p. 34.

8  SHD/DAT, Mémoires et reconnaissances, 1 M 1215, «Mémoire de défense des Alpes et de l’Italie », extrait de la commission de défense de 1836.

9  « La défense de Lyon », exposition présentée par la direction des travaux du génie de Lyon à l’hôtel de ville du 11 au 31 décembre 1986, 156 pages (p. 70- 83).

10  SHD/DAT, Mémoires et reconnaissances, 1M 1207 : «Rapport secret sur les frontières d’Italie et des Alpes », rédigé par le général Pelet (1819).

11  « La défense de Lyon », exposition présentée par la direction des travaux du génie de Lyon à l’hôtel de ville du 11 au 31 décembre 1986, 156 pages (p. 70-83).

12  Corvisier (A.) (dir.), Histoire militaire de la France, tome II : 1715-1871, Paris, PUF, Collection Quadrige, 1997, p. 474.

13  Cette : orthographe usité par les officiers du génie à propos de la ville de Sète (ville maritime du département de l’Hérault).

14  Lepetit (B.), Les villes dans la France moderne (1740-1840), coll. « Évolution de l’humanité », Albin Michel, 1998, Paris, 490 pages.

15  Seconde section défensive de la frontière méditerranéenne, telle qu’elle est définie dans le « Mémoire de la commission de défense rédigé par le Général de Génie Chambarlhiac le 10 octobre 1818 » (SHD/DAT, 1 M 1215, 78 pages), court du Rhône à l’embouchure de l’Aude et dispose de villes qui sur la côte comme sur le littoral peuvent pourvoir à la défense du littoral comme les villes d’Aigues-Mortes, Pont-Saint-Esprit, Cette, Agde, Montpellier ou Nîmes.

16  SHD/DAT, 1 M 1219, mémoire du capitaine Loupot (1850).

17  SHD/DAT, article 8, section 3, place de Cette. Projet pour la place de Cette pour 1841.

18  SHD/DAT, 1 M 1219, mémoire du lieutenant Coffinieres sur la place de Cette.

19 Ibid, note 22.

20 Ibid, note 22.

21 Ibid, note 22.

22  SHD/DAT, article 12, carton 21, place de Cette, année 1824.

23 Ibid, note 26.

24 Ibid, note 26, année 1842.

25  SHD/DAT, article 8, section 3, place de Strasbourg, informations extraites d’un mémoire militaire sur la place de Strasbourg rédigé par le lieutenant-colonel Morlet, chef du génie en 1851.

26  Bourillon (F.), Les villes en France au XIXe siècle, coll. « Synthèse histoire », Éd. Ophrys, 1995, p. 82 (propos de Flora Tristan).

27  Lepetit (B), Les villes dans la France moderne (1740-1840), coll. « Évolution de l’humanité », Albin Michel, 1988, 490 pages.

28  Agulhon (M.) (dir.), Histoire de Toulon, Paris, Privat, 1980, 400 pages.

29  Anonyme, Sur l’agrandissement de la ville de Toulon, Imprimerie Aurel, Toulon, 1844.

30  Ibid, note 33.

31  Berteaut (S.), Marseille et les intérêts nationaux qui se rattachent à son port, Paris, 1845.

32 Ibid, note 33.

33  Ibid, note 33.

34 Ibid, note 33.

35  Archives municipales (AM) de Toulon, BIB 699, Rapport présenté par Isnard au conseil municipal dans sa séance du 7 juillet 1845 au nom de la commission chargée d’examiner les propositions par Mr le ministre de la Guerre sur l’agrandissement de la ville, Toulon, Imprimerie d’Aurel Frères, 1845.

36  Pontet (J.) (dir.), Histoire de Bayonne, Paris, Privat, 1991, 336 pages.

37  AM de Bayonne, « Délibérations du conseil municipal », série D, dossier D 24/262, lecture par le maire devant le conseil municipal, le 2 octobre 1866, d’une lettre adressée à l’Empereur par l’un de ses concitoyens Henri Léon.

38  Ibid, note 41.

39  AM de Bayonne, « Délibérations du conseil municipal », série D, dossier D 24/392, dépêche du ministère de la Guerre rappelé en conseil municipal du 7 mai 1867.

40  Hourmat (P), Histoire de Bayonne, tome IV : « La Restauration 1814-1830 », Société des arts, des sciences et des lettres, 1997, p. 179.

41  AM de Cherbourg, 2 H 6, tensions autour des construction sur les zones de servitudes, dossier sur le cas Buhotel comprenant dix lettres, lettre du 13 août 1835 du lieutenant-colonel du génie, ingénieur en chef au maire de la ville lui demandant de cesser un chantier ébauché dans la seconde zone de servitudes.

42  Ibid, note 45.

43  Archives départementales (AD) des Pyrénées-Atlantiques, sous-série 10 J, fonds du génie, dossier 10 J 111, comprenant le rapport sur la place de Bayonne en 1851.

44  Extrait du décret de 1791, titre III, article 58. AM de Grenoble, 2 H 3 : dossiers concernant les portes de la ville, extrait du décret concernant la conservation des places de guerre et des postes militaires, la police des fortifications et d’autres objets relatifs des 24 mai, 25, 27 et 30 juin, 2, 4, 5 et 8 juillet 1791.

45  AM de Grenoble, 2 H 3 : dossiers concernant les portes de la ville, lettre adressée par le maire au colonel chef d’état-major de la place le 21 septembre 1862.

46  AM de Grenoble, 2 H 3: plainte des habitants de la ville sous la forme d’une pétition demandant au maire son intervention auprès des autorités militaires pour obtenir des plages d’ouverture des portes plus importantes, août 1851.

47  Extrait du décret de 1791, titreIII, article58. AM de Grenoble, 2 H 3 : dossiers concernant les portes de la ville, extrait du décret concernant la conservation des places de guerre et des postes militaires, la police des fortifications et d’autres objets relatifs des 24 mai, 25, 27 et 30 juin et 2, 4, 5 et 8 juillet 1791.

48  AD des Pyrénées-Orientales, 2 R 22, ouverture des portes de la ville (1836-1840), lettre du lieutenant commandant de la 21e division militaire des Pyrénées-Orientales, le maréchal de Castellane adressée au préfet, 7 juillet 1836.

49  Délibération du conseil municipal de la ville de Brest 9 novembre 1833, Annales du CRDP du Finistère, Brest au XIXe siècle (1800-1914), les hommes, la ville, textes et documents recueillis pour l’enseignement, édité par le service éducatif des archives départementales du Finistère, dossier comprenant 70 documents et réalisé par A. Roudaut et D. Collet, no 6, 1982.

50  AM de Brest, 2 H 8-1, lettre du ministre de la Guerre adressée au député E. de Las Cases, le 19 décembre 1833.

51  Article de L’Armoricain du 11 janvier 1834. Annales du CRDP du Finistère, Brest au XIXe siècle (1800-1914), les hommes, la ville,textes et documents recueillis pour l’enseignement, édité par le service éducatif des archives départementales du Finistère, dossier comprenant 70 documents et réalisé par A. Roudaut et D. Collet, no 6, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Espinosa, « Le ministère de la Guerre et les autorités municipales dans l’espace urbain : la question des fortifications en France de 1815 à 1870  », Revue historique des armées, 254 | 2009, 110-123.

Référence électronique

Carole Espinosa, « Le ministère de la Guerre et les autorités municipales dans l’espace urbain : la question des fortifications en France de 1815 à 1870  », Revue historique des armées [En ligne], 254 | 2009, mis en ligne le 06 février 2009, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rha.revues.org/6583

Haut de page

Auteur

Carole Espinosa

Docteur en histoire de l’université Paul Valéry, Montpellier III, elle enseigne dans un lycée de l’académie de Montpellier.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org