Navigation – Plan du site
Dossier

Les unités étrangères dans les armées napoléoniennes : un élément de la stratégie globale du Grand Empire

Jean-François Brun
p. 22-49

Résumés

Les soldats étrangers au sein des forces napoléoniennes ont été inégalement étudiés à ce jour. Le plus souvent, l’histoire particulière de leurs unités a été développée sans que l’on prenne en compte le phénomène dans sa globalité statistique. Le présent article vise à compléter les approches antérieures en approfondissant la réflexion dans une logique à la fois quantitative et structurelle. Dès lors, le thème peut être valorisé selon un double éclairage. Il convient d’évoquer les unités de l’armée française composées de non-nationaux et, parallèlement, d’aborder la question des contingents fournis par les États alliés dans le cadre du renforcement des armées impériales. Implicitement, l’engagement de ces militaires soulève un certain nombre d’interrogations qui, toutes, renvoient à une dimension stratégique de la pensée militaire de Napoléon. Ce qui revient à se demander en quoi l’intégration, dans la conduite de la guerre, d’effectifs non négligeables de soldats étrangers, de différentes nationalités, s’est inscrite dans une intention particulière de réorganisation géopolitique de l’Europe.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les soldats étrangers au sein des forces napoléoniennes ont été inégalement étudiés à ce jour. Le plus souvent, l’histoire particulière de leurs unités a été développée sans que l’on prenne en compte le phénomène dans sa globalité statistique. Le présent article vise à compléter les approches antérieures en approfondissant la réflexion dans une logique à la fois quantitative et structurelle. Dès lors, le thème peut être valorisé selon un double éclairage. Il convient d’évoquer les unités de l’armée française composées de non-nationaux et, parallèlement, d’aborder la question des contingents fournis par les États alliés dans le cadre du renforcement des armées impériales. Implicitement, l’engagement de ces militaires soulève un certain nombre d’interrogations qui, toutes, renvoient à une dimension stratégique de la pensée militaire de Napoléon. Ce qui revient à se demander en quoi l’intégration, dans la conduite de la guerre, d’effectifs non négligeables de soldats étrangers, de différentes nationalités, s’est inscrite dans une intention particulière de réorganisation géopolitique de l’Europe.

Une pratique militaire ancienne

2Les forces terrestres d’Ancien Régime comptaient environ 12 % de non-nationaux en période de paix, 20 % en temps de guerre 1, sur un effectif total de 160 000 hommes environ 2. Le service se faisant au profit du roi, incarnation de l’État, aucune difficulté juridique en termes de nationalité ne s’élevait quant à l’emploi de militaires étrangers. Cette conception était d’ailleurs générale en Europe 3. Or, à partir de la fin du XVIIIe siècle, le principe du recrutement mercenaire choque les philosophes adeptes de Rousseau tout autant que les tenants des nouvelles doctrines militaires exprimées par Guibert. Néanmoins, toujours pragmatique, le Conseil de la guerre, à la fin de l’Ancien Régime, considère que les corps extranationaux doivent être conservés comme le dépôt naturel des prisonniers et déserteurs étrangers 4. La Révolution, en substituant la souveraineté de la nation à la légitimité dynastique, brouille ces règles. En approfondissant le raisonnement, il devient évident que l’interdit millénaire du meurtre ne peut être transgressé qu’au nom de l’intérêt supérieur de la communauté nationale d’appartenance 5. Les décisions des premières assemblées parlementaires reflètent les incertitudes quant aux applications. La loi du 28 février 1790, qui vise à uniformiser l’armée, dissout la Maison militaire du roi et supprime les corps étrangers. Le souci de maintenir les effectifs engendre en revanche le décret du 18 août 1790 qui dispose que la proportion des troupes étrangères ne pourra pas dépasser, sans un vote du Corps législatif, 26 000 hommes sur les 150 848 prévus (soit 17,2 %). S’efforçant d’harmoniser les textes, la loi du 19-21 juillet 1791 transforme quant à elle les corps étrangers en régiments français, à l’exception des Suisses dont les accords militaires (les « capitulations »), touchant à leur terme, ne doivent pas être renouvelés.

3La guerre révolutionnaire, qui revêt une dimension idéologique évidente (le principe d’égalité remet en cause toute la construction sociale européenne), modifie la situation. La chute de la monarchie, le 10 août 1792, entraîne la suppression de toutes les unités suisses le 27 du même mois 6. Inversement, le conflit provoque l’apparition de légions étrangères, formées de volontaires extranationaux qui adhèrent aux principes de 1789 et veulent combattre aux côtés de l’armée de la République ou, dans le cas des Polonais, continuer la lutte contre les puissances qui se sont partagées leur pays. Apparaissent ainsi, de la Législative au Directoire, les légions batave, helvétique, germanique, belge, liégeoise, polonaise, grecque, italique 7. Homogènes dans leur recrutement (la langue constituant à cet égard le critère primordial), groupant des unités d’infanterie et de cavalerie, voire d’artillerie, elles sont intégrées dans l’armée française et s’ajoutent aux quelques corps particuliers mis sur pied au hasard des campagnes, avec des soldats de métier à la recherche d’un employeur ou des prisonniers de guerre qui ont préféré changer de camp.

4Bref, en novembre 1799, au moment du coup d’État de brumaire, les troupes étrangères représentent un peu plus de 47 000 hommes (soit 6,5 % de l’effectif total arrondi des forces de la République) 8, l’hétérogénéité des recrutements laissant deviner les hasards qui ont présidé aux diverses créations 9. Par ailleurs, le classement administratif de ces formations comme « corps hors ligne » (c’est-à-dire n’obéissant pas aux règles normales du recrutement fondé quasi exclusivement sur la conscription 10) traduit fort logiquement le fait que, par définition, la puissance souveraine qui utilise des corps extranationaux, dépourvue de tout contrôle institutionnel sur le territoire d’origine des futurs soldats, ne peut tabler que sur le volontariat pour remplir les effectifs. Ce sera l’un des nœuds de la question tout au long de la période napoléonienne.

Vers une approche quantitative du phénomène

5Le détail des unités étrangères de l’armée française varie de 1800 à 1814 en fonction des agrandissements territoriaux successifs (103 départements en 1800, 134 en 1812), qui modifient les conditions légales de recrutement 11. Paradoxalement, la proportion de ces dernières demeure relativement stable 12 : après avoir atteint un seuil plancher de 2 % en l’an XIV (conséquence des traités d’Amiens et de Lunéville qui ont assuré quelques années de paix), elles représentent 7,4 % de l’ensemble de l’armée de terre en 1809, 7,3 % en 1812 13.

6Toutefois, si l’on dépasse le plan strictement national au profit d’un point de vue européen (ce qui revient à prendre en compte l’ensemble des forces à la disposition de Napoléon), la question change de sens. La France en effet organise puis dirige une construction géopolitique d’États-satellites et de pays alliés 14. Or, comme dans toute situation de cette nature (ligue de Délos aussi bien que pacte de Varsovie ou Otan), intégrer des contingents étrangers dans un dispositif militaire d’ensemble revêt une dimension politique évidente 15. Le tableau ci-dessous 16 synthétise ce phénomène, de l’an XIII (1804-1805), époque à laquelle la paix s’effrite, à l’année 1812, marquée par le tournant de la campagne de Russie.

Armée française

Contingents étrangers

Total des armées napoléoniennes

Pourcentage des contingents étrangers

An XIII

437 359

55 953

493 312

11,3 %

An XIV

498 659

43 248

541 907

8 %

1806

485 957

45 753

532 710

8,6 %

1807

599 255

133 301

733 556

18,2 %

1808

753 006

116 679

869 685

13,4 %

1809

775 679

193 413

969 092

20 %

1810

693 009

74 648

767 657

9,7 %

1811

836 413

89 985

926 398

9,7 %

1812 (A)

992 000

407 760

160 725

1 399 760

1 152 725

22,3 %

7(A) Les documents conservés au Service historique de la Défense ne fournissent aucune indication quant aux contingents alliés présents en 1812. Une moyenne fondée sur un accroissement proportionnel identique à celui de l’armée française entre 1811 et 1812 donne un effectif de 160 725 alliés, ce calcul constituant l’hypothèse basse. Une hypothèse haute a parallèlement été établie en additionnant l’ensemble des contingents italien, napolitain et polonais ayant servi dans les armées napoléoniennes 17, ainsi que le contingent théorique dû par la Confédération du Rhin. L’on aboutit alors à un total de 407 760 hommes, qui s’avère bien évidemment surestimé. Chacune de ces hypothèses inclut par ailleurs les contingents prussien et autrichien présents à la Grande Armée lors de la campagne de Russie. La proportion finale retenue résulte de la moyenne de ces deux estimations.

8Cette récapitulation révèle de façon indubitable le rôle prépondérant de l’armée française au sein du « système fédératif » napoléonien qui se met en place à partir de 1807 18. Les effectifs alliés, toujours très minoritaires, avoisinent 10 % de l’ensemble des forces en période de paix, 20 % en temps de guerre. Leur permanence peut également être interprétée comme l’indice d’un début d’intégration effective des divers territoires au sein d’une réalité géopolitique européenne globale (caractérisée au plan économique par l’application des règles du blocus continental ou, dans le domaine juridique, par la diffusion plus ou moins complète du principe d’égalité et du Code civil). Néanmoins, ces données ne représentent pas des réalités strictement identiques puisque l’échantillon retenu se modifie au fil des années, au rythme des annexions françaises. Ainsi, les troupes piémontaises, liguriennes, italiennes (en partie), hollandaises, hanséates, albanaises ou illyriennes changent de statut à l’occasion de leur rattachement territorial à l’Empire. L’on demeure par ailleurs incapable de comptabiliser les recrues d’origine étrangère (Allemands, Polonais ou autres) qui ont rejoint individuellement les rangs d’une unité française, au hasard d’une campagne ou d’un cantonnement de l’armée impériale.

9Ce tableau trouve cependant tout son sens lorsqu’on le met en regard avec la façon dont l’Empereur utilise les contingents étrangers, qu’il intègre dans son système global de défense. Les divers territoires (royaume d’Italie, de Naples, États de la Confédération…) sont protégés en priorité par leurs armées nationales 19. S’ajoutent au dispositif un certain nombre d’unités françaises et de troupes issues d’autres États de l’écoumène napoléonien. Ainsi, en 1808, l’armée (française) d’Allemagne, aux ordres du maréchal Davout, inclut des détachements de la Confédération du Rhin 20. De même, les garnisons des Provinces illyriennes ou des îles ioniennes mêlent régiments autochtones, français et italiens. Ces pratiques révèlent également une relative régionalisation de l’effort militaire, les unités allemandes participant au dispositif en Allemagne, les unités italiennes recevant une affectation en Adriatique. Par ailleurs, l’implantation de régiments français dans le royaume d’Italie 21 ou la présence d’unités françaises prêtes à intervenir sur le territoire napolitain dénotent une logique de contrôle des États-satellites analogue à celle qui prévaudra 150 ans plus tard, lors de la guerre froide.

10Les alliés ne se cantonnent toutefois pas à des missions de défense opérationnelle des territoires. Ils forment également une part (minoritaire) des armées de campagne. Les unités italiennes, napolitaines, allemandes ou polonaises sont présentes au sein des forces qui combattent en Espagne. Mais l’aspect le plus frappant de la participation croissante des divers États à l’effort militaire apparaît lorsque l’on compare la Grande Armée de 1805, l’armée d’Allemagne de 1809 et la Grande Armée de 1812. Toutes trois ont en commun de constituer l’outil militaire avec lequel Napoléon tente de résoudre directement le conflit dans lequel il est engagé. Leur composition, très différente, reflète en revanche l’évolution de l’Europe impériale 22.

11En 1805, la Grande Armée comprend un bataillon d’infanterie de la garde royale italienne (intégré à la garde impériale), 12 bataillons d’infanterie, 4 escadrons de cavalerie et 10 compagnies d’artillerie bataves (qui constituent une partie du 2e corps d’armée venant de Hollande), et enfin les corps bavarois, badois et wurtembergeois qui ne sont pas intégrés à l’organigramme général et agissent comme de petites armées auxiliaires avant d’être regroupés, le 1er octobre 1806, au sein d’un nouveau corps d’armée créé à cette occasion. En 1809, les liens fonctionnels ont été renforcés, notamment par le biais de la Confédération du Rhin qui détermine précisément la fourniture de contingents militaires. Dès lors, les forces opérant contre l’Autriche sous les ordres de l’Empereur comprennent la Garde, deux corps d’armée français, un corps d’armée français renforcé d’unités allemandes (4e CA), un corps d’armée bavarois (7e CA), un corps d’armée germano-wurtembergeois comptant en son sein une brigade française (8e CA), un corps d’armée polono-saxon (9e CA) et un corps d’armée de réserve hollando-westphalien. En 1812 enfin, outre la Garde, Napoléon dispose de 11 corps d’armée parmi lesquels le 4e est franco-italien, le 5e polonais, le 6e bavarois, le 7e saxon, le 8e westphalien, le 10e franco-prussien, tandis que les quatre corps de cavalerie sont renforcés de régiments alliés. Le contingent autrichien constitue quant à lui une partie de l’aile sud du dispositif d’ensemble. L’armée « des vingt nations » qui passe le Niémen en 1812 représente ainsi un corps expéditionnaire où les unités d’origine diverse sont quasiment toutes intégrées dans un même ensemble structurel. Quelques chiffres permettent d’ailleurs d’illustrer cette évolution.

Effectif total de la Grande Armée

Effectif total des contingents alliés

1805

232 193

100 %

35 588

15,3 %

1809

420 026

100 %

118 970

28,3 %

1812

678 080

100 %

322 167

47,5 %

12La « Grande Nation » porteuse des idéaux révolutionnaires s’est bien muée en un empire23 au sein duquel les troupes françaises constituent l’ossature de la puissance guerrière mais où l’effort militaire se doit, dans une vision politique, d’être partagé par tous. La participation des États de l’Europe impériale aux opérations menées sur les divers théâtres répond donc fort logiquement à la présence constante d’unités françaises sur tous les territoires de l’écoumène.

Les troupes étrangères de l’armée française : un ensemble de cas particuliers

13Parallèlement à la question des contingents alliés (dépendant de leur propre État souverain) se pose celle des corps de troupe de l’armée française formés d’extranationaux. Une approche par le biais de la chronologie se révélant peu pertinente, il semble préférable d’établir un classement fondé sur le double critère de l’homogénéité des origines géographiques et de la plus ou moins grande emprise de l’Empire sur leur territoire de recrutement.

Les unités à recrutement hétérogène : bataillons et régiments étrangers

14Initialement, les corps étrangers étaient tous organisés selon une origine géographique particulière (y compris les bataillons ou compagnies de déserteurs étrangers). Puis, en 1805, sont formées deux unités d’infanterie particulières. Le « régiment d’Isembourg » accueille des engagés volontaires (souvent prisonniers de guerre ayant choisi de changer de camp) autrichiens, allemands, polonais, russes… Parallèlement, le « régiment de La Tour d’Auvergne » reçoit des volontaires allemands ou d’origine diverse, encadrés d’émigrés ou d’anciens chouans. L’année suivante, le « régiment de Prusse » incorpore des déserteurs et prisonniers de guerre servant antérieurement Berlin. De son côté, la « légion irlandaise », constituée en 1803, est renforcée de 1 800 Polonais en 1806, puis de prisonniers de guerre de nationalités diverses à partir de 1809 24. Finalement, en 1811, les appellations sont normalisées : La Tour d’Auvergne devient le « 1er régiment étranger », Isembourg le « 2e régiment étranger », la légion irlandaise le « 3e régiment étranger », le régiment de Prusse (qui intègre à cette occasion une partie de la légion hanovrienne, devenue très internationale au long des années avant d’être dissoute en 1811) le « 4e régiment étranger ». Ces unités, toutefois, ne représentent, à la veille de la campagne de Russie, qu’un quart des corps extranationaux de l’armée française (troupes illyriennes exclues), la majorité des unités étrangères respectant l’identité d’origine géographique.

Les unités à recrutement homogène : des cas très divers

15Résultant de situations concrètes parfois très différentes les unes des autres, ces corps étrangers peuvent être répartis en cinq catégories, fondées sur le contrôle par l’Empire des territoires d’origine (qui conditionne la régularité des flux de recrutement).

Troupes devenues postérieurement françaises par annexion

16Il s’agit là des corps dont l’aire de recrutement est, dans un délai variable, annexée à l’Empire. Ces territoires, devenus départements, sont alors administrés comme le reste de la France, ce qui se traduit par la création d’unités territoriales (compagnies de réserve départementales, éventuellement compagnies de canonniers gardes-côtes) mais surtout par l’application des lois sur la conscription. Les recrues sont désormais susceptibles de servir dans n’importe quel régiment de l’armée française 25 et les unités existantes intégrées dans celle-ci (avec ou sans transformations pour s’adapter au modèle structurel en vigueur). Ainsi, le 28 février 1802, les hussards piémontais deviennent 26e chasseurs à cheval. Le processus s’avère identique, en 1810, pour les régiments hollandais 26. L’annexion des villes hanséatiques et du grand-duché d’Oldenbourg fournit un cas d’école. Elle se traduit par la création de trois nouveaux départements, qui formeront la 32e division militaire. Les unités d’infanterie (renforcées de la partie de la légion hanovrienne qui n’entre pas dans la composition du 4eétranger) forment les 127e, 128e et 129e régiments d’infanterie de ligne. De son côté, le 30e chasseurs à cheval est mis sur pied le 3 février 1811 par amalgame des dragons de Hambourg, des chasseurs à cheval de la légion hanovrienne et de conscrits de la 32e division, sous la houlette d’instructeurs issus du grand-duché de Varsovie (le colonel et son second étant quant à eux des officiers français parlant allemand).

17Parfois également, les corps extranationaux représentent seulement un élément du processus de transition susceptible de faire accepter l’obligation militaire nouvelle dans de meilleures conditions. Ainsi, les patriotes piémontais de l’an VIII sont remplacés par le bataillon du Pô organisé en 1803 27 à partir de volontaires, avant que les jeunes Piémontais ne soient soumis aux opérations de conscription (le bataillon du Pô étant quant à lui intégré en 1811 dans le 11e régiment d’infanterie légère)  28. Le régiment de Catalogne (3 bataillons d’infanterie) demeure chronologiquement le dernier exemple d’une telle pratique, les défaites françaises dans la péninsule ne lui ayant accordé qu’une durée de vie extrêmement brève, de février à novembre 1812.

Troupes étrangères issues de territoires sous contrôle direct de l’Empire

18Le cas des zones en voie d’intégration à l’Empire s’apparente aux exemples précédents. Vient d’abord le grand-duché de Berg et Clèves, destiné à servir de modèle aux autres États de la Confédération. Créé de toutes pièces pour Murat, administré par des fonctionnaires français qui prennent leurs ordres à Paris, il voit son armée (recrutée par voie d’engagement et, surtout, de conscription) s’accroître régulièrement. Ses trois départements alimentent finalement, en 1812, une force de 12 000 hommes environ, soit une division interarmes qui entretient des unités de guerre tant en Espagne (dès 1808) qu’à la Grande Armée.

19Les conditions d’évolution de l’aire adriatique s’avèrent quelque peu différentes, avec deux zones et donc deux commandements militaires distincts. Dès 1805, la France obtient la souveraineté sur l’Istrie et la Dalmatie 29, auxquelles s’ajoutent en 1809 la Carinthie, la Carniole, l’Illyrie et une partie de la Croatie. L’ensemble forme alors une seule entité territoriale directement rattachée à l’Empire, les Provinces illyriennes, où sont progressivement introduits la conscription et le Code civil, c’est-à-dire les structures françaises. Militairement, Napoléon en assure la protection par le biais d’unités françaises et italiennes qui épaulent les formations locales. Ces dernières offrent de multiples visages. Certaines, à l’armement disparate, aux effectifs réduits et à l’entraînement rudimentaire, sont conservées dans leurs fonctions traditionnelles de maintien de l’ordre et de défense territoriale (c’est le cas par exemple des pandours). D’autres, nouvellement organisées (le régiment léger illyrien 30 par exemple) par le biais du volontariat, puis de la conscription, représentent l’amorce d’une véritable mise aux normes militaires impériales. Enfin, six régiments-frontières croates, formés de paysans-soldats sédentaires implantés dans la zone des confins militaires (le « Kordun »), ont été cédés par l’Autriche à la France en 1809. Leur spécificité (une mobilisation permanente dans un cadre juridique précis) est utilisée pour constituer des forces de campagne (3 régiments d’infanterie, un régiment de hussards) au profit de la Grande Armée. Mais cet énorme effort épuise leur substance vive et suscite un ressentiment profond qui explique les révoltes de l’été 1813 31.

20Les îles ioniennes, de leur côté, représentent un minuscule secteur autonome. Occupées de 1797 à 1799, perdues puis retrouvées en 1807, partiellement reprises par les Anglais deux ans plus tard, elles s’organisent principalement, pour la portion demeurée française, autour de la garnison de Corfou. Napoléon s’est, là aussi, efforcé de développer la participation militaire locale pour soulager d’autant les forces franco-italiennes chargées de la défense, créant un « bataillon septinsulaire » (formé de volontaires napolitains, italiens, dalmates et de prisonniers autrichiens), un escadron de « chasseurs à cheval ioniens », deux compagnies d’artillerie, une compagnie de sapeurs, une compagnie de vétérans et une compagnie de gendarmerie32.

21Finalement, l’ensemble des forces illyro-ioniennes représente, au 1er janvier 1813 33, un peu plus de 16 000 hommes, ce qui demeure insuffisant pour assurer une défense efficace (d’autant que seule une petite partie des Croates est réellement sous les armes). L’étude plus approfondie des livrets d’appel 34 montre qu’en réalité, la protection des Provinces illyriennes est confiée à 21 084 hommes (63,5 % d’Illyriens, 11 % d’Italiens et 25,5 % de Français), celle des îles ioniennes à 10 634 soldats, français (68 %), illyriens et ioniens (20 %) et enfin italiens (12 %). Toutefois, l’armée française (et dans une moindre mesure son homologue italienne) fournissent l’essentiel des unités spécialisées, en l’occurrence les compagnies d’artillerie et de génie. En termes de politique militaire générale, l’on relève surtout un effort de mobilisation et une amorce de normalisation à l’aune des structures françaises, qui s’inscrit dans le processus global d’intégration des Provinces illyriennes, mais est conduit de façon extrêmement pragmatique, par superposition de formations nouvelles aux corps déjà existants, progressivement transformés ou regroupés plutôt que brutalement supprimés.

Troupes issues d’États souverains fournissant un nombre déterminé de recrues

22Cette rubrique particulière concerne seulement les unités suisses. Renouant en 1798 avec les pratiques d’Ancien Régime, le Directoire avait conclu la mise à disposition, au profit de l’armée française, d’un contingent de 18 000 soldats équipés et soldés par la République, les cantons signataires s’engageant de leur côté à maintenir en permanence cet effectif au complet. Le traité d’alliance du 27 septembre 1803, qui reprend l’essentiel de ces dispositions, prévoit quant à lui la constitution de quatre régiments d’infanterie (16 bataillons, 4 compagnies d’artillerie régimentaire), soit 16 000 engagés volontaires pour 4 ans (avec possibilité de rengagement pour 2, 4, 6 ou 8 ans) intégralement encadrés par des officiers suisses 35. Le système fonctionne parfaitement, le contingent annuel (fourni mensuellement par 1/12e) s’élevant à 2 000 hommes jusqu’au 1er avril 1813, à 3 000 à partir de cette date 36. De plus, ces troupes s’avèrent utilisables sans restriction sur tous les théâtres 37. L’on peut d’ailleurs ajouter à ces régiments le bataillon du Valais (créé en 1805 puis intégré en 1811 dans le 11e régiment d’infanterie légère, le canton étant devenu français l’année précédente) et le bataillon de Neuchâtel, organisé en 1807 dans la principauté dont le maréchal Berthier a reçu la souveraineté.

Troupes issues de zones devenues États alliés

23Sont ici essentiellement évoqués les volontaires polonais qui, après le dernier partage de leur pays en 1795, ont décidé de poursuivre la lutte. Une légion, créée le 9 janvier 1797 (et bientôt doublée d’une seconde), renforce la République lombarde, puis la République cisalpine. Une autre, mise sur pied en septembre 1799 (dite « légion du Danube ») rejoint l’armée française. Transformées en décembre 1801 en trois demi-brigades d’infanterie, elles sont ensuite dispersées en 1802-1803. Deux d’entre elles deviennent les 113e et 114e demi-brigades françaises 38, la dernière passe au service de la République italienne en 1802, puis du royaume de Naples en 1806. La création du grand-duché de Varsovie permet ensuite de disposer librement de l’aire de recrutement. Les unités polonaises servant dans l’armée française constituent désormais une branche parallèle, au service direct de Napoléon, des troupes du grand-duché 39. Deux légions, levées dès septembre 1806, rejoignent l’année suivante les forces militaires du nouvel État. Une troisième, organisée en avril 1807, intègre les unités détachées dans l’armée napolitaine. Initialement au service de la Westphalie, elle passe en mars 1808 dans l’armée française, sous l’appellation de « légion de la Vistule », puis fusionne en juin 1812 avec une deuxièmelégion de la Vistule constituée en 1809. Finalement, au moment où débute la campagne de Russie, les Polonais au service direct de l’Empire représentent trois régiments de cavalerie (1er lanciers de la Garde, 7e et 8e chevau-légers)  40 et quatre régiments d’infanterie (dont trois seulement existent réellement). La campagne de Russie permet d’étoffer ces unités en recrutant dans la nouvelle province de Lituanie (qui organise par ailleurs sa propre armée avec l’appui d’instructeurs du grand-duché)41 un autre régiment de lanciers (à deux escadrons seulement) et un escadron de Tatars versés dans la garde impériale.

Troupes issues de territoires que l’Empire s’efforce de conquérir

24Cette dernière catégorie englobe les contingents espagnol et portugais. Aux termes du traité de Sainte-Ildefonse de1796, l’Espagne, alliée de la France, réunit durant l’été1807 une division de 15 000hommes (identifiée par le nom de son chef, le marquis de La Romana) pour combattre avec la Grande Armée. L’unité entre au Danemark en mars1808. Mais la confiscation du trône de Madrid par Napoléon entraîne bientôt la rupture entre les deux États. Avec l’aide de la Royal Navy, 8 000 Espagnols parviennent à quitter le Danemark. Les autres, prisonniers de fait, ont le choix entre la captivité ou le ralliement au nouveau roi, Joseph Bonaparte. Une minorité retient cette dernière solution et forme, en1809, le régiment d’infanterie « Joseph-Napoléon »42 doublé, en février1812, d’un bataillon de sapeurs, ces deux corps s’avérant susceptibles désormais de compléter leurs effectifs grâce aux ressortissants espagnols choisissant le camp français ou aux prisonniers désireux de recouvrer la liberté 43.

25Le cas des Portugais demeure relativement semblable. Après l’invasion de 1807, puis la défaite des Français, la majeure partie des militaires (augmentés de civils en âge de combattre) prend du service dans l’armée anglo-portugaise qui s’oppose aux forces napoléoniennes 44. Néanmoins, une petite fraction intègre le camp impérial (vraisemblablement comme leurs homologues espagnols tant par conviction que par opportunité). En mai 1808 est donc organisée une légion portugaise, autorisée à recruter, à partir de février 1809, des prisonniers de guerre prussiens et espagnols et des déserteurs allemands et autrichiens (ce qui la place de fait, à partir de ce moment, dans les corps à recrutement hétérogène) 45. Conserver l’effectif initial se révèle néanmoins impossible et, en mai 1811, la division interarmes (infanterie, cavalerie, artillerie) est réduite à une grosse brigade d’infanterie (3 régiments et un bataillon de dépôt à Grenoble).

De l’usage raisonné des contingents étrangers

26L’intégration au sein de l’armée française de corps à recrutement extranational suscite une certain nombre de comportements particuliers, voire de précautions. Toutes ces unités (hormis les Suisses) comprennent une proportion variable de militaires français, parfois simplement une partie des officiers, parfois également une portion des troupes (par le biais notamment de conscrits destinés à augmenter l’effectif, ou de compagnies ou bataillons juxtaposés aux volontaires étrangers dans le cadre d’un nouveau régiment) 46. En revanche, l’emploi de ces formations ne diffère guère de celui des autres unités de l’armée française. La nationalité d’origine peut toutefois se révéler un atout, en évitant (ou interdisant) toute collusion avec la population ou, inversement, entraîner des restrictions d’utilisation. Il faut ainsi, à la pointe sud des Provinces illyriennes, remplacer les garnisons de Croates orthodoxes par des Croates catholiques romains 47, afin d’éviter tout rapprochement avec les agitateurs monténégrins (soutenus par des officiers russes) de la région du Cattaro.

27La question des contingents alliés se présente de façon un peu différente, et tout d’abord en terme de commandement. Lorsqu’elles agissent dans le cadre d’une alliance « classique » entre États ayant signé, sur un pied d’égalité, un texte excluant toute subordination formelle, les troupes sont dirigées par leurs propres chefs. C’est notamment le cas des corps wurtembergeois, badois ou bavarois en 1805, du corps autrichien et de la division danoise en 1812, qui conservent de ce fait une certaine latitude d’action et de choix. Cette dernière se traduit par exemple par l’extrême lenteur de mouvement des Autrichiens en novembre 1812, qui aboutit à fragiliser le dispositif d’ensemble de la Grande Armée après le passage de la Bérézina, illustrant à cette occasion la faiblesse structurelle des armées de coalition. En revanche, l’existence d’accords militaires stricts (tels ceux liant les États de la Confédération du Rhin à Paris) permet de placer sous commandement français les détachements alliés d’un niveau de corps d’armée ou de division 48. Les contingents d’un volume inférieur (brigade, régiment, bataillon) sont quant à eux généralement intégrés au sein de grandes unités françaises.

28Le fait majeur, en ce qui concerne les alliés, demeure cependant leur participation au dispositif militaire d’ensemble. Il apparaît en effet particulièrement important, dans le processus de construction d’une Europe impériale, de les voir combattre sur tous les théâtres d’opérations (Espagne, Allemagne, Russie) ou, plus simplement, contribuer à la sécurité globale de leur aire géographique (d’où les détachements italiens dans les Provinces illyriennes, les contingents allemands au sein de l’armée Davout ou encore la permanence de garnisons franco-polono-allemandes dans les forteresses prussiennes occupées) 49. Propos général que l’on pourrait illustrer en suivant précisément le sort de chacun des contingents. Un exemple entre tous sera néanmoins seul évoqué, celui des quatre duchés de Reuss dont les 450 hommes servent successivement en Espagne (1808), au Tyrol (1809) puis en Russie (1812) avant de participer à la défense de Dantzig (en 1813).

29Cette vision globale explique finalement que les corps extranationaux de l’armée française aient pu changer « d’employeur » à partir du moment où Paris le décidait. Cela se traduit par les affectations successives de certaines unités polonaises, ou encore le fait que les pionniers noirs (3 compagnies en 1802, 1 bataillon en 1803) deviennent en 1806 le Royal-Africain, au service de Naples, tandis que, la même année, une légion dalmate est intégrée à l’armée italienne 50.

30La fidélité à la France constitue par ailleurs une variable fondamentale, tant en ce qui concerne les corps étrangers de l’armée impériale que les contingents alliés. À la confiance sans faille accordée aux Polonais s’oppose la défiance envers les régiments-frontières croates, traditionnellement au service de l’Autriche et dont un nombre croissant de militaires désertent, se mutinent, voire combattent les Français à partir d’août 1813, lorsque Vienne entre à nouveau en guerre avec Paris. De même, l’implication des unités issues d’autres États dépend de la situation géopolitique du moment. Ainsi, les Prussiens, alliés forcés de l’Empire en 1812, font progressivement volte-face, de décembre 1812 à février 1813, jusqu’à devenir les adversaires déclarés de la France. Les troupes de la Confédération connaissent une identique diversité de sentiments. Le régiment des duchés de Saxe est affaibli durant le siège de Colberg par de nombreuses désertions, car ses soldats ne veulent pas combattre les Prussiens, leurs alliés de la veille. En revanche, les Hessois sont les derniers à abandonner Napoléon en 1813, et ne se séparent de la Grande Armée qu’à Erfurt, sur ordre de l’Empereur.

31Concrètement, l’emploi des contingents alliés évolue au fil des années. En 1805, numériquement peu importantes, ces troupes servent d’auxiliaires dans les manœuvres de théâtre orchestrées par Napoléon, puis dans le dispositif d’ensemble du temps de paix. Le tournant intervient en 1809. Une partie des unités françaises étant en Espagne, l’Empereur se voit contraint d’utiliser les régiments de la Confédération en première ligne. Les corps allemands manœuvrent et combattent dès lors pleinement aux côtés des détachements français ou italiens, cette tendance ne faisant que s’accentuer en 1812.

32L’usage proprement militaire des contingents extranationaux ou alliés se double, on l’a vu, de préoccupations géopolitiques. Ainsi, le régiment de La Tour d’Auvergne est partiellement encadré par des officiers nobles qui ont combattu la République. Celui de chevau-légers belges, mis sur pied en 1806, reçoit des officiers issus de familles nobles qui n’ont jamais servi la France. C’est là une façon de rallier à l’Empire les clans de notables (au même titre que la distribution de postes dans l’administration préfectorale, la diplomatie ou la Cour), tout en étant assuré qu’après quelques campagnes, les nouveaux venus seront pleinement acceptés par l’armée 51. Le raisonnement est poussé à son extrémité lorsque les chevau-légers belges accueillent en 1807 un cinquièmeescadron, formé d’Allemands issus du duché d’Arenberg, le commandement du régiment revenant alors au duc d’Arenberg, fiancé à une cousine de l’impératrice Joséphine. Puis, après avoir pourchassé les partisans de Schill, ce corps devient, en mai 1808, le 27e chasseurs à cheval (français) qui combat en Espagne, en Saxe et en France, alimentant dès ce moment ses rangs de conscrits souvent d’origine belge ou allemande.

33C’est cependant au sein de la Garde, vitrine de la Grande Armée, que l’on relève le plus aisément des exemples où l’aspect symbolique recouvre des préoccupations politiques. Jusqu’en 1807, son recrutement demeure exclusivement français, à l’exception de la compagnie (ou escadron selon les périodes) de mamelouks, formée en 1801 avec des auxiliaires autochtones de l’armée d’Égypte. Néanmoins, au fil des années, la proportion de soldats français, albanais ou illyriens ne cesse de croître. En 1814, seuls 18 mamelouks sont encore originaires du Proche-Orient. Ici, toutefois, l’élément étranger ne vise pas à renforcer de façon tangible le nombre de combattants. Équipés et habillés à l’orientale, ces cavaliers constituent le souvenir vivant de l’expédition militaro-scientifique qui demeure l’un des fondements de l’aura culturel du nouveau régime. Leur existence relève avant tout d’une logique de prestige, notamment lors des entrées triomphales de l’Empereur. De même, la présence du bataillon d’infanterie de la garde royale italienne au sein de la garde impériale lors de la campagne de 1805, ou encore l’intégration des unités d’élite hollandaises 52 répondent au souci de Napoléon de marquer concrètement l’appartenance politique de ces territoires à son aire de souveraineté. Le cas des deux bataillons de vélites royaux, formés de fils de militaires hollandais morts en service, d’orphelins et d’enfants trouvés, est tout aussi intéressant. Incorporés dans la Garde en janvier 1811, ils deviennent en mars le noyau du régiment des pupilles, qui accueille des adolescents tirés des hospices de l’Empire et qui finit par compter, en 1812, 9 bataillons, soit 8 000 jeunes Hollandais, Belges, Italiens, Allemands et Français, versés en partie, en 1813, dans les régiments de tirailleurs.

34Le corps d’élite joue cependant pleinement son rôle de vecteur d’intégration avec les chevau-légers lanciers de Pologne et de Berg. Le 1er chevau-légers (polonais) est en effet intégré presque immédiatement après sa formation, alors que les capacités militaires de ses membres sont loin de justifier un tel honneur. Mais, recrutés parmi les « propriétaires ou fils de propriétaires », tenus de fournir leur cheval, leur harnachement et leur uniforme, ils sont issus de ce monde des notables dont l’adhésion est indispensable à la construction napoléonienne 53. Le raisonnement s’avère d’ailleurs identique quant aux chevau-légers de Berg, eux aussi composés de volontaires aisés et qui, après avoir combattu en Espagne, sont attachés à la Garde en décembre 1809. En 1812, le régiment de chevau-légers et l’escadron tatar recrutés en Lituanie obéissent à une logique analogue. Bref, dans tous les cas, l’appartenance à la Garde reflète l’importance accordée au territoire d’origine. De ce point de vue, la création des deux bataillons de vélites de Turin et de Florence répond à un schéma comparable puisque les recrues italiennes qui les composent sont encadrées d’officiers et de sous-officiers issus de la Vieille Garde.

35La campagne de Russie, qui voit croître à la Grande Armée le poids de l’élément étranger, amène également un certain nombre de changements au sein du corps d’élite. Mais ces modifications semblent relever, dans un premier temps, de raisons fonctionnelles. Six bataillons polonais renforcent ainsi la Jeune Garde en octobre. Toutefois, l’accueil des éléments étrangers résulte essentiellement du désastre militaire. À l’issue de la retraite à l’ouest du Niémen, la division Roguet rassemble les débris de tous les régiments de la Garde en une petite unité de 7 144 combattants 54 susceptibles de manœuvrer en rase campagne et de couvrir le regroupement des autres corps d’armée. On relève ainsi dans ses rangs, à côté des survivants français, la présence de vélites de Turin et de Florence, de rescapés de la garde italienne, de l’équivalent de deux compagnies hessoises et enfin d’un détachement de 1 550 Napolitains destinés à faire nombre.

36La reconstitution de la Grande Armée dans les premiers mois de 1813 est l’occasion de fusions. Les deux nouveaux régiments de grenadiers à pied intègrent les combattants français et hollandais des trois régiments partis en Russie. Les deux régiments de lanciers polonais n’en forment plus qu’un, qui accueille également l’escadron tatar. Enfin, les lanciers hollandais sont renforcés des dragons de la garde de Paris et de 500 vieux soldats issus des régiments français 55. Il faut toutefois attendre la deuxième campagne de Saxe (août-octobre 1813) pour relever véritablement un processus d’internationalisation de la Vieille Garde, la seule qui ait réellement valeur de symbole. Une deuxième division d’infanterie de Vieille Garde est en effet créée, qui comprend, à côté de régiments français, les vélites de Turin et de Florence, un bataillon polonais (organisé le 14 septembre, pratiquement détruit fin octobre) et les « Leibgrenadier » saxons. Bref, l’Empire à son déclin s’efforce de promouvoir son image multinationale.

Vers une quasi-disparition des unités étrangères

Atermoiements et trahisons (janvier-octobre 1813)

37L’ouverture de la campagne de Russie avait marqué quantitativement l’apogée du recours aux unités alliées, notamment avec la présence des contingents prussien et autrichien. Néanmoins, Napoléon s’appuie essentiellement, pour la prise de Moscou (qu’il espère décisive), sur les corps français, franco-italien et polonais, confiant aux troupes allemandes, prussiennes et autrichiennes, mêlées à des unités françaises, les lignes de communication et les ailes du dispositif général. Il use ainsi ses forces nationales, en qui il a pleine confiance, sans profiter de l’indéniable charisme qu’il exerce cependant sur les formations alliées, notamment celles de la Confédération. La retraite de Moscou au Niémen modifie fondamentalement la donne. Dès la fin décembre, les Prussiens signent une convention de neutralité avec les Russes, avant de rejoindre leurs rangs quelques semaines plus tard. De leur côté, les Autrichiens agissent comme une puissance neutre à partir du 30 janvier 1813. Tandis que les débris de l’armée française mènent vaille que vaille la manœuvre retardatrice qui les conduit sur l’Elbe à la mi-avril 1813, l’Empereur, désireux de reprendre les opérations au printemps, reconstitue depuis Paris de nouvelles forces avec toutes les ressources disponibles, unités tirées de France, d’Italie, d’Espagne ou des Provinces illyriennes et, surtout, conscrits nouvellement levés. Confrontés au même désastre, les royaumes d’Italie et de Naples, mais également les États de la Confédération mènent une démarche analogue et connaissent des difficultés identiques à celle de la France (notamment quant à la cavalerie et aux trains car la demande en chevaux excède les possibilités immédiates de remonte), malgré le retour d’Espagne d’une partie de leurs cadres expérimentés. À cela s’ajoute souvent un attentisme certain devant les vacillements de la puissance française. Dès janvier 1813, des mouvements séditieux agitent le royaume de Westphalie, les grands-duchés de Francfort et de Berg. Le 25 mars, la Russie proclame la dissolution de la Confédération du Rhin, sa déclaration recevant un large écho dans les États allemands travaillés par les sociétés patriotiques. Puis le Mecklembourg-Schwerin, délivré de la tutelle napoléonienne par le recul français, se range aux côtés de la coalition. La Bavière entame quant à elle des négociations officieuses avec les coalisés et éloigne ses troupes du théâtre d’opérations, tandis que le royaume de Saxe rejoint le camp des neutres le 20 avril. Le Danemark, enfin, tout en négociant avec l'Angleterre et la Russie, attend que se clarifient les données du problème. L'Empire lui-même est touché par des émeutes en Hollande, dans les départements belges et surtout dans la région de Hambourg, dont la garnison doit se replier sur Brême.

38L’on conçoit, dans ces conditions, que la participation des divers États liés à l’Empire se réduise 56. La Grande Armée comptait, en juin 1812, 322 167 soldats alliés pour un effectif total de 678 080 hommes. Au 25 avril 1813, les troupes en mesure d’entrer en campagne représentent seulement 200 360 combattants potentiels, dont 23 474 alliés. Bref, tant en valeur absolue que relative, la contraction des renforts étrangers, en termes d’effectifs, s’avère patente. Par ailleurs, leur répartition interne a profondément évolué. Le royaume d’Italie se taille désormais la part du lion (67,1 % des forces alliées contre 7,9 % en juin 1812). Par contrecoup, la participation de la Confédération décroît dans des proportions comparables (27,7 % contre 69 % en 1812). Enfin, des puissances souveraines alliées n’entrant pas, contrairement à la Confédération, dans le cadre d’accords militaires stricts, seuls demeurent le Danemark, l’Autriche et la Prusse ayant désormais quitté le camp français. La composition des armées d’Espagne, en revanche, ne fait pas l’objet de modifications majeures, même si les unités étrangères diminuent légèrement, par suite de la perte d’un certain nombre d’officiers, sous-officiers et soldats expérimentés rappelés dans leurs États d’origine pour encadrer les nouvelles recrues. De même, l’on ne relève aucun changement d’importance dans le système défensif de l’Italie et des Provinces illyriennes.

39Les victoires de la première campagne de Saxe permettent à Napoléon de recouvrer le contrôle des territoires allemands, et donc l’apport confédéré. Si bien qu’au 15 août 1813, à la rupture de l’armistice de Pleiswitz, la Grande Armée aligne 53,5 divisions d’infanterie et 331 escadrons de cavalerie, dont respectivement 10 et 120 sont formés de contingents alliés 57. Toutefois, le système commence à se gripper, y compris pour les unités extranationales 58. Puis les défaites de la seconde campagne de Saxe amènent le retrait progressif des États confédérés. La Bavière signe un armistice séparé le 17 septembre et les Saxons changent de parti en pleine bataille, à Leipzig. Contraint de retraiter jusqu’à Erfurt, Napoléon, qui a désormais perdu tout contrôle sur l’Allemagne, libère les derniers contingents de la Confédération avant de s’ouvrir un chemin jusqu’au Rhin, en battant les Bavarois qui tentaient de lui couper la route. Lorsque les débris de la Grande Armée atteignent Mayence, au tout début de novembre, ne demeurent aux côtés de l’armée française, en termes de contingents alliés, que les Polonais et les Italo-napolitains 59.

Licenciement partiel et réorganisation des troupes étrangères (novembre 1813-janvier 1814)

40Dans la mesure où les aires de recrutement des unités alliées et des corps extranationaux de l’armée impériale se recoupent en partie, la question des contingents étrangers forme un tout. À cet égard, l’échec de la seconde campagne de Saxe simplifie en quelque sorte la situation. La construction territoriale napoléonienne ressemble alors, dès novembre 1813, à une forteresse assiégée. Outre la protection de l’Italie et de l’Illyrie, il convient désormais d’organiser au niveau des Pyrénées une ligne de résistance avec l’armée d’Espagne qui, bousculée en juin à Vittoria, a échoué en octobre dans sa tentative de contre-offensive et définitivement perdu le contrôle de la péninsule Ibérique. Or ses troupes comptent encore 4 999 militaires de la Confédération 60, 509 officiers, 9 647 sous-officiers et soldats espagnols du roi Joseph 61 et enfin les contingents italien et napolitain (9 000 hommes environ) 62. Mais l’évolution récente de la situation diplomatique a profondément modifié le statut d’une partie de ces combattants, au point d’amener Napoléon lui-même à formuler ce constat 63 : « Nous sommes dans un moment où nous ne devons compter sur aucun étranger. Cela ne peut que nous être extrêmement dangereux

41Renvoyant immédiatement les formations italiennes et napolitaine précédemment à la Grande Armée et en Espagne dans la péninsule italienne pour en renforcer la défense, l’Empereur entreprend de régler globalement la question des alliés par le décret du 25 novembre 1813 64, dont l’article 16 prescrit que « les troupes westphaliennes, ainsi que celles de Bade, de Würzbourg, de Francfort et de Nassau qui sont à l'armée d'Espagne, seront désarmées et envoyées dans l'intérieur comme prisonnières de guerre ». Mais les réactions du commandement français s'avèrent trop lentes et, dans la nuit du 10 au 11 décembre, trois bataillons de la Confédération désertent à l'ennemi 65. Les articles 10 et 11 suppriment quant à eux les unités espagnoles, dont les soldats sont désormais prisonniers de guerre ou versés dans les bataillons de pionniers, à l’exclusion des cadres et soldats français de l’ex-garde royale et du régiment Joseph-Napoléon qui rejoignent les forces impériales. Les Portugais, enfin, (un bataillon d’infanterie et un dépôt de cavalerie) 66 connaissent un sort identique.

42Le décret du 25 novembre aborde également le cas des corps hors-ligne de l'armée française. Le régiment d'Illyrie est supprimé, les Français, Polonais et Irlandais qui y servaient rejoignant l'infanterie impériale, les Illyriens et Allemands, les bataillons coloniaux. De leur côté, régiments et bataillons étrangers sont restructurés. Russes, Allemands, Suédois et, d'une manière plus générale, tous les militaires dont la patrie d'origine est en guerre avec la France, sont versés dans les bataillons de pionniers. Parallèlement, Français, Irlandais, Polonais et Italiens, passant d'un corps à un autre, constituent trois régiments susceptibles d’être complétés de conscrits de la classe 1815.

43Restent les formations organisées par nationalité, qui font l’objet de solutions diverses. La situation des Suisses demeure inchangée. En revanche, l’Empire, ayant perdu le contrôle des Provinces illyriennes, réduit le 6 novembre 67, le régiment albanais à deux bataillons (au lieu des six théoriques), et forme à Corfou un dépôt de réfugiés albanais, Paris prenant en charge les débours à raison d'un franc par jour pour tout homme ou enfant mâle de plus de dix ans, de soixante centimes pour un garçon de moins de dix ans et de cinquante centimes seulement pour les femmes et filles. Les unités croates présentes en France ou en Italie sont quant à elles désarmées et transformées en bataillons de pionniers 68. Napoléon précise cependant, à propos des Illyriens, que « s'il est de ces jeunes gens qui veuillent entrer au service, abandonner leur pays et qui parlent français et paraissent attachés à la cause de la France, on peut les employer dans les régiments français » 69.

44Les restrictions affectant les troupes de Berg se révèlent moins dures que pour le reste de la Confédération, eu égard à la situation particulière du grand-duché. Au 1er novembre 70, la France abritait deux bataillons de guerre, une compagnie d’artillerie régimentaire et deux dépôts (l’un d'infanterie, l’autre de cavalerie). Les unités présentes à la Grande Armée, en revanche, n’existent plus, tandis que la caserne de Düsseldorf est vide car tous les hommes sont « retournés tranquillement chez eux » 71. Si bien que, le 20 novembre, est créé avec les présents un régiment d'infanterie à deux bataillons, montures et équipements de cavalerie étant cédés à la Garde 72.

45Les Polonais ont, de leur côté, connu un destin particulier. Bousculée en février-mars 1813 par l’avance russe, l’armée du grand-duché a transité par le territoire autrichien (neutre) et rejoint l’Empereur seulement au moment de l’armistice, en juin. Ses 12 000 hommes 73, répartis en quelques grandes unités 74, sont ensuite de tous les combats. Regroupés sur le Rhin en novembre, coupés de leur pays d’origine, les survivants représentent désormais un stock fini (au sens démographique et mathématique du terme). Incorporés dans l’armée française, ils servent dès lors au sein de la Garde (1er chevau-légers et 3e régiment d’éclaireurs), de la ligne (8e chevau-légers renforcé des rescapés du 7e, supprimé) ou du corps polonais organisé, à l’exemple de l'ancienne légion de la Vistule, comme une véritable armée en réduction (2 bataillons d’infanterie, 4 escadrons de lanciers, 5 compagnies d’artillerie, 1 compagnie de sapeurs) 75.

46Globalement, les décisions de novembre et décembre 1813 aboutissent à définir trois statuts différents. La plupart des anciennes troupes alliées (essentiellement espagnoles) sont désormais prisonnières de guerre, au même titre que les combattants ennemis capturés lors des opérations antérieures. Une autre partie, ainsi que les corps hors-ligne de l’armée impériale dont la fidélité n’était pas assurée (les Croates par exemple), a été désarmée et transformée en bataillons de pionniers (organisés militairement et toujours soldés par Paris). Mais ces solutions palliatives n’ont pu être appliquées au sein des garnisons assiégées d’Allemagne, si bien que les troupes d’origine étrangère (Espagnols, Croates ou Allemands de l’ex-Confédération) créent d’énormes problèmes aux gouverneurs des places jusqu’à leur sortie plus ou moins négociée. Par ailleurs, sur le territoire français, l’ensemble des unités alliées désarmées et des prisonniers de guerre forme une masse de 120 000 hommes 76 susceptibles de créer des troubles (comme le démontrera la mutinerie des Croates du 2e bataillon colonial à Bastia en avril 1814) 77. D’où la mise en place de sévères mesures de sûreté et de surveillance à un moment où il importe de rassembler toutes les ressources du pays pour faire face à l’invasion.

47Ce qui reste des corps hors-ligne, restructurés au cas par cas et dispersés sur l’ensemble des théâtres d’opérations, équivaut numériquement à un petit corps d'armée dont la fidélité n'est pas réellement sujette à caution, mais dont les effectifs réduits ne sauraient suppléer la faiblesse des forces impériales 78. Bref, aux premiers jours de 1814, du Rhin aux Pyrénées, opèrent seulement des troupes françaises augmentées de quelques unités étrangères au service direct de Napoléon (représentant un peu moins de 5 % de l’effectif total) 79, tandis que le royaume d'Italie continue, tout à fait logiquement, à être défendu par une armée franco-italienne (sans participation du contingent napolitain puisque Murat a entamé un rapprochement diplomatique avec l’Autriche, et donc la coalition.).

48Par ailleurs, fait nouveau, la fiabilité des conscrits doit être mesurée à l’aune de leur origine géographique. Si bien que l’Empereur prend, dès novembre 1813, un certain nombre de mesures préventives, en liaison avec la perte de contrôle des départements hollandais et belges. Le 25, il ordonne d'ôter des 12e et 13e voltigeurs en marche pour Bruxelles« tous les Belges et les Hollandais qui se trouveraient dans ces deux régiments » 80. Quelques jours plus tard, un décret 81 enjoint de démonter, désarmer et emprisonner « tous les gardes d'honneur de la 32e division militaire et de la Hollande ». Notables ou fils de notables, ils permettront (du moins l’espère-t-on) de répondre des Français arrêtés et retenus dans ces mêmes territoires par les pouvoirs insurrectionnels. En fait, à un moment plus que jamais critique, Napoléon est contraint de recourir seulement aux vieilles provinces, à l'exclusion de ses propres annexions (hormis bien évidemment l’Italie).

En guise de conclusion

49La chute de l’Empire entraîne une certaine normalisation. Les unités étrangères (de même que la plupart des conscrits originaires des départements rattachés à la France depuis 1792) regagnent leur pays d’origine 82. La première Restauration conserve toutefois quatre régiments étrangers 83 ainsi que les Suisses augmentés des unités recréées au sein de la Maison militaire du Roi 84 (que l’Empereur supprimera en mars 1815 85, démontrant là que le recrutement étranger demeure tributaire des évolutions politiques intérieures ou extérieures). Revenu au pouvoir lors des Cent-Jours, Napoléon rappelle les soldats démobilisés et accueille un certain nombre de volontaires extranationaux qui, mêlés aux unités étrangères existantes, forment finalement huit « régiments étrangers » au recrutement relativement homogène 86.

50La campagne de 1815 voit s’affronter des soldats qui, dans un passé récent, combattaient côte à côte. Les troupes françaises se heurtent notamment aux unités belges ou à celle de Nassau. Après Waterloo, dès septembre 1815, la seconde Restauration réorganise (en la réduisant encore) l’armée française. Elle licencie à cette occasion les régiments étrangers (remplacés par la seule légion de Hohenlohe)  87 et renforce le recrutement des Suisses qui forment désormais le quart de l’infanterie de la garde royale 88. Waterloo marque également l’entrée dans le XIXe siècle, celui des États-nations où la part des soldats étrangers devient minoritaire, voire disparaît complètement des organigrammes militaires des divers pays. En France, la monarchie de Juillet (qui vient de remplacer la Restauration) licencie les troupes suisses dès le 11 août 1830, transforme le régiment de Hohenlohe en 21e régiment d’infanterie légère le 5 janvier 1831 et crée finalement, le 10 mars suivant, la Légion étrangère, destinée à accueillir l’ensemble des volontaires extranationaux désireux de servir dans l’armée française.

51Rétrospectivement, la participation de contingents non-français à l’effort de guerre napoléonien pose la question de la dynamique impériale, qui s’efforce de construire une nation-État selon un processus radicalement inverse de celui de l’État-nation, faute de quoi les forces centrifuges feront éclater la construction politique nouvelle. Le parallèle avec le rôle des troupes auxiliaires ou le recrutement de légionnaires gaulois ou germains dans les armées romaines vient immédiatement à l’esprit. En fait, l’armée française semble jouer un rôle intégrateur semblable à celui tenu, au niveau de la vie quotidienne, par le Code civil, le Code du commerce et les lois douanières résultant du blocus continental. De même, aux sénateurs et membres du Corps législatif issus des départements réunis répondent les officiers supérieurs ou généraux venus de ces mêmes territoires. Mais, comme dans tous les autres domaines, la défaite brise cette dynamique assimilatrice. Le recours à l’élément allié (718 000 hommes sur un peu plus de 3 millions de combattants environ, de 1800 à 1814 89, soit près d’un quart de l’effectif total sur l’ensemble de la période considérée) s’avère de son côté un véritable marqueur de la puissance géopolitique de la France (dont les postures de force ou de faiblesse se traduisent à l’aune des contingents étrangers). Les efforts unificateurs de Napoléon se heurtent ici à l’idée antagoniste de nationalité, qui finit par l’emporter, tant parmi ses adversaires déclarés que dans l’Allemagne de la Confédération, traduisant ainsi la nouvelle donne géopolitique issue des bouleversements sociaux de la Révolution.

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites

Archives nationales (AN) :

- Série AF IV, cartons no 711, 723, 824, 828, 829, 835, 837, 838, 839, 1119, 1173, 1185, 1650, 1651-B.

- Série AF* IV, registres no 863, 879, 880, 1563, 1577, 1578.

Service historique de la Défense, département de l’armée de Terre (SHD/DAT) :

- Série C2, cartons no 564, 604, 700, 706, 708.

- Série C2*, carton no 679.

- Série C6, carton no 6.

- Série XL, cartons no 30 et 34.

- Série 1 M, carton no 2121.

Sources imprimées

- Bulletin des Lois, Paris, Imprimerie nationale, 1794-1931.

- Correspondance de Napoléon Ier publiée par ordre de Napoléon III, Paris, Imprimerie impériale, 32 tomes, 1858-1869.

- Notice historique sur l’organisation de l’armée depuis la Révolution jusqu’à nos jours, Paris, Imprimerie nationale, 1902.

Bibliographie

- Bardin (E.), Dictionnaire de l’armée de terre ou recherches historiques sur l’art et les usages militaires des Anciens et des Modernes, Paris, Corréard, 1851.

- Bély (L.) (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1996.

- Boudon (J.-O.), La France et l’Europe de Napoléon, Paris, A. Colin, 2006.

- Brun (J.-F.), L’économie militaire impériale à l’épreuve des guerres de la VIe coalition (1812-1814), thèse de doctorat, Clermont-Ferrand, 1992.

- Brun (J.-F.), « L’échec des colonies militaires françaises (1809-1813) », Revue historique des armées, n° 248, 3/2007, p. 42 à 59.

- Chappey (J.-L.) et Gainot (B.), Atlas de l’Empire napoléonien 1799-1815, Paris, Ed. Autrement, 2008.

- Corvisier (A.) (dir.), Histoire militaire de la France, 4 tomes, Paris, PUF, 1992-1994.

- Dictionnaire militaire, encyclopédie des sciences militaires, 3 tomes, Paris, Berger-Levrault, 1898-1910.

- Fieffé (E.), Histoire des troupes étrangères au service de France, depuis leur origine jusqu’à nos jours, et de tous les régiments levés dans les pays conquis sous la Première République et l’Empire, 2 vol., Paris, Dumaine, 1854.

- Pigeard (A.), Dictionnaire de la Grande Armée, Paris, Tallandier, 2002.

- Tulard (J.), Le Grand Empire, Paris, A. Michel, 1982.

- Tulard (J.) (dir.), Les empires occidentaux : de Rome à Berlin, Paris, PUF, 1997.

- Tulard (J.) (dir.), Dictionnaire Napoléon, Paris, Fayard, 1999.  

Haut de page

Document annexe

  • Annexes (application/msword – 126k)
Haut de page

Notes

1  Bély (L.) (dir.), Dictionnaire de l’Ancien Régime, article « Mercenaires », p. 818.

2  On compte dans l’infanterie 12 régiments étrangers (allemands, irlandais, liégeois), auxquels s’ajoutent les 4 bataillons de gardes suisses de la Maison militaire du roi et les 11 régiments suisses de l’armée royale, soit au total 50 bataillons d’infanterie (Dictionnaire militaire, p. 2430).

3  D’où la définition du général Bardin : « Corps étrangers : sorte de corps régimentaires considérés ici comme un composé d’auxiliaires prêts à combattre pour la cause du gouvernement qui les paye. » (Dictionnaire de l’armée de terre, t. 2, p. 1670).

4  Bardin (E.), Dictionnaire de l’armée de terre, t. 2, p. 1670.

5  Fort logiquement, la défense de la communauté nationale apparaît comme une obligation. Le principe conscriptif vient de naître, son organisation définitive n'intervenant toutefois qu'avec la loi Jourdan-Delbrel du 19 fructidor an VI (5 septembre 1798) qui, s’appuyant sur l’article 9 de la Déclaration des devoirs du citoyen et l'article 286 de la Constitution, affirme (titre premier, article premier) que « tout Français est soldat et se doit à la défense de la patrie ».

6  Les unités suisses (au même titre que le Royal-Liégeois) sont dissoutes car on les suspecte d’esprit contre-révolutionnaire.

7  Le 1er août 1792 est votée une loi permettant de créer une légion franche étrangère composée d’infanterie, de cavalerie et d’artillerie, recrutant essentiellement des volontaires hollandais.

8  Voir annexe no 1.

9  Voir annexe no 1.

10  Le Consulat et à l’Empire ont levé près de 2 millions de conscrits (contre 52 000 engagés volontaires environ de 1800 à 1815).

11  La chronologie des annexions territoriales s’établit ainsi : 09-03-1801, réunion officielle des 4 départements de la rive gauche du Rhin ; 11-09-1802, réunion du Piémont (6 départements) ; 04-06-1805, réunion de Gênes et de la Ligurie (4 départements) ; 24-05-1808, réunion de Parme, Plaisance et de la Toscane (3 départements) ; 25-12-1809, organisation des Provinces illyriennes ; 17-02-1810, réunion des États pontificaux (2 départements) ; 16-03-1810, réunion des territoires hollandais situés au sud du Waal ; 09-07-1810, réunion du royaume de Hollande (6 départements) ; 10-12-1810, réunion des villes hanséatiques, d’une partie du royaume de Westphalie et du grand-duché d’Oldenbourg (5 départements) ; 10-12-1810, réunion de la République du Valais (1 département) ; 13-12-1810, sénatus-consulte portant le nombre des départements de l’Empire à 130 ; 26-01-1812 réunion de la Catalogne (4 départements).

12  Voir annexe no 1.

13  Si l’on ôte du total des troupes étrangères les 20 000 Illyriens, Croates et Albanais issus de territoires rattachés à l’Empire (Provinces illyriennes, îles ioniennes).

14  La péninsule italienne est entièrement sous l’emprise française par le biais des départements français d’Italie, du royaume d’Italie dont Napoléon est le souverain, et enfin du royaume de Naples, dirigé par son frère Joseph puis son beau-frère Murat. De leur côté, les Provinces illyriennes constituent une véritable marche militaire face à l’Autriche et à l’Empire ottoman. La France a également établi sur ses frontières orientales et septentrionales un glacis protecteur d’États-tampons (Confédération helvétique et Confédération du Rhin). Enfin, plus à l’est, le grand-duché de Varsovie représente à la fois un avant-poste et une base d’opérations potentielle contre la Russie ou la Prusse.

15  Un courrier de Napoléon à Talleyrand est parfaitement révélateur à cet égard : « Monsieur le Prince de Bénévent, il est nécessaire que M. de Hohenzollern [le prince de Hohenzollern-Hechingen qui, d’après les traités, devait fournir un contingent de 93 soldats intégrés aux troupes de Nassau] forme une compagnie de 140 dragons à cheval, tous Allemands. Comme tous les efforts qu’il fera ne sont pas d’accord avec ses moyens, vous lui direz qu’en secret je lui donnerai le subside nécessaire. Vous lui ferez connaître que mon motif réel est de fournir à la maison de Hohenzollern les moyens de se montrer dans cette circonstance. » (Correspondance de Napoléon Ier, lettre no 10 857 du 22 septembre 1806).

16  SHD/DAT, 1 M 2121.

17  Corvisier (A.) (dir.), Histoire militaire de la France, t. 2, p.  319.

18  Les campagnes victorieuses de 1805-1807 permettent de mettre sur pied la Confédération du Rhin, ce qui équivaut à remplacer en Allemagne l’influence autrichienne par l’influence française.

19  L’armée du royaume d’Italie passe de 27 000 hommes en 1805 à 47 000 en 1808. Outre la défense territoriale du royaume, ses unités fournissent les troupes de campagne qui assurent la protection des Provinces illyriennes et des îles ioniennes, combattent en Espagne ou entrent dans la composition de l’armée d’Italie en 1809, du 4e corps d’armée en 1812, du corps d’observation d’Italie en 1813-1814.

20  L’armée du Rhin, sous les ordres du maréchal Davout, représente au 18 octobre 1808 (y compris les villes hanséatiques confiées plus particulièrement au maréchal Bernadotte) 94 448 soldats français, 7 803 soldats hollandais, 3 274 soldats polonais et 1 992 soldats saxons, auxquels il convient d’ajouter 20 121 Polonais et 4 215 Saxons stationnés dans le grand-duché de Varsovie. L’ensemble forme un dispositif de défense sur lequel Paris a directement autorité (SHD/DAT, C2 664).

21  AN, AF* IV 863. Les livrets d’appel révèlent que plusieurs unités françaises (9e, 13e, 35e, 53e, 84e, 92e, 106e régiments d’infanterie de ligne, 2e régiment d’artillerie à pied, 4e régiment d’artillerie à cheval, 7e bataillon bis du train d’artillerie ainsi qu’une compagnie d’ouvriers d’artillerie), alimentées par des conscrits des divers départements de l’Empire, ont leur dépôt (leur « garnison-mère » en quelque sorte) à l’intérieur du royaume d’Italie.

22  SHD/DAT, C2 604 (appels de la Grande Armée du 25 fructidor an XIII – 14 septembre 1805 et du 15 vendémiaire an XIV – 7 octobre 1805), C2* 679 (appel des armées d’Allemagne et d’Italie réunies du 15 septembre 1809), C2 700 (appel de la Grande Armée du 15 juin 1812).

23  Qui promeut toujours une idéologie différente de celle de l’Europe d’Ancien Régime.

24  Cet exemple de passage d’un recrutement homogène à un recrutement hétérogène n’est pas unique puisque c’est également le cas de la légion portugaise, ce qui prouve à l’évidence que les modes de recrutement s’adaptent au poids des circonstances.

25  Cette application se faisant progressivement. Ainsi, par exemple, le sénatus-consulte du 3 février 1811, qui met en activité 80 000 conscrits de 1811, prescrit également la levée de 1 000 conscrits de 1810 dans les départements de Rome et du Trasimène issus de l’annexion des États pontificaux en 1810 (Bulletin des lois, 1811).

26  Voir annexe no 4.

27  L’annexion du Piémont datant de septembre 1802.

28  Le 11e léger est formé le 28 février 1811 à partir de quatre unités de volontaires issus de territoires plus ou moins récemment français, et dont l’existence concrétise cette phase de transition : le bataillon corse, le bataillon valaisan, les tirailleurs du Pô et le 1er bataillon de la légion du Midi (piémontaise). Le dépôt de ce régiment est quant à lui fixé à Wesel (sur le Rhin).

29  Ce qui permet de résoudre un problème de recrutement. Dès janvier 1802, le Consulat avait en effet transformé les légions « grecque » et « cophte » en un « bataillon des chasseurs d’Orient » (ou « bataillon des chasseurs à pied grecs »), cantonné à Toulon. À partir de 1806, cette unité tient garnison à Raguse, afin de faciliter le recrutement de volontaires albanais.

30  Mise sur pied en 1810, cette unité reçoit un encadrement composite. Les régiments croates fournissent ainsi une partie des sous-officiers, tandis que le corps des officiers est formé d’un tiers de Français et de deux tiers de Belges ou de militaires précédemment au service de l’Autriche.

31  Brun (J.-F), « L’échec des colonies militaires françaises (1809-1813) », Revue historique des armées, no 248.

32  Sachant que les appellations demeurent trompeuses par rapport au volume habituel des unités françaises. Ainsi le bataillon septinsulaire compte seulement 88 militaires (dont 20 officiers !), les chasseurs à cheval ioniens, 4 officiers et 60 sous-officiers ou cavaliers (appel du 1er janvier 1813, AN, AF*IV 863).

33  AN, AF*IV 863.

34  AN, AF*IV 863, livret d’appel du 1er janvier 1813.

35  Hormis la fonction de colonel général, sinécure rémunératrice reprise de l’Ancien Régime, qui consiste à commander les troupes suisses stationnées à Paris et à surveiller les autres régiments affectés sur le reste du territoire. Cet emploi sera tenu par les maréchaux Lannes, de 1807 à 1809, puis Berthier, de 1809 à 1814.

36  AN, AF IV 1119.

37  Ce qui amènera, notamment à Baylen, en 1808, les Suisses de l’Empire (pantalon blanc, veste rouge) à combattre les Suisses du camp espagnol (pantalon blanc, veste bleue). Cette affaire représente un cas de figure totalement inédit, les accords signés entre cantons et États « employeurs » prévoyant explicitement un véritable « droit de retrait », afin d’éviter les affrontements fratricides entre mercenaires suisses.

38  Ce qui n’est pas une innovation. En novembre 1793, en effet, la légion franche étrangère créée l’année précédente (voir note 7) avait été transformée en 31e demi-brigade d’infanterie légère et 13e régiment de chasseurs à cheval de l’armée française.

39  Au début de l’année 1812, l’armée du grand-duché est composée de 17 régiments d’infanterie (54 bataillons), 16 régiments de cavalerie (64 escadrons), 2 régiments d’artillerie, ainsi que des unités de train et du génie nécessaires.

40  Le 1er lanciers entre dans la garde impériale dès 1807, les 7e et 8e chevau-légers sont mis sur pied en 1811 avec les escadrons de la légion de la Vistule.

41  L’armée lituanienne devait, à terme, comprendre 6 régiments d’infanterie, 4 régiments de cavalerie, 2 bataillons de garde nationale et une gendarmerie. Mais, au moment du repli de la Grande Armée, n’ont été mis sur pied qu’un régiment d’infanterie, le régiment de lanciers de la Garde et l’escadron tatar.

42  AN, AF IV 1185. Le régiment Joseph-Napoléon représente environ 3 100 hommes au début de l’année 1813.

43  L’afflux de captifs espagnols conduit Napoléon à créer, par le décret du 23 février 1811, 30 bataillons de pionniers (composés de prisonniers de guerre) qui seront employés, pour moitié, à des travaux de fortification, pour l’autre moitié directement par les Ponts et Chaussées. Puis, en avril 1811, sont formés 8 nouveaux bataillons « pour les travaux maritimes des ports, bassins et rades ». Comme le prévoit par ailleurs l’arrêté du 13 floréal an VII (3 mai 1799), les pionniers reçoivent la moitié de la solde des unités françaises (sachant qu’ils sont susceptibles de compléter ce « fixe » par les gains obtenus en tant que travailleurs). Enfin, en 1811, une compagnie de pionniers et une compagnie de vétérans sont organisées, pour recevoir les militaires du régiment Joseph-Napoléon, renvoyés pour indiscipline ou trop âgés pour assurer un service de guerre.

44  Lord Beresford recrée, à partir de 1808, une armée portugaise dont les forces actives comptent 108 000 hommes en 1812. Bardin (E.), Dictionnaire de l’armée de terre, t. 3, p. 3543.

45  L’élément portugais devenant même minoritaire puisque les 2 817 militaires qui gagnent la France sont mêlés, à partir de février 1809, à 4 503 non Portugais. Pigeard (A.), Dictionnaire de la Grande Armée, p. 373.

46  Le cas du 11e régiment d’infanterie légère a déjà été évoqué. Mais il arrive aussi qu’une unité change progressivement de statut. Ainsi, le bataillon franc de l’île d’Elbe cesse de recruter des étrangers en 1810 au profit de conscrits français. Mais les extranationaux incorporés antérieurement continuent à servir dans ses rangs.

47  SHD/DAT, C6 6, lettre du général Bertrand, gouverneur des Provinces illyriennes, au ministre de la Guerre, 17 juin 1811.

48  C’est-à-dire les grandes unités de premier ou de second rang servant de pions de manœuvre au plan opératif. Les corps d’armée totalement ou partiellement formés par les contingents de la Confédération seront ainsi dirigés, en 1809, 1812 ou 1813 par un Français (à l’exception du contingent polonais dont la loyauté ne rend pas nécessaire une telle précaution).

49  Stettin, Cüstrin, Glogau, et bien évidemment Dantzig.

50  Mais il existe également l’exemple inverse. Le royaume d’Espagne de Joseph Bonaparte met ainsi sur pied, en 1812, un régiment d’infanterie, le Royal-Étranger, au recrutement international, mais dont le noyau est formé d’ex-prisonniers de guerre français issus de l’armée du général Dupont, qui avaient capitulé à Baylen en 1808 et que Napoléon, pour cette raison, ne veut plus voir sous ses drapeaux.

51  Ce qui n’avait pas été le cas avec les gendarmes d’ordonnance, rapidement dissous car ils rappelaient trop aux vétérans des guerres révolutionnaires les corps privilégiés de la Maison du Roi.

52  Voir annexe no 4.

53  Autre exemple de cette implication forcée des notables, les gardes d’honneur, levés à partir d’avril 1813 parmi les élites de l’Empire ou leurs fils, et qui, tenus de s’équiper et de se monter à leurs frais, forment quatre régiments de cavalerie légère qui combattent effectivement lors de la deuxième campagne de Saxe puis s’illustrent en 1814 « à la suite » de la garde impériale.

54  AN, AF IV 1651-B, rapport d’Eugène de Beauharnais du 10 février 1813.

55  AN, AF IV 1173, décision du 4 mars 1813.

56  Brun (J.-F.), L’économie militaire impériale à l’épreuve des guerres de la VIe coalition (1812-1814), thèse de doctorat d’histoire, p. 780 et 781.

57  Brun (J.-F.), L’économie militaire impériale à l’épreuve des guerres de la VIe coalition…, p. 905, 920 et 921.

58  SHD/DAT, C2 706 et C2 708, les prévisions du 15 avril 1813 envisageaient en effet la participation, au sein du corps d’observation d’Italie, de 12 bataillons et 2 compagnies d’artillerie issus des régiments étrangers, et de 4 bataillons croates. Mais, au 15 août, seuls 3 bataillons étrangers et 2 bataillons croates ont pu être réunis.

59  Les princes allemands rejoignent progressivement la coalition par le biais de traités d’alliance conclus essentiellement en octobre et novembre 1813 (3 octobre pour la Bavière, 24 novembre pour le duché de Saxe-Cobourg).

60  AN, AF*IV 1577, appel des armées d’Espagne au 1er novembre 1813.

61  AN, AF*IV 1577, appel des armées d’Espagne au 1er novembre 1813 et AN, AF*IV 879, récapitulation des troupes présentes dans l’intérieur de l’Empire le 1er novembre 1813.

62  AN, AF*IV 880, cadres venant de la Grande Armée et AN, AF*IV 1577, cadres des armées d’Espagne et de Catalogne.

63  Note dictée par Napoléon au comte Daru, Saint-Cloud, 15 novembre 1813 (Correspondance de Napoléon Ier, lettre no 20 893). Ce thème sera repris dans une missive au général Clarke le 25 novembre (Correspondance de Napoléon Ier, lettre no 20 940).

64  Décret du 25 novembre 1813 (AN, AF IV 829 et Bulletin des lois, 1813).

65  AN, AF*IV 1578.

66  AN, AF*IV 879, appel du 1er novembre 1813.

67  AN, AF IV 824, décret du 6 novembre 1813.

68  Articles 8 et 9 du décret du 25 novembre 1813.

69  Lettre no 20 987 de Napoléon au général Clarke, Paris, 8 décembre 1813, Correspondance de Napoléon Ier.

70 AN, AF*IV 879, appel du 1er novembre 1813.

71  AN, AF IV 828, témoignage du commissaire impérial de Düsseldorf, 3 novembre 1813.

72 AN, AFIV828.

73  AN, AF IV 1650. Très exactement 12 070 présents à l’appel du 29 juillet 1813.

74   Le livret d’appel de la Grande Armée, du 15 août 1813 (SHD/DAT, C2 708) indique que les Polonais sont répartis entre la Garde (7 escadrons), le 1er CA (4 bataillons, 8 escadrons, 1 compagnie d’artillerie), le 8e CA (10 bataillons, 6,5 escadrons, 8 compagnies d’artillerie) et le 4e corps de cavalerie (24 escadrons, 2 compagnies d’artillerie).

75  Décrets des 4 décembre (AN, AF IV 837), 13 décembre (AN, AF IV 837), 18 décembre (AN, AF IV 838) et 20 décembre 1813 (AN, AF IV 839).

76  Note dictée au comte Daru, Saint-Cloud, 15 novembre 1813 (Correspondance de Napoléon Ier, lettre no 20 893). L’administration de la guerre avait initialement prévu d’entretenir 59 000 prisonniers de guerre en 1813 (AN, AF IV 1185). Les événements ont donc conduit à doubler ce chiffre.

77  SHD/DAT, XL 30.

78  L’ensemble se résume ainsi : régiments étrangers : 8 bataillons, 2 dépôts ; Albanais : 2 bataillons ; Grand-duché de Berg : 2 bataillons, 1 compagnie de sapeurs ; Polonais : 2 bataillons, 10 escadrons, 5 compagnies d’artillerie, 1 compagnie de sapeurs ; Suisses : 17 bataillons, 3 dépôts.

79  Cette approximation (très exactement 4,9 %) constitue vraisemblablement une surestimation. Elle est obtenue en rapportant l’effectif théorique total des unités étrangères (33 060 hommes) à l’effectif total des armées napoléoniennes (672 841 présents) à cette époque. Brun (J.-F.), L’économie militaire impériale…, p. 1079).

80  Lettre no 20 943 de Napoléon au général Clarke, Paris, 25 novembre 1813, Correspondance de Napoléon Ier.

81  AN, AF IV 835, décret du 7 décembre 1813.

82  L’arrêté du 23 avril 1814 (Bulletin des lois, 1814) dissout les corps de pionniers espagnols, portugais, hollandais, croates et illyriens. Un second arrêté, du même jour, renvoie les officiers et artilleurs hollandais. Par ailleurs, l’ordonnance royale du 12 mai (Bulletin des lois, 1814) précise que « les officiers nés dans les pays qui, à la paix, ne feront plus partie de la France » seront libres de quitter l’armée française ou de continuer à y servir, ce qui sous-entend que les sous-officiers et soldats d’origine étrangère, encore présents sous les armes, demeurent dans les régiments français. Par ailleurs, 109 lanciers polonais accompagnent Napoléon à l’île d’Elbe avant de former, aux Cent-Jours, le 1er escadron du régiment de chevau-légers lanciers de la Garde qui combat à Waterloo.

83  L’ordonnance royale du 16 décembre 1814 (Bulletin des lois, 1814) réorganise les 3 régiments étrangers et crée le « régiment colonial étranger » afin d’accueillir les Espagnols et Portugais qui ont servi la France et ne peuvent (ou ne veulent) retourner dans leur pays.

84  La compagnie des Cent-Suisses et les unités de gardes suisses sont reconstituées sur le modèle de 1789.

85  Ordonnance impériale du 13 mars 1815 (Bulletin des lois, 1815).

86  Le 1er régiment est piémontais, le 2e suisse, le 3e polonais, le 4e allemand, le 5e belge, le 6e hispano-portugais, le 7e irlandais, le 8e italien. La transformation, le 20 mai, du 1er étranger en 31e léger, qui l’assimile pleinement aux unités françaises, revêt une signification politique évidente.

87  Ordonnance royale du 6 septembre 1815 (Bulletin des lois, 1815).

88  La garde royale perd, en 1815, un certain nombre d’unités de prestige et devient un véritable corps d’armée d’élite, dont le poids croît proportionnellement au sein d’une armée française réduite. De 1815 à 1830, l’armée française compte dans ses rangs les Cent-Suisses, 6 régiments d’infanterie suisses (dont 2 dans la Garde), le régiment de Hohenlohe, ainsi que quelques militaires étrangers issus de l’armée impériale, qui servent à titre individuel au sein des légions départementales (nouvelle et provisoire appellation des régiments d’infanterie) durant les premières années de la Restauration. Corvisier (A.), Histoire militaire de la France, t.  2, p. 435.

89  Le colonel Carles a récapitulé précisément la participation des contingents alliés : 84 800 Polonais, 121 000 Italiens, 30 000 Napolitains, 110 000 Bavarois, 66 100 Saxons, 48 700 Wurtembergeois, 52 500 Westphaliens, 29 000 Badois, 13 200 militaires du grand-duché de Berg et 60 500 issus des petits États allemands, 15 000 Espagnols, 17 000 Hollandais, 24 000 Danois, 30 000 Autrichiens et 17 000 Prussiens. Voir : Corvisier (A.) (dir.), Histoire militaire de la France, t. 2, p. 319. L’effectif des armées françaises résulte quant à lui de l’addition des soldats issus des armées de la Révolution (350 000 environ), des 52 000 engagés volontaires et des 2 millions de conscrits levés de 1800 à 1814.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Brun, « Les unités étrangères dans les armées napoléoniennes : un élément de la stratégie globale du Grand Empire », Revue historique des armées, 255 | 2009, 22-49.

Référence électronique

Jean-François Brun, « Les unités étrangères dans les armées napoléoniennes : un élément de la stratégie globale du Grand Empire », Revue historique des armées [En ligne], 255 | 2009, mis en ligne le 16 juin 2009, consulté le 01 août 2014. URL : http://rha.revues.org/6752

Haut de page

Auteur

Jean-François Brun

Maître de conférences d’histoire à l’université de Saint-Étienne, il est spécialiste d’histoire économique et militaire. Lieutenant-colonel de réserve, ancien auditeur de l’IHEDN, il a participé à trois reprises aux opérations extérieures au Kosovo.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org