Navigation – Plan du site
Dossier

« Des enfants de la Grande Famille » ? Les compagnies de gendarmerie autochtones dans le nord de l’Espagne (1810-1813)

Gildas Lepetit
p. 50-60

Résumés

L’arrivée dans le nord de l’Espagne des vingt escadrons de gendarmerie impériale créés par le décret impérial du 24 novembre 1809 correspond à la floraison d’unités autochtones aux statuts variés mais disposant d’une appellation en rapport avec l’institution française. Composées de jeunes gens recrutés localement et parfois d’anciens insurgés, elles s’apparentent rapidement à des formes de gardes civiques très éloignées de la gendarmerie française. Destinés à servir de guides et d’interprètes, les gendarmes indigènes se muent progressivement en unités de contre-guérilla, aux résultats parfois satisfaisants, malgré quelques exactions et plusieurs complots. Sur la fin de la période, les membres de ces unités décimées par les désertions ou dissoutes pour inconduite sont envoyés en France comme réfugiés, où ils attendent plusieurs années de pouvoir rentrer en Espagne en sécurité.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  SHD/DAT, C8 53, lettre du 14 août 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.

1Dans le conflit asymétrique qui se déroule en Espagne sous le Premier Empire, le ralliement de la population est un facteur essentiel de la pacification. Nombreux ont été les officiers français à considérer les Espagnols comme des sujets égaux aux habitants de l’Empire, comme des « enfants de la Grande Famille » selon l’expression du général Buquet, inspecteur général de la gendarmerie d’Espagne 1. Pourtant, entre les afrancesados, les tenants de l’insurrection et la masse silencieuse, extrêmement majoritaire dans les premières années du conflit, l’invasion française n’a pas été uniformément perçue par les Espagnols. Là où les Français ne voient bien souvent qu’un ensemble homogène, s’entremêlent en réalité des sentiments divers et complexes allant du rejet complet au ralliement sans borne.

  • 2  Lafon (Jean-Marc), « Les forces autochtones de contre-insurrection en Espagne (1808-1814) », Revue (...)
  • 3  Hugo (Léopold), Mémoires sur la guerre d’Espagne, Paris, Cosmopole active, 2001, p. 89. Sisinio (J (...)
  • 4  AGS, GYJ Leg. 1 110, décret impérial du 8 février 1810 créant les 1er, 2e, 3e et 4e gouvernements (...)

2Parmi les partisans de l’occupation française, certains poussent l’engagement jusqu’à rejoindre des unités militaires nouvellement créées. Malgré l’hostilité affichée par Napoléon 2, Joseph, nouveau roi d’Espagne, tente de s’attacher une armée pour partie composée d’autochtones et créé notamment des milices civiques dans toutes les villes qu’il traverse 3. Différentes gardes et compagnies au caractère militaire affirmé sont ainsi formées dans l’ensemble de la péninsule. ²Les provinces septentrionales de l’Espagne, érigées en gouvernement militaire au début du mois de février 1810 et disposant en cela d’un statut spécifique 4, sont également concernées par cette vague de création. Fleurit ainsi une multitude de structures : gardes civiles, compagnies de fusiliers ou de gendarmerie, installées sur l’ensemble des provinces placées sous la domination directe de Paris.

3La formation de ces nouvelles unités de gendarmerie autochtone n’est pas un acte neutre stratégiquement et politiquement. De la question de leurs statuts, de leur recrutement ou de leurs conditions d’emploi, dépend leur efficacité dans une guerre où le contrôle de la population s’impose comme un enjeu majeur.

Gendarmes de statut ou gendarmes de nom ?

4Les compagnies de gendarmerie créées lors de l’occupation française, notamment dans le Vascongadas, en Aragon, en Catalogne ou en Castille, sont plus ou moins indépendantes de la gendarmerie française. Dans cette multitude de nouvelles unités, rares sont celles ayant un lien statutaire réel avec l’institution française. En réalité, exception faite de la gendarmerie cantabre mise en place par Thouvenot dans le 4e gouvernement en mars 1810, aucune autre ne peut se prévaloir d’une telle filiation. Le nom de gendarmerie est surtout un moyen de revêtir une légitimité, peut-être d’en atténuer le caractère militaire et surtout de démontrer que le temps des combats est révolu.

  • 5  SHD/DAT, C8 230, arrêté du maréchal Bessières en date du 21 février 1811.
  • 6  CHAN, 384 AP 106, tableau en date du 2 décembre 1811 des dépenses mensuelles de trois compagnies d (...)

5Cette absence de lien organique entre la gendarmerie française et une majorité des compagnies espagnoles est encore consolidée par la non-implication des autorités de l’Arme dans la formation de ces gendarmeries. Hormis la compagnie castillane, dont la création est confiée à un officier de l’Arme 5, les unités espagnoles ressemblent davantage à des adaptations locales de la gendarmerie de France qu’à une exportation stricte du modèle. Les gendarmeries espagnoles, le pluriel étant plus adéquat eu égard de la variété des statuts, sont donc issues de la volonté personnelle d’un général en chef et donc totalement déconnectées des autorités centrales françaises. Il est somme toute malaisé de trouver des points communs à l’ensemble de ces unités. Rien dans l’organisation, dans les effectifs, dans les tenues ou dans les appointements n’a d’uniformité. Du point de vue des soldes, par exemple, la gendarmerie aragonaise perçoit une rémunération moindre que son homonyme française, alors que les futurs gendarmes castillans sont pour cette matière assimilés à leurs homologues nationaux 6.

  • 7  CHAN, 384AP 106, lettre du 2 décembre 1811 du commissaire des guerres Perrin au général Musnier.

6Les disparités entre gendarmeries française et espagnoles apparaissent encore plus profondes quand on s’intéresse à l’emploi des unités. L’exemple de la gendarmerie aragonaise est en cela révélateur. Comme l’écrit le commissaire des guerres Perrin en décembre 1811, les compagnies de gendarmes aragonais « seront non seulement employées à maintenir la police, à la poursuite des brigands, vagabonds, déserteurs et autres mauvais sujets préjudiciables à la tranquillité publique ; mais encore à celle des contrebandiers, et quand elles feront des captures, elles les conduiront dans les douanes, où, en présence du commandant, d’un bas officier, et d’un gendarme du détachement qui s’en sera emparé, l’estimation sera faite et la moitié de la valeur lui sera adjudiquée conformément à ce qui est prescrit dans les règlements à ce sujet » 7. L’investigation, attribution des gendarmes en France, semble donc absente du service des unités aragonaises. Seul l’aspect maintien de la tranquillité publique est avéré.

7Ainsi, ces unités supplétives appelées « gendarmeries » ne sont en aucun cas les embryons d’une éventuelle gendarmerie instaurée selon le modèle français. En réalité, plus qu’un statut, l’emploi du terme « gendarme » apparaît comme une commodité et un abus de langage. Ces unités semblent en effet n’être que des formes particulières de gardes civiques. Pour autant, tous les supplétifs ne sont pas dans ce cas. Le général Thouvenot s’efforce quant à lui de concilier le nom et le statut lors de la création de la gendarmerie cantabre, seule unité à la filiation avec la gendarmerie française clairement établie.

  • 8  SHD/DAT, C8 43, lettre du 9 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier.
  • 9  SHD/DAT, C8 185, lettre du 7 mars 1810 du général Thouvenot au général Buquet.
  • 10  SHD/DAT, C8 45, lettre du 10 avril 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier.
  • 11  SHD/DAT, C8 199, lettre du 12 octobre 1810 du général Thouvenot au général Buquet.

8Tout dans la formation des gendarmes cantabres tend à les rapprocher de leurs homologues français. En mars 1810, quelques jours à peine après l’entrée des gendarmes dans la péninsule, le général Thouvenot décide d’adjoindre « vingt-cinq jeunes gens du pays à chaque escadron de gendarmerie » 8. À la même date, le même écrit à leur propos au général Buquet son intention « de leur donner le même habillement, armement et équipement qu’à [sa] gendarmerie à pied, leur faire payer la même solde et enfin de les traiter en tout de la même manière ». Seule infime différence, les auxiliaires arboreraient une « cocarde (…) moitié française moitié espagnole » 9. Le 10 avril suivant, Thouvenot leur octroie la dénomination de « gendarmerie cantabre », précisant que l’épithète « cantabre » comprenait « anciennement les pays basques français et espagnols et s’étendait sans lacune vers le centre des Asturies » 10. Ainsi, le nom même de ces nouveaux auxiliaires s’impose à l’esprit comme une continuité entre la France et l’Espagne. En octobre 1810, il demande au général Buquet de faire opérer pour les Cantabres « les mêmes retenues [sur la solde] qu’aux gendarmes de l’empire » 11.

  • 12  SHD/DAT, C8 185, lettre du 22 mars 1810 du général Thouvenot au chef d’escadron de gendarmerie Bur (...)
  • 13  SHD/DAT, C8 185, lettre du 14 mars 1810 du général Thouvenot au général Buquet.
  • 14  SHD/DAT, C8 185, lettre du 7 mars 1810 du général Thouvenot au général Buquet.
  • 15  SHD/DAT, C8 185, lettre du 7 mars 1810 du général Thouvenot au général Buquet. CHAN, AFIV 1157, ra (...)

9Des limites organisationnelles se font cependant jour. D’une part, tous les Cantabres doivent servir à pied 12. En effet, la présence de cavalerie au sein de ces unités est désapprouvée par Thouvenot car « cela entraînerait à [sic] un surcroît de dépenses que le gouvernement de Biscaye n’est pas, en ce moment, dans le cas de supporter » 13. Le gouverneur des provinces basques prend donc le prétexte d’un manque de fonds. Pourtant, on ne peut s’empêcher de lire dans cette volonté une certaine méfiance à l’égard de cette gendarmerie « moitié française moitié espagnole » 14. D’autre part, bien que deux maréchaux des logis cantabres, Louis Vento et Raymond Barrutia, accèdent par la suite au grade de sous-lieutenant, aucun poste d’officier n’est initialement prévu 15.

10Ainsi voit-on clairement apparaître une variété de statuts différents. Entre les gendarmes de nom, notamment aragonais, et les gendarmes cantabres, assimilés à la gendarmerie française, peu de points communs existent, exception faite de leur nationalité. Cette diversité résulte avant tout de l’aspect extrêmement local de ces créations. Aucune vision d’ensemble ne semble avoir présidé à ces formations, renforçant le sentiment d’une multiplication de milices locales plus que de l’organisation d’un ensemble cohérent, embryon d’une future gendarmerie du nord de l’Espagne. D’ailleurs, le peu d’implication de la gendarmerie française dans ces formations confirme l’éloignement des liens, mais aussi la volonté des gouverneurs de ne pas dépendre étroitement de Paris et démontre le souhait d’indépendance des autorités locales.

Un recrutement protéiforme

11Les sources demeurent en grande partie muettes sur la composition des corps de gendarmeries espagnoles du nord de la péninsule. Certains détails de la formation sont parvenus jusqu’à nous, notamment pour ce qui concerne les gendarmes aragonais. Seuls les Cantabres nous offrent une vision plus précise de leur composition.

  • 16  SHD/DAT, C8 43, lettre du 9 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier.
  • 17  SHD/DAT, C8 185, lettre du 28 mars 1810 du général Thouvenot au chef d’escadron de gendarmerie Vai (...)
  • 18  SHD/DAT, C8 43, lettre du 3 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier.
  • 19  SHD/DAT, C8 66, lettre du 26 février 1811 du général Buquet au ministre de la Guerre.
  • 20  Registres matricules des escadrons de gendarmerie au sein desquels les Cantabres servent. Pour le (...)
  • 21  CHAN, 384AP 58, lettre du 5 juillet 1810 du chef d’état-major du IIIe corps d’armée au commandant (...)

12Une des constantes de ces unités est, à l’instar des bandes insurgées, l’extraction locale du personnel entrant dans leur composition. En décembre 1811, le commissaire des guerres Perrin présente cet aspect comme une obligation. En formant les unités cantabres, Thouvenot souhaite attacher aux escadrons de gendarmerie impériale « des jeunes gens du pays » 16 et rappelle avec force le principe du volontariat 17. Cette dernière condition n’est pas anodine : elle témoigne de l’intention française de ne pas créer ces unités par le biais d’une conscription déguisée dont l’établissement serait fort mal perçu par la population 18. En Navarre, une création semblable aux Cantabres est envisagée en février 1811, mais elle ne connaît pas de suite 19. L’obligation théorique de n’enrôler que des locaux ne résiste pas à l’étude de la réalité. Seuls deux gendarmes cantabres sur trois sont nés dans le Vascongadas et dans la province de Santander, une partie des autres provenant de régions limitrophes (Vieille-Castille, Asturies et Léon) et trois d’Italie 20. L’absence de registres matricules consacrés aux compagnies de gendarmerie aragonaise rend malaisée l’élaboration de toute conclusion définitive. Cependant, des recrutements opérés au sein des villes où se forment ces nouvelles unités sont attestés, comme à Fraga en juillet 1810 21.

  • 22  SHD/DAT, C8 185, lettre du 22 mars 1810 du général Thouvenot au chef d’escadron de gendarmerie Bur (...)
  • 23  Ernouf (Baron), Souvenirs d’un officier polonais en Espagne et en Russie, Paris, Charpentier, 1877 (...)
  • 24  SHD/DAT, C8 45, lettre du 11 avril 1810 du général Buquet au ministre de la Guerre.
  • 25  CHAN, 384 AP 106, lettre du 2 décembre 1811 du commissaire des guerres Perrin au général Musnier.

13Les données concernant les gendarmes cantabres nous permettent d’esquisser le portrait des hommes servant la cause française. Les supplétifs ne remplissent quasiment aucune des conditions imposées pour entrer en gendarmerie, alors même qu’ils sont « en tout assimilés à la gendarmerie à pied » 22. Les textes réglementaires de la gendarmerie française imposent un âge minimal de 25 ans, âge que 59 % des Cantabres n’atteignent pas. De plus, 98,9 % des hommes mesurent moins d’1,75 m, taille minimum pour entrer dans l’institution. Enfin, seuls 27 des 98 gendarmes cantabres dont nous connaissons la carrière ont vécu un passage préalable dans l’armée alors que, théoriquement, quatre campagnes sont requises. Cet écart peut tout autant être provoqué par le laxisme des recruteurs que par la difficile gestion des ressources humaines disponibles. La jeunesse de ce recrutement est-elle le signe d’une imprégnation accrue des jeunes générations espagnoles par les idées véhiculées par la France ? D’une volonté de servir le nouveau régime 23 ? À moins qu’il ne s’agisse du symbole des difficultés sociales traversées par le Vascongadas, province très douloureusement frappée par la fermeture de ses ports aux marchandises anglaises, et dont le taux de chômage ou d’inactivité s’est fortement accru 24. Cette dernière hypothèse semble corroborée par les propos tenus par le commissaire des guerres Perrin sur la « cherté des vivres et du fourrage », qui représente selon lui un puissant moteur du recrutement 25.

  • 26  SHD/DAT, C8 185, lettre du 21 mars 1810 du général Thouvenot au chef d’escadron de gendarmerie Sei (...)
  • 27  CHAN, 384 AP 106, lettre du 4 décembre 1811 du général Musnier au maréchal Suchet. CHAN, 384 AP 10 (...)
  • 28  CHAN, 384 AP 59, lettre du 8 octobre 1811 du chef d’état-major du IIIe corps d’armée au chef d’esc (...)
  • 29  CHAN, 384 AP 106, lettre du 2 décembre 1811 du commissaire des guerres Perrin au général Musnier.
  • 30  Anonyme, Tarragona sacrificada en sus intereses y vidas por la independencia de la nación y libert (...)

14Sociologiquement, les unités de gendarmerie autochtones laissent une large place aux déserteurs espagnols et aux insurgés repentis. La gendarmerie cantabre recrute « avec le grade de sergent », grade le plus élevé de cette troupe, Joseph Barrutia, ancien guérillero, qui, selon le général Thouvenot, « veut faire oublier ses erreurs en (…) aidant à détruire les brigands qui nous tourmentent encore » 26. En Aragon, Suchet pense un temps utiliser Bénito Falcón, homme de grande influence aux dires du commandant Bugeaud et « commandant la cavalerie de Campillo » pris par les Français, comme gendarme 27. Outre les insurgés admis au repentir, les gendarmeries espagnoles accueillent également des déserteurs rentrés. En Aragon, en octobre 1811, le capitaine Desroberts, commandant une compagnie de gendarmes, est autorisé à recruter les nommés Vicente Godas et Joseph Cordona, « déserteurs espagnols » 28. Selon le commissaire des guerres Perrin, on y trouve également des prisonniers de guerre 29. La compagnie de gendarmes de Tarragone (Catalogne) est ainsi entièrement composée de déserteurs et de transfuges des bandes 30. Ce mode de recrutement apparaît surprenant pour former un corps de gendarmerie. L’effet de surprise s’estompe après l’analyse des raisons qui ont présidé à la création de ces nouvelles unités.

Un besoin politico-stratégique

  • 31  SHD/DAT, C8 43, lettre du 9 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier. SHD/DAT, C8 185, (...)

15Pour mener à bien la contre-guérilla, les troupes françaises doivent disposer d’une grande maîtrise des lieux et des populations. Le recours à des autochtones s’impose donc pour pallier les méconnaissances des Français et notamment celles des gendarmes, fort peu au fait de la géographie ou des dialectes du nord de l’Espagne. Cette volonté de faire participer les Espagnols à la pacification en tant que guides-interprètes, interface indispensable entre les troupes impériales et les habitants, est d’ailleurs explicitement formulée par les généraux français quand ceux-ci font part aux autorités centrales de leur intention d’armer une partie de la population 31. Pourtant, des incohérences structurelles, notamment la non-obligation de parler français, semblent avoir limité la portée de cet apport. Rapidement, les missions de contre-guérilla des compagnies de gendarmerie autochtones prennent le pas sur celles d’interprètes.

  • 32  SHD/DAT, C8 47, lettre du 2 mai 1810 du général Buquet au ministre de la Guerre.
  • 33  SHD/DAT, C8 195, lettre du 18 novembre 1810 du général Thouvenot au général Daultanne.
  • 34  CHAN, 384 AP 77, ordre du jour du IIIe corps de l’armée d’Espagne en date du 21 février 1811.
  • 35  SHD/DAT, C8 46, lettre du 25 avril 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.
  • 36  SHD/DAT, C8 194, lettre du 12 octobre 1810 du général Thouvenot au colonel Foulon.

16Au cours du mois d’avril 1810, une colonne française composée de gendarmes français et cantabres et de gardes de police quitte Bilbao (Provinces basques) pour se mettre à la recherche d’un chef insurgé nommé Firmin. Dans un rapport adressé au général Buquet, le maréchal des logis Vento « annonce qu’il croit Firmin aux abois et qu’il espère le prendre avant peu » 32. En novembre suivant, le général Thouvenot envoie une colonne mobile composée « de gendarmes de la gendarmerie impériale et cantabres pour poursuivre les bandes de brigands qui depuis quelques jours mettent les communes à contribution et enlèvent des particuliers à qui ils font payer des rançons plus ou moins fortes pour obtenir leur délivrance » 33. De même, en février 1811, en Aragon, « les gendarmes de Jaca (Aragon) et leur chef Domingo Brun ont mérité d’être distingués et le général en chef se plaît à publier leur éloge » pour la poursuite et la mise en déroute de la bande de Pesoduro et Manuele 34. Ainsi, l’activité des auxiliaires dans la lutte contre l’insurrection, étroitement liée à la présence de gendarmes français, ne peut être démentie 35. De telles activités justifient pleinement le mode de recrutement de ces compagnies. En laissant une place relativement importante aux insurgés repentis, les autorités françaises s’assurent le concours de supplétifs très au fait des méthodes et des habitudes des « brigands ». Le général Thouvenot, dans un élan d’optimisme, est d’ailleurs convaincu que « les colonnes dirigées par Barrutia manqueront rarement les brigands » 36.

  • 37  CHAN, AFIV 1634, rapport du 14 juin 1813 du ministre de la Guerre à l’Empereur.
  • 38  SHD/DAT, C8 56, lettre du 16 septembre 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier. SHD/DAT, C8(...)

17Pour autant, si l’intérêt opérationnel des auxiliaires est indéniable et si l’on comprend aisément les raisons militaires ayant poussé les autorités locales à mettre sur pied ces unités, d’autres intentions sous-jacentes apparaissent à la lecture de la correspondance française. En effet, les troupes autochtones participent à la politique des Français en direction de la population espagnole, facteur essentiel dans le contexte de la guerre de partisans. Vitrines de l’armée impériale, actrices du prosélytisme napoléonien, elles doivent redorer un blason français terni par les circonstances de l’invasion et les excès de la soldatesque. La création et le recrutement des supplétifs s’imposent comme une main tendue en direction des insurgés. « Le bon accueil » fait à Barrutia doit, selon les espoirs du maréchal Bessières, entraîner « la soumission d’autres chefs » 37. Sa promotion rapide au grade de sous-lieutenant qui doit « faire un bon effet sur l’opinion des jeunes gens » répond en partie de la même logique 38. Politiquement, l’organisation de telles unités est également un moyen de démontrer aux Espagnols que, loin d’être universelle, l’opposition aux troupes françaises se limite à une frange de la population. Elles contrebalancent les efforts des insurgés qui souhaitent proposer l’image d’un peuple uni dans la lutte contre l’occupation française. De même, assurer un paiement régulier des soldes ou un traitement honorable des auxiliaires doit améliorer l’image des troupes impériales. Enfin, d’adjoindre des autochtones démontre que les Français ne combattent pas les Espagnols mais les « brigands » et ne souhaitent que le bien de la population.

18La formation de ces unités de supplétifs se présente donc sous un jour tout autant stratégique que politique. Sous couvert de la mise en place de forces autochtones, les autorités impériales souhaitent s’attacher les populations et faire contrepoids à l’influence grandissante des insurgés. Pour autant, cette volonté est contrecarrée par les événements et, progressivement, le système des auxiliaires montre ses limites malgré sa relative efficacité.

Un bilan contrasté

  • 39  SHD/DAT, C8 85, lettre du 26 novembre 1811 du général Buquet au maréchal Berthier. SHD/DAT, C8 85, (...)
  • 40  CHAN, 384 AP 136, recettes et dépenses faites au bureau de la place de Saragosse pendant les mois (...)
  • 41  CHAN, 384 AP 20, lettre du 22 novembre 1810 du général Suchet au général Pâris.
  • 42  SHD/DAT, C8 49, lettre du 8 juin 1810 du général Buquet au maréchal Berthier. SHD/DAT, C8 50, lett (...)

19Les gendarmes autochtones ont indéniablement rendu des services. Ils ont opéré plusieurs arrestations d’insurgés et n’ont cessé de les poursuivre, faisant preuve de constance au feu. Ainsi, en novembre 1811, le maréchal des logis Vento, commandant la gendarmerie cantabre attachée au 1er escadron de gendarmerie, tue « d’un seul coup de carabine deux fameux brigands que le chef de bande Ansotegui envoyait à Mendizabal avec des lettres de recommandation » 39. En Aragon, en juillet 1810, des « gendarmes espagnols » reçoivent une gratification de quarante francs en récompense de leur service 40. En novembre, d’autres de la compagnie de gendarmerie aragonaise de Jaca facilitent la découverte de pièces d’argenterie volées 41. Ces missions ont parfois donné lieu à des exactions comme le démontre l’exécution sommaire du nommé Vicca, « signalé comme le chef de l’attroupement » à Lujua (Provinces basques) en juin 1810. Interpellé quelques jours après l’émeute par Vento, il est immédiatement fusillé et pendu à un arbre « à l’endroit même où les attroupés avaient tiré sur la force armée ». Le général Buquet a d’ailleurs désapprouvé « fortement le maréchal des logis qui aurait dû laisser au tribunal compétent le soin de punir la rébellion dont Vicca paraissait être non seulement prévenu mais coupable » 42.

  • 43  SHD/DAT, J2 473, jugement du 5 août 1812 contre Fico Manuel et Aguirre Gaspard, gendarmes cantabre (...)
  • 44  CHAN, 384 AP 102, lettre du 14 juin 1811 du chef de bataillon Deshorties au général Suchet. Sur le (...)
  • 45  SHD/DAT, C8 100 et CHAN, 384 AP 24, lettre du 11 septembre 1812 du maréchal Suchet au général Reil (...)
  • 46  Rapport du ministre de la Police générale à l’Empereur en date du 12 avril 1811. Gotteri (Nicole), (...)

20D’autres écarts de discipline viennent ternir le bilan des autochtones. Si certains apparaissent de moindre importance, à l’image des vols 43, d’autres sont d’une portée plus importante. En Aragon, des membres de la compagnie de Jaca fomentent un complot au cours duquel ils doivent égorger plusieurs notables, dont leur capitaine, leur lieutenant et le corrégidor de la ville notamment, avant de rejoindre l’insurrection 44. Découverte, cette conspiration donne lieu à cinq condamnations à mort. Malgré son échec, elle demeure tout autant symptomatique de l’attachement d’une partie de la population à la cause française, à l’image du corrégidor visé par une tentative d’assassinat, que du revirement de l’état d’esprit des auxiliaires. D’ailleurs, ces unités sur lesquelles les Français avaient fondé de grands espoirs sont démantelées les unes après les autres. En septembre 1812, après une nouvelle mutinerie, le maréchal Suchet, souhaite prendre des mesures de fermeté. Il se dit ainsi « très décidé à renvoyer comme prisonniers en France toutes les troupes espagnoles qui menacent d’une défection entière », précisant qu’il a « déjà pris cette mesure à Valence (Province de Valence) pour une compagnie à cheval et une à pied » 45. Ce mouvement atteint également les gardes civiques, comme le démontre l’arrestation de tous les musiciens de celle de Vitoria en mars 1811 après leur refus de jouer lors des festivités données à l’occasion de la naissance du roi de Rome 46.

  • 47  SHD/DAT, Xf 180 à 181bis, feuilles d’appel des 1er, 2e, 3e et 4e escadrons de la gendarmerie d’Esp (...)
  • 48  SHD/DAT, Xf 173 à 183bis, feuilles d’appel des escadrons de la gendarmerie d’Espagne.

21La désertion importante qui frappe les unités de supplétifs écorne également fortement leur image. Pour les seuls gendarmes cantabres, on relève 43 défections entre mars 1811 et décembre 1813, alors que les effectifs initiaux des brigades attachées aux escadrons ne dépassent pas les 150 hommes 47. Le nombre de Cantabres morts en service s’élève à six. Ensuite, le nombre des gendarmes ayant déserté dans la même période atteint « seulement » 73 pour l’ensemble de la gendarmerie d’Espagne pour un effectif total de 6 500 hommes, soit cinquante fois supérieur à celui des Cantabres 48. Cette hémorragie présente un double inconvénient pour les troupes impériales puisque les bandes insurgées se renforcent d’hommes aguerris et armés à mesure que les rangs des supplétifs se dégarnissent.

22L’adjonction de « jeunes gens du pays » s’est donc présentée aux yeux des Français comme une des solutions pour mettre un terme à l’agitation des provinces espagnoles. Qu’ils servent de guides et d’interprètes ou qu’ils se battent au côté des troupes impériales, ces auxiliaires ont servi pour certains avec zèle, combattant tout autant les insurgés espagnols que les préjugés français. Ces premières unités sont loin de toutes disposer d’un statut comparable à celui de la gendarmerie française : seuls les Cantabres sont dans ce cas. Pourtant, leur dénomination n’est probablement pas neutre. La création de ces gendarmeries peut ainsi apparaître comme un signe fort annonçant la fin des hostilités et le début d’une pacification confiée pour partie aux Espagnols. Mais, c’est aussi pour les gouverneurs militaires un acte quasi régalien, qui, effectué avec le consentement plus ou moins affiché de Napoléon, détache encore un peu plus les provinces du nord de l’Espagne de la couronne de Joseph.

  • 49  Joseph Pujol, commandant d’une troupe auxiliaire en Catalogne, est ainsi pendu au moment de la « l (...)
  • 50  AGS, GYJ Leg. 1 125, ordonnance royale émise par Ferdinand VII le 30 mai 1814, art. VII.
  • 51  Cette expression, empruntée à Jean-Marc Lafon, évoque les dépôts où sont installés les réfugiés es (...)

23Après la défaite française de Vitoria (21 juin 1813), les gendarmes français commencent à refluer vers la France. Dans leur sillage, ils emmènent quelques dizaines de leurs auxiliaires qui poussent la fidélité ou la compromission jusqu’à prendre la route de l’exil, après plus de trois ans de service pour certains. Malgré le franchissement des Pyrénées, quelques-uns continuent à servir au sein des troupes impériales. Pendant ce temps, d’anciens supplétifs restés en Espagne subissent la vengeance populaire 49, malgré l’amnistie promise par Ferdinand VII au moment de son retour sur le trône 50. À la chute de l’Empire, beaucoup se retrouvent dans des dépôts de réfugiés. Certains sont réunis dans des camps, notamment celui de l’île d’Oléron considéré comme un « lazaret idéologique » 51, où ils attendent plusieurs années de pouvoir rentrer chez eux, expiant leur choix, idéologique ou opportuniste, de servir les aigles impériales.

Haut de page

Notes

1  SHD/DAT, C8 53, lettre du 14 août 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.

2  Lafon (Jean-Marc), « Les forces autochtones de contre-insurrection en Espagne (1808-1814) », Revue historique des armées, no 3, 2001, p. 24. CHAN, AFIV 1626, rapport du 6 octobre 1810 du maréchal Berthier à l’Empereur.

3  Hugo (Léopold), Mémoires sur la guerre d’Espagne, Paris, Cosmopole active, 2001, p. 89. Sisinio (Juan), Pérez (Garzón), Milicia Nacional y Revolución burguesa, Madrid, CSIC Instituto Jeronimo Zurito, 1978, 636 pages.

4  AGS, GYJ Leg. 1 110, décret impérial du 8 février 1810 créant les 1er, 2e, 3e et 4e gouvernements militaires pour les provinces de Catalogne, Aragon, Navarre et Biscaye. Plus tard, d’autres provinces sont élevées au rang de gouvernements militaires. SHD/DAT, C8 48, décret du 29 mai 1810 formant les 5e et 6e gouvernements à Burgos et Valladolid.

5  SHD/DAT, C8 230, arrêté du maréchal Bessières en date du 21 février 1811.

6  CHAN, 384 AP 106, tableau en date du 2 décembre 1811 des dépenses mensuelles de trois compagnies de gendarmes castillans. SHD/DAT, C8 230, arrêté du maréchal Bessières en date du 21 février 1811.

7  CHAN, 384AP 106, lettre du 2 décembre 1811 du commissaire des guerres Perrin au général Musnier.

8  SHD/DAT, C8 43, lettre du 9 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier.

9  SHD/DAT, C8 185, lettre du 7 mars 1810 du général Thouvenot au général Buquet.

10  SHD/DAT, C8 45, lettre du 10 avril 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier.

11  SHD/DAT, C8 199, lettre du 12 octobre 1810 du général Thouvenot au général Buquet.

12  SHD/DAT, C8 185, lettre du 22 mars 1810 du général Thouvenot au chef d’escadron de gendarmerie Burette.

13  SHD/DAT, C8 185, lettre du 14 mars 1810 du général Thouvenot au général Buquet.

14  SHD/DAT, C8 185, lettre du 7 mars 1810 du général Thouvenot au général Buquet.

15  SHD/DAT, C8 185, lettre du 7 mars 1810 du général Thouvenot au général Buquet. CHAN, AFIV 1157, rapport du 15 avril 1810 du ministre de la Guerre à l’Empereur. Jean-Marc Lafon mentionne l’existence d’un capitaine de gendarmerie cantabre, Juan Francisco Argumendo, absent de la correspondance du général Thouvenot et de celle du général Buquet. Lafon (Jean-Marc), L’Andalousie et Napoléon. Contre-insurrection, collaboration et résistances dans le midi de l’Espagne (1808-1812), Paris, Nouveau Monde éditions/Fondation Napoléon, 2007, p. 239.

16  SHD/DAT, C8 43, lettre du 9 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier.

17  SHD/DAT, C8 185, lettre du 28 mars 1810 du général Thouvenot au chef d’escadron de gendarmerie Vaillant.

18  SHD/DAT, C8 43, lettre du 3 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier.

19  SHD/DAT, C8 66, lettre du 26 février 1811 du général Buquet au ministre de la Guerre.

20  Registres matricules des escadrons de gendarmerie au sein desquels les Cantabres servent. Pour le 1er escadron, SHD/DAT, 28Yc 249 et 257 ; le 2e, 28Yc 258 ; le 4e, 28Yc 251.

21  CHAN, 384AP 58, lettre du 5 juillet 1810 du chef d’état-major du IIIe corps d’armée au commandant de la place de Fraga.

22  SHD/DAT, C8 185, lettre du 22 mars 1810 du général Thouvenot au chef d’escadron de gendarmerie Burette.

23  Ernouf (Baron), Souvenirs d’un officier polonais en Espagne et en Russie, Paris, Charpentier, 1877, p. 81-82.

24  SHD/DAT, C8 45, lettre du 11 avril 1810 du général Buquet au ministre de la Guerre.

25  CHAN, 384 AP 106, lettre du 2 décembre 1811 du commissaire des guerres Perrin au général Musnier.

26  SHD/DAT, C8 185, lettre du 21 mars 1810 du général Thouvenot au chef d’escadron de gendarmerie Seignan de Sère. SHD/DAT, C8 185, lettre du 22 mars 1810 du général Thouvenot au chef d’escadron de gendarmerie Burette.

27  CHAN, 384 AP 106, lettre du 4 décembre 1811 du général Musnier au maréchal Suchet. CHAN, 384 AP 107, lettre du 24 janvier 1812 du général Pâris au maréchal Suchet.

28  CHAN, 384 AP 59, lettre du 8 octobre 1811 du chef d’état-major du IIIe corps d’armée au chef d’escadron de gendarmerie Vincent.

29  CHAN, 384 AP 106, lettre du 2 décembre 1811 du commissaire des guerres Perrin au général Musnier.

30  Anonyme, Tarragona sacrificada en sus intereses y vidas por la independencia de la nación y libertad de su cautivo monarca Fernando septimo, Tarragone, Puigrubi, 1816, p. 66.

31  SHD/DAT, C8 43, lettre du 9 mars 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier. SHD/DAT, C8 185, lettre du 7 mars 1810 du général Thouvenot au général Buquet. CHAN, AFIV 1157, rapport du 15 avril 1810 du ministre de la Guerre à l’Empereur. CHAN, 384 AP 20, lettre du 7 mars 1810 du général Suchet au général Buquet.

32  SHD/DAT, C8 47, lettre du 2 mai 1810 du général Buquet au ministre de la Guerre.

33  SHD/DAT, C8 195, lettre du 18 novembre 1810 du général Thouvenot au général Daultanne.

34  CHAN, 384 AP 77, ordre du jour du IIIe corps de l’armée d’Espagne en date du 21 février 1811.

35  SHD/DAT, C8 46, lettre du 25 avril 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.

36  SHD/DAT, C8 194, lettre du 12 octobre 1810 du général Thouvenot au colonel Foulon.

37  CHAN, AFIV 1634, rapport du 14 juin 1813 du ministre de la Guerre à l’Empereur.

38  SHD/DAT, C8 56, lettre du 16 septembre 1810 du général Thouvenot au maréchal Berthier. SHD/DAT, C8 195, lettre du 11 octobre 1810 du général Thouvenot au maréchal Soult.

39  SHD/DAT, C8 85, lettre du 26 novembre 1811 du général Buquet au maréchal Berthier. SHD/DAT, C8 85, rapport des événements du 21 au 30 novembre 1811.

40  CHAN, 384 AP 136, recettes et dépenses faites au bureau de la place de Saragosse pendant les mois de juillet et août 1810. CHAN, 384 AP 76, ordre du jour du 14 juillet 1810.

41  CHAN, 384 AP 20, lettre du 22 novembre 1810 du général Suchet au général Pâris.

42  SHD/DAT, C8 49, lettre du 8 juin 1810 du général Buquet au maréchal Berthier. SHD/DAT, C8 50, lettre du 23 juin 1810 du général Buquet au maréchal Berthier.

43  SHD/DAT, J2 473, jugement du 5 août 1812 contre Fico Manuel et Aguirre Gaspard, gendarmes cantabres, prévenus de vol et condamnés à un an de réclusion. SHD/DAT, J2 473, jugement du 28 novembre 1812 contre Firmin de Guezala, gendarme cantabre, prévenu de vol et condamné à six ans de fers.

44  CHAN, 384 AP 102, lettre du 14 juin 1811 du chef de bataillon Deshorties au général Suchet. Sur le même sujet, lettre du 18 juillet 1811 du général Buquet au ministre de la Guerre, SHD/DAT, C8 76.

45  SHD/DAT, C8 100 et CHAN, 384 AP 24, lettre du 11 septembre 1812 du maréchal Suchet au général Reille.

46  Rapport du ministre de la Police générale à l’Empereur en date du 12 avril 1811. Gotteri (Nicole), La police secrète du Premier Empire : bulletins quotidiens adressés par Savary à l’Empereur, t. II, de janvier à juin 1811, Paris, Champion, 1998, p. 311.

47  SHD/DAT, Xf 180 à 181bis, feuilles d’appel des 1er, 2e, 3e et 4e escadrons de la gendarmerie d’Espagne.

48  SHD/DAT, Xf 173 à 183bis, feuilles d’appel des escadrons de la gendarmerie d’Espagne.

49  Joseph Pujol, commandant d’une troupe auxiliaire en Catalogne, est ainsi pendu au moment de la « libération ».

50  AGS, GYJ Leg. 1 125, ordonnance royale émise par Ferdinand VII le 30 mai 1814, art. VII.

51  Cette expression, empruntée à Jean-Marc Lafon, évoque les dépôts où sont installés les réfugiés espagnols convaincus de « mauvais esprit » ou de bonapartisme. Lafon (Jean-Marc), Le paradoxe andalou (1808-1812). Contre-insurrection, collaboration et résistances dans le midi de l’Espagne, doctorat d’histoire, sous la direction de Jules Maurin, université Montpellier III, 2004, p. 16.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gildas Lepetit, « « Des enfants de la Grande Famille » ? Les compagnies de gendarmerie autochtones dans le nord de l’Espagne (1810-1813) », Revue historique des armées, 255 | 2009, 50-60.

Référence électronique

Gildas Lepetit, « « Des enfants de la Grande Famille » ? Les compagnies de gendarmerie autochtones dans le nord de l’Espagne (1810-1813) », Revue historique des armées [En ligne], 255 | 2009, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rha.revues.org/6756

Haut de page

Auteur

Gildas Lepetit

Officier à la Délégation au patrimoine culturel de la gendarmerie, le lieutenant Gildas Lepetit est l’auteur de nombreux articles sur l’histoire de la gendarmerie impériale. Il prépare actuellement un doctorat à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV) sur l’intervention de la gendarmerie en Espagne (1810-1814).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org