Navigation – Plan du site
Lectures

La France rébellionnaire. Les résistances à la gendarmerie (1800-1859)

Presses universitaires de Rennes, 2008, 365 pages
Édouard Ebel

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’une thèse soutenue à l’université du Mans sous la direction conjointe de Nadine Vivier (université du Maine) et de Jean-Noël Luc (université de Paris IV). Ce travail a été couronné par le prix de thèse de l’université du Maine et par le prix d’histoire militaire en 2007. Les travaux relatifs aux révoltes populaires occupent une place de choix dans l’historiographie française. Cette question est envisagée ici sous l’angle d’une analyse de la force publique : il s’agit sans conteste d’un des grands acquis du chantier de recherche sur l’histoire de la gendarmerie. Mais le travail d’Aurélien Lignereux va en réalité beaucoup plus loin. L’auteur examine le fait rébellionnaire à travers l’étude de 3 725 rébellions violentes contre la gendarmerie. Cependant, cette fronde ne se réduit pas à une sorte de caisse de résonance des mécontentements, elle agit comme un élément d’interaction entre le pouvoir et la population. Ce prisme facilite l’appréhension des mécanismes permettant à l’État d’émerger et de s’imposer auprès des citoyens. L’étude de la rébellion, entendue comme un phénomène continu pour la période 1800-1859, permet également de gommer ou du moins d’atténuer le poids événementiel des nombreuses révolutions du premier XIXe siècle. Cette perspective incite à replacer les révoltes frumentaires, conjoncturelles et politiques dans le temps long et dans une grille de lecture structurelle. Face aux révoltes, les gendarmes ne s’imposent que dans 38 % des cas entre 1800 et 1835, tandis qu’on observe une diminution du nombre des rébellions et le succès corrélatif des gendarmes entre 1836 et 1859. Selon Aurélien Lignereux, ce fait symbolise simultanément une efficacité accrue de la gendarmerie et une relative normalisation des conflits au sein de la société. En lui-même, l’essor de la gendarmerie illustre d’une certaine manière la croissance et la présence de l’État. C’est encore au cours de cette période décisive que la gendarmerie se constitue pleinement en tant que force publique. Avec l’armée et la police, elle représente la légitimité de l’action, tout en modérant d’ailleurs l’emploi de la force dans ses relations avec les citoyens. Aurélien Lignereux s’appuie sur une bibliographie – impressionnante et totalement maîtrisée – et sur un appareil de cartes, de graphiques et de tableaux absolument remarquables. Le commentaire raisonné de ces documents fournit un véritable cadre de référence, permettant de déceler les foyers des résistances populaires, face à un quadrillage policier du territoire qui se densifie. Cette thèse propose plus généralement une relecture des modes de pacification de la société française. Mais sa véritable richesse réside peut-être davantage encore dans les multiples facettes d’un ouvrage qui propose, au travers des archives de la gendarmerie notamment, une histoire de la violence en lien avec celle de la construction de l’État et de l’intégration nationale, une histoire de la mobilisation et de ses rites collectifs, une histoire des structures de la force publique. Ce travail remarquable fera date.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Ebel, « La France rébellionnaire. Les résistances à la gendarmerie (1800-1859) », Revue historique des armées [En ligne], 255 | 2009, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://rha.revues.org/6782

Haut de page

Auteur

Édouard Ebel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org