Navigation – Plan du site
Lectures

Jean Lopez, Koursk, Les quarante jours qui ont ruiné la Wehrmacht

Économica, 2008, 322 pages
Luc Binet

Texte intégral

1Koursk, le 5 juillet 1943, l’armée allemande et l’Armée rouge s’affrontent durant 12 jours. Les chiffres sont éloquents : 3 millions d’hommes, 8 000 chars et 5 000 avions. De ce combat titanesque, l’armée allemande sort épuisée mais invaincue, tandis que l’armée soviétique pourtant saignée par l’intensité des combats montre un nouveau visage : celui d’une armée qui a repris l’initiative. L’offensive allemande sur Koursk, déclenchée trop tard aux dires de certains généraux, se transforme rapidement pour les deux camps en une bataille d’attrition à l’instar de ce que fut Verdun, mais avec les chars en plus et sur une durée très courte. Cette bataille de par son ampleur et la difficulté d’accéder à toutes les sources historiques s’est vue au fil du temps affublée de mythes et de légendes. Grâce à de nouvelles sources, l’auteur s’attache ici à démonter ceux-ci un par un. Ses conclusions sont les suivantes : tout d’abord, l’opération Citadelle n’est pas une erreur stratégique, elle est la seule possibilité pour l’Allemagne de conserver l’initiative. Ensuite, la Panzerwaffe n’a pas été détruite. Elle a, au contraire, montré une fois de plus sa supériorité sur les tanks soviétiques qui ont été sacrifiés sciemment. La seule qualité des renseignements soviétiques ne peut expliquer le succès de l’Armée rouge. Cette dernière a par contre montré ses capacités d’organisation et de planification ainsi que ses énormes progrès opérationnels. La Stavka démontre également sa maîtrise totale de la mariskova ou art de tromper l’ennemi sur ses véritables intentions. L’étude approfondie de cette bataille permet également de tirer les enseignements tactiques et stratégiques suivants : premièrement, l’armée allemande souffre d’un manque cruel d’infanterie et d’artillerie et son aviation s’épuise tandis que les Soviétiques sont à nouveau capables de concentrations de forces énormes. Deuxièmement, bien que la Luftwaffe lors de cette bataille ait été la première à utiliser massivement et avec succès des chasseurs de chars (au point de stopper à eux seuls des offensives ennemies), le haut commandement allemand n’a semble-t-il tiré aucun enseignement de ces premiers engagements. En effet, l’année suivante sur le front ouest, c’est avec surprise que la Wehrmacht subit à son tour les coups meurtriers de ce concept. Enfin, la bataille de Koursk n’a trop souvent été étudiée que localement. Aussi l’auteur, avec une vision tactique plus élargie, démontre-t il que le succès de Koursk n’a été rendu possible que par le déclenchement de deux autres offensives sur les ailes allemandes. C’est notamment la bataille du Mious sur le front sud (jusqu’ici négligée par les historiens) qui va se révéler décisive alors même que les forces allemandes semblent l’emporter. En conclusion, Jean Lopez nous offre ici une nouvelle vision très fouillée et argumentée de la plus grande bataille de chars de l’histoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Binet, « Jean Lopez, Koursk, Les quarante jours qui ont ruiné la Wehrmacht », Revue historique des armées [En ligne], 255 | 2009, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rha.revues.org/6783

Haut de page

Auteur

Luc Binet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org