Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Pierre Minaudier, Histoire de l’Estonie et de la nation estonienne

L’Harmattan, 2007, 402 pages
Alain Marzona

Texte intégral

1Intégrée à l’Union européenne depuis 2004, l’Estonie, la plus septentrionale des républiques baltes, demeure méconnue du public français. En effet, cette partie de l’Europe reste le parent pauvre de l’historiographie française. Jean-Pierre Minaudier, enseignant à l’Institut national des langues orientales (INALCO) et spécialiste de la langue estonienne, vient donc combler ce vide à travers cet ouvrage des plus intéressants. Ce dernier a pour objectif de retranscrire l’histoire de l’Estonie de la préhistoire à nos jours. Ainsi, le lecteur suit-il la destinée d’un pays et d’un peuple, qui furent l’enjeu de luttes pour l’hégémonie en mer Baltique depuis la période des ordres militaires et religieux des chevaliers Porte-Glaive au début du XIIIe siècle. Au carrefour des mondes slave, germanique et suédois, le territoire estonien est confronté aux volontés expansionnistes de ces trois ensembles. À partir de la seconde moitié du XIXe siècle, le sentiment national estonien tend à se développer, en réaction à la politique de russification menée par les autorités tsaristes. La Première Guerre mondiale voit dans un premier temps se concrétiser les projets allemands visant à la création d’un Baltikum, entreprise pangermaniste de colonisation des marches orientales du Reich. Toutefois, la défaite allemande en novembre 1918 puis l’échec des bolcheviks pour s’emparer de la région en 1919, permet aux Estoniens de consolider leur indépendance proclamée en 1918. Comme le montre l’auteur, le sentiment national estonien s’est avant tout exprimé à travers sa culture et plus particulièrement sa langue. Ainsi, la nation estonienne est tout d’abord « une communauté linguistique et culturelle ». Cette conception de la nation, régulièrement présente dans la démonstration de l’auteur, permettra aux Estoniens de faire face à l’annexion soviétique en 1940, conséquence du pacte germano-soviétique d’août 1939. Placé sous le joug soviétique pendant près de cinquante ans, le pays profite des difficultés économiques et politiques de l’Union soviétique à partir du début des années 1980 puis du développement des premiers mouvements nationalistes, pour obtenir son indépendance en août 1991, accélérant par là même le processus d’implosion de l’Empire soviétique. L’Estonie connaît depuis un développement économique marquant, basé notamment sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), qui lui assure sa stabilité et sa place sur la scène internationale. L’adhésion à l’Union européenne et à l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) en 2004 confirme sa volonté de s’ancrer dans le camp occidental et de se détacher progressivement de l’influence russe. Toutefois, cette dernière demeure prégnante, en raison de la présence depuis l’ère soviétique d’une importante minorité russe dans ce pays, près d’un quart de la population est russophone, et de relations diplomatiques tendues avec Moscou. En conclusion, cet ouvrage rédigé dans un style clair et accessible permettra sans conteste aux lecteurs de mieux connaître ou de découvrir l’histoire mouvementée de ce « petit peuple » comme se proclament eux-mêmes les Estoniens. La démonstration de Jean-Pierre Minaudier apparaît donc comme un ouvrage de référence pour qui s’intéresse à cette partie de l’Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Marzona, « Jean-Pierre Minaudier, Histoire de l’Estonie et de la nation estonienne », Revue historique des armées [En ligne], 255 | 2009, mis en ligne le 14 mai 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rha.revues.org/6784

Haut de page

Auteur

Alain Marzona

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org