Navigation – Plan du site
Dossier

Éditorial

Frédéric Guelton

Texte intégral

1Les relations militaires entre la France et l’Allemagne sont passées, au cours d’un long XXe siècle, « de la haine héréditaire à l’amitié indéfectible » comme l’annonce Claire Aslangul avant de nous proposer un article remarquable consacré, en ouverture du dossier, « à quelques images-symboles » de cette relation particulière, centrées sur la période 1870-2009. Il est vrai qu’avant même la lecture de son article, nombre d’images viennent instinctivement à l’esprit de tous, depuis celle de Bismarck proclamant le Reich dans la galerie des Glaces en 1871 jusqu’à la rencontre à Verdun, le 22 septembre 1984, entre Helmut Kohl et François Mitterrand. Et pourtant l’histoire militaire des deux pays et de leurs relations, amicales ou conflictuelles, demeure encore largement à écrire y compris, ce qui pourrait surprendre, en ce qui concerne les deux guerres mondiales. Les articles qui suivent celui de Claire Aslangul relèvent de cette démarche.

2Le lieutenant-colonel Christian Stachelbeck, en étudiant « la modernisation du combat interarmes » au sein d’une division allemande sur le front de l’Ouest entre 1916 et 1918 s’interroge avec beaucoup de pertinence, et d’intérêt pour le lecteur, sur le phénomène tactique d’adaptation aux évolutions du combat dans un cadre contraint et en dépit des frictions du champ de bataille. Il nous montre également, ce faisant, toute la relativité du concept « récent » de retour d’expérience (ou Retex). Le commandant Lahaie s’intéresse quant à lui, dans le prolongement de sa thèse de doctorat, au renseignement français dans l’Allemagne des années 1919-1920. Il y met en évidence les difficultés rencontrées par les Français pour adapter un service de renseignement qui se « démobilise » à une réalité nouvelle parfois confondue avec la représentation que l’on s’en fait. Passant de la représentation à la perception, Jean-Nicolas Pasquay nous montre en quels termes les chefs de l’armée allemande voient et considèrent le général de Gaulle, les FFL et la Résistance. On y constate, entre autres, que l’évolution de la perception suit parfaitement l’évolution de la réalité des trois acteurs observés, passant de l’indifférence de 1940 à une inquiétude croissante au cours des années suivantes. Dans son article « L’Allemagne vue par la Revue historique des armées » Jean-François Dominé propose une approche historiographique centrée sur trois thèmes principaux, le Rhin, la guerre de 1870-1871 et la Prusse. Ce choix permet de mettre en évidence tout l’intérêt qu’il y aurait, après les travaux connus du professeur François Roth, à ne pas négliger l’étude de la guerre franco-prussienne. Laurent Erbs nous propose un article passionnant sur un sujet peu connu en France, celui du « recyclage des soldats allemands en Moselle à partir de 1947 ». Il nous apprend beaucoup sur les conditions dans lesquelles les prisonniers allemands, devenus « travailleurs libres » contribuèrent à combler le déficit de main-d’œuvre en Moselle montrant ainsi qu’en dépit d’un passé récent douloureux, « les considérations économiques ont prévalu sur les politiques… ». Notons enfin, pour clore ce dossier, une présentation critique due à Sandrine Heiser et à Hans-Georg Merz de l’exposition « Un an d’occupation française en Allemagne » présentée au palais Berlitz en 1946.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Guelton, « Éditorial », Revue historique des armées [En ligne], 256 | 2009, mis en ligne le 24 juillet 2009, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rha.revues.org/6801

Haut de page

Auteur

Frédéric Guelton

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org