Navigation – Plan du site
Dossier

De la haine héréditaire à l’amitié indéfectible

Quelques images-symboles de la relation France-Allemagne, 1870-2009
Claire Aslangul
p. 3-13

Résumés

L’iconographie « populaire » – caricature et photographie notamment – porte la trace des évolutions de la relation franco-allemande. Les représentations de l’Autre se répondent de part et d’autre de la frontière au fil du temps – le « barbare » étant, bien sûr, toujours de l’autre côté… Mais entre 1870 et aujourd’hui, avec une rupture radicale après 1945, l’ennemi héréditaire est devenu l’ami inséparable, malgré des aléas dont les images rendent bien compte. Les images des crises (les guerres et leurs conséquences au moment des traités de paix notamment) sont de nos jours reléguées à l’arrière-plan dans les mémoires collectives, et l’on se focalise sur les moments de partage – même si, comme n’importe quel « couple uni », France et Allemagne traversent régulièrement des périodes de tension. On s’intéresse ici aux évolutions des images elles-mêmes, mais aussi au choix de l’iconographie effectué dans ces supports-clés de la formation de l’identité collective que sont les manuels scolaires.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cf. Jeismann (Michael), La patrie de l’ennemi. La notion d’ennemi national et la représentation de (...)

1Le XIXe siècle, après la Révolution française et les guerres napoléoniennes, est sans nul doute l’époque fondatrice dans l’élaboration de l’image que les Allemands se font de la France et de celle que les Français se font de l’Allemagne. La relation franco-allemande, alors conçue en termes d’antagonismes et de différences fortes entre les deux peuples, n’est cependant pas dénuée d’ambiguïté : l’intraduisible vocable allemand de « Hassliebe », « amour-haine », est probablement celui qui la caractérise le mieux. C’est seulement autour de la guerre franco-prussienne de 1870 que se construit véritablement le mythe de l’ennemi héréditaire, à partir de la réinterprétation d’événements qui, ravivant le souvenir des oppositions lointaines, semblent attester le caractère séculaire de l’affrontement entre Germains et Gaulois 1. La Première, puis la Seconde Guerre mondiale s’inscrivent dans le prolongement de cette confrontation – jusqu’au tournant de l’après-guerre, marqué par l’engagement de personnalités du monde politique et culturel qui imposent à des populations parfois réticentes le modèle du partenariat, puis de l’amitié.

  • 2  Les journaux les plus importants sont alors pour la France : Le Rire, L’Assiette au beurre, Chariv (...)

2Les images populaires portent la trace de ces évolutions : le rôle de cristallisation et de diffusion des stéréotypes joué par la caricature au XIXe siècle et dans le premier quart du XXe siècle 2 est relayé ensuite par d’autres supports iconographiques, par exemple les affiches et les cartes postales pendant la Première Guerre mondiale et l’entre-deux-guerres, les photographies de presse après 1945.

  • 3  Voir la juxtaposition des représentations de ces trois épisodes dans le Manuel franco-allemand de (...)

3Sur l’ensemble de la période, les moments-clés figés dans la peinture ou la photographie et commentés dans la satire vont, globalement, de l’affrontement au partenariat, avec pour décor des lieux hautement symboliques. Citons pour son caractère exemplaire : Versailles, à la fondation du Reich bismarckien en 1871 immortalisée par Anton von Werner répondent les photographies françaises de la conférence de la Paix en 1919 (avec les gueules cassées au premier rang pour dénoncer la « barbarie allemande » aux yeux du monde) ; c’est ce même lieu qui est choisi pour célébrer en 2003 les 40 ans du traité de l’Élysée : députés allemands et français se retrouvent à Versailles, pour montrer que la page de l’affrontement et des humiliations réciproques est définitivement tournée 3

  • 4  Cf. Morizet (Jacques), Möller (Horst) (dir.), Franzosen und Deutsche. Orte der gemeinsamen Geschic (...)
  • 5  Krapoth (Stéphanie), France-Allemagne. Du duel au duo, de Napoléon à nos jours, Toulouse, Privat, (...)
  • 6  Plusieurs travaux récents ont montré l’intérêt de ce type de source pour l’analyse des imaginaires (...)

4Des mises en scène de l’humiliation, on est donc passé après-guerre aux images de la réconciliation, avec la célébration de lieux de mémoire communs franco-allemands 4. Ce chemin « du duel au duo » 5 est bien résumé par les deux photographies que propose le récent Manuel de Terminale franco-allemand 6, modèle de coopération entre les deux pays, qui juxtapose en introduction de son chapitre « le partenariat franco-allemand : un succès exemplaire ? » la célèbre photographie d’Hitler devant la tour Eiffel et le recueillement des chefs d’État français et allemand à Verdun en 1984 – on les voit se tenir la main dans un hommage solennel aux morts de la Grande Guerre. On ne saurait mieux faire apparaître la révolution qui a eu lieu dans les années suivant la Seconde Guerre mondiale, de l’antagonisme envisagé en termes de lutte et de domination à l’expression d’un deuil partagé.

5Mais si notre regard rétrospectif tend à s’accrocher à ces moments-clés et à y voir des étapes dans une évolution linéaire, l’examen des images produites tout au long de la période permet de saisir des nuances oubliées, de distinguer au-delà des changements l’inertie du regard sur l’Autre : si Marianne et Germania ne sont plus en opposition mais désormais mènent ensemble la danse, il n’en reste pas moins que les allégories des deux nations – avec respectivement le bonnet phrygien, symbole de la liberté, et le casque à pointe, symbole du militarisme – subsistent largement dans les représentations collectives.

Vers la cristallisation de l’antagonisme

  • 7  Sur ces évolutions avant 1871, voir entre autres : Leiner (Wolfgang), « De la vision française de (...)
  • 8  Jeismann (Michael), « Guerre d’États et instinct populaire. L’Allemagne dans la perception françai (...)

6Nombre de « passeurs » entre les deux cultures française et allemande s’emploient tout au long du XIXe siècle à forger l’image de l’Autre dans sa différence radicale, certes, mais en soulignant aussi les qualités, et en essayant de se distancier quelque peu des préjugés hérités du passé (la prétendue ivrognerie des Allemands que l’on trouve jusque chez de grands esprits comme Montaigne ou Voltaire par exemple). Madame de Staël, pour la France, joue ici un rôle décisif, avec son De l’Allemagne publié en 1810 7, qui décrit un peuple d’écrivains et de philosophes, voué « au contentement paisible, à la spéculation métaphysique et aux rêveries romantiques » 8. Il faut dire que tant qu’elle est morcelée en une multitude de petits États, l’Allemagne ne constitue pas une menace, et l’on peut en France en vanter les mérites.

7En Allemagne, tout en raillant la frivolité française et en réveillant à l’occasion de crises ponctuelles (comme en 1840-1842) le spectre d’une France conquérante, on admire la « Grande Nation » qui a réalisé une unité à laquelle soi-même on aspire. On assistera même autour de 1848, pendant le bref « printemps des peuples » qui a failli concrétiser le rêve allemand de « l’unité dans la liberté » (« Einheit in Freiheit »), à une forme de contamination graphique de Germania par Marianne, la première apparaissant parfois avec le bonnet phrygien et la gestuelle révolutionnaire !

  • 9  Sur ce sujet, voir l’indispensable ouvrage de Ouriel Reshef, Guerre, mythe et caricature. Au berce (...)
  • 10  Cf. Agulhon (Maurice), Les métamorphoses de Marianne. L’imagerie et la symbolique républicaine de  (...)
  • 11  Gervereau (Laurent), Prochasson (Christophe), Images de 1917, Paris, BDIC/Germinal, 1987.
  • 12  Cf. Kochop. cit.

8De cet éventail de représentations de l’Autre ne subsiste plus, après la guerre de 1870-1871 et la fondation de l’Empire allemand, que le versant négatif. Dans la caricature française, depuis quelques années déjà – avec les guerres contre le Danemark (1864) et l’Autriche (1866) – le militarisme prussien est apparu de plus en plus redoutable et redouté. À partir de 1870 et pour de longues années, l’Allemand sera désormais quasi unanimement le « Boche », représenté en voleur de pendules, en pillard et en violeur, en « croquemitaine », en Moloch ou en ogre dévorant la liberté, ou encore sous les traits féroces des figures emblématiques de Guillaume Ier ou de Bismarck agresseurs de Marianne ou représentés en bouchers 9. C’est aussi à cette époque que se met en place en France l’opposition d’une Marianne charmante et décidée à se battre pour la liberté 10, et d’une Germania ridicule, souvent obèse, dont même les seins sont coiffés d’un casque à pointe. Cet antagonisme sera l’un des leitmotive des productions iconographiques de la Première Guerre mondiale : l’ouvrage de Laurent Gervereau sur les Images de 17 11 en fournit de nombreux exemples, et ce n’est pas un hasard si cette opposition a été choisie également en couverture du passionnant catalogue de l’exposition consacrée en 1997 à cinq siècles de caricatures françaises et allemandes sur le voisin 12.

  • 13  Cf. Grunewald (Michael), Abret (Helga), Visions allemandes de la France 1871-1914, Berlin/Francfor (...)

9Pour l’Allemagne, la France est tout au long du XIXe siècle, après la Révolution, tantôt un modèle, tantôt un repoussoir ; mais elle est en tout cas lepays par rapport auquel on se définit – l’historiographie allemande attribue d’ailleurs généralement la naissance du patriotisme allemand à la lutte qui commence en 1813 contre l’oppresseur napoléonien dans les « guerres de libération » (Befreiungskriege). Cette définition en miroir s’affirme encore davantage avec la victoire de 1871 et l’unification allemande réalisée à la suite du conflit. Face à la supposée « arrogance française », l’Allemagne unie peut s’affirmer sans complexes, et selon les commentateurs, elle a le devoir de le faire pour se protéger d’une France « ennemie de la paix » 13. Les cartes géographiques que l’on trouve dans les manuels scolaires montrent l’encerclement de l’Allemagne, prise entre deux masses noires et menaçantes – la France et la Russie.

D’une guerre à l’autre

  • 14  Ernest Renan, préface à La Réforme intellectuelle et morale de la France, cité par : Krapoth, op.c (...)

10En France, le conflit de 1870 et la dureté des conditions de paix imposées par la Prusse ont constitué un grand choc, et même certains « passeurs » entre les deux pays, comme Ernest  Renan, se trouvent dégrisés : « Le peuple que j’avais toujours présenté à mes compatriotes comme le plus moral et le plus cultivé s’est montré à nous sous la forme de soldats ne différant en rien des soudards de tous les temps, méchants, voleurs, ivrognes démoralisés. (…). Ce que nous aimions dans l’Allemagne, sa largeur, sa haute conception de la raison et de l’humanité, n’existe plus. » 14

  • 15  Cf. Auclert (Jean-Pierre), La Grande Guerre des crayons. Les noirs dessins de la propagande en 191 (...)
  • 16  La violence faite aux enfants est un thème fondamental et renvoie aux épisodes – contestés – des « (...)

11Les stéréotypes élaborés à cette période ressurgissent avec violence et se radicalisent dans la Première Guerre mondiale. Les figures de Germania énormes et vulgaires se multiplient dès 1914 dans le dessin satirique 15, mais les images prennent très fréquemment un tour beaucoup plus menaçant : l’affrontement de la France et de l’Allemagne apparaît irrémédiablement comme une lutte de la civilisation contre la barbarie (la « Kultur » allemande tournée en dérision). On trouve dès lors Guillaume II en « empereur des barbares » terrassé par le coq triomphant, et l’on représente le « soldat boche » en meurtrier de femmes, d’enfants 16 ou d’hommes à terre, comme dans une célèbre carte postale opposant « barbarie allemande » et « générosité française ».

12L’accusation de barbarie imprègne également les images allemandes, en un sens souvent racial cette fois, avec le reproche fait aux Français d’une « conduite sauvage » ; le thème récurrent est alors celui de la « Honte Noire », allusion directe aux troupes coloniales, que l’on retrouvera très fortement au moment de l’occupation de la Rhénanie (1919-1930) et de la Ruhr (1923-25).

  • 17  Voir les nombreux exemples reproduits par Jean-Yves Le Naour, « Cochons d’Allemands ! La représent (...)

13Le coq français et l’aigle allemand s’affrontent sur tous les supports iconographiques, mais le bestiaire de la haine s’enrichit côté français avec les représentations fréquentes de l’Allemand en cochon 17. Tandis que les Allemands mettent l’accent sur leur « mission civilisatrice », les cartes postales photographiques reproduisant des cathédrales et des villages « ravagés par les Boches » circulent par millions.

Les ambiguïtés de l’entre-deux-guerres

  • 18  Krapoth, op.cit., p. 149-158 ; Delporte (Christian), Koch (Ursula), Sagave (Pierre-Paul), « Vu d’e (...)

14Les auteurs d’aujourd’hui signalent largement la présence de précurseurs de l’amitié franco-allemande sous la République de Weimar, et s’interrogent : « 1919-1932 : Français et Allemands, frères ou ennemis ? » 18. Mais en réalité, les caricaturistes des deux pays rivalisent d’inventivité pour dénigrer le voisin d’en face.

  • 19  Cf. Delporte (Christian), « Méfions-nous du sourire de Germania ! L’Allemagne dans la caricature f (...)
  • 20  Manuel scolaire de Malet et Isaac, 1922, cité par Krapoth, op.cit., p. 22.

15En France, notamment, la rareté des images germanophiles et la pléthore de dessins et affiches hostiles à l’Allemagne, stigmatisant notamment sa « soif de revanche », ne permettent pas d’affirmer qu’une tendance à la réconciliation précoce soit répandue dans l’imagerie populaire 19. Les photographies célébrant les rencontres de Briand et Stresemann ne semblent pas pouvoir faire le poids face à la masse de représentations ouvertement germanophobes. Quelques rares feuilles pacifistes font appel au « Michel allemand », personnage sympathique – et un peu nigaud avec son bonnet de nuit – symbolisant la nation allemande. Mais globalement, malgré une relative accalmie entre 1924 et 1929, la France cultive l’image d’une Allemagne « impérialiste, belliqueuse, faite de convoitise, d’orgueil, d’un immense appétit de domination » 20.

  • 21  En miroir, ce thème était aussi très présent en 1870-1871 dans la caricature française qui stigmat (...)

16Et ce au moment même où l’occupation de la Ruhr par les Français suscite en Allemagne une production iconographique d’une grande violence : sur les affiches, une Marianne féroce, vampire aux doigts crochus, s’empare des industries ; ce thème du vampire est omniprésent depuis le Diktat de Versailles, en témoigne une fameuse caricature du Simplicissimus montrant Clemenceau vidant de son sang l’ange de la paix 21. Les autres métaphores faisant appel notamment au fond mythologique ne manquent pas : le Kladderadatsch du 3 août 1919 publie ainsi un dessin qui figure un coq au bonnet phrygien dévorant le foie d’un Prométhée coiffé du bonnet du bon Michel.

  • 22  Cf. Geiger (Wolfgang), L’image de la France dans l’Allemagne nazie, 1933-1945, Rennes, PUR, 1999.
  • 23  Delporte, Koch, Sagave, op.cit., p. 12-13.

17L’arrivée des nazis au pouvoir ne marque pas en France de rupture brutale dans les représentations iconographiques du voisin : la spécificité de la dictature n’est pas perçue, les dessins se contentent de rénover les clichés bien établis d’une Allemagne belliqueuse et barbare – même si les personnages allégoriques laissent désormais largement la place à Hitler, présenté comme l’héritier d’une longue lignée de dirigeants teutons malfaisants. En Allemagne, le thème de la France décadente – dénatalité, « mélange des races » – prend un tour plus systématique. Mais surtout, on note d’intéressants louvoiements qui reflètent la place de ce voisin à la fois honni et courtisé 22 : « Sous le régime hitlérien, on publie tantôt des dessins franchement hostiles à la France, dépeinte comme l’ennemie de toujours ; et tantôt l’on trouve des exhortations à la fraternisation franco-allemande, voire des appels au ralliement à l’idéologie raciste. » 23 

  • 24  Pour la période après 1940, voir : Delporte (Christian), Les crayons de la propagande. Dessinateur (...)

18La production iconographique relative aux relations franco-allemandes pendant la période de la Seconde Guerre mondiale mériterait à elle seule de longs développements 24. On se contentera ici de remarquer que, les anciens stéréotypes ayant été puissamment réactivés avant l’armistice de 1940, les responsables de la collaboration ont ensuite fort à faire pour diffuser une image positive de l’Allemagne ! L’affiche la plus célèbre prend le contre-pied des représentations en vigueur depuis 1870 (et encore plus depuis les épisodes de « mains coupées » de 1914-1918), en montrant un « bon » soldat allemand « ami des enfants français ».

Le tournant de 1945

  • 25  Cf. Jurt (Joseph), « Le couple franco-allemand », p. 103-115 dans Jean-Noël Jeanneney (dir.), Une (...)

19L’après Seconde Guerre mondiale est marqué par un véritable retournement, d’une rapidité tout à fait étonnante si l’on considère l’ancienneté et la violence des schémas présentés précédemment. Car peu à peu, surtout à partir de 1963 et du fameux traité de l’Élysée (que les Allemands appellent d’ailleurs traité d’amitié franco-allemand), s’institutionnalise le modèle du couple  franco-allemand, que l’on préfère souvent en France aux termes moins chargés d’affect mais également fréquents d’ « axe » ou de « tandem » 25. Dans les images, l’affrontement des figures allégoriques laisse alors la place à des gestes d’amitié entre les hommes, souvent les chefs d’État.

  • 26  Plus de détails sur cette épineuse question et son traitement dans l’image chez Armin Heinen, « Ma (...)

20Il ne faudrait pas pourtant croire que le tournant fut unanimement acclamé par les populations. Dans les années 1950-1960, le souvenir de la guerre est encore frais et les vieilles haines ne manquent pas de se réveiller périodiquement. Dans les images, on en trouve trace par exemple lors du référendum sur la question sarroise en 1955, au moment où la région doit se prononcer sur son éventuel rattachement à l’Allemagne : une affiche allemande montre une Marianne tentant d’arracher violemment sa fille légitime à une mère désespérée ; la parenté naturelle entre la Sarre et la République fédérale d’Allemagne est mise en relief par les couleurs identiques des robes de la mère et de la petite fille victime qui hurle : « Maman ! » 26

  • 27  Sur les « dessins anticédistes », voir : Delporte (Christian), « Sous la loupe de la caricature », (...)

21Côté français, c’est surtout l’épisode du réarmement de l’Allemagne qui suscite des inquiétudes : une célèbre affiche du Parti communiste représente l’ombre d’un soldat de la Wehrmacht muni d’une grenade, prêt à s’abattre sur un paisible village français. Si c’est cette image qui est mise en valeur dans le récent manuel franco-allemand, il ne faudrait pas pour autant croire que le point de vue a été défendu par le seul PC, car les résistances ont été vives dans l’ensemble des partis (ainsi que l’indique d’ailleurs bien l’échec de la CED au Parlement français en 1954) 27.

  • 28  Voir : Koch (Ursula), « Le couple franco-allemand, l’Europe et la médiatisation de l’histoire par (...)

22Même le fameux traité de l’Élysée a donné lieu à de vives tensions entre la France et l’Allemagne : un dessin français montre Adenauer s’avançant vers le Quai d’Orsay avec, comme cortège, les fantômes de Frédéric le Grand, Bismarck, Guillaume II et Hitler ! 28 Et côté allemand, une fameuse caricature de Manfred Österle en couverture du Simplicissimus du 23 février 1963 reflète bien la méfiance face aux arrière-pensées françaises, le tout avec un vocabulaire iconographique attestant la permanence des clichés : De Gaulle et Adenauer assistent à un spectacle de French cancan présentant une Germania entre deux Marianne – il s’agit de bien mettre en évidence la prépondérance française.

  • 29  Reims comme « lieu de mémoire franco-allemand » renvoie au bombardement de la cathédrale en septem (...)
  • 30  Krumeich (Gerd) : « Verdun : ein Ort gemeinsamer Erinnerung ? », p. 162-184, dans Morizet, Müller, (...)

23Ce sont cependant les représentations de la réconciliation qui trouvent aujourd’hui place dans la mémoire collective. Du couple fondateur, aux relations pourtant parfois houleuses, que constituent de Gaulle et Adenauer, l’on retient Reims et la prière commune 29, l’accolade lors de la signature du traité de 1963. Suivent, parmi les « images mémoires », Verdun et l’hommage commun de Kohl et Mitterrand aux soldats allemands et français morts dans la Grande Guerre ; cet épisode est présenté comme un pas important dans l’approfondissement de la relation franco-allemande, puisqu’on passe de la simple réconciliation à l’expression d’une « communauté de destin » 30. Si les images de ces trois événements à haute valeur symbolique trouvent une place particulièrement importante dans les manuels scolaires, il a fallu pourtant attendre 2004 pour que l’Allemagne soit associée à la commémoration du débarquement de Normandie. Et le défilé historique de la nouvelle brigade franco-allemande de l’Eurocorps sur les Champs-Élysées en 1994, qui devait sceller l’engagement commun des deux pays pour la paix, a donné lieu à des photographies qui ont parfois réveillé de mauvais souvenirs pour ceux qui avaient déjà entendu, cinquante ans auparavant, les bottes des Allemands dans Paris… Même les dessinateurs du journal Libération se sont montrés sceptiques lors de la création de cette fameuse brigade en 1987.

L’unification et la réactivation des peurs anciennes

  • 31  Sur ce thème, voir : Vogel (Wolfram), « Le couple franco-allemand : un modèle pour les autres ? Un (...)

24L’évocation des gestes de rapprochement, érigés par les images en symboles d’une amitié désormais indéfectible et positive (au sens où elle sert aussi de modèle de réconciliation pour les autres nations en conflit 31), ne saurait faire oublier les moments importants de doute qui ont entouré l’unification allemande de 1989-1990.

  • 32  Voir : Fritsch-Bournazel (Renata), L’Allemagne unie dans la nouvelle Europe, Complexes, Bruxelles, (...)

25Selon une configuration qui n’est pas sans rappeler – toutes choses égales par ailleurs – celle du XIXe siècle, la France avait pu après 1945 aimer sans complexe une Allemagne faible et divisée, souvent qualifiée de « géant économique » mais surtout de « nain politique » ; or, en 1989, l’Allemagne en passe de s’unifier redevient potentiellement une force politique, puisqu’en marge de l’Europe occidentale, elle se trouve physiquement (re)positionnée au milieu du continent 32. Le souvenir du passé pèse alors très lourdement : du Drang nach Osten médiéval aux tentatives d’Europe allemande à l’ère hitlérienne, en passant par la grande époque du militarisme prussien, le thème de l’« exception allemande » (Sonderweg) ressurgit. Quels qu’aient été les gestes de rapprochement depuis 1945, l’image d’une « grande Allemagne » (Grossdeutschland), impérieuse et impériale, obsède cette génération de décideurs politiques qui a mis sur pied l’Europe pour « dompter l’Allemagne », et qui est encore en partie aux commandes au moment de l’unification. Si le président Mitterrand n’a probablement jamais repris à son compte la fameuse phrase de François Mauriac, « j’aime tellement l’Allemagne que je préfère qu’il y en ait deux », il a en revanche admis en 1995 qu’il aurait mieux valu à ses yeux garder une Allemagne de 60 millions d’habitants, attestant la pérennité des craintes encore plusieurs années après l’unification.

  • 33  Sur les signes qui lui sont attachés – les bottes, les moustaches, le casque à pointe, « trois sym (...)

26Dans ce contexte, nombre d’images mettent en scène ce qui a pu passer pour la fin de l’équilibre dans le « couple » franco-allemand : sur les pages des magazines, comme le Figaro, Helmut Kohl apparaît en photographie surdimensionné face à son homologue français. L’aigle impériale est utilisée de manière récurrente par les dessinateurs (comme sur une page de couverture du Nouvel Observateur qui l’oppose de nouveau au coq gaulois). Même Germania, un peu oubliée au profit des représentations de chanceliers à visage humain ou même du « Michel » bien innocent (mari idéal de Marianne), fait un retour en force comme adversaire potentielle de Marianne. Les vieux motifs du casque à pointe ou de la moustache de Guillaume II (quand ce n’est pas celle d’Hitler) refont leur apparition et affublent régulièrement les caricatures d’Helmut Kohl. L’image d’une « Nation attardée » (Verspätete Nation) qui dépasse ses complexes d’infériorité par la volonté d’expansion, le souvenir de la première unification par « le sang et le glaive » (Blut und Eisen) sous Bismarck sont réactivés, et le vieux chancelier revient lui aussi régulièrement dans les images et les publications 33.

27La France n’a pas le monopole de l’angoisse : les caricatures canadiennes ou anglaises montrent le géant Kohl à côté de Margaret Thatcher autour d’une table, cette dernière demandant au Chancelier de s’asseoir pour ne plus dominer la scène – Kohl répondant alors : « Mais je suis déjà assis ! » Et, dans les années 1990, chaque fois qu’une agression raciste aura lieu en Allemagne, on verra dans la presse française des commentaires en images reliant ces événements aux massacres de l’époque nazie, comme pour signifier que cette nouvelle Allemagne de Berlin, unie, n’est pas immunisée contre les démons du passé.

Désamour, indifférence, triangle(s) amoureux : les évolutions récentes 

  • 34  Ménudier (Henri), « L’engagement européen de l’Allemagne : continuité et fiabilité », France-Forum(...)
  • 35  Jeanneney, op.cit., p. 13. Voir aussi : Delporte, op.cit., p. 141 : « La culture du stéréotype s’a (...)

28Aujourd’hui, vingt ans après la chute du Mur de Berlin, ces images prêtent à sourire, car la fiabilité de l’Allemagne réunifiée s’est vérifiée 34 et a permis de dépasser les craintes des partenaires. La violente réapparition des clichés concernant le voisin allemand révèle néanmoins indirectement la puissance du choc de 1989-1990 si l’on considère, comme l’historien Jean-Noël Jeanneney, que « les systèmes de stéréotypes offrent aux esprits que peut désorienter la complexité du monde le confort et la familiarité d’un tableau bien ordonné et [qu’] ils s’y sentent comme protégés, au chaud de trop simples certitudes » 35.

  • 36  Delattre (Nicolas), « La logique allemande », dossier « L’Allemagne de nos incertitudes : l’Europe (...)

29Quoiqu’apaisées, les relations franco-allemandes ont pourtant connu depuis 1990 d’intenses évolutions. Certains ont parlé de rééquilibrage, car on a vite compris qu’il serait « de moins en moins possible de compter sur le "complexe d’infériorité" des Allemands, un facteur qui a longtemps permis commodément d’affirmer la prééminence française en Europe » 36. Autre élément de changement dans le couple : la volonté de l’Allemagne de s’inscrire dans un véritable multilatéralisme est certes rassurante pour les partenaires, mais – pour filer la métaphore amoureuse – elle est susceptible d’éveiller la jalousie française ; le triangle de Weimar (avec la Pologne) ou les relations approfondies avec la Russie ont suscité nombre de commentaires ironiques sur la fiabilité d’un éventuel ménage à trois. On pourrait ajouter l’impression largement répandue dans les opinions des deux pays que les dirigeants allemands et français en poste après l’ère Kohl/Mitterrand ne constituent plus de vrais couples d’amis sur le plan personnel.

  • 37  « Si loin, si proches », France et Allemagne ont fini par se ressembler, « c’est la victoire de la (...)
  • 38  Krapoth, op.cit.
  • 39  Voir la photo d’illustration de l’article de Clarisse Bargain sur le 11e Conseil des ministres fra (...)
  • 40  Dans le même ordre d’idée, voir : Koch, op.cit., p. 12 : « Il y a lieu de signaler un élément icon (...)
  • 41  Sur ce sujet, voir : Jurt, op.cit., p. 106.

30Il est tout à fait passionnant de constater, dans ce contexte de tension et de doute, la multiplication de ce qu’on pourrait appeler les « images tendresse » : comme pour contrecarrer la réalité du déclin d’une relation France-Allemagne exclusive 37, il apparaît nécessaire ces dernières années, dans la presse et l’édition françaises, de mettre l’accent sur la dimension affective des rapports unissant les deux pays. L’accolade chaleureuse de De Gaulle et Adenauer laisse logiquement la place à la profonde et émouvante étreinte de Schröder et Chirac choisie en couverture d’un ouvrage de 2005 38. La présence d’une femme à la tête du gouvernement allemand a sans doute renforcé cette tendance, et plusieurs photos souvent citées dans les publications récentes 39 montrent les leaders des deux pays dans une pose qui laisse présager non plus une simple étreinte, mais un véritable baiser d’amour 40… On est bien loin du viol de Marianne par l’agresseur allemand, et si la relation France-Allemagne, marquée par les stéréotypes, reste fortement sexualisée 41, les images font mesurer le chemin parcouru depuis 140 ans.

Haut de page

Notes

1  Cf. Jeismann (Michael), La patrie de l’ennemi. La notion d’ennemi national et la représentation de la nation en Allemagne et en France, Paris, CNRS, 1997.

2  Les journaux les plus importants sont alors pour la France : Le Rire, L’Assiette au beurre, Charivari et pour l’Allemagne Ulk, Simplicissimus, Lustige Blätter, Kladderadatsch. On trouvera une bonne présentation du contexte de production des dessins à cette période dans le catalogue de Ursula Koch, Marianne et Germania dans la caricature, Centre culturel allemand/Goethe-Institut, 1997.

3  Voir la juxtaposition des représentations de ces trois épisodes dans le Manuel franco-allemand de Terminale, Paris, Nathan, 2006, p. 303.

4  Cf. Morizet (Jacques), Möller (Horst) (dir.), Franzosen und Deutsche. Orte der gemeinsamen Geschichte, Munich, Beck, 1996 (en français : Allemagne-France : lieux et mémoire d'une histoire commune, Paris, Albin Michel, 1995).

5  Krapoth (Stéphanie), France-Allemagne. Du duel au duo, de Napoléon à nos jours, Toulouse, Privat, 2005.

6  Plusieurs travaux récents ont montré l’intérêt de ce type de source pour l’analyse des imaginaires collectifs. Voir notamment, en rapport direct avec l’étude des relations franco-allemandes : Bendick (Rainer), Kriegserwartung und Kriegserfahrung. Der Erste Weltkrieg in deutschen und französischen Schulgeschichtsbüchern 1900-1945, Pfaffenweiler, Centaurus, 1999 et Krapoth, op.cit.

7  Sur ces évolutions avant 1871, voir entre autres : Leiner (Wolfgang), « De la vision française de l’Allemagne », p. 41-47 dans le catalogue de l’exposition Marianne et Germania 1789-1889. Un siècle de passions franco-allemandes, musée du Petit Palais, Paris, Paris-Musées, 1998.

8  Jeismann (Michael), « Guerre d’États et instinct populaire. L’Allemagne dans la perception française », ibid., p. 85-92, ici p. 87.

9  Sur ce sujet, voir l’indispensable ouvrage de Ouriel Reshef, Guerre, mythe et caricature. Au berceau d’une mentalité française, Paris, FNSP, 1984, qui reproduit les caricatures les plus représentatives.

10  Cf. Agulhon (Maurice), Les métamorphoses de Marianne. L’imagerie et la symbolique républicaine de 1914 à nos jours, Paris, Flammarion, 2001.

11  Gervereau (Laurent), Prochasson (Christophe), Images de 1917, Paris, BDIC/Germinal, 1987.

12  Cf. Kochop. cit.

13  Cf. Grunewald (Michael), Abret (Helga), Visions allemandes de la France 1871-1914, Berlin/Francfort, Peter Lang, 1995.

14  Ernest Renan, préface à La Réforme intellectuelle et morale de la France, cité par : Krapoth, op.cit., p. 142.

15  Cf. Auclert (Jean-Pierre), La Grande Guerre des crayons. Les noirs dessins de la propagande en 1914-1918, Robert Laffont, Paris, 1981.

16  La violence faite aux enfants est un thème fondamental et renvoie aux épisodes – contestés – des « mains coupées » ; voir : Horne (John), « Les mains coupées, "atrocités allemandes" et opinion française en 1914 », p. 133-146, dans Jean-Jacques Becker, Jay Winter, Gerd Krumeich, Annette Becker, Stéphane Audoin-Rouzeau, Guerre et cultures 1914-1918, Paris, Armand Colin, 1994.

17  Voir les nombreux exemples reproduits par Jean-Yves Le Naour, « Cochons d’Allemands ! La représentation de l’ennemi dans la caricature de guerre 1914-1918 », p. 231-244, dans Paul Bacot, Éric Baratay, Denis Barbet, L’Animal en politique, Paris, L’Harmattan, 2003. Nous nous permettons de renvoyer ici également à notre article « L’image de l’ennemi allemand dans les affiches et cartes postales des deux guerres mondiales. Une perspective internationale (France, États-Unis, Canada) », à paraître.

18  Krapoth, op.cit., p. 149-158 ; Delporte (Christian), Koch (Ursula), Sagave (Pierre-Paul), « Vu d’en face ». L’Allemagne et la France sous le regard des caricaturistes 1919-1939, Paris, EHESS, 1992, p. 6 et suivantes.

19  Cf. Delporte (Christian), « Méfions-nous du sourire de Germania ! L’Allemagne dans la caricature française 1919-1939 », Mots, no 48, 1996, p. 33-54.

20  Manuel scolaire de Malet et Isaac, 1922, cité par Krapoth, op.cit., p. 22.

21  En miroir, ce thème était aussi très présent en 1870-1871 dans la caricature française qui stigmatisait la voracité de la Prusse après l’imposition des lourdes indemnités de guerre.

22  Cf. Geiger (Wolfgang), L’image de la France dans l’Allemagne nazie, 1933-1945, Rennes, PUR, 1999.

23  Delporte, Koch, Sagave, op.cit., p. 12-13.

24  Pour la période après 1940, voir : Delporte (Christian), Les crayons de la propagande. Dessinateurs et dessin politique sous l’occupation, Paris, CNRS, 1993.

25  Cf. Jurt (Joseph), « Le couple franco-allemand », p. 103-115 dans Jean-Noël Jeanneney (dir.), Une idée fausse est un fait vrai, Paris, Odile Jacob, 2000.

26  Plus de détails sur cette épineuse question et son traitement dans l’image chez Armin Heinen, « Marianne und Michels illegitimes Kind. Das Saarland 1945-1955 in der Karikatur », dans Hudemann Rainer, Jellonnek Burkhard, Pauls Bern, Hahn Marcus (dir.), Grenz-Fall. Das Saarland zwischen Frankreich und Deutschland 1945-1960, St. Ingbert, 1997, p. 45-62.

27  Sur les « dessins anticédistes », voir : Delporte (Christian), « Sous la loupe de la caricature », p. 117-141 dans Jeanneney, op.cit., en particulier p. 122-123.

28  Voir : Koch (Ursula), « Le couple franco-allemand, l’Europe et la médiatisation de l’histoire par les caricaturistes 1945-2003 », dans Mathien Michel, La Médiatisation de l’Histoire, Bruxelles, Bruylant, 2005. Sur les évolutions entre 1945 et 1990, voir aussi le chapitre « Voisin et "ennemi héréditaire". Passé et altérité dans la caricature franco-allemande depuis 1945 », p. 253-274, dans Christian Delporte, Images et politique en France au XXe siècle, Nouveau Monde, Paris 2006.

29  Reims comme « lieu de mémoire franco-allemand » renvoie au bombardement de la cathédrale en septembre 1914 et, le 7 mai 1945, à la capitulation de l’Allemagne nazie sans condition. Voir : Susini (Jean-Luc) : « Reims als historischer Ort », p. 238-262 dans Morizet, Müller, 1996.

30  Krumeich (Gerd) : « Verdun : ein Ort gemeinsamer Erinnerung ? », p. 162-184, dans Morizet, Müller, op.cit.

31  Sur ce thème, voir : Vogel (Wolfram), « Le couple franco-allemand : un modèle pour les autres ? Une esquisse de recherche », 8 mai 1945-8 mai 2005, France et Allemagne : de la guerre au partenariat européen. Actes du Colloque de Verdun (no spécial d’Allemagne d'aujourd'hui, no 5/2006).

32  Voir : Fritsch-Bournazel (Renata), L’Allemagne unie dans la nouvelle Europe, Complexes, Bruxelles, 1991.

33  Sur les signes qui lui sont attachés – les bottes, les moustaches, le casque à pointe, « trois symboles de sur-mâle à la virilité insolente », voir : Cheval (René), « Cent ans d’affectivité franco-allemande ou l’ère des stéréotypes », Revue d’Allemagne, no 3/IV, 1972, p. 606.

34  Ménudier (Henri), « L’engagement européen de l’Allemagne : continuité et fiabilité », France-Forum, no 18/2005-2006, p. 3-83.

35  Jeanneney, op.cit., p. 13. Voir aussi : Delporte, op.cit., p. 141 : « La culture du stéréotype s’apparente aussi à une forme confuse de nostalgie » et dans le même volume de Jeanneney : Frank (Robert), « Qu’est-ce qu’un stéréotype ? », p. 17-26.

36  Delattre (Nicolas), « La logique allemande », dossier « L’Allemagne de nos incertitudes : l’Europe sera-t-elle allemande ? Leçons d’une enquête », Esprit, no 221, mai 1996, p. 10-14 (ici p. 17).

37  « Si loin, si proches », France et Allemagne ont fini par se ressembler, « c’est la victoire de la normalité (…) qui, en l’absence d’exotisme, ne génère plus "die Lust", le désir de l’autre », pouvait-on lire dans Le Monde du 23 janvier 2003.

38  Krapoth, op.cit.

39  Voir la photo d’illustration de l’article de Clarisse Bargain sur le 11e Conseil des ministres franco-allemand à Berlin (http://apres-le-non.forum-carolus.org/archive/2009/03/12/11eme -conseil-des-ministres-franco-allemand-a-berlin.html) et celle reproduite par Andreas Rittau, « Représentations iconiques de l’Allemagne à travers les photos de presse du journal Le Monde (2005-2007) : analyse du couple franco-allemand », Communication et langages, no 156, 2008, p. 91-102 (ici p. 98).

40  Dans le même ordre d’idée, voir : Koch, op.cit., p. 12 : « Il y a lieu de signaler un élément iconographique nouveau : l’aspect érotique. Témoin certaines caricatures de Willem (Libération) et surtout les "éditoriaux dessinés" de Plantu (Le Monde) qui, en 1989, crée une Germania-Gretchen très mignonne. »

41  Sur ce sujet, voir : Jurt, op.cit., p. 106.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Aslangul, « De la haine héréditaire à l’amitié indéfectible », Revue historique des armées, 256 | 2009, 3-13.

Référence électronique

Claire Aslangul, « De la haine héréditaire à l’amitié indéfectible », Revue historique des armées [En ligne], 256 | 2009, mis en ligne le 24 juillet 2009, consulté le 30 juin 2016. URL : http://rha.revues.org/6802

Haut de page

Auteur

Claire Aslangul

Normalienne, agrégée d’allemand, diplômée de Sciences-po Paris et docteur en études germaniques, elle est maître de conférences à l’université Paris IV-Sorbonne. Ses travaux portent sur la culture visuelle de la guerre dans les œuvres d’art, cartes postales et affiches du XXe siècle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org