Navigation – Plan du site
Variations

Un mythe aéronautique et urbain dans la France de l’entre-deux-guerres : le péril aérochimique

Jean-Marie Moine
p. 94-119

Résumés

S’appuyant sur deux innovations de la Première Guerre mondiale : l’aviation de bombardement et les gaz de combat, un abondant discours sur le péril aérochimique s’est propagé pendant l’entre-deux-guerres. Les nationalistes ont insisté sur ce danger pour justifier leurs revendications d’un désarmement réel de l’Allemagne et d’un réarmement français, notamment aérien. Les pacifistes ont repris le thème en propageant une vision apocalyptique : les grandes villes promises à l’anéantissement par la voie des airs au moyen de gaz de plus en plus sophistiqués et à l’efficacité meurtrière imparable. Il s’agissait d’inspirer l’horreur d’une telle guerre et de dénoncer les profits attendus par une nouvelle catégorie de marchands de mort. Parallèlement s’est ouvert un débat sur une possible protection : soit préventive, l’interdiction des armes chimiques, qui rencontrait généralement le doute, soit par l’organisation de la défense passive. La menace aérochimique a permis aux architectes de proposer un nouvel urbanisme censé en pallier les effets, fondé le plus souvent sur l’espacement et la construction en hauteur. Les conflits, notamment la Deuxième Guerre mondiale, n’ont pas validé les anticipations dramatisées mais la puissance d’évocation du mythe de la guerre aérochimique a contribué à ancrer une attitude de dissuasion et à propager les voies de l’interdiction des armes chimiques entrée en vigueur en 1997.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dès le lendemain du premier conflit mondial a fleuri un copieux discours sur ce que serait ou ce que pourrait être une future guerre. Ce discours de polémo-anticipation s’est notamment appuyé sur deux innovations de 1914-1918 :

    • 1  Une réflexion était cependant avancée depuis la fin des années 1900, stimulée notamment par l’indu (...)

    l’utilisation militaire de l’aviation, en particulier pour le bombardement, bien que celui-ci n’ait jamais été une véritable priorité et que son efficacité soit demeurée limitée 1 ;

    • 2  Lachaux (Gérard), Delhomme (Patrice), La guerre des gaz 1915-1918, 1985 ; Lepick (Olivier), La Gra (...)
    • 3  Lepick (O.), op.cit., p. 300, 386.

    les gaz de combat 2 à propos desquels, malgré leur « échec relatif », s’était épanouie une « légende noire » alimentée par les représentations artistiques et les récits littéraires 3.

  • 4  Trois exemples de thèses de médecine : Tsi Gziou (Li), La défense passive des populations civiles (...)
  • 5  Le thème de la guerre aérochimique n’est pas négligé par l’historiographie. Les meilleures synthès (...)

2Le rôle de ces innovations, sans avoir été négligeable sur le plan tactique, n’avait pas été décisif. Mais leurs potentialités paraissaient pleines d’avenir aux yeux de la plupart des observateurs, d’autant qu’elles semblaient devoir converger. Peu à peu s’est ainsi répandue l’idée que la prochaine guerre, si elle devait survenir, serait une guerre aérochimique, dont la caractéristique stratégique principale consisterait en l’épandage de gaz toxiques par des escadres aériennes sur les lignes de front et bien davantage encore sur les arrières, donc sur les villes. Une guerre inédite, menée avec ce qu’on appellerait aujourd’hui une arme de destruction massive. Cette idée a été déclinée par une forêt de plumes : militaires, journalistes, hommes politiques et militants d’horizons divers, pour ne pas dire opposés, ingénieurs, chimistes, médecins 4 et pharmaciens, architectes, etc. 5

  • 6  Voir : Kennett (L.), « Prophéties et prédictions au commencement du développement de l’armement aé (...)
  • 7  Reprint de 1991, Tallandier, p. 12-13.
  • 8  Hodeir (Marcellin), « La guerre aérienne à travers la science-fiction : Albert Robida », Revue his (...)
  • 9  Gaz utilisés aussi par les Japonais dans L’aviateur du Pacifique. David (Daniel), Le colonel Drian (...)
  • 10  Folio, 1989, p. 122-124. Dans La guerre des airs (1910), les gaz n’intervenaient pas dans la destr (...)

3Avant 1914, la guerre aérienne et la guerre chimique étaient des thèmes littéraires présents dans des œuvres de science-fiction ou, pour être plus précis, de polémo-fiction 6. Parfois les deux menaces étaient juxtaposées mais elles n’étaient encore qu’exceptionnellement fusionnées. Dans La guerre au XXe siècle (1887), le dessinateur Albert Robida décrivait un conflit qui éclatait en 1945. C’est par le moyen de l’artillerie que s’échangeaient des « bombes à gaz paralysants » ou « à la gale », des « shrapnells à pastilles asphyxiantes », des « obus à l’épileptite », des « bonbonnes à rosée corrosive » dispensatrices de vitriol et médaillées par l’Académie des sciences. Panoplie redoutable : « Un à un se glissaient dans les rues des hommes revêtus de l’uniforme des chimistes, le tablier sur la tunique, le casque de cuir emboîtant la tête et le cou. Sans bruit, sur la terrasse d’un jardin, ils apportaient des instruments étranges et mystérieux, vissaient des pièces, accrochaient des tubes ; en dix minutes une batterie chimique de campagne était montée (…) coup sur coup quatre bombes asphyxiantes décrivaient une courte parabole dans les airs (…). Puis un grand silence se fit. Les feux de bivouac s’étaient éteints, tout était mort, même les malheureux habitants restés en ville, soudainement asphyxiés dans leurs demeures. » 7 C’est le même Robida qui a illustré La guerre infernale de Pierre Giffard (1908), où « rien n’est épargné aux villes, elles sont bombardées, asphyxiées ou encore torpillées : "elles se boursouflent, craquent et sautent en l’air" » 8. Les envahisseurs musulmans de L’Invasion noire, du capitaine Danrit (1895), qui avaient fait un large usage de l’arme bactériologique en propageant la peste et le choléra en Europe centrale, étaient finalement arrêtés par l’armée française grâce à des gaz asphyxiants répandus par des ballons 9. Dans La guerre des mondes (1898) de H.-G. Wells, les Martiens expédiaient des obus qui en se brisant dégageaient une lourde vapeur noire tuant instantanément par contact ou « inspiration de ses âcres nuages » 10, à laquelle on ne pouvait échapper que dans les étages supérieurs des maisons, une localisation pleine d’avenir.

4C’est la Première Guerre mondiale qui allait rendre possible la combinaison grâce aux progrès de l’expérimentation de l’avion et des gaz en grandeur réelle et aux moyens industriels mis en œuvre.

Un large consensus

Les avis partagés des militaires

  • 11  Cité par André Demaison, Menaces sur le ciel, 1933, p. 28 et 11.
  • 12  Cité par Charles Nordmann, « La guerre des gaz et l’avenir », Revue des deux mondes, 15 janvier 19 (...)
  • 13  Novembre 1928. Cité par le lieutenant-colonel P. Vauthier, La doctrine de guerre du général Douhet(...)
  • 14  Schapira (Jacques), Lerner (Henri), Émile Mayer. Un prophète bâillonné, 1995, p. 170 et 174. Voir (...)
  • 15  Dans Vers l’armée de métier, 1934. Voir aussi : Messmer (Pierre), Larcan (Alain), Les écrits milit (...)
  • 16  Mysyrowicz (Ladislas), Autopsie d’une défaite. Origines de l’effondrement militaire français de 19 (...)
  • 17  Masson (Philippe), « De Douhet et de quelques marins », Revue historique des armées, 4/1988, p. 15

5Assez logiquement, les militaires ont été parmi les premiers à s’être intéressés au bombardement aérien au moyen des gaz. Dès 1918, le maréchal Foch avait déclaré : « La guerre chimique doit entrer dans nos prévisions et préparatifs d’avenir si nous ne voulons pas subir quelque redoutable surprise » ; dans la guerre de demain, l’aviation aurait elle aussi une fonction prépondérante, sur des théâtres d’opérations élargis en profondeur. Pour le général Weygand, qui déplorait, avec quelque pessimisme, le silence de la grande presse, la France était exposée à un « danger capital » : « La chimie et l’aviation sont devenues les deux plus terribles cavaliers de l’Apocalypse. » 11 Le général Debeney, directeur de l’École supérieure de guerre, pensait de même qu’elles joueraient des rôles très importants mais son optimisme l’amenait à considérer que le gaz serait un excellent moyen, meilleur que l’artillerie classique, pour se défendre des aéroplanes en créant « une sphère d’air toxique d’un kilomètre tout autour » 12. En 1932, le maréchal Pétain avait soutenu devant le Conseil supérieur de la guerre qu’avec 200 bombardiers capables de transporter une à deux tonnes d’explosifs chimiques à 1 000 kilomètres, 200 chasseurs et la ligne Maginot, le pays serait à l’abri de toute agression. Le prophète du bombardement stratégique, le général italien Douhet, avait intégré les gaz dans sa vision : « Fatalement, la guerre aérochimique aura lieu, il n’est pas possible d’admettre que, dans un conflit où toutes les forces entrent en jeu, une force prête, préparée, formidable, reste absente. » 13 Les effets moraux, en abolissant toute velléité de résistance, seraient aussi décisifs que les destructions physiques. En France, son principal disciple était le lieutenant-colonel Mayer (1851-1938), un officier juif évincé de l’armée au moment de l’Affaire Dreyfus et devenu un publiciste militaire très prolixe. Selon ses biographes, Mayer estimait que l’aviation était appelée à devenir l’élément unique de la puissance militaire, renvoyant presque la guerre terrestre au musée ; sa pensée « s’ordonnait autour du thème central de l’aérochimie », « véritable force de frappe qui, en l’absence de toute parade possible cumulerait les effets matériels et psychologiques », apte à établir un « système de dissuasion fondé sur la terreur rationalisée » 14. Mais les militaires étaient loin de tous partager le tropisme aérochimique de Mayer, qu’il a d’ailleurs tempéré au soir de sa vie. Le futur général de Gaulle, qui le fréquentait, a insisté sur l’utilisation combinée de l’armée de l’Air et des divisions blindées sans dire un mot de l’aérochimie 15. Dès 1923, la Revue militaire générale se plaignait des conférenciers qui faisaient trop facilement recette avec ce thème 16. Dans les années 1930, des officiers de marine ont critiqué à l’École supérieure de guerre navale les illusions de Douhet sur l’efficacité des bombes chargées de gaz 17. Globalement, dans l’armée, l’indifférence ou le scepticisme l’emportaient. La France n’a pas développé de capacité de bombardement aérochimique.

Le discours nationaliste

  • 18 Nordmann (C.), art. cité, p. 453-456.
  • 19  Lefebure (Victor), L’énigme du Rhin. La stratégie chimique en temps de paix et en temps de guerre, (...)
  • 20  Et dans les pays scandinaves et en Asie Mineure selon le colonel Mayer.

6Le premier courant d’opinion à avoir attiré l’attention, chronologiquement, sur la guerre aérochimique, a été le courant nationaliste, dès le début des années 1920. Les partisans d’une politique de fermeté vis-à-vis de l’Allemagne insistaient, pour la justifier, sur le danger que l’Allemagne faisait peser sur ses vainqueurs. L’interdiction qui lui avait été faite par le traité de Versailles d’avoir une aviation militaire et de fabriquer des gaz asphyxiants était d’une « efficacité illusoire » : « Un ridicule coup d’épée dans l’eau, (…)  un trompe l’œil. » 18 L’industrie chimique de l’Allemagne, laissée intacte par la guerre, prospère ; son « monopole chimique » « triomphant » permettrait, le jour venu et dans des délais extrêmement brefs, de produire toute une panoplie de gaz mortels « auprès desquels l’ypérite ne sera plus qu’un doux zéphyr » : « L’industrie allemande des colorants (…) constitue aujourd’hui l’instrument de guerre techniquement le plus puissant dans le monde. » 19 Seule une nouvelle répartition géographique des usines chimiques réduirait le danger. C’est ce même clou qu’enfonçait l’industriel André Michelin, vice-président du Comité français de propagande aéronautique. Avec la présence militaire française sur le Rhin, on pouvait surveiller Krupp mais aucun contrôle ne pesait sur le « second Krupp allemand » : IG, alors même que la chimie française était « dans le noir marasme ». L’Allemagne développait parallèlement son aéronautique civile, fabriquait des avions en Russie 20, formait des pilotes grâce à la pratique du vol à voile. Son aviation commerciale, à grande capacité de transport, pouvait se métamorphoser en aviation militaire « en deux heures ». Ainsi, grâce à son « capital chimique et aéronautique formidable », « le Boche » pouvait entreprendre un bombardement gazeux extrêmement meurtrier pour la population civile, voire deux dans une même nuit, Paris étant à environ 400 kilomètres du Rhin. En bref, l’Allemagne revancharde était soupçonnée, et parfois clairement accusée, de préparer méthodiquement et scientifiquement la prochaine guerre des gaz.

  • 21  La guerre chimique et les usines de matières colorantes, 1923 ; La guerre chimique entrevue par le (...)
  • 22  « Dangers d’une guerre aérochimique russo-allemande », La Renaissance politique, littéraire et art (...)
  • 23  « À la salle Wagram une grande séance. Le ciel de France est-il défendu ? », L’Animateur des temps (...)

7Afin de « sonne[r] l’alarme », le Comité français de propagande aéronautique créait un prix pour récompenser le meilleur moteur d’avion, multipliait les distributions de tracts et brochures, les conférences et les projections de films. En 1923, L’Écho de Paris lançait une campagne. La Revue des produits chimiques publiait des opuscules du chimiste coloriste Henri Le Wita appelant à un sursaut de l’industrie française par l’enseignement technique, les subventions aux laboratoires, la modification de la législation sur les brevets 21. Il était urgent de rattraper le retard sur l’Allemagne dont certains demandaient l’interdiction des usines chimiques, d’autres de son aviation. En 1925, Michelin émettait l’idée d’une convention internationale dont les signataires s’engageraient à totaliser un nombre de bombardiers double de la flotte allemande 22. En 1931, il figurait parmi les animateurs d’un rassemblement de 10 000 personnes organisé par l’Association française aérienne et qui s’était terminé par le vote d’un ordre du jour exigeant des pouvoirs publics « que l’effort de la France dans le domaine de l’aviation ne soit inférieur à celui d’un autre pays » et propre à « nous mettre en état de riposter énergiquement à toute agression par des représailles instantanées et décisives », et par la création d’un Comité national de défense aérienne 23. La menace aérochimique a continué pendant les années 1930 à être mise à contribution pour dénoncer les « niaiseries locarniennes ».

  • 24  Le danger allemand. Aviation et guerre chimique, conférence des 9 et 14 décembre 1922.
  • 25  « La menace aérochimique. Comment Paris ou … Londres peuvent être détruits », Les Ailes, 8 octobre (...)
  • 26  La revanche de l’Allemagne. La guerre qui vient. L’Angleterre menacée, 1928, p. 101.
  • 27  A. Michelin, d’après le général Weygand, « Si par ailleurs, il y avait une guerre, ce serait la gu (...)

8Le discours nationaliste, situé à droite, véhiculait une autre peur : celle de la révolution sociale qui se propagerait dans le sillage des gaz et de la démoralisation qui s’ensuivrait, ainsi qu’à la faveur des capacités corruptrices de l’Allemagne. « Si, à ce moment, l’or allemand a été intelligemment répandu chez nos révolutionnaires, une émeute peut être créée qui remplacera le Gouvernement actuel par une nouvelle Commune. Une paix honteuse peut donc être signée, avant même que la mobilisation n’ait été décrétée » s’inquiétait Michelin 24. Pour Les Ailes du 8 octobre 1925, la guerre aérochimique aurait parmi ses « répercussions quasi certaines (…) un soulèvement populaire où l’état d’esprit des familles durement éprouvées faciliterait la tâche des meneurs » et provoquerait l’acceptation d’une paix immédiate 25. Tandis que le commandant Sorb mettait en garde contre « les éléments de désordre qui voudront profiter de l’occasion, menés par des chefs à la solde de la Russie et de l’Allemagne » 26. Au fantasme de la révolution financée par l’ennemi s’ajoutait celui de « l’écume de la population étrangère (…) libre de ses mouvements, parce que seule munie d’avance de masques convenables » 27 et qui envahirait les Parlements en une sorte de grand soir parachevant le grand bombardement. L’agitateur masqué allait remplacer le bolchevik au couteau entre les dents.

Le discours pacifiste

  • 28  Quelques exemples d’ouvrages non traduits : Dalton (M.), The Black Death, 1934 ; Southwold (M.S.), (...)
  • 29  Par exemple à son congrès de mai 1931 à Tours.
  • 30  « Nous ne voulons plus la guerre (…). Les horreurs de la guerre chimique (…) », 1925, p. 1.
  • 31  « La menace aérochimique (…) », Les Ailes, 3 septembre 1925.
  • 32  Endres (Frantz Carl), La guerre des gaz, 1928, p. 154.

9Dans les années 1930, le discours le plus prégnant était désormais le discours pacifiste, qui s’était progressivement affirmé depuis le milieu des années 1920 dans la presse et sur les rayons des libraires, dans les assemblées parlementaires et sur les estrades des salles de conférences. Et pas seulement en France 28. Le parti politique qui l’a le plus relayé a été la Section française de l’Internationale ouvrière (SFIO) 29, qui s’est notamment servie de la guerre aérochimique pour critiquer la ligne Maginot. Le discours pacifiste partageait, avec le discours nationaliste antiallemand, la perception apocalyptique de la menace. Les gaz, ce « couronnement décisif de l’armement », allaient conférer « l’empire du monde » aux pays qui en auraient la maîtrise. Ils élargiraient « monstrueusement la zone d’action dévastatrice ». La cible essentielle ne serait plus les forces militaires de l’avant, réduites à « un rôle secondaire », mais les « grandes agglomérations », les capitales, Paris, « cœur et cerveau du pays », « tous les centres industriels », voire « l’ensemble du territoire national ». L’attaque serait subite, peut-être même sans déclaration de guerre, et massive afin de frapper « dès le début, immédiatement, un grand coup » et de désorganiser la mobilisation de l’adversaire. Ses effets promettaient d’être rapides et d’une ampleur insoupçonnée, « désastreux », « terribles », « terrifiants », « épouvantables », « effroyables », « monstrueux » : « La guerre chimique est tellement perfectionnée que les armées entières, des villes entières peuvent être détruites en une seule nuit (…) » 30 par la nation ennemie, « comme elle voudrait quand elle voudrait. » 31 Et d’autant mieux que s’ajouteraient ceux des bombes incendiaires et explosives qui, en faisant sauter les vitres, faciliteraient la contamination chimique et chasseraient les survivants vers les caves où ils seraient achevés par les gaz, plus lourds que l’air. Les victimes se compteraient « en millions et millions », un quart de la population française, au moins 500 000pour une grande capitale dans le meilleur des cas. Sans excepter les femmes, les enfants, les vieillards. La distinction entre combattants et non-combattants serait effacée. Une guerre éclair donc et une guerre totale, « intégrale ». Une guerre psychologique par la terreur et la panique : « Les villes qui ne seront pas encore brûlées ou gazées seront abandonnées par leur population poussée au désespoir et qui se réfugiera en masse dans les forêts et dans les montagnes. » 32

  • 33  Day (Hem), Alerte, voici les gaz !, 1928, p. 154.
  • 34  Hemme (Charles du), Hubert-Jacques, Français…  garde à vous ! La guerre aérochimique que l’Allemag (...)
  • 35  Association internationale des médecins contre la guerre, section française, Une protection effica (...)
  • 36  Pendant la guerre, les Allemands avaient répandu des rumeurs sur de nouveaux gaz aux propriétés to (...)
  • 37   Cullberg (Albin), « Un cri d’alarme. Occidentaux ouvrez les yeux sur le péril mortel. Les plus gr (...)
  • 38  Simon (Louis), Arnoux (Maurice), Défense passive contre les attaques aériennes. Premières réalisat (...)

10Le danger devait s’accroître au fil du temps, en raison des progrès aéronautiques en matière de rayon d’action, altitude, capacité d’emport, navigation. On prêtait aux Allemands la mise au point d’appareils « gazogènes » sans pilote lancés depuis des « aérobus » « dont l’équipage jouerait le rôle de chien de berger au moyen des ondes hertziennes » 33, et de ballonnets à moteur électrique qui exploseraient sur leur objectif en répandant du gaz 34. On évoquait aussi des « torpilles à autopropulsion », les « avions-réservoirs » (ou « avions-citernes » ou « avions-épandeurs ») américains, véritables « arrosoirs dont l’action serait particulièrement dangereuse puisque non dévoilée par le fracas du bombardement » 35, en attendant les avions silencieux avec lesquels la surprise serait totale. La chimie était appelée à créer des gaz nouveaux de plus en plus pernicieux, à la « nocivité formidable », « 50 fois » voire « 100 fois plus efficaces » que ceux employés en 1914-1918 36. Leur utilisation serait panachée. Des agents irritants pousseraient les habitants hors de leurs caves et une seconde vague toxique les anéantirait. Certains gaz pénétreraient à travers la peau, rendraient « fous furieux » ceux qu’ils n’auraient pas tués. D’autres agiraient sur les fonctions digestives, contrarieraient le rôle de l’hémoglobine dans le sang. « Cadeau des Soviets », la « lèpre galopante » était « dix fois plus terrible que l’ypérite » 37. Et les « terres activées », de mise au point allemande elles aussi, libéreraient petit à petit le gaz dont elles étaient imprégnées, rendant impossible tout déplacement de militaires ou de civils 38.

  • 39  La figure du savant fou a été retournée dans un sens positif dans la pièce d’André Lang, La paix e (...)
  • 40  Compere-Morel (Adéodat), La civilisation en péril. Aux Héros et aux Mères des hommes. Le massacre (...)
  • 41  Simon (Louis), La grande inquiétude ou la nation sous les gaz. Détection et neutralisation, 1931.
  • 42  Francis Delaisi s’adressant aux jeunes filles. Cité par L. Leroux, « La guerre chimique. Son évent (...)

11Si quelques-uns pensaient que des « produits inédits » ne seraient pas nécessaires puisque rien n’était préparé pour se protéger des gaz connus, pour d’autres, on pouvait s’attendre à la pire des escalades puisque des recherches étaient menées dans le « secret absolu ». Cabinets de travail et laboratoires étaient devenus les  « antichambres de la mort ». On n’était pas loin du thème du savant fou 39. Les usines étaient capables de porter leur production de « un à mille » en quelques semaines. Au-delà se profilait la perspective de la guerre bactériologique, de la guerre électrochimique et de la guerre des ondes : « Après les vapeurs empoisonnées, les microbes mortels et les rayons destructeurs (…). » 40 Sans oublier les poisons végétaux, des graines hautement toxiques destinées notamment aux enfants et que les aéronefs pourraient jeter en prime 41. Il n’était rien de plus facile ni de plus rapide pour les usines que de reconvertir leurs fabrications de paix en substances guerrières : « Prenez le coton qui vous vêt de ses étoffes légères. Prenez les colorants brillants qui parent de leurs mille nuances vos robes et vos chapeaux, ajoutez-y la cellulose de vos bas de soie ou les parfums synthétiques qui vous enveloppent de senteurs du printemps, ou encore l’aspirine qui calme vos migraines, mêlez-y un peu de l’azote qui fait pousser les fleurs de votre jardin et vous avez de quoi tuer, asphyxier, empoisonner des millions d’hommes et réduire en décombres les plus grandes cités. » 42

Calculs

  • 43  Bourgoin (P.), « La guerre chimique et la Société des Nations », Revue de France, janvier-février (...)
  • 44  « Dangers d’une guerre… », art. cité, p. 3 650.
  • 45  Selon le comte Halsbury à la chambre des Lords le 14 juillet 1928. Vignon (C. Louis), La grande du (...)
  • 46  Avec F. Bergendorf, Der Chemische Krieg, 1925. Cité par F.-C. Endres, op.cit., p. 195.
  • 47  « La menace aérochimique … », art. cité, 8 octobre 1925.
  • 48  Nous ne voulons …, op. cit., p. 2.
  • 49  Qu’il a réévalué à 500 tonnes en 1935, La Défense de la paix, 2 janvier. Les affirmations de Lange (...)

12Une comptabilité était avancée, les chiffres étant un bon moyen d’accréditer les affirmations. Elle oscillait entre le minimalisme et le maximalisme. Quand on souhaitait mettre en valeur la puissance destructrice des gaz, on soulignait la faible quantité qu’il suffirait de mettre en œuvre. Pour l’ingénieur général d’artillerie navale P. Bourgoin, deux tonnes de phosgène diluées sur une hauteur de deux mètres suffiraient « pour une agglomération d’une étendue de 10 000 ha, superficie qui est à peu près celle de Paris » 43. Au même moment, A. Michelin estimait qu’il faudrait 800 tonnes pour un résultat du même ordre : 8 000 ha x 10 mètres de hauteur, soit 800 millions de m3 à la dose mortelle de un gramme de « vapeurs toxiques » par m3 44. Entre les deux 40 tonnes de diphénylcyanoarsine « pour anéantir la population tout entière de Londres » 45, 1 000 tonnes seraient nécessaires avec un gaz découvert par un chimiste anglais bien moins performant. Le pharmacien allemand et ancienofficier gazier Rudolf Hanslian évaluait à 3 000 tonnes le gaz moutarde nécessaire pour venir à bout de Berlin ou Paris 46. 100 tonnes de lewisite, ou « rosée de la mort », gaz invisible inventé aux États-Unis en 1919 et à la « capacité d’expansion 55 fois plus grande qu’aucun gaz jusqu’ici employé », rendraient New York inhabitable pendant une semaine 47. « 12 bombes de large calibre » du même agent expédieraient de vie à trépas les habitants « d’une cité comme Chicago » 48. L’évaluation la plus souvent donnée était celle de l’éminent professeur Langevin, vice-président de la Ligue des droits de l’homme : 100 tonnes de gaz seraient suffisantes pour recouvrir Paris d’une nappe de 20 mètres d’épaisseur 49.

  • 50  « L’illusion de la sécurité par les armements. Maintenant qu’il suffirait de sept avions pour détr (...)
  • 51  Meric (Victor), La guerre qui vient : fraîche et gazeuse, 1932. Une « demi-douzaine » seulement se (...)
  • 52  Cuenat (Pierre), La guerre aérochimique, 1935, p. 56.
  • 53  Dejust (docteur Henri), « La protection des civils contre la guerre aérochimique est-elle possible (...)
  • 54  Selon Raymond Offner, Pax, 1933, p. 157. Probablement ceux dont l’usage avait été éprouvé pendant (...)
  • 55  Boyer (J.), Maurel (P.), Decroix, Protection contre les attaques aériennes ?, 1935, p. 3.

13Si on préférait mettre en valeur le rôle de l’aviation, on insistait sur le nombre d’appareils que l’agresseur aurait la capacité de lancer. Cette fois, ce n’étaient pas deux avions (voire un seul !) qui suffiraient pour gazer les Parisiens ou les Londoniens mais 300, 400 ou 800. Entre les deux, quand même plus près de l’hypothèse basse, toujours le professeur Langevin : 7 avions, pas plus, une escadrille de 100 n’étant cependant « pas impossible » 50, ou Victor Méric pour qui une douzaine d’appareils ennemis sur 100, échappant aux tirs d’artillerie, pourraient anéantir une grande cité 51. La tendance était, côté pacifiste, à estimer « très réduit » le nombre des avions nécessaires « pour asphyxier la population d’une ville comme Paris » 52 tandis qu’on le gonflait du côté nationaliste pour justifier le réarmement aérien français. La durée prévue pour l’agression était variable : une nuit, moins de 12 heures, quelques minutes. Comme sa périodicité qui oscillait entre des attaques rapprochées, « toutes les deux ou trois heures », ou plus espacées, tous les 8 jours par exemple, en fonction du degré de rapidité de dissolution prêté au gaz dont les effets ne dépassaient pas une semaine ou persistaient un mois entier. La surface couverte par « l’atmosphère de mort » était variable elle aussi. « Un vent régulier pourrait créer de vraies vagues toxiques », en faisant « rouler d’un quartier à l’autre » « les masses d’air infectées » 53 ou, à l’inverse, était un agent de dispersion réduisant l’efficacité des gaz. Quant à l’effectif de ces derniers, il allait de quelques-uns 54 à plus de mille 55. La compétition entre les pays, « la course aux larmes », poussant à l’inflation.

Une peur salutaire

  • 56  Rouquet (Jean), « La guerre, maladie sociale, fruit de l’ignorance et de la cupidité », dans Jean (...)
  • 57  Pouderoux (général Paul-Émile), Le danger aérochimique ou la guerre déshonorée, 1936, p. 4.
  • 58  Margueritte (Victor), La patrie humaine, 1931, p. 122.
  • 59  Meric (Victor), op.cit., p. 43.
  • 60  Margueritte (V.), avant-propos de Armand Charpentier, Ce que sera la guerre des gaz, 1930, p. 8.
  • 61  À bas les armes, 1933, p. 22.

14D’une manière générale, alors que le discours nationaliste instrumentalisait le péril gazeux pour mettre en garde contre l’Allemagne et critiquer l’impréparation française, le discours pacifiste accusait la France d’organiser méthodiquement l’affrontement. L’objectif étant de dénoncer la guerre, en vue de l’abolir, et non de s’y préparer si elle devait survenir ou d’en reculer la perspective en montrant sa force à l’ennemi, il fallait « émouvoir les cœurs par de vives peintures des horreurs infinies de la guerre (…) surtout en donnant une vision anticipée sans nom de la prochaine guerre aérochimique (…) » 56. On avait donc tendance à en rajouter dans le catastrophisme, à gonfler les chiffres des victimes civiles (dizaines de millions). La « puissance démoniaque des gaz » allait conduire à « l’abattoir » et remplir un « immense cimetière ». « Les atrocités des bombardements aérochimiques dépasseront les plus sombres anticipations. » 57 « Ce sera le massacre collectif à domicile, le gaz bourreau à tous les étages » 58, à Berlin comme à Paris ou à Londres, « l’immonde boucherie, une explosion furieuse de sauvagerie, la destruction systématique, le retour triomphal d’Attila ! » 59. « Nous savons désormais de quelle affreuse crevaison l’humanité et sa civilisation périront, si d’aventure. » 60. Une éventualité que Marcelle Capy, dans un discours prononcé lors de la croisade de la paix de la Ligue internationale des combattants de la paix, repoussait avec la dernière énergie : « Il n’est pas possible que cent millions d’hommes se laissent asphyxier comme des punaises. » 61

  • 62  Force, L’au-delà, Le crieur, 1926, p. 168-169.
  • 63  1930, p. 71, 163, 298, 340.

15Le catastrophisme, on ne s’en surprendra pas, a été l’un des ressorts de la littérature d’imagination d’inspiration pacifiste. Le conte d’Henri Barbusse, L’au-delà, mettait en scène un pilote de voltige qui s’apercevait qu’il était le seul à avoir échappé aux conséquences de l’explosion accidentelle d’une usine de gaz survenue pendant son exhibition : « C’en est fini de la vie. Partout l’agent chimique a pénétré (…). [La] ville heureuse [est] devenue un effroyable musée d’immobiles. » 62 Dans La Der des der. Roman de la prochaine guerre, Victor Méric imaginait un conflit éclatant en 1938. Le narrateur, un officier, décrivait la première attaque contre Paris : « Tout à coup, les premiers sifflements… pic ouit (…). Les gens dans la rue, sur les boulevards extérieurs, s’enfuyaient, affolés, tombaient les uns sur les autres pour ne plus se relever. Des corps se tordaient sur le pavé, comme des vers, les ongles rentrés dans la peau, les orbites vides (…) cela a duré un quart d’heure à peine. On a balayé les rues de courants d’oxygène. On a ramassé les cadavres affreusement mutilés et contorsionnés. Il y avait 552 victimes, hommes, femmes, enfants, et des chiens, des chats, des rats, des bêtes de toutes sortes lancées par les égouts. » Lors de ses permissions, il constatait les effets des raids à répétition sur la capitale abandonnée par le gouvernement réfugié à Alger puis Tombouctou : « À un moment, les poisons stagnaient dans les rues et sur les places, atteignant jusqu’à un mètre de hauteur. Dans les usines, on besognait aux étages supérieurs. Quand, par nécessité, on descendait sur le pavé, c’était à l’aide d’échasses métalliques ! (…) Après ça, on abandonna les échasses pour recourir à des sortes de scaphandres particuliers. Nous avions l’air, les uns et les autres, de crustacés maladroits. » Le pays finissait par sombrer dans une anarchie totale, rats et corbeaux pullulaient et les militaires avaient dû se retrancher face aux assauts des populations civiles qui exigeaient la paix. La peur de la mort chimique avait aussi réveillé la lubricité des femmes : « Dans les centres industriels, (…) elles sont à la merci des avions avec leurs chargements de bombes gonflées de gaz. Alors elles rejettent toutes contraintes morales. Elles veulent jouir des quelques heures fragiles qui leur restent. » 63

  • 64  Le métro était un haut lieu, si l’on ose dire, de la guerre aérochimique. Abri illusoire, il était (...)
  • 65  p. 183. Le thème de la sexualité est aussi présent dans ce texte : « Le brouillard mortel est pesa (...)
  • 66  p. 223.
  • 67  p. 203. Quant aux femmes, grâce au port permanent d’un masque qui tenait du casque de scaphandrier (...)

16L’hebdomadaire Vu a consacré un numéro spécial, le 11 février 1931, à La prochaine guerre. Le narrateur de « La première nuit » sillonnait en voiture Paris touché par une attaque aux gaz : « Arrêt devant une bouche de métro. Une grande bouche sombre bourrée de cadavres 64. (…). Au passage une église. (…). Une vieille, le chapelet à la main, est demeurée assise, la tête renversée sur le dossier de sa chaise, aussi morte qu’il se peut. (…) Le prêtre (…) a sans doute commencé l’office du Saint Sacrement, mais l’atmosphère est bien vite devenue irrespirable. Alors dans le tumulte qui agitait déjà les fidèles, le sacristain lui a sans doute apporté un masque. Il l’a mis mais pour prononcer à voix haute les paroles rituelles, il l’a soulevé et il est tombé au pied de l’autel, ayant avalé la mort en invoquant Dieu. » 65 Plus loin, un autre auteur mettait en scène le gouvernement et le président de la République réfugiés au sommet de la tour Eiffel : « Le silence qui nous entoure est celui de la haute montagne. Rien que le vent qui parle, siffle sur les fils, ronfle dans la carcasse de fer (…). Tout à coup, le Président se détourne du charnier dont, sous les restes de brouillard, commencent à se dessiner les grandes lignes. Et remontant son col : "Il commence à faire frais"» dit-il 66. « Les impondérables » de Pierre Mac Orlan tranchaient en revanche par leur ton de dérision : « (…) le bombardement des grandes villes par avions et la terreur qu’inspiraient les gaz qui furent plus efficaces que les meilleurs esprits le pensaient contribuèrent instantanément, mieux que des discours, à ramener les hommes à la terre (…). L’éparpillement des populations militarisées  à travers la campagne rendit l’attaque par gaz inefficace et ruineuse. Il fallut verser le contenu de plusieurs gazomètres grand modèle pour anéantir un pauvre mobilisé-cultivateur fumant sa pipe à la porte de sa demeure (…). Le résultat de cette guerre fut la désaffection des foules pour les progrès de l’urbanisme. Le gouvernement logeait dans une guitoune en pleine forêt. » 67

  • 68  Meric (V.), La Der des der, op.cit.
  • 69  Daudet (Léon), Ciel de feu, 1934, p. 167.
  • 70  1934, p. 37-38, 46, 49, 52.

17Dans la ville martyrisée par les bombes et en grande partie désertée par sa population, toutes les structures sociales avaient volé en éclats. Elle était devenue une jungle où des bandes d’enfants ramenés à l’état sauvage agressaient les passants, où le cannibalisme se banalisait 68, où des cambrioleurs munis de masques se répandaient dans les quartiers : « Alors qu’on escomptait la révolution, c’était le pillage, suite fréquente de la révolution, qui était venu d’abord. » 69 Dans L’abîme de Florian-Parmentier, le salut, comme chez Mac Orlan, venait de la campagne : « Où l’on voyait, quelques semaines plus tôt, une cité prospère, enrichie de tous les prodiges enfantés par l’esprit humain, on trouve une ville morte, assaillie par des exhalaisons fantomales, dont le bouillonnement s’épaissit de plus en plus jusqu’à former un rideau opaque, zébré de lueurs subites. » Un minimum d’organisation des secours avait pu se maintenir dans un premier temps : « Bien que la pluie de mort apportât la plus effroyable confusion dans les rouages administratifs, il y eut des camions d’évacuation, des trains d’ambulance, des convois de ravitaillement, des corps de pompiers, qui arrivèrent au but de leur mission. » Mais au fur et à mesure de la prolongation des hostilités, d’une durée de deux ans, l’humanité avait fait retour à la sauvagerie, réduite à une « horde vagabonde » couvrant « la plaine comme une vermine ». « C’est grâce aux paysans que la vie était sortie de son épouvantable chaos » : ils avaient repris le travail 70.

  • 71  Op.cit., p. 260. Selon le médecin pacifiste suisse Germaine Woker, un général américain avait révé (...)
  • 72  1933. Je n’ai pu lire ce roman.

18La littérature de fiction affectionnait le thème des nouveaux gaz, toujours plus perfectionnés. Dans Gas 2 (1920), pièce allemande de Georg Kaiser, l’ingénieur d’une usine de gaz de combat dont des ennemis s’étaient emparés, révélait aux ouvriers qu’il avait mis au point un gaz secret, contenu dans une boule rouge, capable de transformer instantanément les êtres vivants en squelettes. Malgré les appels du petit-fils du fondateur de l’usine, milliardaire mais néanmoins pacifiste, les ouvriers choisissaient de l’utiliser pour se libérer. Tout se terminait dans une tuerie générale. Dans Le bétail humain, de Victor Margueritte (1928), deux magnats de la chimie, l’un Allemand, l’autre Français, comparaient leurs innovations après l’explosion d’un réservoir de 5 000 tonnes d’un gaz nouveau. Une tonne du produit allemand devait détruire « tout être vivant sur une superficie de 1 000 km2 », l’agent français procurant « l’intoxication lente au lieu de la foudroyante ». Dans La Der des der, Victor Méric imaginait « peut-être un jour des gaz soporifiques (…). Après tout, pourquoi du sang, des cadavres ? Il suffirait que des légions d’hommes fussent endormis pendant des mois et mis ainsi dans l’impossibilité de s’opposer aux volontés des vainqueurs ? (…) La Guerre qui endort se substituerait à la Guerre qui tue ! Songez-y donc, ô chimistes, bactériologistes, radiologues, manipulateurs, techniciens, charlatans, desservants de la camarde ! » 71 Cette note d’espoir ironique se retrouvait dans Ciel rose de Michel Corday 72 , où un chimiste parvenait à mettre fin à la guerre au moyen d’un gaz euphorisant répandant sur terre la paix et l’amour.

Guerre de classe

  • 73  Cuenat (P.), op.cit., p. 68.
  • 74  Boyer (J.), Maurel (P.), Decroix, op.cit., p. 5.
  • 75  Bonte (Florimond), La guerre de demain, aérienne, chimique, bactériologique, 1929, p. 25. Un point (...)
  • 76  L’Italie s’ajoutera plus tard, en 1931.
  • 77  Endres (F.-C.), op.cit., p. 86.

19Le discours pacifiste, de gauche, avait une autre caractéristique. Il soulignait que la « guerre d’extermination » qui se préparait, c’était la « guerre à toutes les usines et à toute la classe ouvrière » 73, la « destruction des masses », tandis que « ces messieurs d’Auteuil, de Passy, alertés (…) fileraient (…) mettre leur peau à l’abri (…) » 74, « dans des villages perdus en pleine montagne, n’ayant pas d’importance stratégique ou industrielle et par conséquent négligés par les croiseurs aériens » 75. Alors que le discours nationaliste désignait l’Allemagne comme l’agresseur aérochimique probable (avec éventuellement la Russie soviétique pour complice) 76, les pacifistes cherchaient les responsables parmi les puissances d’argent. « L’industrie mène la danse et les savants et les militaires ne sont pas assez clairvoyants pour se rendre compte qu’ils sont uniquement les marionnettes du capitalisme. » 77

  • 78  Voir : Moine (Jean-Marie), « La mythologie des "marchands de canons" pendant l’entre-deux-guerres  (...)
  • 79  Compere-Morel (A.), op.cit., p. 20.
  • 80  « L’Internationale du gaz », Monde, 8 juillet 1933.
  • 81  Charpentier (A.), op.cit., p. 9.

20Les patrons de la chimie rejoignaient les marchands de canons dans l’imaginaire « complotiste » ou « démonologique » 78. « Hier, les yeux étaient tournés vers tous les Creusot et les Essen du monde et l’on suivait au jour le jour, dans le flamboiement des hauts fourneaux, au milieu du bruit des forges et des marteaux-pilons, la fabrication des engins de destruction. (…) Mais maintenant, ce n’est plus là qu’on prépare le crime (…). Ce sont les usines qui distillent la houille ou l’alcool, travaillent le coton, la pâte de bois, la soie artificielle (…) – voire même l’industrie des parfums ! » 79 Augustin Habaru renchérissait : « Les marchands de canons ne sont pas les seuls profiteurs de la guerre qui constituent une internationale. Celle des marchands de gaz de combat est plus secrète, mais aussi puissante. » 80 Et habile à se trouver des appuis par delà les frontières ! Le 16 mars 1931, Hommes et documents s’indignait du rôle joué par le Crédit lyonnais dans le projet de cotation à la Bourse de Paris des titres d’IG Farben, « la plus formidable entreprise de destruction qu’ait jamais connu le monde ». Plus rares étaient ceux qui pensaient qu’il fallait chercher les « principaux fauteurs des hécatombes » passées et à venir du côté de « l’impérialisme des gouvernants », de « l’écœurante sottise des foules » et « l’état d’incohérence de l’Europe depuis 1918 » plutôt que parmi les « féodaux » 81.

  • 82  Vive la guerre, 1932.
  • 83  La Patrie humaine, 22 juin 1934.

21Les caricatures utilisaient volontiers des ressorts de classe. « Le nouvel amant », dessin de Robert Fuzier 82, montrait la Mort sortant du bureau d’un marchand de canons au bras d’un chimiste : « Ingrate ! Tu m’abandonnes après ce que j’ai fait pour toi ! Oui, car lui fera beaucoup mieux ! » Dans Ils crèveront aussi de Roger Prat 83, un homme muni d’un masque à gaz lisait une carte prélevée sur un des cadavres amoncelés dans une galerie de mine : « Tiens ! Schneider… »

Quelques bémols

  • 84  Une illusion. La conquête de l’air, éd. 1927, p. 196, 265-266.
  • 85  Gaz de guerre et guerre des gaz, une initiation pour tous aux conditions de la guerre prochaine, 1 (...)
  • 86  Si la guerre éclatait, 1938, p. 40, 216-218.
  • 87  La guerre des gaz, 1939.
  • 88  « Le mal chimique », Le Danger aérien et aérochimique, 12-13, octobre-novembre 1933, p.  184.

22Assez rares étaient ceux qui doutaient de la réalité de la menace aérochimique ou qui en relativisaient la gravité. Il s’agissait notamment de plumes étrangères. Le Britannique Neon (pseudonyme de Marion Whiteford Acworth) jugeait l’aviation de bombardement comme une « arme indigne de confiance, inefficace », y compris par les gaz : « Pour produire et transporter par avion un volume de gaz tout à fait insignifiant par rapport aux vastes espaces visés, il faut des efforts et des dépenses qui sont hors de proportions avec les avantages à attendre, même dans les conditions les plus favorables. » Il voyait l’influence de lobbies industriels chimiques derrière le succès du thème de la guerre aérochimique dans le public 84. Le pilote militaire Walt W. Wilm et l’ingénieur A. Chaplet partageaient ces doutes quant aux possibilités de l’avion ; c’était de l’artillerie que venait le danger de bombardement chimique 85. Pour R. Ernest Dupuy et George Fielding Eliot, l’efficacité des gaz était grossie, sans fondement : aucun gaz nouveau n’avait été découvert, le gaz « universel », à la fois mortel et persistant, n’existait pas. Ils brocardaient les « histoires effarantes où il est question d’immenses cités anéanties en quelques minutes (…). Dans une ville européenne où des masques auront été distribués en masse et où chacun sera instruit de ce qu’il faut faire, le nombre des personnes atteintes sera probablement négligeable. » 86 Ce qu’il y avait le plus à craindre, c’était la panique. Pour le major général anglais Henry Fleetwood Thuillier, le gaz était la seule arme assujettie à des « exagérations aussi monstrueuses ». Plus que pour ses propriétés destructives, limitées, contre lesquelles il existait bien des parades, c’était pour son effet de terreur qu’il fallait s’attendre à son emploi 87. En revanche, le docteur S. de Stackelberg, ancien attaché à la mission militaire impériale russe en France, doutait que l’utilisation des gaz puisse démoraliser un peuple au point de l’entraîner à accepter la défaite : « La destruction des villes, dans le seul but d’intimider une nation et de faire fléchir sa capacité de résistance, ne serait qu’une barbarie, d’ailleurs inutile au point de vue stratégique, puisque, tant que son armée est intacte, une nation saine gardera toujours l’esprit de combat et ne se laissera pas abattre. » 88

  • 89  Simon (L.), Arnoux (M.), op.cit., p. 37.
  • 90  Op.cit., p. 40, 55-56. Voir aussi : Favre (Pierre), L’avion tuera la guerre, 1935.
  • 91  Préparons la défense aérienne, 1929, p. 25-28.
  • 92  Bon connaisseur de l’aviation : il avait été vendeur chez Farman.

23Côté français, quelques auteurs ont mis en garde contre les « rumeurs alarmistes » et les « bobards » : les « gaz moraux », expression forgée par le colonel Carville, secrétaire général de l’Union nationale des officiers de réserve et des Assistantes du devoir national 89. Le risque était « démesurément et intentionnellement grossi », il était moindre que celui d’une attaque incendiaire et explosive : « Le danger de la guerre aérochimique est la forme la moins implacable des périls aériens, sous réserve, bien entendu, que des précautions minimum aient été envisagées et prises méthodiquement et à bon escient », soulignaient P. Bruère et G. Vouloir. Ils s’appuyaient sur des calculs américains évaluant à 25 à 35 000 le nombre d’avions indispensables « pour gazer complètement Paris », compte tenu des caractéristiques de ces avions, des gaz et de l’efficacité de la défense antiaérienne et de la chasse, plus 8 à 10 000 appareils de combat pour les escorter. « De telles flottes [étaient] impossibles. » 90 Pour le général Albert Niessel, réussir à « infecter en totalité les villes de grande étendue » était impossible ; les gaz entraîneraient « une gêne très sérieuse (…) mais non l’impossibilité de vivre », et si tout était préparé pour s’en protéger, il y aurait douze fois moins de décès qu’avec « les autres genres de blessure » 91. Parmi les hommes politiques qui exprimaient des doutes et voulaient raison garder en face des prophéties sur le tout aérien et le primat aérochimique : Henri de Kérillis 92, à droite, et Paul Painlevé à gauche.

Le débat sur la protection

24Si la probabilité de la guerre aérochimique et de ses effets destructeurs était l’objet d’une opinion très largement majoritaire, avec les variations et les nuances qui ont été indiquées, la question des mesures de protection à prendre pour en limiter les ravages a été marquée en revanche par de profondes divergences.

Une réglementation internationale ?

  • 93  Bourgoin (P.), art. cité, p. 105-110.
  • 94  Leroux (Lucien), La guerre chimique, 1934, p. 144.
  • 95  Charpentier (J.), L’humanisation de la guerre aérienne, 1938, p. 45-46.
  • 96  Vaisse (Maurice), « Le procès de l’aviation de bombardement », Revue historique des armées, 2/1977 (...)

25Avant d’étudier la protection, ou parallèlement, il convenait d’envisager la prévention, c’est-à-dire l’interdiction juridique des armes chimiques reconnue internationalement. Sur ce plan, le consensus se prolongeait, autour du doute, mais avec des fondements différents. La prohibition de l’emploi de projectiles ayant pour but unique de répandre des gaz asphyxiants, par la conférence de La Haye en 1899 (non ratifiée par les États-Unis), avait été balayée par la Première Guerre mondiale. L’article 171 du traité de Versailles avait renouvelé et élargi cette interdiction. Mais l’extrême facilité (et le faible coût) de la fabrication des gaz toxiques, en raison de l’absence de solution de continuité entre chimie de paix et chimie de guerre, et l’avantage stratégique décisif qui leur était généralement attaché, d’où la certitude quant à leur emploi, n’avaient pas tardé à susciter le scepticisme quant à sa portée. À partir de 1921, la Société des Nations (SDN) s’était préoccupée de la guerre chimique dans le cadre des efforts en vue du désarmement. Un rapport l’avait décrite comme « le plus terrible danger qui puisse menacer la population des grandes villes » 93. Le traité de Washington, en 1922, avait prohibé l’emploi des gaz asphyxiants, mais il n’est jamais rentré en vigueur. En 1925, le protocole de Genève a interdit les armes chimiques (et bactériologiques). Il ne prévoyait ni vérification ni sanction et laissait à chaque État signataire la liberté de les utiliser si un adversaire en prenait l’initiative. Beaucoup de pays avaient assorti leur ratification de réserves 94. En 1931, s’était constituée une Commission internationale pour la protection juridique des populations civiles contre les dangers de la guerre aérochimique 95. En février 1932, le plan Tardieu, qui avait été précédé par des propositions de Henry de Jouvenel, Joseph Paul-Boncour, René Massigli, préconisait l’internationalisation de l’aviation civile de transport, la limitation de l’aviation de bombardement jusqu’à un niveau à déterminer, au-delà duquel les appareils seraient cédés à une force militaire régie par la SDN, et l’interdiction du bombardement aérien ailleurs que sur le champ de bataille 96. Un peu plus tard, dans le cadre de la conférence sur le désarmement, un projet de second protocole prohibait toute attaque aérienne contre les populations civiles ainsi que la guerre chimique, bactériologique et incendiaire, tout en admettant le droit de représailles en cas d’agression avec ces armes.

  • 97  Sur l’échec d’une politique de sécurité collective, voir aussi : Facon (P.), op.cit., p. 83-90.
  • 98  Simon (L.), op.cit., p. 84.
  • 99  Pierre Cotproposait une « police aérienne internationale ». « La guerre chimique telle qu’elle ser (...)
  • 100  « Les civils doivent avoir droit à l’ypérite », Le Progrès civique, 439, 14 janvier 1928.

26Ces instruments, dont le seul à peu près abouti était le protocole de 1925, n’ont pas convaincu 97. L’opinion nationaliste se méfiait des conventions juridiques et de la capacité de pays comme l’Allemagne à les respecter. Elle comptait sur le rapport de forces et sur le principe de dissuasion ancré dans la menace de lourdes représailles : « œil pour œil, dent pour dent, toute la g… » 98. L’opinion pacifiste demandait bien sûr un contrôle international 99, mais les résultats auxquels on était parvenu lui semblaient insuffisants, illusoires ou même pervers parce qu’ils contribuaient à affaiblir la conscience horrifique de la guerre, seule source de salut puisque promesse de son abolition. C’est ainsi qu’en 1928, Henry Bellamy désignait la conférence internationale d’experts sur la protection des populations contre la guerre chimique, réunie à Bruxelles à l’initiative de la Croix-Rouge, comme un « attrape-nigauds » dont les résolutions resteraient de toute façon lettre morte, les dites populations étant assurées en cas de conflit de « [crever] en famille », « asphyxiées et empoisonnées comme des rats » 100.

La défense passive

  • 101  Et de la défense antiaérienne afin de réduire l’ampleur des attaques.
  • 102  Dolor (Jacques), « À propos du danger aérochimique. Ce n’est pas alarmer le pays que de le mettre (...)
  • 103  Leroux (L.), op.cit., p. 103.
  • 104  Simon (L.), op.cit., p. 5 (préface de Sieur).

27L’avènement de la guerre aérochimique étant considéré comme probable, la question de l’atténuation de ses effets n’a pas tardé à se poser, avec des conséquences pratiques, notamment en matière de mesures à prendre par les pouvoirs publics. Deux thèses bien tranchées se sont alors affirmées : celle des partisans de la défense passive 101, celle de ses détracteurs, pour qui elle représentait une tromperie, une source de profits immoraux et une erreur car en aménageant la guerre, elle conduisait à son acceptation. Selon les premiers, ce n’était pas « faire acte de bellicisme » que de chercher « à assurer la vie des siens, à conserver nos villes et nos monuments, patrimoine d’un lourd passé de gloire » 102. « Le danger aérochimique [était] redoutable lorsqu’il n’[était] pas attendu et qu’aucun obstacle ne lui était opposé. » 103 La « parade au fléau » était possible. Il s’agissait de l’organiser, de la planifier pour prévenir toute surprise et obtenir « la sécurité de la masse ». Ce qui aurait d’ailleurs des effets positifs sur la défense du pays et peut-être éloignerait la perspective de ce type d’agression. Les moyens, c’étaient la fabrication et la distribution des masques, filtrants ou à circuit fermé, et de vêtements spéciaux ; des refuges : aménagement des caves et, à Paris, du métro, mais aussi des logements, et construction d’abris spéciaux ; la mise sur pied d’un système d’alerte et d’un service de secours aux intoxiqués avec un personnel bien formé, apte à reconnaître les gaz afin d’appliquer les soins adéquats ; et des dispositions pour nettoyer, désinfecter les zones atteintes (arrosage, substances neutralisantes) . Il fallait aussi éduquer la population, en commençant dès l’école primaire, car il paraissait « sage d’indiquer à chacun d’entre nous comment il pourra éviter l’asphyxie » 104, et la panique. En organisant, par exemple, des exercices nocturnes avec jets de bombes lacrymogènes.

  • 105  Utilisables dès le temps de paix. « Particulièrement dans les grandes agglomérations où viciée par (...)
  • 106  Laurent (Jean), « La chimie n’est pas toujours bienfaisante. Le matériel de guerre », La Science e (...)
  • 107  Par exemple, les « remorques anti gaz » des équipes mobiles de secours à Versailles, la « voiture (...)
  • 108  Voir notamment : Bruere (P.), Vouloir (G.), op.cit., IIe partie.

28Un tel programme posait des problèmes techniques, notamment pour la mise au point de masques adaptés à la diversité des gaz, leur stockage en nombre suffisant, leur vérification périodique et leur conservation, l’étanchéité des abris (surpression, sas ou « écluse », problème des joints des portes) et le renouvellement de l’air (filtration, captage au-dessus de la nappe de gaz, éventuellement en utilisant les cheminées des usines, « centrales » de ventilation 105). Une kyrielle de propositions préventives, protectrices et curatives ont été formulées qui puisaient dans une abondante littérature internationale et dans de multiples exemples européens, dont il y avait lieu de s’inspirer pour combler le retard français. En 1931, par exemple, la revue La Science et la vie présentait un brevet allemand récent. Dès l’alerte, le gaz de ville serait rejeté dans l’atmosphère et remplacé par de l’air comprimé respirable. Portes et fenêtres étant hermétiquement closes, la légère surpression dans les maisons suffirait à refouler les gaz toxiques qui seraient aspirés dans les égouts par de puissants ventilateurs. Des tubes à pluie artificielle alimentés par les canalisations d’eau et établies sur le faîte des immeubles et sur les corniches, neutraliseraient l’ypérite et le phosgène 106. Les suggestions mêlaient des dispositifs sophistiqués quant aux masques et combinaisons ou aux véhicules d’intervention 107 et des trucs élémentaires et de bon sens, peu coûteux et faciles à employer si on devait rester chez soi : la « protection ménagère et familiale » 108 (rideaux, imperméables, provision d’eau et de vivres à l’abri de toute contamination, etc.). Tout en soulignant qu’il ne fallait pas s’en remettre au système D.

  • 109  Stackelberg (S. de), « Le mal chimique », Le Danger aérien et aérochimique, 5 mars 1933, p. 74-75.
  • 110  Gibrin (Charles), Simon (Louis), Album national de l’Anti gaz, éd. 1939, p. 40-41.
  • 111  Réflexions et citations sur la guerre des gaz, 1933.
  • 112  Archives des Fonderies de Pont-à-Mousson, Blois, 40943. L’entreprise a espéré aussi obtenir des fa (...)

29On discourait sur le meilleur type d’abri possible. Tel déconseillait les grands abris collectifs par crainte des bousculades et vantait le « home antiaérien », construction en béton armé et bien équipée, placée au milieu de la cave de chaque habitation 109. Des inventeurs déposaient des brevets. Le docteur Marcille et le pharmacien colonel Bruère proposaient un abri mobile en béton, fabriqué en 40 heures avec un moule métallique, facilement transportable. Des souris logées dans des alvéoles étaient chargées de tester les gaz. Il a été présenté au maréchal Pétain, alors inspecteur général de la défense aérienne, le 21 juillet 1932 par la comtesse Dulong de Rosnay, présidente de l’ « Œuvre de l’abri » 110. L’abri Dubouillon, « en béton prévibré armé d’aciers durs », d’un poids de 5 tonnes, était lui aussi transportable. Ernest Payen, imprimeur à Épernay, avait élaboré un « système d’abris hermétiques contre les gaz » : cabines familiales, abris d’immeubles, grands abris collectifs bétonnés. Sa publicité était un chef d’œuvre de synthèse des thèses catastrophiques sur la guerre aérochimique 111. Les Fonderies de Pont-à-Mousson se sont intéressées à son système et ont noué contact avec lui en 1933 en vue de fabriquer ses abris 112. Les constructeurs ont pu présenter leurs modèles lors de l’Exposition universelle de 1937, dont un « abri-ballon » gonflable au moyen d’une pompe à manivelle.

  • 113  14 numéros jusqu’à sa disparition fin 1933, au grand dam de son fondateur.
  • 114  Jusqu’en 1940.
  • 115  Par transformation de la Ligue de défense aérienne. Elle était présidée par Gaston Doumergue.
  • 116  Créée en 1928 en Suisse par S. de Stackelberg pour encourager la vulgarisation des moyens de prote (...)
  • 117  Parisot (J.), Ardisson (A.), La protection contre le danger aérochimique. Rôle des infirmières sec (...)
  • 118  Stackelberg (S. de), « Le mal chimique », Le Danger aérien et aérochimique, 9-10 juillet-août 1933 (...)
  • 119  Zanon (Aldo), La Croix-Rouge à Tours (1937-1947), mémoire de mastère 2, université de Tours, 2006, (...)

30Des revues spécialisées étaient publiées : Le Danger aérien et aérochimique, par Henri Le Wita, en novembre 1932 113 ; Gaz de combat, défense passive, feu, sécurité, par George Jaubert, ancien préparateur de chimie à l’École polytechnique, en janvier 1935 114. Des associations ont été constituées, qui s’inspiraient d’organisations de masse étrangères comme la Ligue Aviakhim en URSS, la Ligue pour la défense aérienne et contre les gaz en Pologne, l’Association nationale pour la protection contre les attaques aériennes en Allemagne, le Comité pour la défense chimique de la patrie en Yougoslavie : l’Union nationale pour la défense aérienne 115, la Ligue contre la guerre chimique et pour la protection de la population civile, l’Association centrale des officiers de réserve Z, la Croix Violette, etc. 116 La Croix-Rouge s’est occupée d’information et de formation, via ses comités d’experts, son Centre de documentation international sur la guerre chimique et ses congrès. Des médecins se sont mobilisés tel le professeur Parisot à Nancy, qui militait pour le développement de « l’esprit Z » et la création d’un « service général anti gaz urbain » 117. Un début de mise en œuvre s’est opéré dans la capitale lorraine à la suite des manœuvres de défense passive antiaérienne d’août 1931 : « équipes volantes » (infirmiers, éclaireurs) ayant reçu une formation spéciale, postes de secours types, moyens de transport, centre d’instruction pour sauveteurs, recensement des caves, aménagement de deux vastes abris dans celles d’un lycée et de la bibliothèque universitaire 118. Des savants se sont réunis dans un Comité national pour la protection scientifique des populations civiles contre les gaz asphyxiants et les microbes. Le XXXVe congrès de la propriété bâtie, à Bordeaux en 1936, a fait porter ses travaux sur la défense passive et la préservation des immeubles et de leurs habitants. Diverses initiatives locales ont vu le jour. À Tours, un Comité de défense chimique a été créé dès novembre 1931, dans les locaux de la chambre de commerce. Il était présidé par un général de réserve et comptait, parmi ses membres, le baron Raymond Auvray, président de la Société de secours des blessés militaires, une des associations constitutives de la Croix-Rouge. Sa section de propagande a organisé des cours de défense passive, dispensés par des professeurs de l’École de médecine 119.

  • 120  Le danger aérien et l’avenir du pays, 1930, p. 188.
  • 121  Quelques exemples : Mme André Granger, Instructions élémentaires et conseils pratiques sur la prot (...)
  • 122  Ce que le public doit savoir en matière de défense passive, 1938, p. 5.
  • 123  À Paris, deux grands abris de 6 à 8 000 places dans le métro, un troisième sous les Halles.

31Le défi financier était considérable mais il y avait de ce côté moins d’imagination pour avancer des réponses, sur la base d’évaluations très variables, que l’expression d’une certaine résignation. « Devant l’énormité des dépenses à engager, on peut se demander si ce n’est pas une utopie de vouloir (…) donner des abris et des casques à la population d’une grande ville comme Paris », se demandait ainsi le lieutenant-colonel P. Vauthier 120. On déplorait aussi volontiers l’esprit d’indiscipline des Français, leur répugnance devant « la tâche d’organisation » ; et une passivité certaine, parfois même l’inertie des pouvoirs publics. L’instruction pratique sur la défense passive contre les attaques aériennes de novembre 1931 était restée lettre morte. Ce fut seulement en avril 1935 qu’une loi avait rendu obligatoire l’organisation de la défense passive dans les villes. Des commissions départementales et des commissions urbaines avaient été mises en place (à Tours dès 1934). Un effort pédagogique réel avait été fait via la publication de nombreuses brochures 121 et des conférences. Des manœuvres ont été organisées dans plusieurs villes (dont Paris) après celles de Nancy. « Des équipes de flaireurs composées de gardiens de la paix » ont été « instruites » 122. Des masques ont été distribués à la veille de la guerre, on a procédé au recensement des caves. Mais très peu d’abris publics ont été aménagés 123. La loi du 11 juillet 1938 sur l’organisation générale de la nation pour le temps de guerre a confié la défense passive au ministère de la Défense nationale et de la Guerre. En 1939, le sentiment était largement répandu que la France n’avait pas rattrapé son retard.

Utopies architecturales et urbanistiques

  • 124  Leroux (L.), op.cit., p. 103.
  • 125  Simon (L.), op.cit., p. 57.

32Les adeptes de la défense passive se partageaient entre deux tendances. L’une enfonçait le clou du discours apocalyptique afin de justifier la pertinence des solutions protectrices qu’ils proposaient, et bien souvent, vendaient (ou dont ils faisaient la promotion publicitaire). L’autre affectait de s’en tenir à des propos raisonnables, à l’écart de « toute exagération sur les effets des bombardements comme de toute quiétude stupide » 124. Ceux qui admettaient que la protection ne pouvait être que partielle mettaient souvent l’accent sur l’évacuation des catégories de population dont la présence n’était pas indispensable dans les villes exposées. Ils se montraient par ailleurs réceptifs à des projets architecturaux et urbanistiques qui consistaient à repenser les villes en fonction de la menace aérochimique. La ville traditionnelle aggravait le danger par ses rues et ses cours, suspectées de freiner la dilution des gaz en canalisant ou en piégeant l’air infecté. Quelques minimalistes se contentaient de préconiser l’intégration des abris dans les nouveaux immeubles : caves blindées, « chambre de bombardement » sur cour, sans cheminée, avec ouvertures en verre armé, éclairage indépendant, préalablement équipée de tout le nécessaire 125.

33D’autres voyaient plus grand. Deux idées générales présidaient à la réflexion, ou à l’imagination architecturale, exposées en détail par le principal théoricien de la cité nouvelle conçue pour défier les gaz, le lieutenant-colonel Vauthier :

  • Espacer les immeubles les uns des autres afin de faciliter la circulation de l’air et la dispersion des gaz. « Pour se défendre contre les gaz, la ville doit s’ouvrir largement et diminuer la proposition des surfaces bâties au profit des rues et des jardins. Les espaces libres ne devront pas être coupés d’obstacles ou de murs (…) pour permettre la diffusion du gaz toxique dans toutes les directions. » Les fonds de vallées encaissées devaient être abandonnés au profit de sites à flanc de coteau favorisant l’écoulement des gaz et des eaux de désinfection.

    • 126  Le danger aérien…, op.cit., troisième partie, chap. 1 : L’aménagement des villes.

    Construire en hauteur pour permettre aux populations de se réfugier au-dessus de la couche contaminée par les gaz, plus lourds que l’air. Les abris souterrains étant compliqués et coûteux à aménager, et souvent humides, donc générateurs de rhumatismes. Les derniers étages des immeubles seraient abandonnés. Séparés par des dalles bétonnées, remplis de sacs de ciment, de terre, de barres de fer croisées, etc., ils amortiraient les explosions en cas de coup au but. « On apporterait le moins de trouble possible à la vie des habitants si les cinq étages inférieurs et les trois étages supérieurs étaient occupés par des lieux publics qui ne sont fréquentés qu’une faible partie du temps : magasins, théâtres, cafés, bibliothèques, et si seuls les étages intermédiaires comprenaient des appartements. » 126

34Vauthier critiquait les conceptions soviétiques : celles de Truchatchov qui prescrivait les immeubles de haute taille – la place ne manquant pas dans son pays – et mettait l’accent sur un système de ventilation par un réseau de canalisations souterraines (utilisable en temps de paix pour le transport de colis pneumatiques et l’aération dans un but d’hygiène), ou celles de Pavlov qui préconisait de transformer les cages d’escalier en abri anti gaz sans se préoccuper du problème de la propagation des incendies. En revanche, l’idée de Koshevnikov d’orienter les rues principales dans le sens des vents dominants, d’aménager de vastes places avec des pièces d’eau, pouvait s’accommoder avec la « solution des villes-tours ».

  • 127  Des idées comparables : « diluer », « cuirasser », se sont exprimées dans l’Allemagne nazie. Voir  (...)
  • 128  Fléau aérien. La guerre aérochimique et la défense antiaérienne, 1932, p. 144-146. Un désir d’espa (...)
  • 129  Stackelberg (S. de), « Le mal chimique », Le Danger aérien et aérochimique, 11 septembre 1933, p.  (...)

35S. de Stakelberg condamnait lui aussi les villes souterraines au profit des gratte-ciel très espacés (ce qui permettait aussi de parer au souffle des grosses bombes) par des parcs dont les arbres arrêteraient les vagues de gaz. Une disposition en quinconce favoriserait le brassage. En bref, le salut viendrait de la cité-jardin avec des « forts anti-aériens » en plus 127. « Ainsi comme les villes et les bourgades du Moyen Âge se sont transformées en villes modernes, plus espacées à cause de la suppression des remparts, inutiles devant la puissance du canon, nos villes actuelles vont être transformées à leur tour et décongestionnées pour déjouer l’agression aérienne. Car en présence de l’arme nouvelle – aérochimique – notre construction  urbaine est devenue aussi périmée et désuète que celle des châteaux-forts du Moyen Âge. » 128 Par ailleurs, aux façades ornementées, sculptées se substitueraient des façades nues, sans volutes ni chapiteaux, ne permettant pas l’accrochage des liquides vésicants, et facilitant une désinfection rapide. Des dispositifs de lavage, par pluie artificielle, seraient installés sur les toits 129. Aérée, lumineuse, la ville nouvelle, édifiée selon les impératifs de la « prophylaxie anti gaz », réaliserait le souci des hygiénistes d’éliminer les miasmes et la tuberculose en particulier. Elle apporterait de surcroît « un remède à la fatigue nerveuse des habitants ».

  • 130  La ville radieuse. Éléments d’une doctrine d’urbanisme pour l’équipement de la civilisation machin (...)
  • 131  La Défense passive vue par un médecin, 1938 (rapport à la commission de médecine sociale du SMS du (...)
  • 132  Par exemple : « Les planificateurs de l’après-guerre qui firent raser des secteurs entiers des vil (...)

36La « ville radieuse » de Le Corbusier, qui avait lu Vauthier, avec ses tours au plan en croix, de 60 étages et 270 mètres de haut, véritables « radiateur[s] de lumière », sur pilotis, plantées dans des parcs qui occuperaient 88 % des superficies, s’inscrivait dans le droit fil des préoccupations protectrices contre l’arme chimique. « Il faut donc, par l’horreur évoquée, que l’attention soit attirée, l’opinion enfin mobilisée, la décision enfin arrachée à la carence des édiles et que ces saletés de guerre infâme deviennent le prétexte au ralliement des esprits entreprenants au renversement d’usages séculaires et soient les annonciatrices de la "ville radieuse". » 130 Des dispositifs précis étaient opposés à la menace des bombardements gazeux, telles les usines souterraines « à air exact » ou les « toits-jardins » blindés. Ces derniers, qui pourraient servir de solarium, s’apparentaient aux « toitures terrasses en ciment armé », à l’épreuve des bombes et équipées de pare-éclats, prônées par le médecin naturiste Fougerat de David de Lastours. « La protection réelle et efficace de toute une population menacée par les gaz asphyxiants réside dans l’aménagement des toits des grandes cités permettant aux habitants de séjourner dans un air toujours libre (…). La terrasse (…) est en face des forces hostiles, le salut de la Patrie. » Espace ensoleillé, instrument privilégié de « l’hygiène lumineuse », la terrasse s’affirmait par ailleurs comme un « merveilleux moyen de culture humaine et de rénovation physique et morale. Ne pas tout tenter pour la généraliser serait criminel » 131. Confortés par l’imaginaire de la guerre aérochimique, les projets architecturaux visionnaires n’ont pas manqué quelquefois de susciter l’ironie de ceux qui ont suggéré qu’ils avaient été plus performants que l’aviation pour l’anéantissement des grandes cités 132.

  • 133  « Tribune libre », Le Danger aérien et aérochimique », 9-10 juillet-août 1933, p. 146-148. Archer (...)

37La dilatation de la ville nouvelle en superficie posait des problèmes de communication. Les terrasses de Fougerat de David devaient d’ailleurs être reliées entre elles et permettre de circuler vers tous les points de la ville sans s’exposer aux gaz. Un autre doux rêveur, l’ingénieur J. Archer, proposait « la voie fédérative », petit avion électrique sans ailes circulant sous un monorail suspendu à quelques mètres du sol. Il permettrait d’éloigner une grande partie de la population de Paris pendant la nuit, qui représentait la période la plus dangereuse, ou d’assurer une évacuation plus massive si nécessaire. Ce moyen de transport révolutionnaire contribuerait aussi à la protection des villes en évitant l’augmentation de leur densité démographique grâce au rétablissement de « l’équilibre véritable entre le paysan et le citadin ». Au-delà, sa généralisation dans le monde entier donnerait du travail à tous les chômeurs, aboutirait à l’ « interpénétration des peuples » et à « la fusion des races » : « Les hommes se connaissant mieux n’auront pas l’idée de se faire la guerre. » 133 Plus réalistes, d’autres auteurs plaidaient pour les autostrades, suivant les exemples italien et allemand, ou pour des réalisations plus complexes tel le projet Hennequin et Martineau de « voies souterraines de sûreté » par transformation des galeries de métro, avec autoroute en partie haute, lignes de métro en contrebas et galerie piétonnière sous l’autoroute. Les questions de transport étaient surtout abordées par ceux qui privilégiaient l’évacuation comme moyen de sauvegarde de la population. Elles suscitaient bien des doutes quant aux possibilités de financement et des interrogations quant à la vulnérabilité des voies de circulation.

Une « protection chimérique »

  • 134  « Perspectives terribles de la guerre aérienne », La Défense de la paix, 2 janvier 1935.
  • 135  Vignon (C.-L.), op.cit., p. 77.
  • 136   Pouderoux (général Paul-Émile), Guerre et protection, 1934, p. 229. Il avait commandé le corps de (...)
  • 137  Pouderoux (P.-E.), Le danger…, op.cit., p. 19.

38Pour les pacifistes, tout discours sur la défense passive relevait de la mystification, au mieux d’une « extravagante puérilité ». Rien ne pourrait arrêter les gaz ou même en atténuer les effets meurtriers. C’était l’évidence, dénoncée comme un défaitisme jusqu’au-boutiste par ceux qui croyaient aux vertus de la protection, que martelait par exemple un journal comme La Patrie humaine. Tout n’était que bourrage de crâne. Ainsi que l’avaient démontré « les plus grands savants » les « masques-passoires » étaient inopérants si la concentration dépassait un certain seuil. Aucun modèle ne pouvait être polyvalent face aux gaz « inédits ». En janvier 1935, le professeur Langevin révélait qu’on venait de découvrir une substance qui se combinait avec les charbons actifs des filtres afin de les rendre nocifs, voire de les enflammer 134. Il y avait peu de chances qu’on puisse équiper la population entière. La constitution de stocks ? C’était un leurre qui, s’il ne devait pas« sauver des humains [était destiné] à leur garder un minimum de confiance » 135 trompeuse. Le masque filtrant était « une réédition de la fanfaronnade désobligeante du bouton de guêtre » 136. C’était d’ailleurs tout le corps qu’il fallait recouvrir puisque certains produits n’agissaient pas par inhalation : ils attaquaient l’épiderme. Mais les scaphandres isolants et à circuit fermé étaient encombrants et d’un usage réduit à quelques heures. Pire encore, l’emploi du masque, « dans des circonstances critiques », susciterait « à coup sûr » des « déchaînements animaux » : « Entre le maître et le serviteur inégalement protégés, entre les passants qui auront laissé leurs masques à la maison et les locataires attitrés, soigneusement et inutilement harnachés, d’un abri ordinaire, entre ceux qui se croiront préservés et ceux que la sensation d’être sans défense affolera, des luttes sauvages s’engageront. » 137 La critique des masques était partagée par certains soutiens de la défense passive tant du point de vue de leur qualité que de la quantité, insuffisantes. Mais, de ce côté, les réserves se sont estompées avec le temps.

  • 138  M. L., « La guerre aérienne. Nancy bombardée… par hypothèse. Toute protection serait inefficace. D (...)
  • 139  Pouderoux (général P.-E.), Le danger…, op.cit., p. 41, 46, 51.
  • 140  Woker (G.), art. cité, p. 317.
  • 141  La Défense de la paix, 12 janvier 1935.
  • 142  Dumontier (L.), « Les manœuvres aériennes et la lutte contre la guerre », Les Cahiers du bolchevis (...)

39Jamais les abris, ces « masques collectifs », ne seraient suffisamment étanches, ni assez nombreux. En 1931, La Jeune république évaluait à 2 000, à raison de 60 par unité, les abris nécessaires à Nancy, la ville pilote en matière de défense passive 138. On s’entretuerait pour s’y réfugier. Et comment pourrait-on en assurer la ventilation quand l’électricité serait coupée ? À supposer qu’on n’ait pas été atteint par les gaz, ce qui exigerait des abris « solidement, exclusivement construits à cet usage spécial et soigneusement entretenus », on y resterait prisonnier quand les effondrements des immeubles soufflés par des « torpilles monstrueuses » auraient condamné les issues « sous une montagne de matériaux » : ils deviendraient une  « implacable souricière », des « traquenards » ! L’organisation des secours ? « Personne n’osera sortir pour ramasser les gazés, les traiter sur place, dégager les victimes ensevelies (…) » 139, ou pour contrarier la propagation des incendies. D’ailleurs, les manœuvres démontraient l’impossibilité de la protection. « Les journaux les mieux à la solde du Comité des Forges » le reconnaissaient, ce qui n’était pas peu dire. Du reste, une parade efficace aurait un coût « exorbitant », « astronomique », à commencer pour les abris, « programme pharaonique insensé ». La conclusion revenait comme un leitmotiv : « La protection ne sera pas assurée par des mesures d’ordre technique, mais uniquement par le retour au bon sens » 140, c’est-à-dire par l’abolition de la guerre, par le désarmement intégral : « La paix seul masque à gaz ! » 141 De surcroît, le sentiment de « fausse sécurité » entretenait une illusion qui pouvait endormir la volonté de paix. Pour le Parti communiste, le « mensonge de la défense passive » visait à faire admettre l’accroissement des dépenses militaires. L’unique protection consistait à « empêcher la bourgeoisie de préparer sa guerre » 142.

  • 143  « J’en appelle au monde civilisé. » Évoqué par le docteur H. Dejust, art. cit., p. 33.
  • 144  Guerre…, op.cit., p. 167-168, 222-229.
  • 145  Le danger…, op.cit., p. 74-77.
  • 146  Vignon (C.-L.), op.cit., p. 54. Le général Pouderoux opposait à l’argument de l’attaque-surprise l (...)
  • 147  Selon le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, idem, p. 103 et 97.

40Certains tiraient un autre enseignement de l’impossible protection. En 1929, le médecin général Saint-Paul avait proposé de déterminer, dès le temps de paix et à bonne distance des grandes villes, des « lieux de Genève » garantis par des commissions neutres, où les non-combattants seraient éloignés 143. Pour le général Pouderoux, dans la course entre la défense passive et les perfectionnements des moyens de destruction, la première ne pouvait être que distancée, et de plus en plus. Le gaz triompherait toujours du masque. En conséquence, la « dispersion de la population [était] le seul remède » et il fallait l’organiser sur le modèle de la mobilisation générale. Alors que chez les architectes, la guerre aérochimique était un argument supplémentaire pour nourrir leur rêve de la cité idéale, le prophète de la fuite ne dissimulait pas sa phobie de la ville. La dispersion était « le salut » dès le temps de paix, « contre les épidémies, la corruption des grandes cités, la misère matérielle et morale, la vanité, le cabotinisme, le mercantilisme spéculateur, contre les fermentations spontanées et les déchaînements féroces des foules. Elle nous ramènera aux petits et moyens rassemblements, à l’existence familiale, où les âmes (…) seront vouées au refoulement salutaire de leurs convoitises et de leurs desseins criminels » 144. Il s’agissait donc de transporter la ville à la campagne, comme l’avait naguère suggéré Alphonse Allais, ou plutôt de l’y dissoudre, ce qui rejoignait le programme des « Fédéristes ». Diluer la ville, mortifère par nature, plutôt que les gaz qui l’envelopperaient quand la guerre surviendrait. Dans son livre de 1936, le général se montrait un peu plus concret : les larges avenues à percer en prévision des évacuations faciliteraient la circulation et l’aération. Les « sections automobiles spéciales de mobilisation civile » serviraient aux sorties avant le grand cataclysme et, après, ravitailleraient les populations qu’elles auraient disséminées. Les « cités-refuges » aménagées dans les montagnes pour les y abriter des gaz lourds et des « ensemencements bactériologiques » accueilleraient des colonies de vacances, attireraient retraités et sportifs et débarrasseraient les villes des « déchets humains qui les encombrent, végètent et les déshonorent ». Bientôt reliées par la TSF, le cinéma, la télévision, « elles prépareraient enfin l’organisation des loisirs (…) » 145. Pour la majorité des pacifistes, l’évacuation était irréalisable, faute de moyens suffisants. D’ailleurs, l’attaque se ferait par surprise et on ne réussirait pas à détecter tous les avions, que la chasse et l’artillerie antiaérienne seraient bien en peine d’arrêter tous, la première étant détournée par les tirs « à l’aveuglette » de la seconde, qui déverserait « une pluie torrentielle de shrapnells sur la population affolée » 146 et signalerait les objectifs à bombarder. La défense passive, ce seraient encore la « militarisation de toute la population civile », « l’âge des casernes » sur la voie de « l’âge des cavernes », « un pas de plus vers l’établissement du fascisme en France » 147.

  • 148  Reproduite dans l’article de Francis Delaisi, « La guerre qui vient : 1914. La guerre qui vient : (...)
  • 149  Op.cit., p. 35.
  • 150  Comment Paris sera détruit en 1936 [par les Anglais], 1936 ?, p. 93-94. Von Helders était le pseud (...)
  • 151  La ville sous les bombes, cité par P. Bruere et G. Vouloir, op.cit., p. 20-21.

41La critique s’exprimait aussi par l’image : telle cette affiche de Jean Carlu, Mascarade, où un masque à gaz et un masque de comédie encadraient une tête de mort 148, et dans la littérature de fiction, ou plus exactement de fiction avouée. « On avait distribué à tort et à travers des caisses contenant des substances et des appareils de protection dont tout le monde ignorait l’usage, et la plupart de ceux qui les avaient reçus s’asphyxièrent en les manipulant », déplorait Florian-Parmentier dans L’abîme 149. Le major Von Helders ironisait sur les conseils prodigués par de vieux messieurs décorés : « Quant aux bombes à gaz (…) retenir la respiration », ou par un ancien combattant : « Il faut placer des linges mouillés devant les soupiraux. C’est ainsi que nous faisions dans les abris devant Verdun. On peut aussi allumer un petit feu pour que le courant d’air chasse le gaz. » 150 José Germain se montrait aussi optimiste : son narrateur devait la vie sauve à un « tampon à marc de café » trouvé dans sa poche ; sa bonne, son concierge et quelques voisins chanceux, à des couvertures tendues entre les persiennes et les vitres, mais tout le reste de la maison était mort 151.

  • 152  Allard (Paul), « Les marchands de canons ont-ils besoin de la guerre ? Grande enquête internationa (...)
  • 153  Notamment les 23, 30 août, 6 septembre 1934.
  • 154  Launay (Louis), « Les fabricants de masques », Organe du Centre international de documentation ant (...)
  • 155  Les profits de guerre à travers les siècles, 1935, p. 179-180.
  • 156  Cuenat (P.), op. cit., p. 145.
  • 157  Pouderoux (général), Le danger …, op.cit., p. 5.

42Au fur et à mesure que se sont amorcés des dispositifs de protections contre le danger aérochimique, le doigt accusateur des pacifistes s’est déplacé en direction d’une « nouvelle industrie florissante », qui avait« de l’avenir » : celle des masques à gaz, une « aubaine » et « la plus vile des fraudes commerciales ». Pour le professeur Langevin, il fallait chercher les nouveaux munitionnaires de la guerre aérochimique du côté du matériel de protection 152. Le Barrage, hebdomadaire de la Ligue internationale des combattants de la paix, s’est fait une spécialité de débusquer, à partir des publications financières, les « profiteurs de la défense passive » s’abritant derrière des « faux nez » dans les sociétés concernées 153. Bien des auteurs lui ont emboîté le pas pour scruter « la façade énigmatique des firmes » à la recherche des véritables « animateurs » 154. On pointait leurs influences corruptrices. Richard Lewinsohn racontait ainsi que le cinéaste Pabst, désireux de réaliser un film contre la guerre, s’était vu offrir discrètement deux millions de marks à condition d’insister sur les horreurs de la guerre des gaz. Il avait refusé de se prêter à cette réclame indirecte 155. La revue Le Danger aérien et aérochimique se défendait d’être stipendiée par les fabricants de masques et Gaz de combat, défense passive, feu, sécurité était soupçonnée d’être publiée avec des ressources provenant d’affaires intéressées commercialement à la préparation d’une défense passive assurée au prix de coûteuses réalisations. Elles se dissimulaient derrière les associations qui en faisaient la promotion. Le projet de loi qui organisait la défense passive allait livrer le pays « à la cupidité des marchands de masques et de béton » 156. Ensuite, ils avaient prêté appui avec « une ferveur dialectique » aux « publicités administratives » qui leur étaient promesse d’  « un  débouché rémunérateur » 157.

  • 158  9 février 1935.

43Non sans contradiction avec leur thèse de la défense passive comme marché de dupes, les pacifistes dénonçaient les inégalités sociales dans sa mise en œuvre. Illusoire et simultanément trop chère pour pouvoir bénéficier au plus grand nombre, elle abandonnait à l’initiative privée, donc à la « situation de fortune de chacun », la réalisation de l’essentiel de ses objectifs, ce qui semblait « particulièrement honteux » à Paul Langevin ou à Pierre Cuénat, seuls les riches ayant les moyens de se faire construire des abris et d’acheter les masques les plus perfectionnés. La Lumière exigeait l’interdiction immédiate de toute entreprise destinée à leur offrir « une protection refusée aux pauvres » 158.

Conclusion

  • 159  Des civils marocains auraient eu la primeur des bombardements aériens, lors de troubles, en juille (...)
  • 160  Mais c’est un gaz insecticide, dont personne n’avait semble-t-il envisagé jusque-là les potentiali (...)
  • 161  Riche (Daniel), La guerre chimique et bactériologique, 1982, p.141-142, 118.

44Il y a un net contraste entre l’abondance des propos tenus sur l’arme aérochimique et sa puissance destructrice et le peu d’expérimentation qui en a été faite pendant l’entre-deux-guerres. Les Italiens ont eu recours à des épandages d’ypérite en Éthiopie. Mais les gaz n’ont été utilisés ni pendant la guerre du Rif 159, ni pendant la guerre d’Espagne. Pendant le Seconde Guerre mondiale, le bombardement aérien stratégique a eu l’importance que l’on sait sur les villes anglaises, allemandes, japonaises, mais quant aux gaz, le IIIe Reich comme les alliés se sont abstenus, malgré certaines tentations de Hitler après le débarquement de Normandie, de Staline, de Churchill, des États-Unis contre le Japon, lequel y a eu recours en Chine, mais en se limitant à une dimension tactique. La dissuasion l’a emporté 160, « (…) personne ne souhaitait réellement prendre l’initiative  d’une guerre toxique parce que c’eût été – du moins le croyait-on – courir au suicide ». La « nouvelle grande peur », suscitée par les nationalistes pour pousser leurs gouvernements à entreprendre une politique d’armement aérien et chimique et entretenue de manière obsessionnelle et paroxystique par les pacifistes pour dissoudre la guerre par la terreur qu’elle inspirait, « avait fini par devenir le principal frein à l’emploi [des gaz] quand la guerre éclata » ; « (…) l’arme chimique était devenue un symbole. Celui de la guerre sous toutes ses formes et de son cortège d’épouvante » 161. Les espoirs des pacifistes ont été déçus – et leur combat a sans doute été contre-productif en confortant l’état d’esprit munichois – mais pas complètement puisque les gaz sont demeurés inemployés. De la même façon, dans les années 1950, la « hantise atomique » a contribué à prévenir une nouvelle utilisation de l’arme nucléaire après Hiroshima et Nagasaki en 1945, mais sur la base d’une expérience concrète cette fois.

  • 162  Idem, p.131.
  • 163  Voir : Vaisse (M.), art. cit. Facon (P.) et Teyssier (A.), Histoire de l’aviation française de bom (...)

45La guerre aérochimique était bien un mythe dans la mesure où l’anticipation n’a pas été validée par les faits. Le goût des images fortes et des grandes formules sensationnelles confirme qu’il n’y avait pas de solution de continuité entre la littérature de fiction et le discours politique, fondés sur les mêmes ressorts : le rêve et le cauchemar. Les militaires et les instances étatiques, mieux informés, ont su raison garder : « (…) Nulle part, on ne vit d’état-major ou de gouvernement faire suffisamment confiance [aux armes chimiques] pour fonder toute une stratégie sur leur emploi. » 162 Du côté français, la prudence ou le scepticisme, et la pression du mythe, se sont conjuguées dans un effet de freinage – entre autres raisons liées à la stratégie défensive – de l’aviation de bombardement 163. La part d’irrationnel, couverte par l’autorité scientifique et morale du professeur Langevin, qui conduisait à en rajouter, à « exagérer, parfois jusqu’à la caricature », qui se traduisait par les variations erratiques des chiffres, censés valider la réalité de la menace, n’était cependant pas totale.

  • 164  C’est un chimiste de l’IG Farben qui a découvert le tabun en 1937.

46L’arme chimique s’est peu à peu perfectionnée jusqu’à devenir une arme de destruction massive tout ce qu’il y a de plus réelle tant par les redoutables effets, particulièrement contre les civils, que par les stocks, bien que son appartenance à cette catégorie soit discutée par les experts. Pendant l’entre-deux-guerres, l’URSS et l’Allemagne (celle-ci surtout après 1933), qui avaient pourtant ratifié le protocole de Genève en 1928 et 1929, avaient bien mené des recherches parfois en coopération, par exemple sur les agents neurotoxiques 164. Les pratiques de lobbying de certaines firmes chimiques ne relevaient pas toutes du conte à dormir debout.

  • 165  Pendant la guerre du Golfe, 24 000 militaires américains ont été contaminés en mars 1991 suite à l (...)
  • 166  Claude Meyer, L’arme chimique, 2001.
  • 167  Exemple de l’attentat dans le métro de Tokyo par la secte Aum avec du gaz sarin en 1995.

47Après 1945, le tabou a contribué à limiter l’utilisation des armes chimiques à quelques conflits localisés ; en Malaisie par les Anglais entre 1948 et 1960, au Yémen par les Égyptiens dans les années 1960, par les Américains au Vietnam (défoliants, lacrymogènes), par les Vietnamiens au Cambodge en 1978, semble-t-il par les Soviétiques en Afghanistan en 1979, par Saddam Hussein contre l’Iran à partir de 1983 et la ville kurde de Hallabjah en mars 1988 (5 000 morts) 165. Dans la conscience des peuples, l’arme nucléaire a poussé l’arme chimique dans les coulisses. De surestimée, elle est devenue sous-estimée. Tout en gardant sa dimension psychologique d’arme pas comme les autres, insidieuse, déloyale, à l’instar du « poison dans le crime domestique ». D’où la reprise des efforts internationaux initiés par le protocole de 1925. Celui-ci a été ratifié par les États-Unis en 1975. En juin 1990, l’accord de Washington a enregistré l’arrêt de la production des armes chimiques. La convention d’interdiction signée en 1993 est entrée en vigueur en 1997. Elle imposait la destruction des stocks existants d’ici à 2012. Pour la première fois, un traité international décidait l’éradication d’une catégorie d’armes, une organisation installée à La Haye devant contrôler l’application. En dehors d’une quinzaine de micro-états non concernés, seuls cinq pays arabes, la Corée du Nord et Taiwan étaient encore en dehors au début des années 2000 166. L’arme chimique n’est pas pour autant sortie de l’histoire. Facile à synthétiser dans de petits laboratoires, en petites quantités, elle est à la portée d’organisations terroristes 167.

Haut de page

Notes

1  Une réflexion était cependant avancée depuis la fin des années 1900, stimulée notamment par l’industriel André Michelin, créateur du concours de l’aéro-cible. Sur l’aviation, la bibliographie est abondante. On retiendra : Carlier (Claude), « L’aéronautique militaire française dans la Première Guerre mondiale », dans Gérard Canini (dir.), Mémoire de la Grande Guerre. Témoins et témoignages, 1989, p. 375-395; Christienne (général Charles), Lissarague (général Pierre), Histoire de l’aviation militaire française 1890-1919. Un certain âge d’or, 1980 ; Kennett (Lee), The Firth Air War 1914-1918, 1991; Marill (Jean-Marc), 1914-1918. L’aéronautique militaire française, naissance de la cinquième arme, thèse de 3e cycle, université de Paris I, 1985; Martel (René), L’aviation française de bombardement (des origines au 11 novembre 1918), 1939 ; Pesquies-Courbier (Simone), L’aéronautique militaire française 1914-1918, Icare, no 85 et 88, automne 1978 et printemps 1979 ; Petit (Edmond), Histoire des forces aériennes françaises, tome II : 1914-1918, Icare, no 92, 1980.

2  Lachaux (Gérard), Delhomme (Patrice), La guerre des gaz 1915-1918, 1985 ; Lepick (Olivier), La Grande Guerre chimique 1914-1918, 1988. À partir de juin 1918, 25 % des munitions d’artillerie françaises étaient des obus à l’ypérite.

3  Lepick (O.), op.cit., p. 300, 386.

4  Trois exemples de thèses de médecine : Tsi Gziou (Li), La défense passive des populations civiles contre la guerre aérochimique en Chine, 1933 ; Molinie (Guy), La guerre chimique, 1935 ; Puech (Germaine), La protection des enfants et la guerre aérochimique, 1936.

5  Le thème de la guerre aérochimique n’est pas négligé par l’historiographie. Les meilleures synthèses sont celles de Patrick Facon, Le bombardement stratégique, 1995, p. 62-82 ; et de Pascal Vennesson, Les chevaliers de l’air. Aviation et conflits au XXe siècle, 1997, p.107-119.

6  Voir : Kennett (L.), « Prophéties et prédictions au commencement du développement de l’armement aérien », dans Précurseurs et prophètes de l’aviation militaire, 1932, p.109-114.

7  Reprint de 1991, Tallandier, p. 12-13.

8  Hodeir (Marcellin), « La guerre aérienne à travers la science-fiction : Albert Robida », Revue historique des  armées, 3/1991, p. 77-88.

9  Gaz utilisés aussi par les Japonais dans L’aviateur du Pacifique. David (Daniel), Le colonel Driant. De l’armée à la littérature, 2006, p. 90-91, 97.

10  Folio, 1989, p. 122-124. Dans La guerre des airs (1910), les gaz n’intervenaient pas dans la destruction de New York par une flottille de dirigeables allemands ni dans les combats ultérieurs entre ceux-ci et des nuées d’aéronefs asiatiques. Affrontements qui aboutissaient au triomphe de la famine, de la peste et de l’anarchie, à l’effondrement de la civilisation dans une « dissolution universelle ». Là-aussi, un thème à postérité féconde. 

11  Cité par André Demaison, Menaces sur le ciel, 1933, p. 28 et 11.

12  Cité par Charles Nordmann, « La guerre des gaz et l’avenir », Revue des deux mondes, 15 janvier 1922, p. 462-463 (Marie-Eugène Debeney sera chef d’État-Major général des armées de 1924 à 1930). Dix ans plus tard, l’aérographe Jacques Mortane devait déplorer qu’on n’ait pas construit en série le canon à projectiles à gaz asphyxiants de l’ingénieur danois Christensen qui faisait miracle contre les avions. Les ailes de la mort, 1914. 1918. 19…, 1932, p. 178.

13  Novembre 1928. Cité par le lieutenant-colonel P. Vauthier, La doctrine de guerre du général Douhet, 1935, p. 100. Le vocable « aérochimique » aurait été forgé par un autre Italien, le colonel Amadeo Guillet, en 1922, selon le commandant Paquet, « Considérations sur une guerre future », Revue militaire générale, 15 juin 1923, p. 457-459. Voir encore : Facon (P.), « Douhet et sa doctrine à travers la littérature militaire et aéronautique française de l’entre-deux-guerres : une étude de perception », Revue historique des armées, 1/1988, p. 94-103 ; David (Dominique), « Douhet ou le dernier imaginaire », Stratégique, 1er trimestre 1991, p. 221-230 ; Vivier (Thierry), « Le douhétisme français entre tradition et innovation », Revue historique des armées, 3/1991, p. 89-99.

14  Schapira (Jacques), Lerner (Henri), Émile Mayer. Un prophète bâillonné, 1995, p. 170 et 174. Voir notamment Trois généraux. Joffre. Gallieni. Foch, 1928 ; « À quoi bon ces milliards gaspillés pour des armées et des fortifications inutiles ? », La Lumière, 30 janvier 1932 ; « Le général Douhet et "l’arme de l’espace" », Revue politique et parlementaire, 10 août 1935, p. 295-309. Voir aussi : Duclert (Vincent) (dir.), Le colonel Mayer de l’affaire Dreyfus à de Gaulle. Un visionnaire en République, 2007, chap. 6 par Jean-Jacques Becker. Autre exemple de reconversion dans le journalisme militaire avec accent sur l’arme aérienne : l’ingénieur du génie maritimeRougeron. Abzac-Epezy (Claude d’), « Camille Rougeron : stratégie de l’aviation et de la guerre totale », Revue historique des armées, 4/1991, p. 117-125.

15  Dans Vers l’armée de métier, 1934. Voir aussi : Messmer (Pierre), Larcan (Alain), Les écrits militaires du général de Gaulle, 1985, p. 28-30, 308-310.

16  Mysyrowicz (Ladislas), Autopsie d’une défaite. Origines de l’effondrement militaire français de 1940, 1973, p.172. Dans son article du numéro de juin, le commandant Paquet estimait que l’arme aérochimique serait d’une « terrible efficacité » mais il doutait qu’elle suffise à briser la volonté d’un peuple car on trouverait des « antidotes » ; les forces terrestres resteraient essentielles.

17  Masson (Philippe), « De Douhet et de quelques marins », Revue historique des armées, 4/1988, p. 15.

18 Nordmann (C.), art. cité, p. 453-456.

19  Lefebure (Victor), L’énigme du Rhin. La stratégie chimique en temps de paix et en temps de guerre, 1922, p. 15, 158, 194. Pendant la guerre, le Britannique Lefébure avait été officier de liaison avec les armées françaises pour la guerre chimique. Il occupait un poste important à l’Imperial Chemical Industries LTD.

20  Et dans les pays scandinaves et en Asie Mineure selon le colonel Mayer.

21  La guerre chimique et les usines de matières colorantes, 1923 ; La guerre chimique entrevue par les Allemands … et nous, 1925.

22  « Dangers d’une guerre aérochimique russo-allemande », La Renaissance politique, littéraire et artistique, 24 janvier 1925.

23  « À la salle Wagram une grande séance. Le ciel de France est-il défendu ? », L’Animateur des temps nouveaux, no 260, 27 février 1931.

24  Le danger allemand. Aviation et guerre chimique, conférence des 9 et 14 décembre 1922.

25  « La menace aérochimique. Comment Paris ou … Londres peuvent être détruits », Les Ailes, 8 octobre 1925.

26  La revanche de l’Allemagne. La guerre qui vient. L’Angleterre menacée, 1928, p. 101.

27  A. Michelin, d’après le général Weygand, « Si par ailleurs, il y avait une guerre, ce serait la guerre des gaz », L’Animateur des temps nouveaux, 24 juin 1927.

28  Quelques exemples d’ouvrages non traduits : Dalton (M.), The Black Death, 1934 ; Southwold (M.S.), The Gas War of 1940, 1931; Union of Democratic Control. Poison Gas, 1935 ; Büscher (docteur), Giftgas ! Und Wir ?; Izzo(Attilio), Guerra chimica e defesa antigaz,? ; Pagniello (Dr A.), L’Arma chimica ?

29  Par exemple à son congrès de mai 1931 à Tours.

30  « Nous ne voulons plus la guerre (…). Les horreurs de la guerre chimique (…) », 1925, p. 1.

31  « La menace aérochimique (…) », Les Ailes, 3 septembre 1925.

32  Endres (Frantz Carl), La guerre des gaz, 1928, p. 154.

33  Day (Hem), Alerte, voici les gaz !, 1928, p. 154.

34  Hemme (Charles du), Hubert-Jacques, Français…  garde à vous ! La guerre aérochimique que l’Allemagne prépare, 1930, p. 129.

35  Association internationale des médecins contre la guerre, section française, Une protection efficace contre la guerre aérochimique est impossible, s.d. (vers 1931).

36  Pendant la guerre, les Allemands avaient répandu des rumeurs sur de nouveaux gaz aux propriétés toujours plus redoutables. Lepick (O.), op.cit., p. 301.

37   Cullberg (Albin), « Un cri d’alarme. Occidentaux ouvrez les yeux sur le péril mortel. Les plus grands gisements d’arsenic du monde (…) sont sous la portée de l’Allemagne et de la Russie, leur permettant d’alimenter une guerre chimique et destructive sans merci », 1934.

38  Simon (Louis), Arnoux (Maurice), Défense passive contre les attaques aériennes. Premières réalisations françaises, 1936, p. 24. Marseille et Lyon auraient été particulièrement visées. Le « gaz mortel permanent » imaginé par H.-G. Wells dans son essai de polémo-fiction, The Shape of Things to come. The Ultimate Revolution, 1933, p. 173, était aussi à action lente. En s’évaporant, il se combinait avec l’oxygène pour former un poison. Il avait fait merveille en Prusse orientale lors de la « guerre polonaise ». Lors d’un raid chinois contre Osaka et Tokyo en 1935, son emploi avec une formule erronée avait entraîné la stérilité des animaux à l’exception des oiseaux.

39  La figure du savant fou a été retournée dans un sens positif dans la pièce d’André Lang, La paix est pour demain, représentée à l’Odéon en juillet 1937. Roger Vidal expédie des fusées chargées de gaz inoffensifs sur Paris, Berlin et Londres dans le but d’éviter la guerre : « (…) il suffit que la menace de nouveaux bombardements imprévisibles pèse sur le monde pour que la panique engendre l’union, supprime les frontières et rassemble tous les gouvernements contre le danger commun » (p. 232). Sa fiancée, dont le frère a été tué par un de ces engins, se détourne de lui. Elle épouse un député qu’elle n’aime pas. Son père, deux ans plus tard, le lui reproche : « Je défends un fou qui a cherché à retarder le jour où tous les hommes deviendront fous. » (p. 312).

40  Compere-Morel (Adéodat), La civilisation en péril. Aux Héros et aux Mères des hommes. Le massacre des hommes, 1930. En revanche, pour quelques esprits optimistes, une DCA électrique ferait disparaître la guerre aérienne.

41  Simon (Louis), La grande inquiétude ou la nation sous les gaz. Détection et neutralisation, 1931.

42  Francis Delaisi s’adressant aux jeunes filles. Cité par L. Leroux, « La guerre chimique. Son éventualité, sa préparation », Le Danger aérien et aérochimique, novembre 1932, p. 9.

43  Bourgoin (P.), « La guerre chimique et la Société des Nations », Revue de France, janvier-février 1925, p. 114.

44  « Dangers d’une guerre… », art. cité, p. 3 650.

45  Selon le comte Halsbury à la chambre des Lords le 14 juillet 1928. Vignon (C. Louis), La grande duperie des masques à gaz, s.d. [1934 ?], p. 39.

46  Avec F. Bergendorf, Der Chemische Krieg, 1925. Cité par F.-C. Endres, op.cit., p. 195.

47  « La menace aérochimique … », art. cité, 8 octobre 1925.

48  Nous ne voulons …, op. cit., p. 2.

49  Qu’il a réévalué à 500 tonnes en 1935, La Défense de la paix, 2 janvier. Les affirmations de Langevin étaient récupérées par certains locuteurs nationalistes, parfois jusqu’à la caricature : « 100 avions, 1 tonne, 1 heure » [Simon (L.), La grande …, op.cit., p. 84]. Le professeur est venu faire une conférence à Tours en décembre 1934 à l’invitation du député-maire socialiste Ferdinand Morin. Saint-Cricq (Olivier), Le pacifisme socialiste à Tours de 1932 à 1939, mémoire de maîtrise, université de Tours, 1995, p.31-32.

50  « L’illusion de la sécurité par les armements. Maintenant qu’il suffirait de sept avions pour détruire une ville comme Paris … », La Lumière, 30janvier1932.

51  Meric (Victor), La guerre qui vient : fraîche et gazeuse, 1932. Une « demi-douzaine » seulement selon R. Lacoste pour « lancer sur Londres des nappes de gaz qui (…) feraient des centaines de milliers de victimes ». L’Écho de Paris, 2 août 1934.

52  Cuenat (Pierre), La guerre aérochimique, 1935, p. 56.

53  Dejust (docteur Henri), « La protection des civils contre la guerre aérochimique est-elle possible ? », Le Crapouillot, juillet 1934, p. 31.

54  Selon Raymond Offner, Pax, 1933, p. 157. Probablement ceux dont l’usage avait été éprouvé pendant la Première Guerre mondiale.

55  Boyer (J.), Maurel (P.), Decroix, Protection contre les attaques aériennes ?, 1935, p. 3.

56  Rouquet (Jean), « La guerre, maladie sociale, fruit de l’ignorance et de la cupidité », dans Jean Souvenance, René de Sanzy (dir.), Anthologie des écrivains pacifistes, tome 1, 1933, p. 312-313.

57  Pouderoux (général Paul-Émile), Le danger aérochimique ou la guerre déshonorée, 1936, p. 4.

58  Margueritte (Victor), La patrie humaine, 1931, p. 122.

59  Meric (Victor), op.cit., p. 43.

60  Margueritte (V.), avant-propos de Armand Charpentier, Ce que sera la guerre des gaz, 1930, p. 8.

61  À bas les armes, 1933, p. 22.

62  Force, L’au-delà, Le crieur, 1926, p. 168-169.

63  1930, p. 71, 163, 298, 340.

64  Le métro était un haut lieu, si l’on ose dire, de la guerre aérochimique. Abri illusoire, il était décrit comme un piège et un moyen de propagation des gaz. Autre exemple : «  Une grappe humaine de corps allongés sortait du métro comme une chaîne atroce et convulsée : dans le souterrain le gaz était descendu, cueillant la masse prisonnière et ignorante des réfugiés. Le métro s’était mué en charnier (…) ». Germain (José), La ville sous les bombes, cité par Paul Bruere et Georges Vouloir, Face au péril aérochimique. La sécurité chez vous sans masque, sans abri, 1936, p. 21.

65  p. 183. Le thème de la sexualité est aussi présent dans ce texte : « Le brouillard mortel est pesant. (…) les rues, les entresols et les premiers étages sont seuls inondés de façon persistante. Plus haut, sauf dans le voisinage immédiat du point de chute, on paraît risquer assez peu. Aussi des gens sans masque qui sont grimpés sur les pavillons toussent bruyamment, mais parlent, crient, s’interpellent et n’ont pas l’air de souffrir. Même certains doivent dans l’ombre chatouiller des femmes dont on entend les cris, les rires, les rages ou les énervements de chattes menant leurs amours sur les toits. »

66  p. 223.

67  p. 203. Quant aux femmes, grâce au port permanent d’un masque qui tenait du casque de scaphandrier, elles « regagnèrent (…) ce mystère lourd de promesses que les libertés autorisées par les sports avaient peu à peu dissipé ».

68  Meric (V.), La Der des der, op.cit.

69  Daudet (Léon), Ciel de feu, 1934, p. 167.

70  1934, p. 37-38, 46, 49, 52.

71  Op.cit., p. 260. Selon le médecin pacifiste suisse Germaine Woker, un général américain avait révélé l’existence de gaz soporifiques susceptibles de plonger un peuple entier dans le sommeil pendant 24 heures. « La guerre chimique et bactériologique », dans Quel serait le caractère d’une nouvelle guerre ? Enquête organisée par l’Union interparlementaire, 1932, p. 301.

72  1933. Je n’ai pu lire ce roman.

73  Cuenat (P.), op.cit., p. 68.

74  Boyer (J.), Maurel (P.), Decroix, op.cit., p. 5.

75  Bonte (Florimond), La guerre de demain, aérienne, chimique, bactériologique, 1929, p. 25. Un point de vue communiste, hostile aux « illusions pacifistes » avec quelques traits originaux : la guerre s’accompagnerait d’une « terreur (…) des plus atroces » contre le mouvement révolutionnaire ; on ne pourrait la supprimer qu’en supprimant le capitalisme, en « passant sur le cadavre de la social-démocratie », acolyte de la bourgeoisie « dans l’organisation du massacre ».

76  L’Italie s’ajoutera plus tard, en 1931.

77  Endres (F.-C.), op.cit., p. 86.

78  Voir : Moine (Jean-Marie), « La mythologie des "marchands de canons" pendant l’entre-deux-guerres », dans Dominique Pestre (dir.), Deux siècles d’histoire de l’armement en France. De Gribeauval à la force de frappe, 2005, p. 333-381.

79  Compere-Morel (A.), op.cit., p. 20.

80  « L’Internationale du gaz », Monde, 8 juillet 1933.

81  Charpentier (A.), op.cit., p. 9.

82  Vive la guerre, 1932.

83  La Patrie humaine, 22 juin 1934.

84  Une illusion. La conquête de l’air, éd. 1927, p. 196, 265-266.

85  Gaz de guerre et guerre des gaz, une initiation pour tous aux conditions de la guerre prochaine, 1936.

86  Si la guerre éclatait, 1938, p. 40, 216-218.

87  La guerre des gaz, 1939.

88  « Le mal chimique », Le Danger aérien et aérochimique, 12-13, octobre-novembre 1933, p.  184.

89  Simon (L.), Arnoux (M.), op.cit., p. 37.

90  Op.cit., p. 40, 55-56. Voir aussi : Favre (Pierre), L’avion tuera la guerre, 1935.

91  Préparons la défense aérienne, 1929, p. 25-28.

92  Bon connaisseur de l’aviation : il avait été vendeur chez Farman.

93  Bourgoin (P.), art. cité, p. 105-110.

94  Leroux (Lucien), La guerre chimique, 1934, p. 144.

95  Charpentier (J.), L’humanisation de la guerre aérienne, 1938, p. 45-46.

96  Vaisse (Maurice), « Le procès de l’aviation de bombardement », Revue historique des armées, 2/1977, p. 52.

97  Sur l’échec d’une politique de sécurité collective, voir aussi : Facon (P.), op.cit., p. 83-90.

98  Simon (L.), op.cit., p. 84.

99  Pierre Cotproposait une « police aérienne internationale ». « La guerre chimique telle qu’elle sera demain », L’Œuvre, 24 novembre 1934.

100  « Les civils doivent avoir droit à l’ypérite », Le Progrès civique, 439, 14 janvier 1928.

101  Et de la défense antiaérienne afin de réduire l’ampleur des attaques.

102  Dolor (Jacques), « À propos du danger aérochimique. Ce n’est pas alarmer le pays que de le mettre en garde », L’Ami du peuple, 20 janvier 1932.

103  Leroux (L.), op.cit., p. 103.

104  Simon (L.), op.cit., p. 5 (préface de Sieur).

105  Utilisables dès le temps de paix. « Particulièrement dans les grandes agglomérations où viciée par les fumées des usines et des foyers des habitations, par l’oxyde de carbone provenant de la consommation des hydrocarbures dont la consommation s’accroît démesurément (…) l’atmosphère devient de plus en plus irrespirable. » Rapport du colonel Pouderouxà la Commission internationale d’experts pour la protection des populations civiles, avril 1929, cité par S. de Stackelberg, « Le mal chimique », Le Danger aérien et aérochimique, 4 février 1933, p. 56.

106  Laurent (Jean), « La chimie n’est pas toujours bienfaisante. Le matériel de guerre », La Science et la vie, janvier 1931, p. 9.

107  Par exemple, les « remorques anti gaz » des équipes mobiles de secours à Versailles, la « voiture d’électro ventilation » mise au point à Nancy par le médecin directeur du Service municipal d’hygiène et le capitaine des pompiers.

108  Voir notamment : Bruere (P.), Vouloir (G.), op.cit., IIe partie.

109  Stackelberg (S. de), « Le mal chimique », Le Danger aérien et aérochimique, 5 mars 1933, p. 74-75.

110  Gibrin (Charles), Simon (Louis), Album national de l’Anti gaz, éd. 1939, p. 40-41.

111  Réflexions et citations sur la guerre des gaz, 1933.

112  Archives des Fonderies de Pont-à-Mousson, Blois, 40943. L’entreprise a espéré aussi obtenir des fabrications pour les abris mis au point par la Société des gaz industriels de province (1934). Elle s’est intéressée aux abris Gravereaux (à Boulogne-sur-Seine). Elle a elle-même déposé un brevet de porte étanche, a réalisé des expériences sur l’utilisation de la laine de roche, qu’elle produisait à partir de laitier, dans les filtres à gaz de combat.

113  14 numéros jusqu’à sa disparition fin 1933, au grand dam de son fondateur.

114  Jusqu’en 1940.

115  Par transformation de la Ligue de défense aérienne. Elle était présidée par Gaston Doumergue.

116  Créée en 1928 en Suisse par S. de Stackelberg pour encourager la vulgarisation des moyens de protection contre la guerre chimique. De cet auteur, Le péril chimique et la Croix Violette, 1929.

117  Parisot (J.), Ardisson (A.), La protection contre le danger aérochimique. Rôle des infirmières secouristes et Assistantes du devoir national, 1932. Pendant la Première Guerre mondiale, il avait dirigé des hôpitaux qui soignaient des soldats gazés.

118  Stackelberg (S. de), « Le mal chimique », Le Danger aérien et aérochimique, 9-10 juillet-août 1933, p. 144-145. Simon (L.), Arnoux (M.), op.cit., p. 136-158.

119  Zanon (Aldo), La Croix-Rouge à Tours (1937-1947), mémoire de mastère 2, université de Tours, 2006, p. 88-89. Simon (L.), Arnoux (M.), op.cit., p. 122.

120  Le danger aérien et l’avenir du pays, 1930, p. 188.

121  Quelques exemples : Mme André Granger, Instructions élémentaires et conseils pratiques sur la protection individuelle et collective contre la guerre aérochimique, Croix-Rouge française – Union des femmes de France, 1934 (rééditions multiples) ; Ce qu’il faut pour vous protéger en cas d’attaque aérienne, préfecture de police, secrétariat général permanent de la Défense passive, s.d. ; Aide mémoire pour la préparation de la Défense passive dans les établissements désignés pour assurer eux-mêmes leur protection contre les attaques aériennes, ministère de la Défense nationale et de la Guerre, 1939 ; Gilbert-Trebly (docteur), Civils, protégez-vous contre les gaz, 1939.

122  Ce que le public doit savoir en matière de défense passive, 1938, p. 5.

123  À Paris, deux grands abris de 6 à 8 000 places dans le métro, un troisième sous les Halles.

124  Leroux (L.), op.cit., p. 103.

125  Simon (L.), op.cit., p. 57.

126  Le danger aérien…, op.cit., troisième partie, chap. 1 : L’aménagement des villes.

127  Des idées comparables : « diluer », « cuirasser », se sont exprimées dans l’Allemagne nazie. Voir : Cluet (Marc), « Danger aérien et architecture du IIIe Reich », Revue historique des armées, 4/1980, p. 147-174.

128  Fléau aérien. La guerre aérochimique et la défense antiaérienne, 1932, p. 144-146. Un désir d’espace que partageait l’écrivain Paul Morand : « Des cités congestionnées par le plaisir et le gain, des villes tentaculaires du XIXe siècle, l’avenir va-t-il couper les ventouses ? (…) Paris devra cesser de ressembler à ces filets de madragues où, dans la dernière chambre, dite de la mort, s’empilent les thons sanglants que les pécheurs assomment. », Réflexes et réflexions, 1939, p.210.

129  Stackelberg (S. de), « Le mal chimique », Le Danger aérien et aérochimique, 11 septembre 1933, p. 168-169.

130  La ville radieuse. Éléments d’une doctrine d’urbanisme pour l’équipement de la civilisation machiniste, 1935, p. 61.

131  La Défense passive vue par un médecin, 1938 (rapport à la commission de médecine sociale du SMS du 12 février 1936), p. XXV-XXIX.

132  Par exemple : « Les planificateurs de l’après-guerre qui firent raser des secteurs entiers des villes en Europe et en Amérique, réalisant des destructions si massives qu’elles auraient suscité l’envie de n’importe quel stratège de la guerre des airs, agirent sur la base d’hypothèses de développement des communautés qui, superficiellement au moins, ressemblent à certaines des vues contenues dans la théorie de la guerre aérienne. » Konwitz (Joseph), « Représentations urbaines et bombardements stratégiques », Annales, Économie, Société, Civilisation, juillet-août 1989, p. 842.

133  « Tribune libre », Le Danger aérien et aérochimique », 9-10 juillet-août 1933, p. 146-148. Archer était président du Syndicat professionnel des ingénieurs des Mines français.

134  « Perspectives terribles de la guerre aérienne », La Défense de la paix, 2 janvier 1935.

135  Vignon (C.-L.), op.cit., p. 77.

136   Pouderoux (général Paul-Émile), Guerre et protection, 1934, p. 229. Il avait commandé le corps des sapeurs-pompiers de Paris.

137  Pouderoux (P.-E.), Le danger…, op.cit., p. 19.

138  M. L., « La guerre aérienne. Nancy bombardée… par hypothèse. Toute protection serait inefficace. Dangereuse campagne d’excitations », 4 septembre.

139  Pouderoux (général P.-E.), Le danger…, op.cit., p. 41, 46, 51.

140  Woker (G.), art. cité, p. 317.

141  La Défense de la paix, 12 janvier 1935.

142  Dumontier (L.), « Les manœuvres aériennes et la lutte contre la guerre », Les Cahiers du bolchevisme, 15 octobre 1934, p. 1218-1222. Le PCF appelait à « désarticuler la propagande » sur la défense passive, à entraver les exercices et à manifester contre les manœuvres aériennes. Lors de la discussion du projet de loi sur la défense passive, le député Marcel Capron, non sans quelque contradiction, fustigeait l’inefficacité des masques tout en en réclamant pour tout le monde. Journal officiel. Débats parlementaires. Chambre des députés, 25 mars 1935, p. 1304-1305.

143  « J’en appelle au monde civilisé. » Évoqué par le docteur H. Dejust, art. cit., p. 33.

144  Guerre…, op.cit., p. 167-168, 222-229.

145  Le danger…, op.cit., p. 74-77.

146  Vignon (C.-L.), op.cit., p. 54. Le général Pouderoux opposait à l’argument de l’attaque-surprise les signes annonciateurs.

147  Selon le Comité de vigilance des intellectuels antifascistes, idem, p. 103 et 97.

148  Reproduite dans l’article de Francis Delaisi, « La guerre qui vient : 1914. La guerre qui vient : 1934 », L’Homme réel, janvier 1935.

149  Op.cit., p. 35.

150  Comment Paris sera détruit en 1936 [par les Anglais], 1936 ?, p. 93-94. Von Helders était le pseudonyme du docteur Robert Knaus, fonctionnaire au ministère de l’Air à Berlin.

151  La ville sous les bombes, cité par P. Bruere et G. Vouloir, op.cit., p. 20-21.

152  Allard (Paul), « Les marchands de canons ont-ils besoin de la guerre ? Grande enquête internationale », Les Annales politiques et littéraires, 28 avril 1933. À quoi H. Le Wita objectait qu’il s’agissait d’une industrie fort dispersée. Il citait l’exemple de la Société d’étude et de construction de matériel de protection, filiale de la Blanchisserie et teinturerie de Thaon-les-Vosges, qui assurait avoir peu de commandes et perdre de l’argent.

153  Notamment les 23, 30 août, 6 septembre 1934.

154  Launay (Louis), « Les fabricants de masques », Organe du Centre international de documentation antiguerrière, 1er juillet 1935, p. 3-4.

155  Les profits de guerre à travers les siècles, 1935, p. 179-180.

156  Cuenat (P.), op. cit., p. 145.

157  Pouderoux (général), Le danger …, op.cit., p. 5.

158  9 février 1935.

159  Des civils marocains auraient eu la primeur des bombardements aériens, lors de troubles, en juillet 1915. Ruscio (Alain), La question coloniale dans L’Humanité, 2005, p. 14 et 50.

160  Mais c’est un gaz insecticide, dont personne n’avait semble-t-il envisagé jusque-là les potentialités homicides, que les nazis ont choisi pour être le principal instrument, mais non le seul, du génocide juif. Il a été expérimenté à Auschwitz en septembre 1941 pour éliminer des prisonniers de guerre soviétiques et quelques déportés physiquement épuisés. On a aussi utilisé des moteurs Diesel et des gaz d’échappement de camions pour tuer des handicapés mentaux. À Lévitan, un dépôt de meubles parisien utilisé comme annexe de Drancy pour le tri des biens volés aux Juifs, on testait sur des internés les masques à gaz récupérés dans les appartements pillés. Dreyfus (Jean-Marc), Gensburger (Sarah), Des camps dans Paris. Austerlitz, Levitan, Bassano Juillet 1943, août 1944, 2003, p.154.

161  Riche (Daniel), La guerre chimique et bactériologique, 1982, p.141-142, 118.

162  Idem, p.131.

163  Voir : Vaisse (M.), art. cit. Facon (P.) et Teyssier (A.), Histoire de l’aviation française de bombardement, Service historique de l’armée de l’Air, 1985.

164  C’est un chimiste de l’IG Farben qui a découvert le tabun en 1937.

165  Pendant la guerre du Golfe, 24 000 militaires américains ont été contaminés en mars 1991 suite à la destruction d’un dépôt irakien d’agents neurotoxiques. Pendant cette guerre, S. Hussein n’a pas fait usage de ses stocks, détruits après sa défaite. Lepick (O.), Les armes chimiques, 1991, p. 122.

166  Claude Meyer, L’arme chimique, 2001.

167  Exemple de l’attentat dans le métro de Tokyo par la secte Aum avec du gaz sarin en 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Moine, « Un mythe aéronautique et urbain dans la France de l’entre-deux-guerres : le péril aérochimique », Revue historique des armées, 256 | 2009, 94-119.

Référence électronique

Jean-Marie Moine, « Un mythe aéronautique et urbain dans la France de l’entre-deux-guerres : le péril aérochimique », Revue historique des armées [En ligne], 256 | 2009, mis en ligne le 28 juillet 2009, consulté le 22 août 2017. URL : http://rha.revues.org/6818

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Moine

Enseignant-chercheur à l’université François Rabelais, à Tours, il est spécialiste de l’histoire industrielle, en particulier de la sidérurgie sous les aspects économiques, techniques, sociaux et culturels. Il est notamment l’auteur des Barons du fer, réédités en 2003. C’est par le biais de ses recherches sur l’imaginaire de stigmatisation de l’industrie métallurgique (communication sur la mythologie des « marchands de canons » pendant l’entre-deux-guerres, article sur Bazil Zaharoff publié dans Ethnologie française) qu’il s’est intéressé au mythe de la guerre aérochimique.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org