Navigation – Plan du site
Lectures

Stéphane Audoin-Rouzeau, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXe siècle)

Seuil, 2008, 327 pages
Anne-Aurore Inquimbert

Texte intégral

1Avec cet ouvrage, Stéphane Audoin-Rouzeau jalonne un nouveau champ d’investigation pour les historiens du fait guerrier – et ce même s’il expose les limites de sa démarche en introduction – car en mêlant histoire et anthropologie, en recueillant et analysant les textes d’auteurs issus de tous les horizons des sciences sociales, il use d’une méthode nouvelle pour aborder des problématiques difficilement saisissables. Comment, en effet, le combat, la guerre, l’horreur ont-ils été abordés par les historiens, sociologues, et autres anthropologues issus des générations qui ont connu la guerre comme de celles qui ne l’ont pas connue ? Quels axes de recherches ont été favorisés, quelle sémantique a été employée ? Après avoir dressé un rapide état des lieux historiographique, Stéphane Audoin-Rouzeau entre dans le vif du sujet et interroge « ses » témoins-acteurs de la violence guerrière, entre autres : Robert Hertz, anthropologue, mort dans la bataille des Éparges en 1915 ; Marcel Mauss, rescapé, taiseux ; Pierre Renouvin, blessé, chargé de cours sur « la guerre mondiale » à la Sorbonne dans les années 1920 mais peu évocateur de « sa » guerre ; ou encore Marc Bloch qui, s’il décrit bien certains sentiments éprouvés, reste silencieux sur son expérience de combattant. Il faut attendre son récit de la campagne de France de 1940, dans L’Étrange défaite, pour trouver des pages dans lesquelles il relate son vécu de guerre. Puis, en citant les travaux de John Keegan (Histoire de la guerre, notamment), Stéphane Audoin-Rouzeau nous ramène sur un plan historiographique en explorant les méthodes employées par l’historien britannique pour approcher le fait guerrier, pour lui rendre sa dimension « humaine » et sur l’influence essentielle d’un précurseur en matière d’anthropologie du combat : le colonel Charles Ardant du Picq (1821-1870). Reste que l’approche anthropologique n’est pas sans poser problème aux historiens, notamment par rapport à la notion de violence (dont la perception fluctue à travers le temps et « le jeu social »). Enfin, dans son dernier chapitre, l’auteur s’intéresse à la place du corps dans les récits de « ses » témoins-acteurs, sur la pudeur inhérente à certains témoignages ou encore sur l’importance de la photographie pour retranscrire la protection des corps, leur souffrance ou leur mort. Au bilan, un ouvrage qui vraisemblablement est appelé à faire date tant il défriche des chemins trop longtemps laissés à l’abandon par l’historiographie française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Aurore Inquimbert, « Stéphane Audoin-Rouzeau, Combattre. Une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXe siècle) », Revue historique des armées [En ligne], 256 | 2009, mis en ligne le 27 juillet 2009, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://rha.revues.org/6832

Haut de page

Auteur

Anne-Aurore Inquimbert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org