Navigation – Plan du site
Dossier

Un nouveau regard sur les mutations de la Royal Navy au début du XXe siècle

Christopher Martin
Traduction de Jean de Préneuf
p. 44-58

Résumés

L’interprétation des mutations de l’outil naval britannique au début du XXe siècle a été profondément renouvelée depuis une vingtaine d’années. L’action décisive de l’amiral Fisher, First Sea Lord de 1904 à 1910, a été reconsidérée ; l’accent étant désormais mis sur la priorité accordée à la menace franco-russe et sur la volonté de conserver à moindre coût une capacité d’intervention mondiale. L’importance de la révolution introduite par le Dreadnought et du recentrage sur les atterrages européens face à la menace allemande en ressortent relativisés et nuancés tandis qu’est mis à jour le rôle capital dévolu aux flottilles de bâtiments légers dans la défense du sanctuaire britannique et celui réservé aux escadres de croiseurs de bataille dans la défense des intérêts du Commonwealth de par le monde. Cette nouvelle approche contribue à préciser les mutations profondes de la politique extérieure de Londres au début du XXe siècle et leur articulation avec les réformes majeures de la Royal Navy.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Motte (Martin), Une éducation géostratégique. La pensée navale française de 1870 à 1914, Paris, Éc (...)
  • 2  Voir en particulier : FromThe Dreadnought To Scapa Flow: The Royal Navy in the Fisher Era, 1914-19 (...)
  • 3  Lancé en1906, le Dreadnought surclasse d’un seul coup tous les cuirassés en service qualifiés déso (...)

1Depuis une vingtaine d’années, l’historiographie de la Royal Navy a été profondément renouvelée. Ceci est particulièrement vrai pour la période cruciale qui court du début du XXe siècle à la Première Guerre mondiale. Pourtant, ce renouveau est largement passé inaperçu de ce côté-ci de la Manche 1. La vision traditionnelle marquée par l’œuvre magistrale d’Arthur J. Marder 2 continue de prévaloir en France. Le fait que les ouvrages, pourtant novateurs et stimulants, de Jon S. Sumida et Nicholas Lambert n’aient pas encore été traduits en français explique en partie cette situation. Leur méconnaissance est pourtant regrettable car elle biaise l’évaluation des évolutions majeures de la politique extérieure britannique au début du XXe siècle, que ce soit la conclusion de l’alliance défensive avec le Japon en 1902, la création des dominions australiens, sud-africains et néo-zélandais ou encore les débuts de l’Entente cordiale en 1904. Comment replacer dans son contexte ce tournant diplomatique si l’on ne peut s’appuyer sur une appréciation correcte des mutations profondes de la Royal Navy, et ce alors même que l’outil naval demeure le principal levier de la politique extérieure de Londres ? Comment aussi interpréter correctement la véritable révolution provoquée en 1906 par le mythique cuirassé Dreadnought 3 qui, en déclassant d’un coup tous les navires de guerre existants, donna le signal d’une impitoyable course aux armements navals ? C’est toute l’action décisive de l’emblématique amiral Fisher, inamovible First Sea Lord de 1904 à 1910, qui a été reconsidérée par les historiens anglo-saxons.

  • 4  Martin (Christopher), The Concept of Mutual Sea Denial and Commerce Warfare, 1904-1914, PhD, M. Hu (...)

2Alors que la question d’histoire contemporaine à l’agrégation porte sur les mondes britanniques de 1815 à 1931, il paraissait opportun de proposer une synthèse en français sur les principaux apports de travaux qui ont fait école, l’auteur s’inscrivant lui-même dans cette veine historiographique 4. En jetant un regard nouveau sur les débuts de l’Entente cordiale, ces recherches permettent de mettre en perspective la coopération stratégique et navale entre la France et la Grande-Bretagne jusqu’à nos jours. Au-delà, ce focus sur la gestion par la superpuissance navale britannique de son déclin relatif face à de nouveaux rivaux (États-Unis, Japon et surtout Allemagne) éclaire les ajustements opérés par la superpuissance navale américaine au tournant du XXIe siècle.

Réinterpréter les mutations de la Royal Navy de 1904 à 1910

3Depuis les années 1960, on interprétait d’abord l’accession de l’amiral Fisher à la tête de la Royal Navy comme une double rupture avec le passé, avec d’un côté un recentrage sur les eaux métropolitaines dirigé contre la Hoch See Flotte après des décennies de déploiement mondial tous azimuts et, de l’autre, une révolution dans les affaires navales introduite par la mise au point d’un capitalship sans équivalent, destiné à damer le pion aux nouveaux cuirassés de Guillaume II. Selon Marder, Fisher concentra son action contre le nouvel ennemi qu’était devenue la flotte allemande en pleine expansion. Dans cette perspective, les forces navales étaient retirées de l’Empire et concentrées dans les atterrages britanniques. Les flottes de la Royal Navy étaient réorganisées afin que l’effort stratégique principal porte sur la mer du Nord. Le HMS Dreadnought symbolisait les matériels conçus pour conjurer cette menace allemande et sa construction était présentée comme le point de départ d’une course aux armements navals lancée par Londres. Dans cette interprétation, le changement de priorité stratégique impulsé par Fisher n’était pas seulement provoqué par cette nouvelle menace allemande. Il trouvait aussi son origine dans une évolution plus large de la situation politique et stratégique. La Grande-Bretagne entretenait de bonnes relations avec les États-Unis et l’Italie depuis 1898, l’alliance conclue avec le Japon en 1902 avait soulagé la Royal Navy de son fardeau extrême-oriental. Plus important encore était le rapprochement avec la France matérialisé à partir du 8 avril 1904 sous la forme de l’Entente cordiale. La combinaison de ces facteurs était, selon la conception téléologique de Marder, la manifestation visible d’une évolution vers une guerre anglo-allemande jugée inévitable.

4Cette façon de voir initiée par Marder a été contestée. Le plus important est peut-être la démonstration faite par Jon S. Sumida que Fisher avait été nommé First Sea Lord d’abord parce que le gouvernement pensait qu’il était l’homme idoine pour mettre en œuvre son projet prioritaire de réduction des dépenses navales. La dure réalité était en effet que le budget de la Royal Navy avait atteint un niveau que la Grande-Bretagne ne pouvait plus soutenir. Fisher essaya donc de diminuer le coût de la marine, tout en cherchant dans le même temps à maintenir la suprématie navale britannique via l’adoption d’idées stratégiques et de principes de gestion nouveaux. La contrainte budgétaire, et non la pression de la marine allemande comme l’avançait Marder, était la préoccupation principale de l’amiral Fisher car le problème financier constituait bien le défi majeur de la Royal Navy dans la première décennie du XXe siècle.

  • 5 Sumida (John T.), In Defence of Naval Supremacy: Finance, Technology and Naval Policy, 1889-1915, L (...)

5Sumida a aussi montré que Fisher ne souhaitait pas la construction du Dreadnought, lui préférant la classe de croiseur cuirassé géant du type Invincible. Il est aussi  intéressant de relever que Fisher avait mis sur cale trois Invincible quand il n’avait ordonné le lancement que d’un Dreadnought. La « théorie des croiseurs de bataille » – selon la dénomination des nouveaux croiseurs cuirassés géants à partir de 1911 – promue par Fisher trouve, en fait, son origine dans la peur traditionnelle de la Grande-Bretagne que sa domination sur les routes commerciales maritimes ne soit remise en cause par la France et la Russie. La mission dévolue au croiseur de bataille était de remplacer les croiseurs cuirassés de l’ancienne génération. Il avait été conçu comme un navire rapide et lourdement armé capable de surclasser et détruire tout ce qu’il pourrait atteindre tout en étant capable d’échapper à tout ce qu’il ne pourrait circonvenir. Les croiseurs de bataille formeraient le cœur de forces de déploiement rapides dirigées par TSF et, par ailleurs, étaient conçus pour maintenir la suprématie navale britannique en répondant aux menaces où qu’elles puissent surgir de par le monde 5.

6Pour sa part, Nicholas Lambert a montré que Fisher avait développé le concept de défense par les flottilles qui mettait en avant le rôle des formations de torpilleurs dans la prévention d’une invasion de l’Angleterre. La valeur de la défense du sanctuaire britannique, basée sur ces formations légères, était aussi justifiée par la certitude de l’invulnérabilité du sous-marin. Fisher croyait que ce nouveau système d’armes rendrait impossible les opérations navales courantes dans les mers étroites bordant la péninsule européenne : la Baltique, la Méditerranée, la Manche et le sud de la mer du Nord. Fisher avait compris que si les deux camps mettaient en œuvre des sous-marins, le contrôle de la mer serait « mutuellement interdit » aux deux adversaires. Fisher estimait, par conséquent, qu’il ne serait pas possible de transporter une armée d’invasion à travers la Manche ou la mer du Nord. Les flottilles de défense rendaient donc invulnérable la Grande-Bretagne. Avec la combinaison de ces dernières et du croiseur de bataille, il pensait avoir trouvé des moyens relativement peu coûteux pour prévenir Albion d’une invasion, tout en conservant une capacité de projection et de maintien de la suprématie navale britannique partout où cela serait nécessaire.

  • 6  Sumida (John T.), “Geography, Technology and British Naval Strategy in the Dreadnought Era”, The N (...)
  • 7  Lambert (Nicholas S.), “ Transformation and Technology in the Fisher Era. The Impact of Communicat (...)

7Ce qui est particulièrement pertinent dans ces travaux, c’est qu’ils démontrent que les origines des réformes initiées par Fisher à partir de 1904 ne résident pas dans une quelconque crainte, en réalité postérieure, provoquée par la seule flotte allemande en plein développement mais qu’elles s’expliquent plutôt par une vision durable selon laquelle la France, la Russie et l’Allemagne étaient, toutes à la fois, des ennemies potentielles de la Grande-Bretagne. Selon cette approche, développée également par Sumida6, les motivations stratégiques des réformes de Fisher se trouvaient ni dans le passé ou le futur mais dans le présent. En d’autres termes, la classe des croiseurs de bataille Invincible était d’abord conçue par Fisher pour traiter la menace immédiate que l’alliance franco-russe faisait peser sur les routes de communication à l’échelle mondiale. Dans le même temps, les flottilles de défense procureraient les moyens d’une méthode peu coûteuse pour prévenir une invasion des îles britanniques par des forces françaises tentant un débarquement rapide en Angleterre, pendant que les unités lourdes britanniques seraient engagées ailleurs. Loin de vouloir se retirer de l’Empire, Fisher souhaitait au contraire maintenir la Royal Navy comme une force impériale capable de maintenir une suprématie navale globale. Dans ce but, en combinant flottilles de défense, croiseurs cuirassés rapides et contrôle centralisé via la TSF, il entendait délibérément exploiter les avantages procurés par la suprématie de la technologie maritime britannique sur ses rivaux en forçant constamment le rythme des innovations jusqu’à un niveau que les concurrents de la Grande-Bretagne ne pourraient suivre 7.

  • 8  Sur la place importante des cuirassés dans l’expression de l’identité nationale britannique au déb (...)
  • 9  Lambert (Nicholas S.), Naval Revolution…, p.108.
  • 10  Brown (David K.), The Grand Fleet: Warships Design and Development, 1906-1922, Londres, Chatham Pu (...)

8Beaucoup de ce que Fisher avait planifié ne se réalisa pas, ou alors, pas comme il l’avait prévu. En particulier, les politiques et l’opinion n’avaient pas voulu abandonner le cuirassé, qui était considéré comme le symbole de la puissance navale 8. En conséquence, on ne construisit pas autant de croiseurs de bataille que l’avait souhaité Fisher et on ne donna jamais à ce type de bâtiment la prééminence au sein de la flotte qu’il appelait de ses vœux. L’effort principal et la publicité demeurèrent concentrés autour du cuirassé révolutionnaire Dreadnought. Ne supportant pas cette opposition à ses principes, Fisher persista dans sa politique qui visait à remplacer le cuirassé par le croiseur de bataille après que Lord Selborne eut quitté l’Amirauté en 1905 9. Ainsi, en 1907, le tenace amiral se lança dans la conception de ce qu’il appelait un « petit croiseur cuirassé » armé avec six canons de 230 mm 10. Pour des raisons similaires, ce n’est que parce qu’il avait le plus grand mal à convaincre la majorité de la crédibilité de la défense par les flottilles que la priorité fut donnée à un renforcement du déploiement des cuirassés en mer du Nord. Au final, la politique menée par l’amiral Fisher à la tête de l’Amirauté de 1904 à 1910 peut apparaître confuse car ses conceptions furent en partie récusées.

  • 11  Fairbanks (Charles H. Jr.), « The Origins of the Dreadnought Revolution : A Historiographical Essa (...)
  • 12  Ibid., p. 259.

9Charles H. Fairbanks Jr. a mis en évidence les principales implications qui découlent des travaux de Sumida et Lambert 11. Il concentre son attention sur la notion d’inéluctabilité et la dimension téléologique de la thèse défendue par Marder. Il explique que, parce qu’il a été prouvé que Fisher ne souhaitait pas le Dreadnought, sa construction ne représentait pas la rupture avec le passé que l’historien américain avait cru identifier. Il n’existe pas de lien téléologique entre la construction du Dreadnought et une guerre inévitable avec l’Allemagne. En d’autres termes, son lancement ne doit pas d’abord être envisagé dans la perspective d’une course aux armements navals visant à la constitution de flottes homogènes de cuirassés en vue d’une bataille en mer du Nord. Il doit être plutôt considéré comme la résultante d’une évolution des facteurs technologiques et matériels aboutissant à la production d’un bâtiment de premier rang, doté d’une artillerie de gros calibre unique, lourdement cuirassé et rapide. Plus important encore, si on considère que Fisher était un fervent supporter du croiseur de bataille type Invincible mais qu’il n’obtint pas que le programme fut développé selon ses vues, alors, il faut estimer selon les mots de Fairbanks que, contrairement à ce qu’avait analysé A. Marder et ses nombreux disciples : « Il n’y eut pas de révolution du Dreadnought: il y eut une révolution avortée de l’Invincible. » 12 Parce que ce programme avait été développé pour répondre à la préoccupation de Fisher vis-à-vis de la menace que faisait peser l’alliance franco-russe sur les lignes de communication impériales de la Grande-Bretagne, il faut conclure que sa stratégie antifrançaise a avorté, sa politique de construction de croiseurs de bataille n’ayant pas été adoptée au profit du développement de la mise sur cale de cuirassés.

  • 13  Ibid, p. 269-271.

10L’ampleur des craintes de la France quant aux conceptions britanniques lors la période précédant immédiatement la guerre de 1914 est un problème pointé par Fairbanks. Son point de vue, solidement argumenté, est que la coopération entre les deux pays pendant la Première Guerre mondiale occulte le problème de la rivalité franco-anglaise dans la décennie précédent le début du conflit, parce que les historiens sont influencés par le déroulement de la Grande Guerre sur mer. Fairbanks estime lui aussi que la conception selon laquelle la guerre sur mer était dirigée inévitablement vers la rencontre entre des flottes de haut bord regroupées en mer du Nord ne correspond pas à l’état d’esprit de Fisher. Le First Sea Lord demeurait encore préoccupé par la menace franco-russe. En résumé, la voie suivie par Fisher de 1904 à 1910 que ce soit en termes de politique de construction navale, de choix technologiques et de concepts stratégiques, était largement due à l’héritage de la longue rivalité avec la France, à l’influence de la politique française de construction navale, à la stratégie de la Jeune École ou encore à la crainte bien réelle face aux capacités mondiales de la France (et de son allié russe) sur mer et sur terre 13.

11À travers le nouveau regard porté sur l’action décisive de Fisher par les historiens anglo-saxons, c’est donc toute la vision traditionnelle des motivations qui ont présidé à la politique navale et impériale britannique qui doit être reconsidérée. La mise au point de nouveaux navires de guerre, le redéploiement des flottes et la réforme des bâtiments obsolètes étaient d’abord justifiés par des contraintes financières et politiques ; et le soi-disant retrait de l’Empire doit être replacé dans un contexte plus large que les seules considérations stratégiques. La conception des rapports navals franco-britanniques par l’amiral Fisher s’insère, en fait, dans le cadre plus général de sa vision de la politique extérieure de Londres et du rôle mondial joué par la Royal Navy dans la défense de ses intérêts.

Fisher, la Royal Navy et la défense de l’Empire

  • 14 Lettre à Reginald McKenna, cité par Arthur J. Marder(ed), Fear God and Dread Nought, vol. 1, (désor (...)
  • 15  Lettre à 1st Earl Cromer, 9 février 1902, Fisher Papers, (désormais FP) 87, FISR1/3, Archives du C (...)

12Une préoccupation a dominé toute la carrière de l’amiral Sir John Fisher : maintenir la primauté de la Royal Navy. À l’instar de la plupart de ses contemporains, l’officier général estimait que l’Empire et la domination commerciale, les deux socles de la puissance britannique, reposaient sur la domination de la marine militaire. Selon son expression : “The British Empire floats on theBritish Navy.” 14Tous ses efforts étaient sous-tendus par cette conviction centrale. De ce principe directeur découlait son attitude envers les autres États. Elle fluctuait en fonction de la façon dont les autres nations étaient susceptibles d’influer sur la puissance de la Royal Navy et la position géostratégique de l’Empire. Pour Fisher, l’action de la marine britannique n’avait pas à être entravée par des obligations ou des restrictions souscrites envers d’autres États ou dictées par le droit international : « Étant une nation maritime, notre intérêt est de préserver la liberté d’action la plus grande possible partout où un navire peut naviguer. » 15

  • 16  Lambert (Nicholas), “Economy or Empire? The fleet unit concept and the quest for collective securi (...)

13Le First Sea Lord n’a donc jamais abandonné la posture globale de la Royal Navy. À partir de 1909 – quand la crainte du programme de constructions navales allemand s’accrut et que des crises internationales à répétition éclatèrent – Fisher mit ainsi sur pied un programme ambitieux afin de créer des escadres regroupant des unités des dominions et de la Royal Navy dans le cadre d’un projet visant à créer une véritable Pacific Fleet. Motivée par une volonté de rationalisation des ressources budgétaires et humaines, l’idée était de créer des forces comprenant chacune un croiseur de bataille, trois croiseurs légers, six destroyers et trois sous-marins. Elles auraient été basées à Vancouver, Sydney, Singapour et Hong-Kong (les deux dernières étant composées exclusivement d’unités de la Royal Navy). Le principe de ces escadres était similaire à celui des corps d’arméesinstitués par Napoléon : elles devaient constituer des flottes miniatures puissantes, indépendantes et capables de se concentrer rapidement en cas de besoin. Finalement, le projet échoua après que Fisher eut quitté son poste mais cela ne retire rien au fait que le First Sea Lord se préoccupait de la défense de l’Empire au-delà des seuls enjeux européens. Pour l’essentiel, il comptait utiliser les technologies modernes, par exemple, la TSF, la propulsion par turbine et au mazout, etc. afin que la Royal Navy demeure une marine à vocation mondiale puissante, capable de se déployer rapidement partout et de surclasser tout adversaire 16.

  • 17  Ibid., p. 9.

14Dans le cas de l’alliance anglo-japonaise de 1902 – à laquelle Fisher s’opposait malgré ses avantages –, l’Amirauté estimait que les deux parties avaient contracté l’alliance en fonction de leurs propres intérêts et non par sentiment. De plus, on considérait que l’alliance japonaise devrait être abandonnée tôt ou tard afin d’apaiser les États-Unis 17. Il existait en effet, à cette époque, un contentieux entre les États-Unis et la Grande-Bretagne. S’il fut pour partie résolu, l’antagonisme n’a jamais complètement disparu. Cependant, au début du XXe siècle, tant pour le gouvernement qu’au sein de la population britannique, les États-Unis n’étaient pas juste une puissance parmi d’autres mais, un pays avec lequel la Grande-Bretagne devait se comporter de façon différente. L’attitude de Fisher envers les États-Unis est représentative de cet état d’esprit entre rivalité, prise de conscience de la puissance américaine et solidarité anglo-saxonne.

  • 18  Lettre à Earl Rosebury, 10 mai 1901, FGDN, vol. 1, p. 188-191.
  • 19  Le prince Louis de Battenberg commande alors le HMS Implacable au sein de la Mediterranean Fleet. (...)
  • 20  Étaient également envisagés des plans de guerre contre la France (l’option jugée la plus probable) (...)
  • 21  War Plan W4, 8 décembre 1908, The National Archives Kew (désormais TNA), ADM116/1043B (1).
  • 22  DTSF, vol. 1, p. 184.
  • 23  Lettre à Yionel Yexley, 8 décembre 1910, FGDN, vol. 1, p. 342-344.
  • 24  Le traité fut renégocié en 1905 pour courir jusqu’en 1915.
  • 25  The Building Programme of the British Navy, février 1906, p. 11, TNA, ADM1/7933.
  • 26  DTSF, vol. 1, p. 183.

15De 1901 à 1908, Fisher envisagea une guerre avec les États-Unis. En 1901, il proclama : « Les Yankees sont morts contre nous. » 18 En 1902, il envoya des plans de guerre au capitaine de vaisseau Louis de Battenberg 19 exposant comment mener une guerre contre Washington 20. En 1908, encore, il espérait que les États-Unis rejoindraient l’Allemagne afin que la Royal Navy puisse détruire leurs deux flottes 21. Cependant, la même année, il rejeta toute possibilité de guerre avec la République américaine 22 et, à partir de 1910, il était si séduit par les États-Unis qu’il appelait de ses vœux : « Une formidable fédération des peuples anglophones ! » 23 Cette évolution était provoquée par sa reconnaissance de la puissance immense des États-Unis, sa conviction que la Grande-Bretagne serait incapable de défendre le Canada et, enfin, sa certitude qu’une guerre contre Washington serait un désastre pour Londres. Cette évolution ne résultait pas d’un « rapprochement » [en français dans le texte, NDT] mais de l’appréciation objective d’une réalité politique et militaire. Sur le plan militaire, le gouvernement britannique et l’Amirauté rejetaient toute perspective de conflit avec les États-Unis en raison de la faiblesse relative du pays face à cet ennemi. L’US Navy était devenue la troisième marine mondiale. Impossible dans ces conditions de prendre l’avantage sur elle dans les eaux nord-américaines et les officiers de marine anglais étaient convaincus qu’il était vain d’essayer de rivaliser contre les États-Unis en matière d’effort de construction navale, d’autant plus que le pays était engagé dans une course aux armements avec l’Allemagne. Le Canada ne pouvait être défendu et était une source d’extrême vulnérabilité. De plus, en raison de la probabilité d’une confrontation entre les États-Unis et le Japon, l’Empire nippon devrait être abandonné à son sort malgré l’alliance défensive conclue en 1902 24. L’Amirauté, comme dans le cas de l’Entente cordiale, s’en tenait à la realpolitik. En 1907, seulement deux ans après le renouvellement de l’accord avec Tokyo, l’Amirauté estimait qu’il était très improbable qu’il soit renouvelé après 1915 en raison de l’antagonisme grandissant entre le Japon et les États-Unis alimenté par le choc de leur expansion dans le Pacifique et en Extrême-Orient : si la Grande-Bretagne était contrainte de choisir entre les deux, on estimait que « le peuple britannique jetterait probablement l’alliance par-dessus bord » 25. Cette conviction ne reposait pas que sur des considérations géostratégiques. À cette époque, le concept de solidarité raciale importait et le magazine populaire Review of Reviews entendait exprimer l’état d’esprit de la population anglaise en proclamant : « Nous n’allons pas combattre les États-Unis par égard pour vingt Japonais… Nous n’allons pas être entraînés dans une guerre civile avec nos parents et amis aux États-Unis. » 26

  • 27  Lettre à Gerard Fiennes, 9 mars 1911, FGDN, vol. 2, p. 362.

16Dans l’optique de Fisher, l’alliance avec le Japon était sans valeur, sauf à vouloir vaincre les États-Unis. Or, l’amiral estimait que : « (...) la plus grande préoccupation dans ma vie en ce moment est l’union anglo-américaine, et j’y travaille dur... L’alliance japonaise est aussi importante que le Home Rule avec l’Irlande ou les accords de réciprocité entre le Canada et les États-Unis. C’est tout à fait vrai si on la considère pour elle-même. Ce n’est pas le cas à partir du moment où il convient d’éviter tout conflit avec Washington. » 27 La politique menée par Fisher était, par conséquent, loin de se réduire à un retrait sur les querelles de clocher autour de la péninsule européenne. Il voulait une marine à vocation mondiale apte à affronter toute menace, que ce soit en Europe ou outre-mer. Dans ces conditions, la conclusion de l’Entente s’inscrivait dans le cadre des plans de Fisher destinés à maintenir, dans la durée, une suprématie maritime globale au service d’intérêts mondiaux tout en rationalisant au mieux des budgets navals contraints.

La Royal Navy, l’Entente cordiale et l’Allemagne

  • 28  Lettre à James Thursfield, novembre 1901, FGDN, vol. 1, p. 194.

17En novembre 1901, Fisher écrivait à son ami James Thrusfield : « Personnellement, j’ai toujours été un avocat enthousiaste de l’amitié et de l’alliance avec la France. Ils n’ont jamais et ne voudront jamais intercepter notre commerce. Ce n’est pas leur ligne politique et nous n’avons en réalité pas de heurts quant à nos intérêts vitaux… Les Allemands sont nos ennemis naturels partout ! Nous devons nous unir avec la France et la Russie. » 28 Des déclarations comme celle-ci ont conduit les historiens à considérer que Fisher était convaincu, à l’instar de ses contemporains, de l’inévitabilité de la Première Guerre mondiale. De plus, étant donné que l’Entente était motivée par la volonté de liquider le contentieux colonial entre la France et la Grande-Bretagne, il a pu apparaître logique que Fisher ait réellement appelé de ses vœux le rapprochement entre les deux pays, qu’il évoquait dans cette lettre deux ans et demi avant les accords d’avril 1904. Cependant, cela n’est pas le cas.

  • 29  Lambert (Nicholas L.), Naval revolution…, p. 9
  • 30  À l’été 1905, la Russie est affaiblie par les revers subis face au Japon en Extrême-Orient et Nico (...)

18Bien sûr, cela n’aurait aucun sens de prétendre que la menace allemande sur mer ne représentait pas un sujet de préoccupation majeure plus on avançait dans les années 1900. En outre, Fisher considérait effectivement que la guerre avec l’Allemagne était inévitable. Néanmoins, la Hoch See Floote ne constituait pas à ses yeux une réelle menace, même après 1907, et il restait convaincu de la capacité de la Royal Navy à surclasser la flotte allemande si elle devait se risquer à affronter la marine britannique 29. Ce que Fisher craignait en fait était la possibilité d’une alliance entre l’Allemagne et une autre puissance telle que la Russie. Une éventualité qui manqua de se matérialiser à l’été 1905 avant que la Russie ne fît avorter le traité de Björko à l’automne 30. Après la défaite de la Russie face au Japon la même année, l’amiral estimait aussi que la France était faible et se sentait désarmée vis-à-vis de Berlin. Pour lui, l’Entente avait rendu la France dépendante de la Grande-Bretagne et avait apporté à cette dernière un précieux contrepoids face à l’Allemagne. Il concevait l’Entente comme une exploitation de la faiblesse française (temporaire à ses yeux), au mieux des intérêts britanniques. À l’inverse de ce que pensaient le roi Édouard VII et certains hommes politiques libéraux, l’Entente était d’abord pour Fisher et nombre d’amiraux britanniques une affaire de circonstances, une opportunité qui devait être saisie et abandonnée si nécessaire, un arrangement qui s’insérait dans une politique à vocation mondiale.

  • 31  Mc Kay (Ruddock F.), « The Admiralty, The German navy and the redistribution of the British Fleet, (...)
  • 32  Captaine Louis Battenberg, Memorandum (Redistribution of the Fleet in Commission), 12 novembre 190 (...)
  • 33  Report of Navy Estimates Committee, Fisher Papers [désormais FP], Churchill College [désormais CC] (...)
  • 34 Admiralty Policy, octobre 1906, CC FP 4720, FISR 8/9.
  • 35  Lettre au capitaine C. L. Ottley, directeur du renseignement naval, Memorandum novembre 1905, CC F (...)

19Marder estimait que le « retrait » de l’Empire était une mesure dirigée contre l’Allemagne mais de nombreux documents indiquent que la redistribution des forces orchestrée en 1905-1906 était en fait au départ antifrançaise avec, ensuite seulement, une évolution par étapes vers davantage de flexibilité permettant au final d’affronter soit la France, soit l’Allemagne 31. Dans le cadre des réformes impulsées par Fisher, la Channel Fleet fut basée à Douvres, la Mediterranean Fleet à Malte, la nouvelle Atlantic Fleet à Gibraltar pour pouvoir immédiatement supporter la Mediterranean Fleet 32. Un an plus tard, en novembre 1905, l’Amirauté considérait encore l’alliance franco-russe comme une menace plus grande que celle représentée par l’Allemagne 33. Ce fut seulement à partir de novembre 1906 que l’Amirauté commença à prendre davantage en compte la menace allemande. Cependant, la réunion des moyens pour y faire face ne fut pas réalisée au détriment des engagements de la Royal Navy à travers le monde 34. Le redéploiement des grandes unités dans les eaux européennes reflétait le fait que l’Europe était le cœur de la puissance politique mondiale. C’était en Europe que la Royal Navy était traditionnellement utilisée pour faire pression afin d’atteindre des buts politiques, la crise de Fachoda en 1898 avec la France en était un parfait exemple. Dans cette perspective, l’Amirauté notait en octobre 1906 à propos des navires de la station de Chine : « Le maintien d’une grande flotte britannique dans les mers de Chine est semble-t-il du point de vue d’une guerre possible avec la France, l’Allemagne ou les États-Unis, un complet gaspillage de puissance. Alors que les grandes unités britanniques déployées actuellement en Chine seraient d’une valeur inestimable au déclenchement d’une guerre contre la France, l’Allemagne ou les États-Unis si elles étaient stationnées dans les eaux européennes au lieu d’être déployées à l’autre bout du monde. » 35

  • 36  Lettre de Fisher au Premier ministre A. J. Balfour, 22 avril 1905, CC FP 153, FISR 1/4.
  • 37  Report of Navy Estimates Committee, 16 novembre 1905, p. 19, CC FP 4709 FISR 8/6.
  • 38  C. L. Ottley, Memorandum, 26 avril 1906, TNA ADM 1/7867.
  • 39  The Home Fleet, décembre 1906, p.18, CCFP 4722FISR8/10.
  • 40  Ship Design, 19décembre1904, p.38, CC FP4218 FISR5/11.

20La référence à l’éventualité d’une guerre avec la France presque deux ans après la conclusion de l’Entente ne devait pas être minorée. En 1905, Fisher envisageait en effet sérieusement cette possibilité en raison de l’aide récente apportée dans la baie de Cam Ranh à l’escadre russe en route vers la mer de Corée 36. De même, le redéploiement des cuirassés ne devait être considéré comme immuable. Comme l’affirmait un rapport de l’Amirauté de 1905, « la répartition des navires de Sa Majesté en temps de paix dépend des relations diplomatiques avec les puissances » 37. À partir de 1906, le développement de la marine allemande devint une préoccupation croissante, entraînant le renforcement de la Home Fleet et le retrait de forces affectées en Méditerranée. Ces mouvements n’étaient cependant pas irrévocables et étaient basés sur l’analyse qu’« aussi longtemps que nos bonnes relations avec la France et l’Italie perdurent, il est peu probable que notre position navale soit contestée en Méditerranée » 38. Là résidait tout l’intérêt de la puissance navale qui permettait, en fonction des besoins, un redéploiement rapide des navires vers de nouvelles affectations. Les mouvements opérés pour renforcer le dispositif en mer du Nord étaient, par conséquent, moins gravés dans le marbre que ce qui avait été dit. Ce qui primait pour l’Amirauté, c’était d’abord la flexibilité afin d’être capable de contrer toute menace, partout et en toutes circonstances. Un élément crucial de la stratégie de Fisher était la Home Fleet créée en 1906 et qui pouvait, en tant que de besoin, être renforcée par étapes de telle sorte qu’à partir de 1908 « toutes les causes d’anxiété seront écartées dans le cas où une crise devait survenir dès lors que la Channel Fleet et l’Atlantic Fleet sont en mer ou en manœuvres dans l’Atlantique » 39. Cette politique axée autour du principe de flexibilité était en fait la base du soi-disant « retrait » de l’Empire. Pour justifier de déployer les navires de guerre dans les eaux métropolitaines, plutôt que de continuer de les maintenir de façon permanente dans des stations lointaines, on faisait remarquer que « la télégraphie a rendu inutile d’y affecter des bâtiments de façon permanente car un appel par TSF de l’amiral commandant la station permettra toujours d’y dépêcher à grande vitesse des navires de combat quand la situation l’exigera » 40.

  • 41  The Strategic Aspect of Our Building Program, 16novembre1905, p.10, CCFP4709, FISR8/6.
  • 42  The Building Programme of the British Navy, p.8, février1906, TNA ADM1/7933.

21Le fait que l’Amirauté n’envisageait pas la situation internationale comme figée fut également déterminant. En effet, elle n’avait pas confiance dans la pérennité de l’Entente cordiale, en partie parce que sa politique devait se baser sur une vision à long terme. Par exemple, la décision de construire un type de bâtiment était le fruit d’un certain nombre de facteurs tels que la technologie disponible, l’état des finances, la politique de construction navale des rivaux et les tendances présentes et futures de la situation politique intérieure et des relations internationales 41. La vérité était que l’Amirauté anticipait un retour de la menace franco-russe une fois que la flotte russe aurait rétabli sa situation après la débâcle de Tsushima. En réalité, elle rejetait complètement les appels publics en faveur d’une réévaluation des menaces pesant sur la Grande-Bretagne suite à la conclusion de l’Entente cordiale. Dans un document classifié « Très secret » rédigé au printemps 1906, l’Amirauté envisageait l’hypothèse suivante : la défaite russe face au Japon n’avait que « bénéficié temporairement » à la Royal Navy ; la France, en réaction à la défaite de son allié avait, tout naturellement, commencé à développer sa marine. En effet, depuis 1904, l’année de l’Entente, le nouveau Two Power Standard sur lequel la Royal Navy fixait sa puissance visait la France et l’Allemagne. Concernant l’Entente cordiale, l’Amirauté défendait l’idée que : « Les membres du Conseil de l’Amirauté [Board of Admiralty], en tant que conseillers navals du gouvernement, ne peuvent baser leurs plans sur les sables mouvants d’une quelconque relation bilatérale temporaire et officieuse.  Aussi grande soit la valeur que nous puissions accorder à l’Entente cordiale, nous ne pouvons pas nous souvenir que des tentatives similaires pour rapprocher des peuples dont les intérêts n’ont pas toujours été identiques au cours des siècles n’ont pas jusqu’à maintenant toujours été un succès, comme l’histoire le démontre. Du point de vue des sentiments, on peut accueillir l’Entente comme un rayon de soleil sur un horizon européen loin d’être serein mais, la prudence doit conduire à refuser fermement de la considérer comme une raison de réduire les budgets à prévoir. L’Entente peut disparaître – les navires de guerre demeurent la plus sûre garantie que ce pays peut apporter au maintien de la paix  mondiale. » 42

  • 43  Lettre d’Edward Grey à Lord Tweedmouth, 16janvier1906, papiers d’Edward Grey (Admiralty), TNAFO800 (...)
  • 44  The Building Programme of the British Navy, p.37, février1906, TNAADM1/7933.

22Bien que le gouvernement britannique ait ordonné à Fisher de discuter avec l’attaché naval français de l’aide à apporter à la France, ce qu’il fit jusqu’à un certain point, l’amiral s’assura qu’aucune promesse n’avait été faite 43. Cette réticence à s’engager envers la France tenait en partie à ce que l’Entente n’était pas une alliance formelle. Le point de vue de l’Amirauté était le suivant : « Ceux à qui le pays a confié la responsabilité de prévoir des forces navales suffisantes trahiraient cette grande et solennelle confiance s’ils se fiaient, pour assurer la sécurité future de l’Empire, à rien d’autre d’aussi instable qu’une relation bilatérale alors qu’elle n’a pas été régularisée ou consacrée par un traité définitif d’alliance. » 44 Cependant, même s’il y avait eu une alliance formelle, cela n’aurait pas nécessairement assuré l’acceptation pleine et entière de l’Amirauté.

  • 45  The Home Fleet, décembre1906, p.1-2, CCFP 4722, FISR8/10.
  • 46  Lettre à Reginald McKenna, FGDN, vol.2, p.380-381.
  • 47  Lettre à J. A. Spender, 25 octobre 1911, FGDN, vol. 2, p. 397-399.

23Aux yeux de l’Amirauté, cela signifiait que, même si l’Entente cordiale devait être formalisée en une alliance, elle ne devait pas être maintenue si les circonstances changeaient. Ce point de vue perdurait car de nouveau la Royal Navy était convaincue que la France se « cachait » dans l’Entente après la défaite russe en Extrême-Orient. Quel que fût l’angle par lequel l’Amirauté envisageait la situation, il ne faisait pas de doute que la France s’était liée à la Grande-Bretagne uniquement « sous l’emprise de l’instinct de conservation, parce que seule la flotte britannique peut garder loin de Paris l’armée allemande » 45. Sa réticence provenait enfin des dissensions au sein de l’establishment militaire britannique. Fisher qui, on l’a dit, avait été était missionné pour réduire les dépenses, était conscient qu’un engagement en faveur de la France devrait probablement exiger l’envoi d’un corps expéditionnaire pour combattre aux côtés de l’armée française. Or, il était absolument inflexible sur le fait que l’armée britannique ne devait pas être déployée en France pour combattre aux côtés de son homologue 46. En fait, il condamnait de tels plans focalisés sur l’hostilité de l’Allemagne envers la Grande-Bretagne 47. Sa crainte était que cette perspective ne conduisît les hommes politiques britanniques à réattribuer les fonds déjà limités de la marine à l’armée de Terre. Cette dernière crainte s’explique si l’on prend en considération l’effet potentiel de son choix en faveur d’une défense par les flottilles sur le statut géopolitique de la Grande-Bretagne et la répartition des budgets militaires.

24L’attitude de Fisher et de l’Amirauté envers l’Entente cordiale peut, en effet, être mieux comprise si l’on envisage l’articulation entre la mission métropolitaine de la Royal Navy et sa mission impériale. La marine britannique considérait que sa mission première était la défense du pays contre une invasion. En dehors de cette tâche prioritaire, son rôle était de défendre l’Empire en maintenant les communications entre ses différentes parties tout en protégeant dans le même temps le commerce avec elles. L’Empire et la marine étaient inextricablement liés et bénéficiaient chacun de l’existence de l’autre. L’Empire ne pouvait pas exister sans la marine et vice versa, au regard de l’ampleur considérable des ressources qui lui étaient consacrées. Cette donnée représente la faille fondamentale de la thèse de Marder. En réalité, Fisher ne pouvait superviser un retrait de l’Empire car cela aurait été un suicide pour la marine et la pérennité de son format n’aurait pu être plus longtemps justifiée, tout particulièrement dans le contexte de restrictions financières d’alors.

25Il a en effet été montré plus haut que les instructions de Fisher étaient de réduire le coût du maintien de la suprématie navale britannique. Avec l’option de la défense par les flottilles, l’amiral était convaincu qu’il avait trouvé la solution pour assurer à moindre frais son premier pilier, c’est-à-dire la défense contre l’invasion. À partir de ce préalable seulement, le reste des ressources de la marine britannique pouvait être dévolu au maintien de la suprématie dans le monde. Avant de revenir sur cette dernière assertion, il est important de préciser la signification de la défense par les flottilles quant aux relations de la Grande-Bretagne avec les puissances européennes. Dans la configuration traditionnelle, il était toujours possible pour un ennemi continental de battre la Royal Navy et de se ménager la possibilité d’envahir la Grande-Bretagne. Mais, étant donné la supériorité structurelle de ses escadres, cela ne s’était jamais produit à l’époque contemporaine. Cela avait signifié que l’implication britannique dans des « aventures » européennes comportait un risque qui restait faible. La défense du sanctuaire métropolitain par les flottilles avait changé cette donnée fondamentale. Fisher basait cette défense sur sa croyance dans l’invulnérabilité du sous-marin. Cela impliquait à ses yeux que jamais aucun ennemi ne pourrait réussir à envahir la Grande-Bretagne. Cette donnée modifiait les relations du pays avec ses voisins. Quand Fisher évoquait le « Splendid Isolation ! », c’est précisément ce vers quoi il tendait au sens propre via sa défense par les flottilles. Ainsi garantie, l’inviolabilité des îles britanniques signifiait que la Grande-Bretagne pouvait et devait rester à l’écart d’engagements européens comme l’Entente.

  • 48  Lettre du 25 octobre 1911, FGDN, vol. 2, p. 398.

26Aussi tardivement qu’en 1911, alors que la menace navale allemande était désormais avérée notamment suite à la crise d’Agadir, qui avait démontré la pérennité du rapprochement franco-britannique, Fisher exprimait sans fard le fond de sa pensée quant à l’Entente cordiale dans une lettre à son ami et confident, le journaliste John Spender : « Cela peut vous surprendre, mon cher ami, mais dès 1886 quand je suis allé pour la première fois à l’Amirauté, j’étais un avocat pur et dur de l’amitié avec l’Allemagne, et je suis à mort contre l’Entente avec la France (en réalité, ce n’est pas une alliance). Si mon humble conseil avait été suivi en 1886, je ne crois pas qu’il n’y aurait jamais eu une marine allemande. » 48

  • 49  Lettre à Balfour, 5 janvier 1904, papiers d’Arthur Balfour, British Library (désormais), AddMSS 49 (...)
  • 50  Lettre à Ottley, 4 novembre 1911, FGDN, vol. 2, p. 410-411.
  • 51  Lettre à Churchill, 5 mars 1912, CC FP 558, FISR 1/11.

27Défense du sanctuaire métropolitain par les flottilles et engagements impériaux de la Grande-Bretagne se conjuguaient en Méditerranée. Fisher considérait depuis longtemps que cette mer était impropre à l’utilisation de cuirassés. En 1904, il avait écrit au Premier ministre Arthur Balfour, « (...) dans les années à venir, aucune flotte ne sera en mesure de demeurer en Méditerranée ou dans la Manche » 49 en raison de la menace représentée par les torpilleurs et les sous-marins. Afin de soulager la Royal Navy de la charge de la défense de la Méditerranée, un théâtre aussi stratégique que mortel selon lui, Fisher appuyait l’idée d’utiliser la marine française dans le cadre de l’Entente. En 1911, par exemple, il écrivit dans ce sens au contre-amiral Sir Charles Ottley en expliquant que les Français devraient assumer davantage la charge de la défense de la Méditerranée : « Si vous défendez tout, vous ne défendez rien ! Et quel est l’intérêt de l’Entente avec la France si vous ne l’utilisez pas ? »50 L’année suivante, quand Winston Chruchill, le nouveau First Lord of the Admiralty (ministre de la Marine), expliquait que la Royal Navy devait se retirer de la Méditerranée, beaucoup au sein du cabinet britannique plaidaient en faveur d’un accord avec la France pour qu’elle assume cette responsabilité. Fisher se fit même plus direct auprès de son ministre : « Notre nouveau schéma de répartition de la flotte est admirable. Pourquoi diable allons-nous risquer notre existence pour la France si nous n’en obtenons aucun retour ? Laissons les Français prendre en charge la Méditerranée, et, en un clin d’œil, ils se rendront maîtres de ce lac en le truffant de sous-marins. Nous sommes très bien en dehors de cette mer. » 51 Étant donné la répugnance de Fisher envers l’Entente, cette position n’est guère surprenante. Ce qu’elle révèle par-dessus tout, c’est que, aux yeux du First Sea Lord, Londres ne devait s’engager dans l’Entente que si cet accord apportait quelque chose d’utile à la Royal Navy et à la Grande-Bretagne.

28Pour l’amiral Fisher, l’Entente avec la France représentait en fait une complication dont il ne voulait pas. Sa mission était de maintenir la suprématie navale globale de la Grande-Bretagne dans une époque marquée par les difficultés financières. Il chercha à atteindre ce but en utilisant les atouts technologiques et industriels de la construction navale britannique en jouant de l’introduction accélérée des innovations et de la mise en œuvre de nouveaux concepts stratégiques. L’Entente n’a jamais été le point de départ d’un retrait de l’Empire au profit d’une orientation européo-centrée en vue de se concentrer face à la seule menace navale allemande. Même au sommet de l’effort naval de Berlin, Fisher a toujours cru que la Hoch See Flotte était trop faible pour sérieusement contester la suprématie de la Royal Navy. Il était certain que la défense par les flottilles procurait un moyen à faible coût pour dissuader tout ennemi européen d’essayer d’envahir la Grande-Bretagne. Ce problème fondamental résolu, il chercha à développer un nouveau système de « forces de réaction rapide » qui pourraient être rapidement déployées outre-mer, en cas de crise régionale, grâce à la TSF. Pour l’amiral, cette configuration devait permettre à la Royal Navy de continuer à juguler la menace outre-mer d’une future alliance franco-russe (ou toute autre combinaison continentale) qu’il persistait à vouloir anticiper. Dans ces conditions, bien que l’historiographie ait traditionnellement accordé beaucoup d’attention à l’Entente cordiale, celle-ci ne devrait pas être considérée comme une rupture de la politique britannique aux yeux de Fisher et de l’Amirauté. La réalité était que la Royal Navy et l’Empire, étant interdépendants, devaient se supporter mutuellement. La marine était conçue par les responsables de la flotte comme une force avec des missions mondiales, tant en Europe qu’outre-mer. Pour eux, aucune ne devait être abandonnée au profit des autres. Dès lors, il est erroné d’assurer que la réorganisation de la flotte en 1905 revenait à délaisser l’Empire afin de supporter l’Entente dans sa confrontation contre l’Allemagne. L’Entente était selon Fisher et nombre de ses pairs, un engagement politique dangereux qui était mauvais pour la Grande-Bretagne, parce qu’il impliquait le pays dans les conflits entre les pays du continent. S’il fallait malgré tout s’en accommoder, alors ce devait être au bénéfice de la Grande-Bretagne et à la charge de la France.

Haut de page

Notes

1  Motte (Martin), Une éducation géostratégique. La pensée navale française de 1870 à 1914, Paris, Économica, coll. « Bibliothèque stratégique », 2004, 817 pages. Masson (Philippe), La puissance maritime et navale au XXe siècle, Paris, Perrin, coll. « Pour l’histoire », 2002, 407pages.

2  Voir en particulier : FromThe Dreadnought To Scapa Flow: The Royal Navy in the Fisher Era, 1914-1919. (désormais DTSF), vol. 1.The Road to war, 1904-1914, Londres-New York-Toronto, Oxford University Press, 1961, 458pages.

3  Lancé en1906, le Dreadnought surclasse d’un seul coup tous les cuirassés en service qualifiés désormais de pré Dreadnought. Grâce à ses dix canons de 305mm en cinq tourelles doubles et à sa conduite de tir centralisée, le All Big Gun Ship est plus puissant et peu engager le combat à distance. Premier grand navire de combat doté de turbines, il est également plus rapide que tous ses rivaux avec 21nœuds.

4  Martin (Christopher), The Concept of Mutual Sea Denial and Commerce Warfare, 1904-1914, PhD, M. Hugues (dir.), université de Salford, 2005 et « The Royal Navy and the Limits of Eurocentricity, 1904-1912 » in J. Keiger et P. Venier(dir.), Refocusing on Europe? International Relations from the Entente Cordiale to the Outbreak of the First World War, 1904-1914, Londres, Frank Cass, 2007.

5 Sumida (John T.), In Defence of Naval Supremacy: Finance, Technology and Naval Policy, 1889-1915, Londres, Routledge, 1993, 377 pages.

6  Sumida (John T.), “Geography, Technology and British Naval Strategy in the Dreadnought Era”, The Naval War College Review, vol.59, no 3, été 2006, p.89-102.

7  Lambert (Nicholas S.), “ Transformation and Technology in the Fisher Era. The Impact of Communications Revolution ”, Journal of Strategic Studies, vol. 27, no 2, juin 2004, p. 272-297.

8  Sur la place importante des cuirassés dans l’expression de l’identité nationale britannique au début du XXe siècle, voir : Rüger (Jan), The Great Naval Game. Britain and Germany in the Age of Empire, Cambridge, Cambridge University Press, coll. “Studies in the Social and Cultural history of Modern Warfare ”, 2007, 337 pages.

9  Lambert (Nicholas S.), Naval Revolution…, p.108.

10  Brown (David K.), The Grand Fleet: Warships Design and Development, 1906-1922, Londres, Chatham Publishing, 2003, p.60-61.

11  Fairbanks (Charles H. Jr.), « The Origins of the Dreadnought Revolution : A Historiographical Essay », The International History Review, vol. 13, no 2, mai 1991, p. 221-240.

12  Ibid., p. 259.

13  Ibid, p. 269-271.

14 Lettre à Reginald McKenna, cité par Arthur J. Marder(ed), Fear God and Dread Nought, vol. 1, (désormais FGDN), London, Jonathan Cape, 1959, p. 433-434.

15  Lettre à 1st Earl Cromer, 9 février 1902, Fisher Papers, (désormais FP) 87, FISR1/3, Archives du Churchill College Cambridge (désormais CC).

16  Lambert (Nicholas), “Economy or Empire? The fleet unit concept and the quest for collective security in the Pacific, 1909-14”, in K. Neilson et G. Kennedy (dir.), Far Flung Lines: Studies in Imperial Defence: Essays in Honour of Donald Mackenzie Shurman, Londres, Frank Cass, 1996, p. 55-83.

17  Ibid., p. 9.

18  Lettre à Earl Rosebury, 10 mai 1901, FGDN, vol. 1, p. 188-191.

19  Le prince Louis de Battenberg commande alors le HMS Implacable au sein de la Mediterranean Fleet. Devenu First Sea Lord, il doit quitter son poste en 1914 en raison de son ascendance allemande afin de protéger la famille royale britannique. Il est remplacé par l’amiral Fisher.

20  Étaient également envisagés des plans de guerre contre la France (l’option jugée la plus probable) et contre diverses alliances (France et Russie, Triplice, Allemagne et États-Unis, Russie et États-Unis, Japon, Russie et Chine). Lettre à Battenberg, 10 février 1902, FGDN, vol. 1, p. 223-225.

21  War Plan W4, 8 décembre 1908, The National Archives Kew (désormais TNA), ADM116/1043B (1).

22  DTSF, vol. 1, p. 184.

23  Lettre à Yionel Yexley, 8 décembre 1910, FGDN, vol. 1, p. 342-344.

24  Le traité fut renégocié en 1905 pour courir jusqu’en 1915.

25  The Building Programme of the British Navy, février 1906, p. 11, TNA, ADM1/7933.

26  DTSF, vol. 1, p. 183.

27  Lettre à Gerard Fiennes, 9 mars 1911, FGDN, vol. 2, p. 362.

28  Lettre à James Thursfield, novembre 1901, FGDN, vol. 1, p. 194.

29  Lambert (Nicholas L.), Naval revolution…, p. 9

30  À l’été 1905, la Russie est affaiblie par les revers subis face au Japon en Extrême-Orient et Nicolas II accepte de signer avec l’Allemagne un projet d’alliance défensive à forte tonalité antibritannique. Mais l’extrême fragilité des finances russes très dépendantes des prêts français d’une part et, surtout, le refus français de renoncer aux bénéfices de l’Entente cordiale pour s’engager dans une alliance continentale aux côtés de l’Allemagne d’autre part, conduisent le Tsar a dénoncer l’accord en novembre 1905. Girault (R.), Diplomatie européenne. Nations et impérialismes, 1871-1914, Paris, Armand Colin, 1997, p.230 et 233.

31  Mc Kay (Ruddock F.), « The Admiralty, The German navy and the redistribution of the British Fleet, 1904-1905 », The Mariner’s Mirror, août 1970, p. 341-346.

32  Captaine Louis Battenberg, Memorandum (Redistribution of the Fleet in Commission), 12 novembre 1904, TNA ADM 1/7736.

33  Report of Navy Estimates Committee, Fisher Papers [désormais FP], Churchill College [désormais CC], université de Cambridge, CC.FP, FISR 8/6.

34 Admiralty Policy, octobre 1906, CC FP 4720, FISR 8/9.

35  Lettre au capitaine C. L. Ottley, directeur du renseignement naval, Memorandum novembre 1905, CC FP 4745 FISR 8/15.

36  Lettre de Fisher au Premier ministre A. J. Balfour, 22 avril 1905, CC FP 153, FISR 1/4.

37  Report of Navy Estimates Committee, 16 novembre 1905, p. 19, CC FP 4709 FISR 8/6.

38  C. L. Ottley, Memorandum, 26 avril 1906, TNA ADM 1/7867.

39  The Home Fleet, décembre 1906, p.18, CCFP 4722FISR8/10.

40  Ship Design, 19décembre1904, p.38, CC FP4218 FISR5/11.

41  The Strategic Aspect of Our Building Program, 16novembre1905, p.10, CCFP4709, FISR8/6.

42  The Building Programme of the British Navy, p.8, février1906, TNA ADM1/7933.

43  Lettre d’Edward Grey à Lord Tweedmouth, 16janvier1906, papiers d’Edward Grey (Admiralty), TNAFO800/87

44  The Building Programme of the British Navy, p.37, février1906, TNAADM1/7933.

45  The Home Fleet, décembre1906, p.1-2, CCFP 4722, FISR8/10.

46  Lettre à Reginald McKenna, FGDN, vol.2, p.380-381.

47  Lettre à J. A. Spender, 25 octobre 1911, FGDN, vol. 2, p. 397-399.

48  Lettre du 25 octobre 1911, FGDN, vol. 2, p. 398.

49  Lettre à Balfour, 5 janvier 1904, papiers d’Arthur Balfour, British Library (désormais), AddMSS 49710.

50  Lettre à Ottley, 4 novembre 1911, FGDN, vol. 2, p. 410-411.

51  Lettre à Churchill, 5 mars 1912, CC FP 558, FISR 1/11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christopher Martin, « Un nouveau regard sur les mutations de la Royal Navy au début du XXe siècle », Revue historique des armées, 257 | 2009, 44-58.

Référence électronique

Christopher Martin, « Un nouveau regard sur les mutations de la Royal Navy au début du XXe siècle », Revue historique des armées [En ligne], 257 | 2009, mis en ligne le 28 octobre 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/6864

Haut de page

Auteur

Christopher Martin

Maître de conférences en histoire contemporaine, il est directeur adjoint du Center for Security Studies à l’université de Hull (Londres). Docteur en histoire (The Concept of Mutual Sea Denial and Commerce Warfare, 1904-1914, université de Salford, 2005), il a reçu le prix Julian Corbett décerné par l’Institute of Historical Research, en 2005, pour ses travaux sur l’amiral Fisher et la déclaration de Londres.Ses recherches portent sur l’histoire navale britannique et la stratégie à l’époque contemporaine.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org