Navigation – Plan du site
Variations

Une défense sous influence

L’amiral Thierry d’Argenlieu et la dépendance de la France libre à l’égard des alliés dans les territoires français du Pacifique (1940-1942)
Thomas Vaisset
p. 101-121

Résumés

Avant la Seconde Guerre mondiale, les colonies françaises du Pacifique avaient été relativement négligées par les responsables militaires métropolitains. Or, leur ralliement au général de Gaulle à l’été 1940, avec le concours décisif des dominions britanniques, permet à la France libre de bénéficier d’une importante rente géopolitique. Outre leurs richesses minières convoitées par le Japon, le conflit rend la position de ces territoires capitale pour les alliés pour défendre l’ensemble du Pacifique Sud. La question de leur défense possède une dimension politique qui va bien au-delà du problème purement militaire. Il s’agit, en effet, d’y maintenir la pleine souveraineté de la France tout en cédant une attribution éminemment régalienne à des puissances, certes alliées, mais étrangères. Pour affirmer son autorité face aux Anglo-saxons, mais également pour affaiblir les tentations autonomistes, le général de Gaulle y envoie alors de véritables missi dominici dont le plus intransigeant a été l’amiral Thierry d’Argenlieu.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ainsi, en 1940 la Nouvelle-Calédonie a produit 478 000 tonnes de nickel, 51 000 tonnes de chrome a (...)

1Jusque-là perdues dans l’immensité de l’océan, les îles françaises du Pacifique offrent à la France pendant la Seconde Guerre mondiale une « rente géopolitique » sans précédent. Le conflit rend la position de ces territoires capitale pour les alliés. Les Établissements français de l’Océanie (EFO) se situent au milieu du Pacifique sud, à peu près à mi-distance pour un navire se dirigeant de l’Amérique vers l’Australie par le canal de Panama, alors que la Nouvelle-Calédonie, à proximité de la mer de Corail, permet une escale aérienne lors d’un trajet entre l’Amérique et l’Australie. À cette situation favorable s’ajoute leur production minière, stratégique pour les belligérants, à commencer par le Japon qui en est totalement dépourvu 1.

  • 2  COMSOPAC : Commander South Pacific Area & South Pacific Force. Le COMSOPAC est depuis sa création, (...)
  • 3  Cité dans André Beziat, Franklin Roosevelt et la France (1939-1945) : la diplomatie de l’entêtemen (...)
  • 4  Eisenhower (Dwigth D.), Croisade en Europe. Mémoires sur la Deuxième Guerre mondiale, Paris, Rober (...)
  • 5  Aldrich (Robert), France and the South Pacific since 1940, London, Macmillian, 1993, p. 17.

2Les stratèges américains ont été très sensibles aux potentialités offertes par ces îles au cours du conflit puisque l’amiral Ghormley, COMSOPAC 2, a installé son quartier général à Nouméa. Le président Roosevelt reconnaissait d’ailleurs que l’un des points du monde les plus vitaux sur le plan stratégique était la Nouvelle-Calédonie 3. Celle-ci devait permettre, d’après les études menées par le général Eisenhower, d’assurer la sécurité de l’Australie désignée comme base militaire essentielle à l’effort défensif allié dans le Pacifique 4. Les îles françaises ont donc accueilli de très nombreux soldats américains, estimés à près d’un million d’hommes entre 1942 et 1945, ainsi que de multiples bombardiers sur leurs divers terrains d’aviation. Enfin, Nouméa est devenu, au cours de la guerre, le second port du Pacifique après San Francisco 5.

  • 6  Ainsi, aux EFO, entre 1880 et 1945, 52 gouverneurs se sont succédé pour une durée moyenne de séjou (...)
  • 7  Service historique de la Défense, département Marine (désormais SHD/DM), TTC  10, « Extraits des r (...)
  • 8  SHD/DM, 1 BB3 58, message secret n° 406 I/I, du ministre des Colonies au gouverneur de la Nouvelle (...)
  • 9  Lasterle (Philippe), « Les bases et points d’appui coloniaux (1919-1939) : une modernisation trop (...)
  • 10  Ageron (Charles-Robert), « Le mythe impérial » in La puissance en Europe, 1938-1940 sous la direct (...)
  • 11  Castex (amiral Raoul), Théories stratégiques, tome III, Les facteurs externes de la stratégie, Par (...)

3Pourtant, dans l’avant-guerre, la France ne s’était que très rarement intéressée à ces territoires lointains. Dans l’administration, ils étaient considérés comme le « cimetière des gouverneurs » 6. D’un point de vue militaire, à la veille du conflit, ces possessions ne sont défendues que par un seul aviso colonial « perdu dans l’immensité de l’Océanie » 7. Si l’on convient que leur défense n’est pas satisfaisante, il n’en reste pas moins, qu’immanquablement, on sursoit à leur amélioration en raison des contraintes budgétaires 8. Du fait de la configuration de la flotte, le ministère de la Marine a consacré l’essentiel des crédits alloués aux bases non métropolitaines à celles de Méditerranée 9. Quant à la défense des colonies du Pacifique, comme celle de toutes les autres, elle est négligée par l’État-Major général des Colonies trop préoccupé du sort de l’Indochine 10. Les bases de l’Océanie sont en outre jugées très sévèrement par les stratèges français. Ainsi, dans ses Théories stratégiques, l’amiral Castex rappelle qu’elles sont dépourvues des trois valeurs essentielles à une base stratégique (la situation géographique, l’autonomie défensive et les possibilités de ravitaillement) et que la position française y est des plus médiocres. Il conclut sur la nécessité de les échanger avec un territoire en Afrique-Occidentale, de préférence la Sierra Leone 11.

4L’armistice signé le 22 juin 1940 bouleverse la situation avant même l’entrée en guerre du Japon. Refusant d’abandonner le combat, les colonies françaises du Pacifique font défection et s’offrent à la France libre. C’est donc au général de Gaulle qu’incombe la charge de les défendre face aux menaces qui en font un enjeu majeur de la guerre du Pacifique, puis de faire fructifier la « rente de situation » qui attire les alliés. Ce qui se joue alors avec la défense de la Nouvelle-Calédonie et des EFO possède une dimension politique qui va bien au-delà du problème purement militaire. Il s’agit, en effet, d’y maintenir la pleine souveraineté de la France tout en cédant une attribution éminemment régalienne à des puissances, certes alliées, mais étrangères. Pour affirmer son autorité face aux Anglo-Saxons, mais également pour apaiser les tentations autonomistes, le général de Gaulle y envoie de véritables missi dominici dont le plus intransigeant a été l’amiral Thierry d’Argenlieu.

5L’étude de la participation insulaire française au conflit du Pacifique est restée très largement du domaine des historiens de la région. Des travaux français, américains et australiens s’y sont intéressés, mais pour analyser les relations – davantage les affrontements – franco-calédoniennes ou américano-gaullistes. Ils bénéficient pour cela des archives conservées dans la région pacifique, dont certaines ont été publiées et nous sont donc accessibles. En revanche, les documents militaires français n’ont été que plus rarement utilisés, voire ignorés en ce qui concerne les sources navales. De plus, les fonds de la France libre n’étaient consultables que par l’intermédiaire des ressources du ministère des Affaires étrangères ou des Colonies. Nous avons, quant à nous, disposé de l’ouverte complète de ces archives, dites « Papiers de Gaulle avant 1959 », ainsi que celles, non moins importantes, de l’amiral Thierry d’Argenlieu.

Des ralliements à la croix de Lorraine à l’ombre de l’Union Jack

  • 12  Duroselle (Jean-Baptiste), Politique étrangère de la France. L’abîme 1939-1944, Paris, Seuil, coll (...)
  • 13  Le ralliement du Gabon en novembre 1940 appartient à la même séquence chronologique, mais repose s (...)
  • 14  Michel (Marc), « Les ralliements des colonies françaises à la France libre (1940) », Les ralliemen (...)
  • 15  Sautot (Henri), Grandeur et Décadence du gaullisme dans le Pacifique, Melbourne, Cheshire, 1949, p (...)
  • 16  Regnault (Jean-Marc) et Kurtovitch (Ismet), « Les ralliements du Pacifique en 1940. Entre légende (...)
  • 17  Brou (Bernard), Espoirs et réalités. La Nouvelle-Calédonie de 1925 à 1945, thèse de doctorat de II (...)

6Dans l’histoire de la « dispute impériale »12 qui suit l’armistice, les îles françaises du Pacifique ont connu une situation très singulière. Tout d’abord, leur passage à la France libre inaugure et clôt en même temps l’ère des ralliements spontanés et volontaires au général de Gaulle 13. Alors que le 20 juillet 1940, les Nouvelles-Hébrides ouvrent la voie de la dissidence impériale, les EFO et la Nouvelle-Calédonie, respectivement les 2 et 19 septembre, achèvent ce cycle. Ensuite, leur volonté de continuer le combat ne signifie pas, au moins initialement, un soutien au général de Gaulle. L’aspiration première de ces colonies est de pouvoir poursuivre la lutte aux côtés de la Grande-Bretagne et non de la France libre 14. Le gouverneur Sautot qui, Compagnon de la Libération mais gaulliste hétérodoxe et dépité, est l’homme fort des ralliements du Pacifique résume parfaitement cette idée : « Même sans le Général de Gaulle, les trois colonies françaises du Pacifique étaient bien décidées à poursuivre la lutte aux côtés de la Grande-Bretagne. » 15 Enfin, le passage sous le giron de la croix de Lorraine se déroule de manière totalement endogène, car aucun émissaire de Londres n’y participe. L’influence décisive de l’Australie et de la Grande-Bretagne, tant du point de vue économique que militaire, doit au contraire être soulignée 16. À Nouméa, le rejet du gouvernement de Vichy trouve également une bonne part de ses motivations dans la force du sentiment autonomiste calédonien 17.

7Ces trois facteurs permettent de comprendre la relative discrétion du général de Gaulle dans ses Mémoires de guerre quant au ralliement de ces territoires. En insistant sur le patriotisme enthousiaste de la population, il présente sa propre vision de la geste gaullienne dans le Pacifique au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Nouvelles-Hébrides et EFO : la volonté locale

  • 18   Lauvray (Caroline), Henri Sautot. Premier Gouverneur de la France Libre, mémoire de maîtrise de l (...)
  • 19  Sautot (Henri), op.cit., p. 21.

8La défection du condominium des Nouvelles-Hébrides est due en très grande partie à l’action du commissaire-résident français Henri Sautot, le « petit roi » comme l’appellent ses ennemis. L’homme est anglophile et ambitionne depuis longtemps une charge de gouverneur des colonies 18. Il s’est appuyé sur la volonté générale, parmi les Français, de continuer le combat « aux côtés de nos amis britanniques »19.

  • 20  Cremieux-Brilhac (Jean-Louis), op.cit., p. 137.
  • 21  Le mot de « dissidence » est le synonyme vichyste du mot gaulliste de « ralliement ».
  • 22  Weill (Henri), 2 septembre 1940. Tahiti – France Libre. Le ralliement des Établissements français (...)

9À Tahiti, le ralliement s’est déroulé à la suite d’une « révolution pacifique »20 interne liée à trois facteurs. Tout d’abord, l’inertie du gouverneur Jean Chastenet de Gery permet au territoire de basculer dans la « dissidence »21. Ensuite, quelques pétainistes membres du comité des Français d’Océanie auraient aimé voir la colonie adhérer à la révolution nationale, mais sont réduits à l’inaction en raison de leur faible nombre et de leur désorganisation. Enfin, le rôle du Comité de la France libre, composé de patriotes résistants avant peut-être d’être gaullistes, dirigé par le médecin-administrateur Émile de Curton 22. Le départ pour Nouméa du stationnaire du Pacifique le Dumont d’Urville et la promulgation inattendue par le gouverneur des premières ordonnances du gouvernement de Vichy déclenchent l’offensive de la résistance. Le 1er septembre 1940, un référendum offre une large majorité aux partisans du ralliement par 5 564 voix contre 18.

L’influence des alliés en Nouvelle-Calédonie

  • 23  Gaulle (Charles de), Mémoires de guerre, vol. 1, L’Appel (désormais mentionné sous cet unique titr (...)
  • 24  Ageron (Charles-Robert), « La survivance d’un mythe. La puissance par l’empire colonial (1944-1947 (...)

10« Le 20 septembre, le gouverneur Sautot, après avoir lui-même rallié les Nouvelles-Hébrides, le 18 juillet, avait, sur mon ordre gagné Nouméa. Là, le "Comité de Gaulle″, présidé par Michel Vergès, s’était rendu maître de la situation avec l’appui enthousiaste de la population, ce qui permettait à Sautot de prendre le Gouvernement. » 23 Cette présentation du ralliement de la Nouvelle-Calédonie par le général de Gaulle insiste sur le patriotisme de la population et le rôle des gaullistes, celui de leur chef en particulier. Par conséquent, les difficultés et l’appui offert par l’Australie et la Grande-Bretagne à l’opération sont passés sous silence. Le mythe du « Salut par l’Empire » qui aurait permis la libération de la France et qui légitime ainsi ses prétentions internationales au sortir du conflit commence à s’esquisser 24.

  • 25  « Rapport Bayardelle », Bulletin de la Société d’études historiques de la Nouvelle-Calédonie, no 2 (...)
  • 26  Lawrey (John), “The Cross of Lorraine in the South Pacific. Australia and the Free French movement (...)
  • 27  Munholland (Kim), Rock of Contention. Free French And Americans at war in New-Caledonia, 1940-1945(...)

11Le 20 juin 1940, alors que Nouméa n’a plus aucun contact direct avec Paris et que la perspective d’un armistice est déjà connue, le gouverneur de l’île Georges Pélicier annonce son intention de poursuivre le combat aux côtés de l’Empire britannique 25. Toutefois, au cours du mois de juillet, plus la résolution de la population se manifeste, plus l’attitude du gouverneur devient ambiguë. Celle-ci est peut-être une conséquence de l’opération Catapult conduite par les Britanniques contre la marine française. Cette hypothèse ne peut cependant pas être confirmée, car le « Rapport Bayardelle », source essentielle quant à la conduite du gouverneur lors de cette période, reste silencieux du 29 juin au 16 juillet. L’Australie, principale puissance à proximité, commence à manifester ouvertement son inquiétude face à l’agitation calédonienne. Pourtant, pendant l’entre-deux-guerres, Canberra ne s’était que fort peu préoccupé des territoires français du Pacifique. Si l’Australie fournit le charbon et le coke nécessaires à la fonderie de nickel calédonienne, l’île est oubliée lors d’un accord de commerce franco-australien en 1936 26. Plus emblématique encore, le plan de défense du dominion ne mentionne même pas l’existence de la Nouvelle-Calédonie 27.

  • 28  Documents on Australian Foreign Policy (désormais DAFP), 1937-1949, vol. IV, no 45, document non n (...)
  • 29  DAFP, 1939-1947, vol. IV, no 70, télégramme non numéroté du cabinet du Premier ministre à Bruce, 1 (...)
  • 30  Day (David), The great betrayal. Britain, Australia and the onset of the Pacific war 1939-42, Melb (...)
  • 31  DAFP, 1939-1947, vol. IV, no 83, télégramme no 5 du Department of External Affairs à Ballard, 29 a (...)

12La confusion à Nouméa entraîne la nomination d’un représentant australien, Bertram Ballard qui arrive sur place le 23 août. Ses instructions lui demandent d’encourager la volonté calédonienne de poursuivre la lutte aux côtés des alliés 28. Ce sont des rumeurs insistantes autour des négociations d’armistice qui ont poussé l’Australie à s’intéresser à la Nouvelle-Calédonie. L’Allemagne aurait exigé une position économique privilégiée pour le Japon aux Nouvelles-Hébrides et en Nouvelle-Calédonie. L’Australie ne peut l’accepter et envisage l’achat d’une partie de la production calédonienne pour conserver une influence sur l’île 29. En fait, Canberra souhaiterait parvenir à un modus vivendi avec les colonies françaises du Pacifique : coopérer avec l’administration ayant donné son allégeance officielle à Vichy, mais qui, en pratique, favorise autant que possible l’Empire britannique 30. Toutefois, l’Australie veut absolument éviter que l’agitation ne la contraigne à intervenir directement dans les affaires calédoniennes de crainte d’une réaction hostile du Japon 31.

  • 32  Centre des archives d’outre-mer (désormais CAOM), fonds ministériels, série géographique, Nouvelle (...)
  • 33  Le message, auquel l’amiral de Laborde fait référence dans une réponse à l’amiral Darlan le 12 nov (...)
  • 34  Cremieux-Brilhac (Jean-Louis), op.cit., p. 81. Pour plus de détails sur les excellentes relations (...)
  • 35  Lawrey (John), op.cit., p. 36-40.
  • 36  SHD/DM, TTY  235, registre des communications secrètes du Dumont d’Urville, no 1/40, message secre (...)
  • 37  SHD/DM, TTY 237, message no BN 7/40, du commandant Showers au capitaine de frégate Toussaint de Qu (...)

13À Nouméa, la publication des ordonnances constitutionnelles de Vichy renforce les partisans d’une action contre le gouverneur qui, de son côté, a obtenu l’envoi d’un bâtiment pour le soutenir 32. L’aviso Dumont d’Urville arrive depuis Tahiti à Nouméa le même jour que Ballard. La confusion est encore accrue quand l’amiral Muselier, commandant les FNFL, croyant que le Dumont d’Urville souhaite rallier de Gaulle, envoie à Nouméa un télégramme de félicitations. La réponse du commandant, qui devient une référence emblématique pour les officiers de marine fidèles à l’État français, est sans appel 33. Le 28 août 1940, sous la pression populaire, le gouverneur démissionne et est remplacé par le commandant des troupes, le colonel Denis qui prend immédiatement des mesures de fermeté. Dans le même temps, un « comité de Gaulle » s’est formé et est parvenu à exposer à Londres la situation de l’île. Le Général demande alors à Henri Sautot d’assurer le ralliement de la colonie. Toutefois, celui-ci est impossible sans le concours du gouvernement australien qui hésite encore sur la conduite à tenir. L’insistance du Premier ministre britannique, Winston Churchill, qui vit à ce moment une « lune de miel » 34 avec le général de Gaulle, convainc Canberra de mettre à la disposition de la France libre le croiseur léger Adélaïde, pour escorter Henri Sautot 35. Le 19 septembre, l’Adélaïde arrive en rade de Nouméa et permet par sa présence dissuasive le ralliement au général de Gaulle. Cependant, il reste à en faire partir le Dumont d’Urville d’autant plus que l’aviso Amiral Charner a été dépêché par Vichy avec à son bord une troupe de débarquement pour faire face aux événements de Nouvelle-Calédonie 36. Après plusieurs jours de négociations entre les officiers de marine français et australiens, on parvient à un gentleman’s agreement : le Dumont d’Urville quitte Nouméa et demande à l’Amiral Charner de faire demi-tour, en échange de quoi, tous les fonctionnaires fidèles au maréchal Pétain seront renvoyés dès que possible en Indochine 37. Sautot devient alors gouverneur de Nouvelle-Calédonie.

  • 38  Lacouture (Jean), Charles de Gaulle, tome 1, Le rebelle 1880-1944, Paris, Seuil, 1984, p. 428.

14Les ralliements des colonies françaises du Pacifique renforcent l’assise territoriale dont la France libre a tant besoin en 1940. Toutefois, ces derniers se sont effectués grâce à l’appui militaire décisif du Commonwealth. Ainsi, alors que le général de Gaulle s’estime « fidéicommis » 38 de l’héritage impérial de la France, son entreprise a associé Londres et Canberra aux affaires calédoniennes. Si l’on devait classer l’opération calédonienne dans une typologie de la politique britannique vis-à-vis de la France à l’été 1940, celle-ci se rapprocherait davantage du modus vivendi signé à Alexandrie pour neutraliser la Force X commandée par l’amiral Godfroy que de l’action de vive force comme l’opération Catapult menée dans les ports britanniques ou à Mers el-Kébir. L’objectif du général de Gaulle est désormais de renforcer le contrôle français sur ces territoires ralliés sans dépendre trop étroitement des alliés.

Mise en défense : relever le glaive

  • 39  Télégramme du général de Gaulle au capitaine Broche, 24 septembre 1940, cité dans Charles de Gaull (...)

15Le problème de la défense des colonies françaises ralliées à la France libre est particulièrement aigu en Nouvelle-Calédonie, puisque, outre sa faiblesse structurelle, le colonel Denis, qui commandait la défense s’apprête à quitter l’île en raison de son opposition au ralliement. De plus, le retour en Indochine du Dumont d’Urville ne laisse plus en Océanie que la goélette Zélée, bien incapable d’assurer la défense navale de ces territoires. Pour tenter de reprendre en main la situation à Nouméa, le général de Gaulle nomme le capitaine Broche commandant supérieur des troupes 39.

La participation australienne à la défense des îles françaises

  • 40  CAOM, fonds ministériels, série géographique, Nouvelle-Calédonie, 233, note secrète no 61/3 EMCOL, (...)
  • 41  Bell (Roger J.), Unequal Allies. Australian-american relations and the Pacific war, Melbourne, Mel (...)
  • 42  Archives australiennes, A2671, War Cabinet agendum 282/1940, 30 décembre 1940, cité par John Lawre (...)
  • 43  DAFP, 1937-1949, vol. IV, no 255, télégramme no 43, de Menzies à Lord Cranborne, 23 janvier 1941.
  • 44  Télégramme du général de Gaulle au gouvernement du Commonwealth d’Australie, 27 janvier 1941 cité (...)
  • 45  Service historique de la Défense, département de l’armée de Terre (désormais SHD/DAT), 12 H 4, mes (...)
  • 46  SHD/DM, TTD 778, télégramme no 157 de Sautot au général de Gaulle, 16 mai 1941.

16L’Australie est parfaitement consciente de la faiblesse des moyens de défense français qui ne sont composés, au 1er septembre 1940, que d’un unique bataillon à deux compagnies de fusiliers-voltigeurs et d’une compagnie d’accompagnement 40. Or, elle considère la défense de la Nouvelle-Calédonie comme capitale pour sa propre sécurité, car l’île pourrait être utilisée comme une redoutable base d’opérations contre elle d’autant plus que les promesses de Londres quant à sa sécurité demeurent très imprécises 41. Dès la fin décembre 1940, le ministre de la Marine, William Morris Hughes, avait suggéré de détacher des troupes à Nouméa pour devancer un éventuel coup de main japonais qu’il estimait très probable 42. L’Australie demande donc au Dominons Office d’appuyer sa demande à participer à la défense de la colonie française 43. De Gaulle, conscient de l’extrême faiblesse de ses moyens militaires, accepte la venue d’officiers de liaison pour étudier la question 44. C’est ainsi qu’est envoyée en mars 1941, en tenue civile, une mission militaire dirigée par le lieutenant-colonel Fanning 45. Les conversations s’achèvent le 15 mai par l’accord suivant : Canberra décide d’installer en Nouvelle-Calédonie une base d’hydravions, d’envoyer des instructeurs pour former le personnel local à l’usage de l’armement et de l’équipement fourni, d’établir une batterie de défense côtière et, surtout, de prendre en charge les frais occasionnés 46.

  • 47  SHD/DM, TTD 778, document établi par l’EM 3 des FNFL, « Tableau comparatif des besoins de défense (...)
  • 48  Gaulle (Charles de), L’Appel, op.cit., p. 70.
  • 49  Ibid, p. 69.

17L’accord crédibilise la défense de la Nouvelle-Calédonie même si les propositions australiennes sont en deçà de ce qui était souhaité 47. Toutefois, à Carlton Gardens, les démarches australiennes paraissent menacer la souveraineté française sur ces territoires. Or, la France libre refuse d’être présentée comme étant au service de puissances étrangères, même alliées, qui pourraient être tentées de « profiter de notre affaiblissement pour pousser leurs intérêts au détriment de la France » 48. Le Général tient à préserver le caractère national de son mouvement : « Pour moi, ce qu’il s’agissait de sauver, c’était la Nation et l’État. (…) Au nom de quoi mener quelques-uns de ses fils à un combat qui ne serait plus le sien ? (…) Non ! Pour que l’effort de guerre en valût la peine, il fallait aboutir à remettre dans la guerre, non plus seulement des Français, mais la France. » 49

  • 50  Ministère des Affaires étrangères (désormais MAE), guerre 1939-1945, Londres-Alger, volume 328, té (...)
  • 51  CAOM, fonds ministériels, télégrammes, 1 TEL 811, télégramme no 3330 du général Petit au général d (...)
  • 52  Archives nationales (désormais AN), papiers Cassin, 382 AP 52, télégramme no 192, du général de Ga (...)
  • 53  SHD/DM, TTD  778, télégramme no 200, de Sautot à France libre, 23 juin 1941.

18Le problème qui se pose dans les relations entre les colonies françaises ralliées et les États du Commonwealth est accru par une conception administrative différente. La France libre a du mal à accepter la décentralisation britannique associée à la responsabilité des dominions vis-à-vis des colonies du Pacifique. Au contraire, pour de Gaulle, l’administration directe doit rester la règle 50. Ainsi, alors que les Australiens souhaitent pouvoir négocier directement avec le gouverneur de Nouvelle-Calédonie, de Gaulle exige que les accords passent par Londres. Il se justifie devant le Premier ministre australien en visite en Grande-Bretagne en expliquant que la France libre ne doit pas être accusée d’avoir bradé l’Empire aux Britanniques. Le Général se prémunit également contre toute velléité indépendantiste de la part de la Nouvelle-Calédonie. Les Français libres de Londres commencent à être convaincus du risque d’ingérence australienne dans les affaires françaises, d’autant que la défense des îles est encore affaiblie par le départ du bataillon du Pacifique pour le Moyen-Orient en mai 1941 51. Le projet d’accord militaire avec l’Australie pour la défense de la Nouvelle-Calédonie est donc agréé par le général de Gaulle, à la réserve importante que « le Gouverneur Sautot doit conclure l’accord, non pas au nom de la Nouvelle-Calédonie, mais au nom du Général de Gaulle et du Conseil de Défense de l’Empire français »52. À Nouméa, Sautot ne semble pas avoir perçu la méfiance gaulliste vis-à-vis d’une présence étrangère trop considérable. Au contraire, son attitude interroge Carlton Gardens sur sa détermination à préserver la souveraineté française dans le Pacifique. Cette appréhension d’une mise à l’écart de la France libre est encore accrue quand Sautot annonce encourager l’arrivée probable d’un observateur naval américain, car il « la considère comme une marque d’amitié agissante des États-Unis d’Amérique pour la France du Pacifique »53.

Interrogations à Carlton Gardens

  • 54  Télégramme du général de Gaulle au haut-commissaire d’Argenlieu, 4 août 1941 cité dans Charles de (...)
  • 55  Sautot (Henri), op.cit., p. 78.
  • 56  Archives australiennes, AA1975/215, 21/44, Ballard’s memorandum, 25 février 1941 cité par John Law (...)
  • 57  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP 1, agenda de l’année 1941.
  • 58  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP 7, lettre du commandant d’Argenlieu au général de Gaulle, (...)
  • 59  CAOM, fonds ministériels, télégrammes, 1 TEL  811, télégramme au départ no 4145, de Pleven au géné (...)

19Au risque de voir la France libre tenue à l’écart de la défense de ses propres colonies, s’ajoutent des craintes sur les capacités administratives du gouverneur de Nouvelle-Calédonie 54. En effet, et contrairement aux autres colonies françaises libres, il n’y a aucun homme de Carlton Gardens sur place. Toutes les informations en provenance de ces territoires passent donc par le filtre d’hommes certes ralliés à de Gaulle, mais inconnus à Londres. La situation s’aggrave encore quand arrive en Grande-Bretagne, au printemps 1941, André Bayardelle, secrétaire général de la colonie lors du ralliement. Il est précédé d’une très mauvaise réputation. Déjà, Sautot ne l’apprécie guère 55. De plus, l’Australie rapporte à Londres que ses actions en Calédonie favorisent les intérêts japonais 56. Carlton Gardens interprète cette conjonction d’appréciations négatives comme la preuve d’une collusion entre Sautot et l’Australie, d’autant plus que l’ancien secrétaire général fait finalement une très bonne impression. Le commandant d’Argenlieu rencontre Bayardelle à plusieurs reprises à son arrivée à Londres 57 et déplore « l’interdit »jeté sur lui à Nouméa 58. René Cassin et surtout René Pleven sont encore plus explicites : « Les renseignements le présentant comme trop lié avec les Japonais étaient faux59 La méfiance par rapport à Sautot devient donc de rigueur pour les gaullistes de Londres.

  • 60  Gaulle (Charles de), L’Appel, op.cit., p. 188.
  • 61  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, volume  153, « Conclusions tirées des débats » de la Commiss (...)
  • 62  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517  AP  13, lettre du gouverneur général Brunot au général de Ga (...)
  • 63  Kurtovitch (Ismet), op.cit., p. 455.

20Pour tenter d’éclaircir la situation, mais également pour affirmer la souveraineté de la France libre sur ces territoires alors que l’intérêt des grandes puissances y est de plus en plus manifeste, le général de Gaulle envoie en mission d’inspection le gouverneur général Richard Brunot. Malheureusement, le remède s’avère vite être pire que le mal. L’envoyé de Londres abuse de son pouvoir et le Pacifique devient le « théâtre d’incidents tragi-comiques »60. À Papeete, il remplace ainsi de sa propre autorité le consul britannique puis prétextant une hypothétique menace sur sa vie, fait arrêter puis déporter de Curton 61. En Nouvelle-Calédonie, son action est également désastreuse. Brunot ne cesse d’envoyer des télégrammes alarmistes sur l’état de santé de Sautot qui serait très gravement malade et donc incapable d’assumer sa charge de gouverneur 62. Ces informations renforcent l’idée que la gestion de Sautot n’est pas satisfaisante. On lui reproche de plus sa trop grande mansuétude envers l’assemblée locale 63. Ainsi, au lieu d’asseoir le prestige de la France libre dans le Pacifique, la mission Brunot a eu exactement l’effet inverse, ce qui oblige le général de Gaulle à prendre des mesures radicales. Il lui faut donc désigner une personnalité en qui il a toute confiance.

Georges Thierry d’Argenlieu : haut-commissaire de la France libre

Une nomination difficile

  • 64  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP 8, télégramme n° 303 du général de Gaulle à la délégation (...)
  • 65  AN, 3 AG 1, 326, lettre du commandant d’Argenlieu au général de Gaulle, 10 juillet 1941.
  • 66  Gaulle (Charles de), L’Appel, op.cit., p. 188.

21Le 9 juillet 1941, depuis Le Caire, le général de Gaulle nomme le capitaine de vaisseau Thierry d’Argenlieu haut-commissaire avec tous pouvoirs civils et militaires pour « rétablir définitivement et sans demi-mesures l’autorité de la France Libre dans le Pacifique, de mettre en œuvre pour la guerre toutes les ressources qui s’y trouvent et d’y assurer contre des dangers possibles et peut-être prochains, la défense des territoires français, en union avec nos alliés »64. Toutefois, comme le titulaire le reconnaît lui-même, il n’a absolument aucune expérience de l’administration civile en général et coloniale en particulier 65. Néanmoins, d’après le général de Gaulle, les motivations de cette nomination sont simples. En effet : « J’avais confiance en d’Argenlieu. Sa hauteur d’âme et sa fermeté le mettaient moralement à même de dominer les intrigues. Ses capacités de chef m’assuraient que nos moyens seraient utilisés avec vigueur mais à bon escient. Ses aptitudes de diplomate trouveraient à s’employer. Car si, par caractère, et, j’ose dire, par vocation, il concevait l’action de la France Libre comme une sorte de croisade, il pensait, à juste titre, que cette croisade pouvait être habile. » 66

  • 67  AN, 3 AG 1, 326, lettre du commandant d’Argenlieu au général de Gaulle, 10 juillet 1941.
  • 68  CAOM, fonds ministériel, télégrammes, 1 TEL 819, télégramme no 8 du haut-commissaire Pacifique à l (...)
  • 69  SHD/DM, papiers Muselier, 145 GG²  7, procès-verbal secret du Comité militaire, séance du 17 juin  (...)
  • 70  AN, 3 AG 1, 295, télégramme anonyme (mais émanant probablement du Comité de défense de l’Empire) n(...)
  • 71  Muselier (vice-amiral Émile), De Gaulle contre le gaullisme, Paris, Éditions du Chêne, 1946, p. 17 (...)

22Pourtant, les conditions dans lesquelles d’Argenlieu a été envoyé dans le Pacifique sont plus complexes qu’il n’y paraît. Déjà l’intéressé ne semble pas partager l’évidence de sa nomination. Au contraire, il y voit l’aboutissement d’intrigues internes à la France libre destinées à l’éloigner de la capitale britannique 67. C’est d’ailleurs ce qu’il s’empresse de rappeler une fois arrivé à Papeete : « Vous savez pourquoi et dans quelles conditions j’ai été envoyé dans le Pacifique. »68 Si la nomination du commandant d’Argenlieu n’est pas incompréhensible, ce dernier s’étant progressivement spécialisé à Carlton Gardens sur les questions du Pacifique, certains éléments étonnent. Alors qu’à la mi-juin le Comité militaire reconnaissait l’urgence de nommer un haut-commissaire en remplacement de Sautot 69, le Conseil de défense de l’Empire estime le 1er juillet que la présence à Londres de d’Argenlieu est trop importante pour qu’il puisse partir dans le Pacifique 70. Moins de dix jours après, de Gaulle annonce pourtant sa nomination. Il semblerait que ce soit René Cassin, secrétaire du Conseil de défense de l’Empire, qui l’ait obtenue à la suite d’un désaccord sur la politique à mener en Syrie, malgré les protestations de plusieurs autres Français libres 71.

  • 72  Du titre des mémoires de René Cassin. Cassin (René), Les hommes partis de rien. Le réveil de la Fr (...)
  • 73  Le « gaullisme de la Résistance » est l’une des trois formes du « gaullisme gaullien » identifiée (...)
  • 74  Passy (colonel), Mémoires du chef des services secrets de la France libre, Paris, Odile Jacob, 200 (...)

23Cette désignation met en lumière les tensions entre les compagnons du général de Gaulle. Vainqueurs et légitimés a posteriori dans leurs actes, ces « hommes partis de rien »72 ont eu tendance par la suite à taire les dissensions internes rencontrées, favorisant de cette manière la création d’une mémoire présentant la France libre comme un bloc. Cette vision monolithique n’est que très rarement rompue par les « gaullistes de la Résistance »73. Ainsi, le colonel Passy, au moment d’aborder ces tensions, s’est interrogé sur l’opportunité de les rappeler ou si, au contraire, il ne « valait pas mieux [les] laisser recouvrir du voile de l’oubli »74. La France libre n’a pourtant pas été un mouvement unanime et les querelles, notamment entre civils et militaires, ont été fréquentes, la nomination du commandant d’Argenlieu en est une illustration.

  • 75  AN, papiers Cassin, 382 AP 27, journal de René Cassin pour l’année 1941.
  • 76  Cassin (René), op.cit., p. 389-390.
  • 77  SHD/DM, papiers du VAE Muselier, 145 GG² 7, lettre du capitaine de vaisseau d’Argenlieu au profess (...)
  • 78  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP 7, lettre du commandant d’Argenlieu au général de Gaulle, (...)

24Depuis le mois de juin 1941, d’Argenlieu et Cassin ne s’entendent plus. Le premier incident éclate à propos du premier anniversaire de l’appel du 18 juin. Ce contentieux, que Cassin qualifie pourtant de « ridicule »75, a toutefois laissé des séquelles, car il est évoqué dans ses mémoires à mots feutrés. Cassin rapporte en outre que le nouveau haut-commissaire aurait multiplié les démarches dilatoires pour retarder son départ 76. D’Argenlieu, de son côté, ne parvient plus à travailler avec lui 77. Il s’en ouvre directement au Général : « Il serait préférable de l’avis unanime que l’intérimaire de Pleven [René Cassin], tant au point de vue intérieur, qu’extérieur, n’exerce pas longtemps ses fonctions. (…) Ce n’est pas sans un peu de mélancolie pourtant qu’on le voit se répandre et se prodiguer avec une complaisance et une assurance un tantinet ridicule. (…) À l’intérieur, à condition de contrôler ses initiatives perpétuelles, ce n’est qu’agaçant et fatigant. Au dehors, le prestige du mouvement n’en est pas accru. » 78

  • 79  SHM/DM, TTD 778, télégramme no 287, d’Henri Sautot à France libre, 26 août 1941.
  • 80  Ibid et Henri Sautot, op.cit., p. 107-113. Le gouverneur Sautot se fait d’ailleurs une spécialité (...)
  • 81  AN, fonds Thierry d’Argenlieu, 517 AP 8, « Compte-rendu de mission » signé du contre-amiral d’Arge (...)
  • 82  AN, 3 AG 1, 295, télégramme secret no 4714 du Premier ministre Canberra au haut-commissaire au Roy (...)
  • 83  Archives privées, « Notes de guerre 1939-1945 de l’enseigne de vaisseau Bureau ». Document très ai (...)
  • 84  AN, 3 AG 1, 196, télégramme no 402 du général de Gaulle au commandant d’Argenlieu, 4 août 1941.
  • 85  DAFP, vol. V, no 36, télégramme secret no 4 339, de Menzies à Bruce, 9 août 1941.

25La nomination d’un haut-commissaire de la France libre est également contestée dans le Pacifique. Il faut d’abord faire face à la fronde de Sautot, déjà fort mécontent de la tournure prise par la mission Brunot. Le gouverneur critique vigoureusement l’envoi d’un nouvel émissaire de Londres. Dans tous ses différends avec Carlton Gardens, Sautot procède de la même manière. Avant d’offrir sa démission ou de solliciter son affectation comme simple combattant sur un théâtre d’opérations, il évoque systématiquement « l’indignation de la population calédonienne »79. Dans ce cas précis, la population est indignée, car le commandant d’Argenlieu lui a demandé de réquisitionner des logements pour les officiers l’accompagnant, ce qui l’aurait contraint à expulser des Calédoniens 80. D’après d’Argenlieu, Sautot aurait altéré le sens de cette demande en la présentant comme une réquisition de « villas », ce qui signifiait sur place des maisons de luxe 81. En fait, il semble que la colère de Sautot soit motivée par une raison plus personnelle : la nomination de d’Argenlieu lui fait craindre de perdre son poste. Le représentant australien rapporte ainsi que le gouverneur a été très soulagé d’apprendre l’information, erronée au demeurant, que le siège du haut-commissariat serait fixé à Papeete et non à Nouméa 82. En Calédonie, les Français libres constatent très vite que Sautot « a pris ombrage » de l’arrivée de d’Argenlieu 83. Le général de Gaulle avait prévu la réaction de Sautot et a multiplié les instructions à d’Argenlieu pour qu’il ménage la susceptibilité du gouverneur 84. L’Australie également n’apprécie que très modérément la désignation d’un haut-commissaire. En effet, elle estime que, pour la stabilité politique de l’Océanie française, l’envoi de personnalités étrangères à la région doit cesser 85. Il est également probable que Canberra redoute une négociation directe avec un émissaire du général de Gaulle qui serait moins attentif à ses suggestions que l’anglophile gouverneur.

  • 86  Argenlieu (amiral Georges d’), Souvenirs de guerre. Juin 1940-Janvier 1941, Paris, Plon, 1973, p.  (...)
  • 87  AN, 72 AJ 238, témoignage du vice-amiral Auboyneau recueilli pour le Comité d’histoire de la Secon (...)
  • 88  AN, 3 AG 1,  295, télégramme no 475a/M3 de l’amiral Muselier au général de Gaulle, 6 août 1941. Ap (...)

26La nomination du haut-commissaire de la France libre en soulevant l’opposition conjuguée du gouverneur et de l’Australie, est une atteinte à la « garde du drapeau » à laquelle s’est astreint de Gaulle. Le Général a, de plus, perçu la montée des tensions dans le Pacifique comprenant ainsi la place que pourrait jouer la France par l’intermédiaire de ses colonies ralliées. Il lui faut par conséquent envoyer un représentant en qui il a une parfaite confiance et qui pourra être le défenseur intransigeant des droits de la France sur des territoires stratégiques. D’Argenlieu lui apparaît donc bien comme le plus qualifié d’autant plus que les deux hommes sont liés par une très profonde estime réciproque. Celle-ci est née après l’échec de l’opération contre Dakar lorsque d’Argenlieu avait exhorté le général de Gaulle, alors accablé, à poursuivre le combat 86. De plus, d’Argenlieu revient d’une mission au Canada qui a été couronnée de succès et qui lui a valu de nombreux éloges sur ses capacités diplomatiques. Enfin, c’est un marin qui pourra donc prendre en charge directement la mise en défense des territoires sous sa responsabilité, sur un théâtre où les opérations sont essentiellement navales et amphibies. Pour l’assister et « pour montrer le pavillon » 87, on décide également de dépêcher le contre-torpilleur Le Triomphant commandé par le capitaine de vaisseau Philippe Auboyneau, le croiseur auxiliaire Cap des Palmes, l’aviso Chevreuil et le sous-marin Surcouf 88. Par rapport aux moyens dont les FNFL disposent, l’effort est substantiel. Cette force navale ne peut cependant pas représenter le moindre danger sérieux pour la marine nippone. L’envoi de ces bâtiments doit donc être interprété comme un message politique fort lancé en direction des alliés de la France libre.

Premières mesures

  • 89  Senes (Jacqueline), La vie quotidienne en Nouvelle-Calédonie de 1850 à nos jours, Paris, Hachette, (...)
  • 90  Plusieurs télégrammes laissent entendre que, dans l’esprit du général de Gaulle, la mission de d’A (...)
  • 91  AN, 3 AG 1, 298, rapport no 8 EM0, du capitaine de frégate Cabanier au haut-commissaire de France (...)
  • 92  SHM/DM, TTD 774, rapport no 8 EMI du capitaine de frégate Cabanier au haut-commissaire d’Argenlieu (...)
  • 93  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP 19, télégramme no 16, du haut-commissaire d’Argenlieu au g (...)
  • 94  AN, 3 AG 1, 197, télégramme no 193 du haut-commissaire d’Argenlieu au CNF, 8 novembre 1941.
  • 95  SHD/DM, TTD  778, message secret no 17/X du chef du service des travaux publics au capitaine de co (...)

27Après un passage par Papeete, où il a nommé gouverneur un aviateur, le lieutenant-colonel Georges Orselli, le nouveau haut-commissaire arrive à Nouméa le 5 novembre 1941. L’accueil de la population est chaleureux, mais on remarque d’emblée que le caractère du commandant d’Argenlieu est à l’opposé de celui, ouvert et jovial, du gouverneur Sautot 89. Sa mission devant être de courte durée, il s’attelle immédiatement à la mise en défense du territoire 90. Aux EFO, le commandant de la défense du Pacifique, le commandant Cabanier, trouve la situation militaire très inquiétante 91 : les effectifs sont très faibles, mal encadrés et les mesures prévues dans le plan de défense n’ont pas été exécutées 92. En Nouvelle-Calédonie, le problème n’est guère différent, car l’île est incapable de faire face à une quelconque menace 93. Ici aussi, l’encadrement des troupes composées de réservistes est stigmatisé. D’Argenlieu refuse d’ailleurs une demande de Londres de faire partir un nouveau contingent hors d’Océanie, car celui-ci « est nécessaire pour sauvegarder cette partie de l’Empire où la situation militaire est déjà grave » 94. La seule satisfaction vient de l’avancée rapide des travaux sur l’hydrobase de Nouville et sur les terrains d’aviation de la Tontouta, de la plaine de Gaïacs et de Koumac 95.

28Toutefois, la question de la défense des possessions françaises du Pacifique change rapidement d’échelle. En effet, les États-Unis, conscients de l’immense valeur stratégique de ces territoires, décident de s’y intéresser sérieusement. Les tensions internationales dans le Pacifique font passer ces colonies du statut de périphérie française à celui de position-clé pour les alliés.

Intégrer les colonies françaises du Pacifique aux plans américains

  • 96  Kaspi (André), « La stratégie navale des États-Unis dans le Pacifique, 1919-1941 », Relations inte (...)
  • 97  Miller (Edward S.), War Plan Orange. The US Strategy to Defeat Japan, 1897-1945, Annapolis, Naval (...)
  • 98  Le « plan dog » est le mémorandum no Op-12-CTB du 12 novembre 1940 signé par l’amiral Stark dans l (...)
  • 99  Spector (Ronald H.), La guerre du Pacifique 1941-1945, Paris, Albin Michel, 1987, p.64-78.

29Les États-Unis ont toujours été très attentifs à la défense du Pacifique. Si la Première Guerre mondiale a « brouillé les cartes »96 des stratèges américains, dès1921, le Japon a été identifié comme étant l’adversaire le plus probable. Toutes les hypothèses ont alors été mises à l’étude pour y faire face97. Après sa réélection en 1940, Roosevelt s’est rallié au « plan dog »98 qui prévoit une action offensive en Atlantique alors que le Pacifique doit faire l’objet d’une guerre défensive 99. Pour y parvenir, les États-Unis ont besoin d’une route sûre traversant cet océan. Il n’y en a que deux possibles : l’une par le Pacifique central et l’autre par le Pacifique sud. Or, cette dernière, qui est la plus éloignée des bases japonaises, passe par les territoires français libres et contraint les États-Unis à négocier avec la France libre.

  • 100  Cogan (Charles), Alliés éternels, amis ombrageux : les États-Unis et la France depuis 1940, Bruxel (...)
  • 101  Kersaudy (François), De Gaulle et Roosevelt. Le duel au sommet, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2 (...)
  • 102  Rossi (Mario), Roosevelt and the French, Wesport, Praeger, 1993, p. 47-51.
  • 103 Curton (Émile de), Tahiti 40. Récit du ralliement à la France des Établissements français de l’Océa (...)
  • 104  CAOM, fonds ministériels, série géographique, Nouvelle-Calédonie, 233, note sans numéro de l’amira (...)

30À Washington, c’est Roosevelt, plus que le secrétaire d’État Cordell Hull, qui dirige la politique française des États-Unis 100. Il refuse de reconnaître le général de Gaulle car cela aurait entraîné – et le président y est totalement opposé – une rupture des relations avec Vichy. Ce qui motive ce « Vichy gamble », c’est la crainte que la flotte française et l’Empire ne soient utilisés contre l’Angleterre ou l’Amérique 101. En outre, Roosevelt ne comprend pas la conception gaullienne de la légitimité, car d’après lui, seul le gouvernement légal est légitime et celui de Pétain répond donc parfaitement à ce critère 102. Dans le Pacifique français, les premiers contacts entre Français libres et Américains ont été marqués par ces incompréhensions. Ainsi, en mars 1941, quand l’amiral Stone et ses bâtiments relâchent à Tahiti, il s’avère que les autorisations d’escales n’ont pas été demandées au « bon gouvernement ». C’est l’amiral Leahy qui les a obtenues du gouvernement de Vichy 103. De même, lorsque Washington désire ouvrir un consulat à Nouméa, la demande est transmise à Vichy et non à Carlton Gardens 104.

  • 105 Foreign Relationship of United States (désormais FRUS), 1941, vol. I, p. 573-575, télégramme no 445 (...)
  • 106  CAOM, fonds ministériels, cabinet,  61, lettre secrète de Somerville Smith à Pleven, 29 octobre 19 (...)
  • 107  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, vol. 74, lettre très secrète de Somerville Smith à René Cass (...)
  • 108  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, vol.  74, télégramme no 2353a/AX du CNF au commandant d’Arge (...)

31Le 15 octobre 1941, le Département d’État prévient son ambassadeur à Londres, John Winant, que le ministère de la Guerre estime indispensable pour la sécurité américaine l’établissement d’une route aérienne dans le Pacifique sud. Parmi les îles suggérées pour établir des aérodromes figurent la Nouvelle-Calédonie et les Nouvelles-Hébrides 105. Les États-Unis, qui refusent de traiter directement avec Carlton Gardens, recourent à la médiation de la mission Spears 106. Pour la France libre, cette demande n’est pas une surprise, car dès le mois d’août 1941, René Cassin avait été approché pour que ces îles soient intégrées dans le plan de défense américain et qu’elles deviennent des escales aériennes 107. Cette requête américaine est un premier tournant dans les relations entre Roosevelt et de Gaulle. Pour la première fois, ce n’est pas la France mais les États-Unis qui se trouvent en position de demandeur. Les territoires français du Pacifique offrent donc au Comité national une « rente de situation » qu’il s’agit de faire fructifier. De crainte de favoriser des forces centrifuges qui pourraient aboutir à un démembrement de l’Empire, de Gaulle a toujours repoussé la doctrine américaine des « autorités locales » qui consiste à traiter avec l’administration française en place sur un territoire donné. Pour renforcer son crédit international, il exige que les questions impliquant la souveraineté française soient discutées directement à Washington avec le gouvernement américain. En revanche, il autorise la tenue à Nouméa des discussions techniques 108.

  • 109  AN, 3 AG 1, télégramme no 13, du haut-commissaire du Pacifique au CNF, 17 novembre 1941.
  • 110  AN, Papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP  19, télégramme no 15, du haut-commissaire du Pacifique à (...)
  • 111  FRUS, vol. I, 1941, p. 577, télégramme no 22, de MacVitty au secrétaire d’État, 22 octobre 1941.
  • 112  FRUS, vol. I, 1941, p. 582-583, télégramme no 25, du secrétaire d’État à Mac Vitty, 27 novembre 19 (...)
  • 113  Lawrey (John), op.cit., p. 88.
  • 114  FRUS, vol.  I, 1941, p.  583, télégramme no 32, de Mac Vitty au secrétaire d’État, 1er décembre 19 (...)

32Les Américains ne se satisfont pas de la position gaullienne contraire à leurs conceptions diplomatiques. À Nouméa, le consul américain, Karl MacVitty, tente d’évoquer l’ensemble du dossier avec le haut-commissaire mais celui-ci se montre intransigeant 109. Sur le terrain, les choses se déroulent encore plus mal car les techniciens américains semblent ignorer délibérément leurs homologues français pour traiter uniquement avec les Australiens 110. Ceci n’est pas un hasard, c’est au contraire une politique délibérée. Avant l’arrivée de d’Argenlieu, MacVitty a suggéré de passer outre le haut-commissaire pour négocier directement avec l’Australie l’amélioration des terrains d’aviation en construction 111. Le Département d’État a agréé cette proposition d’autant que, conformément à sa doctrine des « autorités locales », il désire que les négociations se tiennent à Nouméa 112. L’Australie soutient ces négociations locales, car elle a accueilli avec un grand soulagement la participation américaine à la défense de l’île 113. Face à l’entêtement américain, le haut-commissaire se prépare alors à prendre une décision radicale : il menace de faire suspendre les travaux sur les aérodromes 114. L’attaque de Pearl Harbor l’empêche de mettre ses menaces à exécution, car la situation du Pacifique se trouve bouleversée.

Pearl Harbor : les menaces deviennent réalité

  • 115  Billotte (Pierre), Le temps des armes, Paris, Plon, 1972, p. 187
  • 116  AN, 3 AG 1,  338, télégramme no 3439a/AX, du général de Gaulle à l’amiral d’Argenlieu, 12 décembre (...)
  • 117  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, vol. 328, télégramme secret no 3749a/Cab, du général de Gaul (...)

33Le général de Gaulle a accueilli la nouvelle de l’attaque avec une sorte de soulagement. Il déclare à Pierre Billotte que dorénavant le conflit est gagné 115. De Gaulle qui a placé la France libre en état de guerre avec le Japon donne à d’Argenlieu – qui a été nommé amiral – les pleins pouvoirs pour que l’ensemble des négociations avec les Américains se déroulent à Nouméa 116. Toutefois, à de nombreuses reprises, le Général lui ordonne de se méfier des alliés : « Le conflit dans le Pacifique ne pose pas seulement, comme vous le constatez certainement, la question de la défense propre de nos territoires, mais aussi celle du maintien de la souveraineté de la France sur ses propres colonies par rapport aux ingérences plus ou moins calculées de ses Alliés. Ceci s’applique naturellement aux États-Unis, à l’Angleterre, à l’Australie et à la Nouvelle-Zélande. C’est pourquoi la tendance de ces États est à chercher sur place avec l’autorité locale, c’est-à-dire actuellement avec vous-même, toutes les questions de coopération en écartant autant que possible le Comité National. Une telle manière de faire leur permet en même temps de retarder l’entrée en relations diplomatiques ouvertes avec notre Comité. Un tel retard leur convient comme facilitant justement leurs combinaisons locales »  117.

  • 118  L’expression de « Pearl Harbor diplomatique » est de Walter Lippmann. Cité dans Julian Hurstfield, (...)
  • 119  Hull (Cordell), The Memoirs of Cordell Hull, vol. 2, London, Hodder & Stoughton, 1948, p. 1130-113 (...)
  • 120  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, vol. 74, télégramme no 281b/Diplo/21, du CNF à l’amiral d’Ar (...)

34Un autre Pearl Harbor, diplomatique celui-ci, vient tendre les rapports avec les États-Unis, contraint les Français libres à une attitude conciliante et favorise la conclusion rapide d’un accord 118. Le 24 décembre 1941, l’amiral Muselier a en effet rallié Saint-Pierre-et-Miquelon provoquant l’ire du secrétaire d’État Cordell Hull contre les « soi-disant Français libres » 119. Pour marquer sa bonne volonté dans le Pacifique, de Gaulle accorde sans contrepartie aux Américains – contre l’avis de d’Argenlieu qui la subordonne à la livraison de matériel militaire – l’installation d’une base à Bora-Bora 120. En outre, devant l’imminence d’une attaque japonaise, un accord sur les bases est conclu :

  1. La souveraineté française demeure intacte et n’est pas mise en danger par toute base que les États-Unis seraient autorisés à établir.

  2. Le titre à la propriété foncière sur laquelle toute base sera installée appartient aux Français.

  3. Toute installation permanente créée, telle que bâtiments, entrepôts, etc. deviendra propriété française à l’expiration de l’accord.

  4. La cession de propriété pour l’établissement de toute base sera entreprise avec l’autorisation et la coopération des autorités françaises libres locales et un loyer équitable sera payé pour toute propriété cédée.

  5. Au cas où les bases seraient maintenues après la guerre, les droits de la France seraient établis sur une base réciproque.

    • 121  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, vol. 74, lettre de Ray Atherton à Adrien Tixier, 15 janvier  (...)

    Les conditions générales ci-dessus laissent les arrangements de détail au représentant français libre local et au représentant local des forces armées américaines 121.

  • 122  SHD/DM, TTD 778, compte-rendu très secret no  27 CAB, « Étude de la liaison franco-australienne po (...)
  • 123  AN, 3 AG 1,  298, télégrammes très secrets no 12 à 14, de l’amiral d’Argenlieu au général de Gaull (...)

35Dans ce cadre, on semble donc s’orienter vers des relations apaisées entre Carlton Gardens et Washington. Pourtant, à Nouméa, la situation reste très préoccupante. L’accord sur les terrains d’aviation ne résout pas les questions immédiates de défense d’autant plus que le Japon a entamé sa course vers le sud du Pacifique et que rien ne paraît pouvoir l’arrêter. Au lendemain de l’assaut japonais sur Pearl Harbor, l’amiral d’Argenlieu avait transmis à Washington une liste de matériel nécessaire selon lui à la défense des colonies françaises. Étaient ainsi réclamés des avions, des canons à longue portée, des canons de DCA. Or, mi-janvier, rien n’est encore parvenu en Calédonie et les Américains semblent ignorer cette demande. L’amiral se trouve donc désarmé face à une attaque vraisemblablement prochaine du Japon. Les mesures prévues pour y faire face sont dérisoires. On étudie la possibilité de détruire les équipements qui pourraient être utiles au Japon, comme les mines et les usines. L’entraînement des Mélanésiens à des opérations de guérilla est également envisagé 122. En raison de ces sombres perspectives, l’amiral d’Argenlieu envoie un véritable appel au secours à Londres : « Le moral des populations est atteint du fait de la pénurie des armements. (…) Rien à ajouter en ce qui concerne l’Amérique. Cette dernière semble résolue à tirer de nous tout ce qui l’intéresse sans aucune compensation pour nous. (…) J’appréhende, sans certitude absolue, une combinaison secrète entre l’Amérique et l’Australie pour nous imposer, sans consultation préalable, le débarquement de troupes américaines. Vous m’avez interdit la chose. J’exécuterai vos ordres par tous les moyens. (…) La menace ennemie se rapproche chaque jour, l’attaque peut surgir demain. (…) En ma qualité de Commissaire National pour le Pacifique, je vous informe, mon Général, ainsi que le Comité National, qu’actuellement il m’est impossible de défendre efficacement, je dis efficacement, nos Îles avec les plans d’eau et les terrains d’aviation démunis de moyens de défense, sans canons, sans armes motorisées, sans avions, sans fusils, même sans hommes solidement encadrés. Je vous donne par contre, l’assurance, mon Général, que le haut-commissaire continuera, jusqu’au bout, à faire de son mieux et qu’il est résolu à se faire tuer sur place dans l’honneur et pour la libération de la Patrie à venir, à laquelle il croit fermement. Il compte être suivi dans cette voie, matériellement stérile mais spirituellement féconde, par un nombre appréciable de collaborateurs civils et militaires et d’hommes de la brousse. » 123

  • 124  AN, 3 AG 1,  295, télégramme très secret no 641b/CAB/48, du général de Gaulle au contre-amiral d’A (...)
  • 125   Boissieu (général Alain de), Pour combattre avec de Gaulle 1940-1946, Paris, Plon, 1990, p. 220.
  • 126  AN, 3 AG 1,  298, télégramme secret et personnel sans numéro (enregistré à Londres sous le code FC (...)
  • 127  Dans une lettre à l’amiral Muselier, d’Argenlieu écrivait alors : « J’ai espéré très fort un momen (...)

36La réponse du général de Gaulle à d’Argenlieu est à la mesure du désarroi qu’il perçoit chez son subordonné et du très profond attachement qui l’unit à lui. Il fait alors appel aux sentiments les plus intimes de l’amiral, qui, rappelons-le, est en religion le révérend père Louis de la Trinité de l’ordre des Carmes déchaux : « Je sais que vos moyens sont faibles et je discerne que l’atmosphère doit laisser à désirer autour de vous. Je fais tout le possible pour vous renforcer. (…) De toute manière, je sais que vous vous défendrez bien. On peut dire que l’honneur du drapeau français et celui de la Chrétienté sont là-bas entre vos mains. Je vous embrasse. »124 L’ultime formule de ce message est extrêmement rare dans la correspondance du Général. Citant la réponse que de Gaulle fait au général Leclerc quand celui-ci lui annonçait, le 23août1944, que les opérations destinées à libérer Paris seraient entreprises le lendemain, et où l’on trouve exactement la même tournure, Alain de Boissieu estime que cette expression était, chez le chef des Français libres, « inusitée »125. Cet appel au sacrifice fait écho aux conceptions profondes de l’amiral, telles qu’elles sont perçues par son directeur de cabinet, le député Paul Antier : « La situation est, de jour en jour, plus critique. (…) L’Amiral d’Argenlieu est résolu à mourir avec nous. (…) Je vous supplie de lui adresser l’ordre impératif de prendre toutes dispositions pour continuer à représenter la France dans le Pacifique, quoiqu’il advienne de la Nouvelle-Calédonie. »126 Comme à Dakar, en septembre 1940, lors de l’opération Menace, l’amiral d’Argenlieu est prêt à se sacrifier pour la France libre127.

  • 128  AN, 3 AG 1,  196, télégramme no 3 380a/Eco de Pleven à haut-commissaire d’Argenlieu, 10 décembre 1 (...)
  • 129  FRUS, 1941-1943, The Conferences at Washington, 1941-1942, and Casablanca, 1943, p. 179-327.
  • 130  Daly (Henri), Nouvelle-Calédonie : porte-avions américains dans les mers du sud, Nouméa, Société d (...)
  • 131  MAE, guerre 1939-1945, Vichy, sous-série E Asie, télégramme secret no 263, de Henry-Haye au minist (...)
  • 132  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, télégramme très secret no 640b/Diplo/47, du CNF à l’amiral d (...)
  • 133 The Papers of Dwight David Eisenhower, The War Years, no 168, p. 163-165, message no WPD 3718-31 du (...)
  • 134  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, vol.  74, télégramme no 698b/Diplo/39, du CNF à LibFrance Wa (...)

37Comment expliquer ce délai américain à la livraison d’armements indispensables à la défense des territoires du Pacifique ? En fait, comme l’a très bien compris l’amiral d’Argenlieu dans son message du 24 janvier, Washington a décidé d’assumer directement la défense d’autant plus que les Français ont fort opportunément rappelé que la Nouvelle-Calédonie, à la merci du Japon, possède d’importants stocks de nickel 128. Lors de la conférence Arcadia (24 décembre 1941 – 14 janvier 1942), les Américains, en accord avec le Combined Chiefs of Staff décident l’envoi d’un corps expéditionnaire en Nouvelle-Calédonie 129. Cette force, qui prend les noms successifs de Task Force 6814, de « Poppy Force », puis de USAFINC (United States Army Force in New Caledonia) ou encore d’« Americal division », compte environ 11 000 hommes lorsqu’elle quitte New York le 23 janvier 130. En parallèle, les Américains mettent en garde Vichy contre toute tentative militaire contre la Nouvelle-Calédonie qui serait menée par l’amiral Decoux depuis l’Indochine 131. La France libre est très mal informée des intentions américaines. Si, à la fin janvier, le Département d’État annonce que des mesures pour défendre la Calédonie ont été prises, rien de précis n’est révélé 132. Ce silence des Américains sur leurs plans à Nouméa est volontaire 133. L’amiral finit quand même par apprendre que des forces terrestres vont prochainement arriver en Nouvelle-Calédonie. Ignorant délibérément le déséquilibre du rapport de force et se plaçant dans une logique politique, d’Argenlieu demande, conformément aux instructions du Comité national, à disposer du commandement supérieur de toutes les troupes alliées qui pourraient concourir à la défense directe des possessions françaises 134.

  • 135  AN, 3 AG 1,  295, télégramme très secret no 874b/Diplo/49, du CNF à Tixier, 1er février 1942.
  • 136  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP 14, lettre de Mac Vitty au haut-commissaire d’Argenlieu, 2 (...)

38L’arrivée de très nombreux soldats américains semble presque dépasser le Comité national. La rente géopolitique offerte par les îles ralliées du Pacifique paraît sur le point d’échapper à Carlton Gardens. La France libre réclame alors une contrepartie politique pour accepter la présence des troupes américaines sur ses territoires. À l’heure où l’amiral Decoux, nommé à Saigon haut-commissaire de France pour le Pacifique par le maréchal Pétain, multiplie les déclarations belliqueuses, de Gaulle exige une reconnaissance publique de sa souveraineté sur les îles du Pacifique 135. Pour ménager les Français libres en même temps qu’on leur annonce l’envoi d’un important corps expéditionnaire commandé par le général Alexander Patch, le Département d’État s’y résout et consent à cette reconnaissance : « La politique du Gouvernement des États-Unis en ce qui concerne la France et les territoires français a été basée sur le maintien de l’intégrité de la France et de l’Empire français, et la restauration future de l’indépendance complète de tous les territoires français. Soucieux de son amitié traditionnelle pour la France, ce gouvernement sympathise profondément non seulement avec le désir du peuple français de maintenir ses territoires intacts, mais aussi avec les efforts du peuple français pour continuer à résister aux forces d’agression. (…) C’est avec les autorités françaises qui ont le contrôle effectif des territoires français dans le Pacifique que ce gouvernement a traité et continuera de traiter sur la base de leur administration présente des territoires en question. Ce gouvernement reconnaît en particulier que les îles françaises dans cette zone sont sous le contrôle effectif du Comité national français établi à Londres, et les autorités des États-Unis coopèrent pour la défense de ces îles avec les autorités établies par le Comité national français et avec nulle autre autorité française. Ce gouvernement apprécie l’importance de l’accord librement consenti ci-dessus pour la réorganisation de la défense de la zone du Pacifique. » 136

  • 137  AN, 3 AG 1,  298, télégramme no 1857b/Diplo/300, de CNF à haut-commissaire Pacifique, 7 mars 1942.
  • 138  FRUS, 1942, Europe, vol.  II, p. 694-695, mémorandum d’une conversation entre Sumner Welles et Gas (...)

39Pour de Gaulle, cette déclaration « marque un tournant dans la politique de Washington [et] constitue pour nous une garantie sérieuse et suffisante » mais implique pour l’amiral d’Argenlieu qu’il « veille jalousement au maintien de nos prérogatives de souveraineté »137. Washington montre sa bonne volonté en admettant le 6 mars la France libre au Comité de guerre du Pacifique. De plus, le Département d’État repousse fermement la protestation du gouvernement de Vichy estimant qu’il est inconcevable que les problèmes du Pacifique soient traités avec un gouvernement qui ne contrôle pas effectivement les territoires en question 138.

  • 139  MAE, Guerre 1939-1945, Londres-Alger, volume 74, télégramme secret et personnel no 1585b/EMP/110 d (...)
  • 140  Païta (Gabriel), Cazaumayour (Jérôme) et Dekker (Thomas de), Gabriel Païta : témoignage Kanak. D’O (...)
  • 141  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP  16, télégramme no 38, du haut-commissaire Pacifique au gé (...)
  • 142  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP 16, message no Cab.M/39, de l’amiral d’Argenlieu au brigad (...)
  • 143  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP  16, message secret no Cab.M/48, du haut-commissaire Pacif (...)

40Face à l’ampleur des troupes annoncées à Nouméa et satisfait de cette première reconnaissance américaine, même partielle, de Gaulle modifie les instructions concernant la défense de l’île. L’amiral ne doit plus que se réserver la défense directe des colonies françaises et peut accepter de dépendre de Patch pour l’action interalliée 139. Le 12 mars 1942, les Américains débarquent en Nouvelle-Calédonie avec un matériel très important et très impressionnant. Cette démonstration américaine marque les Calédoniens qui ont eu le sentiment que « les Martiens débarquaient »140. Face à l’importance des effectifs et des armes américaines, d’Argenlieu est contraint de céder le commandement des forces alliées en Calédonie 141. Les troupes françaises stationnées en Calédonie restent sous commandement français, mais leur emploi tactique est confié au général Patch 142. L’amiral explique avoir alors éprouvé « une profonde émotion à confier à des mains étrangères la défense d’une terre de l’Empire français, à constater cruellement l’impuissance où nous étions d’en assurer la sécurité » 143.

Conclusion

41Entre les ralliements de l’été 1940 et l’arrivée des troupes commandées par Patch, la France libre a réussi à faire fructifier la « rente de situation » offerte par les colonies françaises du Pacifique. Incapables d’assumer avec leurs faibles moyens la défense des îles, les Français libres ont réussi à y intéresser Washington tout en obtenant, pour la première fois, une déclaration américaine très favorable pour eux. Toutefois, ce jeu français est à double tranchant et le général de Gaulle le sait parfaitement : les Américains pourraient être tentés de considérer ces bases comme nécessaires à leur défense après le conflit. Pour se prémunir face à ce risque, le Général a un envoyé sur place, l’amiral Thierry d’Argenlieu en qui il a toute confiance, dont il connaît l’intransigeance et qui ne risque pas de céder la moindre parcelle des droits souverains de la France. L’inflexibilité de l’amiral et les maladresses de Patch ne manquent pas de provoquer, dès mai 1942, en pleine bataille de la mer de Corail et alors que les Britanniques viennent de commencer la conquête de Madagascar, une crise ouverte et suraiguë qui remet en cause le fragile équilibre d’une défense placée sous influence.

Haut de page

Notes

1  Ainsi, en 1940 la Nouvelle-Calédonie a produit 478 000 tonnes de nickel, 51 000 tonnes de chrome alors que les EFO ont produit 173 000 tonnes de phosphate.

2  COMSOPAC : Commander South Pacific Area & South Pacific Force. Le COMSOPAC est depuis sa création, en avril 1942, sous les ordres de l’amiral Nimitz, CINCPOA (Commander in Chief Pacific Ocean Area).

3  Cité dans André Beziat, Franklin Roosevelt et la France (1939-1945) : la diplomatie de l’entêtement, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 227-228.

4  Eisenhower (Dwigth D.), Croisade en Europe. Mémoires sur la Deuxième Guerre mondiale, Paris, Robert Laffont, 1949, p. 37-41.

5  Aldrich (Robert), France and the South Pacific since 1940, London, Macmillian, 1993, p. 17.

6  Ainsi, aux EFO, entre 1880 et 1945, 52 gouverneurs se sont succédé pour une durée moyenne de séjour qui oscille entre un an pour la période 1880-1914 et 18 mois pour l’entre-deux-guerres, le record en la matière étant détenu par le gouverneur Simoneau qui n’est resté en fonction qu’un mois et un jour. [Cheung Francis, Tahiti et ses îles (1919-1945). Étude d’une société coloniale aux antipodes de sa métropole, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 47]

7  Service historique de la Défense, département Marine (désormais SHD/DM), TTC  10, « Extraits des rapports de l’aviso colonial Dumont d’Urville », 2 avril 1941. Ce rapport a été intercepté par les Forces navales françaises libres (FNFL).

8  SHD/DM, 1 BB3 58, message secret n° 406 I/I, du ministre des Colonies au gouverneur de la Nouvelle-Calédonie et Dépendances, 14 mars 1929.

9  Lasterle (Philippe), « Les bases et points d’appui coloniaux (1919-1939) : une modernisation trop tardive » in Les bases et les arsenaux d’outre-mer, du Second Empire à nos jours, Paris, Lavauzelle, 2002, p. 115-123.

10  Ageron (Charles-Robert), « Le mythe impérial » in La puissance en Europe, 1938-1940 sous la direction de René Girault et Robert Frank, Paris, Publications de la Sorbonne, 1984, p.231.

11  Castex (amiral Raoul), Théories stratégiques, tome III, Les facteurs externes de la stratégie, Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1931, p. 182-332.

12  Duroselle (Jean-Baptiste), Politique étrangère de la France. L’abîme 1939-1944, Paris, Seuil, coll. « Points », 1986, p. 300-340.

13  Le ralliement du Gabon en novembre 1940 appartient à la même séquence chronologique, mais repose sur une intervention armée où la marine, commandée par le commandant d’Argenlieu, joue le premier rôle et au cours de laquelle l’aviso Bougainville est coulé par son sistership FNFL, le Savorgnan de Brazza. La seule colonie du Pacifique qui ne s’est pas ralliée, Wallis-et-Futuna, le sera lors d’une opération préparée par l’amiral d’Argenlieu en mai 1942.

14  Michel (Marc), « Les ralliements des colonies françaises à la France libre (1940) », Les ralliements. Ralliés, traîtres et opportunistes du Moyen Âge à l’époque moderne et contemporaine. Actes du colloque tenu à la maison des sciences de l’homme d’Aquitaine les 9, 10, 11 février 1995, sous la direction Marc d’Agostino, Françoise Beriac et Anne-Marie Dom, Bordeaux, CROCEMC – université Michel Montaigne-Bordeaux III, 1997, p. 239-259.

15  Sautot (Henri), Grandeur et Décadence du gaullisme dans le Pacifique, Melbourne, Cheshire, 1949, p. 11.

16  Regnault (Jean-Marc) et Kurtovitch (Ismet), « Les ralliements du Pacifique en 1940. Entre légende gaulliste, enjeux stratégiques mondiaux et rivalités Londres/Vichy », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 49-4, octobre-décembre 2002, p. 71-90.

17  Brou (Bernard), Espoirs et réalités. La Nouvelle-Calédonie de 1925 à 1945, thèse de doctorat de IIIecycle, Nouméa, Publications de la Société d’études historiques de la Nouvelle-Calédonie, 1975, p.155. Cette opinion, qui voit le mouvement de ralliement comme l’expression d’une volonté d’émancipation de la population européenne de Nouvelle-Calédonie est également partagée par Ismet Kurtovitch, La vie politique en Nouvelle-Calédonie (1940-1953), thèse de doctorat de l’université française du Pacifique sous la direction de Paul de Dekker, 1998, p. 401-418.

18   Lauvray (Caroline), Henri Sautot. Premier Gouverneur de la France Libre, mémoire de maîtrise de l’université Michel de Montaigne-Bordeaux III, sous la direction de Bernard Lachaise, 2000, p. 8-47. Dans ses mémoires, Sautot s’est défendu d’une trop grande anglophilie, pourtant, il y affirme également qu’il était prêt à passer au service des Britanniques s’il n’était pas suivi par la population des Nouvelles-Hébrides.

19  Sautot (Henri), op.cit., p. 21.

20  Cremieux-Brilhac (Jean-Louis), op.cit., p. 137.

21  Le mot de « dissidence » est le synonyme vichyste du mot gaulliste de « ralliement ».

22  Weill (Henri), 2 septembre 1940. Tahiti – France Libre. Le ralliement des Établissements français d’Océanie au général de Gaulle, Paris, Lavauzelle, 2002, p.21.

23  Gaulle (Charles de), Mémoires de guerre, vol. 1, L’Appel (désormais mentionné sous cet unique titre), p. 104.

24  Ageron (Charles-Robert), « La survivance d’un mythe. La puissance par l’empire colonial (1944-1947) », La puissance française en question (1945-1949) sous la direction de René Girault et Robert Frank, Paris, Publications de la Sorbonne, 1988, p. 31-36.

25  « Rapport Bayardelle », Bulletin de la Société d’études historiques de la Nouvelle-Calédonie, no 20, 3e trimestre 1974, p. 1-48.

26  Lawrey (John), “The Cross of Lorraine in the South Pacific. Australia and the Free French movement 1940-1942”, Canberra, Journal of Pacific History, 1982, p.16-18.

27  Munholland (Kim), Rock of Contention. Free French And Americans at war in New-Caledonia, 1940-1945, New York, Berghahn Books, 2005, p. 40.

28  Documents on Australian Foreign Policy (désormais DAFP), 1937-1949, vol. IV, no 45, document non numéroté et non daté mais antérieur au 8 août 1940. Ce brouillon est le seul document concernant les instructions données à Ballard retrouvé dans les archives australiennes.

29  DAFP, 1939-1947, vol. IV, no 70, télégramme non numéroté du cabinet du Premier ministre à Bruce, 13 août 1940.

30  Day (David), The great betrayal. Britain, Australia and the onset of the Pacific war 1939-42, Melbourne, Oxford University Press, 1988, p. 91.

31  DAFP, 1939-1947, vol. IV, no 83, télégramme no 5 du Department of External Affairs à Ballard, 29 août 1940.

32  Centre des archives d’outre-mer (désormais CAOM), fonds ministériels, série géographique, Nouvelle-Calédonie, 233, message no 1529 FMF 3 de l’amiral de la flotte François Darlan au secrétaire d’État aux Colonies, 14 août 1940.

33  Le message, auquel l’amiral de Laborde fait référence dans une réponse à l’amiral Darlan le 12 novembre 1942 lui demandant de faire appareiller la flotte de Toulon, est le suivant : « De la part Commandant, officier en second, état-major et équipage Dumont d’Urville votre 230 – stop –  Merde [sic]. Signé : Quièvrecourt.» Le second du Dumont d’Urville ne s’explique d’ailleurs par pourquoi l’amiral Muselier lui a envoyé un tel message, reçu par l’intermédiaire du poste civil de Nouméa [Tailliez (Jacques), « 1940 : l’aviso-colonial Dumont d’Urville à Nouméa », Cols bleus, no 2 145, 9 novembre 1991, p. 8-12].

34  Cremieux-Brilhac (Jean-Louis), op.cit., p. 81. Pour plus de détails sur les excellentes relations entretenues par Churchill et de Gaulle à l’été 1940, voir : Kersaudy (François), De Gaulle et Churchill. La mésentente cordiale, Paris, Perrin, Coll. « Tempus », 2003, p. 79-104.

35  Lawrey (John), op.cit., p. 36-40.

36  SHD/DM, TTY  235, registre des communications secrètes du Dumont d’Urville, no 1/40, message secret no 6554 du commandant en chef des Forces maritimes françaises à Marine Saigon et au Dumont d’Urville, 10 septembre 1940. L’Amiral Charner n’appareille de Saigon que le 17 septembre 1940 (SHD/DM, TTY 758, affectations de l’Amiral Charner pour l’année 1940).

37  SHD/DM, TTY 237, message no BN 7/40, du commandant Showers au capitaine de frégate Toussaint de Quièvrecourt, 24 septembre 1940.

38  Lacouture (Jean), Charles de Gaulle, tome 1, Le rebelle 1880-1944, Paris, Seuil, 1984, p. 428.

39  Télégramme du général de Gaulle au capitaine Broche, 24 septembre 1940, cité dans Charles de Gaulle, Lettres notes et carnets. Juin 1940-Juillet 1941, Paris, Plon, 1981, p. 122-123.

40  CAOM, fonds ministériels, série géographique, Nouvelle-Calédonie, 233, note secrète no 61/3 EMCOL, « Renseignements sur la Nouvelle-Calédonie et les Nouvelles-Hébrides », établie par le 3e bureau de l’état-major des Colonies pour la direction des affaires politiques, signée du colonel Molière, 9 février 1942.

41  Bell (Roger J.), Unequal Allies. Australian-american relations and the Pacific war, Melbourne, Melbourne Univerity Press, 1977, p. 10-36.

42  Archives australiennes, A2671, War Cabinet agendum 282/1940, 30 décembre 1940, cité par John Lawrey, op.cit., p. 54.

43  DAFP, 1937-1949, vol. IV, no 255, télégramme no 43, de Menzies à Lord Cranborne, 23 janvier 1941.

44  Télégramme du général de Gaulle au gouvernement du Commonwealth d’Australie, 27 janvier 1941 cité dans Charles de Gaulle, Lettres notes et carnets, op.cit., p. 238.

45  Service historique de la Défense, département de l’armée de Terre (désormais SHD/DAT), 12 H 4, message confidentiel non numéroté de Ballard au gouverneur de la Nouvelle-Calédonie, 10 février 1941. La précision quant à la tenue civile est donnée dans DAFP, 1939-1947, vol. IV, no 281, télégramme no 48, de Fadden à Fraser, 10 février 1941.

46  SHD/DM, TTD 778, télégramme no 157 de Sautot au général de Gaulle, 16 mai 1941.

47  SHD/DM, TTD 778, document établi par l’EM 3 des FNFL, « Tableau comparatif des besoins de défense de la Nouvelle-Calédonie et des offres de l’Australie », 27 mai 1941.

48  Gaulle (Charles de), L’Appel, op.cit., p. 70.

49  Ibid, p. 69.

50  Ministère des Affaires étrangères (désormais MAE), guerre 1939-1945, Londres-Alger, volume 328, télégramme no 35, du gouvernement de Nouvelle-Zélande au haut-commissaire du Royaume-Uni pour le Commonwealth d’Australie et de Nouvelle-Zélande, 24 février 1941.

51  CAOM, fonds ministériels, télégrammes, 1 TEL 811, télégramme no 3330 du général Petit au général de Gaulle, 24 avril 1941.

52  Archives nationales (désormais AN), papiers Cassin, 382 AP 52, télégramme no 192, du général de Gaulle à Pleven, 2 juin 1941.

53  SHD/DM, TTD  778, télégramme no 200, de Sautot à France libre, 23 juin 1941.

54  Télégramme du général de Gaulle au haut-commissaire d’Argenlieu, 4 août 1941 cité dans Charles de Gaulle, Lettres notes et carnets. Juillet 1941-Mai 1943, Paris, Plon, 1982, p.40.

55  Sautot (Henri), op.cit., p. 78.

56  Archives australiennes, AA1975/215, 21/44, Ballard’s memorandum, 25 février 1941 cité par John Lawrey, op.cit., p. 65.

57  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP 1, agenda de l’année 1941.

58  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP 7, lettre du commandant d’Argenlieu au général de Gaulle, 10 juillet 1941.

59  CAOM, fonds ministériels, télégrammes, 1 TEL  811, télégramme au départ no 4145, de Pleven au général de Gaulle, 3 juin 1941.

60  Gaulle (Charles de), L’Appel, op.cit., p. 188.

61  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, volume  153, « Conclusions tirées des débats » de la Commission d’enquête au sujet des incidents de Tahiti mise en place en janvier 1942.

62  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517  AP  13, lettre du gouverneur général Brunot au général de Gaulle, 13 mai 1941.

63  Kurtovitch (Ismet), op.cit., p. 455.

64  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP 8, télégramme n° 303 du général de Gaulle à la délégation de la France libre à Londres, 9 juillet 1941. L’Appel mentionne ce télégramme à la page 474 mais procède à une coupe qui altère une partie des pouvoirs confiés au commandant Georges Thierry d’Argenlieu.

65  AN, 3 AG 1, 326, lettre du commandant d’Argenlieu au général de Gaulle, 10 juillet 1941.

66  Gaulle (Charles de), L’Appel, op.cit., p. 188.

67  AN, 3 AG 1, 326, lettre du commandant d’Argenlieu au général de Gaulle, 10 juillet 1941.

68  CAOM, fonds ministériel, télégrammes, 1 TEL 819, télégramme no 8 du haut-commissaire Pacifique à l’état-major particulier du général de Gaulle, 29 octobre 1941.

69  SHD/DM, papiers Muselier, 145 GG²  7, procès-verbal secret du Comité militaire, séance du 17 juin 1941.

70  AN, 3 AG 1, 295, télégramme anonyme (mais émanant probablement du Comité de défense de l’Empire) no 4667 CD, au général de Gaulle, 1er juillet 1945. Ce télégramme est reçu par le général le 5 et sa décision de faire partir d’Argenlieu est annoncée le 9 juillet.

71  Muselier (vice-amiral Émile), De Gaulle contre le gaullisme, Paris, Éditions du Chêne, 1946, p. 173.

72  Du titre des mémoires de René Cassin. Cassin (René), Les hommes partis de rien. Le réveil de la France abattue (1940-41), Paris, Plon, 1974, 490 pages.

73  Le « gaullisme de la Résistance » est l’une des trois formes du « gaullisme gaullien » identifiée par SergeBerstein, « De la démocratie plébiscitaire au gaullisme : naissance d’une nouvelle culture politique républicaine ? », Les cultures politiques en France sous la direction de Serge Berstein, Paris, Seuil, Coll. « Points », 2003, p. 153-187.

74  Passy (colonel), Mémoires du chef des services secrets de la France libre, Paris, Odile Jacob, 2000, p. 106.

75  AN, papiers Cassin, 382 AP 27, journal de René Cassin pour l’année 1941.

76  Cassin (René), op.cit., p. 389-390.

77  SHD/DM, papiers du VAE Muselier, 145 GG² 7, lettre du capitaine de vaisseau d’Argenlieu au professeur René Cassin, 31 juillet 1941.

78  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP 7, lettre du commandant d’Argenlieu au général de Gaulle, 10 juillet 1941. Dans un courrier privé au général de Larminat, d’Argenlieu est encore plus catégorique : « L’intérim de Pleven est fait par Cassin. Il y aurait grand besoin que ce ne fut pas trop long » (AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP 7, lettre du commandant d’Argenlieu au général de Larminat, 20 juillet 1941).

79  SHM/DM, TTD 778, télégramme no 287, d’Henri Sautot à France libre, 26 août 1941.

80  Ibid et Henri Sautot, op.cit., p. 107-113. Le gouverneur Sautot se fait d’ailleurs une spécialité de signaler les dépenses prétendument somptuaires de l’amiral d’Argenlieu et qu’il dénonce de façon extrêmement vigoureuse dans ses mémoires. À ce propos, le commissaire de marine Gaignard, membre de l’état-major de d’Argenlieu dans le Pacifique puis en Indochine, rencontré le 9 novembre 2007, conteste les assertions présentées par Sautot dans ses mémoires, en particulier sur le train de vie de d’Argenlieu.

81  AN, fonds Thierry d’Argenlieu, 517 AP 8, « Compte-rendu de mission » signé du contre-amiral d’Argenlieu, 10 juin 1943.

82  AN, 3 AG 1, 295, télégramme secret no 4714 du Premier ministre Canberra au haut-commissaire au Royaume-Uni, 25 août 1941.

83  Archives privées, « Notes de guerre 1939-1945 de l’enseigne de vaisseau Bureau ». Document très aimablement communiqué par madame L. Bureau.

84  AN, 3 AG 1, 196, télégramme no 402 du général de Gaulle au commandant d’Argenlieu, 4 août 1941.

85  DAFP, vol. V, no 36, télégramme secret no 4 339, de Menzies à Bruce, 9 août 1941.

86  Argenlieu (amiral Georges d’), Souvenirs de guerre. Juin 1940-Janvier 1941, Paris, Plon, 1973, p. 181-183 et Roussel (Éric), Charles de Gaulle, Paris, Perrin, Coll. « Tempus », 2006, p. 259-263.

87  AN, 72 AJ 238, témoignage du vice-amiral Auboyneau recueilli pour le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale en janvier et février 1949.

88  AN, 3 AG 1,  295, télégramme no 475a/M3 de l’amiral Muselier au général de Gaulle, 6 août 1941. Après l’attaque de Pearl Harbor, Le Triomphant qui aurait dû rentrer en Méditerranée est mis sous le commandement tactique du commandant en chef britannique commandant en Extrême-Orient. Peu avant son appareillage de Liverpool, le Cap des Palmes, alors cargo fruitier est rapidement armé en croiseur auxiliaire. On compte profiter de son séjour dans le Pacifique pour le transformer définitivement. Enfin, le Surcouf est perdu le 12 février 1942 à proximité du canal de Panama alors qu’il rejoignait le Pacifique.

89  Senes (Jacqueline), La vie quotidienne en Nouvelle-Calédonie de 1850 à nos jours, Paris, Hachette, 1985, p.267-268.

90  Plusieurs télégrammes laissent entendre que, dans l’esprit du général de Gaulle, la mission de d’Argenlieu devait être de très courte durée. Voir notamment CAOM, fonds ministériels, télégrammes, 1 TEL 811, télégramme no 1840a/CH du général de Gaulle au haut-commissaire d’Argenlieu, 9 octobre 1941.

91  AN, 3 AG 1, 298, rapport no 8 EM0, du capitaine de frégate Cabanier au haut-commissaire de France pour le Pacifique, 2 novembre 1941.

92  SHM/DM, TTD 774, rapport no 8 EMI du capitaine de frégate Cabanier au haut-commissaire d’Argenlieu, 31 octobre 1941.

93  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP 19, télégramme no 16, du haut-commissaire d’Argenlieu au général de Gaulle, 27 novembre 1941.

94  AN, 3 AG 1, 197, télégramme no 193 du haut-commissaire d’Argenlieu au CNF, 8 novembre 1941.

95  SHD/DM, TTD  778, message secret no 17/X du chef du service des travaux publics au capitaine de corvette Gilbert, 27 octobre 1941.

96  Kaspi (André), « La stratégie navale des États-Unis dans le Pacifique, 1919-1941 », Relations internationales, no 60, hiver 1989, p. 487-499.

97  Miller (Edward S.), War Plan Orange. The US Strategy to Defeat Japan, 1897-1945, Annapolis, Naval Institute Press, 1991, 509 pages.

98  Le « plan dog » est le mémorandum no Op-12-CTB du 12 novembre 1940 signé par l’amiral Stark dans lequel sont présentées les différentes hypothèses pour la conduite de la guerre. Il a été dénommé « plan dog » car le président Roosevelt a choisi la proposition d. qui consistait à donner la priorité au théâtre atlantique aux dépens du Pacifique.

99  Spector (Ronald H.), La guerre du Pacifique 1941-1945, Paris, Albin Michel, 1987, p.64-78.

100  Cogan (Charles), Alliés éternels, amis ombrageux : les États-Unis et la France depuis 1940, Bruxelles-Paris, Bruylant-LGDJ, coll. « Histoires », 1999, p. 45.

101  Kersaudy (François), De Gaulle et Roosevelt. Le duel au sommet, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2006, p. 66-67.

102  Rossi (Mario), Roosevelt and the French, Wesport, Praeger, 1993, p. 47-51.

103 Curton (Émile de), Tahiti 40. Récit du ralliement à la France des Établissements français de l’Océanie, Paris, Publications de la société des océanistes, 1973, p. 138-140.

104  CAOM, fonds ministériels, série géographique, Nouvelle-Calédonie, 233, note sans numéro de l’amiral de la Flotte, vice-président du Conseil des ministres et secrétaire d’État aux Affaires étrangères au contre-amiral secrétaire d’État aux colonies, 17 février 1941.

105 Foreign Relationship of United States (désormais FRUS), 1941, vol. I, p. 573-575, télégramme no 445 du secrétaire d’État à l’ambassadeur Winant, 15 octobre 1941.

106  CAOM, fonds ministériels, cabinet,  61, lettre secrète de Somerville Smith à Pleven, 29 octobre 1941.

107  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, vol. 74, lettre très secrète de Somerville Smith à René Cassin, 29 août 1941.

108  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, vol.  74, télégramme no 2353a/AX du CNF au commandant d’Argenlieu, 1er novembre 1941.

109  AN, 3 AG 1, télégramme no 13, du haut-commissaire du Pacifique au CNF, 17 novembre 1941.

110  AN, Papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP  19, télégramme no 15, du haut-commissaire du Pacifique à CNF, 24 novembre 1941.

111  FRUS, vol. I, 1941, p. 577, télégramme no 22, de MacVitty au secrétaire d’État, 22 octobre 1941.

112  FRUS, vol. I, 1941, p. 582-583, télégramme no 25, du secrétaire d’État à Mac Vitty, 27 novembre 1941.

113  Lawrey (John), op.cit., p. 88.

114  FRUS, vol.  I, 1941, p.  583, télégramme no 32, de Mac Vitty au secrétaire d’État, 1er décembre 1941.

115  Billotte (Pierre), Le temps des armes, Paris, Plon, 1972, p. 187

116  AN, 3 AG 1,  338, télégramme no 3439a/AX, du général de Gaulle à l’amiral d’Argenlieu, 12 décembre 1941.

117  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, vol. 328, télégramme secret no 3749a/Cab, du général de Gaulle à l’amiral d’Argenlieu, 24 décembre 1941.

118  L’expression de « Pearl Harbor diplomatique » est de Walter Lippmann. Cité dans Julian Hurstfield, America and the French nation, 1939-1945, Chapel Hill and London, University of North Carolina Press, 1986, p. 120.

119  Hull (Cordell), The Memoirs of Cordell Hull, vol. 2, London, Hodder & Stoughton, 1948, p. 1130-1131.

120  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, vol. 74, télégramme no 281b/Diplo/21, du CNF à l’amiral d’Argenlieu, 10 janvier 1942.

121  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, vol. 74, lettre de Ray Atherton à Adrien Tixier, 15 janvier 1942. Le point numéro cinq de cette lettre entraîne une protestation française libre dont Atherton ne tient pas réellement compte dans sa réponse du 29 janvier qui complète son courrier du 15.

122  SHD/DM, TTD 778, compte-rendu très secret no  27 CAB, « Étude de la liaison franco-australienne pour la défense terrestre de la Nouvelle-Calédonie », 29 décembre 1941.

123  AN, 3 AG 1,  298, télégrammes très secrets no 12 à 14, de l’amiral d’Argenlieu au général de Gaulle, 24 janvier 1942.

124  AN, 3 AG 1,  295, télégramme très secret no 641b/CAB/48, du général de Gaulle au contre-amiral d’Argenlieu, 27 janvier 1942.

125   Boissieu (général Alain de), Pour combattre avec de Gaulle 1940-1946, Paris, Plon, 1990, p. 220.

126  AN, 3 AG 1,  298, télégramme secret et personnel sans numéro (enregistré à Londres sous le code FC/GC/2080B), de Paul Antier au général de Gaulle, 9 mars 1942. Le télégramme porte la mention : « Prière de pas faire état de ce télégramme

127  Dans une lettre à l’amiral Muselier, d’Argenlieu écrivait alors : « J’ai espéré très fort un moment tomber totalement pour la France, en dégageant les vedettes [des tirs de mitrailleuses qui accueillent son arrivée dans le port de Dakar]. Ce fut un instant doux et précieux. Le bon Dieu n’a pas encore voulu de moi. C’est bien. Jusqu’à la fin on luttera pour la France le regard clair et le cœur ardent. » (SHD/DM, TTC  1, lettre manuscrite de Georges d’Argenlieu à l’amiral Muselier, 1er octobre 1940).

128  AN, 3 AG 1,  196, télégramme no 3 380a/Eco de Pleven à haut-commissaire d’Argenlieu, 10 décembre 1941.

129  FRUS, 1941-1943, The Conferences at Washington, 1941-1942, and Casablanca, 1943, p. 179-327.

130  Daly (Henri), Nouvelle-Calédonie : porte-avions américains dans les mers du sud, Nouméa, Société d’études historiques de la Nouvelle-Calédonie, 2002, p. 92-117.

131  MAE, guerre 1939-1945, Vichy, sous-série E Asie, télégramme secret no 263, de Henry-Haye au ministère des Affaires étrangères, 23 janvier 1942.

132  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, télégramme très secret no 640b/Diplo/47, du CNF à l’amiral d’Argenlieu, 25 janvier 1942 (répétition d’un message du Département d’État du 23 janvier).

133 The Papers of Dwight David Eisenhower, The War Years, no 168, p. 163-165, message no WPD 3718-31 du général Eisenhower au général Emmons, 4 mars 1942.

134  MAE, guerre 1939-1945, Londres-Alger, vol.  74, télégramme no 698b/Diplo/39, du CNF à LibFrance Washington, 27 janvier 1942.

135  AN, 3 AG 1,  295, télégramme très secret no 874b/Diplo/49, du CNF à Tixier, 1er février 1942.

136  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP 14, lettre de Mac Vitty au haut-commissaire d’Argenlieu, 25 février 1942.

137  AN, 3 AG 1,  298, télégramme no 1857b/Diplo/300, de CNF à haut-commissaire Pacifique, 7 mars 1942.

138  FRUS, 1942, Europe, vol.  II, p. 694-695, mémorandum d’une conversation entre Sumner Welles et Gason Henry-Haye, ambassadeur de Vichy aux États-Unis.

139  MAE, Guerre 1939-1945, Londres-Alger, volume 74, télégramme secret et personnel no 1585b/EMP/110 du général de Gaulle au contre-amiral d’Argenlieu, 25 février 1942.

140  Païta (Gabriel), Cazaumayour (Jérôme) et Dekker (Thomas de), Gabriel Païta : témoignage Kanak. D’Opap au pays de la Nouvelle-Calédonie 1929-1999, Paris, L’Harmattan, 1999, p.  43.

141  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP  16, télégramme no 38, du haut-commissaire Pacifique au général de Gaulle, 11 mars 1942.

142  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP 16, message no Cab.M/39, de l’amiral d’Argenlieu au brigadier-général Patch, 12 mars 1942.

143  AN, papiers Thierry d’Argenlieu, 517 AP  16, message secret no Cab.M/48, du haut-commissaire Pacifique au général de Gaulle, 26 mars 1942.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Vaisset, « Une défense sous influence », Revue historique des armées, 257 | 2009, 101-121.

Référence électronique

Thomas Vaisset, « Une défense sous influence », Revue historique des armées [En ligne], 257 | 2009, mis en ligne le 28 octobre 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/6882

Haut de page

Auteur

Thomas Vaisset

Agrégé d’histoire, il est chargé de recherches au département marine du SHD et prépare une thèse de doctorat à l’université Paris X-Nanterre, sous la direction du professeur Philippe Levillain, intitulée : L’amiral Thierry d’Argenlieu – Père Louis de la Trinité : le dernier moine-soldat ? 

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org