Navigation – Plan du site

Texte intégral

1La bataille ! Son histoire jalonne celle de l’humanité. Qu’elle se pare des atours de la victoire ou revête les oripeaux de la défaite, elle a au fil des siècles fait ou défait des nations. Elle a construit des empires ou précipité leur chute. Elle a porté aux nues ou voué à la disparition des peuples entiers. Son histoire, c'est-à-dire celle de la bataille considérée comme phénomène sui generis, est pourtant peu et rarement étudiée en France. Ses histoires, c'est-à-dire celles de toutes ces batailles qui marquent l’histoire des peuples, le sont à peine plus. Une certaine idée de l’histoire bataille, réduite à la description des mouvements de troupes amies, et ennemies serait à l’origine de ce désintérêt. C’est possible. Mais l’explication n’est pas suffisante car elle n’est à la hauteur ni de l’enjeu, ni de son intérêt. Elle est, en tout état de cause, contraire à toute démarche scientifique. Les articles qui constituent le dossier de ce numéro de la Revue historique des armées portent, sur « l’histoire bataille » et sur « l’histoire globale », des regards volontairement divergents, voire contradictoires. C’est là que réside leur intérêt. En parcourant un champ de recherche peu défriché, ils entendent nous montrer que les approches en sont nombreuses, que toutes sont intéressantes et qu’aucune n’est à rejeter. Sauf à fonder sa démarche sur des a priori

2Gérard Blier nous propose en ouverture du dossier une réflexion sur la place des grandes batailles dans la mémoire collective. Oscillant entre l’oubli et la sur-représentation il nous montre comment leur mémoire (Marignan ou Pavie ; Marengo ou Hohenlinden, la Marne ou Sedan, Na San ou Diên Biên Phu, etc.) façonne les esprits, conditionne la perception du monde et influence l’action des hommes. Fernand Braudel l’avait parfaitement compris lorsqu’il écrivait dans L’identité de la France que : « Rarement les études consacrées aux frontières parlent de la mer. Jusqu’où ne va pas le prestige, ou la superstition, de la terre solide ! » Ralf Pröve a, quant à lui, rédigé un article fondamental sur les approches et les perspectives actuelles de la « nouvelle histoire militaire de l’époque moderne en Allemagne ». Notons d’emblée que son article aurait, toutes choses égales par ailleurs, bien pu être écrit par un Français sur la France. Ce qui montre la similitude des parcours intellectuels des historiens militaires des deux nations. Extrêmement bien charpenté, il se situe au cœur de la problématique revendiquée par ce dossier, tant il montre bien comment la nouvelle historiographie allemande tend à situer la réflexion sur l’histoire du fait militaire au cœur d’une réflexion globale sur la société, en temps de paix et de guerre. L’histoire navale est ensuite mise à l’honneur par deux articles dus à Martin Motte et Jean de Préneuf pour le premier, à Christopher Martin pour le second. Par leur seule présence, ces articles montrent la vitalité de la recherche conceptuelle sur ce sujet. Le premier nous dresse un panorama complet de « l’écriture de l’histoire navale française à l’époque contemporaine ». Le second concentre son propos sur « la Royal Navy au début du XXe siècle ». Tous deux s’attachent à mettre en évidence les évolutions et le renouvellement des historiographies navales de part et d’autre de la Manche comme si la rivalité franco-britannique avait cessé en la matière, même si, comme le note Christopher Martin, « pour l’amiral Fisher, l’Entente avec la France représentait en fait une complication dont il ne voulait pas » ! Gilles Krugler nous donne enfin une leçon de pragmatisme anglo-saxon en s’intéressant aux conditions dans lesquelles l’armée américaine utilise l’histoire militaire à des fins opérationnelles. Il nous impose alors, en creux, de nous interroger sur les limites existentielles, fussent-elles floues, qui séparent le travail de l’historien, inscrit dans la durée et grand consommateur de temps, de celui de l’officier d’état-major en charge des leçons apprises (ou lessons learned) qui relève du temps présent et dont les résultats attendus doivent être immédiats. Il nous montre aussi que les militaires américains ont évité ces écueils en les distinguant et en y affectant des moyens distincts. En définitive, ces articles novateurs et très différents les uns des autres devraient pousser les historiens à approfondir leurs recherches sur les rapports complexes qui existent entre « l’histoire bataille » et « l’histoire globale ». Ce faisant ils pourraient parcourir ce champ de recherche en allant systématiquement de l’une à l’autre sans privilégier l’une ou l’autre dans l’ordre des préséances tant leur imbrication est forte et nécessaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Guelton, « Éditorial », Revue historique des armées [En ligne], 257 | 2009, mis en ligne le 15 décembre 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://rha.revues.org/6907

Haut de page

Auteur

Frédéric Guelton

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org