Navigation – Plan du site
Dossier

Éditorial

Frédéric Guelton

Texte intégral

1L’histoire militaire du XXe siècle a longtemps gravité, pour l’essentiel, autour des deux guerres mondiales, de la guerre froide et de la peur de la guerre nucléaire. Cette situation a eu une conséquence notoire pendant le second XXe siècle, celle d’imposer le gel, au moins en France, d’une partie de la réflexion… en histoire militaire.

2La « dissuasion à la française » interdisait de penser « les » guerres car elle était censée éviter « la » guerre. Elle y parvint fort heureusement mais négligea, ce faisant, de s’interroger sur ses limites conceptuelles. En d’autres termes, elle refusa de penser la durée et d’étudier les autres formes de guerre, considérées comme « mineures ». Et pourtant si nous portons notre regard sur l’ensemble des guerres dites « petites » ou de « basse intensité » que connut l’humanité, et auxquelles participèrent des forces françaises au cours de ce siècle, force est de constater qu’elles furent nombreuses, importantes et parfois déterminantes dans la vie des nations. Il en a d’ailleurs été de même au cours des siècles précédents.

3Parmi les formes de guerre négligées, les « expéditions militaires » occupent souvent la première place en raison de leur impact politique qui dépasse régulièrement leur dimension militaire. C’est ce qui rend le dossier de ce numéro de la revue pertinent et intéressant dans un monde « nouveau », le XXIe siècle, dans lequel les « vieilles et dépassées » expéditions militaires, revêtues des atours et du vocabulaire de la post-modernité occupent le devant de la scène et rejouent avec une constance remarquable des scénarii anciens, méconnus, ignorés ou oubliés.

4Les différents auteurs ont, parfois à leur insu, recréé le lien entre le passé qu’ils décrivent et le présent dans lequel nous vivons en faisant se rencontrer les situations d’hier et le vocabulaire d’aujourd’hui. Ainsi, Benoît Haberbusch s’interroge dans son article consacré à la gendarmerie au Mexique entre 1861 et 1867 sur son emploi, entre force prévôtale et force de sécurité intérieure. Il confère également une actualité à son propos en consacrant un long et passionnant développement à ce qu’il appelle les « portraits des gendarmes au Mexique ». Il nous rappelle, avec Ardant du Picq, la place centrale, constante et quasi invariable occupée par l’homme au cœur de l’action guerrière. Jean-François Brun nous propose un article remarquable sur l’intervention internationale en Chine en 1900-1901. Et si le titre nous renvoie au fameux film américain Les 55 jours de Pékin, son contenu montre combien cette expédition fut à la fois une opération de secours au profit des légations et une opération diplomatique, politique et psychologique, inscrite dans le temps long et résumée de façon magnifique par Pierre Loti : « (…) il semble, quand on y réfléchit, que certains de nos alliés aient été imprudents de semer ici tant de germe de haine et tant de besoin de vengeance ».

5Les articles de Julie Le Gac et de Julie d’Andurain méritent ici d’être abordés sous un angle particulier. Ils nous montrent tous deux qu’en pleine guerre mondiale des corps expéditionnaires peuvent être engagés dans des situations spécifiques et avec des objectifs une nouvelle fois davantage politiques que militaires. Ils forment également un ensemble cohérent par leur complémentarité : la première étudie la question de la coopération entre alliés « asymétriques » et la seconde remet l’homme, ici le général Gouraud, au cœur de sa réflexion. Ce qui est légitime quand on connaît la belle thèse que Julie d’Andurain a récemment soutenue en Sorbonne sur la même question. Ivan Cadeau pose enfin, à travers son étude sur le départ du corps expéditionnaire français d’Extrême-Orient, entre 1954 et 1956, une question centrale et actuelle ; celle du départ d’un corps expéditionnaire du lieu, de la région ou du pays où il vient d’intervenir. Bien préparé, organisé et planifié, le départ, et il n’est ici question ni de victoire ni de défaite, peut devenir un élément complémentaire de l’action diplomatique générale. Décidé et organisé à la hâte, il influe également sur le jeu diplomatique mais cette fois comme une contrainte supplémentaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Guelton, « Éditorial », Revue historique des armées [En ligne], 258 | 2010, mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/6909

Haut de page

Auteur

Frédéric Guelton

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org