Navigation – Plan du site
Présentation

« Les Croates et les Provinces illyriennes (1809-1813) »

Emmanuel Pénicaut
p. 124-125

Texte intégral

1En organisant un colloque international sur « Les Croates et les Provinces illyriennes (1809-1813) », l’Académie croate des sciences et des arts nous a rappelé la création par Napoléon Ier, le 14 octobre 1809, des « Provinces illyriennes ».

2Alors que la paix de Presbourg avait déjà donné aux Français la Dalmatie, occupée à partir de 1806 par le général Molitor et rattachée au royaume d’Italie du prince Eugène, la paix de Vienne permit à l’Empereur de s’agrandir encore aux dépens de l’Autriche et de créer un État qui s’étendait de Villach (Autriche, actuelle Carinthie) aux Bouches de Cattaro (Monténégro), dont la capitale fut installée à Laybach, aujourd’hui Ljubljana, en Slovénie.

3Le colloque, ouvert à Zagreb le 1er octobre 2009 et poursuivi les 2 et 3 octobre à l’université de Zadar (ancienne Zara), a permis de croiser les approches françaises et croates de la question. Côté français, une dizaine d’intervenants se sont penchés sur les gouverneurs successifs des Provinces : Marmont (J. Tulard), Bertrand (B. Doumerc), Fouché (E. de Waresquiel), sur la vision française de la Croatie (M. Kerautret) et des Croates (J.-O. Boudon), ainsi que sur les aspects économiques (J.-M. Olivier), juridiques (M. Gjidara) et militaires (J.-F. Brun, O. Chaline, E. Pénicaut) de la présence française. Malgré l’intérêt indéniable des Français pour ce nouveau pays, on note que son éloignement géographique et son manque d’unité n’en firent jamais une priorité pour l’administration impériale. L’Empereur reconnaissait lui-même, dès 1806, que « La Dalmatie n’[était] après tout qu’un avant-poste. Quelque importance qu’elle ait, de sa conservation ne dépend point la sûreté de l’Empire » et concluait en 1810 une lettre à Marmont dans les termes suivants : « En résumé, les Provinces illyriennes considérées sous les points de vue de guerre ne doivent être regardées que comme complétant la possession du Frioul. »

4Pourtant, l’expérience des Provinces illyriennes ne fut pas sans lendemain : près de quarante communications faites par des chercheurs croates ont rappelé combien ces quelques années de présence française, si elles avaient suscité des oppositions, en particulier religieuses, avaient influé sur la Croatie contemporaine. Parmi d’autres exemples, citons l’introduction du Code civil, la modification du régime de propriété, la réforme de l’enseignement, le soutien à la langue croate et à la parution du premier journal rédigé dans cette langue, le Kraljski Dalmatin ; la présence d’ingénieurs civils et militaires permit une amélioration significative du réseau routier et une nouvelle couverture cartographique du pays.

5L’année 2005 avait été marquée par la parution, sous la responsabilité partagée des Archives nationales françaises et croates et avec la collaboration de tous les pays concernés, d’un important guide des sources intitulé Napoléon et son administration en Adriatique orientale et dans les Alpes de l’Est (Zagreb, Archives nationales de Croatie, 2005, 1045 pages). Quatre ans après, le présent colloque montre, au moins pour la partie croate, que l’intérêt des historiens pour ce sujet ne s’est pas démenti. En attendant la parution, annoncée, de ses actes, signalons déjà la publication d’un volume de résumé des interventions (Académie croate des sciences et des arts, Les Croates et les Provinces illyriennes, 2009, 84 pages) et celle, à Split, d’un petit livre en français et en croate dû à Stjepan Lapenda et intitulé La vie économique et financière en Dalmatie napoléonienne (Split, Alliance française, 2009, 89 pages).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Pénicaut, « « Les Croates et les Provinces illyriennes (1809-1813) » », Revue historique des armées, 258 | 2010, 124-125.

Référence électronique

Emmanuel Pénicaut, « « Les Croates et les Provinces illyriennes (1809-1813) » », Revue historique des armées [En ligne], 258 | 2010, mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rha.revues.org/6949

Haut de page

Auteur

Emmanuel Pénicaut

Conservateur du patrimoine, il est chef du pôle des archives du département de l’armée de Terre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org