Navigation – Plan du site
Lectures

Stéphane Audoin-Rouzeau, Christophe Prochasson (dir.), Sortir de la Grande Guerre, le monde et l’après-1918

Tallandier, 2008, 512 pages
Gilles Krugler

Texte intégral

1Une fin de guerre se limite rarement à un brusque cessez-le-feu, un armistice mutuel ou une capitulation sans conditions. Ni d’un point de vue juridique ni d’un point de vue militaire, un état de guerre ne prend fin avec la fin effective des combats. C’est ce constat simple mais fondamental qui sert de point de départ à ce remarquable ouvrage qui tend à poser de nouvelles problématiques, politiques, économiques ou même quotidiennes, suscitées par les différents armistices et qui nous éclaire sur ce que Bruno Cabanes, à la suite de John Horne, a appelé dans son livre La Victoire endeuillée, « l’impossible démobilisation culturelle de l’immédiat après-guerre ». C’est là tout le pari de cet ouvrage que de donner au lecteur un aperçu le plus complet possible des différentes stratégies mises en place, à la fois par les individus, les États et les nations, pour tenter de s’affranchir des conséquences de la guerre. Dépasser les contingences physiques ou morales, réelles ou imaginaires de l’immédiat après-guerre, est alors un défi imposé à tous les belligérants qui doivent faire face aux difficultés d’une démobilisation voulue ou, au contraire, imposée. Dès lors, bien souvent, les stratégies et les pratiques étatiques, souvent maladroites qui visent à « clore » la guerre, se heurtent aux désirs profonds des anciens soldats qui hésitent, eux-mêmes, entre reconnaissance communautaire et volonté d’oubli. C’est l’un des grands mérites de ce livre que de croiser le plus possible cette difficile « démobilisation culturelle »avec les facteurs politiques et diplomatiques qui accompagnent la recomposition de l’espace européen et mondial. Remis à chaque fois dans leur perspective historique et politique par une courte introduction, dix-sept études réparties en cinq chapitres (écrits le plus souvent par des spécialistes reconnus) examinent, tour à tour, le poids de la victoire dans le camp des vainqueurs ; les conséquences de la paix imposée aux vaincus ; la difficile renaissance des pays occupés ; la lutte des nations encore en guerre après 1918 et les répercussions directes et indirectes de la Grande Guerre dans les Dominions britanniques et dans l’empire colonial français. Tant du point de vue de la perception individuelle (lire à ce propos la mise en perspective de l’expérience de veteran de J.-R.-R. Tolkien dans la contribution d’Adrian Gregory), que de celui des communautés nationales en tant que telles (Manfried Rauchensteiner sur la séparation et la difficile résurgence des nations autrichiennes et hongroises) ou de la tentative d’« actualisation » de l’espace ottoman par Mustafa Kemal telle que décrite par Hamit Bozarslan, la comparaison des différentes stratégies nationales pour repenser l’avenir est riche d’enseignements. Cette somme de connaissances sur le vécu d’un premier « après-guerre mondial » et sur la perception qui est en faite par les différentes communautés nationales demanderait bien évidemment d’être prolongée, cas par cas, ce que permet la bibliographie très complète qui termine cet ouvrage appelé à devenir une référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Krugler, « Stéphane Audoin-Rouzeau, Christophe Prochasson (dir.), Sortir de la Grande Guerre, le monde et l’après-1918 », Revue historique des armées [En ligne], 258 | 2010, mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 22 juin 2017. URL : http://rha.revues.org/6952

Haut de page

Auteur

Gilles Krugler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org