Navigation – Plan du site
Lectures

Jacques Portes, Les États-Unis et la guerre du Vietnam

Éditions Complexe, 2008 (1993), 396 pages
Anne-Aurore Inquimbert

Texte intégral

1La réédition de l’ouvrage de Jacques Portes, professeur à l’université Paris-VIII, sur les États-Unis et la guerre du Vietnam semblait toute justifiée dans le contexte de cette fin d’année 2008. Alors que la politique étrangère des États-Unis est à la recherche d’un souffle nouveau, les troupes américaines s’enlisent en Irak et en Afghanistan. Dans son introduction, l’auteur nous rappelle que jamais, avant la guerre du Vietnam (qui, de 1964 à 1972, a fait 58 000 morts dans les rangs américains), les États-Unis n’ont été autant « mis en accusation ». Il précise aussi que toutes les interventions militaires extérieures qui ont suivi ont sans cesse été mesurées « à l’aune du Vietnam ». Or, en cette fin 2008, la conscience américaine s’est-elle débarrassée du « syndrome du Vietnam » ? Mais que fut la guerre du Vietnam ? « Un conflit interminable, sans front et sans issue claire », telle est sa définition dans la sémantique des relations internationales. L’échec français en Indochine et la « théorie des dominos » ont permis l’intervention des États-Unis contre le gouvernement vietminh. D’abord secrète et limitée, cette intervention a été voulue par une Administration américaine qui, sans connaissance particulière du Vietnam, souhaitait « faire de ce pays un exemple de réussite démocratique ». Jacques Portes décrit très bien l’engrenage : comment l’envoi de quelques conseillers auprès d’un gouvernement sud-vietnamien entièrement financé par les subsides américains s’est transformé en un envoi de plus en plus massif de troupes et de moyens militaires ; comment, entre 1967 et 1972, les aviations américaine et sud-vietnamienne ont déversé 12 millions de tonnes de bombes sur le Nord Vietnam. Au bilan, les Américains persuadés de mieux faire que les Français ont été confrontés aux mêmes problèmes (guerre asymétrique, climat) et ont montré aussi peu de capacités à s’adapter, recherchant en vain l’affrontement frontal dans lequel leur armée aurait indéniablement obtenu la décision. L’auteur, du reste, rapporte une anecdote éclairante : jamais l’attaché militaire français en poste à Saigon, ancien combattant de la guerre d’Indochine, n’a été sollicité par un officier américain. Par ailleurs, en effectuant de nombreux parallèles avec la situation de la France après la guerre d’Indochine ou pendant et après la guerre d’Algérie, Jacques Portes met en exergue les différences notoires entre les réactions des médias et des opinions publiques des deux pays ou encore entre les comportements des anciens combattants américains et français de retour chez eux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Aurore Inquimbert, « Jacques Portes, Les États-Unis et la guerre du Vietnam », Revue historique des armées [En ligne], 258 | 2010, mis en ligne le 26 février 2010, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://rha.revues.org/6964

Haut de page

Auteur

Anne-Aurore Inquimbert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org