Navigation – Plan du site
Variations

L’armée argentine et les relations Perón-Franco

Laurent Bonardi
p. 93-105

Résumés

En 1946, le lieutenant-colonel Juan Domingo Perón accède à la présidence argentine. Aussitôt, il entreprend un programme de coopération diplomatique, économique et culturelle avec l’Espagne franquiste. Ces relations bilatérales vont agiter tous les secteurs de la société argentine, certains les défendront, d’autres les condamneront. L’armée argentine ne restera pas étrangère à ce débat et prendra même une part active dans les relations hispano-argentines.

Haut de page

Texte intégral

1Après une longue guerre civile et plusieurs centaines de milliers de victimes, les troupes de Francisco Franco entrent dans Madrid le 1er avril 1939, soit cinq mois avant le début de la Deuxième Guerre mondiale. Durant le conflit international, l’image de l’Espagne franquiste comme alliée des puissances de l’Axe se renforce. Malgré son empressement à déclarer officiellement la neutralité de l’Espagne, Franco a bien du mal à dissimuler sa sympathie pour des leaders fascistes qui lui avaient d’ailleurs prêté main forte pendant la guerre civile. Au sortir du conflit mondial, l’attitude du régime vaut à l’Espagne d’être isolée sur le plan international. Considéré par de nombreux États comme le dernier bastion du fascisme en Europe, le régime du Caudillo est condamné tant par les pays communistes que par les pays occidentaux. En 1946, une décision de l’ONU soumet l’Espagne à un boycott diplomatique et une grave crise économique fait planer sur le pays le spectre de la famine. Au même moment, de l’autre côté de l’Atlantique, le général Juan Domingo Perón remporte les élections présidentielles. À des degrés différents, l’intégration de l’Espagne et de l’Argentine au nouvel ordre mondial d’après-guerre, est problématique, ce qui va sans nul doute favoriser le rapprochement entre les deux pays. Ainsi, peu après son accession au pouvoir, Perón entreprend-il un programme de coopération politique, économique et culturelle avec le régime franquiste.

2Une telle initiative n’est pas neutre dans un pays dont la population s’est toujours sentie très concernée par les événements espagnols et les réactions à la politique de coopération avec l’Espagne franquiste seront donc nombreuses. Nous proposons dans cet article une analyse de l’armée argentine dans le contexte des relations bilatérales entre le pays sud-américain et l’Espagne du général Franco.

Présentation et rôle de l’armée

  • 1 Pour plus de détails sur l’opposition entre les notions de « militarisme » et de « professionnalism (...)
  • 2 Cette modernisation se traduit notamment par l’achat de fusils Mauser et de carabines Remington.

3Au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, l’armée argentine traverse une phase de transition. L’institution doit créer différents régiments, mettre en place un état-major et organiser la formation des officiers. En 1869, Sarmiento fait voter la loi de création du Collège militaire et jette ainsi les bases de la professionnalisation de l’armée. Le passage du « militarisme » au « professionnalisme » 1 implique des mesures telles que l’augmentation du budget de l’institution, la multiplication des écoles militaires et l’organisation d’une bureaucratie spécifique. Les conflits avec les pays frontaliers à la fin du XIXe siècle accélèrent la structuration et la modernisation de l’armée argentine 2.

  • 3 Mémoire de l’École supérieure de guerre, année 1900. Pour plus de détails sur l’influence allemande (...)
  • 4 Pour plus de détails sur la composition sociale de l’armée argentine dans les années 1930 et 1940, (...)

4Le système allemand de formation des officiers est adopté comme modèle. En 1900, face à la perspective d’une guerre avec le Chili, l’armée argentine invite des instructeurs allemands chargés de la formation des divisions d’artillerie, des cours de tactique et des enseignements d’histoire militaire au sein de l’École supérieure de guerre 3. Jusqu’à la Première Guerre mondiale, les officiers supérieurs de l’armée argentine étaient issus pour la plupart de l’oligarchie rurale. Au cours des deux décennies suivantes, la composition sociale de l’armée évolue et on constate qu’au début des années 1940, le corps des officiers supérieurs est principalement constitué, à l’exception de la marine, de militaires issus de la bourgeoisie et des classes moyennes 4.

  • 5 Larra (Raúl), Mosconi: general del petróleo, Buenos Aires, Timerman, 1976, 164 pages.
  • 6 Voir les numéros de1936 à1942 de la Revista Militar.
  • 7 Lettre au docteur Laurencena, 5juillet1931. Photocopie du document consulté à l’Institut Gino Germa (...)

5Une réflexion générale sur l’armée argentine invite à s’interroger sur son protagonisme dans la vie économique et politique du pays. Sur le plan économique, l’armée apparaît dès les années 1920 comme un moteur du processus d’industrialisation. Au cours de cette décennie, le général Mosconi et ses collaborateurs créent la compagnie pétrolière d’État YPF 5. Puis, dans les années 1930, les cercles militaires plaident en faveur de la mise en œuvre d’une politique intégrale d’industrialisation. La Revista Militar est une tribune qui permet au capitaine Roberto Marambio et au colonnel Manuel Savio de souligner l’importance de la métallurgie et de la sidérurgie ainsi que le rapport entre le développement de ces industries et la souveraineté nationale 6. L’armée assume ainsi une mission qui dans d’autres pays relève de la société civile. Le deuxième aspect du rôle de l’institution est politique. En 1930, elle se transforme en arbitre du pouvoir en chassant le président radical Hipólito Yrigoyen. Le coup d’État est mené par le général Uriburu qui résume ainsi son action : « La révolution s’est faite contre un système et non contre un homme ; un système en décomposition dans lequel tous les partis politiques jouaient un rôle. » 7

  • 8 Perón (Juan Domingo), Discursos completos, Buenos Aires, ENA, 1998, p.217.

6Il assume le rôle de président provisoire jusqu’en février 1932 où il est remplacé par un autre général, Agustín P. Justo. En novembre 1937, Roberto Ortiz est élu mais il renonce à la présidence en 1940 pour raisons de santé. Son vice-président, Ramón Castillo, devient alors chef de l’État. La Seconde Guerre mondiale a de graves conséquences sur l’économie argentine (baisse des exportations, etc.). Et la crise économique se combine à une crise politique. En effet, les partis politiques ont perdu la confiance du peuple à cause de la pratique fréquente des fraudes électorales. Face à cette situation, le GOU (Groupe des officiers unis), dont le colonel Perón, et mené par le général Rawson, décide d’intervenir. Il organise avec succès un coup d’État en juin 1943. Après l’éviction du général Rawson, le général Ramírez assume la présidence. Il prend des mesures favorables en faveur du secteur agricole, inclut l’enseignement religieux aux programmes du primaire et du secondaire, augmente le salaire des fonctionnaires et nomme le colonel Perón à la tête du secrétariat d’État au Travail et à la Prévision. Lors d’une rencontre avec des cheminots, ce dernier souligne que l’essence même de l’armée est une garantie d’efficacité des actions entreprises. Il ajoute : « Le meilleur syndicat, la corporation la plus puissante et la mieux organisée, c’est nous, les militaires (…). C’est avec une connaissance profonde de l’Histoire que je me permets de vous donner des conseils, dans l’espoir que vous puissiez nous imiter pour jouir de la même cohésion et de la même force que nous. » 8

7Chassé à son tour en mars 1944, Ramírez est remplacé par le général Farrell qui nomme le colonel Perón vice-président et ministre de la Guerre. Officiellement acquis à la cause des alliés, le gouvernement militaire offre l’asile à des agents allemands. En mars 1945, alors que la victoire des alliés ne fait aucun doute, l’Argentine déclare la guerre à l’Allemagne et au Japon et signe un mois plus tard l’acte de Chapultepec. En juin, l’Argentine signe la charte des Nations unies. Peu de temps après, sont annoncées les élections de 1946 qui permettront la victoire du colonel Perón.

Les logias et leur rôle politique

8Les logias, qui sont des groupes d’officiers, apparaissent être un élément clé de l’histoire militaire argentine. Les plus connues sont la logia de San Martín et le GOU.

9Née en 1921 comme résultat de la fusion de deux groupes d’officiers (la logia de San Martín et le centro San Martín), la logia de San Martín se propose dans un premier temps de lutter contre l’implication des militaires dans la politique. Dès 1921, les membres de la logia, sous la conduite de leur président, le colonel Luis J. García, remportent les élections du Cercle militaire. Ils jouent alors de leur influence pour obtenir du président de la République Alvear un certain nombre de mesures concernant l’armée. En 1926, considérant que les réformes sont satisfaisantes, le président de la loge, le général Basilio Pertiné, dissout officiellement l’organisme. Cela n’empêche pas les membres de maintenir un contact étroit. D’autant plus qu’ils considèrent que le président Yrigoyen anéantit les efforts de son prédecesseur et plonge l’armée dans la situation qu’elle connaissait avant 1921 (indiscipline, désorganisation, etc.). Face à ce constat, le groupe d’officiers participe au coup d’État du 6 septembre 1930 et mènera ensuite une épuration de l’armée en chassant les éléments favorables à Yrigoyen. De nouveau, les officiers qui avaient été membres de la logia San Martín interviennent dans les nominations à des postes politico-militaires (ministre de la Guerre, attachés militaires, etc.).

10En 1942, naît le GOU dont la direction est assurée par 17 officiers dont les colonels Perón, Avalos, Ramírez et González. En 1943 donc, les membres du GOU prennent le pouvoir. À la différence des membres de la logia San Martín en 1930, les officiers du GOU n’ont pas l’intention immédiate d’organiser des élections.  Un gouvernement militaire est donc instauré, ce qui permet l’ascension progressive du colonel Perón : secrétaire d’État, ministre de la Guerre et vice-président. Mais les tensions se multiplient : tensions « externes » avec l’opposition de la presse, des universitaires et tensions « internes » qui conduisent à l’arrestation de Perón en octobre 1945. Les logias militaires sont donc des acteurs de la vie politique argentine. Voyons à présent quelle est l’idéologie du GOU et si elle est susceptible de présenter certaines affinités avec l’idéologie franquiste.

L’idéologie du GOU

  • 9 Las Bases de la Acción, p. 25-43.
  • 10 Le journal catholique El Pueblo mentionne à de nombreuses reprises l’existence et le contenu de ces (...)
  • 11 Las Nuevas Bases, p. 44-60.
  • 12 Décret 18.411, 31 décembre 1943, article 8.

11Un des principaux éléments définissant le GOU est son caractère catholique. Comme le montrent Las Bases de la Acción (« Les bases de l’action »)9, un des premiers documents rédigés par le GOU, les officiers reprennent la définition de l’armée élaborée par des ecclésiastiques lors de conférences dans les casernes 10. La morale catholique est ainsi présentée comme l’un des fils conducteurs qui doit guider l’action des militaires. Quelques mois plus tard, Las Nuevas Bases (« Les nouvelles bases »)11 réaffirment ce principe et soulignent la nécessité de procéder à la « purification morale » de l’armée, de distinguer ce qui est éthique de ce qui est profane et enfin d’étendre la doctrine du GOU. C’est dans ce cadre que s’inscrit le décret du 31 décembre 1943 pris par le gouvernement militaire de Ramirez : il établit l’enseignement catholique obligatoire dans les écoles publiques. Le texte stipule : « L’école sans religion est une école antidémocratique et anticonstitutionnelle qui ne prépare pas l’enfant à l’honneur suprême auquel peut aspirer chaque Argentin, celui d’être président de la Nation.» 12

  • 13 El Pueblo, 22 juillet 1943, p. 4. L’article est anonyme et les seules indications sur son origine s (...)

12Dans une lettre pastorale, l’Église catholique argentine félicite le gouvernement militaire et souligne : « Le gouvernement actuel a pris des dispositions pour que dans toute la Nation, l’enseignement religieux soit dispensé, sous les applaudissements de la quasi-totalité des parents. En effet, il y a des provinces dans lesquelles 1 % des parents d’élèves désirent que l’on n’enseigne pas la religion à leurs enfants et 93 % des parents qui réclament l’enseignement religieux. La volonté des parents minoritaires sera légalement respectée. » Plusieurs membres du GOU mettent en relief le rôle politique et social de la religion à travers des collaborations publiées dans le périodique catholique El Pueblo. Ainsi, en juillet 1943, un membre du GOU écrit-il : « Le libéralisme laïc et agnostique est coupable d’avoir privé la Nation d’une doctrine morale (...). Le plus important est de consolider la pratique politique sur des bases doctrinaires. Et à ce titre, quelles meilleures bases que celles sur lesquelles repose le Vatican ? » 13

  • 14 Commémoration de la mort de Manuel Belgrano qui fut le premier à hisser le drapeau argentin.
  • 15 El Pueblo, 22 juin 1943, p. 4.
  • 16 « El coronel Perón impuso la banda de generala del Ejército a la Virgen del Carmen de Cuyo », El Pu (...)
  • 17 Voir les éditions des 22et 25septembre1944 de El Pueblo.

13L’alliance militaro-cléricale se renforce au cours de l’année 1944, comme le montre la multiplication des cérémonies patriotico-religieuses célébrées non seulement dans les casernes mais aussi sur les places des principales villes du pays. Anniversaires, saints-patrons, dévotions locales, commémorations, les occasions de manifester l’union de la croix et de l’épée ne manquent pas. Le 20 juin, à l’occasion du « Jour du Drapeau » 14, un groupe de prêtres confesse les troupes de la ville de San Luis avant que celles-ci se rendent sur la place centrale pour assister à la messe 15. La liturgie nationale catholique atteint un degré très intense de ferveur lors d’un nouveau type de cérémonies au cours desquelles les honneurs militaires sont rendus aux images de la Vierge du Carmène et de la Vierge de la Merced, élevées au rang de généraux de l’armée argentine. Ainsi, le 8 septembre 1944, le colonel Perón élève-t-il la Vierge du Carmène de Cuyo au rang de général 16. S’ensuivent des cérémonies similaires à San Juan en présence du colonel Berreta et de monseigneur Rodríguez y Olmos ou encore à Córdoba en présence du général Guglielmone et de monseigneur Lafitte 17.

  • 18 « Carta del Presidente de la Nación al director de Criterio », Criterio, 1er juillet 1943.
  • 19  Par exemple : « Tradición », novembre 1944, p. 37-38 ; « Los valores de la hispanidad », juillet 1 (...)

14La conception d’une nation catholique conduit le GOU, et plus largement la plupart des militaires, à adopter le concept d’hispanité. Peu après le coup d’État de 1943, le général Ramírez écrit une lettre au directeur du journal catholique Criterio, monseigneur Franceschi, dans laquelle il évoque avec ferveur « la croix avec laquelle l’Espagne a marqué l’âme du continent » 18. Des articles relatifs à l’hispanité sont publiés dans les revues militaires telles que La Revista del Suboficial. Les références à la mère patrie, l’Espagne catholique, sont omniprésentes 19.

  • 20 En 1945, monseigneur Caggiano rappelle au cours d’une assemblée de l’Action catholique qu’il est in (...)
  • 21 Noticias, juin 1943, p. 4.

15La condamnation de la franc-maçonnerie est une autre conséquence du caractère catholique du GOU. Dans le premier numéro du bulletin Noticias, figurent de violentes attaques contre la franc-maçonnerie dont l’idéologie est considérée comme opposée à celle du pape, autrement dit anticatholique et donc anti-argentine. On constate que le GOU place le Rotary club au même niveau que l’organisation maçonnique. Sur ce point aussi, l’armée rejoint l’Église car l’épiscopat de Buenos Aires organise des campagnes pour dissuader les catholiques d’adhérer au Rotary 20. Dans un autre numéro apparaît la définition suivante de l’organisation : « Le Rotary Club est un véritable réseau d’espionnage et de propagande internationale juive au service des États-Unis. » 21 L’aversion viscérale du GOU à l’égard de ce type d’institution résulte du mélange d’antisémitisme et d’anti-impérialisme, deux éléments fréquents dans la culture catholique argentine.

  • 22 Pour une analyse de l’influence de Ramiro de Maeztu sur le nationalisme argentin, voir : Figallo (B (...)
  • 23 Pour plus de détails sur le nationalisme argentin en général, voir : Baily (Samuel), Nationalism an (...)

16Le caractère anti-impérialiste du GOU invite à considérer une autre de ses facettes : le nationalisme. Il s’agit d’un nationalisme mêlant les principes de Charles Maurras (sans bien sûr la tendance monarchiste) et de Ramiro de Maeztu 22, avec des dérivations fascistes et corporatistes. Tant le bulletin Noticias que les actions du GOU font écho à des thèmes chers au nationalisme argentin tels que le rejet du socialisme et du communisme, le maintien d’une politique de neutralité (ce qui signifie pour le GOU : maintenir les relations avec les puissances de l’Axe), la dénonciation du danger de la construction d’un front populaire d’inspiration marxiste (le GOU l’identifie avec l’émergente Union démocratique) et l’opposition à l’alliance des forces conservatrices appuyées par les puissances étrangères 23. Le nationalisme est, pour les membres du GOU, l’expression des forces les plus pures, les plus spirituelles face à la corruption et à la décadence.

  • 24 De nombreux éléments concourent à démontrer que le gouvernement péroniste n’est pas teinté d’antisé (...)

17Le constat de décadence dressé par le GOU le conduit à rejeter les partis politiques et, de manière plus générale, les principes institutionnels du système politique libéral. Le gouvernement militaire va d’ailleurs dissoudre les partis politiques à la fin de l’année 1943. Cette analyse révèle des similitudes entre l’idéologie du GOU et le franquisme : conception d’une nation catholique, lutte contre la franc-maçonnerie, rejet du pluralisme politique, hispanité, etc. Les éléments que nous venons d’évoquer dépassent largement le cercle du GOU et caractérisent l’idéologie d’une grande partie de l’armée argentine. Il ne s’agit pas de la totalité dans la mesure où il y a des exceptions comme la marine. De plus, les militaires, même ceux membres du GOU, adhèrent, à des degrés différents, à l’idéologie globale du groupe. En ce qui concerne Perón, il n’adhère pas véritablement au concept d’hispanité et il évacue de son idéologie nationaliste la composante antisémite 24.

Les relations entre Perón et l’armée

  • 25 L’éloignement de la politique péroniste par rapport à l’idéologie du GOU se traduit notamment par l (...)

18Durant la décennie péroniste, l’institution militaire participe à l’exercice du pouvoir. Son loyalisme varie toutefois selon les armes. Ainsi, la marine demeure-t-elle réfractaire au justicialisme alors que l’infanterie est acquise à la cause du général Perón. Les ministres de la Guerre, les commandants en chef des forces armées et le chef de la police fédérale sont choisis parmi les officiers supérieurs de l’infanterie. Le gouvernement entreprend aussi une réforme des écoles militaires qui permet l’accès au corps des officiers à des individus issus des classes populaires, autrement dit du secteur social le plus enthousiaste face au péronisme. Malgré cette stratégie, les tensions entre l’institution militaire et le pouvoir vont crescendo au fil des ans. La politique menée par Perón s’éloigne de l’idéologie initiale du GOU et mécontente des officiers 25. Parmi les éléments de cet éloignement, l’abandon du concept d’hispanité et la détérioration des relations avec l’Espagne franquiste. Bien qu’il ne s’agisse pas du facteur le plus important, la question du franquisme vient renforcer les tensions entre certains secteurs de l’armée et le général Perón.

19Le malaise de certains officiers se traduit le 28 septembre 1951 par une tentative de putsch menée par le général Benjamín Menéndez. Cette action prématurée est aisément réprimée par les militaires loyalistes. Le même jour, le gouvernement instaure l’état de guerre interne, ce qui lui permet de renforcer le contrôle et la répression des opposants politiques. Le projet gouvernemental n’est autre que de transformer l’armée en bras séculier du Parti péroniste, ce qui raidit nombre d’officiers. En 1952, la découverte d’un complot militaire est l’occasion pour le pouvoir de promulguer une ordonnance de sûreté nationale qui lie la nomination aux postes de commandement des garnisons du grand Buenos Aires à l’adhésion au Parti justicialiste. Malgré toutes ces mesures prises dans le but d’un asservissement total de l’armée à Perón, le général sera renversé par un coup d’État militaire en 1955.

Les relations entre l’armée argentine et l’armée espagnole (1946-1955)

  • 26 Évidemment, on peut observer quelques échanges entre l’armée espagnole et l’armée argentine mais ce (...)

20Du début du XXe siècle aux années 1940, les relations entre l’armée argentine et l’armée espagnole sont quasi inexistantes. L’institution militaire argentine prend pour modèle les armées d’autres pays comme l’Allemagne, la France, l’Italie et les États-Unis avec qui les échanges sont aussi nombreux que diversifiés (formation d’officiers, manœuvres communes, etc.). L’armée argentine se démarque donc de la plupart des armées sud-américaines qui, pour leur part, ont tissé des liens privilégiés avec l’Espagne 26.

  • 27 Boletín Militar Reservado, n2538, Buenos Aires, juillet 1946, p. 798, Archives historiques de l’a (...)
  • 28 Boletín Militar Reservado, no 2609, Buenos Aires, décembre 1946, p. 1599-1600, AHA.

21Cependant, cette situation change avec l’arrivée au pouvoir de Perón. Le nouveau président souhaite impulser une réforme et une modernisation de l’armée. Mais ni la France, ni l’Italie et encore moins l’Allemagne de l’après-guerre ne sont dans une situation qui leur permette d’apporter leur concours comme cela avait été le cas dans le passé. L’option nord-américaine n’est pas davantage possible compte tenu des tensions avec l’Argentine. En juillet 1946, le major Juan José Uranga se rend en Espagne pour une période de 22 jours 27. Le motif de ce voyage n’est mentionné sur aucun document mais on peut supposer que l’officier a pour mission de rencontrer les cadres militaires espagnols et d’envisager avec eux les différentes formes de collaboration possibles. Le voyage semble être fructueux puisqu’il est suivi de nombreuses manifestations de coopération militaire hispano-argentine. Ainsi, en décembre, c’est au tour du capitaine Alejandro Roberto Caride, en poste au ministère de la Guerre, de se rendre à Madrid. Le but du déplacement est de prendre conseil auprès des militaires espagnols pour élaborer un projet de réforme de la justice militaire 28.

  • 29 Il s’agit du décret présidentiel no2406, voir Boletín Militar Reservado, no2622, Buenos Aires, janv (...)

22En janvier 1947, par décret présidentiel, l’Argentine accepte une invitation du ministère espagnol des Armées 29. Elle consiste à permettre à deux officiers supérieurs argentins de participer au programme de formation des généraux en Espagne. Le décret, après avoir souligné les similitudes entre l’armée argentine et l’armée espagnole (écoles de perfectionnement, académies militaires, etc.), mentionne : « Cet échange contribuera à resserrer encore davantage les liens d’amitié qui nous unissent à l’Espagne, en ayant à l’esprit les vertus qui honorent l’armée espagnole et ses prestigieux centres de formation. » Le colonel Félix María Robles et le colonel Eduardo Badaro sont les deux officiers supérieurs désignés pour participer à ce programme. Ce même decret offre aux militaires espagnols la possiblité de compléter leur formation en Argentine mais aussi les invite à venir donner des conférences dans les centres de formation militaire. Le document stipule : « Le ministère espagnol des Armées est invité à envoyer en Argentine des officiers supérieurs et des officiers afin qu’ils puissent suivre des cours dans les instituts militaires argentins et y donner des conférences. »

  • 30 Boletín Militar Reservado, no 2757, Buenos Aires, décembre 1947, p. 142, AHA.
  • 31  Voir, à titre d’exemple : Otaolaurrichi (José lieutenant-colonel), « La defensiva en frentes exten (...)
  • 32 Voir, à titre d’exemple : Valderrabano Samitier, (colonel Valero), « Experiencias obtenidas en la ú (...)
  • 33 Voir, à titre d’exemple : López Muñiz (Gregorio colonel), « Mando y Estado Mayor », Revista de la E (...)
  • 34 López Muñiz (Gregorio colonel), « Experiencias orgánicas y tácticas de la segunda Guerra Mundial qu (...)

23Dès le début de l’année 1947, les programmes d’échanges sont donc mis en place. La coopération de l’armée espagnole revêt trois formes. Tout d’abord, le perfectionnement des officiers argentins à travers des stages organisés en Espagne. Ainsi, à titre d’exemple, le capitaine Florentino Salcer, vétérinaire aux haras militaires, suivra-t-il des cours en Espagne pendant l’année 1948 30. D’autre part, des instructeurs espagnols se rendent en Argentine pour diriger des programmes de formation, notamment pour les troupes de montagne. Les militaires espagnols, en complément de l’organisation de la formation pratique donnent des conférences dans des écoles militaires telles que le Centre des hautes études militaires et, la plus prestigieuse, l’École supérieure de guerre. Les thèmes abordés sont très variés : stratégie 31, leçons tactiques de la Seconde Guerre mondiale 32, organisation d’un état-major 33. Les conférenciers font souvent référence à la guerre civile espagnole, présentée comme une guerre de libération,  et, face à un public réceptif, ne manquent pas de glisser quelques mots sur l’hispanité. Ainsi, à la fin d’une conférence donnée à l’École supérieure de guerre et portant sur les leçons que l’armée espagnole a tirées du conflit mondial, le colonel Gregorio López Muñiz déclare-t-il : « On trouve en Espagne et en Argentine les plus hautes valeurs spirituelles, deux nations sœurs, filles de la même Mère patrie : la vieille Espagne impériale d’Isabelle la Catholique. »  34

  • 35  « Boletín bibliográfico », Revista de la Escuela Militar, septembre-octobre1947, p. 391. Les ouvra (...)
  • 36 Agulla (lieutenant-colonel Joaquin), « Instrucción de los cazadores de montaña », Revista Militar, (...)
  • 37  À titre exemple : Manera Enrique (capitaine de frégate), « La posición de España dentro de la estr (...)
  • 38 Le capitaine de frégate Enrique Manera est un collaborateur de la revue militaire espagnole Revista (...)
  • 39 Teisseire (lieutenant), « La influencia del ejército en el desarrollo de los valores materiales y m (...)

24Les textes des conférences sont systématiquement publiés dans la Revista de la Escuela Militar qui propose aussi la liste des ouvrages appartenant au fonds de la bibliothèque de l’école. Si l’on prend pour exemple le bulletin bibliographique du numéro de septembre-octobre 1947, 16 ouvrages sur 19 sont des publications espagnoles 35. De plus, la bibliothèque de l’école est abonnée à la revue militaire espagnole Ejército. En complément de leurs conférences, les militaires espagnols sont invités à publier des articles dans la Revista Militar, largement diffusée dans les rangs des sous-officiers et des officiers. Ainsi, le lieutenant-colonel Joaquin Agulla, de l’École militaire espagnole des troupes de montagne, propose-t-il des orientations pour la formation des troupes de montagne argentines 36. En marge des articles « didactiques » sont publiés des travaux liés à la situation militaire de l’Espagne et à sa position stratégique 37. Malgré les tensions hispano-argentines, la collaboration des militaires espagnols se poursuit dans les années 1950. Ainsi, en 1951, le capitaine de frégate Enrique Manera donne-t-il plusieurs conférences dans les écoles militaires argentines 38. En 1953, le lieutenant Teisseire, officier de l’armée argentine, publie un article dans lequel il fait l’apologie des valeurs militaires et souligne les grandes vertus de ses homologues espagnols, à commencer par le généralissime Francisco Franco 39.

25Par-delà le cadre des relations bilatérales, ces échanges démontrent aussi la  sympathie de nombreux militaires argentins pour le régime franquiste.

Les militaires argentins au pouvoir et le régime franquiste

  • 40 Voir, par exemple, le rapport de l’ambassadeur Areilza du 23 juin 1947, p. 11, archives du ministèr (...)

26Plusieurs militaires de haut rang occupent des postes clés au sein du gouvernement péroniste. Voyons quelle est leur position par rapport à l’Espagne franquiste. Perón maintient le général Humberto Sosa Molina au ministère de la Guerre. Né en 1893, il intègre à 17 ans l’École supérieure de guerre. Ses brillants résultats lui permettent d’être très vite en poste à l’état-major. Professeur à l’École supérieure de guerre, Sosa Molina devient l’aide de camp du général Jose Felix Uriburu après le coup d’État du 6 septembre 1930. À la fin des années 1930, le pouvoir exécutif le nomme contrôleur fédéral de la province de San Juan puis de Entre Ríos. Finalement, en 1945, Sosa Molina, promu général, se voit confier le ministère de la Guerre. Confirmé à son poste par Perón, il entretient des relations privilégiées avec l’ambassade d’Espagne en se rendant aux banquets organisés par la représentation diplomatique, en assistant aux conférences et selon l’ambassadeur espagnol, en ne manquant jamais de faire l’éloge de l’Espagne et de son Caudillo. Areilza le présente d’ailleurs dans ses rapports comme un « ami sincère » de l’Espagne 40.

  • 41  Lorsque son nom apparaît dans les rapports de l’ambassade (à de rares occasions), c’est uniquement (...)
  • 42  Note confidentielle de l’ambassadeur Areilza datée du 27 janvier 1949, p. 6, AMAE, 2627/101. Voir (...)

27Le général Juan Pistarini conserve lui aussi son portefeuille de ministre des Travaux publics. Né en 1882, il intègre l’École militaire à 17 ans. En 1911, il part en Allemagne où il appartient pendant deux ans à un régiment d’artillerie. De retour au pays, il suit la formation de l’École supérieure de guerre dont il devient professeur en 1918. Il gravit les échelons et s’impose alors comme un personnage essentiel du panorama militaire argentin. Il est nommé président du Conseil de guerre en 1940, ministre des Travaux publics en 1943 et vice-président en 1945. Le général Pistarini ne manifeste publiquement aucune opinion sur le franquisme et il ne semble pas avoir de contact particulier avec l’ambassade 41. Le capitaine Fidel Anadón, quant à lui, obtient le ministère de la Marine. Né en 1898, il suit à 18 ans une formation au sein de l’École navale. Il part pour l’Italie en 1931 afin de superviser la construction de trois sous-marins destinés à la marine argentine. Le gouvernement militaire de 1943 lui confie la direction de l’École de mécanique de la marine et le commandement de la base navale de la Terre de Feu. Anadón ne s’exprime pas sur la question du franquisme et l’ambassadeur espagnol semble avoir du mal à cerner sa personnalité, comme il le dit dans un rapport : « La Marine, fidèle à sa tradition, est étrangère et indifférente à tout ce qui se rapporte à la politique.» 42

  • 43  Rapport de l’ambassadeur Areilza daté du 23 juin 1947, op.cit., p. 11.
  • 44 Lettre de l’ambassadeur Areilza au ministère espagnol des Affaires étrangères, 17 mai 1948, AMAE, 2 (...)
  • 45 Voir les éditions de Arriba du 19 et du 22 juin 1948.

28Le commandant Bartolomé de la Colina, pour sa part, est maintenu à la tête du secrétariat d’État à l’Aéronautisme. Né en 1895, il suit une formation au Collège militaire puis à l’École militaire de l’aviation. Durant les années 1920, on lui confie des missions à Madrid, Milan, Manchester et Berlin, puis, de retour en Argentine, il occupe la direction des industries d’aviation militaire de Córdoba. Après le coup d’État de 1943, il se voit confier le commandement en chef des Forces aéronautiques et le secrétariat d’État qui lui est rattaché. Nationaliste notoire, Bartolomé de la Colina est un sympathisant du franquisme de la première heure. Très apprécié par l’ambassadeur d’Espagne, il encense le régime franquiste chaque fois qu’il se rend à des réceptions organisées par la représentation diplomatique 43. En juin 1948, invité en Espagne à titre personnel 44, il est reçu par Franco et les cadres militaires espagnols lui réservent le meilleur accueil. La presse franquiste ne perdra pas l’occasion de relater la visite d’« un grand ami de l’Espagne » 45. Son éviction du gouvernement péroniste en 1949 constitue pour l’Espagne la perte d’un précieux allié.

  • 46 Voir, par exemple, le rapport de l’ambassadeur Areilza du 23 juin 1947, op.cit., p. 11. Voir aussi (...)
  • 47 Rapport de l’ambassadeur Areilza daté du 30 septembre 1947, p. 6, AMAE, 2418/1.

29La direction du prestigieux Collège militaire est un poste convoité et éminemment politique à la tête duquel Perón nomme un allié fidèle, le colonel Óscar Silva. Né en 1899, il est formé au sein du Collège militaire dont il devient le directeur à 44 ans. Ce colonel ultranationaliste décide d’unir son sort à celui de Perón et démissionne lorsque ce dernier est incarcéré en octobre 1945. Récompensé de sa fidélité, il retrouve son poste au Collège militaire, est promu général et devient secrétaire militaire de Perón. Hispanophile, Óscar Silva multiplie les visites à l’ambassade d’Espagne et ne cesse d’encenser Franco 46. Lors d’un entretien avec l’ambassadeur Areilza, Perón lui-même soulignera l’admiration de Silva pour l’Espagne 47. Son idéologie d’extrême droite (dont le profranquisme n’est qu’un aspect) ayant créé des tensions au sein du mouvement justicialiste, il démissionne de son poste fin 1947. Trois ans plus tard, Perón le nomme ambassadeur d’Argentine en Espagne.

  • 48 Rapport de l’ambassadeur Areilza du 23 juin 1947, op.cit., p. 11.
  • 49 Télégramme de l’ambassadeur Bulnes au ministère des Affaires étrangères, daté du 30 décembre 1946, (...)
  • 50 Les convictions d’extrême droite du général Velazco créent des tensions au sein du mouvement péroni (...)
  • 51 Voir le rapport de l’ambassadeur Areilza du 23 juin 1947, op.cit., p. 11.

30Le commandement de la police fédérale est un poste que l’on peut aussi qualifier de politique. Traditionnellement, il est confié non pas à un membre de la police mais à un militaire. Pour occuper ce poste, Perón choisit le général Filomeno Velazco. Celui-ci, né en 1892, formé au sein du Collège militaire (où il partage sa chambre avec Juan Domingo Perón), est, comme Óscar Silva, un ultranationaliste. Hispanophile et profranquiste, il entretient donc des relations privilégiées avec les autorités espagnoles. L’ambassadeur d’ailleurs le présente comme l’un des plus fidèles amis de l’Espagne (franquiste) en Argentine 48. Ce lien qui unit Velazco et l’Espagne franquiste, dont nous détaillerons les implications dans la partie suivante, est symbolisé par la décoration qu’il reçoit des mains mêmes de  Bulnes en début d’année 1947. Pour ce faire, ce dernier avait intercédé auprès du ministère espagnol des Affaires étrangères et de l’état-major. Dans un télégramme, le diplomate soulignait : « Le Chef de la Police fédérale Filomeno Velazco nous rend d’importants services et se révèle être un fervent défenseur de l’Espagne, c’est pour ces raisons que je me permets d’appuyer la demande de décoration de la Grande Croix du Mérite militaire.» 49 Pour des raisons identiques à celles d’Óscar Silva, le général Velazco est contraint de démissionner en juin 1947 50. Il est alors nommé contrôleur fédéral de la province de Corrientes dont il sera le gouverneur de 1948 à 1952. Pour les autorités franquistes, la perte de cet allié précieux est compensée en partie par l’arrivée de son remplaçant, le général Bertollo, lui aussi sympathisant de l’Espagne franquiste, bien que plus modéré 51.

31La conviction profranquiste des militaires que nous venons de citer va au-delà de la simple déclaration de sympathie. Utilisant les pouvoirs attachés à leurs fonctions respectives, des cadres militaires jouent un rôle de première importance dans la répression des activités profranquistes en Argentine.

Le rôle de l’armée argentine dans la répression contre les mouvements antifranquistes

32Le général Óscar Silva, secrétaire militaire de la présidence, et le général Filomeno Velazco, chef de la police fédérale, déploient beaucoup d’énergie et de moyens pour tenter de réduire au silence les différentes formes d’expression de l’antifranquisme en Argentine.

  • 52 Voir, par exemple, le télégramme de l’ambassadeur Bulnes au MAE, 30 octobre 1946, AMAE, 1 279/1.
  • 53 Voir télégramme de l’ambassadeur Bulnes au ministère espagnol des Affaires étrangères, 30 octobre 1 (...)
  • 54 Télégramme de l’ambassadeur Bulnes au ministère espagnol des Affaires étrangères, 30 octobre 1946, (...)
  • 55 Rapport de l’ambassadeur Bulnes, 6 octobre 1946, AMAE, 1940/45.

33Velazco établit des liens privilégiés avec l’ambassade franquiste et l’informe des activités de la communauté espagnole. Celle-ci envoie aussitôt un rapport à son ministère de tutelle en soulignant la bonne disposition du chef de la police 52. Mais le rôle du général Velazco dépasse celui d’un simple agent de renseignement. Grâce à sa position clé, il fait interdire de nombreuses manifestations antifranquistes. La communauté catalane apparaît comme l’une des cibles des mesures de la police. À titre d’exemple, en octobre 1946, le Comité de Unidad Catalana et la Agrupación Cultural Catalana se voient interdire l’organisation d’une cérémonie pour commémorer le sixième anniversaire de la mort de Luis Companys 53. L’ambassadeur Bulnes exprime sa satisfaction dans un télégramme adressé au ministère des Affaires étrangères espagnol : « Chef de la Police toujours disposé à aider a suspendu hier action organisée par extrêmistes pour commémorer sixième anniversaire exécution Companys.» 54 En juin 1946, une marche de la Junta de la Victoria au cours de laquelle devaient être collectés des fonds pour venir en aide aux républicains espagnols devait être organisée. Mais la représentation diplomatique ayant alerté, aussitôt le général Velazco s’était empressé d’interdire la manifestation. L’ambassadeur stipulait dans son rapport : « Monsieur le Chef de la Police, qui a toujours démontré son amitié pour l’Espagne, m’informe qu’il a pris les mesures nécessaires afin de mettre un terme aux formalités entreprises par l’Association [Junta de la Victoria]. »  55

  • 56  Télégramme de l’ambassadeur Bulnes au ministère espagnol des Affaires étrangères, 19 janvier 1947, (...)
  • 57  Télégramme de l’ambassadeur Bulnes au ministère espagnol des Affaires étrangères, 18 janvier 1947, (...)

34Lorsqu’il ne peut pas interdire les manifestations, Velazco déclenche des opérations repressives comme en janvier 1947, lorsque la Ligue argentine des droits de l’homme (LADH) organise une marche dans les rues de Buenos Aires pour dénoncer la violation des libertés du régime franquiste. Le chef de la police demande alors à ses hommes de disperser les manifestants, ce qu’ils font sans ménagement, provoquant ainsi de nombreux blessés 56. Dans ce cas, Velazco devance même les désirs de l’ambassade puisque c’est lui qui propose de mener cette action contre la manifestation 57. Dans d’autres cas, c’est la représentation diplomatique qui adresse une demande par l’intermédiaire du ministère des Affaires étrangères ou directement à la police.

  • 58 Lettre de l’ambassadeur Aznar au ministère espagnol des Affaires étrangères, 7 septembre 1954, AMAE (...)

35Cette relation directe entre une ambassade étrangère et les forces de l’ordre locales est très singulière. Elle est bien sûr acceptée par le gouvernement argentin qui nomme même un agent chargé de la liaison entre l’ambassade espagnole et la police. Bien que l’existence de cet agent n’est mentionnée dans aucun des organigrames de la police fédérale, l’examen des courriers échangés entre l’ambassade et le minsitère espagnol des Affaires étrangères révèle bel et bien l’existence d’un commissaire apparaissant comme le trait d’union entre la police fédérale et la représentation diplomatique espagnole. Cette fonction est sans doute remplie par différents commissaires entre 1946 et 1955. Cependant, un seul document de l’ambassade, daté de 1954, révèle un nom : celui du commissaire Alejandro Gómez Estefanía 58.

  • 59 Télégramme de l’ambassadeur Bulnes au ministère espagnol des Affaires étrangères, 6 juin 1947, AMAE (...)
  • 60 Lettre de l’ambassadeur Areilza au ministère espagnol des Affaires étrangères, 7 janvier 1948, AMAE (...)
  • 61 Lettre de l’ambassadeur Areilza ministère espagnol des Affaires étrangères, 26 juillet 1948, AMAE, (...)

36Comme on l’a vu, en juin 1947, le général Velazco est contraint de démissionner. L’ambassade ne peut que regretter l’éviction de celui que Bulnes qualifie dans tous ses rapports de « fidèle ami de l’Espagne » 59. Son successeur, le général Bertollo est, lui aussi, hispanophile et sympathisant du régime franquiste. Il fait donc sienne la stratégie de Filomeno Velazco et réprime les activités antifranquistes. C’est notamment le cas en janvier 1948 lorsque des manifestants se rassemblent devant l’ambassade espagnole. Les forces de l’ordre interviennent et incarcèrent les opposants au régime franquiste. Suite à cette opération, l’ambassadeur écrit au ministre argentin des Affaires étrangères et du Culte afin de féliciter officiellement le chef de la police 60. Les bons et loyaux services du général Bertollo lui valent d’être fréquemment l’hôte de l’ambassadeur. En juin 1948, il est même l’invité d’honneur d’une cérémonie au cours de laquelle il remettra de précieuses partitions musicales argentines destinées à la ville de Madrid. La représentation diplomatique profite de l’occasion pour inviter les officiers supérieurs de la police fédérale tels Miguel Gamboa, le sous-chef, et les six inspecteurs généraux. 61 Si les deux chefs de la police successifs agissent ainsi, c’est parce que le gouvernement argentin le leur demande. Mais le zèle avec lequel ils exécutent les ordres et l’esprit d’initiative dont ils font souvent preuve reflètent bien leur sympathie pour le régime franquiste.

  • 62 Lettre de l’ambassadeur Navasqüés au ministère espagnol des Affaires étrangères, 29 avril 1950, AMA (...)
  • 63 Rapport de la Direction générale de la police argentine, 19 juin 1954, AMAE, 3581/81.
  • 64 Rapport de la Direction générale de la police argentine, 6 septembre 1954, AMAE, 3581/30.

37Cependant, à partir de l’année 1950, les relations hispano-argentines se détériorent et l’exécutif argentin se préoccupe moins des activités antifranquistes au point d’en être parfois l’instigateur. Le général Bertollo ne reçoit donc plus l’aval du gouvernement pour réprimer les manifestations antifranquistes et en avril 1950, il laisse ainsi se dérouler une cérémonie de la communauté basque durant laquelle le bombardement de Guernica est longuement évoqué et le régime franquiste fustigé. L’ambassadeur espagnol Emilio Navasqüés regrette d’ailleurs l’absence d’intervention policière 62. Tout comme le commissaire chargé de faire le lien entre la police et la représentation diplomatique espagnole, le général Bertollo ne peut satisfaire l’ambassade que dans ses demandes d’enquêtes, en particulier concernant les ressortissants espagnols. Ainsi, en juin 1954, les services du chef de la police remettent-ils à l’ambassade un rapport sur deux individus de nationalité espagnole qui se réclament (faussement) de la Phalange 63. En septembre 1954, la police fédérale mènera, à la demande de l’Ambassade, une enquête sur Francisco Fernández del Riego, un intellectuel galicien invité par le Centro Gallego de Buenos Aires. Un rapport de deux pages synthétise les activités de cette personne sur le sol argentin et spécifie que ce dernier n’a pas fait d’allusion au régime franquiste 64.

Conclusion

38Les militaires argentins établissent donc un rapport privilégié avec leurs homologues espagnols. Allant au-delà des simples relations institutionnelles, l’armée argentine apparaît comme un élément profranquiste et joue un rôle essentiel dans la répression des activités de la communauté espagnole. Toutefois, qualifier l’armée argentine de « profranquiste » ne consiste pas à appliquer non plus cet adjectif à chaque soldat. L’organisation militaire imposant le respect des ordres de la hiérarchie, c’est la position des plus gradés qui détermine l’orientation de l’ensemble de l’institution.

Haut de page

Notes

1 Pour plus de détails sur l’opposition entre les notions de « militarisme » et de « professionnalisme », voir : Lieuwen, (E.), Armas y políticos en América Latina, Buenos Aires, Sur, 1960, 361 pages.

2 Cette modernisation se traduit notamment par l’achat de fusils Mauser et de carabines Remington.

3 Mémoire de l’École supérieure de guerre, année 1900. Pour plus de détails sur l’influence allemande sur l’armée argentine, voira : Atkins (George), Thompson (Larry), « German military influence in Argentina », Journal of Latin American Studies, no 2, Londres, 1972, p. 257-274.

4 Pour plus de détails sur la composition sociale de l’armée argentine dans les années 1930 et 1940, voir : Imaz (José Luis de), Los que mandan, Buenos Aires, El Coloquio, 1977, p. 64-69.

5 Larra (Raúl), Mosconi: general del petróleo, Buenos Aires, Timerman, 1976, 164 pages.

6 Voir les numéros de1936 à1942 de la Revista Militar.

7 Lettre au docteur Laurencena, 5juillet1931. Photocopie du document consulté à l’Institut Gino Germani, université de Buenos Aires.

8 Perón (Juan Domingo), Discursos completos, Buenos Aires, ENA, 1998, p.217.

9 Las Bases de la Acción, p. 25-43.

10 Le journal catholique El Pueblo mentionne à de nombreuses reprises l’existence et le contenu de ces conférences au début des années 1940.

11 Las Nuevas Bases, p. 44-60.

12 Décret 18.411, 31 décembre 1943, article 8.

13 El Pueblo, 22 juillet 1943, p. 4. L’article est anonyme et les seules indications sur son origine sont quelques mots mentionnant l’appartenance de l’auteur au gouvernement militaire et ses liens avec le GOU. Un article sur le même thème avait été publié quelques semaines auparavant, le 7 juin 1943.

14 Commémoration de la mort de Manuel Belgrano qui fut le premier à hisser le drapeau argentin.

15 El Pueblo, 22 juin 1943, p. 4.

16 « El coronel Perón impuso la banda de generala del Ejército a la Virgen del Carmen de Cuyo », El Pueblo, 9 septembre 1944, p. 1.

17 Voir les éditions des 22et 25septembre1944 de El Pueblo.

18 « Carta del Presidente de la Nación al director de Criterio », Criterio, 1er juillet 1943.

19  Par exemple : « Tradición », novembre 1944, p. 37-38 ; « Los valores de la hispanidad », juillet 1944, p. 57-59 ; Rolandi (E.), « Día de la Raza », octobre 1944, p. 40 ; Betacchini (P.), « América y España », octobre 1944, p. 47-48 ; Lambruschini (A.), « Cristobal Colón y el descubrimiento de América », octobre 1944, p. 49-59 (Tous ces articles sont publiés dans la Revista del Suboficial).

20 En 1945, monseigneur Caggiano rappelle au cours d’une assemblée de l’Action catholique qu’il est inconvenant que des catholiques adhèrent au Rotary club. Voir les actes de l’assemblée de l’Action catholique argentine (ACA), volume 2, 24 avril 1945, p. 311-317.

21 Noticias, juin 1943, p. 4.

22 Pour une analyse de l’influence de Ramiro de Maeztu sur le nationalisme argentin, voir : Figallo (Beatriz), « Ramiro de Maeztu y la Argentina », Res Gesta, Rosario, juillet-décembre 1988, p. 78-92.

23 Pour plus de détails sur le nationalisme argentin en général, voir : Baily (Samuel), Nationalism and Politics in Argentina, New Brunswick, 1967, 247 pages ; Navarro Gerassi (Marysa), Los nacionalistas, Buenos Aires, Jorge Álvarez, 1969, 148 pages.

24 De nombreux éléments concourent à démontrer que le gouvernement péroniste n’est pas teinté d’antisémitisme. Ainsi, en1947, le ministère de la Culture argentin instaure-t-il la Fête du livre de la communauté juive. L’année suivante, l’Argentine est le premier pays latino-américain à reconnaître l’État d’Israël. En1951, Chaim Weizman, le premier président de l’État israélien effectue un voyage officiel en Argentine. Pour plus de détails, voir : Bonardi (Laurent), « Perón et les juifs », Cahier d’études Juives, Paris, juin 2006, p. 264-269.

25 L’éloignement de la politique péroniste par rapport à l’idéologie du GOU se traduit notamment par le rapprochement avec les États-Unis, les conflits avec l’Église, la réduction des crédits du budget militaire.

26 Évidemment, on peut observer quelques échanges entre l’armée espagnole et l’armée argentine mais cela reste très marginal.

27 Boletín Militar Reservado, n2538, Buenos Aires, juillet 1946, p. 798, Archives historiques de l’armée (AHA), Buenos Aires.

28 Boletín Militar Reservado, no 2609, Buenos Aires, décembre 1946, p. 1599-1600, AHA.

29 Il s’agit du décret présidentiel no2406, voir Boletín Militar Reservado, no2622, Buenos Aires, janvier 1947, p. 143-144, AHA.

30 Boletín Militar Reservado, no 2757, Buenos Aires, décembre 1947, p. 142, AHA.

31  Voir, à titre d’exemple : Otaolaurrichi (José lieutenant-colonel), « La defensiva en frentes extensos », Revista de la Escuela Militar, septembre-octobre 1947, p. 247-266.

32 Voir, à titre d’exemple : Valderrabano Samitier, (colonel Valero), « Experiencias obtenidas en la última guerra sobre el empleo y organización de las unidades operativas de caballería », Revista de la Escuela Militar, septembre-octobre 1947, p. 267-285.

33 Voir, à titre d’exemple : López Muñiz (Gregorio colonel), « Mando y Estado Mayor », Revista de la Escuela Militar, septembre-octobre 1947, p. 286-310.

34 López Muñiz (Gregorio colonel), « Experiencias orgánicas y tácticas de la segunda Guerra Mundial que ha tenido en cuenta España en su ejército », Revista de la Escuela Militar, septembre-octobre 1947, p. 223-246.

35  « Boletín bibliográfico », Revista de la Escuela Militar, septembre-octobre1947, p. 391. Les ouvrages espagnols listés portent essentiellement sur la stratégie et la logistique. Ils sont publiés entre1942 et1947.

36 Agulla (lieutenant-colonel Joaquin), « Instrucción de los cazadores de montaña », Revista Militar, janvier-février 1948, p. 301-317.

37  À titre exemple : Manera Enrique (capitaine de frégate), « La posición de España dentro de la estrategia general », Revista Militar, mai-juin 1951, p. 1096-2004.

38 Le capitaine de frégate Enrique Manera est un collaborateur de la revue militaire espagnole Revista General de Marina.

39 Teisseire (lieutenant), « La influencia del ejército en el desarrollo de los valores materiales y morales del pueblo », Revista Militar, janvier-février 1953, p. 33-40.

40 Voir, par exemple, le rapport de l’ambassadeur Areilza du 23 juin 1947, p. 11, archives du ministère espagnol des Affaires étrangères (AMAE), référence 2418/1. Voir aussi le rapport de l’ambassadeur Bulnes daté du 5 juin 1946, p. 4, AMAE, 1752/1.

41  Lorsque son nom apparaît dans les rapports de l’ambassade (à de rares occasions), c’est uniquement pour faire référence à la politique en matière de travaux publics menée par le gouvernement péroniste.

42  Note confidentielle de l’ambassadeur Areilza datée du 27 janvier 1949, p. 6, AMAE, 2627/101. Voir aussi le rapport de l’ambassadeur Bulnes daté du 5 juin 1946, op.cit, p. 4.

43  Rapport de l’ambassadeur Areilza daté du 23 juin 1947, op.cit., p. 11.

44 Lettre de l’ambassadeur Areilza au ministère espagnol des Affaires étrangères, 17 mai 1948, AMAE, 2819/1.

45 Voir les éditions de Arriba du 19 et du 22 juin 1948.

46 Voir, par exemple, le rapport de l’ambassadeur Areilza du 23 juin 1947, op.cit., p. 11. Voir aussi le rapport de l’ambassadeur Bulnes daté du 5 juin 1946, op.cit., p. 6.

47 Rapport de l’ambassadeur Areilza daté du 30 septembre 1947, p. 6, AMAE, 2418/1.

48 Rapport de l’ambassadeur Areilza du 23 juin 1947, op.cit., p. 11.

49 Télégramme de l’ambassadeur Bulnes au ministère des Affaires étrangères, daté du 30 décembre 1946, AMAE, 1279/1.

50 Les convictions d’extrême droite du général Velazco créent des tensions au sein du mouvement péroniste. Ces convictions conduisent notamment le militaire à faciliter la fuite de 39 nazis réfugiés en Argentine qui devaient être extradés vers l’Europe en mai 1947. Newton (Ronald C.), El cuarto lado del triángulo. La “amenaza nazi” en la Argentina (1931-1947), Buenos Aires, Sudamericana, 1995, p. 435-454.

51 Voir le rapport de l’ambassadeur Areilza du 23 juin 1947, op.cit., p. 11.

52 Voir, par exemple, le télégramme de l’ambassadeur Bulnes au MAE, 30 octobre 1946, AMAE, 1 279/1.

53 Voir télégramme de l’ambassadeur Bulnes au ministère espagnol des Affaires étrangères, 30 octobre 1946, AMAE, 1940/45.

54 Télégramme de l’ambassadeur Bulnes au ministère espagnol des Affaires étrangères, 30 octobre 1946, AMAE, 1279/1.

55 Rapport de l’ambassadeur Bulnes, 6 octobre 1946, AMAE, 1940/45.

56  Télégramme de l’ambassadeur Bulnes au ministère espagnol des Affaires étrangères, 19 janvier 1947, AMAE, 1453/1.

57  Télégramme de l’ambassadeur Bulnes au ministère espagnol des Affaires étrangères, 18 janvier 1947, AMAE, 1453/1.

58 Lettre de l’ambassadeur Aznar au ministère espagnol des Affaires étrangères, 7 septembre 1954, AMAE, 3581/30.

59 Télégramme de l’ambassadeur Bulnes au ministère espagnol des Affaires étrangères, 6 juin 1947, AMAE, 1453/1.

60 Lettre de l’ambassadeur Areilza au ministère espagnol des Affaires étrangères, 7 janvier 1948, AMAE, 2660/27.

61 Lettre de l’ambassadeur Areilza ministère espagnol des Affaires étrangères, 26 juillet 1948, AMAE, 2660/27.

62 Lettre de l’ambassadeur Navasqüés au ministère espagnol des Affaires étrangères, 29 avril 1950, AMAE, 3514/19.

63 Rapport de la Direction générale de la police argentine, 19 juin 1954, AMAE, 3581/81.

64 Rapport de la Direction générale de la police argentine, 6 septembre 1954, AMAE, 3581/30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Bonardi, « L’armée argentine et les relations Perón-Franco », Revue historique des armées, 259 | 2010, 93-105.

Référence électronique

Laurent Bonardi, « L’armée argentine et les relations Perón-Franco », Revue historique des armées [En ligne], 259 | 2010, mis en ligne le 05 mai 2010, consulté le 18 août 2017. URL : http://rha.revues.org/6999

Haut de page

Auteur

Laurent Bonardi

Docteur en études romanes, latino-américaniste spécialiste de l’Argentine péroniste, il est enseignant universitaire et membre de plusieurs équipes de recherche en France, en Espagne, en Argentine et aux États-Unis.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org