Navigation – Plan du site
Lectures

Mathieu Rigouste, L’ennemi intérieur, la généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine

La Découverte, 2009, 348 pages
Benoît Haberbusch

Texte intégral

1Selon Mathieu Rigouste, l’ennemi intérieur est un personnage symbolique, une figure du bouc émissaire que l’on retrouve dans les sociétés où il existe des formes d’autorités centralisées. Historiquement, il estime que cette représentation est directement issue de la doctrine de la guerre révolutionnaire (DGR) apparue dans le contexte de la décolonisation et de la guerre froide. L’auteur s’emploie à montrer que la guerre coloniale n’a constitué rien de moins qu’une matrice institutionnelle de la France contemporaine en offrant un répertoire de techniques de contrôle des populations. Sa démonstration s’articule en trois parties. La première porte sur les conditions de la naissance de la DGR pour lutter contre « l’indigène-partisan » et sur les raisons de la prohibition de cette doctrine (1954-1962). La deuxième partie explique comment, après une période de proscription, les théories de la contre-subversion découlant de la DGR sont remises au goût du jour avec « l’invention du problème de l’immigration » et la conception d’un modèle sécuritaire (1959-1981). La troisième partie retrace les mutations de ces théories avec la fin de la guerre froide et l’émergence de « nouvelles menaces » qui conduisent à la mise en place d’un nouvel ordre sécuritaire globalisé (1979-2008). L’ouvrage de Mathieu Rigouste apporte une réelle contribution à l’histoire de la sécurité en raison des nombreuses références qu’il contient, notamment au niveau des archives détenues par l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN). Toutefois, cette étude s’apparente à une enquête à charge contre les institutions militaires accusées d’avoir inventé un adversaire pour justifier leur existence. On peut aussi regretter la vision restrictive de l’auteur de « l’ennemi intérieur », uniquement envisagé à travers le prisme de l’histoire coloniale, alors qu’il existe d’autres modèles historiques (l’anarchiste de la Belle Epoque, le « terroriste » sous l’Occupation, etc.). Il conviendrait surtout de replacer la problématique sécuritaire dans une perspective historique plus longue en tenant compte des travaux des théoriciens des XVIIIe et XIXe siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Haberbusch, « Mathieu Rigouste, L’ennemi intérieur, la généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine », Revue historique des armées [En ligne], 259 | 2010, mis en ligne le 05 mai 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7014

Haut de page

Auteur

Benoît Haberbusch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org