Navigation – Plan du site
Dossier

Une tragédie en deux actes : la carrière manquée de Maximilien Wiklińsky

Izabella Zatorska
p. 18-25

Résumés

Selon Lydia Scher-Zatorska, 134 jeunes Polonais ont intégré l’École des cadets de Lunéville, fondée en 1737 par Stanislas Leszczynski. Parmi eux, seuls 31 ont été au service du roi de France  Cependant cette liste est incomplète, car il faut y ajouter au moins un nom : celui de Maximilien Wiklińsky. Officier et aventurier, il fut l’un des rares Polonais à servir la France au XVIIIe siècle.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Scher-Zembitska (Lydia), L’Aigle et le Phénix. Un siècle de relations franco-polonaises 1732-1832, (...)

1Selon Lydia Scher-Zatorska, 134 jeunes Polonais ont intégré l’École des cadets de Lunéville, fondée en 1737 par Stanislas Leszczynski. Parmi eux, seuls 31 ont été au service du roi de France 1. Cependant cette liste est incomplète, car il faut y ajouter au moins un nom : celui de Maximilien Wiklińsky. Officier et aventurier, il fut l’un des rares Polonais à servir la France au XVIIIe siècle.

  • 2  Archives de Wawel à Cracovie : fonds Sanguszko, carton 300, liasse 5, no22. L’objectif de ce voyag (...)
  • 3  SHD/DAT, 1 Ye dossier Wiklińsky. Le relevé ajouté à la feuille 4 : minute rédigée sur une demande (...)
  • 4  Fonds Sanguszko, carton 413.
  • 5  Quinze jours auparavant elle avait mis au monde François-Maximilien-Marie (mort le 4 juin 1754), t (...)

2En 1737, Hyacinthe Wiklińsky rejoint la Lorraine aux côtés du roi Stanislas, qu’il aurait accompagné à Königsberg, après une fuite dramatique de la ville de Dantzig assiégée par les Russes. Devenu lorrain d’adoption, par ses deux femmes mortes successivement, il a cependant maintenu des relations avec la Pologne, où il serait même retourné, à la demande de la princesse Barbara Sanguszko, vers 1754-1755 2. Aide-major lors de la création de la « Compagnie des Cadets Gentilshommes du roi de Pologne » en 1737, capitaine-lieutenant à l’École des cadets de Lunéville le 2 janvier 1741, nommé le 1er janvier 1746 lieutenant-colonel d’infanterie au service de la France, le père de Maximilien Wiklinski termine sa carrière avec le grade de colonel et de chevalier de la croix de Saint-Louis 3. Sa carrière de précepteur se poursuit après sa retraite de manière inégale auprès du jeune prince Janusz Sanguszko, futur gouverneur de Metz entre 1766 et 1768, mais il est évincé par un certain abbé Gautier, engagé par la princesse Barbara Sanguszko comme précepteur en chef de son fils 4. Ainsi, durant les deux dernières années de sa vie, Hyacinthe Wiklińsky, qui meurt le 16 juin 1771 à Lunéville, a subsisté grâce à une pension de 1 000 livres françaises assurée « sur le Trésor royal », pour ses services passés. Il dut même pourvoir aux frais de ses deux enfants, Joseph-Maximilien-Cajetan et Catherine-Victoire, nés respectivement en 1750 et en 1751 de sa seconde femme, Béatrix-Clémentine Montaut, fille de Claude Montaut, chirurgien du roi Stanislas. Hyacinthe l’avait épousé en 1749, six ans et demi après la mort de sa première femme, Marie-Thérèse Compagnot, morte probablement des suites de ses couches 5 ; tout comme la seconde, morte en 1757, laissant une deuxième fille qui ne devait pas survivre à la mère.

Un généreux volontaire

  • 6  Il s’en prévaut, mais dans les registres reproduits par P. Boyé, je n’ai vu aucune trace de son in (...)
  • 7  Se reporter à la correspondance réunie aux Centre des archives d’outre-mer à Aix-en-Provence (CAOM (...)

3À l’époque où Barbara Sanguszko limogea Hyacinthe Wiklińsky, à la fin de l’année 1768, celui-ci n’avait plus à entretenir son fils. En 1766, Maximilien a quitté l’École de Lunéville 6 et s’engage dans les volontaires du régiment de Rohan-Chabot. En 1768, il part aux Indes avec l’armée coloniale ; fait qu’il signale dans ses lettres comme dans ses mémoires de voyages. En tout cas, seule la fille reste à la charge du père Wiklińsky. Après sa mort, elle est pensionnaire chez les bénédictines de Saint-Nicolas [du-Port ?] près de Nancy. Puis, elle est recueillie comme demoiselle d’honneur, par la Palatine de Podlachie Anna née et épouse Ossolińska, parente des parrains des jeunes Wiklińsky, de passage en Lorraine vers 1775-1776 et dont l’époux de l’époque, Jozef Salezy, avait été de 1759 à 1762 élève aux cadets.  Par la suite, la jeune fille gagne la cour de la princesse Barbara Sanguszko, l’ancienne protectrice de son père. Elle s’estime assez bien établie pour venir en aide à son frère, de plus en plus déçu par l’échec de ses projets de carrière aux colonies, en Inde notamment 7.

4De ce premier séjour de Maximilien Wiklińsky dans l’océan Indien date un échange qui pourrait nous éclairer sur le mérite attribué alors, dans le milieu des anciens élèves ou commandants des cadets gentilshommes du roi de Pologne, à la « générosité ». Cette qualité de noblesse, dont maints écrivains moralistes, à l’instar de Marivaux, déploraient l’extinction dès le début du XVIIIe siècle. Il s’agit d’une correspondance échangée au cours du printemps et de l’été 1776 au sujet d’une demande – vraiment étonnante ? – au nom de Maximilien, à l’époque lieutenant des chasseurs à l’île de France (île Maurice) :

  • 8  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 8. J’ai opté pour l’orthographe originale, dans toute (...)

 « 26 Mai 1776, Isle de France. Le S. Wisklinsky Lieutenant de Chasseurs/ à l’Isle de france supplie, Monseigneur,/ de permettre qu’il fasse toucher à Mad.elle sa Sœur pensionnaire aux Dames – / Benedictines de St. Nicolas en Lorraine, une/ somme de 300#. à retenir sur ses appointem.ts à compter du 1er Janvier de cette année. Cette facilité a été accordée à plusieurs femmes d’officiers qui sont à Paris, et ne/ paroit pas souffrir de difficultés, en prenant/ la precaution d’informer, M. Maillart de/ cette retenuë. En Consequence, Monseigneur est supplié/ d’approuver la demande du S. Wisklinsky [!]. » 8

  • 9  Ibid., le registre du « Régiment de l’Isle de Bourbon, 1772-1785 » au no 384 cite cette recommanda (...)

5Pour faire valoir cette demande, Wiklińsky a mobilisé un ami de son père : le baron de Baye. L’action de Wiklińsky est racontée au comte de Custine, qui quelques années auparavant avait déjà soutenu (avec madame de Ferrière) sa demande d’avancement9.

Amis fidèles ou exemple du clientélisme ambiant ?

  • 10  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 3.

6Si la déclaration de Maximilien, dans une requête adressée au ministre le 4 octobre 1775, confirme les lettres dramatiques de Catherine-Victoire de l’été 1772, elle rectifie aussi la justification par trop romanesque de l’engagement pris par Wiklińsky au service des colonies, qui figure au début des Voyages, récits de ses deux séjours sous les tropiques (1768-1778 et 1779-1782), « (...) j’entrai Volontaire dans le Regiment de Rohan Chabots Dragon, mon pere mouru il me laissa sans fortune, sans le sou,/ [verso] et ses pensions éteintes je passai à Pondichery Monsieur Law me fit recevoir Officier, Monsieur de Boynes m’y confirma d’une Lieutenance en second/ de Grenadier aux Isles de France Regiment de l’Isle de Bourbon je n’ai à me plaindre/ nullement de mon sort, puisque vos bontés Monseigneur vient [!] m’honnorer/ d’une Lieutenance de Chasseur au Regiment de l’Isle de France, mes/ appointemens sont tout mon patrimoine une pension tel qu’il vous plaira/ de la fixer (...) » 10

  • 11  « J’étois volontaire dans Rohan Chabot dragon, quand la divine providence fit tomber entre mes mai (...)
  • 12  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 4 et 5.
  • 13  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 4.
  • 14  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 6 et 7.

7Or, dans les premières pages de ses Voyages, Maximilien prétendait avoir trouvé dans les mémoires de Bussy, le héros de l’Inde française, l’inspiration à son départ « sous ces heureux climats », histoire d’y chercher fortune, tout d’abord 11. D’après la lettre de De Custine, conservée dans le dossier Wiklińsky à Aix-en-Provence12, ayant étudié à l’ École de Lunéville « avec la permission du Roi Stanislas », le noble lotharingien a pu « connaître beaucoup » Wiklińsky père. « Homme d’une probité respectable, [il] s’étoit marié en france/ et a laissé en mourrant des enfans, dans la plus grande misère (...). » 13 À cette lettre, écrite à Colmar le 12 mai 1776, le ministre de Sartine, son destinataire, a répondu de Versailles le 25 mai, donc dès qu’il l’a reçue (la même date atteste sa réception). Le soutien de De Custine visait un avancement, car le ministre s’y réfère à une autre recommandation reçue à cette époque en faveur du volontaire de Lorraine, celle du baron de Baye. Ancien commandant des cadets gentilshommes, vieux et malade, mais fidèle au souvenir de Hyacinthe Wiklińsky, il prend lui aussi le parti du jeune lieutenant. Sa requête est communiquée à de Custine. Le ministre est visiblement lui-même touché par le « trait de générosité » de Maximilien. Le vieux baron parle, lui, du « bon cœur de ce jeune officier » 14.

8Dans le même temps, Catherine-Victoire trouve dans Anna Ossolińska, comme plus tard dans Barbara Sanguszko, une bienfaitrice. Aussi, le roi n’intervient pas en faveur de Maximilien et c’est encore le baron de Baye qui s’empresse d’avertir le ministre :

  • 15  Il s’agit apparemment d’Anna Ossolińska (1759-1843), première épouse du Palatin de Podlachie nommé (...)
  • 16  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc.9. Un extrait des actes ministériels confirme que la d (...)
  • 17  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 11.

« Monsieur, J’avais eû l’honneur de vous prier de faire retenir 300.# sur/ les appointemens de Monsieur Wiklensky pour en gratifier Melle sa soeur, suivant son intention, Mais depuis/ Madame La Palatine de Podlasky 15 à pris sa soeur-/ pour Demoiselle de Compagnie et c’est chargée de son etablissement ainsi elle n’a plus besoin de secours de/ Mr. son frere, elle lui à encore une autre obligation on/ avait ménagé 100. Louis de sa succession de M.r son Pere, son frere les lui à laissés en entier, Ces sacrifices/ prouvent combien il est digne de Votre protection, et le/ rendre [!] encore plus interessant, il l’est aussi, Monsieur,/ par son Zele et par son application, et puisqu’on/ [verso] nous en a rendû des témoignages avantageux, J’espere/ que vous voudrés bien l’avancer quant l’occasion s’en/ présentera, Je suis avec respect. Monsieur Votre tres humble et tres obeissant Serviteur. Le Baron De Baye. [ajouté tout en bas :] Je suis si malade, Monsieur, Et j’ay les deux mains si - hypotecquées qu’il m’est impossible de signer mon nom. » 16Arrivée le 4 août 1776, cette lettre reçue une réponse rapide. Un brouillon se trouve aux archives d’Aix-en-Provence : « A M. le B.on de Baye L.t G.al des armées du Roy au chateau de Baye par Montmiret[?] en Brie a V.lles le 4 aoust 1776. J’avois deja donné des ordres M/ pour assurer a Melle. de Wiklensky/ le secours annuel de 300. que M. son/ frere avait co Lt. de Chasseurs a l’isle de fce/ avoit consenty de luy abandonner sur ses/ appointemens: je suis char bien aise/ d’apprendre par Chon la lettre que/ vous m’avez fait lhonneur de mecrire/ que la situation de cette demoiselle soit/ changée a son avantage, et qu’elle est que ce secours lui devienne inutile; je regr je me souviendray avec plaisir/ du sacrifice que volontaire auquel/ le Sr. de Wisklensky s’etoit genereusement/ soumis, et quoy qu’une circonstance heureuse/ luy rende la jouissance entiere de ses appoint.s/[verso] et luy tiendray compte dans l’occasion de/ la bonne volonté qu’il avoit temoignée// L’état facheux ou j’apprends que votre/ santé est réduite, me touche infinimentetet/je seroisje desire bien sincerement qu’elle se retablisse.bien flatté de savoir que vous/ eprouviez quelque soulagement. J’ay l’honneur d’etre avec (...). » 17

9À ce premier acte, qui n’est qu’un échange de bons procédés entre frère et sœur, sollicitant de l’aide auprès des anciens amis de leur père et des hautes autorités qui les supportent et les soutiennent, succède un second acte dont la tonalité, plus sombre, débouche sur un silence brusque et complet.

Revers de fortune

10La carrière de Wiklińsky va connaître un intermède fâcheux dès l’année suivante. Sa demande de congé de 18 mois, pour cause de décès de son père, essuie un triple refus. Ulcéré, voyant d’autres obtenir leur congé plus vite, il quitte la France et se dirige vers la Pologne où, comme il l’assurait dans une de ses demandes, sa sœur pourrait lui procurer un emploi grâce aux appuis des Sanguszko, sans doute :

  • 18  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 14, f. 2r°.

« [Wiklińsky au ministre de Sartine, île de Bourbon, le 12 juillet 1777]. (...) Les motifs qui m’engage [!] a demander un congé sont que/ je n’ai connu aucun Parens que j’ai en Polongne [!], étant/ née Lunéville en l’aureinne, que ma soeur qui est depuis/ deux ans demi, a Varsovie chez la Princesse de Sangousko,/ en qualité de Dame d’honneur, m’écrit Lettre sur Lettre pour/ venir la joindre et me fait par des dispositions favorables/ ou l’on est en Polongne à mon Egard Pour mi Employée/ Mais, Monseigneur, mon intention n’est point de quitter le/ service de France, je ne veux profiter que de la Protection/ de Ces Seigneurs, afin de mériter vos Bontées et travailler a/ ma fortune, je n’ai que mes appointements depuis que/ je sers, je dois environ mil Ecus, étant impossible qu’un officier puisse vivre dans ces Colonies sans secours de familles,/ Comme Personne ne ma pas encore assisté il est tout/ naturelle que je Profitte de l’occasion qui s’offre en Pologne./ Pour m’avoir Votre Protection, Monseigneur, et vous suplier/ de m’envoyer un congé de dix huit mois, ou d’en donner l’ordre, à Monsieur le Gouverneur Gal Je vous dévérai [!]/ ma fortune, et mon avancement. Je suis avec un tres Profond Respect Monseigneur. » 18

  • 19  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 15.

11Le congé lui est refusé sous prétexte qu’il n’a pas encore effectué les dix ans de service requis 19. Wiklińsky le confirme dans la demande citée ci-dessus :

  • 20  En 1771, le 16 juin, Jacek Wiklińsky meurt à Lunéville à l’âge de 68 ans.

« Un an après mon arrivée aux Colonies je reçu la nouvelle/ de la mort de Pere 20, je demanderai un congé a Mr./ le Chr. de Ternay [gouverneur et commandant militaire de la colonie] et il me le refusa. Dans le temps que vous avez Monseigneur envoyé la/ réformation des trois regiments, pressé par plusieurs lettres/ de ma famille j’ai demandé de nouveau un congé,/ Mr. le Ch.er de Ternay me dit, que votre intention Monseigneur/ étoit que tout officier dont les affaires les appelerois [!] en/ France ne serais pas compris dans la nouvelle formation./ Comme je désirai un congé de dix huit mois, et non une réforme je me rendis avec respect à Votre Ordre ; Monseigneur/ Mais au bout de huit mois Monsieur le Cher. de Ternay en accorda quatre a M.rs Camfort, Lantal, Alaric et Jobart/ a peine arrivé [!] dans la Colonie Je représentai à M.r le Cher. de Ternay que mes résons [!] vallois bien celle de Ces Messieurs, mais il fut irrévocable dans son refus. [2e recto] Monseigneur je viens de réiterrée ma demande auprès de/ Mr. le Cher. de la Brilliance, J’uë [!] pour toute réponse, une/ Lettre, dont j’ai l’honneur de vous envoyé Copie (...). »

12Un duplicata du chevalier Guiran de La Brillane, successeur de Ternay à la gouvernance des Îles depuis 1778, gouverneur de l’île de Bourbon depuis 1776, justifie en partie la réticence de ses supérieurs :

  • 21 « Pièce jointe à la pdte ». Visiblement les Anglais l’ont interceptée ayant fouillé les poches des (...)

« Repond à la lettre du 29 janvier 1778, No 116, envoit la demission du Sr. Wilkensky[!] Lieutent. Monseigneur. J’ay reçu la lettre que vous m’avez au Regt. de l’Isle de Fr. fait l’honneur/ de mécrire le 25 janvier 1778, par laquelle vous me deffendés de donner aucun congé aux officiers/ jusques à nouvel ordre; ce qui sera executé. J’avois/ eu l’honneur de vous demander celuy de M. Le/ Baron de Wisclinsky Lieutenant au régiment de/ l’isle de France (…) attendu que la tête de cet/ officier me paroissoit mal organisée, et par le Fitz James 21 que,/ desirant d’aller en france, je saisissais cette occasion/ de le satisfaire, esperant qu’apres avoir quitté les/ chaleurs de ce pays, et repassé la ligne, il pourroit/ se remettre. Il avoit avant cette epoque fait un/ acte de demence, s’étant tiré un coup de pistolet,/ qui ne luy avoit pas fait une blessure mortelle,/ pour une femme qu’il connoissoit à peine, et que/ peut etre il n’avoit jamais vue. depuis lors il/ [verso] s’est trouvé commandant la compagnie, dont il/ est lieutenant à Saint Paul, pour la maladie de/ M. De Buttler qui en est le capitaine, il a fait/ toutes sortes de sottises, il s’ennivroit tous les/ jours avec les soldats de son detachement, jouoit/ à la Boule avec eux, et mangea le prêt. M. Le/ Vicomte de Souillac le renvoya icy, ou je l’ay/ tenu aux arrets dans une chambre du quartier. Il a fait plusieurs extravagances, s’ennyvrant/ tres souvent, quoiqu’on le veillat avec soin. Il/ m’a donné sa demission, que j’ay l’honneur de/ vous adresser, et il a fini par des scènes si fortes,/ que M. De Cossigny a été obligé de mettre une/ sentinelle à sa porte, ce que j’ay tres fort approuvé./ Je le fais passer sur le navire l’Iris. »

Le héros dégradé

13L’image d’un brave et généreux soldat, juste et fidèle, se décompose pour ne plus jamais se reconstituer. Serait-ce la faute de la mystérieuse demoiselle de Saint-Paul de l’île de Bourbon ? Maximilien a beau rédiger les 180 pages de ses mémoires de voyages, à son retour définitif en France – définitif pour nous, qui ne savons rien sur sa vie depuis mars 1783. Cette fois-ci, ni le soutien de madame Adélaïde, ni ses propres protestations succédant aux excuses n’y suffisent. La réponse du ministre à sa demande de service, en date du 16février1783, témoigne de ce double échec. Elle est adressée à de Poumier le 23 (ou 27 ?) février 1783 à Versailles :

  • 22  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 23.

 « Colonies A Versailles le 23 fevrier 1783 [ajouté par une autre main] [23 corrigé pour 27] on ne peut procurer de l’emploi au S. de Wiklensky. J’ai reçû, M, avec la lettre que vous/ m’avez fait l’honneur de m’ecrire, le mémoire/ par lequel le S. de Wiklińsky demande du service dans les colonies et son passage./ La Protection dont Madame Adélaïde/ honore cet officier m’auroit fait désirer qu’il eut été possible de remplir ses vues;/ mais il n’y a aucune place vacante et/ l’ordre graduel des avances ne laisse/ à ma disposition que des places de/ cadets gentilshommes. D’un autre côté/ l’intention du Roi est qu’il ne soit/ accordé aucun brevet à la suite des troupes/ ni des places dans les colonies même/ sans appointement. Je vous prie/ de présenter à Madame Adélaïde/ [verso] tous les regrets que j’ai de ne pouvoir pas déferer [illisible] à sa recommandation. J’ai l’honneur (…). » 22

14La demande elle-même ? Le contraste entre la gloire passée, amplifiée, et la détresse présente, fait basculer l’ancien héros dans le grotesque :

  • 23  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 24.

 « A Mesdames de France. Je prie Monsieur de Castries de rendre/ à ce malheureux gentilhomme qui est/ dans la plus affreuse misere tous les/ services qui dependront de lui en/ consideration de ceux du B.on De Wiklińsky/ son pere aupres du feu Roy de Pologne/ a Versailles. ce 16 fer 1783 Marie Adelaïde. » « Mesdames. Maximilien de Wiklinskÿ, fils du Baron de Wiklinskÿ colonel au service de france, chevalier de St. Louis, premier capitaine commandant des cadets gentilshommes du feu roy de Pologne Stanislas, prend la liberté d’implorer la protection de mesdames auprès de Monsieur le M.is De Castries afin qu’il puisse avoir du service soit aux états unies soit en amérique [Pense-t-il au Canada ?] ; et les sécours nécessaire pour un si long voyage, promettant d’y tenir une conduite qui puisse me conserver toute ma vie la grande protection de leurs altesses royales. Je suis avec un profond réspect. Mesdames de leurs altesses royales le [etc.] De Wiklinskÿ à l’infirmerie royal  de Versaille le 9 janvier 1783. » 23

15Wiklińsky père est devenu baron, pour mieux justifier la signature de son fils, comme on peut déjà le constater dans la demande de congé du 12 juillet 1777. La réponse, compatissante, révèle l’ancien réseau de soutien réactivé en faveur de Maximilien, pour la dernière fois, peut-être :

  • 24  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 22.

« J’ai l’honneur de vous envoyer de la part de Madame/ Adelaïde, un Mémoire qui intéresse un malheureux/ Gentilhomme, dont le pere étoit Premier Capitaine/ des Cadets Gentilshommes de feu Roy de/ Pologne, qui est dans la plus affreuse misere. Il/ a eu la fureur des voyages qui l’ont réduit dans/ l’Etat où il est. Il desire de passer dans nos/ Colonies dans l’esperance d’y faire quelque chose./ C’est son passage gratuit avec une recommandation de/ Vous, Monsieur, quil reclame pour pouvoir être/ attaché à la suite de quelqu’un des Corps qui/ resteront dans nos Colonies, où[?!] à la suite des/ [verso] troupes de la Marine. Mesdames l’ont fait habillé/ et ont pourvu à sa subsistance, jusqu’à ce que vous/ ayaez bien voulu, Monsieur le faire passer dans nos/ Colonies ou dans l’Inde. Il a été recommandé à/ Mesdames par tout ce qu’il y a de plus grand dans les anciens officiers du feu Roy Stanislas. (...) [signé] De Poumier [?] Paris le 17 fevrier 1783. » 24

  • 25  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 29, f. 1v°.
  • 26  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, f. 1r°.

16La recommandation n’a guère ébranlé de Castries au vu de sa réponse. En désespoir de cause, pour sa (autant que je sache) pénultième demande, envoyée au ministère le 18 juillet 1782, Maximilien, alors résidant à l’Hôtel-Dieu de Châlons-sur-Saône, fait valoir entre autres la copie de la lettre de De Sartines au baron de Baye dont le brouillon est cité ci-dessus ; il justifie ainsi sa démarche : « Monseigneur de Sartine/ a été très content de moy, j’ay l’honneur d’envoyer/ à votre excellence la copie d’une lettre qui en atteste/ la vérité. » 25 La référence au soldat modèle d’antan vient en contrepoint tragi-comique aux confidences qui ouvrent cette requête : « (...) si j’ay subsister pendant/ la route [de Marseille à Châlons], cela n’a été qu’à une providence/ extraordinaire, et à mon habit de turc qui à/ interessé tout le monde, car je n’ai pas le moyen/ d’en avoir un autre, et c’est avec cet habit orientale,/ que j’ose supplier votre excellence de me permettre/ de me jetter à ses pieds, et d’y rendre compte de ma conduitte/ je ne suis pas si coupable, Monseigneur, que votre excellence le croye, dépuis trois ans il y a plus de folie dans mon esprit que de raison, mais j’attends tout de la bonté de votre âme généreuse. » 26

17Décidément, l’insistance de Wiklińsky met un terme à la générosité du destinataire. La suite des explications ne peut que confirmer le ministre dans son opinion défavorable à Maximilien : « Monseigneur, c’est l’amour seul qui m’a fait perdre l’esprit/ mr. maillar, cy dévant intendt des isles à tout vûs il peût/ en rendre compte à votre excellence, il vous dira aussy/ monseigneur, que le port et la ville de St paul étoit/ en règle, et j’en suis sorti sans plainte des habitans/ contre mes Soldats. et j’ay rengagé plus de la/ moitié de la compagnie, c’est un fait véritable/ et je pourois ajoutée que mes Soldats ont pleurée/ à mon départ, c’est l’exacte vérité.// »

Maximilien Wiklińsky, une énigme moderne ?

18Certes, Wiklińsky a commis plusieurs erreurs : déterminé à quitter le service aux colonies françaises à son gré, il est parti, un an après, de Varsovie avec des lettres de recommandation de Stanislas Auguste, roi de Pologne, au baron de Platenberg, le gouverneur du cap de Bonne Espérance, colonie hollandaise. Il a donc cherché – sans succès – du service chez une puissance rivale de la France. Fut-il un aventurier parmi d’autres ? Seules ses mémoires de voyages semblent en avoir profité. Ses lettres, excessives, n’ont dû que confirmer les autorités qu’il ne méritait guère leur confiance.

  • 27  Transféré avant la guerre à la bibliothèque Krasiński à Varsovie, il a brûlé en 1944. Nous le conn (...)
  • 28  C’est bien ce manuscrit, peut-être autographe, qui nous a servi de base pour l’édition des Voyages (...)

19Qu’est-il devenu après avoir quitté l’infirmerie royale de Versailles, le 3 mars 1783 ? A-t-il trouvé un refuge en Pologne, puisque deux des trois manuscrits connus de ses Voyages ont été trouvés dans des collections polonaises ? D’abord, chez les Czartoryski, à Paris, puis à Cracovie 27 et à Kornik, près de Poznan, à la bibliothèque des Dzialynski 28. Le troisième est conservé à la bibliothèque municipale de Curepipe sur l’île Maurice, ancienne île de France. Mais le parcours de ces manuscrits est encore une autre histoire.

Haut de page

Notes

1  Scher-Zembitska (Lydia), L’Aigle et le Phénix. Un siècle de relations franco-polonaises 1732-1832, CNRS, 2001, p. 58-60.

2  Archives de Wawel à Cracovie : fonds Sanguszko, carton 300, liasse 5, no22. L’objectif de ce voyage n’est pas connu.

3  SHD/DAT, 1 Ye dossier Wiklińsky. Le relevé ajouté à la feuille 4 : minute rédigée sur une demande de madame Adélaïde en faveur des deux enfants Wiklińsky. Le grade de colonel est attesté à la date du 3 décembre 1751 : dans une lettre du 10 juin 1749, dont la feuille 2 reproduit la minute, H. Wiklińsky se plaignait de ce qu’on lui avait fait espérer depuis deux ans la croix de Saint-Louis.  Faut-il s’y fier ? La même minute atteste qu’il avait obtenu son brevet de lieutenant-colonel en 1741, et non en 1746.

4  Fonds Sanguszko, carton 413.

5  Quinze jours auparavant elle avait mis au monde François-Maximilien-Marie (mort le 4 juin 1754), tous enterrés, comme la seconde épouse Wiklińsky et Hyacinthe lui-même, dans l’église des Carmes de Lunéville qui jouxte l’École des cadets.

6  Il s’en prévaut, mais dans les registres reproduits par P. Boyé, je n’ai vu aucune trace de son inscription. Aurait-il fréquenté les cours en auditeur libre, grâce à la position de son père ?

7  Se reporter à la correspondance réunie aux Centre des archives d’outre-mer à Aix-en-Provence (CAOM) : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 6à11.

8  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 8. J’ai opté pour l’orthographe originale, dans toutes les citations de la correspondance.

9  Ibid., le registre du « Régiment de l’Isle de Bourbon, 1772-1785 » au no 384 cite cette recommandation en faveur d’une lieutenance, soutenue par « M. de Custine et Mad. de Ferriere ».

10  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 3.

11  « J’étois volontaire dans Rohan Chabot dragon, quand la divine providence fit tomber entre mes mains les mémoires de Monsieur de Bussy.  Je trouvai cette histoire si belle, que je résolus d’abandonner l’Europe et d’aller chercher la fortune dans ces heureux climats (...) », Maksymilian Wikliński, Voyages/Podróże, Leksem, 2008, p. 34.

12  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 4 et 5.

13  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 4.

14  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 6 et 7.

15  Il s’agit apparemment d’Anna Ossolińska (1759-1843), première épouse du Palatin de Podlachie nommé en 1774. Fille d’Aleksander Ossoliński, que son oncle François-Maximilien avait fait venir à l’École des cadets de Lunéville, elle fut aussi, par son mariage avec Józef Salezy Ossoliński, tante de Jean Potocki. Voir PSB (La Biographie polonaise), t.24, p.412-414.

16  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc.9. Un extrait des actes ministériels confirme que la décision fut enregistrée le 17juin1776, tandis que la lettre du baron, qui l’a rendue « nulle », date de juillet 1776 (ibid., doc. 10).

17  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 11.

18  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 14, f. 2r°.

19  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 15.

20  En 1771, le 16 juin, Jacek Wiklińsky meurt à Lunéville à l’âge de 68 ans.

21 « Pièce jointe à la pdte ». Visiblement les Anglais l’ont interceptée ayant fouillé les poches des passagers retenus par les corsaires.

22  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 23.

23  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 24.

24  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 22.

25  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, doc. 29, f. 1v°.

26  CAOM : FMCol. E 392, dossier Wiklińsky, f. 1r°.

27  Transféré avant la guerre à la bibliothèque Krasiński à Varsovie, il a brûlé en 1944. Nous le connaissons d’après une copie faite en 1942 par B. Olszewicz.

28  C’est bien ce manuscrit, peut-être autographe, qui nous a servi de base pour l’édition des Voyages  chez Oficyna Wydawnicza Leksem en 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Izabella Zatorska, « Une tragédie en deux actes : la carrière manquée de Maximilien Wiklińsky », Revue historique des armées, 260 | 2010, 18-25.

Référence électronique

Izabella Zatorska, « Une tragédie en deux actes : la carrière manquée de Maximilien Wiklińsky », Revue historique des armées [En ligne], 260 | 2010, mis en ligne le 03 août 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rha.revues.org/7038

Haut de page

Auteur

Izabella Zatorska

Est membre de l’Institut d’études romanes de l’université de Varsovie.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org