Navigation – Plan du site
Dossier

Józef Beck : espion allemand ?

Histoire d’une rumeur
Mariusz Wolos
p. 45-53

Résumés

Fin août 2009, à la veille du 70e anniversaire du déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale, les journalistes polonais accrédités à Moscou nous apprennent que le site Internet officiel du Service des renseignements étrangers de la Fédération de Russie affirme que le colonel Józef Beck, ancien ministre des Affaires étrangères polonais (1932-1939), était un agent secret allemand. Les Russes disposant d’un grand nombre de documents des services secrets allemands, transférés à Moscou après 1945, certains espéraient y trouver des preuves de l’espionnage de Beck. Cependant, cela n’a pas eu lieu.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1   Rosja: Beck był niemieckim szpiegiem [Beck un agent allemand], „Rzeczpospolita”, 29.08.2009; Wywi (...)

1Fin août 2009, à la veille du 70e  anniversaire du déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale, les journalistes polonais accrédités à Moscou nous apprennent que le site Internet officiel du Service des renseignements étrangers de la Fédération de Russie (SVR – Sluzba Vnechnoi Razvedki Rossijskoï Federacii) affirme que le colonel Józef Beck, ancien ministre des Affaires étrangères polonais (1932-1939), était un agent secret allemand. Cette information très laconique a probablement été publiée bien avant cette date. Mais à la demande des journalistes polonais, russes et anglais 1, cette révélation douteuse a été plusieurs fois démentie par les historiens polonais (y compris par l’auteur de ce texte). En effet, aucun document ne peut confirmer cette affirmation, déjà apparue plusieurs fois depuis les années 1920. Les Russes disposant d’un grand nombre de documents des services secrets allemands, transférés à Moscou après 1945, certains espéraient y trouver des preuves de l’espionnage de Beck. Cependant, cela n’a pas eu lieu.

2Après quelques jours de tapage médiatique, l’information désignant Beck comme un agent allemand a disparu du site du SVR. Pourtant, la question concernant l’origine de cette rumeur reste entière. Les historiens s’occupent rarement de rumeurs non étayées par des faits. En revanche, il est intéressant de chercher l’intérêt que peut présenter la circulation d’un tel bruit. Un historien sera également curieux de ses effets, qui ont souvent « la peau dure ». En analysant l’histoire de « Beck, espion allemand » nous devons revenir à l’époque des faits qui lui sont reprochés, et cela nous dirige immanquablement vers la France.

Premières accusations

  • 2   On voit bien cette hostilité de Noёl dans son livre : Polonia Restituta. La Pologne entre deux mo (...)
  • 3   Archiwum Ministerstwa Spraw Zagranicznych w Warszawie [Archives du ministère des Affaires étrangè (...)
  • 4   Malheureusement ces rumeurs existent toujours dans les publications étrangères. Voir : Roberts (H (...)

3Novembre 1949 : Jerzy Putrament, ambassadeur de la République populaire de Pologne en France, adresse à Stanisław Gajewski, son supérieur au ministère des Affaires étrangères à Varsovie, un rapport dans lequel il relate son entretien avec Léon Noël, ambassadeur de France à Varsovie dans les années 1935-1939. Ce dernier était connu pour son hostilité à l’égard de Beck 2. En parlant de son séjour en Pologne, le diplomate français se vante d’avoir vu, avant la guerre, le dossier de Beck élaboré probablement par le SR (Service de renseignements) français. Selon ce dossier, la France avait initialement refusé au jeune Beck, en 1921, l’agrément nécessaire à la prise de fonction d’attaché militaire. Ce n’est qu’après une intervention personnelle du maréchal Piłsudski que Paris donna son accord, mais non sans réserve. Selon Noël, Barthou (ministre de la Guerre à l’époque) aurait prôné la méfiance à l’égard de Beck : « Je recommande de ne laisser à sa portée aucun papier dans les bureaux où il pénétrerait. » Et si Beck a finalement reçu son agrément, son départ de Paris s’est fait dans un climat de suspicion. Interrogé par Putrament sur les raisons de la révocation de l’attaché militaire polonais « dans les 48 heures » (sic), Noёl prétendit ignorer ces détails mais prononça une phrase significative : « Les Français ont tendu "un piège" à Beck. » 3 Faut-il donc comprendre que le 2e bureau français « piégea » Beck, trop naïf, en flagrant délit, de copies de documents secrets laissés volontairement à sa portée ? Une interrogation se fait jour à la lecture du rapport de Putrament : pour qui et dans quel but aurait agi Beck ? Ce manque de précision laisse la part belle aux suppositions, spéculations et rumeurs de toute sorte 4.

  • 5   Wandycz (P.), Sprawa Józefa Becka jako attaché wojskowego w Paryżu [La “cause Beck” comme attaché (...)

4Il faut se demander pourquoi en 1949, soit plus de 5 ans après le décès de Beck et presque 10 ans après la fin de sa propre mission en Pologne, Noël remit cette affaire au goût du jour auprès d’un ambassadeur communiste. Diplomate expérimenté, ancien chef  de mission à Prague et à Varsovie, il savait bien que Putrament relaterait à ses supérieurs varsoviens cet entretien et ces informations sur Beck. Était-il motivé uniquement par son hostilité profonde à l’égard de l’ancien ministre polonais ou plutôt par la volonté de ranimer les doutes sur le prétendu espionnage mené contre la France ? La malveillance de Noël à l’égard de Beck est évidente, il connaissait parfaitement la portée de ses accusations, même s’il est difficile de croire qu’il ignorait le manque de preuves contre Beck dans cette affaire précise. Il est vrai qu’un article parut le 31 janvier 1922 dans L’Ère Nouvelle, journal parisien, accusait Beck d’être allé à Vienne avec pour mission d’acheter un code secret français. En l’absence de preuves, quelques jours plus tard, l’auteur de cet article calomnieux devait revenir sur ses affirmations 5.

Les sources

  • 6  Le domaine de ses responsabilités ayant été élargi à la marine aussi dès 1923, il assumait la fonc (...)

5Penchons-nous sur les sources pour voir de plus près les circonstances dans lesquelles Beck a quitté son poste d’attaché militaire et naval à Paris et à Bruxelles (la Belgique relevant aussi de ses compétences). Rappelons, tout d’abord, qu’il fut le premier attaché militaire de Pologne à Paris depuis janvier 1922 (jusqu’à fin octobre 1923) 6. Il obtint même la Légion d’honneur pour féliciter son apport dans le rapprochement franco-polonais.

  • 7   Archiwum Akt Nowych w Warszawie, Ambasada Paryż, sygn. 279, f. 32.
  • 8   Ibidem, f. 34 i 35.

6Le 19 septembre 1923, le général Stanislaw Szeptycki, ministre des Affaires militaires, et adversaire politique de Piłsudski, adresse à Marian Seyda, ministre des Affaires étrangères, une note concernant le retour de Beck à Varsovie : « En application du paragraphe 6 de l’Instruction générale pour les attachés militaires, je vous prie, Monsieur le Ministre, d’exprimer votre accord pour la révocation du commandant  d’É[tat] M[ajor]Beck Józef, attaché militaire et naval auprès de la Mission Polonaise à Paris. La révocation du commandant d’EM Beck est indispensable en raison de la formation obligatoire à Wyz.[sza] Szk.[ola] Woj.[enna][École supérieure de guerre], qu’il doit suivre encore cette année. » 7 Beck resta à Paris et assuma sa fonction un mois encore après cette note. Ce n’est que le 23 octobre 1923 que la mission polonaise à Paris adressa au protocole diplomatique du Quai d’Orsay l’information de son départ prévu pour le 25 octobre 8. La procédure de révocation de Beck prit donc plus d’un mois et résultait de la volonté expresse de la partie polonaise ! Ceci démentirait les propos de Noël concernant les circonstances de la révocation urgente (« dans les 48 heures ») de l’attaché polonais à l’initiative de la France.

  • 9   J’ai publié les documents du 2e bureau français. Voir : Wołos (M.), Dossier…, p. 211-246.
  • 10   Wołos (M.), Generał dywizji Boleslaw Wieniawa-Dlugoszowski. Biografia wojskowa [Général de divisi (...)
  • 11   Kornat (M.), op. cit., s. 77.

7L’auteur de ce texte a réussi à trouver dans les archives de Moscou un dossier sur Józef Beck établi dans les années 1921-1940 par le 2e bureau. Nous sommes, fort probablement, en présence des mêmes documents que ceux consultés par Noël à Varsovie avant la guerre. Et il s’avère qu’il n’y a rien dans ces papiers sur le prétendu piège tendu contre Beck par les Français, ni sur les circonstances compromettantes entourant son départ de Paris 9. Un fait reste néanmoins troublant et doit attirer notre attention : pourquoi, après son retour à Varsovie, Beck ne commença-t-il pas sa formation à l’École supérieure de guerre ? À notre avis, l’explication est plus prosaïque que liée à une histoire d’espionnage. Partisan engagé de Piłsudski, l’ancien attaché militaire ne voulut pas servir dans une armée commandée par les adversaires politiques de celui-ci. Rappelons qu’à l’été 1923 le maréchal se retira de la vie publique et que quelques-uns de ses proches, entre autres le lieutenant-colonel Boleslaw Wieniawa-Długoszowski, firent de même 10. La décision de Beck n’aurait donc, dans ce contexte, rien de particulièrement surprenant. Il quitta l’armée et se mit en inactivité, ou plutôt en état inactif, et choisit de prendre un poste dans la filiale varsovienne de Bank Wileński (la Banque de Wilno) 11.

  • 12   Rossijskij Gosudarstvennyj Vojennyj Archiv (Moskwa), fond 308, op. 11, d. 169, f. 147 i 151.

8Les archives de Moscou contiennent une autre preuve qui nous semble exclure l’hypothèse avancée par Noël. Le 7 décembre 1923, c’est-à-dire après le retrait de Beck du service actif, un ordre fut déposé au cabinet du ministre des Affaires militaires stipulant que : « Le commandant d’Ét. Maj. Beck Józef avait occupé un poste particulièrement important d’attaché militaire à Paris pendant presque deux ans. Grâce à ses qualités, son activité militaire a donné des résultats positifs et durables. Les efforts du commandement d’Ét. Maj. Beck dans de nombreux travaux entrepris pour approfondir les relations militaires entre la France et la Pologne ont contribué à un renforcement des liens entre ces deux armées. Au nom du Service, je tiens à exprimer au commandant d’Ét. Maj. Beck les remerciements et la reconnaissance pour son travail assidu et consciencieux. » 12 Soulignons que cette évaluation positive fut formulée par les adversaires politiques de Piłsudski, et donc de Beck, adversaires pour qui les bonnes relations avec la France étaient l’un des piliers de la politique étrangère polonaise.

  • 13   Ibidem, f. 152-153.

9Il est vrai que dans un ordre interne du 2e bureau de l’état-major polonais du 19 décembre 1923, signé par le général Stanisław Haller, chef de l’état-major, le nombre d’éloges adressés à Beck fut réduit, mais le ton restait le même : « Le commandant d’EM Beck Józef a occupé un poste particulièrement important d’attaché militaire à Paris pendant presque deux ans. Grâce à ses qualités, son activité militaire a donné des résultats positifs. Au nom du Service, je tiens à exprimer au commandant d’EM Beck les remerciements et la reconnaissance pour son travail assidu et consciencieux. » 13

10Si un prétendu « espion » avait quitté Paris accusé par une armée alliée d’espionnage pour avoir copié des documents secrets, de telles appréciations auraient-elles pu être rédigées ? La confidentialité de ces évaluations ne peut, une nouvelle fois, que contredire les rumeurs lancées contre Beck par certains Français.

L’hostilité commence à Varsovie

11Józef Beck, dont la politique étrangère (1932-1939) faisait l’objet d’une critique constante au Quai d’Orsay, représentait une sorte de « bête noire » aux yeux des autorités françaises. Cette inimitié des Français (car il ne s’agit pas seulement de Noёl) datait d’une époque bien antérieure, et c’est là qu’il faut chercher, selon nous, l’origine des rumeurs sur son activité d’agent au service de l’Allemagne ou d’autres pays.

12Revenons à l’automne 1921 quand les Français cherchaient à bloquer l’agrément de Beck, désigné par Piłsudski comme attaché militaire à Paris. La mission militaire française en Pologne (MMF), notamment son chef le général Henri Niessel, ainsi que les officiers du 2e bureau (le commandant Marinot) firent part de nombreuses réserves sur cette nomination. Les Français mettaient l’accent sur l’esprit d’intrigue et d’espionnage de Beck et sur son hostilité manifeste à la mission. Niessel alla encore plus loin, en partageant (le 31 octobre 1921) avec ses supérieurs parisiens ses soupçons au sujet du Polonais : « J’ai [de] nombreuses raisons de croire que Beck a cherché à acheter notre code à Vienne notamment.» Cependant, il n’en fournit aucune preuve convaincante. C’est bien cette accusation absurde qui fut publiée dans L’Ère Nouvelle quelques mois plus tard, juste après l’arrivée de Beck à Paris. Elle dut être communiquée au journal par les militaires français, peut-être par Niessel lui-même.

  • 14   Jedrzejewicz (W.), Beck i Francja [Beck et la France], „Wiadomosci” (Londres), nr 26 (639), 29.06 (...)

13Les autorités polonaises essayèrent, en vain, de convaincre leur allié français que Beck n’éprouvait aucune sympathie pour l’Allemagne (ce qui prouve, par ailleurs, que de tels reproches existaient bien). Brouillé avec Piłsudski et son entourage, le général Niessel se permit même de déclarer (le 10 novembre 1921) qu’il percevait « la présence du commandant Beck à Paris comme attaché militaire, dangereuse en raison de son esprit d’intrigue et d’espionnage et comme regrettable en raison de l’hostilité qu’il a toujours montré à la Mission. Il serait aussi dangereux comme membre de la mission Militaire polonaise [à] Paris que comme attaché militaire. Si on l’accepte à Paris je recommande ne laisser à portée de sa main aucun papier dans les bureaux où il pénétrerait » 14. C’est cette phrase que Noël attribua à tort après la guerre à Barthou et c’est elle qui semble, vraisemblablement, à l’origine des rumeurs sur « Beck, agent allemand ».

14Un autre document indique, avec une forte probabilité, l’origine de la rumeur sur le « piège » tendu à Beck par le SR français. Une note rédigée par ce dernier le 27 février 1930, fait allusion à un ancien rapport du commandantMarinot : « Le 30 septembre 1921, sur la demande de Paris, un rapport sur le commandant Beck (rapport naturellement fort peu élogieux) fut envoyé par le commandant Marinot à l’EMA  [état-major de l’armée] 2e Bureau SR [service de renseignement] ». Le rapport vieux de neufans ne pouvait pas être retrouvédans les archives du 2e bureau en 1930, mais une information ajoutée à la note prétendait que Beck en avait eu connaissance pendant son séjour à Paris. Ce qui expliquerait qu’après son retour à Varsovie il en ait voulu à Marinot.

  • 15   Wołos (M.), Dossier..., p. 211-246.

15Nous ignorons si Beck a réellement lu ce rapport et dans quelles circonstances (l’aide de ses amis militaires français, car il y en avait aussi, n’est peut-être pas à exclure). Le SR français l’ignorait aussi ce que prouve le mot « comment ? » écrit à la main sur le document de 1930 15. De là, il n’y a qu’un pas à l’affirmation que l’attaché militaire polonais aurait volé au SR français un document et à la rumeur d’un piège tendu contre lui pour le saisir en flagrant délit.

La guerre des services

16La vraie question qu’il reste à se poser, est la suivante : d’où vient l’inimitié des officiers du SR français et de la MMF de Varsovie envers Beck et qui se manifesta par des présomptions et des rumeurs formulées à son encontre ? Pour tenter d’apporter une réponse, il faut revenir à l’époque de la guerre polono-bolchevique, en 1920-1921, et aux activités de Beck au sein du SR polonais.

  • 16   Ibidem.

17En avril 1921, le commandant Marinot, déjà mentionné, chef du SR de la MMF en Pologne, adressa à Paris plusieurs plaintes contre l’absence de collaboration, voire des difficultés volontaires faites aux Français par le SR polonais, avare d’informations sur la Russie des Soviets. Beck focalisait alors sur sa personne toutes les critiques. Marinot lui reprochait d’avoir donné l’ordre d’intercepter des agents français envoyés depuis Varsovie en Russie, de les arrêter à leur retour, et de leur soustraire rapports et argent. De nombreux exemples furent cités à cette occasion ainsi que les accusations contre le SR polonais, qui aurait décacheté et ouvert des courriers adressés au chef du SR de la MMF. De plus, les  « spécialistes de Beck » auraient procédé à de la désinformation, en fabriquant des documents sur l’Armée rouge fournis ensuite aux Français. Cherchant à expliquer le comportement des Polonais, Marinot indiqua deux raisons probables : la volonté d’acquérir facilement les informations au frais du SR français et l’intention de priver la MMF de ses propres sources d’information, ce qui la mettait à la merci du partenaire polonais. Il n’exclut pas que les deux possibilités aient été de mise 16.

18Que s’est-il réellement passé ? En respectant la vieille règle latine « audiatur et altera pars » (« l’autre partie doit être entendue »), nous avons essayé de trouver des sources polonaises sur la question. Le résultat de cette recherche étant bien modeste, l’étude de la collaboration (ou plutôt d’absence de collaboration) entre les SR polonais et français dans les années 1919-1921 reste à faire. Nous savons seulement que début mars 1921, c’est-à-dire avant la signature du traité de paix de Riga passé avec les Bolcheviks, Beck informa les Français de sa volonté d’exiger que tout  agent revenant de Russie soit accompagné afin de protéger la Pologne de la pénétration d’espions communistes. Les Français étaient-ils irrités par cette volonté d’indépendance du jeune SR militaire polonais ? Avaient-ils du mal à accepter que les Polonais soient capables de trouver leurs propres moyens pour se tenir informés sur les Soviets ? Fier de l’efficacité de son SR, Piłsudski soulignait que, pendant cette guerre et pour la première fois de l’histoire, les Polonais en savaient plus sur leur ennemi que lui n’en savait sur eux.

La longue vie d’une rumeur

19Y aurait-il d’autres « preuves » de « l’activité d’espionnage » pro allemande de Beck ? Son nom à consonance allemande, une bonne connaissance de la langue de Goethe, et son service dans les légions polonaises aux côtés des Autrichiens et des Allemands pendant la Grande Guerre seraient-ils suffisants ?

20Les autorités françaises voyaient-elles un lien entre le passé militaire de Beck et son attitude en tant que ministre des Affaires étrangères de Pologne, établissant une politique d’apaisement avec l’Allemagne ? La vieille rumeur le présentant comme l’agent de l’Abwehr aurait « expliqué » bien des choses ! Les rumeurs ont leur propre vie, parfois très longue. Qui aurait cru qu’une affirmation malveillante et sans fondement, issue du conflit des services de renseignement français et polonais naissant, en pleine guerre contre la Russie bolchevique, ressortirait un jour sur le site du... SR russe, héritier du KGB, comme une « vérité » historique ?

Haut de page

Notes

1   Rosja: Beck był niemieckim szpiegiem [Beck un agent allemand], „Rzeczpospolita”, 29.08.2009; Wywiad rosyjski: Józef Beck był agentem niemieckiego wywiadu [Le service de renseignements russe : Beck était un espion allemand], „Gazeta Wyborcza”, 29.08.2009; Putin v Polsze. Kreml snova provocirujet Varsavu [Poutine en Pologne. Le Kremlin provoque de nouveau Varsovie], „Niezavisimaja Gazieta”, 31.08.2009; Harding (L.), “Fury as Russia presents 'evidence' Poland sided with Nazis before war”, The Guardian, 1.09.2009.

2   On voit bien cette hostilité de Noёl dans son livre : Polonia Restituta. La Pologne entre deux mondes, Paris, 1984. Voir le compte-rendu critique : Wandycz (P. S.), Cienciała (A. M.), Polonia Restituta – czyli Noёl redivivus, „Zeszyty Historyczne” (Paryż), z. 72, 1985, p. 147-159.  

3   Archiwum Ministerstwa Spraw Zagranicznych w Warszawie [Archives du ministère des Affaires étrangères à Varsovie], zespół 8, teczka 75, wiazka 5, rapport de J. Putrament à S. Gajewskiego,  26.11.1949, nr 242/63/tjn., f. 29-30. J’ai cité ce document dans l’article Dossier Józefa Becka. Jeszcze raz o przyczynach antagonizmu: pułkownik Beck – Francja [Dossier Beck. Du nouveau sur l’antagonisme entre le colonel Beck et la France], „Czasy Nowożytne” (Torun), t. XIII, 2002, p. 211-216.

4   Malheureusement ces rumeurs existent toujours dans les publications étrangères. Voir : Roberts (H. L.), The Diplomacy of Colonel Beck, [dans:] The Diplomats 1919-1939, red. G. A. Craig, F. Gilberts, Princeton, 1953, p. 579-614; Matwiejew (G.), Piłsudskij, Moskva, 2008, p. 424.

5   Wandycz (P.), Sprawa Józefa Becka jako attaché wojskowego w Paryżu [La “cause Beck” comme attaché militaire à Paris], „Zeszyty Historyczne” (Paryż), z. 22, 1972, p. 34-40; Colonel Beck and the French: Roots of Animosity?, “The International History Review”, t. III, 1981, p. 115-127. La question a été largement abordée par Marek Kornat dans son article Józef Beck – zarys biografii politycznej (1894-1932) [Józef Beck, esquisse d’une biographie politique], „Niepodległosc”, t. LV (XXXV), 2005, p. 60-77; voir aussi A. M. Cienciała, Józef Beck. Szkic biograficzno-polityczny [Józef Beck, esquisse d’une biographie politique], [dans:] Polska polityka zagraniczna w latach 1926-1939 [La politique étrangère polonaise, 1926-1939], Paris, 1990, p. 20.  

6  Le domaine de ses responsabilités ayant été élargi à la marine aussi dès 1923, il assumait la fonction d'attaché militaire et maritime.

7   Archiwum Akt Nowych w Warszawie, Ambasada Paryż, sygn. 279, f. 32.

8   Ibidem, f. 34 i 35.

9   J’ai publié les documents du 2e bureau français. Voir : Wołos (M.), Dossier…, p. 211-246.

10   Wołos (M.), Generał dywizji Boleslaw Wieniawa-Dlugoszowski. Biografia wojskowa [Général de division Boleslaw Wieniawa-Dlugoszowski. Biographie politique], Torun, 2000, p. 77.

11   Kornat (M.), op. cit., s. 77.

12   Rossijskij Gosudarstvennyj Vojennyj Archiv (Moskwa), fond 308, op. 11, d. 169, f. 147 i 151.

13   Ibidem, f. 152-153.

14   Jedrzejewicz (W.), Beck i Francja [Beck et la France], „Wiadomosci” (Londres), nr 26 (639), 29.06.1958; Mazurowa (K.), Beck i Francja, „Polityka”, nr 14 (579), 6.04.1968; Lewandowski (J.), Prehistoria paryskich perypetii Becka [La préhistoire des péripéties parisiennes de Beck], „Zeszyty Historyczne”, z. 24, 1973, s. 222-224; Rollet (H.), « Deux mythes des relations franco-polonaises entre les deux guerres mondiales », Revue d’histoire diplomatique, n° 3-4, 1982, p. 225-231;Pajewski (J.), Politycy polscy w relacjach dyplomatycznych francuskich [Les hommes politiques polonais dans les rapports diplomatiques français], „Dzieje Najnowsze”, t. VI, nr 1, 1974, p. 215-221; J. Laptos, Dyplomaci II RP w świetle raportów Quai d’Orsay [Les diplomates de la Deuxième République dans les rapports du Quai d’Orsay], Warszawa, 1993, p. 103-110, 180-183, 188-189, 205-206, 216-218, 240-242;Wołos (M.), Dossier..., p. 211-246 .

15   Wołos (M.), Dossier..., p. 211-246.

16   Ibidem.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mariusz Wolos, « Józef Beck : espion allemand ? », Revue historique des armées, 260 | 2010, 45-53.

Référence électronique

Mariusz Wolos, « Józef Beck : espion allemand ? », Revue historique des armées [En ligne], 260 | 2010, mis en ligne le 06 septembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://rha.revues.org/7045

Haut de page

Auteur

Mariusz Wolos

Professeur d’histoire contemporaine à l’université Nicolas Copernic de Torun (Pologne), il est, depuis 2007, directeur du Centre scientifique de l’académie polonaise des sciences à Moscou.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org