Navigation – Plan du site
Document

De la Champagne à la Volhynie : l’insigne du 43e régiment polonais d’infanterie

Andrzej Nieuwazny
p. 65-67

Texte intégral

1Parmi les régiments polonais mis sur pied dans les années 1918-1920 et issus de l’armée polonaise en France (dite « armée Haller »), c’est le 43e régiment d’infanterie qui, dans sa symbolique, manifesta le plus la fraternité d’armes franco-polonaise.

2L’insigne (de 1928) et le drapeau du régiment (de 1929) rendaient hommage à ces émigrés polonais en France qui, au déclenchement de la Grande Guerre, animés par l’espoir d’une indépendance future de la Pologne et par la volonté de défendre leur deuxième patrie, avaient rallié, dès août 1914, le Comité des volontaires polonais. La France refusant de créer des unités étrangères (mis à part les Italiens, le cas des Polonais était particulièrement « sensible » vu l’hostilité de l’allié russe à toute manifestation du sentiment national polonais), les volontaires durent s’enrôler dans la Légion étrangère (2e compagnie, bataillon « C », 1er régiment étranger). Sélectionnés après examen médical, 300 Polonais (sur 500 volontaires) reçurent une instruction militaire à la caserne de Reuilly à Paris et à Bayonne. Cette dernière ville a donné un surnom à ces soldats (« les Bayonnais ») qui partirent au combat avec leur drapeau (officieux) rouge frappé de l’aigle blanc, brodé par les dames de Bayonne.

3Après un entrainement au camp de Mailly, les Polonais, incorporés au 2e régiment de marche du 1er régiment étranger (2e RM/1er RE) furent envoyés sur le front en novembre1914. Après les combats dans l’Aisne (janvier1915), la quasi-totalité des « Bayonnais »  périt pendant l’offensive en Artois (le 9mai à Neuville Saint-Vaast et les 16-17 juin près de Souchez). Une poignée de sujets du tsar rescapés fut évacuée fin 1915 en Russie.

  • 1  Pour l’organisation de l’APF : Guelton (Frédéric), « La création d’une armée polonaise en France,  (...)

4Le deuxième volet de l’histoire du 43e régiment se rattache au 1er régiment polonais de chasseurs à pied. La révolution russe de février-mars 1917 ayant modifié le contexte politique, le gouvernement provisoire de Russie donna son accord à la création d’une armée polonaise sur le sol français. Ce fut le rapport de Foch au ministre de la Guerre Painlevé, signé par le chef de l’état-major français le 20 mai 1917, qui fut à l’origine du décret présidentiel du 4 juin 1917 constituant une armée polonaise en France (APF) 1. La mise sur pied de cette armée (composée des Polonais, prisonniers de guerre et des volontaires venus d’Amérique) étant longue, le 4 novembre 1917, au moment où Foch envisagea la participation des Polonais à l’offensive du groupe d’armées de l’Est, il ne put compter que sur la 1re division polonaise. La seule unité de cette division ayant une expérience du combat était le 1er régiment de chasseurs (1er RCP), qui avait été envoyé sur le front en juin 1918. Le 18 juin, le général Gouraud, chef de la 4e armée, remit au régiment son drapeau, offert par le Conseil municipal de la ville de Paris. Quatre jours plus tard au camp de Mailly, trois autres régiments polonais reçurent, des mains du président de la République Poincaré, leurs drapeaux offerts par Nancy, Verdun et Belfort. Le président de la République décora aussi de la croix de guerre avec palme le drapeau des « Bayonnais », transpercé par 43 balles.

5En juillet 1918, le 1er RCP était présent, au sein du 21e CA à la seconde bataille de la Marne et s’illustra à Saint-Hilaire-le-Grand (14-22 juillet) et au bois de Raquette (24-25 juillet). Ce deuxième combat fut particulièrement sanglant et dramatique car de nombreux soldats polonais combattaient dans ce secteur sous l’uniforme Feldgrau. Retiré du front dès le 17 août, le 1er RCP rejoignit au camp de Saint-Tanche deux autres RCP de la 1re division polonaise de chasseurs. Début octobre, la division fut envoyée sur le front en Lorraine et fut passée en revue par le général Haller, le nouveau chef des troupes polonaises en France.

  • 2  43. Pulk Strzelcow Kresowych. En polonais le mot Kresy (confins) désigne les territoires de l’anci (...)
  • 3  En1929, le commandant Stefan Wyczolkowski a publié, Zarys Historii Wojennej 43-go Pulku Strzelcow (...)

6L’arrivée de l’APF sur le sol polonais au printemps 1919 (deux corps d’armée regroupant cinq divisions d’infanterie mixtes franco-polonaises et une division d’instruction, soit au total 80 000 soldats) ouvre un nouveau chapitre de l’histoire du 1er RCP. L’historique du régiment rappelle les combats contre les Ukrainiens en Wohlynie (mai 1919), puis la guerre contre les Bolcheviks en 1920 : l’offensive sur Kiev (avril-mai), la défense contre l’armée de cavalerie (Konarmia) de Budienny (fin mai-début juin), la contre-offensive polonaise victorieuse (août-septembre). En 1921, lorsque la paix fut conclue, le 43e régiment de chasseurs des Confins 2 (ce nom lui fut attribué en septembre 1919) tenait garnison à Dubno, petite ville en Vohlynie, aujourd’hui en Ukraine. Un bataillon stationnait à Brody. La 13e division d’infanterie se composait de trois régiments issus de l’APF : les 43e, 44e et 45e (respectivement anciens 2e RCP et 3e RCP) 3.

  • 4  Les survivants parmi les « Bayonnais » étaient autorisés à porter un insigne identique : losange f (...)
  • 5  Wielecki (Henryk), Sieradzki (Rudolf), Wojsko Polskie 1921-1939. Odznaki pamiątkowe piechoty [L’Ar (...)
  • 6  Wiarus, n50 du 12 décembre 1936.

7L’histoire polono-française du 43e régiment se reflète aussi dans sa symbolique. En 1929, la dénomination officielle du régiment changea, il s’appela alors « 43e régiment d’infanterie de la légion des Bayonnais ». Cette référence aux volontaires de 1914, nous la voyons sur l’insigne du régiment, dont le port fut autorisé par le ministère de la Guerre en décembre 1928. Outre la croix Virtuti Militari attribuée au régiment en 1921, l’insigne (44 mm sur 44), en argent émaillé pour les officiers, en métal pour la troupe est orné de la croix de guerre avec palme (posée sur son ruban vert avec des bandes garance), qui fut attachée en 1918 au drapeau des « Bayonnais ». Sur la croix de guerre, l’on peut voir un petit aigle doré polonais provenant du dit drapeau 4. Les blasons de Paris (donataire du drapeau) et Dubno (lieu de la garnison principale) remplissent les bras verticaux de l’insigne. La couronne de lauriers entoure le chiffre 43 PSK43. Pulk Strzelcow Kresowych 5. La coutume voulait que la version émaillée de l’insigne, réservée théoriquement aux seuls officiers, fut attribuée aux sous-officiers méritants qui quittaient le régiment ; on le soudait au hausse-col (ryngraf) à l’effigie de la Vierge 6.

  • 7  Satora (Kazimierz), Opowiesci wrześniowych sztandarow [Les histoires des drapeaux de septembre 193 (...)

8Le nouveau drapeau, offert en commun par les villes de Paris et de Dubno ainsi que par les anciens soldats de l’armée Haller vivant aux États-Unis, fut remis au régiment le 25 juillet 1929. Il portait sur ses plis les blasons de Paris et de Dubno ainsi que l’effigie de la Vierge et le drapeau de 1914. Trois gardes au drapeau se présentaient pendant les cérémonies importantes : celle de 1914, en pantalon garance gardait le drapeau des « Bayonnais » conservé au régiment ; celle vêtue de bleu horizon entourait le drapeau des années 1918-1929 et celle vêtue de kaki veillait sur le drapeau polonais réglementaire. Ce troisième symbole du régiment, enseveli  après le désastre de septembre 1939, fut heureusement retrouvé après la guerre, et est aujourd’hui conservé – ainsi que deux autres drapeaux – au Musée de l’armée à Varsovie 7.

9Rappelons qu’en 1924 la fête du régiment, qui se célébrait auparavant le 10 janvier (jour de la création du 1er RCP en 1918), fut transférée au 25 juillet, pour commémorer le combat du bois de Raquette. Ainsi se transmettait la mémoire de la fraternité d’armes polono-française et de la Grande Guerre – si tragique, mais qui fut  indispensable à l’indépendance polonaise.

Haut de page

Notes

1  Pour l’organisation de l’APF : Guelton (Frédéric), « La création d’une armée polonaise en France, 1917-1919», Revue historique des armées, n172, septembre1988 ; Merlot (A.), L’armée polonaise. Constitution et organisation (juin 1917-avril 1919), Paris,1919.

2  43. Pulk Strzelcow Kresowych. En polonais le mot Kresy (confins) désigne les territoires de l’ancienne Pologne-Lituanie situés à l’est des fleuves Bug et Niémen.

3  En1929, le commandant Stefan Wyczolkowski a publié, Zarys Historii Wojennej 43-go Pulku Strzelcow Kresowych – l’historique du 43erégiment avec de nombreuses photos et contenant les listes des tués et des décorés; neufofficiers (dont trois à titre posthume) et unsergent du régiment furent décorés de laLégion d’honneur et la croix de Virtuti Militari fut attribuée à 74 officiers et soldats.

4  Les survivants parmi les « Bayonnais » étaient autorisés à porter un insigne identique : losange formé par le ruban de lacroix de guerre, orné de la croix et de l’aigle, avec la palme au-dessus.

5  Wielecki (Henryk), Sieradzki (Rudolf), Wojsko Polskie 1921-1939. Odznaki pamiątkowe piechoty [L’Armée polonaise en 1921-1939. Les insignes de l’infanterie], Warszawa, 1991, p. 81-82.

6  Wiarus, n50 du 12 décembre 1936.

7  Satora (Kazimierz), Opowiesci wrześniowych sztandarow [Les histoires des drapeaux de septembre 1939], Warszawa, 1990, p. 93-95.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrzej Nieuwazny, « De la Champagne à la Volhynie : l’insigne du 43e régiment polonais d’infanterie », Revue historique des armées, 260 | 2010, 65-67.

Référence électronique

Andrzej Nieuwazny, « De la Champagne à la Volhynie : l’insigne du 43e régiment polonais d’infanterie », Revue historique des armées [En ligne], 260 | 2010, mis en ligne le 02 août 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7064

Haut de page

Auteur

Andrzej Nieuwazny

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org