Navigation – Plan du site
Présentation

Le statut des anciens combattants et des victimes de répressions en Pologne

Jan Stanisław Ciechanowski
p. 114-115

Notes de l’auteur

En Pologne, les termes de « kombatant  [combattant] » et « weteran [vétéran] » sont synonymes.

Texte intégral

1Tous les pays créent des statuts destinés à protéger les vétérans des guerres et les victimes des répressions, selon leurs expériences historiques et le nombre potentiel des bénéficiaires de ces statuts. Afin de comprendre la spécificité des mesures adoptées par la Pologne, il faut tout d’abord se remémorer que lors des deux derniers siècles, la Pologne n’a été indépendante que durant 40 ans. De 1795 à 1918, elle a été sous le régime de la Russie, de la Prusse puis de l’Autriche ; de 1939 à 1945, elle a vécu sous l’occupation allemande et russe ; enfin dans la période de l’après-guerre jusqu’en 1989, elle a été l’un des satellites de l’Union soviétique. Pendant 200 ans, l’histoire de l’État polonais a été constituée de révoltes et de luttes pour l’indépendance. Cette tradition s’est transmise de génération en génération. Ces révoltes ont provoqué d’importantes répressions au sein de la population polonaise.

2La Pologne a donc voulu donner une preuve de reconnaissance et d’estime à tous les citoyens qui ont lutté, dans les formations armées ou sous une autre forme, pour l’indépendance dans les années 1914-1956 et, aussi, a voulu pensionner les victimes des persécutions causées par les occupants allemands dans les années 1939-1945, par les Soviétiques lors des années 1939-1956 et par le régime communiste contrôlé par Moscou dans les années 1944-1956. Ainsi, un statut spécial pour les vétérans des luttes pour l’indépendance et les victimes des répressions politiques a été établi en 1991. La réalisation de cette mission a été confiée par l’État polonais à une nouvelle institution : le bureau des Affaires des combattants et personnes persécutées. Le statut de vétéran des luttes pour l’indépendance et de victime des répressions a été accordé à 184 000 personnes (plus de la moitié étant des anciens combattants). Environ 216 000 personnes (veufs et veuves de vétérans et de victimes des répressions) jouissent d’autres avantages.

3Les vétérans invalides blessés lors des actions militaires et les victimes des répressions devenues invalides suite aux persécutions reçoivent une pension supplémentaire d’invalidité. Ces prestations sont attribuées à 56 000 personnes. De plus, des pensions familiales sont perçues par 28 000 veuves et veufs de vétérans invalides de guerre ou devenus invalides suite aux répressions. Composé d’environ 144 000personnes, un autre groupe est à part. Il s’agit des victimes des répressions constitué par les citoyens polonais déportés lors de la Deuxième Guerre mondiale ou condamnés aux travaux forcés par le IIIe Reich. Au total, ce sont 544 000 personnes qui jouissent d’avantages spéciaux et de différentes prestations en Pologne et à l’étranger. Parmi les avantages accordés aux bénéficiaires de la loi polonaise relative à la protection des vétérans, se trouvent les suppléments financiers aux allocations et retraites (84 euros par personne et par mois), les allocations d’invalidité (en moyenne 475 euros par personne et par mois) et les réductions sur les prix des transports publics (les réductions vont de 37 à 50 %). Par ailleurs, le statut d’invalide de guerre ou d’invalide suite aux répressions donne le droit à la gratuité pour certains médicaments.

  • 1  Dans les pays de l’Europe centrale et d’Europe de l’Est, c’est la personne elle-même qui décide de (...)

4Force est de constater que plusieurs bureaux et institutions privées sont, actuellement, en compétition pour octroyer aux vétérans et victimes des répressions des privilèges financiers (indemnités, réductions, etc.), d’honneurs (décorations, nominations au grade supérieur), mais aussi pour recueillir et traiter les différents matériaux historiques liés à la lutte, à la martyrologie et à l’extermination des citoyens polonais des différentes nations 1 lors de la Deuxième Guerre mondiale et dans la période de l’après-guerre. Cependant, le rôle principal incombe à l’État par le biais du bureau des Affaires des combattants et personnes persécutées. Le directeur du bureau (le ministre des Affaires des combattants et des victimes des répressions) dépend, de par la loi, du ministre du Travail et de la Politique sociale. Ce directeur est nommé par le Premier ministre et il est issu des cadres dirigeants de l’État, même s’il n’a pas de fonction de secrétaire ou vice-secrétaire d’État. Parmi les missions réalisées directement par le directeur du bureau figure en particulier le choix des principales actions de l’institution qu’il dirige afin d’assurer aux vétérans et aux victimes des répressions l’aide et la protection de l’État ainsi que l’estime et la mémoire qui leur reviennent. Le directeur octroie des distinctions honorifiques comme par exemple  la Croix du combattant des luttes pour l’indépendance et la médaille Pro memoria.

5Le directeur est assisté d’un organe de consultation et de conseil, qui est composé de quinze personnes, constituant le conseil des Affaires des combattants et personnes persécutées. Ce conseil se compose des représentants des plus importantes organisations polonaises d’anciens combattants et de victimes des répressions, présentes dans le pays mais aussi à l’étranger. Les membres du conseil sont désignés et révoqués par le directeur du bureau. Les missions réalisées par le bureau sont les suivantes : octroi du statut de vétéran, de victime de répressions ou de déporté condamné aux travaux forcés ; justification des demandes de privilèges d’honneurs ; assistance des représentants des anciens combattants et des victimes auprès des autres ministères et institutions privées. Le bureau est compétent pour juger de la réalité de l’activité de la résistance contre le régime communiste dans les années 1957-1989 et pour verser des indemnités au titre des dommages aux familles des victimes décédées lors des manifestations pour l’indépendance dans la même période. De plus, le bureau organise et soutient financièrement des actions pour organiser des commémorations de combats pour l’indépendance et entretenir la martyrologie des citoyens polonais (monuments, expositions, films, publications, etc.). Le bureau des Affaires des combattants et personnes persécutées emploie actuellement 161 personnes rémunérées. Les membres du conseil remplissent, quant à eux, leurs fonctions à titre bénévole. Enfin, le statut particulier d’ancien combattant n’est pas octroyé aux militaires ayant participé à des opérations militaires internationales récentes. En effet, les militaires sont à la charge du ministère de la Défense nationale et sont soumis à la réglementation relative aux droits des soldats professionnels.

Haut de page

Notes

1  Dans les pays de l’Europe centrale et d’Europe de l’Est, c’est la personne elle-même qui décide de sa nationalité, ceci indépendamment de la citoyenneté. C’est le résultat des fréquentes modifications des frontières jusqu’en 1945.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jan Stanisław Ciechanowski, « Le statut des anciens combattants et des victimes de répressions en Pologne », Revue historique des armées, 260 | 2010, 114-115.

Référence électronique

Jan Stanisław Ciechanowski, « Le statut des anciens combattants et des victimes de répressions en Pologne », Revue historique des armées [En ligne], 260 | 2010, mis en ligne le 02 août 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://rha.revues.org/7066

Haut de page

Auteur

Jan Stanisław Ciechanowski

Ministre polonais, directeur du bureau des Affaires des combattants et personnes persécutées

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org