Navigation – Plan du site
Lectures

Mechtild Gilzmer, Mémoires de pierre. Les monuments commémoratifs en France après 1944

Autrement, coll. « Mémoires », traduit de l’allemand par Odile Demange, 2009, 270 pages
Jean-François Dominé

Texte intégral

1Enseignante à Toulouse-Le Mirail puis à Berlin, Mechtild Gilzmer a notamment dirigé, en 2003, le colloque « Les femmes dans la Résistance en France » avec Christine Lévisse-Touzé et Stefan Martens. Le postulat de Mechtild Gilzmer, fondé sur les travaux du sociologue Maurice Halbwachs, est que le passé, loin d’être donné une fois pour toute, est une construction sociale et culturelle. Aussi, jugeant que le « processus du souvenir des morts [est] plus ou moins achevé », elle se propose de dresser le bilan de la « représentation et du souvenir de la Seconde Guerre mondiale ». Elle s’attache donc à suivre les « différentes étapes du processus d’édification de monuments commémoratifs et d’hommages aux morts après la guerre »puis d’en analyser les « expressions iconographiques ». Apparaîtront ainsi le but des concepteurs du projet, les obstacles par eux rencontrés, les conflits d’intérêts suscités par leur idée et, enfin, l’aboutissement ou l’abandon du projet. Les monuments commémoratifs définissent l’identité nationale à une date déterminée. En effet, ils constituent une forme particulière de « lieux de mémoire » (Pierre Nora) car ils occupent l’espace public, ce qui leur confère une visibilité exceptionnelle. Dès la fin de la guerre, surgissent un peu partout en France de tels monuments, hommages de leurs proches aux morts de la guerre. Afin de mettre de l’ordre dans cette « édification chaotique », est instituée la Commission centrale des monuments commémoratifs qui relève du ministère de l’Intérieur. Sa tâche n’est pas des plus faciles. Peu à peu, cependant, cette frénésie s’apaise. Elle a pourtant donné au paysage monumental français l’allure qu’il conserve pour l’essentiel encore aujourd’hui car ces créations locales sont souvent d’ampleur nationale [Mont-Mouchet (Cantal) ; Chasseneuil-sur-Bonnieure (Charente) ; Châteaubriant (Loire-Atlantique)]. À partir de 1958, l’initiative revient au général de Gaulle et à son tout nouveau ministre des Affaires culturelles, André Malraux, qui dispose du Commissariat général aux monuments commémoratifs. De 1944 à 1950, les monuments avaient une double vocation : honorer les morts et saluer l’action de la Résistance. Les années 1960 voient triompher la mémoire gaulliste [de Gaulle inaugure le mémorial pour la France combattante au Mont-Valérien (Suresnes, Hauts-de-Seine), le mémorial de la Déportation dans  l’île de la Cité (Paris) et le monument de Natzweiler-Struthof (Bas-Rhin)]. Une certaine désaffection caractérise la décennie suivante. Dans les années 1980, naît une autre approche. Les résistants étrangers sont mis en avant [Les sentinelles de la mémoire : un monument national pour les étrangers dans la Résistance (Besançon, Doubs), 1993] de même que les victimes de la Shoah (Monument des victimes juives de la Déportation de France, 1994). Cette évolution transparaît dans les choix iconographiques successifs. Après l’individu héroïque, viennent les allégories féminines de l’unité nationale (Marianne). De Gaulle impose la croix de Lorraine, symbole de la France victorieuse. Depuis les années 1970, les monuments commémoratifs doivent offrir une image du passé et non plus affirmer l’identité nationale. Leur esthétique s’en ressent. Elle n’est plus classiquement figurative mais peut prendre des formes abstraites et très variées. Mechtild Gilzmer n’écarte aucun aspect de la question. De ce fait, elle livre un ouvrage à la fois érudit et plaisant, à l’iconographie abondante mais discrète (environ 40 photos). Elle a consulté de nombreuses sources : Archives nationales, centre des archives de Fontainebleau, archives du ministère de la Défense (Mechtild Gilzmer a interrogé des agents du bureau des monuments historiques et des lieux de mémoire ainsi que de la DMPA), archives départementales et communales. Le livre contient, en outre, une solide bibliographie. Il constitue une analyse précieuse de ces édifices et, puisque le tourisme de mémoire est à la mode, un excellent guide de voyage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Dominé, « Mechtild Gilzmer, Mémoires de pierre. Les monuments commémoratifs en France après 1944 », Revue historique des armées [En ligne], 260 | 2010, mis en ligne le 03 août 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rha.revues.org/7074

Haut de page

Auteur

Jean-François Dominé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org