Navigation – Plan du site
Lectures

Sébastien Laurent, Politiques de l’ombre. État, renseignement et surveillance en France

Fayard, 2009, 700 pages
Thomas Vaisset

Texte intégral

1Ce livre est la publication de l’habilitation à diriger les recherches de Sébastien Laurent, maître de conférences à l’université de Bordeaux III et enseignant à Sciences Po. Son objet est l’étude de l’émergence de « l’État secret » en France, de la Restauration à la veille de la Grande Guerre. L’ouvrage remet en cause la thèse d’une progressive libéralisation politique au cours du XIXe siècle, fruit de l’acculturation des Français aux libertés fondamentales acquises pendant la Révolution et dont l’aboutissement aurait été la proclamation de la République, le 4 septembre 1870. Distinguant la composante administrative, le droit et les pratiques du renseignement, il démontre avec talent que cette libéralisation s’est en fait déroulée en trompe-l’œil. Sébastien Laurent met en lumière la continuité des différents régimes qui se succédèrent au XIXe siècle en matière de renseignement. Ainsi, l’accélération de la circulation de l’information par l’intermédiaire de multiples inventions et leur diffusion croissante n’ont pas compromis la capacité de surveillance et d’influence de l’État. Jouant habilement sur le registre politique et juridique, il a conservé, voire accru ses moyens pour contrôler un « espace public » qui tendait alors à former une véritable opinion publique. Si la surveillance intérieure fut particulièrement marquée lors des deux régimes impériaux, la proclamation de la République ne constitua pas pour autant une rupture avec les pratiques antérieures. Le contrôle des communications par exemple ne disparut pas. Après l’invention du téléphone, les premières compagnies furent rapidement nationalisées pour donner naissance au ministère des PTT. Ainsi, les « cabinets noirs » chargés d’intercepter et de déchiffrer les courriers et les télégrammes s’institutionnalisèrent-ils pour intégrer les administrations centrales de l’Intérieur ou de la Guerre. La loi sur la presse de juillet 1881 n’a pas fondamentalement remis en cause la censure qui se contenta de changer de nature. Enfin, c’est également sous la IIIe République que l’État passa de la « surveillance » au « contrôle » de ses propres citoyens. Distinguant trois niveaux différents, la composante administrative, le droit et les pratiques, Sébastien Laurent montre que « l’État secret » s’est formé en trois temps : l’âge de la coutume, la bureaucratisation et l’apparition d’un droit spécifique. Il fonde son étude sur une bibliographie et des sources abondantes et met son érudition au service d’une démonstration rigoureuse. Politiques de l’ombre fait d’ores et déjà figure d’ouvrage incontournable pour l’étude du renseignement en France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Vaisset, « Sébastien Laurent, Politiques de l’ombre. État, renseignement et surveillance en France », Revue historique des armées [En ligne], 260 | 2010, mis en ligne le 02 août 2010, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7075

Haut de page

Auteur

Thomas Vaisset

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org