Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-Pierre Richardot, 100 000 morts oubliés : les 47 jours et 47 nuits de la bataille de France, 10 mai-25 juin 1940

Le Cherche-midi, coll. « Documents », 2009, 472 pages
Nicolas Texier

Texte intégral

1Ce livre part d’une évidence : dans la mémoire collective, la Drôle de guerre constitue un épisode tragi-comique de l’histoire française, le souvenir de la débandade d’une armée mal équipée, stupéfaite et culbutée par une Wehrmacht accomplissant une promenade de santé devant s’achever par un défilé sur les Champs-Élysées accompli sous le soleil. Dans cette imagerie, les pertes allemandes n’existent pas et les soldats français tombés au cours de la bataille de France existent à peine, tristes victimes d’une guerre tournant à la farce et de la malheureuse répétition de l’humiliation de 1870. Ces hommes furent pourtant plus de 60 000 et l’invasion de la Belgique et de la France a beau constituer un épisode majeur de la Seconde Guerre mondiale, l’historiographie française peine encore à expliquer cette campagne, le déroulement et les raisons profondes, militaires et politiques, de la défaite, comme si celles-ci ne valaient guère que l’on s’y attarde, en se contentant de l’expliquer par la confusion politique de l’entre-deux-guerres, le défaitisme des autorités françaises, le dégoût de la population pour la guerre et l’aveuglement d’un commandement en retard d’un conflit. Pour toutes ces raisons, la Drôle de guerre comme la bataille de France aurait mérité un travail de fond, accompli sur les archives conservées en Allemagne et en France (notamment au SHD), ce que ne propose pas l’ouvrage de Jean-Pierre Richardot. S’appuyant essentiellement sur des témoignages et des sources imprimées, l’auteur privilégie ainsi le point de vue du soldat et les impressions laissées par les péripéties de la campagne sur les survivants. Si ce choix a le mérite de rendre hommage aux soldats morts au combat, au courage des hommes sur le terrain et aux actions entreprises par les troupes françaises, il rend en revanche périlleuse toute affirmation sur le comportement des autorités politiques et militaires et sur le processus qu’ont suivi l’effondrement de la République et l’instauration de l’État français. Invoquer en ce domaine la seule trahison d’une clique de généraux antirépublicains facilitée par la capitulation de politiques dépassés par les événements mériterait sans doute quelques nuances ou, à tout le moins, d’aller chercher une explication à l’ampleur de la défaite au-delà de la seule psychologie des officiers d’états-majors. Faute d’y répondre, cet ouvrage a toutefois le mérite de poser à nouveau cette question : comment cela a-t-il été possible ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Texier, « Jean-Pierre Richardot, 100 000 morts oubliés : les 47 jours et 47 nuits de la bataille de France, 10 mai-25 juin 1940 », Revue historique des armées [En ligne], 260 | 2010, mis en ligne le 02 août 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7080

Haut de page

Auteur

Nicolas Texier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org