Navigation – Plan du site
Dossier

Éditorial

Frédéric Guelton

Texte intégral

1Après un dossier consacré à la Pologne, la Revue historique des armées s’intéresse aujourd’hui à une « fonction opérationnelle », la reconnaissance. Ce grand écart entre une réflexion sur l’amitié et les relations militaires entre deux nations et une étude sur une « action qui consiste à aller chercher le renseignement d’ordre tactique ou technique, sur le terrain ou sur l’ennemi, sur un point ou dans une zone donnée, en engageant éventuellement le combat », comme le rappelle une des versions récentes du règlement de l’armée de Terre qu’est le TTA 106, traduit la volonté du comité de rédaction de la revue de couvrir tous les aspects de l’histoire militaire. Cette attitude est fondamentale dans une période au cours de laquelle les chercheurs en histoire militaire semblent davantage attirés par les hautes sphères de la réflexion théorique sur les « transformations de la guerre » que par les contingences du combat, de sa préparation et de son exécution, alors que les deux relèvent, à importance égale, de son champ de compétence.

2En effet, l’étude de l’histoire militaire ou de l’histoire des guerres ne peut éviter de traverser le champ de bataille, champ clôt de l’affrontement ultime, qu’il s’appelle Gergovie, Fontenoy, Austerlitz, Diên Biên Phu ou aujourd’hui Kapisa. Et alors la guerre, après avoir été réflexion théorique, décision politique, conception stratégique, organisation opérationnelle, devient action tactique, c'est-à-dire combat, choc des volontés et des hommes, vie et mort, victoire et défaite. L’étude de la reconnaissance nous renvoie à l’un des moments de cette réalité première.

3La totalité des articles du dossier se concentre sur la période contemporaine et sur une approche essentiellement technique à travers la reconnaissance aérienne et navale, même si le lieutenant Océane Zubeldia la resitue avec bonheur dans le temps long historique en introduisant son article consacré à l’utilisation des drones par une citation de… Sun Tzu. Quant aux auteurs, ce sont tous soit des militaires soit des historiens du Service historique de la Défense. Ce constat impose deux remarques. L’attirance des historiens militaires pour la période contemporaine, voire le temps présent, est grande. Elle n’a d’égale, et pour les mêmes raisons, que celle des historiens du politique. On ne peut que le regretter – sans s’en inquiéter pour autant – dans la mesure où, comme le notait, le lieutenant-colonel Cholet dans son avant-propos à L’Art militaire dans l’Antiquité chinoise (Charles-Lavauzelle, 1922), « à part nos machines et nos engins, nous n’avons rien inventé… ». Notons que dans cet ouvrage fort de 168 pages, la « fonction opérationnelle reconnaissance » occupe une part de choix sous un vocable différent. Elle s’y intitule « de la nécessité de se renseigner, de la connaissance du terrain, et de la connaissance de l’ennemi » ce qui renvoie presque exactement, avec des mots simples, aux définitions réglementaires de l’armée française actuelle. Faut-il par ailleurs se réjouir ou déplorer que seuls des historiens également militaires ou appartenant exclusivement au Service historique de la Défense aient participé à ce dossier ? Probablement ni l’un ni l’autre. Mieux vaut se féliciter de l’existence de ce vivier, espérer son développement et surtout sa plus grande capillarité avec le monde de la recherche universitaire afin qu’il y essaime pour que demain, lorsque la revue consacrera un dossier à la sûreté, à la manœuvre, à l’artillerie ou à la cavalerie légère (qui sert à la reconnaissance) ou à la défense des places, elle trouve de jeunes historiens nombreux et avides d’y écrire. Le dossier suggère une dernière remarque qui est également une piste de recherche qui pourrait être fructueuse et passionnante. Les concepts liés à l’action de guerre sont, depuis toujours, traduits par des mots qui changent avec le temps et en fonction des exigences contextuelles. La « guerre » devient « conflit », le « corps expéditionnaire »,« force de projection » et « l’intervention », « rétablissement de la paix », par exemple. Des synonymies nouvelles apparaissent également par simplification, manque de précision voire manque de connaissance. « Reconnaître » peut alors se confondre avec « éclairer », « rechercher », voire « renseigner » ou « informer ». Dans les deux cas, des phénomènes constants ne sont plus perçus en fonction de leur caractère permanent mais en fonction de l’évolution linguistique voire sémiologique de leur qualification. Il peut en résulter des confusions évidentes. Si la guerre n’est qu’un conflit pourquoi devrait-on mourir dans ce qui n’est pas une guerre ? S’il n’appartient pas à l’historien de se positionner sur une telle question, il lui appartient de l’étudier, de l’expliquer, de la rendre intelligible ce qui représente un beau champ d’étude aussi intéressant qu’utile à la compréhension des guerres (ou des conflits) du temps présent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Guelton, « Éditorial », Revue historique des armées [En ligne], 261 | 2010, mis en ligne le 09 novembre 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rha.revues.org/7089

Haut de page

Auteur

Frédéric Guelton

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org