Navigation – Plan du site
Dossier

Le renseignement photographique dans la manœuvre. L’exemple de la Grande Guerre

Marie-Catherine Villatoux
p. 3-13

Résumés

Si la reconnaissance photographique aérienne voit le jour dès les premières heures du conflit, elle s’impose comme un outil essentiel de la manœuvre avec l’apparition de la guerre de position. Reconnue comme un auxiliaire indispensable pour le réglage des tirs d’artillerie, elle joue bientôt un rôle beaucoup plus vaste en amont et en aval de toute offensive, comme c’est le cas en Champagne à l’automne 1915. Sous l’impulsion de personnalités novatrices telles que les capitaines Pépin, Grout ou Weiller, le renseignement photographique fait alors l’objet d’une doctrine d’emploi tandis que les procédés évoluent et s’affinent jusqu’à la mise en place, lors des grandes offensives de 1918, des reconnaissances « à grande profondeur » qui constituent un élément primordial dans la victoire alliée et préfigurent les avions-espions et satellites qui ont vu le jour des années plus tard.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir notamment : Hodeir (Marcellin), « La photographie aérienne : de la Marne à la Somme », 1914-1 (...)

1Spécialité de l’aéronautique militaire trop souvent méconnue – voire ignorée du grand public –, le renseignement photographique nait et acquiert ses lettres de noblesse au cours de la Grande Guerre. Si plusieurs études historiques lui ont été consacrées 1, le sujet est cependant loin d’avoir été totalement épuisé. La place et le rôle de ce nouvel outil – bientôt intégré au sein de la chaîne globale du renseignement – dans la manœuvre, qu’il s’agisse de la préparation d’une offensive ou de son suivi, constituent un champ de réflexion pourtant particulièrement riche.

2Notre propos n’est pas ici de retracer l’histoire du renseignement photographique pendant le conflit mais bien d’insister sur deux épisodes clés – l’offensive de Champagne de l’automne 1915 et les grandes offensives de l’été et de l’automne 1918 – qui se sont révélés décisifs dans la mise en place de la méthodologie d’emploi de cette nouvelle spécialité. Celle-ci n’aurait jamais connu un tel essor entre 1914 et 1918 sans le courage, la ténacité et l’inventivité de quelques passionnés, précurseurs dans un domaine appelé à devenir un maillon indispensable dans la chaîne de décision des armées.

Les pères fondateurs : Saconney, Grout et quelques autres…

3Si les premières photographies aériennes sont réalisées à la fin du XIXe siècle grâce à l’installation d’un appareil photographique sur un cerf-volant, il faut attendre 1910 pour que l’armée décide de mettre en place à Chalais-Meudon un laboratoire d’aérologie et de téléphotographie. Ce laboratoire a, parmi ses attributions, la fabrication d’appareils photographiques en bois destinés aux aérostats ainsi qu’aux cerfs-volants. L’idée de réaliser des photographies à partir d’un « plus lourd que l’air » émerge dans les semaines qui suivent les grandes manœuvres organisées en Picardie en septembre 1910. Pourtant, ce timide essai reste sans lendemain.

4Lorsque la guerre éclate, le laboratoire de téléphotographie est organisé en trois sections installées à Toul, Verdun et au sein du camp retranché de Paris. Chacune d’entre elles comprend une petite équipe de trois personnes – un officier, un dessinateur et un photographe – disposant en tout et pour tout de deux appareils photographiques ainsi que de matériel de développement. Les aérostats et les ballons captifs sont alors considérés comme les plates-formes par excellence adaptées à la prise de vues aériennes. Or, ces fragiles engins s’avèrent rapidement beaucoup plus vulnérables que ne l’avaient prévu les états-majors et sont victimes de nombreux et graves incidents.

  • 2  SHD/DAA, 1 A 348, « Demande d’appareils photographiques pour les reconnaissances », 1re armée, Dir (...)
  • 3  Le capitaine Saconney est alors le grand spécialiste des cerfs-volants et de la photographie aérie (...)

5Toutefois, dès les premières heures du conflit, l’idée de prendre des clichés depuis un aéroplane ressurgit grâce à l’initiative et à la détermination de quelques individualités, et ce sans concertation aucune entre eux. Ainsi, le 2 août 1914, un courrier adressé au GQG par le directeur de l’aviation de la 1re armée signale que « des reconnaissances effectuées à bord des avions par des officiers observateurs disposant d’appareils photographiques ont donné de très bons résultats. Aussi, j’estime qu’il y aurait intérêt à généraliser l’emploi des appareils photographiques pour les reconnaissances aériennes (…). Ce procédé très fructueux d’investigation permet de fournir un renseignement immédiat, complet et indiscutable » 2. L’officier auteur de la missive rappelle, par ailleurs, que la présence du capitaine Saconney 3, directeur depuis novembre 1912 du laboratoire d’aérologie et de téléphotographie de Chalais-Meudon, s’avère « indispensable à l’interprétation des épreuves photographiques ». Aussi demande-t-il le rattachement de ce dernier et de son équipe de photographie aérienne avec cerf-volant et drachen photographiques au service aéronautique de la 1re armée, à Épinal.

  • 4  SHD/DAA, 1 A 348, télégramme du général en chef au ministère de la Guerre (12e Direction), 22 octo (...)
  • 5  Bellenger (Georges), Pilote d’essais du cerf-volant à l’aéroplane, Paris, 1995, L’Harmattan, p. 24 (...)

6Dans le même temps, le lieutenant d’artillerie Grout, responsable de la section de Verdun affectée à une compagnie d’aérostiers, obtient de réaliser des photographies à bord d’un aéroplane. Il est alors persuadé que les clichés ainsi obtenus s’avèreraient des plus utiles pour la préparation et le réglage des tirs d’artillerie. Il s’emploie à faire partager sa conviction à nombre d’officiers qui sont très vite convaincus qu’un document photographique s’avère autrement plus juste, plus précis et plus riche que le récit et les croquis rapportés par un observateur au retour d’une mission. Les archives gardent la trace de cet engouement autour de la photographie aérienne en octobre 1914 comme en témoigne un télégramme du 22 de ce mois adressé par le général Joffre au ministère de la Guerre faisant état des demandes de « toutes les armées » en « appareils photographiques pour aviation ». Aussi, le commandant en chef réclame-t-il l’achat « d’urgence de 35 appareils pour être distribués à raison d’un par escadrille » 4. Un autre télégramme daté du même jour signale que le « ministre a donné ordre directement pour l’achat d’appareils photographiques pour aviation ». Pourtant, le commandant Barès, directeur du Service aéronautique du GQG depuis le 25 septembre 1914, se montre beaucoup plus mesuré sur l’intérêt des possibilités nouvelles offertes par la photographie aérienne. C’est ainsi que le capitaine Bellenger, chef de l’aviation de la 6e armée, qui a mis en place de sa propre initiative un embryon de service photographique, rapporte dans ses mémoires l’échec de sa tentative auprès du responsable de la direction de l’aéronautique au GQG pour obtenir les moyens nécessaires à l’organisation d’un organisme de plus grande ampleur. Ce n’est pas sans ironie qu’il cite la réponse de Barès : « Si cela vous amuse de faire de la photographie en avion, je n’y vois pas d’inconvénient, mais vous trouverez d’excellents Kodak dans le commerce à partir de cent sous, et il n’y a pas de raison pour que l’État vous les paie. » 5

  • 6  L’intérêt du général Joffre pour l’aviation est ancien et particulièrement vif. Cf. notre article  (...)
  • 7  Dégardin (Alain), « Un observateur de la guerre 1914-1918 : Eugène Pépin », 14-18 Vues d’en haut, (...)

7C’est donc semble-t-il à l’initiative du général Joffre en personne 6 que l’on doit la mise sur pied, au début du mois d’octobre 1914, de huit sections de photographie aérienne, soit une par armée. Grout, devenu capitaine, se voit chargé un mois plus tard de leur organisation et d’en former le personnel au sein de l’établissement de Chalais-Meudon 7. Les hommes ainsi recrutés, un officier, un sous-officier dessinateur et un photographe par section, sont familiarisés avec les appareils en bois des aérostiers avant de disposer de modèles achetés dans le commerce tels que le Demaria-Lapierre. Les huit sections voient officiellement le jour le 1er décembre 1914 et sont envoyées aux armées quinze jours plus tard.

  • 8  Labussière (lieutenant), « La photographie aérienne », in L’aéronautique pendant la guerre mondial (...)
  • 9  SHD/DAA, 1 A 348, note du commandant Guillebert, chef du service aéronautique de la 8e armée, au c (...)

8La fin progressive de la guerre de mouvement, cédant la place à un conflit où les armées des deux camps s’enterrent, confère à la photographie aérienne un rôle jusqu’alors insoupçonné. Comme le souligne le lieutenant Labussière, chef de photographie aérienne à la section technique aéronautique de l’armée, il est devenu désormais possible de « voir la photographie de l’Allemand, cet ennemi invisible (…) sur un document qui est presque la nature même et avec lequel on joue à l’observateur en avion » 8. Pour tous les chefs des services aéronautiques des armées, la photographie aérienne s’impose comme un outil incontournable pour la préparation et le réglage des tirs de l’artillerie. Lors des combats devant Ypres en décembre 1914, le commandant Guillabert de la 8e armée insiste ainsi sur le fait que les « photographies donnent d’une manière saisissante tout l’essentiel de l’organisation du front ennemi, de Wytschaete à Passchendaele (…). On y découvre aussi, par les traces nombreuses de points d’impact visibles sur le sol, les effets du tir de notre artillerie sur les objectifs déjà repérés. Il est très facile (…) de distinguer les emplacements divers (…) qu’a dû successivement évacuer une batterie de gros calibre que la photographie situe dans son nouvel emplacement » 9.

  • 10  Voir pour plus de détails : Bacchus (Michel), « L’utilisation des photographies aériennes pour l’é (...)
  • 11  SHD/DITEEX, interview n° 73 de M. Paul-Louis Weiller, Neuilly, le 3 mai 1977.
  • 12  Weiller (Paul-Louis), « L’aviation française de reconnaissance », in L’aéronautique pendant la gue (...)

9Pour autant, cette avancée se révèle rapidement moins fructueuse qu’espérée initialement dans la mesure où les cartes existantes, réalisées par le Service géographique des armées (SGA), n’ont pas été remises à jours depuis plus de 50 ans. Or, les clichés rapportés par les observateurs aériens montrent combien les paysages ont évolué au cours des décennies, rendant extrêmement difficile le repérage sur la carte des objectifs pour l’artillerie. 10. La solution à ce problème vient une nouvelle fois de l’initiative d’un jeune officier, artilleur, le lieutenant Paul-Louis Weiller, centralien de formation, qui se met en tête de convaincre le général Bourgeois, directeur du SGA, de la nécessité de faire réaliser cette mise à jour. Il veut en effet faire coïncider les informations issues de la photographie aérienne et leur emplacement exact sur les cartes d’état-major. Comme il le rappelle dans une interview réalisée le 3 mai 1977 par le Service historique de l’armée de l’Air : « Je me suis rendu compte que la carte d’état-major n’était pas exacte et pour le prouver, j’ai pris des photos avec mon Kodak Vest Pocket des bois, des arbres isolés qui n’existaient plus ou pas. » 11 Dans un courrier adressé à son père, Lazare Weiller, député d’Angoulême, le jeune lieutenant fait part de ses constatations et de la méthode de restitution de cartes à partir de photos qu’il est en train de mettre au point avec deux autres officiers issus de Polytechnique, Romazzotti – dont le père est à l’origine du premier sous-marin français – et de Ponton d’Amécourt, un neveu du général Lyautey. Sans hésitation, son père lui conseille de s’adresser directement au général Bourgeois, l’un de ses amis, qui se montre aussitôt convaincu par la démarche proposée et décide la remise à jour immédiate des cartes. Dans un texte publié en 1919, Weiller évoque les conséquences de cet épisode en soulignant que « le gros travail qui échoit à l’aviation de reconnaissance dès les débuts de 1915 est la constitution du stock de photographies nécessaires à fabriquer les cartes ou plans directeurs des zones d’opération. Ces plans directeurs, une fois faits, donnent un jugement fidèle du terrain et y situent tous les objectifs. L’aviateur et l’artilleur vont enfin pouvoir s’entendre sur la désignation de ces objectifs, chose qui auparavant était impossible. Le commandement va se rendre compte de toute la défense ennemie, juger ses points faibles et ses points dangereux. Dans l’ensemble, on pourra voir clair sur tout ce qui est devant soi » 12.

  • 13  Idem, p. 64.

10Dès lors, la photographie aérienne évolue vers une spécialisation, bien loin des tâtonnements des premières semaines du conflit. C’est ainsi que s’opère une distinction fondamentale entre les photographies dites « obliques », d’un même espace de terrain, prises généralement à basse altitude depuis différents points avec un appareil et une focale identiques, et les photographies dites « verticales », à moyenne, basse et très basse altitudes (150 mètres). Si les premières sont destinées à l’établissement des plans directeurs des zones d’opération au profit de l’artillerie, les secondes permettent de saisir des détails très précis et de constituer des cartes qui présentent « l’avantage de comporter tous les travaux faits par l’ennemi : tranchées, fils de fer, fortins, batteries, cantonnements, pistes (…) » 13. Le renouvellement régulier des clichés permet ainsi de suivre au jour le jour l’évolution du dispositif ennemi. À l’évidence, dès le printemps 1915, la photographie aérienne est considérée par les responsables militaires comme partie intégrante de la manœuvre d’ensemble sur le champ de bataille. Il s’agit désormais d’en affiner le fonctionnement et d’en établir les règles d’emploi.

L’offensive de Champagne de l’automne 1915

  • 14  Dégardin (Alain), op. cit., p. 20.
  • 15  Cet appareil a été mis au point un ou deux ans avant la guerre par le futur général italien Giulio (...)
  • 16  Carlier (André-H.), La photographie aérienne pendant la guerre, Paris, 1921, Delagrave, p. 26-27. (...)
  • 17  SHD/DAA, 1 A 350, « Rapport du lieutenant Pépin, commandant la Section de photographie aérienne su (...)

11L’offensive lancée le 25 septembre 1915 par le général Joffre sur les fronts d’Artois et de Champagne, dans laquelle sont engagées les 2e et 4e armées, offre un excellent exemple de la place tenue, dès cette époque, par la photographie aérienne dans la préparation et l’exécution de la manœuvre. Depuis le 14 décembre 1914, la section photographique de la 4e armée est placée sous le commandement du lieutenant Pépin, tout frais émoulu du stage de formation organisé à Chalais-Meudon par le capitaine Grout. Accompagné de deux photographes et de deux dessinateurs, il rejoint le quartier général de son armée à Châlons-sur-Marne. La petite équipe dispose de deux appareils de 26 cm de foyer avant de recevoir, à la fin du mois, les appareils métalliques plus solides passés en commande par le ministère de la Guerre au mois d’octobre 1914. C’est au prix de beaucoup d’efforts que Pépin et ses hommes, contraints de tenir à bout de bras et à la verticale leurs appareils sur un des côtés de la carlingue, parviennent à réaliser plusieurs centaines de clichés jusqu’en mars 1915 14. Peu à peu, ils mettent au point une méthodologie qui leur permet d’annoter les photographies sur des calques, apportant ainsi les éléments nécessaires à la compréhension des informations collationnées qui sont par la suite exploitées par les états-majors à tous les niveaux ainsi que par les 2es bureaux. La validité de ces renseignements est confirmée ou infirmée par le recoupement d’autres sources telles que les interrogatoires de prisonniers, l’étude des premiers règlements allemands sur la guerre de position et les relevés fournis par les observateurs en ballon captif ou à terre. Par ailleurs, l’équipe de Pépin dispose, depuis le mois de février 1915, d’un appareil très ingénieux, le Douhet-Zollinger 15, disposant d’un film long de 20 mètres qui permet de prendre 300 photos panoramiques contre 12 pour les traditionnelles machines à plaques de verre. En quelques semaines, de février à avril, l’équipe réalise ainsi le plan directeur au 10 000e de toute la zone de la 4e armée sur le front de Champagne 16. Dans son rapport établi le 16 octobre 1915, le lieutenant Pépin précise à ce sujet : « L’organisation méthodique par les Allemands de leur deuxième position de Beine à la butte de Tahure, par Dontrien, la Ferme Navarin et la Côte 196, a été suivie de près par la photographie depuis le mois de décembre 1914, à la fois par des ensembles cinématographiques et des clichés de détail (…). L’arrière-pays a été également surveillé depuis le mois de février par des reconnaissances photographiques et cinématographiques jusqu’à la vallée de l’Aisne. » 17

  • 18  Weiller (Paul-Louis), op. cit., p. 71.
  • 19  Voir à ce sujet les ouvrages de Jacques Mortane : Les mystères de la guerre aérienne, Paris, 1919, (...)

12Le général de Castelnau, commandant du groupe d’armées du Centre chargé par Joffre de la conduite de l’offensive, attache alors une importance cruciale à l’aviation et notamment à la reconnaissance par la voie des airs. Weiller souligne ainsi qu’« avant l’action, il avait réuni tous les aviateurs et il ne leur avait pas caché que le succès était escompté pour une large part dans la collaboration étroite de l’aéronautique. À l’occasion de la grande offensive qui allait se déclencher, le commandement avait réuni des moyens aériens considérables et avait en outre spécialisé le rôle des escadrilles. Sur un front de 35 kilomètres, il y avait 20 avions de chasse et environ 160 avions de reconnaissance » 18. Afin de mettre toutes les chances de son côté, de Castelnau n’hésite pas à faire déposer par avion à l’arrière des lignes ennemies, dès le 15 mars, des agents chargés de recueillir des renseignements sur les positions allemandes, le trafic ferroviaire, les dépôts de munitions mais aussi de mettre en place un réseau au service de la France. C’est le véritable début des « missions spéciales » où les informations collectées par les agents – généralement des douaniers – parviennent à l’état-major grâce à des pigeons voyageurs, tandis que le « missionnaire », qui reste parfois plusieurs semaines en territoire ennemi, doit regagner la France par ses propres moyens en passant par la Belgique ou la Hollande. Le plus souvent ce dernier est pris en charge à Bruxelles par le réseau de l’infirmière britannique de la Croix-Rouge Edith Cavell. Une dizaine de missions sont ainsi effectuées entre le 15 mars et le 24 août 1915 tandis que dans les deux jours qui précèdent l’offensive, douze autres dépôts d’agents sont réalisés par les meilleurs pilotes du front, parmi lesquels Védrines et le jeune Guynemer. Des missions de sabotage, qu’il s’agisse de voies ferrées, de dépôts ou d’ouvrages d’art comme le viaduc de Charleville-Mézières, sont même ordonnées 19.

  • 20  SHD/DAA, 1 A 350, « Rapport du lieutenant Pépin… », op.cit..
  • 21  Ibid. Voir également André-H. Carlier, op. cit., p. 64-66. Quelques mois plus tard apparaissent de (...)
  • 22  Ibid.

13Dans le même temps, les reconnaissances photographiques se multiplient, en particulier au mois d’août. Le lieutenant Pépin rappelle que « dans les seules journées des 23 et 24 août, toute la zone a été entièrement photographiée : un film et 69 clichés (…). Des 121 clichés du mois d’août, il a été tiré 1 704 épreuves réparties ainsi : Infanterie 727, Artillerie 374, Artillerie lourde 603 »20. En septembre, afin de suivre au plus près l’évolution des positions ennemies, de nouvelles reconnaissances sont menées, 274clichés sont ainsi rapportés dont il est tiré plusieurs milliers d’exemplaires. Cette production quasi industrielle est rendue possible grâce à l’apparition dans les sections photographiques d’armées, dès février1915, des premières voitures-laboratoires installées sur les terrains d’aviation afin d’obtenir des épreuves « moins de deux heures après l’atterrissage de l’avion »21. Les clichés sont ensuite distribués aux états-majors, aux canevas de tir, aux escadrilles, à l’infanterie et à l’artillerie. Pépin insiste plus particulièrement sur la volonté du général de Castelnau d’offrir à ses unités la meilleure connaissance du terrain possible afin d’emporter la victoire : « Quelques jours avant l’attaque, la section d’armée a fait distribuer aux unités d’infanterie de bonnes photographies de leur secteur d’attaque respectif (1re et 2e positions), en nombre suffisant pour pourvoir les capitaines (ceci non seulement pour les unités de première ligne mais aussi pour les unités de soutien). De plus, l’artillerie, les ballons, les escadrilles avaient été pourvus de toutes les photographies de leur secteur respectif. Du 1er au 24 septembre, il a été distribué 5 232 épreuves dont 3 015 à l’infanterie et 2 217 à l’artillerie. »22

14En outre, au cours des quinze derniers jours qui précèdent l’attaque, des officiers appartenant à toutes les armes viennent par roulement observer les clichés tandis que les interprétateurs leur expliquent la localisation très précise des gares de ravitaillement, des bivouacs ou des nids de mitrailleuses. Enfin, les trois derniers jours, du 22 au 24 septembre, permettent de collecter de nouveaux renseignements : 657 photographies sont ainsi distribuées, autorisant la mise à jour des informations en temps réel. Les observateurs photographes se rendent d’ailleurs directement auprès des intéressés – états-majors, régiments, batteries – pour leur apporter les ultimes éléments en leur possession.

  • 23  C’est à Paul-Louis Weiller que l’on doit cette modernisation des techniques de réglage des tirs d’ (...)
  • 24  Weiller (Paul-Louis), op. cit., p. 71-76.

15Une fois l’offensive déclenchée, les avions de reconnaissance, équipés d’appareils TSF 23, ont pour mission de guider l’artillerie à longue portée, allant jusqu’à prendre en charge quatre batteries, tandis que les photographes ramènent des clichés des zones concernées afin de pouvoir opérer les ajustements nécessaires. Les escadrilles de corps d’armée sont, par ailleurs, chargées de la liaison avec l’infanterie pour accompagner leur avancée. Chaque fantassin porte, cousu sur son dos, un panneau de couleur blanche permettant son identification par les observateurs et interprétateurs. En outre, chaque section dispose de panneaux blancs et rouges d’un mètre sur trois qu’elle déploie à l’arrivée sur son objectif. Ces marques d’identification facilitent une communication très simple : blanc (progression), rouge (arrêt). Toutefois, en dépit de tous les efforts déployés en amont par les sections photographiques, un certain nombre d’officiers doutent encore de la validité des renseignements fournis par la reconnaissance photographique. L’épisode de la « tranchée des Tantes », le 26 septembre au soir, est caractéristique de cet état d’esprit. L’aviation signale l’occupation par les troupes françaises d’un ouvrage ennemi. Or, cette information n’est pas corroborée par les observations à terre. Le commandement donne alors ordre à l’artillerie de détruire cet ouvrage mais les observateurs aériens refusent de guider le tir arguant de la validité des renseignements recueillis par voie aérienne. Il faut attendre 48 heures pour que les liaisons terrestres apportent enfin la confirmation des dires des aviateurs 24.

16Si l’on en croit Paul-Louis Weiller, témoin privilégié, l’échec final de l’offensive réside pour une bonne part dans le fait que « l’on n’avait pas su mettre à profit les renseignements aériens, tout au moins en ce qui concernait les jalonnements d’infanterie ». Toutefois, un certain nombre d’enseignements sont tirés de l’engagement des moyens de photographie aérienne en Champagne, et ce à différents niveaux. Désormais, la collaboration entre l’aéronautique et l’artillerie est réglementée, en fonction des différents types de matériels dont dispose cette dernière arme (artillerie lourde, sur voie ferrée, à longue portée, etc.), par l’instruction du 16janvier1916. Sur le plan pratique, le service photographique obtient que les avions soient aménagés d’une trappe dans la carlingue pour le passage de l’appareil, destinée à soulager la tâche des observateurs photographes. La dotation en matériels des sections photographiques s’accroit avec la mise en service d’appareils de 50cm de foyer et de 1,20m, permettant une étude très fine du terrain. Enfin, des dessinateurs spécialisés, le plus souvent issus des Beaux-arts, sont affectés aux sections de corps d’armée ce qui permet d’accélérer le travail de restitution et d’exploitation des renseignements.

  • 25  SHD/DAA, 1 A 350, « Note concernant l’interprétation méthodique des photographies aériennes » du c (...)
  • 26  Bacchus (Michel), « L’établissement des plans directeurs pendant la guerre de 1914-1918 », in Agnè (...)

17La méthodologie mise au point par Pépin et son équipe sert, en outre, de support à la rédaction, dès le 29novembre1915, d’une Note concernant l’interprétation méthodique des photographies aériennes. Cette dernière stipule que la photographie aérienne a pour « but de donner d’une part au commandement les renseignements dont il a besoin pour établir ses ordres d’opérations, d’autre part à la troupe les indications qui lui permettront d’arriver rapidement au but et au prix des pertes les plus faibles ». Désormais les « renseignements seront reportés, au moyen de signes conventionnels, sur des cartes à grande échelle, auxquelles pourront être annexées, le cas échéant, des notes explicatives. Centralisés, coordonnés et exploités aux 2es Bureaux de corps d’armée et d’armée, ces travaux permettront de donner leur vraie valeur aux organisations défensives ennemies et faciliteront au commandement et aux troupes la tâche qui leur incombe » 25. Une rationalisation de la cartographie s’établit sous la forme de « plans directeurs » au 1/20 000 destinés aux artilleurs, au 1/10 000 pour l’infanterie et au 1/5 000 dans le cadre de croquis d’attaque 26. Les appareils sont également spécialisés en fonction des missions à traiter : ceux disposant d’une focale de 26 cm servent pour l’établissement des plans directeurs, ceux de 50 cm pour l’étude de détail et la mise à jour des plans et ceux de 120 cm pour une analyse très fine des dispositifs adverses.

  • 27  SHD/DAA, 1 A 350. Il s’agit de « Notes sur l’interprétation des photographies aériennes » publié l (...)
  • 28  Dégardin (Alain), op. cit., p. 22.
  • 29 Finnegan (colonel Terrence J.), Shooting the Front. Allied Aerial Reconnaissance and Photographic I (...)

18Enfin, le 30 décembre 1916, le premier manuel destiné à guider la tâche du personnel des sections photographiques est officiellement publié 27. Il convient, à cet égard, de souligner le rôle essentiel joué par Eugène Pépin dans la promotion de la photographie aérienne au sein de l’armée française jusqu’à la fin du conflit. Il forme ainsi nombre d’officiers, artilleurs, fantassins mais aussi premiers équipages de chars, à l’exploitation des photographies aériennes sur le terrain 28. Soutenu par les généraux Pétain et Foch, il est même chargé en septembre 1917 d’instruire les officiers américains du général Pershing qui adoptent la méthodologie d’interprétation française 29.

Les reconnaissances photographiques de grande profondeur

  • 30  SHD/DAA, 1 A 350, « Étude et exploitation des photographies aériennes », I. Texte, Paris, 1918, Im (...)

19À l’instar des Français, les Allemands ne manquent pas de tirer de nombreux enseignements des offensives de l’automne 1915. L’instruction publiée par le GQG le 15 janvier 1918 sur « L’étude et l’exploitation des photographies aériennes » montre très clairement que « les photographies des organisations allemandes prises au cours de l’hiver 1915-1916 permirent de constater que des travaux importants étaient exécutés sur presque tout le front (…). Les positions étaient réorganisées, en tenant compte des trois points de vue suivants : économie des forces, réduction des pertes, utilisation rationnelle du terrain » 30. L’accent est porté plus particulièrement sur le développement du camouflage avec l’utilisation, entre autres, de tunnels destinés à acheminer les hommes et le matériel vers la première ligne afin de tromper la vigilance des observateurs aériens.

20Par ailleurs, l’arrestation d’Edith Cavell le 15 août 1915 permet aux services de renseignement allemands de remonter peu à peu tous les réseaux, mis en place par les missionnaires français déposés par avion, qui ne sont démantelés qu’à la fin de 1915 afin de n’éveiller aucun soupçon du côté allié. Lorsque l’année s’achève, l’état major et le 2e bureau français ne disposent plus d’aucune information sur les arrières de l’ennemi. Ce n’est qu’à l’été 1916 que les « missions spéciales » reprennent, mais il s’agit désormais non plus de constituer des réseaux clandestins, dont la survie s’avère trop dangereuse, mais d’organiser de courtes missions de sabotage.

  • 31  Weiller (Paul-Louis), op. cit., p. 86.

21Aussi, lorsque le 21 février 1916, les Allemands déclenchent leur offensive sur Verdun, la surprise est-elle totale. Les photographies aériennes n’ont en effet pas permis de déceler les préparatifs et aucun renseignement humain n’a pu suppléer cette carence. Face aux tirs de barrage de l’artillerie adverse qui rend aveugle la riposte française, Eugène Pépin est envoyé d’urgence sur place afin de photographier le front pour « éclairer » le commandement grâce aux prises de vue « cinématographiques » de son Douhet-Zollinger. C’est appuyés et protégés par des appareils de chasse que les observateurs photographes opèrent au-dessus de Verdun en appliquant la méthodologie mise au point en Champagne. Une nouvelle étape est franchie lors de la bataille de la Somme avec la naissance d’une aviation de reconnaissance d’armée destinée à renseigner le commandement sur « la situation d’ensemble ainsi que sur les arrières de l’ennemi » 31. Chaque escadrille doit assurer la couverture systématique du front jusqu’à 25 kilomètres de profondeur en arrière des lignes ennemies. Le renouvellement régulier de cette couverture photographique doit permettre de déceler tout changement dans le dispositif adverse. Cette reconnaissance à but stratégique se révèle toutefois insuffisante pour alerter sur les préparatifs d’une offensive de très grande ampleur.

  • 32  Personnalité extrêmement novatrice, Paul-Louis Weiller est également à l’origine du nouveau règlem (...)
  • 33  Weiller (Paul-Louis), op. cit., p. 90.

22C’est la raison pour laquelle en 1918 les reconnaissances à très grande profondeur voient le jour sous l’impulsion du capitaine Paul-Louis Weiller 32. Devenu à l’été 1917 commandant de l’escadrille de reconnaissance 224, ce dernier expérimente un nouveau système de prises de vues qui offre la possibilité d’obtenir des agrandissements d’une très grande précision grâce à l’utilisation d’un appareil photographique disposant d’un foyer de 1,50 à 2 mètres. Weiller souhaite, en effet, que le commandement puisse disposer d’informations suffisamment fiables pour être en mesure de déceler très en amont les mouvements de l’ennemi et prévenir toute offensive de vaste ampleur. Son idée est simple : il veut faire évoluer un avion à très haute altitude, entre 6 400 et 6 700 mètres, jusqu’à 120 kilomètres en profondeur sur les arrières ennemis et sur un front de 150 kilomètres, dont le pilote actionnerait seul un appareil photographique. Pour atteindre une telle altitude, l’avion – un Breguet XIV – serait pratiquement dépourvu de tout son armement, la tourelle bi-mitrailleuse arrière étant supprimée, ce qui confèrerait à l’appareil une autonomie de vol de plus de cinq heures. Le pilote disposerait par ailleurs d’un équipement adapté avec une réserve d’oxygène reliée à un masque et des vêtements chauffants : sa combinaison fourrée, ses bottes, ses gants et son passe-montagne seraient « doublés d’un réseau métallique alimenté par l’énergie d’un petit alternateur placé sur l’aile de l’avion ; le réglage de la chaleur s’obtenant en manipulant un rhéostat placé à portée de la main du pilote » 33.

23Weiller fait part de son projet, dès le début de 1918, au général Foch qui se montre aussitôt séduit. Le 21 juillet 1918, il est officiellement nommé à la tête d’un groupe de deux escadrilles de Breguet XIV (Br 45 et Br 220) – le « groupement Weiller » -, rattaché à la division aérienne du général Duval. Il collabore dès lors quotidiennement avec le GQG, rencontrant chaque matin le général Weygand, chef d’état-major du généralissime, auquel il soumet les derniers renseignements collectés grâce aux appareils de photographie aérienne de son groupement. Les avions partent en effet de nuit pour opérer avant même le lever du jour et rapporter les clichés le plus rapidement possible. Les épreuves sont traitées dans un laboratoire par une équipe composée d’une vingtaine de photographes avant d’être analysées par les interprétateurs.

24L’examen minutieux des photographies jour après jour dévoile ainsi toutes les modifications du dispositif ennemi (routes, voies ferrées, emplacements de dépôts, etc.) dont une s’avère cruciale : dans le mois qui précède toute offensive d’envergure, les Allemands montent de nombreux hôpitaux marqués d’une croix rouge afin d’assurer la protection des blessés en cas de bombardements par les alliés. L’emplacement de ces hôpitaux de campagne comme leur multiplication devient alors un indice majeur pour le général Foch permettant de deviner avec certitude et plusieurs semaines à l’avance la zone choisie par l’ennemi pour son attaque à venir. Pour le généralissime, il ne fait aucun doute que Weiller a joué un rôle déterminant dans la victoire finale. Aussi n’est-ce pas le fait du hasard si c’est Foch en personne qui, le jour de l’Armistice, remet dans son bureau au jeune officier l’insigne de chevalier de la Légion d’honneur et lui fait jurer de garder le secret sur sa méthode de reconnaissance photographique de grande profondeur. À travers Paul-Louis Weiller, c’est le renseignement photographique dans son ensemble qui est définitivement reconnu en tant qu’instrument incontournable dans le cadre de la manœuvre, tant sur le plan tactique que stratégique, préfigurant les innovations qui ont ponctué tout le XXe siècle, depuis les avions-espions américains U-2 jusqu’aux satellites et aux actuels drones.

Haut de page

Notes

1  Voir notamment : Hodeir (Marcellin), « La photographie aérienne : de la Marne à la Somme », 1914-1916, Revue historique des armées, n° 2/1996, p. 107-118.

2  SHD/DAA, 1 A 348, « Demande d’appareils photographiques pour les reconnaissances », 1re armée, Direction de l’aviation, 2 août 1914.

3  Le capitaine Saconney est alors le grand spécialiste des cerfs-volants et de la photographie aérienne prise depuis ces derniers.

4  SHD/DAA, 1 A 348, télégramme du général en chef au ministère de la Guerre (12e Direction), 22 octobre 1914.

5  Bellenger (Georges), Pilote d’essais du cerf-volant à l’aéroplane, Paris, 1995, L’Harmattan, p. 247.

6  L’intérêt du général Joffre pour l’aviation est ancien et particulièrement vif. Cf. notre article : « Joffre : père méconnu de l’aviation militaire ? », Revue historique des armées, n° 1/1997, p. 3-16.

7  Dégardin (Alain), « Un observateur de la guerre 1914-1918 : Eugène Pépin », 14-18 Vues d’en haut, 1989, Musée de l’Armée-BDIC, p. 18. SHD/DAA, 1 A 348, télégramme 4147 du général en chef à la 12e direction du ministère de la Guerre de Bordeaux, 17 novembre 1914.

8  Labussière (lieutenant), « La photographie aérienne », in L’aéronautique pendant la guerre mondiale, 1914-1918, Paris, 1919, Maurice de Brunoff éditeur, p. 183.

9  SHD/DAA, 1 A 348, note du commandant Guillebert, chef du service aéronautique de la 8e armée, au chef du service aéronautique du GQG, 2 décembre 1914.

10  Voir pour plus de détails : Bacchus (Michel), « L’utilisation des photographies aériennes pour l’établissement des plans directeurs pendant la guerre de 1914-1918 », 14-18 Vues d’en haut, op. cit., p. 29-36.

11  SHD/DITEEX, interview n° 73 de M. Paul-Louis Weiller, Neuilly, le 3 mai 1977.

12  Weiller (Paul-Louis), « L’aviation française de reconnaissance », in L’aéronautique pendant la guerre mondiale, 1914-1918, Paris, 1919, Maurice de Brunoff éditeur, p. 66.

13  Idem, p. 64.

14  Dégardin (Alain), op. cit., p. 20.

15  Cet appareil a été mis au point un ou deux ans avant la guerre par le futur général italien Giulio Douhet et construit à Turin par l’ingénieur Zollinger.

16  Carlier (André-H.), La photographie aérienne pendant la guerre, Paris, 1921, Delagrave, p. 26-27. Cette première expérience ne connaît cependant pas de suite dans la mesure où la longueur de focale du Douhet-Zollinger s’avère trop faible lorsque l’avion évolue au-dessus de 2 000 mètres. Il faut sans doute y voir là la raison pour laquelle les chercheurs français ont poursuivi leurs efforts sur l’automatisation des appareils à plaques de verre.

17  SHD/DAA, 1 A 350, « Rapport du lieutenant Pépin, commandant la Section de photographie aérienne sur la 2e position allemande et l’arrière-pays (leur étude par la photographie) », Section de photographie, état-major de la 4e armée, 16 octobre 1915.

18  Weiller (Paul-Louis), op. cit., p. 71.

19  Voir à ce sujet les ouvrages de Jacques Mortane : Les mystères de la guerre aérienne, Paris, 1919, Édition française illustrée et Missions spéciales, Paris, 1929, Baudinière.

20  SHD/DAA, 1 A 350, « Rapport du lieutenant Pépin… », op.cit..

21  Ibid. Voir également André-H. Carlier, op. cit., p. 64-66. Quelques mois plus tard apparaissent des installations fixes (baraques Adrian photographiques).

22  Ibid.

23  C’est à Paul-Louis Weiller que l’on doit cette modernisation des techniques de réglage des tirs d’artillerie, précédemment réglés par signes manuels ou mécaniques. Cet officier fait ainsi installer un émetteur morse dans l’aéroplane, un récepteur dans la batterie, ce qui permet à l’observateur de régler le tir et ainsi de le commander indirectement.

24  Weiller (Paul-Louis), op. cit., p. 71-76.

25  SHD/DAA, 1 A 350, « Note concernant l’interprétation méthodique des photographies aériennes » du capitaine J. de Bissy, 29 novembre 1915.

26  Bacchus (Michel), « L’établissement des plans directeurs pendant la guerre de 1914-1918 », in Agnès Beylot, Alain Morgat et Marie-Anne de Villèle (dir.), Du paysage à la carte. Trois siècles de cartographie militaire de la France, Vincennes, 2002, SHAT, p. 128.

27  SHD/DAA, 1 A 350. Il s’agit de « Notes sur l’interprétation des photographies aériennes » publié le 30 décembre 1916, cité par « Étude et exploitation des photographies aériennes », I. Texte, Paris, 1918, Imprimerie nationale, GQG, État-major, p. 3.

28  Dégardin (Alain), op. cit., p. 22.

29 Finnegan (colonel Terrence J.), Shooting the Front. Allied Aerial Reconnaissance and Photographic Interpretation on the Western Front – World War I, Washington, DC, 2006, National Defense Intelligence College Press, p. 198-201.

30  SHD/DAA, 1 A 350, « Étude et exploitation des photographies aériennes », I. Texte, Paris, 1918, Imprimerie nationale, GQG, État-major, p. 5,

31  Weiller (Paul-Louis), op. cit., p. 86.

32  Personnalité extrêmement novatrice, Paul-Louis Weiller est également à l’origine du nouveau règlement de réglage de tir par l’observation adopté par le GQG publié par la suite.

33  Weiller (Paul-Louis), op. cit., p. 90.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Catherine Villatoux, « Le renseignement photographique dans la manœuvre. L’exemple de la Grande Guerre », Revue historique des armées, 261 | 2010, 3-13.

Référence électronique

Marie-Catherine Villatoux, « Le renseignement photographique dans la manœuvre. L’exemple de la Grande Guerre », Revue historique des armées [En ligne], 261 | 2010, mis en ligne le 09 novembre 2010, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rha.revues.org/7090

Haut de page

Auteur

Marie-Catherine Villatoux

Docteur en histoire, qualifiée aux fonctions de maître de conférences des universités, Marie-Catherine Villatoux est chargée de recherche au Service historique de la Défense et professeur associée aux écoles de Saint-Cyr Coëtquidan. Elle est l’auteur de plus d’une centaine d’articles, études et communications sur l’histoire de l’aéronautique militaire et de l’armée de l’Air. Parmi ses derniers ouvrages publiés, La République et son armée. Guerre et action psychologiques en France (1945-1960) (Indes Savantes, 2005), Guerre et action psychologiques en Algérie (SHD, 2008), La défense en surface (1945-1962). Le contrôle territorial dans la pensée stratégique française d’après-guerre (SHD, 2009).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org