Navigation – Plan du site
Dossier

La reconnaissance et le renseignement dans le développement de la marine soviétique

Alexandre Sheldon-Duplaix
p. 46-61

Résumés

Durant sept décennies, l’URSS développe une marine côtière puis océanique, qui se prépare à neutraliser l’adversaire avant que celui-ci n’ait pu frapper. Cette posture implique des moyens de reconnaissance et de transmissions de plus en plus sophistiqués, destinés à alerter et à garantir le succès d’une attaque préventive contre les forces qui s’apprêteraient à attaquer l’URSS. Certains marins sont aussi impliqués dans une activité de collecte d’informations à l’étranger dont le caractère stratégique affecte les plus hautes décisions de l’État soviétique, en déterminant la nature et le niveau de la menace. Contrairement à la marine américaine, dont les porte-avions peuvent suspendre ou répéter une attaque, la marine soviétique dépend d’une seule frappe qui atteindra ou n’atteindra pas ses buts, sans possibilité assurée de réapprovisionner en armes les plates-formes de lancement. La crédibilité de l’instrument naval repose donc sur la qualité du renseignement de situation et sur les communications.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Durant sept décennies, l’URSS développe une marine côtière puis océanique, qui se prépare à neutraliser l’adversaire avant que celui-ci n’ait pu frapper. Cette posture implique des moyens de reconnaissance et de transmissions de plus en plus sophistiqués, destinés à alerter et à garantir le succès d’une attaque préventive contre les forces de l’ennemi probable. Certains marins sont aussi impliqués dans une activité de collecte d’informations à l’étranger dont le caractère stratégique affecte les plus hautes décisions de l’État soviétique, en déterminant la nature et le niveau de la menace. Contrairement à la marine américaine, dont les porte-avions peuvent suspendre ou répéter une attaque, la marine soviétique dépend d’une seule frappe qui atteindra ou n’atteindra pas ses buts, sans possibilité assurée de réapprovisionner en armes les plates-formes de lancement. La crédibilité de l’instrument naval repose donc sur la qualité du renseignement de situation et sur les communications. Autre différence avec sa rivale américaine, la marine soviétique peine à définir une stratégie propre et reste subordonnée à la stratégie militaire générale de l’URSS. Toutefois, après la crise de Cuba (1962) et grâce à ses relations privilégiées avec Leonid Brejnev, le commandant en chef, l’amiral Serguei Gorshkov, sait convaincre le Kremlin de développer une marine hauturière qui devient étroitement dépendante d’une constellation de satellites de reconnaissance pour localiser « l’adversaire probable ».

L’établissement d’une défense côtière centralisée

  • 1  Sheldon-Duplaix (A.), Histoire mondiale des porte-avions, Boulogne, 2006.

2Comme les grandes marines du début du XXe siècle, la flotte impériale russe accorde à la reconnaissance une place privilégiée pour tenter de découvrir l’escadre ennemie au-delà de l’horizon et régler le tir de son artillerie. Dès 1904, elle déploie des ballons d’observation à partir de ses croiseurs basés en Extrême-Orient avant de transformer un paquebot en bâtiment d’exploration doté d’un pont d’envol pour neuf ballons reliés par des kilomètres de fils téléphoniques. En 1910, elle projette un porte-aéroplanes à pont continu pour repérer une flotte ennemie, mais les moteurs des Blériot ne sont pas encore assez fiables 1.

  • 2 Fedorov(V.M.), Военно-морская разведка: история и современность, Moscou, 2008.

3Au lendemain de la révolution bolchévique, l’instrument naval est détruit et ses officiers exilés ou épurés. La menace principale est représentée par les forces navales étrangères – principalement britanniques – qui ont soutenu les forces blanches et qui pourraient menacer la nouvelle URSS. La marine rouge s’inspire des théories françaises de la Jeune école qui préconisent l’emploi de torpilles à partir de vedettes, de sous-marins et d’avions pour rompre le blocus d’une flotte adverse supérieure. Moscou développe alors un système centralisé d’information et de désignation d’objectifs permettant de commander l’ensemble des forces navales et aéronavales depuis un état-major à terre. Ce système repose sur l’aviation de reconnaissance et sur le service d’interception des signaux créés l’un et l’autre en 1911 après un premier emploi opérationnel durant la guerre russo-japonaise 2.

  • 3  Friedman (N.), Sea Power and Space, Annapolis, 2000, p. 120.
  • 4  Kinadze (V.), Развитие отечественной морской радиоэлектронной разведки в межвоенный период (1925–1 (...)

4Dès les années 1920, la flotte rouge de la Baltique et de la mer Noire reprennent le réseau tsariste de stations d’interception radio (HF/DF) pour diriger par triangulation les patrouilleurs lance-torpilles et les avions torpilleurs vers un intrus. Le lancement des armes en limite de portée serait commandé depuis la terre 3. Le tir en limite de portée doit permettre de réduire les pertes matérielles d’une marine pauvre en plates-formes. En 1932, 1933, 1935 et 1939, les flottes et flottilles du Pacifique, du Nord, de l’Amour et de la Caspienne reçoivent à leur tour des stations d’interceptions radio. Le dispositif permet de détecter des communications jusqu’à environ 300 nautiques des côtes 4.

5Dotée dans les années 1930 de quelques moyens hauturiers – cuirassés refondus, nouveaux croiseurs et destroyers – la marine soviétique reste encore trop faible pour projeter ses forces au large. Staline en prend conscience lorsque le commissaire de sa flotte Orlov se déclare incapable d’envoyer une escadre en Méditerranée durant la guerre d’Espagne. Après avoir éliminé cet officier, le généralissime décide en 1938 la création d’une flotte océanique capable de tenir tête aux flottes des puissances capitalistes ou fascistes. L’industrialisation à outrance doit permettre d’atteindre l’objectif mais l’attaque allemande du 22 juin 1941 le suspend.

6Si la marine soviétique est principalement employée en soutien aux opérations terrestres, les leçons générales de la guerre navale en Atlantique et dans le Pacifique créditent l’aviation – embarquée ou basée à terre – des meilleurs résultats, suivie par les sous-marins, très loin devant les bâtiments de surface (pour l’URSS, les bâtiments de surface obtiennent de meilleurs résultats que les sous-marins, très loin derrière l’aviation). Pourtant, Staline reprend ses plans d’avant-guerre. Il approuve en 1946 le croiseur de bataille « Projet 82 » et une série de croiseurs légers qui devront, selon lui, servir à former les cadres de la future marine océanique.

Étendre les capacités de surveillance au large pour prévenir les frappes aéronavales ou sous-marines contre l’URSS

  • 5  Cité par : Sheldon-Duplaix , op.cit.

7Redoutant que l’Armée rouge n’envahisse l’Europe occidentale, l’US Navy projette l’attaque des bases militaires et navales soviétiques. Contrairement à l’US Air Force, qui préconise la destruction des villes, l’US Navy veut conduire des frappes précises contre les forces. Comme l’explique en février1951 l’amiral américain Forrest Sherman, « la meilleure protection d’une ville, d’un bateau, d’un convoi est l’attaque de la base d’où proviennent l’avion ou le sous-marin (…) [la défense des objectifs] est la pire des protections ». Les plans du commandement suprême allié pour l’Atlantique (SACLANT) prévoient en premier d’attaquer les ports de la flotte du Nord avec 170 avions, en second de défendre l’Amérique du Nord contre les sous-marins lance-missiles soviétiques et en troisième d’escorter les convois vers l’Europe 5.

  • 6  Service historique de la Défense, département Marine à Vincennes (SHD/DM), 3BB7 ME 031, rapport de (...)

8Face à la démonstration des porte-avions contre le Japon en 1944-1945, l’URSS met au point une stratégie anti-accès pour contenir les assauts aéronavals américains. Les Soviétiques considèrent que la guerre sera inévitablement nucléaire, favorisant offensive et surprise. Abandonnant le programme naval de Staline, et les grands bâtiments de surface qu’il qualifie de « cercueils flottants », Khrouchtchev, le nouveau premier secrétaire soviétique, mise sur les missiles pour contrer les groupes aéronavals américains. En octobre 1955, il déclare : « Avec les moyens de détection et les communications actuelles, avec les puissants systèmes d’armes lance-missiles (…) je crois que les sous-marins et l’aéronautique navale doivent constituer la force principale pour le combat naval (…).» 6

  • 7  Friedman, op.cit.
  • 8  Kuzin (V.P.), Nikol'skii (V.I.), Voenno-Morskoi Flot SSSR 1945-1991: Istoriia sozdaniia poslevoenn (...)

9L’introduction des missiles réclame des senseurs pour découvrir l’adversaire au-delà de l’horizon. Composée de bombardiers Tu-16, l’aviation à long rayon d’action se prépare à attaquer les groupes de porte-avions américains qui sont pistés durant leurs déploiements par des sous-marins et des bâtiments de surface. Si les bombardiers passent trop de temps à chercher leurs cibles avec leurs radars, ils alerteront les défenses anti-aériennes de l’adversaire. Ils doivent donc être dirigés sur leurs cibles pour éviter d’éveiller l’attention 7. L’apparition de sous-marins armés de missiles de croisière Regulus dérivés des V1 pose un second problème à l’URSS, après celui des porte-avions. La « défense du bastion » repose donc à la fois sur la capacité à suivre le mouvement des porte-avions et des sous-marins américains et sur celle de coordonner des attaques massives avec des missiles de croisière contre les groupes aéronavals et des attaques avec des missiles ou avec des torpilles contre les zones de patrouille des sous-marins stratégiques Regulus 8.

  • 9  Usdin (S.T.), Engineering Communism: How Two Americans Spied for Stalin And Founded the Soviet Sil (...)
  • 10  Huchthausen (P.), Sheldon-Duplaix (A.), Hide and seek: the untold story of Cold War naval espionag (...)

10Pour ce faire, l’URSS développe des senseurs radars, optiques, une première génération de sonars à lampes dont les performances sont comparables aux réalisations occidentales et des réseaux d’antennes hydroacoustiques fixes. Anciens membre du cercle d’espionnage Rosenberg, les Américains Joël Barr et Alfred Sarrant se voient confier par Khrouchtchev la création d’une entreprise informatique qui met au point les premiers ordinateurs de traitement des données tactiques destinés à la flotte rouge 9. Aux États-Unis, les agents et les attachés navals soviétiques tentent de connaître les dates des appareillages des groupes aéronavals pour alerter Moscou, qui dirige alors des sous-marins sur les routes prévisibles. Dans l’hypothèse du déclenchement d’un conflit, ces sous-marins pourraient intercepter les porte-avions dans des points de passage obligés comme les détroits 10.

  • 11  A3D Skywarrior, A-5 Vigilante.
  • 12  Pour les liaisons tactiques à courte distance (liaison 11), l’US Navy conserve la HF car ces émiss (...)
  • 13  Fedorov, op.cit., p. 488.

11En mer, l’URSS cherche à localiser les porte-avions américains grâce à des moyens de détection basés à terre ou embarqués à bord d’avions de reconnaissance. Les stations terrestres de goniométrie sont inspirées des stations allemandes mais, à partir de 1956, l’US Navy introduit des bombardiers embarqués à long rayon d’action 11 qui obligent la marine soviétique à envisager l’attaque des groupes aéronavals à au moins 2 000 km des côtes. Pour localiser l’adversaire à cette distance, l’URSS doit intercepter les émissions radio à hautes fréquences (HF). Consciente de cette vulnérabilité, la marine américaine remplace peu à peu la HF par des liaisons satellites, forçant l’URSS à rechercher d’autres moyens pour trouver les groupes de porte-avions 12. Outre l’importante flotte de pêche qui assure l’apport nutritionnel en protéines du peuple russe et qui selon les opportunités suit les activités de l’OTAN, la marine soviétique se dote de ses premiers bâtiments de reconnaissance, destinés d’abord à la veille avancée au large contre les porte-avions américains. Vingt-neuf chalutiers sont ainsi convertis, de 1954 à 1962 13.

  • 14  Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 78-93.

12Attribuée par la commission d’enquête à une mine de la Seconde Guerre mondiale, l’explosion mystérieuse le 29 octobre 1955, dans le port de Sébastopol, du cuirassé Novorossyisk, ex-Giulio Cesare italien, reçu comme dommage de guerre, laisse penser à une action des hommes grenouilles du prince Borghèse, inspirée par l’OTAN ou par le ressentiment. Ce soupçon invérifié contribue l’année suivante à la création par le renseignement militaire (GRU) d’une unité de nageurs de combat pour effectuer des missions de reconnaissance contre des bases adverses et pour défendre les infrastructures avec l’aide de mammifères marins dressés pour tuer 14.

Marins du GRU à l’œuvre : le général français qui inspire le déploiement des missiles à Cuba

  • 15 National Intelligence Estimates, NIE 11-5-58.
  • 16  Ivanov (Y.), Naked Spy, Moscou, 1993.
  • 17  Cité par : Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 121.

13La mise en orbite le 4 octobre 1957 du premier satellite, le Spoutnik, accrédite en Occident l’idée que l’URSS peut désormais frapper les pays occidentaux avec des missiles balistiques. Nikita Khrouchtchev renforce cette perception en déclarant « produire des missiles comme des saucisses ». Le renseignement américain estime alors que l’URSS pourrait disposer de 100 missiles intercontinentaux en 1960 et de 500 l’année suivante 15. Pour l’OTAN, il existe un déséquilibre stratégique ou « missile gap ». Mais Khrouchtchev bluffe et contrairement à la perception occidentale, le Kremlin se sent en situation d’infériorité. Certains plans aéronavals du SACLANT semblent déjà connus en particulier grâce à John Vassal, traître à l’amirauté britannique, et par deux officiers de marine norvégiens que le capitaine de corvette Yevgueny Ivanov prétend avoir recruté à Oslo vers 1954 16. Mais c’est en France que le GRU paraît obtenir les plans des frappes aériennes de l’OTAN contre l’URSS. Si l’on croit Victor Lyubimov, un jeune lieutenant de vaisseau envoyé à Paris sous la couverture de représentant de la ligne maritime Le Havre-Leningrad, la source est un général de l’armée de l’Air. Baptisé « Murat » par le GRU, le général travaillerait pour l’amour de la paix et pour celui de « Louise », sa « boîte aux lettres » et maîtresse communiste 17.

  • 18 Ibid., p. 123.

14Selon Lyubimov, les informations passées par le général français ébranlent Khrouchtchev : « De tous les documents classifiés top secret fournis par "Murat" deux étaient extrêmement importants. Le plan publié par le commandement suprême des forces aériennes de l’OTAN numéro 110/59, daté du 10 janvier 1960 sur les frappes nucléaires. En 1960, personne ne s’imaginait que les États-Unis planifiaient la destruction totale de l’URSS. Et "Murat" était celui qui nous a donné ces plans. Quand Khrouchtchev les a vus, il était commotionné. C’était comme s’il lisait l’arrêt de mort de la mère patrie. Aujourd’hui, beaucoup (…) considèrent que Khrouchtchev a sur-réagi à Cuba [et] qu’il nous a conduit au bord de la catastrophe (…). Ce n’est pas mon avis. » 18

  • 19 Ibid., p. 148.

15Après la crise de Berlin – où « Murat » informe Moscou des plans de l’OTAN –, Khrouchtchev décide en avril 1962 de rétablir l’équilibre stratégique en déployant des missiles balistiques à Cuba. L’opération « Anadyr » prévoit également de baser dans l’île une puissante force aéronavale comprenant des bombardiers, deux croiseurs, deux destroyers lance-missiles, douze patrouilleurs lance-missiles et onze sous-marins conventionnels dont sept armés de missiles balistiques nucléaires (opération « Kama »). Ce plan révolutionnaire – le premier déploiement permanent à l’étranger de bâtiments de guerre soviétiques – ne sera pas mis à exécution. Seuls les bombardiers et les patrouilleurs seront livrés par bateau. Quatre des onze sous-marins tenteront sans succès de gagner Cuba, trois d’entre eux étant contraints de faire surface par les forces anti-sous-marines américaines. Tous sont traqués grâce au réseau d’antennes fixes hydroacoustiques Sosus mis en service en 1956 19.

  • 20 Ibid., p. 124.

16Pendant toute la crise d’octobre 1962, ce général français se risque à donner tous les soirs à « Louise » les photographies des documents de l’Alliance, dont une liste de 1 093 objectifs en URSS et dans les pays du Pacte de Varsovie, ainsi que les plans de frappes nucléaires Kangaroo, Bombast, Peacock et Dingo 20.

17Autre marin du GRU désormais en poste à Londres comme attaché naval, Yevgueny Ivanov cultive un ostéopathe qui soigne les dos de la haute société. Par ses contacts, il est autorisé à court-circuiter l’ambassadeur d’URSS pour tenter d’obtenir une médiation anglaise à Cuba. Moscou doit le rappeler parce qu’il connait la maîtresse du ministre de la Défense, John Profumo, soudain compromis. Contrairement aux apparences, le ministre s’est amouraché follement de la call girl que les services anglais aimeraient voir séduire Ivanov, dont la femme est une fille de la Nomenklatura. Ivanov en est conscient. Révélé par un ancien officier de marine américain, exilé comme journaliste à Londres après avoir été soupçonné de servir l’URSS, le scandale fait tomber le gouvernement conservateur.

  • 21  Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 183-184.

18À Paris, l’appareil photographique miniaturisé Minox de « Murat » continue à fournir Lyubimov en films : 2 300 images rien que pour les mois de juillet et août 1964. Par sécurité, le contact est coupé lorsque le général prend un nouveau poste. « Louise » disparait et Lyubimov rentre à Moscou. Pour ce marin du GRU, les informations stratégiques fournies par « Murat » ne peuvent être comparées qu’à celles du fameux « Sorge ». Il déplore que la procédure engagée pour faire du général français un héros de l’Union soviétique n’ait pas abouti. Lyubimov recrute d’autres agents à Paris dont un industriel qui commande directement aux États-Unis des matériaux qu’il réexpédie vers Moscou, où ils servent à la mise au point du comburant solide d’un nouveau missile balistique 21.

Déployer des bâtiments de reconnaissance pour construire une situation navale en temps réel

  • 22  Kuzin (V.P.), Nikol'skii (V.I.), Voenno-Morskoi Flot SSSR 1945-1991: Istoriia sozdaniia poslevoenn (...)

19Les années 1960 voient également l’URSS développer sa flotte de bâtiments de reconnaissance pour localiser dès le temps de paix les forces navales de « l’ennemi probable », en partie grâce à leurs émissions radars et sonars. Cette nouvelle catégorie de bâtiments accompagne le développement d’une marine hauturière qui effectue son premier exercice global en 1970 (« Okean »). Déplaçant 1 200 tonnes, les quatre bâtiments collecteurs de renseignement (MRZK) projet 393A sont convertis à partir de 1965. Leurs équipements leur permettent d’effectuer des interceptions radio et de recueillir des signatures acoustiques et électromagnétiques. Ils sont aussitôt suivis par deux autres conversions – trois bâtiments de moyen tonnage (SRZK) projet 850 (1965-1966) ; neuf petites unités du projet 861M (SRZK) – et six constructions neuves. Avec un déplacement de 4 300 tonnes, ces six grands bâtiments collecteurs de renseignements (BRZK) projet 394B (1970-1972) dérivés de chalutiers réfrigérés ont une autonomie de 100 jours pour une distance franchissable de 13 000 nautiques 22.

  • 23  Cité par Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 185.

20Commandant le Vertikal (du projet 393A), Yuri Berkov décrit les missions polyvalentes à la fois anti-porte-avions et anti-sous-marins stratégiques de son bâtiment : « Ma première patrouille était à la fin du mois d’octobre [1966]. Notre mission était d’observer un exercice de l’OTAN au milieu de l’Atlantique. Notre unité d’interception radio devait détecter les signaux provenant des stations côtières (la plupart norvégiennes). En Atlantique nord, nous cherchions à intercepter les communications radio de l’OTAN à destination des sous-marins. Nous tentions d’établir la position des sous-marins nucléaires lance-engins américains. » 23

  • 24 Ibid., p. 186.

21Après un carénage, Berkov retourne en Atlantique en mars 1967 pour observer un autre exercice OTAN : « J’ai détecté le porte-avions anti-sous-marin américain Essex. Ma nouvelle antenne m’a bien aidé. Nous avons approché du groupe. Il se composait de sept bâtiments. » Berkov qui avait déjà rencontré l’un des destroyers américains lors d’une précédente mission, sympathise avec ses adversaires : « Nous leur avons offert de la vodka et des cigarettes Belomor et ils nous ont donné de la bière, des conserves d’ananas et des magazines Playboy(…). Nous avons observé le porte-avions pendant une semaine, cherchant à comprendre comment leurs avions Tracker pouvaient détecter nos sous-marins. » 24 En décembre, Berkov reçoit l’ordre de croiser devant la base stratégique anglo-américaine d’Holly Loch en Écosse pour surveiller les entrées et les sorties de sous-marins nucléaires lance-engins en utilisant un senseur thermique qui repère leurs sillages.

  • 25 Ibid., p. 186-187.
  • 26 Ibid., p. 199.
  • 27 Ibid., p. 201.

22Si le Vertikal entretient des rapports cordiaux avec ses adversaires, il n’en est pas de même pour son sister ship, le Khariton Laptev qui parvient en 1970 à s’enfuir après avoir récupéré des instruments de mesure et des débris de la membrane d’un missile Polaris éjecté par le sous-marin américain James Madison devant la base stratégique de Charleston 25. A contrario, durant la guerre des Six jours en 1967, le secrétaire à la Défense américain Robert McNamara peut se féliciter de la présence d’un collecteur de renseignements soviétique au milieu de la 6e flotte au moment où Nasser et Hussein de Jordanie accusent les États-Unis de bombarder les forces égyptiennes : « C’est parfois important pour nous que les Soviétiques aient ces bâtiments au milieu de nos forces (…). Dans ce cas, il était absolument essentiel qu’ils sachent que nous n’avions pas attaqué les Égyptiens. » 26 Les collecteurs de renseignements soviétiques prennent leurs habitudes en Méditerranée à partir de 1962, en mer de Chine du Sud avec l’intervention des États-Unis au Viêt-nam en 1964 et au large des bases stratégiques américaines, à Hawaii et sur les côtes est et ouest 27.

  • 28  Kuzin, Nikol'skii, op.cit., p. 382.
  • 29  Cité par : Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 201.

23Parallèlement, l’URSS se dote d’une flotte de navires de trajectographie pour suivre ses propres missiles et engins spatiaux et traquer les missiles et engins spatiaux étrangers. Deux cargos sont transformés en 1963 (Projet 1 130). Quatre ans plus tard, « l’administration principale des forces spatiales » (GUKOS) reçoit le Cosmonaute Vladimir Komarov. Deux autres bâtiments de trajectographie sont construits pour le spatial civil 28. Ces navires de trajectographie sont déployés soit dans les Caraïbes, à mi-chemin des stations terrestres de trajectographie en Crimée et sur la côte pacifique de l’URSS, soit en Atlantique sud et dans l’océan Indien 29.

  • 30  Fedorov, op.cit., p. 268, 270, 295, 298.

24Depuis 1945, quatre officiers se succèdent à la tête du renseignement naval, au sein de l’état-major principal de la flotte à Moscou. Valorisant l’expérience acquise, Moscou maintient à ce poste pendant douze ans le contre-amiral Boris Nazarovitch Bobkov (1953-1965). Son prédécesseur, l’amiral Bekrenev (1952-1953) est l’un des officiers de renseignement soviétiques les plus expérimentés. Attaché naval aux États-Unis (1962-1963), il sert ensuite d’adjoint politique au directeur du GRU (1963-1967) 30.

Lire les communications américaines

  • 31  Cité par : Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 203.

25En janvier 1968, l’interception en haute mer du porte-avions américain Enterprise par un sous-marin nucléaire d’attaque et par un bâtiment collecteur de renseignements soviétique stupéfait les analystes américains : « La patrouille de longue durée conduite par ce sous-marin [November présumé] a révélé des capacités et des comportements qui n’avaient jamais été observés dans le Pacifique. Les opérations coordonnées et prolongées avec le collecteur de renseignements Gavril Sarychev impliquaient au minimum une bonne connaissance du système de détection acoustique Sosus de la côte ouest. Nous n’avions plus qu’à nous demander si les Soviétiques savaient ces informations ou s’ils les avaient déduites. » 31

  • 32  Ibid., p. 204.
  • 33  Ibid., p. 205.

26Cet événement est à rapprocher de la trahison au profit du KGB de John Walker, un officier marinier américain cryptographe. Celui-ci commence à partir d’une date indéterminée (avant ou pendant l’année 1967) à fournir des informations qui permettent à l’URSS de lire une partie considérable des communications navales américaines. Probablement décidée à Moscou, la capture du bâtiment collecteur de renseignements USS Pueblo par la Corée du Nord permet de récupérer des équipements de cryptographie nécessaires à l’exploitation des codes livrés régulièrement par Walker 32. S’il paraît logique que ces informations aient été communiquées à la marine soviétique, l’obligation pour le KGB de protéger une source aussi importante doit limiter cette diffusion et n’explique peut-être pas à elle seule l’amélioration des capacités soviétiques de suivi de la marine américaine 33.

27La doctrine militaire évolue parallèlement. Les frappes nucléaires massives restent inévitables mais les analystes soviétiques envisagent que la guerre commence au niveau conventionnel. Les armements qui seraient employés contre les porte-avions pourraient être classiques, réclamant une plus grande précision des systèmes de navigation des armes et des plates-formes. L’apparition des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins américains Polaris impose un autre effort contre ces plates-formes qui menacent l’existence de l’URSS. Confié à des sous-marins rapides mais bruyants qui agissent comme des intercepteurs, à des avions à long rayon d’action et à des bâtiments de surface porte-hélicoptères, cette mission doit aussi pouvoir être remplie par des armes conventionnelles.

  • 34  L’URSS réalise des radars aéroportés à long rayon d’action « Koblat » puis « Rubin » ou « Kobalt N (...)
  • 35  « Rubin » et « YeN-D ».
  • 36  Les estimations occidentales sont plus réduites : 175 nautiques.
  • 37 Kravchenko, Радиоэлектронная борьба в Военно-Морском Флоте : от Порт-Артура до наших дней, Оружие и (...)
  • 38  Le système de transmission d’images radar « Uspekh ».
  • 39 Kuzin, Nikol'skii, op.cit., p. 742

28À la différence des bateaux, les avions peuvent désigner leurs objectifs à une plus grande distance 34. L’URSS espère pouvoir détecter les groupes aéronavals avec les radars aéroportés 35 des Tu-16 Badger à des portées de 220 nautiquesà 10 000 mètres d’altitude 36. Par rapport au radar aéroporté, les senseurs de guerre électronique permettent d’intercepter passivement les signaux radars d’un groupe aéronaval sans donner l’alerte 37. Pour détecter les cibles navales et assurer en temps réel la désignation d’objectifs, Tupolev modifie son bombardier intercontinental Tu-95 avec un puissant radar 38 et un système de transmission de données vers les centres de commandement et les bâtiments lance-missiles.Quarante Tu-95RTS sont produits avant que la création d’un système de reconnaissance spatiale ne fasse passer ces appareils au second plan 39. Outre la goniométrie et l’aviation de reconnaissance, des radars portant au-delà de l’horizon (OTH), des bâtiments collecteurs de renseignements et des satellites sont les solutions progressivement retenues par l’URSS pour tisser la toile d’un réseau de surveillance maritime qui devient global.

Désigner les objectifs de la nouvelle marine océanique grâce à la reconnaissance spatiale

  • 40 Ibid., p. 25.

29Durant les années 1970, la doctrine militaire de l’URSS appelle à l’anéantissement total des forces nucléaires puis conventionnelles de l’OTAN, à l’occupation d’une partie du territoire adverse et à la préservation de l’État soviétique à l’issue de l’échange nucléaire qui ne manquerait pas de se produire.Définies par une loi, les missions de la marine comprennent la destruction des centres politico-administratifs et industriels de l’ennemi, l’anéantissement de ses forces navales, l’interruption des communications maritimes, la protection des forces sous-marines stratégiques, la défense des bases navales et des communications maritimes et le soutien aux forces terrestres dans les théâtres côtiers 40.

  • 41 Apelkov (Y.V.), Подводные лодки ВМФ СССР : справочник, Галея Принт, Sankt-Peterburg, 2006, 238 page (...)
  • 42  US DoD, Soviet Military Power, éditions 1989, 1990 et 1991.
  • 43  Ibid.
  • 44  Tu-16RT Badger et des Tu-95RT Bear D.
  • 45  Le système de transmission d’images radar Uspekh est développé par le bureau NII-132 de Kiev.

30À l’image des Américains, les Soviétiques considèrent que la destruction des bases et des centres de commandement de l’adversaire est l’une des conditions de la victoire sur mer. Outre les missiles balistiques des sous-marins stratégiques, la marine soviétique tirerait contre la terre une partie de ses missiles antinavires à charges nucléaires 41. Parallèlement, la théorie soviétique insiste sur le blocus des bases adverses par le minage préventif et leur sabotage par les forces spéciales (Spetnatz) 42. Les opérations coordonnées de lutte antinavires intègrent l’aviation à long rayon d’action et les satellites d’observation 43. Les radars des bombardiers à long rayon d’action 44 transmettent l’image de leur écran aux sous-marins et aux bâtiments de surface 45. Cette information permet de lancer les missiles qui retransmettent à leur tour une image radar au lanceur pour choisir la cible prioritaire dans un groupe de navires.

  • 46  L’arme ne serait efficace qu’à quelques nautiques de la cible. Friedman (N.), op.cit., p. 155.

31Analysant les possibilités d’un appareil de reconnaissance volant à 10 000 pieds, l’expert américain Norman Friedman note que cet appareil peut détecter le groupe aéronaval à 150 nautiques et transmettre l’information à un sous-marin à 100 nautiques derrière lui, soit à plus de 250 nautiques du porte-avions. Cette méthode présente certaines limites. Détectée par le groupe aéronaval, la présence de l’appareil de reconnaissance annonce l’imminence de l’attaque. La transmission de données entre l’appareil de reconnaissance et le sous-marin risque également de donner la position du sous-marin. La durée de vol des missiles serait d’environ 30 minutes vers une position future estimée du porte-avions, ouvrant une marge d’erreur qui pourrait faire échouer l’attaque même avec une charge nucléaire de 500 kilotonnes 46.

  • 47  Bande X, bande L avec des longueurs d’onde entre 3 et 200 cm, UHF.

32Si les bâtiments de surface ne disposent pas d’une information transmise par un avion de reconnaissance, un satellite ou un autre moyen extérieur, ils doivent disposer de senseurs portant au-delà de l’horizon. L’URSS étudie les propagations des ondes radars qui, dans certaines circonstances, portent au-delà de l’horizon lorsque le signal se trouve prisonnier d’une couche de température. Dans les plus grandes longueurs d’ondes 47, le signal se reflète sur les couches supérieures de la troposphère permettant à l’onde radar de gagner des portées de 400 km (220 nautiques). La marine soviétique semble faire un usage systématique de cette propriété du « duct » en particulier en Baltique, en Méditerranée orientale, dans le golfe Persique, dans la mer d’Arabie et dans la mer de Chine du Sud.

  • 48  Polmar (N.), Moore, (K.), Cold War Submarines, Dulles, 2003.
  • 49  Les Soviétiques appellent ce système BIUS (acronyme russe pour "Borbovaya Informatsionno Upravlyau (...)
  • 50  Kuzin, Nikol'skii, op.cit., p. 53.

33Contre des sous-marins nucléaires stratégiques qui opèrent le long des côtes soviétiques, puis de plus en plus loin jusqu’à pouvoir demeurer dans le sanctuaire des eaux américaines, l’URSS développe d’abord des sous-marins et des bâtiments de surface anti-sous-marins avant d’utiliser des avions à long rayon d’action et d'envisager le tir de missiles balistiques avec des charges nucléaires contre leurs zones d’opération éloignées 48. Une seconde génération de sonars émerge, profitant de la technologie des transistors qui remplace progressivement celle des lampes pour le traitement du signal. Les conduites de tir des armes comprennent les systèmes d’information tactique et de gestion des armes 49. Le succès de cette stratégie soviétique implique toutefois pour l’URSS de prendre l’initiative des hostilités avant que les forces de l’OTAN n’aient pu lancer leurs armes nucléaires ou leurs armes à haute précision. Les missiles de croisière antinavires deviennent pour la marine soviétique un substitut à l’aviation embarquée qui constitue la force offensive de l’OTAN 50.

34Le système centralisé de surveillance maritime développé par l’URSS intègre donc les données fournies par les moyens de reconnaissance spatiaux, aériens, de surface et sous-marins. Les bureaux de renseignement des quatre flottes analysent les informations recueillies par les unités et les transmettent au bureau renseignement de l’État-major principal de la flotte et à la 5e direction de la direction du renseignement militaire de l’état-major principal des armées à Moscou (GRU) qui coordonnent leurs efforts pour établir une situation navale en temps réel des flottes adverses.

35Chacun des quatre bureaux renseignement de la flotte est divisé en cinq départements :

  • le premier, chargé du recueil de renseignements par les unités de la flotte, par les bâtiments collecteurs de renseignements, par l’aviation de reconnaissance et par les navires civils ;

  • le second, chargé de la recherche secrète avec des agents opérant dans les pays de son théâtre ;

  • le troisième, chargé des forces spéciales (Spetnatz) ;

  • le quatrième, pour exploiter les données fournies par le système de surveillance de la flotte ;

    • 51  Suvorov (V.), Inside the GRU, Londres, 1985.

    le cinquième, chargé des interceptions radios électroniques 51.

  • 52  Friedman, op.cit.
  • 53 Ibid.

36Un système automatisé mis en service en 1981 traite ces informations. Les données de désignation d’objectif sont directement transmises par satellites aux unités les plus proches de la cible sans passer par l’état-major de la flotte concernée 52.Le système national de commandement stratégique « Korund » comprend les satellites « Molnya-1 » et le système de communication « Rucheiy » qui relient les unités déployées, y compris les avions, avec le centre national de commandement.L’URSS déploie également des satellites de communication géostationnaires « Raduga/Potok » pour remplacer les antennes HF autrefois utilisées par les bâtiments de commandement. À la différence de « Molnya », « Raduga » ne peut pas couvrir les régions polaires 53.

  • 54 Punch Bowl.
  • 55  265 x 250 km avec une inclinaison de 65 degrés.
  • 56  Friedman, op.cit., p.158.
  • 57  Les premiers satellites d’imagerie « Zenit » emportent un intercepteur « Kust ».
  • 58 Ivanov(F.) (dir.),Oружие и технологии России: Энциклопедия XXI век. Том 5: Космические средства воо (...)

37Installée sur les satellites de désignation d’objectifs et sur les bâtiments lance-missiles, une antenne 54 permet la transmission des données depuis l’espace vers la flotte. Les satellites de reconnaissance radars sont actifs et passifs. Lancés par paires, les satellites radars actifs « US-A » volent sur une orbite basse 55 pendant une durée de 45 jours avant d’être placés dans une orbite haute à plus de 1 000 km de la Terre jusqu’à autodestruction. Les « US-A » permettent de recueillir deux positions de la cible à 20/30 minutes d’intervalle permettant ainsi de calculer sa route, sa vitesse et de déterminer son cap en attendant le passage suivant, 90 minutes plus tard 56. Pour accompagner une paire de satellites « US-A », l’URSS développe un satellite radar passif qui intercepte les signatures électromagnétiques des radars militaires 57. L’ « US-P » localise sa cible avec une précision estimée de 2 km. Une couverture complète de la Terre réclame quatre satellites au minimum. Le premier satellite « US-P » est lancé par COSMOS-777 en octobre 1975. Typiquement, une paire de satellites « US-A » détecte une cible avec leurs senseurs actifs, cible qui est ensuite identifiée grâce au satellite « US-P » 58. Le système de satellites de navigation Glonass fournit à la marine un soutien continu et permanent pour positionner ses unités et calculer les trajectoires orbitales et balistiques de ses missiles.

  • 59 Kuzin, Nikol'skii, op.cit., p. 380-390.

38L’Union soviétique ne dispose pas d’un réseau global d’hydrophones comparable au Sosus américain pour détecter les mouvements des sous-marins mais seulement de barrières localisées, dans les approches de l’URSS. La marine soviétique renforce sa flotte de reconnaissance avec la construction, à partir de 1978, des quatre grands bâtiments collecteurs de renseignements du projet 1826 construits au chantier Yantar de Kaliningrad (1978-1987) 59.

  • 60 Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit.

39Les capacités de reconnaissance globale développées par la marine soviétique dans les années 1970 lui permettent d’agir effectivement sur les trois-quarts des mers du globe. Elle en apporte la démonstration durant l’exercice inter-flottes de 1975 et par son soutien aux entreprises militaires soviéto-cubaines sur le continent africain. Selon les analystes soviétiques, la présence navale de l’URSS en Méditerranée dissuade les États-Unis d’intervenir dans les conflits israélo-arabes 60.

  • 61 Fedorov, op.cit., p.298.

40Comme son prédécesseur, l’amiral Youri Ivanov sert comme chef du renseignement naval pour une durée record de 13 ans. Entré dans la marine en 1938, Ivanov est sous-marinier jusqu’en 1965, date à laquelle il prend la tête du renseignement naval. Son travail sur la théorie du renseignement lui vaut plusieurs distinctions 61.

La nouvelle guerre froide et les insuffisances du système d’alerte avancée soviétique

  • 62 Hattendorf (J.), The Evolution of the U.S. Navy's Maritime Strategy, 1977-86, Newport Paper, no 19, (...)

41À partir des années 1980, les analystes américains comprennent que l’URSS préfèrera protéger ses sous-marins stratégiques au lieu d’attaquer les convois alliés vers l’Europe qui, de toute façon, ne franchiraient l’Atlantique qu’une trentaine de jours après le déclenchement des hostilités, c'est-à-dire après la conclusion de la guerre 62. En conséquence, les États-Unis réaffirment leur intention de passer à l’offensive dès les premières heures d’un conflit en envoyant leurs groupes de porte-avions, leurs sous-marins nucléaires d’attaque (armés de missiles de croisière) et leurs avions de patrouille maritime dans les eaux voisines de l’URSS. Pour convaincre les responsables du Kremlin de leurs intentions, les États-Unis déploient à trois reprises l’ensemble des sous-marins nucléaires d’attaque vers les côtes soviétiques.

  • 63  Cité par : Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 237-247.

42Parallèlement, l’URSS semble perdre l’accès aux codes navals américains avec l’arrestation de John Walker et des membres du réseau – son frère, son fils et son meilleur ami – dénoncés par l’ex-femme de l’officier-marinier en novembre 1984. Le transfuge soviétique Vitaly Yurchenko prétend dans ses mémoires que l’opération Walker était « la plus importante dans toute l’histoire du KGB » et qu’elle aurait permis de déchiffrer un million de messages. Pour l’amiral Studeman, qui témoigne au procès de Walker, les informations trahies par l’officier-marinier auraient permis à l’URSS de « prendre des décisions tactiques en temps réel car ils connaissaient exactement la composition et la valeur de nos forces navales » 63.

  • 64  Ibid., p. 237.

43Entre 1981 et 1983, l’URSS dirigée par Yuri Andropov redoute une attaque surprise des États-Unis et doute de ses capacités à détecter cette attaque avec le préavis suffisant. À la demande du président Reagan et pour répondre aux entreprises militaires soviéto-cubaines en Afghanistan, en Afrique et en Amérique latine, l’US Navy conduit des simulations d’attaque contre la côte soviétique à des intervalles très irréguliers et parfois très rapprochés. Historien de la CIA, Benjamin Fisher explique : « La marine américaine a joué un rôle décisif dans le programme d’action psychologique autorisé par le président Reagan en mars 1981. Les exercices conduits dans les régions septentrionales et extrême-orientales de l’URSS entre 1981 et 1983 ont démontré la capacité des États-Unis à déployer des groupes de porte-avions à proximité de sites militaires et industriels sensibles, apparemment sans avoir été détectés ou rencontrés [par les forces soviétiques]. » Le premier adjoint au ministre de la Défense, le maréchal Ogarkov, qualifie ces exercices de « préparatifs concrets pour la guerre ». George Kennan remarque que « l’imbroglio américano-soviétique a toutes les caractéristiques bien connues d’une marche vers la guerre ». En mars 1983, le discours du président Reagan sur la création d’un bouclier spatial anti-missiles américain remet en cause l’équilibre stratégique quelques jours après ses propos sur « l’Empire du mal ». Le Kremlin est en état de choc 64.

  • 65  L’appareil est abattu, mais le pilote parvient à se poser sur un lac gelé et seuls quatre passager (...)
  • 66  Cité par : Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 265-288.

44La peur qui semble gagner la direction soviétique peut expliquer la destruction du Boeing sud-coréen qui survole le Kamchatka, le 1er septembre 1983, et dont le vol coïncide avec celui d’un appareil de reconnaissance américain qui semble enregistrer les réactions de la défense aérienne russe. Elle fait suite à l’intrusion d’un autre avion de ligne sud-coréen au-dessus des bases de la péninsule de Kola en avril 1978 65. Au même moment, l’URSS est accusée d’effectuer des missions de reconnaissance dans les eaux territoriales suédoises. Un sous-marin soviétique s’est échoué devant la base navale de Karlskrona. L’erreur de navigation est indéniable, mais personne ne doute alors qu’il s’agisse d’une mission de reconnaissance. D’autres intrusions non identifiées suivent. L’opinion suédoise neutraliste devient antisoviétique. Un analyste américain note que l’allié polonais étant moins sûr depuis l’avènement de Solidarnosc, Moscou ne pourrait pas compter sur lui pour conquérir le Danemark. Les forces soviétiques devraient s’acquitter de cette mission et pour cela envahir la Suède, jusquelà épargnée. Interrogé, le général Jaruzelski déclare ignorer ce deuxième plan, même s’il ne pouvait pas l’exclure. Les confessions ultérieures de l’ancien secrétaire d’État à la Défense des États-Unis indiquent que Washington et Londres pourraient être derrière certaines intrusions pour tester les défenses suédoises et faire porter la responsabilité à Moscou, cela en liaison avec quelques chefs militaires à Stockholm 66.

  • 67  Ibid.
  • 68  Chaplain (D.), Les sonars et les sous-marins soviétiques de la guerre froide, manuscrit non publié (...)

45Cette peur culmine durant l’exercice OTAN Noble Archer en novembre 1983 qui paraît si réaliste qu’une partie des forces stratégiques soviétiques sont mises en état d’alerte. Cette peur peut aussi découler du tarissement des informations sur les mouvements de la flotte américaine fournies par le réseau Walker apparemment neutralisé en 1984 67. La perte de cet avantage extraordinaire et la posture plus agressive de l’US Navy peuvent expliquer que l’URSS préfère conserver ses meilleurs sous-marins nucléaires d’attaque à proximité des côtes pour créer un sanctuaire où ses sous-marins nucléaires stratégiques pourront opérer à l’abri de la menace des forces américaines. Pour Moscou, il est essentiel de conserver en vie le plus grand nombre de sous-marins stratégiques pour la négociation qui suivrait un premier échange nucléaire. L’URSS déploie toutefois quelques-uns de ses sous-marins nucléaires d’attaque face aux côtes américaines pour participer à des frappes stratégiques avec le nouveau missile de croisière Granat (analogue au Tomahawk américain) introduit en 1987. Consciente de son retard en discrétion acoustique, la marine soviétique améliore ses sous-marins grâce à des technologies occidentales. La troisième génération de sonars bénéficie des progrès de l’électronique qui réalise enfin la somme des traitements demandés, absorbant l’évolution des circuits intégrés, analogiques puis digitaux 68.

  • 69  Pervov(M.), 50 лет ФГУП ГПТП "ГРАНИТ". 1952-2002, "Головное производственно-техническое предприяти (...)

46Mais l’URSS se sent vulnérable à une attaque surprise. Le GRU obtient la construction d’un bâtiment de reconnaissance à propulsion nucléaire, le SSV-33 (Projet 1941 Titan), destiné à détecter des lancements de missiles balistiques et à suivre les essais américains de missiles liés au programme de la « guerre des étoiles » dans les îles Marshall. Déplaçant 35 000 tonnes, le SSV-33 est approvisionné pour 180 jours de mer, sa distance franchissable étant illimitée. Pour servir son système de reconnaissance « Coral », il emporte deux « Elbrus », les ordinateurs les plus puissants réalisés en URSS. Admis au service en 1989 au chantier Baltic à Leningrad, le SSV-33 est affecté à la 38e brigade des bâtiments de reconnaissance à Abrek près de Vladivostok. À quai, le SSV-33 peut traquer toute l’activité aérienne et spatiale dans le Pacifique nord 69.

  • 70 Kuzin, Nikol'skii, op.cit., p. 385.
  • 71  Idem.

47Parallèlement, « l’administration principale des forces spatiales » projette trois autres grands bâtiments de trajectographie du Projet 1914 (25 000 tonnes). Seules deux unités de la classe Marshal Nedelin entrent en service avant et après l’effondrement de l’URSS 70. Enfin, la marine soviétique fait construire en Pologne sept bâtiments collecteurs de renseignements du Projet 864 livrés entre 1985 et 1988 71.

  • 72  Cité par : Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 247.

48Après sa rencontre avec Oleg Gordievski, l’ex-représentant du KGB en Grande-Bretagne, le président Reagan comprend que les dirigeants soviétiques aient pu craindre les États-Unis. Il confie dans ses mémoires la dangerosité de la situation antérieure où l’URSS et les États-Unis pouvaient mésinterpréter une détection radar : « Six minutes pour décider quelle réponse donner à un clignotement sur un écran et décider ou non de déclencher l’apocalypse ! Qui peut prétendre agir raisonnablement dans une telle situation ? » 72 Ronald Reagan sait ensuite charmer ses adversaires et mettre fin à la guerre froide en établissant un dialogue confiant avec Mikhaïl Gorbatchev.

  • 73 Ibid., p. 248.

49Le programme américain d’un bouclier anti-missiles semble aussi avoir eu raison des décideurs soviétiques qui admettent leur défaite face à un projet qu’ils n’ont pas les ressources économiques et technologiques de contrer. Désabusé, le maréchal Ogarkov déclare : « La technologie dépend des ordinateurs. Aux États-Unis, les petits enfants jouent avec des ordinateurs. Ici nous n’avons même pas d’ordinateurs dans chaque bureau du ministère de la Défense. » Pourtant, les bâtiments collecteurs de renseignement soviétiques ont apporté la preuve que les essais américains du 10 juin 1984 – l’interception d’un missile « Minuteman » au-dessus du Pacifique par un autre missile – sont truqués. Le « Minuteman » émet un signal qui guide le missile intercepteur. Un capitaine de vaisseau, vétéran du GRU, témoigne : « Il devint évident que l’essai avait été spécialement préparé pour tromper l’URSS. Nous avons informé nos décideurs mais ils ne voulaient pas nous croire. » 73

  • 74  Fedorov, op.cit., p. 318.

50Pendant cette période, le renseignement naval est dirigé par le vice-amiral Khurs. Comme ses deux prédécesseurs, il occupe ces fonctions pendant près d’une dizaine d’années (1979-1987) après avoir été premier adjoint pendant cinq ans. Démineur pendant la guerre, il rejoint le renseignement en 1952 et dirige d’abord la reconnaissance de la flotte de la mer Noire (1971-1973). Khurs est décoré pour ses contributions au développement des bâtiments de reconnaissance et à l’organisation générale du renseignement naval. Avec 35 ans de service dans le domaine, sa carrière et la longueur de ses affectations démontrent l’importance que les Soviétiques accordent à l’expérience et à la durée dans le domaine du renseignement 74.

Le système marche-t-il ?

  • 75  Conférence prononcée par le vice-amiral Selivanov, Paris, École militaire, septembre 1999.

51À la fin de la guerre froide, la combinaison entre des plates-formes lance-missiles aériennes, maritimes et sous-marines et les moyens de reconnaissance semble aboutie. Les responsables militaires soviétiques paraissent confiants dans un dispositif qui permettrait selon eux de recaler la position d’un porte-avions américain toutes les 30 minutes. La marine américaine croit au contraire pouvoir tromper ce dispositif de reconnaissance 75.

  • 76  Kuzin, Nikol'skii, op.cit., p. 27.

52La salve de missiles soviétiques anti-porte-avions double entre 1963 et 1991 pour atteindre le chiffre de 100 missiles par porte-avions américain, considéré par le commandement soviétique comme suffisant. En réalité, le nombre de missiles qui serait tiré contre un porte-avions est plus bas – environ une trentaine en Méditerranée – et le commandement soviétique considère qu’environ 10 % des missiles – trois ou quatre – franchiront les défenses pour mettre hors de combat le porte-avions sans nécessairement le couler. Si l’on considère les chiffres de 1991, l’on constate que l’URSS privilégie clairement les bombardiers (400 avions armés de 940 missiles) devant les sous-marins (53 unités armées de 488 missiles) et les bâtiments de surface (19 unités armées de 104 missiles). Dans tous les cas, il s’agit de missiles à longue portée (de 150 à 500 km) à charge nucléaire ou conventionnelle 76.

  • 77  Ibid.
  • 78  Ibid.

53Avec l’introduction des avions de guet aérien AWACS américains dans les années 1980, les bombardiers Tu-16 perdent leur efficacité contre les porte-avions et sont remplacés par les Tu-22 Backfire. Les Tu-16 conservent une utilité pour des attaques contre des forces de débarquement, des convois ou des groupes de porte-avions affaiblis par une première attaque. En 1991, ils représentent encore 40 % de la flotte des bombardiers. Une attaque réussie devrait nécessairement combiner à la fois des bombardiers et des sous-marins, les seconds recevant les données transmises par les premiers 77. Contre les porte-avions de l’OTAN qui gagneraient la mer de Norvège et s’abriteraient dans les fjords pour échapper aux missiles, la marine soviétique développe la coopération avec les forces aériennes pour les débusquer le long des côtes 78.

  • 79 Ibid.

54Le nombre de forces anti-sous-marines soviétiques est multiplié par 10 au cours de la période 1963-1991, pour atteindre 2,8 grands bâtiments anti-sous-marins, 1,8 sous-marin nucléaire anti-sous-marin et 3 appareils de lutte anti-sous-marine par sous-marin stratégique américain. Le commandement russe considère ces chiffres comme suffisants. Ils impliquent des déploiements de certains des meilleurs sous-marins soviétiques à proximité des bases américaines. Compte tenu de l’infériorité acoustique des sous-marins nucléaires d’attaque soviétiques, il est probable que l’URSS aurait employé des armes nucléaires contre des sous-marins stratégiques américains 79.

  • 80 Ibid.

55Pour leur part, les forces anti-porte-avions et les forces anti-sous-marines soviétiques nécessitent impérativement une couverture aérienne contre les avions de patrouille maritime ou les chasseurs-bombardiers de l’OTAN. Cette situation conduit l’URSS à reconsidérer son opposition idéologique aux porte-avions et à lancer la construction de trois véritables porte-avions pour permettre à ses sous-marins d’attaque et à ses sous-marins stratégiques d’opérer à l’abri des avions de patrouille maritime occidentaux qui les menacent 80. Seul le Kuznetsov (ex-Tbilissi, ex-Leonid Brejnev) sera achevé.

L’évanouissement de la constellation

  • 81 Donenko (V.-D.), Военно-морская стратегия России, ЭКСМО, Moscou, 2005, 826 pages.

56La fin de la guerre froide remet soudainement en cause la stratégie d’une attaque massive de missiles contre la flotte de « l’adversaire probable ». La nouvelle doctrine militaire énoncée en janvier 1990 par le chef d’état-major, le général Moiseyev, dénonce la guerre comme moyen d’atteindre des objectifs politiques en déclarant que l’URSS n’a aucune revendication territoriale et ne considère aucun État comme son ennemi 81. Sur mer, le renoncement à l’emploi de la force en premier implique que l’URSS devrait subir une attaque initiale avant de pouvoir réagir.

57Pendant un temps, les États-Unis et l’OTAN continuent à entrainer leurs forces à proximité de l’URSS, puis après 1992, de son héritière, la Fédération de Russie, dans le cadre d’une stratégie de l’avant : « Forward from the Sea ». Moscou considère que les porte-avions et les armes de précision lancées par les sous-marins et les bâtiments de surface permettraient aux États-Unis de pouvoir envisager une victoire avec des armes conventionnelles et quelques frappes nucléaires sous le couvert du futur bouclier anti-missiles. Dans la pratique, les flottes soviétique puis russe perdent une grande partie de leurs moyens pour traquer les porte-avions adverses. Le dernier des 24 satellites US-A est lancé le 14 mars 1988. Les deux prototypes d’un successeur équipé d’un réacteur nucléaire plus puissant sont lancés en février et en juillet 1987. Placés sur une orbite haute de 800 km pour rendre plus difficile leur interception par les armes antisatellites américaines, ils restent respectivement opérationnels pendant six mois et un an. Au total, l’URSS a construit 48 bâtiments collecteurs de renseignements ou de trajectographie, mais la moitié d’entre eux est désarmée dans la décennie qui suit la disparition de l’URSS. Avec le retrait des bombardiers Tu-95 RTS en 1996, la Russie doit confier à ses appareils Awacs Il-16 Mainstay et depuis 2006 à quelques satellites lancés occasionnellement, la détection à distance.

Haut de page

Document annexe

  • Annexes (application/msword – 83k)
Haut de page

Notes

1  Sheldon-Duplaix (A.), Histoire mondiale des porte-avions, Boulogne, 2006.

2 Fedorov(V.M.), Военно-морская разведка: история и современность, Moscou, 2008.

3  Friedman (N.), Sea Power and Space, Annapolis, 2000, p. 120.

4  Kinadze (V.), Развитие отечественной морской радиоэлектронной разведки в межвоенный период (1925–1939 гг.), 27 novembre 2007 ; http://www.chekist.ru/article/1904; Kravchenko, (V.A.), Радиоэлектронная борьба в Военно-Морском Флоте : от Порт-Артура до наших дней, Оружие и технологии, Moscou, 2004, 243 pages.

5  Cité par : Sheldon-Duplaix , op.cit.

6  Service historique de la Défense, département Marine à Vincennes (SHD/DM), 3BB7 ME 031, rapport de l’attaché naval à Moscou, non daté, 1956.

7  Friedman, op.cit.

8  Kuzin (V.P.), Nikol'skii (V.I.), Voenno-Morskoi Flot SSSR 1945-1991: Istoriia sozdaniia poslevoennogo Voenno-Morskogo Flota SSSR i vozmozhnyi oblik flotaRossii. Istoricheskoe morskoe obshchestvo, Saint-Petersburg, 1996, p. 39-42

9  Usdin (S.T.), Engineering Communism: How Two Americans Spied for Stalin And Founded the Soviet Silicon Valley, Yale University Press, 2005.

10  Huchthausen (P.), Sheldon-Duplaix (A.), Hide and seek: the untold story of Cold War naval espionage, Hoboken, 2009, 432 pages.

11  A3D Skywarrior, A-5 Vigilante.

12  Pour les liaisons tactiques à courte distance (liaison 11), l’US Navy conserve la HF car ces émissions ne sont pas assez puissantes pour être interceptées. Friedman, op.cit.

13  Fedorov, op.cit., p. 488.

14  Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 78-93.

15 National Intelligence Estimates, NIE 11-5-58.

16  Ivanov (Y.), Naked Spy, Moscou, 1993.

17  Cité par : Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 121.

18 Ibid., p. 123.

19 Ibid., p. 148.

20 Ibid., p. 124.

21  Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 183-184.

22  Kuzin (V.P.), Nikol'skii (V.I.), Voenno-Morskoi Flot SSSR 1945-1991: Istoriia sozdaniia poslevoennogo Voenno-Morskogo Flota SSSR i vozmozhnyi oblik flotaRossii. Istoricheskoe morskoe obshchestvo, Saint-Petersburg, 1996, p. 380.

23  Cité par Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 185.

24 Ibid., p. 186.

25 Ibid., p. 186-187.

26 Ibid., p. 199.

27 Ibid., p. 201.

28  Kuzin, Nikol'skii, op.cit., p. 382.

29  Cité par : Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 201.

30  Fedorov, op.cit., p. 268, 270, 295, 298.

31  Cité par : Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 203.

32  Ibid., p. 204.

33  Ibid., p. 205.

34  L’URSS réalise des radars aéroportés à long rayon d’action « Koblat » puis « Rubin » ou « Kobalt N » (« Crown Drum »), puis « YeN » (« Puff Ball ») et « R-1  Rubin-IA ». Une version plus grande du « Kobalt N », le « YeN-D » équipe les bombardiers.

35  « Rubin » et « YeN-D ».

36  Les estimations occidentales sont plus réduites : 175 nautiques.

37 Kravchenko, Радиоэлектронная борьба в Военно-Морском Флоте : от Порт-Артура до наших дней, Оружие и технологии, Moscou, 2004, 243 pages.

38  Le système de transmission d’images radar « Uspekh ».

39 Kuzin, Nikol'skii, op.cit., p. 742

40 Ibid., p. 25.

41 Apelkov (Y.V.), Подводные лодки ВМФ СССР : справочник, Галея Принт, Sankt-Peterburg, 2006, 238 pages.

42  US DoD, Soviet Military Power, éditions 1989, 1990 et 1991.

43  Ibid.

44  Tu-16RT Badger et des Tu-95RT Bear D.

45  Le système de transmission d’images radar Uspekh est développé par le bureau NII-132 de Kiev.

46  L’arme ne serait efficace qu’à quelques nautiques de la cible. Friedman (N.), op.cit., p. 155.

47  Bande X, bande L avec des longueurs d’onde entre 3 et 200 cm, UHF.

48  Polmar (N.), Moore, (K.), Cold War Submarines, Dulles, 2003.

49  Les Soviétiques appellent ce système BIUS (acronyme russe pour "Borbovaya Informatsionno Upravlyaushchaya Sistema") ou CICS (acronyme anglo-saxon pour "Combat Information and fire Control System").

50  Kuzin, Nikol'skii, op.cit., p. 53.

51  Suvorov (V.), Inside the GRU, Londres, 1985.

52  Friedman, op.cit.

53 Ibid.

54 Punch Bowl.

55  265 x 250 km avec une inclinaison de 65 degrés.

56  Friedman, op.cit., p.158.

57  Les premiers satellites d’imagerie « Zenit » emportent un intercepteur « Kust ».

58 Ivanov(F.) (dir.),Oружие и технологии России: Энциклопедия XXI век. Том 5: Космические средства вооружения, Moscou, 2005, p.360-363.

59 Kuzin, Nikol'skii, op.cit., p. 380-390.

60 Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit.

61 Fedorov, op.cit., p.298.

62 Hattendorf (J.), The Evolution of the U.S. Navy's Maritime Strategy, 1977-86, Newport Paper, no 19, 2004.

63  Cité par : Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 237-247.

64  Ibid., p. 237.

65  L’appareil est abattu, mais le pilote parvient à se poser sur un lac gelé et seuls quatre passagers sont tués contre 289 en 1983.

66  Cité par : Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 265-288.

67  Ibid.

68  Chaplain (D.), Les sonars et les sous-marins soviétiques de la guerre froide, manuscrit non publié communiqué par  l’auteur et réalisé à partir d’une monographie publiée par l’institut russe Morphyzpribor, 2002.

69  Pervov(M.), 50 лет ФГУП ГПТП "ГРАНИТ". 1952-2002, "Головное производственно-техническое предприятие "Гранит", АвиаРус-ХХI, Moscou, 2002.

70 Kuzin, Nikol'skii, op.cit., p. 385.

71  Idem.

72  Cité par : Huchthausen, Sheldon-Duplaix, op.cit., p. 247.

73 Ibid., p. 248.

74  Fedorov, op.cit., p. 318.

75  Conférence prononcée par le vice-amiral Selivanov, Paris, École militaire, septembre 1999.

76  Kuzin, Nikol'skii, op.cit., p. 27.

77  Ibid.

78  Ibid.

79 Ibid.

80 Ibid.

81 Donenko (V.-D.), Военно-морская стратегия России, ЭКСМО, Moscou, 2005, 826 pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandre Sheldon-Duplaix, « La reconnaissance et le renseignement dans le développement de la marine soviétique », Revue historique des armées, 261 | 2010, 46-61.

Référence électronique

Alexandre Sheldon-Duplaix, « La reconnaissance et le renseignement dans le développement de la marine soviétique », Revue historique des armées [En ligne], 261 | 2010, mis en ligne le 10 novembre 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rha.revues.org/7101

Haut de page

Auteur

Alexandre Sheldon-Duplaix

Chercheur à la division études, enseignement et recherche du Service historique de la Défense, il a, notamment, coécrit avec feu le capitaine de vaisseau Peter Huchthausen de la marine des États-Unis, un ouvrage sur le renseignement naval durant la guerre froide : Hide and Seek (Hoboken, 2009) ; une édition française sera publiée en 2011.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org