Navigation – Plan du site
Document

De la photographie aérienne au dossier d’objectif

Agnès Chablat-Beylot
p. 72-78

Texte intégral

1Production quasi exclusive des unités de reconnaissance de l’aéronautique militaire, puis de l’armée de l’Air, la photographie aérienne est destinée à répondre aux besoins de la cartographie militaire et civile et du renseignement militaire. Pour qu’elle délivre toute l’information dont elle est porteuse, il appartient à l’interprétateur photographique de la « faire parler ». Fruits de ce travail d’interprétation, les dossiers d’objectifs conservés par le Service historique de la Défense constituent aujourd’hui pour le géographe, l’archéologue, l’urbaniste ou l’historien du paysage une source riche d’informations sur le passé de sites autrefois considérés comme stratégiques.

L’interprétation photographique

2Le circuit de l’image aérienne, de l’escadrille qui la réalise jusqu’au service chargé de son exploitation, se met en place durant la Première Guerre mondiale. La prise de vues aériennes par les escadrilles de reconnaissance de l’aéronautique militaire s’organise et se développe en effet à partir de 1915. Transmis par les escadrilles aux sections de photographie aérienne, les tirages devaient ensuite être envoyés en nombre aux organes d’exploitation du renseignement (2e bureau des états-majors, services de renseignement de l’aéronautique, groupes de canevas de tir aux armées, sections topographiques). Le travail d’interprétation se fait aux différentes étapes de ce circuit : il consiste à relever les moindres détails de la photographie aérienne, pour les expliquer et en donner une traduction graphique sur l’image elle-même, sur un croquis ou sur un plan. Il appartient ainsi à la section de photographie aérienne de faire une première interprétation technique, à laquelle le 2e bureau viendra ajouter une dimension tactique : ces informations seront ensuite utilisées par les services de renseignement de l’artillerie ou par les sections topographiques pour la mise à jour de leurs outils cartographiques.

3Durant l’entre-deux-guerres, puis pendant la Seconde Guerre mondiale, le relais en matière d’interprétation est pris par les 2es bureaux des états-majors en charge du renseignement, auprès du chef d’état-major de l’armée de l’Air ou des commandants des régions aériennes. Ce n’est qu’au lendemain de la guerre, le 24 juillet 1945, qu’est créé par note du 2e bureau le Centre d’interprétation photographique de l’armée de l’Air (CIPAA), une nouvelle unité destinée à être à la fois centre d’instruction, d’exploitation et de conservation des photographies aériennes de l’armée de l’Air. Sa création répond à la nécessité d’une centralisation des moyens de l’interprétation photographique et d’une meilleure formation de son personnel. Parmi ses missions figurent :

  1. l’interprétation des images aériennes, qu’elles soient photographies ou, plus récemment, images radar, satellites ou infrarouges, suivant les directives du 2e bureau de l’EMAA ;

  2. l’exploitation du renseignement, aboutissant à la réalisation de catalogues des « sites air », édités par le 2e bureau, ou à la rédaction de rapports d’interprétation destinés à la préparation d’actions extérieures.

4Devenu en septembre 1987, sans changer de statut ni de fonction, Centre d’exploitation et d’interprétation des images de l’armée de l’Air, ce service disparaît le 31 mars 1994 et ses archives, constituées de dossiers d’objectifs et du résultat des missions effectuées par l’armée de l’Air, sont versées au Service historique qui en assure aujourd’hui la conservation et la communication.

5Le dossier d’objectif est un des produits de ce travail d’interprétation. Établi en préparation d’une opération aérienne ou pour en apprécier les résultats, il privilégie les sites d’intérêt stratégique : terrains d'aviation, sites militaires, sites radars, dépôts (carburant, munitions, matériels, etc.), casernements, transmissions et installations portuaires ou industrielles. Tout en présentant un éventail assez semblable de pièces, son contenu et sa forme varient selon l’époque, selon le type du dossier ou selon l’organisme qui les a produits : on peut y trouver des photographies aériennes (verticales ou obliques) ou prises au sol, renseignées (précision de l’objectif) ou pas, des cartes diverses (aéronautiques pour l’essentiel), des rapports d’interprétation manuscrits ou typographiés, des bulletins de renseignement, ainsi que des documents non expressément établis en vue de la constitution du dossier mais qui lui ont été annexés.

Les dossiers d’objectifs conservés par le SHD

6Le fonds des archives de l’armée de l’Air conserve plusieurs séries de dossiers d’objectifs, depuis l’entre-deux-guerres jusqu’à l’opération de Suez, décrivant des sites de France métropolitaine ou d’outre-mer, des anciennes colonies françaises ou de pays voisins.

7Une première série homogène est ainsi constituée par les dossiers d’objectifs appartenant au fonds du 2e bureau de l’état-major de l’armée de l’Air, établis à la veille de la Deuxième Guerre mondiale. Destinés à une large diffusion et pour ce multigraphiés, ces dossiers faits de cartes, de plans et de fiches descriptives, parfois de photographies, s’attachent aux sites d’intérêt militaire de l’Allemagne, de l’Italie et de la Lybie, ainsi que de l’Espagne et du Maroc espagnol. Infrastructures militaires, au premier rang desquelles les terrains d’aviation, industries touchant de près ou de loin l’armement, sources d’énergie et voies de communication sont précisément repérées, dressant ainsi un panorama économique des pays considérés.

  • 1  Formant la sous-série 75 E du cadre de classement du fonds de l’armée de l’Air, elle a fait l’obje (...)

8Ce sont toutefois les archives du CIPAA 1 qui sont les plus riches, réunissant plus d’une dizaine de mètres linéaires de dossiers d’objectifs. D’origine française, allemande ou alliée, ces documents ont été établis après 1945, mais aussi durant l’entre-deux-guerres ou durant le conflit, preuve de l’effet rétroactif de la mission de collecte dévolue au CIPAA en 1945. Des dossiers d’origine alliée, après avoir été transmis aux services de renseignement des autorités françaises d’Alger, ont ainsi été versés après-guerre au CIPAA. Quant aux dossiers d’objectif allemands, on ne connaît pas les raisons de leur présence dans le fonds. Prise de guerre ? Transmission après guerre ? Quoi qu’il en soit, par ce jeu de regards croisés, français, allemands ou alliés, c’est toute l’Europe qui est couverte, à différents moments de la Seconde Guerre mondiale, avant ou après bombardement. Par les dossiers d’origine allemande, le regard se porte à l’est et au sud de l’Europe (Pologne, Tchécoslovaquie, Bulgarie, Hongrie, Roumanie, Yougoslavie), pour aller jusqu’à l’URSS, mais aussi sur la France et la Grande-Bretagne. Les zones de combat, au premier rang desquelles la France et l’Allemagne, ont ainsi successivement été passées au crible par les yeux adverses puis par ceux des alliés.

9Par la suite, les dossiers d’objectifs produits par le Centre d’exploitation photographique dépendant du commandement de l’armée de l’Air en Extrême-Orient sont venus enrichir ce fonds, avec ceux issus tout naturellement du 2e bureau des états-majors. Ce fonds des dossiers français d'objectifs en Indochine comporte deux grands ensembles. Le premier est constitué de véritables dossiers d’objectif, qui concernent uniquement les terrains d’aviation et leurs environs mais couvrent toute l’Indochine française, soient les colonies et protectorats de Cochinchine, d’Annam, du Tonkin, du Laos et du Cambodge. Le second ensemble est composé de fiches d’objectif, de présentation plus sommaire et couvrant le nord, le centre et le sud du Viêt-nam seulement. Les sites concernés sont quelques terrains d’aviation, installations portuaires et militaires, mais surtout des voies de communication et des installations hydrauliques (écluses, barrages, etc.), qui forment la grande majorité des fiches.

10À ces séries viennent s’ajouter les missions françaises de reconnaissance en Chine du Sud, datées de 1951 à 1953 et se présentant sous la forme d'un dossier qui comprend clichés aériens, rapports d'interprétation, éventuellement un montage stéréoscopique ou mosaïque et d'autres documents plus informels : elles sont à mettre en relation avec d’autres dossiers conservés quant à eux dans les archives du commandement de l’Air en Indochine, établis pendant la Seconde Guerre mondiale et détaillant les installations militaires à la frontière entre la Chine et l’Indochine. Après ces incursions en Chine, c’est la crise de Suez qui attire le regard hors des territoires français métropolitains ou outre-mer, vers l’Égypte. Une dizaine de missions de reconnaissance conduites entre 1948 et 1955 sur le delta du Nil et le canal de Suez ont ainsi fourni matière à interprétation et nourri des dossiers qui détaillent en priorité les aérodromes militaires égyptiens et la ville du Caire.

11Ainsi, permettant d’abord le suivi des opérations militaires et des bombardements pendant la Seconde Guerre mondiale et le conflit indochinois, les dossiers d’objectifs sont également riches d’informations sur les paysages urbains, le tissu industriel et les réseaux de communication des zones considérées. D’accès aisé grâce aux instruments de recherche existants, ils sont une première approche des richesses du fonds de plusieurs millions de photographies aériennes également conservé par le Service historique de la Défense et dont l’état de conservation et le mode de consultation limitent encore la diffusion.

Haut de page

Notes

1  Formant la sous-série 75 E du cadre de classement du fonds de l’armée de l’Air, elle a fait l’objet d’un répertoire numérique détaillé, disponible en salle de lecture du Service historique de la Défense, bientôt mis en ligne sur le site internet du SHD. L’état des sources complémentaires dressé dans cet instrument de recherche recense l’ensemble des dossiers d’objectifs et des photographies aériennes conservées dans les autres séries du fonds de l’armée de l’Air.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Chablat-Beylot, « De la photographie aérienne au dossier d’objectif », Revue historique des armées, 261 | 2010, 72-78.

Référence électronique

Agnès Chablat-Beylot, « De la photographie aérienne au dossier d’objectif », Revue historique des armées [En ligne], 261 | 2010, mis en ligne le 09 novembre 2010, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7110

Haut de page

Auteur

Agnès Chablat-Beylot

Conservateur en chef du patrimoine, chef du département de l’armée de l’Air du Service historique de la Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org