Navigation – Plan du site
In memoriam

Amiral Albert Joire-Noulens

(8 avril 1915-3 juillet 2010)
Patrick Boureille
p. 90

Texte intégral

1Entré à l’École navale en 1935, Albert Joire-Noulens est promu enseigne de vaisseau de 1re classe le 1er octobre 1939. Affecté aux sous-marins de 1939 à 1949, il sert sur le sous-marin Arethuse (1939-1942), puis sur La Créole (1943-1947) en qualité de second avant de prendre le commandement de l’Archimède (1947-1949). Chef de cabinet de l’amiral chef de la délégation française au comité militaire permanent du groupe régional OTAN (1950-1951), il est stagiaire de l’École supérieure de guerre navale (ESGN). Nommé à la sortie du cours chef d’état-major des forces fluviales d’Indochine méridionale, il commande le destroyer Kabyle en 1955-1956. Il rejoint le bureau des études générales de l’état-major général des armées (1956-1959), où il est chargé des affaires nucléaires auprès du général Ély. Il fait l’expérience à ce poste de la méconnaissance des questions atomiques dans la haute hiérarchie militaire française.

2En tant que capitaine de frégate, il est affecté au bureau opérations de l’amiral commandant en chef les forces françaises en Méditerranée. À la tête de la 1re escadrille de sous-marins (1960-1961) puis de la 1re division des escorteurs rapides, il est nommé professeur à l’ESGN en 1962-1963 avant de rejoindre le bureau des études générales de l’état-major de la marine (1963-1965). Commandant l’École navale (1965-1967) et l’École d’application militaire de l’énergie atomique (1967-1969), il est promu contre-amiral et exerce les fonctions de président du groupe opérationnel du comité directeur du projet « Cœlacanthe » (outil naval de dissuasion) et, à ce titre, adjoint au SCEM matériel. Commandant les forces sous-marines le 1er février 1971 au moment où elles affrontent les conséquences de la disparition de la Minerve et de l’Eurydice, il reçoit le commandement de la Force océanique stratégique à sa création, le 1er mars 1972. Il accomplit là une œuvre considérable, toute d’organisation, sans perdre de vue les multiples contraintes techniques, humaines et financières. La programmation des premiers SNLE et la conception des systèmes d’armes associés tout d’abord, la construction des grandes infrastructures ensuite, dont l’Île longue est un des principaux éléments, la sélection et la formation des personnels enfin sont autant de chantiers qui ont alors significativement progressé.

3Promu vice-amiral le 1er août 1972, prenant rang et appellation de vice-amiral d’escadre le 1er février 1974, il est nommé chef d’état-major de la marine en Conseil des ministres du 3 juillet 1974 et sera maintenu en fonctions au-delà de l’âge légal. Son souci premier fut toujours la disponibilité de l’outil naval, et en conséquence il démontre au pouvoir politique à de multiples reprises (Liban, Tunisie, Comores) que « la marine donne lorsqu’il y a urgence » (sic).

4Placé dans la seconde section du cadre des officiers généraux de la marine le 1er août 1976, il est nommé conseiller d’État en service extraordinaire jusqu’au 7 octobre 1980. Grand officier de la Légion d’honneur, grand croix de l’ordre national du Mérite, il était croix de guerre 1939-1945, croix de guerre des TOE et commandeur du Mérite maritime.

5L’amiral Albert Joire-Noulens est décédé le 3 juillet 2010. Il avait accordé au Service historique de la marine en 2000-2001, l’opportunité de recueillir ses archives orales. L’auteur de ces quelques lignes tient tout particulièrement à lui rendre ici un très chaleureux hommage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Boureille, « Amiral Albert Joire-Noulens », Revue historique des armées, 262 | 2011, 90.

Référence électronique

Patrick Boureille, « Amiral Albert Joire-Noulens », Revue historique des armées [En ligne], 262 | 2011, mis en ligne le 09 février 2011, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rha.revues.org/7165

Haut de page

Auteur

Patrick Boureille

Chargé de recherches à la division études, enseignement, recherche du Service historique de la Défense.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org