Navigation – Plan du site
Les fonds du Service historique de la Défense

Les fonds privés Pierre Messmer

Pascal Gallien
p. 116-119

Notes de l’auteur

Selon la loi du 15 juillet 2008 sur les archives, les fonds Pierre Messmer (cote : GR, 1 K 744 et DE, 2007 PA 129) et son témoignage oral (cote : GR, 3 K 17) ne sont actuellement consultables que sur obtention d’une autorisation de consultation par dérogation.

Texte intégral

1Né en 1916, Pierre Messmer est successivement diplômé de l’École nationale de la France d’outre-mer et de l’École des langues orientales. Il obtient son doctorat de droit en 1939. Mobilisé peu de temps après, il rejoint le 12e régiment de tirailleurs sénégalais en qualité de sous-lieutenant. Avec son unité, il participe aux combats dans les Ardennes et sur la Meuse. Il gagne ensuite Marseille et s’empare avec d’autres hommes refusant de cesser le combat du Capo Olmo, un bateau italien qu’ils détournent sur Gibraltar puis l’Angleterre pour entrer dans les Forces françaises libres. La cargaison du navire est vendue en Angleterre ; l’argent ainsi récupéré finance le personnel civil et militaire de la France libre pendant 3 mois. Officier dans la 13e demi-brigade de Légion étrangère, Messmer participe aux combats en Érythrée, en Syrie, à la bataille de Bir Hakeim et à la campagne de Tunisie. Il intègre ensuite l’état-major du général Koenig, commandant en chef des Forces françaises de l’intérieur, puis débarque en Normandie au cours de l’été 1944.

2Il combat ensuite en Indochine. Prisonnier du Viêt-minh, il s’évade après deux mois de captivité. Démobilisé à Hanoï, Pierre Messmer est rendu à la vie civile et débute alors une carrière d’administrateur de la France d’outre-mer. De 1946 à 1959, il occupe des postes en Indochine et surtout en Afrique noire, épisodiquement au ministère. Appelé en février 1960 par le général de Gaulle au ministère des Armées, il ne le quitte qu’en 1969. Pierre Messmer dirige plus d’un million de Français sous l’uniforme, engagés dans un conflit usant les âmes autant que les corps. Cette guerre n’est pas non plus exempte de considérations politiques et idéologiques en faveur de l’Algérie française. Ces considérations sont à l’origine du putsch des généraux du 21 au 26 avril 1961. Les putschistes – avec à leur tête les généraux Challe, Salan, Jouhaud et Zeller – se heurtent à la résistance passive des soldats du contingent et à l’hésitation de la plupart des officiers. S’ils ne participent pas au putsch par légitimité, nombre d’entre eux partagent néanmoins l’opinion des quatre généraux ; les fiches de renseignements établies pour le compte du cabinet du ministre des Armées par la Sécurité militaire et la Sûreté nationale conservées dans le fonds Pierre Messmer en attestent.

3Très rapidement condamné à l’échec, le putsch n’en provoque pas moins une grande effervescence dans les états-majors et parmi les services de renseignement. Ainsi, la Sécurité militaire ouvre en urgence une enquête dès qu’un appelé manque dans sa caserne et multiplie les notes permettant de suivre heure par heure le putsch. Ces premières heures sont également marquées par de nombreuses interpellations et perquisitions chez des civils et surtout chez des militaires qui faisaient l’objet, en raison de leur activité au sein de groupes et de mouvements activistes clandestins ou encore de leurs opinions politiques, d’un suivi régulier bien avant avril 1961. Les documents émis par les organismes cités précédemment et le Service de sécurité de la défense nationale et des armées contenus dans son fonds privé montrent que le ministre, s’il ne savait pas quand il aurait lieu, était informé de longue date de la préparation d’un putsch.

4Ce fonds aborde également l’après-putsch sous deux approches différentes : les conséquences internes au sein de l’armée et l’action de l’OAS. Partageant les idées des putschistes ou ayant participé au putsch, des officiers démissionnent, entrent en clandestinité ou sont radiés. Les listes d’inculpés, les dossiers d’enquêtes, les fiches de perquisitions et d’interrogatoires le prouvent. À ce propos, il faut relever la richesse des retranscriptions des interrogatoires d’officiers et d’officiers généraux, facilitant la compréhension des motivations de chacun ainsi que le déroulement des journées d’avril 1961. Le contexte événementiel accentue la crise morale que vit l’armée. Une crise que les 5e bureaux et les services d’action psychologique ne parviennent pas à résoudre. Ces bureaux seront supprimés par Messmer ainsi que la Commission interministérielle d’action psychologique et le Service d’action psychologique après le putsch des généraux. Ces décisions sont très longuement expliquées par l’intéressé dans le témoignage oral recueilli par le service et conservé sous la cote GR, 3 K 17.

5L’Organisation de l’armée secrète (OAS) prend son élan au lendemain de l’échec du putsch, sous la direction des généraux Salan et Jouhaud, et est encadrée par des officiers passés à la clandestinité et des militants politiques. La lutte menée contre l’organisation par le pouvoir peut s’étudier dans les archives à travers des fiches de renseignements, des notes, études et comptes rendus sur son activité et ses membres, y compris la préparation de l’insurrection qu’elle souhaitait déclencher lors de la signature des accords d’Évian. À la conclusion des accords se pose le problème de l’avenir des harkis. Il est reproché à Pierre Messmer de n’avoir pas fait rapatrier en France tous les supplétifs et les Algériens menacés. Deux dossiers relatifs à cette question permettent d’étudier la pensée et l’action du ministre des Armées et du gouvernement sur le sujet, notamment à travers des procès-verbaux de conseils interministériels et des correspondances.

6En matière de politique nucléaire française, le général de Gaulle et Pierre Messmer jouent un rôle de première importance. Avant l’élection de De Gaulle, des études sur les armes nucléaires en France sont menées par le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) sous l’autorité du ministre de la Recherche scientifique. Le président du Conseil Félix Gaillard décide, par ailleurs, que la première explosion nucléaire aura lieu en 1960. La réflexion stratégique ouverte sous la IVe République touche également les états-majors et des centres militaires sous l’égide de généraux, parmi lesquels Beaufre et Gallois, qui ont laissés au SHD de volumineux fonds cotés GR, 1 K 225 et AI 30Z.

7Ce programme n’est pas mis en avant par le gouvernement. L’arrivée du général de Gaulle au pouvoir change tout : il soutient publiquement la création par son ministre des Armées du Centre de prospective et d’évaluation (CPE), sans crainte des réactions de l’opinion publique et des gouvernements étrangers. Le CPE étudie une stratégie de dissuasion qui n’est pas sans rappeler la stratégie de « représailles massives » élaborée à l’OTAN au milieu des années 1950. Cependant, la motivation principale de Pierre Messmer et plus encore du président de la République se trouve ailleurs : il s’agit de s’assurer une place parmi les grandes puissances. La doctrine nucléaire française a été codifiée dans les années 1960 par le général de Gaulle et son ministre des Armées. Ajustée depuis en fonction des impératifs de l’époque et du nouveau contexte géopolitique international, le grand tournant nucléaire pris par l’armée française sous l’impulsion des deux hommes n’a jamais été remis en cause.

8Après la guerre d’Algérie, Pierre Messmer assure également la réforme de l’armée française en ajustant son organisation, ses effectifs et ses moyens aux nouvelles exigences du contexte international. Ces aspects de son action en qualité de ministre des Armées constituent des thèmes majeurs de l’entretien qu’il a accordé au SHD.

9Premier ministre en 1972, Pierre Messmer dirige trois gouvernements entre le 5 juillet 1972 et le 27 mai 1974, engageant la France dans une politique électronucléaire civile ambitieuse pour assurer son indépendance énergétique. Pierre Messmer a également été ministre d’État chargé des départements et territoires d’outre-mer en 1971-1972, député de 1968 à 1988, maire de Sarrebourg de 1971 à 1989, président du Conseil régional de Lorraine en 1978-1979, puis député européen de 1979 à 1984.

10Retiré du monde politique, il est élu en 1988 à l’Académie des sciences morales et politiques, dont il est secrétaire perpétuel de 1995 à 1998. Président de l’Institut Charles de Gaulle en 1992, il occupe la même fonction à la Fondation éponyme en 1995. Élu à l’Académie française le 25 mars 1999, il est également chancelier de l’Institut de France du 1er janvier 1999 au 1er janvier 2006. Enfin, il préside la Fondation de la France libre à partir de 2003. Pierre Messmer décède le 29 août 2007. Il a légué au Service historique de la Défense à la fin de sa vie une centaine de documents (cote : DE 2007 PA 129), relatifs à l’Algérie, à la politique nucléaire de défense, à la réorganisation de l’armée, aux plans à long terme, aux budgets militaires, à la politique de défense de la France et aux relations avec l’OTAN, qui complètent son fonds. Particularité de ces archives, elles témoignent des échanges directs entre le ministre des Armées et le président de la République, Charles de Gaulle, qui annotait et commentait le contenu des papiers que Messmer lui transmettait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Gallien, « Les fonds privés Pierre Messmer », Revue historique des armées, 262 | 2011, 116-119.

Référence électronique

Pascal Gallien, « Les fonds privés Pierre Messmer », Revue historique des armées [En ligne], 262 | 2011, mis en ligne le 09 février 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/7168

Haut de page

Auteur

Pascal Gallien

Chargé d’études documentaires au département de l’innovation technologique et des entrées par voies extraordinaires (DITEEX)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org