Navigation – Plan du site
Lectures

Christian Malis, Pierre-Marie Gallois. Géopolitique, histoire, stratégie

L’Âge d’homme, 2009, 758 pages
Patrick Boureille

Texte intégral

1Christian Malis nous procure une véritable somme sur l’un des monuments de la pensée stratégique française de la seconde moitié du XXe siècle. L’auteur nous livre ici le résultat très abouti d’un travail de recherche qui a croisé de multiples sources manuscrites, publiées et orales. Le sujet de son étude lui a non seulement accordé de nombreux entretiens mais aussi un accès illimité à ses archives personnelles. Christian Malis a cependant su garder, face à ce père fondateur de la doctrine nucléaire française, le dernier des quatre généraux de l’Apocalypse, une distance qui lui a permis de critiquer certaines des options retenues par le général. Cela aboutit à un ouvrage passionnant et très solidement argumenté que l’Académie des sciences morales et politiques a très logiquement couronné. Dès les années 1930, Gallois a été perçu comme un « intellectuel » au sein de ses pairs : à ce titre, il en a longtemps éprouvé les rares avantages et les multiples inconvénients. Lucide quant à la menace nazie, il attend cependant que la guerre le rejoigne en Afrique du Nord pour en prendre sa part en tant que navigateur d’un équipage de bombardiers lourds du Bomber Command. La lecture de l’article de l’amiral Castex intitulé « Aperçus sur la bombe atomique » et publié dans la Revue de défense nationale d’octobre 1945 lui fait comprendre l’importance de cette arme nouvelle. Il entame alors un travail de théorisation de la dissuasion nucléaire. Sa carrière décolle aussi à ce moment-là. Enfin, dira-t-on. Il devient, en effet, le chef de cabinet du chef d’état-major général de l’armée de l’Air avant de rejoindre les cabinets ministériels de Jules Moch, Paul Ramadier et René Pleven. À partir de 1953, il participe à la campagne des nucléocrates pour l’arme atomique française, aux côtés de Guillaumat, d’Ailleret, de Poirier. Pour sa part, il insiste sur le pouvoir égalisateur de l’atome et la capacité de dissuasion du faible au fort. Le 2 avril 1956, il s’en entretient avec le général de Gaulle à l’hôtel La Pérouse : c’est le sommet de son action de lobbyiste. Retiré avec le grade de général de brigade aérienne en 1957, Pierre-Marie Gallois entre alors chez Marcel Dassaut auquel il apporte ses multiples compétences pour faire avancer le projet Mirage IV. Il fait parallèlement œuvre de polémiste (avec Raymond Aron), d’écrivain et de stratège, publiant alors 27 livres et d’innombrables articles. Il s’est éteint le 23 août 2010. Nous exprimons cependant deux regrets au moment où nous refermons ce livre. Le premier, formel, est lié au trop grand nombre de scories orthographiques et grammaticales demeurant dans l’ouvrage. Le second, plus fondamental, est lié à notre incompréhension face au refus de traiter la partie ultime de la vie de ce géant. S’arrêter en 1994 revient à faire l’économie des choix politiques de Pierre-Mare Gallois après la guerre froide : le souverainisme dans le débat européen (aux côtés de Jean-Pierre Chevènement, puis en fondant le Mouvement démocrate français) ou une lecture moins œcuménique et moins politiquement correcte des conflits balkaniques de la fin des années 1990… Le temps de la doctrine à l’état pur était-il révolu ? Certes la fugitive croyance en d’iréniques « dividendes de la paix » et la publication d’un nouveau Livre blanc sur les questions de défense entre 1991 et 1994 pouvaient le faire croire. Il n’empêche : ces choix ultimes participent aussi de la vérité d’un homme. « Les derniers mètres se font seul. On ne peut juger un homme qu’à la fin. » Nous conclurons à dessein sur cette citation de l’ancien président François Mitterrand.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Boureille, « Christian Malis, Pierre-Marie Gallois. Géopolitique, histoire, stratégie », Revue historique des armées [En ligne], 262 | 2011, mis en ligne le 09 février 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7181

Haut de page

Auteur

Patrick Boureille

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org