Navigation – Plan du site
Lectures

Maurice Vaïsse, La puissance ou l’influence ? La France dans le monde depuis 1958

Fayard, 2009, 649 pages
Alain Marzona

Texte intégral

1Auteur de nombreux ouvrages sur la politique étrangère de la France, Maurice Vaïsse est considéré comme l’un des meilleurs spécialistes de la diplomatie française. À travers cet ouvrage, il s’intéresse à la place de la France dans le monde depuis l’avènement de la Ve République et l’arrivée au pouvoir du général de Gaulle. Cet événement voit se mettre en place une politique étrangère « élyséenne » où le chef de l’État et ses proches conseillers orientent l’action extérieure de la France au détriment du Quai d’Orsay, dont l’influence décline. Maurice Vaïsse dresse un panorama exhaustif et complet de la politique étrangère française en s’intéressant notamment à son fonctionnement – ainsi les principales directions du Quai d’Orsay sont particulièrement bien décrites – et à ses arcanes de décision en mettant en évidence les rôles des conseillers diplomatiques du président de la République et du secrétaire général de l’Élysée. Pour mener une politique ambitieuse et influente, la France dispose du deuxième réseau diplomatique derrière celui des États-Unis. Le rôle des ambassades dans la conduite de l’action extérieure fait l’objet de développements instructifs, car il demeure primordial malgré de nombreuses transformations. Dans sa démonstration, l’auteur adopte un plan original. En effet, trois parties sont dédiées à des thèmes généraux tandis que six chapitres concernent six aires géographiques. Malgré quelques accommodements et changements, la politique extérieure de la France a connu une certaine continuité et ses principales orientations bénéficient d’un consensus au sein du personnel politique voire de l’opinion publique. Ainsi, la construction européenne apparaît comme le champ d’action privilégié de la France, lui permettant de jouer un rôle non négligeable pendant la guerre froide et de moderniser son économie. Cette politique est poussée à son paroxysme avec l’adoption de la monnaie unique, l’euro, en 2002 et l’élargissement aux anciens pays du bloc communiste dans les années 2000. La position quelque peu indépendante de la France vis-à-vis des États-Unis que Maurice Vaïsse qualifie par l’expression « ami, allié, non aligné » lui permet de faire entendre sa voix au sein du camp occidental, sans remettre en cause véritablement les grandes lignes de la politique étrangère américaine. De plus, la France a manifesté à de nombreuses reprises sa solidarité à l’égard des Américains comme lors de la crise des missiles à Cuba en 1962 ou après les attentats terroristes du 11 septembre 2001. Une des constantes principales de la diplomatie française est le maintien de relations étroites avec ses anciennes colonies, notamment noires-africaines, par l’intermédiaire des accords de défense ou par le biais de la francophonie. Les relations franco-africaines sont également marquées par l’importance des liens personnels et de certains réseaux d’influence gravitant autour du pouvoir. L’auteur consacre également de nombreux développements au Proche et au Moyen-Orient et à la politique arabe de la France. Cette zone qui apparaît comme l’une des plus turbulentes de la planète est en proie à de multiples influences, en raison notamment de ses richesses pétrolières et énergétiques. Elle a également connu des évolutions notables comme la montée de l’intégrisme islamique, symbolisée par la création de la république islamique d’Iran en 1979, ou l’enlisement du conflit israélo-palestinien. La politique étrangère française s’exprime également par sa « diplomatie culturelle », qui parvient à maintenir l’influence du pays dans de nombreuses régions, malgré les difficultés financières et la multiplication des acteurs (Quai d’Orsay et ministère de la Culture) qui rend parfois peu lisible l’action de la France. L’influence de la France est maintenue par l’acquisition de l’arme atomique en 1960 et par sa participation à de multiples missions de maintien de la paix, notamment depuis les années 1990. Après la dislocation du monde communiste entre 1989 et 1991, la France entend faire jouer à l’Organisation des Nations unies (ONU) un rôle primordial sur la scène mondiale en contrepoids de ce que le ministère des Affaires étrangères, Hubert Védrine, a qualifié d’« hyperpuissance » américaine. La France fait partie des cinq puissances membres du Conseil de sécurité de l’ONU, possédant par là même un droit de veto. Pour les dirigeants français, la tribune de l’ONU apparaît comme une caisse de résonnance pour faire entendre des idées qu’elle juge parfois anticonformistes en s’appuyant en particulier sur les pays en voie en développement. En conclusion, cet ouvrage semble indispensable à qui s’intéresse à la politique étrangère de la France. S’appuyant sur une bibliographie très complète, l’auteur dans un style clair, décrit les arcanes de la diplomatie française et montre les défis auxquels elle est actuellement confrontée, en premier lieu la mondialisation économique, les problèmes environnementaux et la résurgence du terrorisme international.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Marzona, « Maurice Vaïsse, La puissance ou l’influence ? La France dans le monde depuis 1958 », Revue historique des armées [En ligne], 262 | 2011, mis en ligne le 09 février 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rha.revues.org/7186

Haut de page

Auteur

Alain Marzona

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org