Navigation – Plan du site
Dossier

Éditorial

Frédéric Guelton

Texte intégral

1La Revue historique des armées s’intéresse aujourd’hui à l’histoire moderne à travers un dossier consacré à « Louis XIV, roi de guerre », dossier qui aurait tout aussi bien pu être appelé « Louis XIV, roi de paix » comme le montre avec malice, rigueur et conviction Jean-Pierre Bois et qui impose de nuancer l’assertion initiale. Les sept articles livrés ici en montrent en fait l’inanité et prouvent, si besoin était, à quel point les périodes plus anciennes, ici la période moderne, peuvent être source d’apprentissage, de connaissance et surtout de réflexion sur et pour « les contemporains ».

2Jean-Pierre Bois, qui œuvre depuis de nombreuses années au sein du comité de rédaction de la revue, nous propose une lecture à plusieurs niveaux de l’action de celui qu’il qualifie de « roi de paix ». Retenons en deux. La première renvoie aux conditions dans lesquelles l’histoire du Grand roi fut, hier, écrite, enseignée et transmise, « en oubliant qu’au fond, son intention était de faire la paix et qu’à défaut d’en être le but, elle en a été le résultat ». La seconde, qui devrait être source d’inspiration quotidienne pour nombre de décideurs alors qu’elle est si souvent ignorée, a trait aux conditions d’élaboration de la paix. Comme le rappelle Jean-Pierre Bois, « le troisième pilier de la paix, dont la pratique est beaucoup plus ancienne, est le principe de l’oubli, le plus remarquable outil de paix entre les rois ».  Les articles d’Emmanuel Pénicaut et de Bertrand Fonck, respectivement consacrés au fonctionnement du département de la Guerre et au commandement des armées, nous montrent, outre la richesse des informations qu’ils renferment, tout l’intérêt qu’il y a à parcourir et à étudier les terres considérées à tort comme trop arides de l’histoire administrative. Lucien Bély montre la modernité de « l’espionnage au temps de Louis XIV » dans son association étroite avec la notion de secret c’est-à-dire de « secret d’État ». « La modernisation de la guerre » écrit-il, « transforme aussi la nature du renseignement ». Partant de cette affirmation, il nous décrit un « système de renseignement » royal dont les composantes sont parfois présentées, de façon erronée, comme le résultat de la révolution industrielle et de la bureaucratisation induite de l’État et de son fonctionnement. N’y découvre-t-on pas, en fait, la mise en pratique de l’actuel « cycle du renseignement », depuis « l’information [qui] doit être collectée à l’échelle du monde », jusqu’à la « synthèse » réalisée par le secrétaire d’État de la Guerre au profit du roi, en passant par la « centralisation des informations » dans l’entourage du Conseil d’en-haut.

3Olivier Chaline restitue, quant à lui, au temps toute la place qu’il doit occuper dans la réflexion historique à travers son étude sur la marine de Louis XIV. Il nous montre, entre autres, en trois moments, « première marine », « zénith » et « irrémédiable déclin » à quel point l’histoire des techniques, ici la construction navale, et l’histoire de la « formation des hommes », ici les équipages, sont indissociables de toute réflexion sur les forces navales et leur emploi. Il nous explique aussi pourquoi il faut « relativiser beaucoup d’affirmations péremptoires » sur les comparaisons souvent rapides entre la Royale et la Navy. Il termine enfin son article par une nouvelle réflexion sur le temps, « des conflits à l’échelle du monde ne se réglaient pas d’un coup » et sur la notion, très actuelle, d’adéquation entre force militaire et puissance de l’État.

4Jean-Philippe Cénat s’intéresse à un homme, Jules-Louis Bolé de Chamlay qui fut, selon lui, « le stratège oublié de Louis XIV ». Nous y découvrons les conditions, intemporelles, dans lesquelles cet homme « promis à un destin médiocre dans l’armée » réussit à s’imposer et à faire carrière grâce à « sa grande compétence », « son sens aiguisé de la diplomatie et des relations au sein de l’armée » et à ses qualités de « parfait courtisan qui n’hésitait pas à flatter subtilement (…), si cela était favorable à son avancement ».

5Yves-Marie Rocher étudie enfin dans un article original, le rôle joué par le royaume de France dans la guerre d’Indépendance hongroise de 1701 à 1711. Il synthétise l’ensemble des recherches, principalement hongroises mais aussi françaises, et les croise avec les sources  « encore peu connues du SHD ». Il montre comment le roi tisse progressivement à partir de 1643, une alliance de revers nouvelle avec le « prince de Transylvanie Georges Ier Rákóczi » sans jamais oublier que toute guerre est toujours justifiée et limitée par la défense des seuls intérêts du royaume.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Guelton, « Éditorial », Revue historique des armées [En ligne], 263 | 2011, mis en ligne le 06 mai 2011, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7198

Haut de page

Auteur

Frédéric Guelton

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org