Navigation – Plan du site
Dossier

La marine de Louis XIV fut-elle adaptée à ses objectifs ?

Olivier Chaline
p. 40-52

Résumés

La marine de Louis XIV fut-elle adaptée à ses objectifs ? Répondre à la question suppose de sonder le décalage entre ce qu’elle a fait et ce qu’on lui avait demandé de faire. Un tel travail, encore largement à effectuer, ne peut être envisagé qu’en tenant compte d’une part de la longueur du règne et de l’évolution des objectifs politiques et des alliances, d’autre part de la situation réelle des marines anglaise et hollandaise. On peut d’ores et déjà avancer que l’efficacité navale française maximale a été atteinte moins dans les grandes batailles que dans la lutte multiforme visant à ruiner le commerce de l’ennemi, perturber ses communications, user ses finances et disloquer ses coalitions. C’est pourquoi, en dépit de l’isolement de la France et de l’ampleur de ses tâches, les deux longues guerres de la seconde partie du règne s’achevèrent par des paix de compromis.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Louis XIV, marine, stratégie
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Elle l’est par Daniel Dessert, La Royale. Vaisseaux et marins du Roi-Soleil, Paris, Fayard, 1996, (...)
  • 2 Bruijn (J. R.), The Dutch Navy of the Seventeenth and Eighteenth Centuries, Columbia University Pre (...)
  • 3  Critique de cette vision dans : Chaline (Olivier), Le Règne de Louis XIV, Paris, Flammarion, 2005, (...)
  • 4  Première approche dans : Taillemite (Étienne), « Une marine pour quoi faire ? La stratégie navale (...)

1La question a été posée, plutôt assortie d’une réponse négative 1. L’instrument naval dont disposait Louis XIV ne peut être envisagé que comparé aux autres, alliés ou ennemis, qui furent, eux aussi, confrontés à des difficultés ou des blocages, pour une part semblables 2. Se demander, au vu de ses réalisations, si la marine de Louis XIV fut bien adaptée aux objectifs politiques du roi et aux missions qu’elle avait à remplir oblige à sonder la différence entre ce qu’elle a fait et ce qu’on lui avait demandé de faire. Ce travail reste largement à effectuer. Il impose de reprendre les instructions données aux amiraux et commandants aussi bien que de tenir davantage compte des données proprement maritimes et militaires. On ne risque pas de le mener à bien si on ne voit dans le roi qu’un mégalomane de médiocre intelligence et dans l’État d’après 1661 que la forme achevée de l’« absolutisme » monarchique imposée à une société servile ou complaisante 3. L’adéquation de la marine aux objectifs royaux successifs ne peut être examinée qu’en tenant compte des chronologies propres à la première et aux seconds, ce qui exclut toute réponse applicable à l’ensemble d’un règne de 72 années (54 si on ne considère que l’après 1661) 4.

  • 5  Voir : Acerra (Martine), Rochefort et la construction navale française 1661-1815, Paris, Librairie (...)
  • 6  Napoléon dans toute sa gloire fut incapable d’y parvenir.

2La périodisation ne pose guère de problèmes, une fois disparues la pseudo-césure de 1692, et la soi-disant substitution de la guerre de course à celle d’escadre après La Hougue 5. Il y a bien eu une « première marine » de Louis XIV, celle des années 1661-1678, construite de manière volontariste par Colbert, ses collaborateurs, parents et clients. Après la guerre de Hollande, l’instrument naval en plein renouvellement atteint un niveau sans précédent. Le roi dispose au début des années 1690 à la fois de la première marine et de la plus forte armée, moment exceptionnel dans l’histoire de France 6. La prééminence maritime dure jusqu’au milieu de cette décennie, lorsqu’il faut choisir entre la terre et la mer. À partir de 1696, commence un long déclin qui se précipite après 1707 pour conduire à l’étiage de 1720.

  • 7  Précisons, d’une part, que la notion de « stratégie » telle que nous l’utilisons aujourd’hui est e (...)

3Pour chacune de ces trois périodes, il faut reprendre le rapport entre la marine telle qu’elle a été construite et entretenue, les objectifs politiques et les missions assignées, les résultats obtenus 7. On pourra dès lors répondre à ces deux questions majeures : à quoi servait la marine ? Était-elle bien celle qu’il fallait ?

La « première marine » de Louis XIV, 1661-1678

La quantité d’abord, 1661-1671

  • 8  Voir le premier ouvrage à effectuer une véritable comparaison franco-anglaise : Acerra (Martine) e (...)
  • 9  L’Angleterre républicaine passe de 39 bâtiments en 1649 à 156 en 1660. Rodger (N.), op.cit., p. 21 (...)

4La construction d’une véritable marine de guerre française fut remarquable, tant par son ampleur que par sa rapidité 8. D’un noyau initial de 31 unités (dont tout de même 11 lancées depuis 1658, ce qui fait apparaître la marque de Fouquet), on passe à 123 en 1671. Une telle montée en puissance n’est pourtant pas unique en son genre 9. En France comme dans l’Angleterre de Cromwell, l’objectif est clair : s’assurer la maîtrise des mers par la supériorité numérique.

  • 10  Daeffler (Michel), « L’architecture des vaisseaux de guerre de la première marine de Louis XIV », (...)
  • 11  Bardakçi (Özkan) et Pugnière (François), La dernière croisade. Les Français et la guerre de Candie (...)

5Pourtant, si l’ambition est considérable, la place assignée à la marine dans les objectifs monarchiques de cette décennie reste bien modeste. Le roi a surtout en tête la Succession d’Espagne et les droits de son épouse sur l’immense héritage de Philippe IV. Mais, en 1667-1668, la querelle est principalement terrestre, même s’il est possible de menacer les liaisons entre la péninsule Ibérique et l’Italie. Hormis l’envoi de quelques unités vers le Canada ou ce qui devient les Antilles françaises, la marine reste durablement méditerranéenne, par son personnel, son savoir faire, une partie de ses bâtiments et son principal champ d’action 10. C’est à partir de Toulon qu’elle doit assurer des tâches de police contre la piraterie barbaresque, notamment à partir de 1662. Le point de départ est le même en 1669 pour l’expédition de soutien, sous pavillon pontifical, aux Vénitiens assiégés par les Ottomans (en principe alliés du Roi Très-Chrétien) dans la place de Candie en Crête. Les résultats obtenus en Méditerranée pendant cette décennie d’active construction sont franchement décevants, aussi bien l’expédition de Djidjelli, en 1664 que le secours de Candie en 1669 11. Ces mécomptes peuvent être comparés à ceux rencontrés par l’Angleterre de la Restauration, maîtresse de Tanger de 1661 à 1682, dans sa lutte contre les Algérois.

  • 12 Jones (J. R.), The Anglo-Dutch Wars of the Seventeenth Century, Londres, Longman, 1996, p.166-173; (...)

6La toute jeune marine louis quatorzienne s’est aussi trouvée engagée dans des opérations autrement plus redoutables, celles de la deuxième guerre anglo-hollandaise (1665-1667) dans laquelle le roi de France est, sans enthousiasme, l’allié des Provinces-Unies contre son cousin Charles II Stuart, restauré cinq ans plus tôt. Cet épisode n’est pas mineur 12. La guerre survient beaucoup trop tôt pour une marine pas du tout prête à se mesurer à la Navy. Une défaite tournerait vite à l’humiliation et au désastre. Or les difficultés sont considérables : c’est de Toulon que part la flotte française destinée à rejoindre les Hollandais mais avec le risque de rencontrer d’abord les Anglais. Aux questions de délais s’ajoutent la méconnaissance de la Manche et plus encore de la mer du Nord, l’absence de tout port capable de recevoir une force significative comptant de grosses unités…

7La marine connaît alors un essor accéléré, sous l’impulsion de Colbert qui ne devient secrétaire d’État qu’en 1669. On construit d’abord des unités modestes (au mieux de 3e rang), puis à partir de 1664 on devient plus ambitieux (2e rang), enfin en 1668-1669 on en vient à des vaisseaux de premier rang. L’effort est très vite considérable, 106 vaisseaux et frégates étant construits entre 1661 et 1671, soit 10,5 unités par an, avec un pic en 1667-1671. La marine dépasse la Navy en 1670. En dix ans, le nombre d’unités quadruple (de 30 à 123), d’où une marine très jeune. Ses arsenaux (essentiellement Toulon et Brest puisque les travaux de Rochefort ne commencent vraiment qu’en 1666), encore mal équipés, ne peuvent suffire, si bien qu’il faut aussi passer commande en Hollande. Les dépenses annuelles quadruplent aussi (12 millions de livres en 1671). Cette progression à pas de géants s’accompagne de la formation, non moins volontariste, d’un personnel naval : constitution d’un corps d’officiers des vaisseaux du roi, mêlant marins roturiers expérimentés et jeunes gentilshommes, ce qui n’est guère différent de l’Angleterre de la Restauration. 1670 voit la mise en place du système des classes destiné à doter la marine des équipages nécessaires à ses armements destinés à devenir encore plus imposants.

L’épreuve du feu, 1672-1678

  • 13  Jones (J. R.), op.cit., p. 188-211 ; Ch.-Ed. Levillain, op.cit., p. 173-175, 269-276.

8L’alliance franco-anglaise de 1670 conduit à la guerre de Hollande, prévue en 1671 mais reportée à 1672. Le comte d’Estrées est placé à la tête d’une force de 30 vaisseaux en 1672 puis en 1673 13. Les instructions royales sont de coopérer le plus harmonieusement possible avec l’allié anglais tout en se montrant égal ou supérieur à lui en valeur. Si, à terre, l’invasion par les troupes françaises a été très bien préparée, il n’en va pas de même des opérations navales communes contre les Hollandais. La supériorité numérique doit permettre d’écraser l’ennemi qu’il faut contraindre à livrer bataille. Cela suppose la jonction des forces navales anglaises et françaises. Si les agents de Colbert ont soigneusement préparé mouillages et approvisionnements en Angleterre, rien n’a en revanche été prévu pour l’exploitation du succès à obtenir sur mer. Or, la spectaculaire progression de l’armée de Louis XIV, jusqu’en Hollande, déclenche une vague de panique qui, à son tour, porte Guillaume d’Orange au pouvoir. En revanche, des opérations navales décevantes en 1672 (Solebay) puis en 1673 (Schooneveldt) amènent bien des Anglais à faire porter la responsabilité des échecs sur les Français. Il est vrai que ceux-ci, qui découvrent la guerre d’escadre et le combat en ligne se coordonnent mal avec les Anglais, ont des capitaines trop souvent indisciplinés et ne sont pas familiers de la Manche et de la mer du Nord. Bien que plus expérimentés, les Anglais connaissent aussi les discordes. Pas plus que les Français, ils n’ont les vaisseaux à varangues plates qui leur permettraient de poursuivre l’ennemi jusque dans ses refuges. Autant qu’eux, ils subissent les instructions adressées aux amiraux depuis la Cour. L’effort franco-anglais se perd face à la résistance de Guillaume d’Orange et à l’habileté de l’amiral Ruyter.

  • 14  Gauthier Aubert est en train de renouveler notre connaissance de cette période très délicate.
  • 15  Voir : Villiers (Patrick), Marine royale, corsaires et trafic dans l’Atlantique de Louis XIV à Lou (...)
  • 16  En1677, le Parlement anglais vote la construction de 30vaisseaux ce qui redonne bientôt à la Navy (...)

9Lorsque l’Angleterre se retire de la lutte, en 1674, la marine de Louis XIV se trouve seule face à un adversaire tenace et entreprenant. La situation est critique au Ponant tout à coup exposé aux raids hollandais 14. En dépit de ses effectifs, la marine doit se limiter à assurer la protection de Brest et de Rochefort. La guerre sur mer est ici prise en charge par les corsaires, de Dunkerque notamment. Le recours à la course n’est donc pas une nouveauté du milieu des années 1690 15. Tandis que le péril d’invasion est écarté du royaume par les victoires terrestres, le succès vient contre des Hollandais opérant très loin de leurs bases, la stratégie périphérique s’avérant payante. C’est le cas en Méditerranée occidentale (que les Hollandais connaissent bien mais où le soutien logistique espagnol est limité) et aux Antilles. La guerre s’achève à temps au moment où l’Angleterre, réconciliée avec les Provinces-Unies, menace d’entrer en guerre contre Louis XIV 16.

  • 17  Sur la « stratégie de cabinet » se reporter à Jean-Philippe Cénat, Le roi stratège. Louis XIV et l (...)

10La voûte de la galerie des Glaces a fait opportunément oublier les alarmes et les échecs de la guerre de Hollande qui fut le premier conflit en vraie grandeur pour la marine. Grâce désormais à de véritables arsenaux, l’effort de construction s’est poursuivi avec 48 nouvelles unités, dont 39 de 4e   et 5e rang, la variété restant grande dans les modes de construction. Mais la quantité ne remplace pas la qualité : en 1677, sur 50 vaisseaux des quatre premiers rangs examinés à Toulon, 25 sont de construction défectueuse. Le personnel a des défaillances, tant l’indiscipline que l’incompétence des pilotes qui provoque échouages et pertes de navires. La marine apparaît enfin dès le moment de ses premières victoires, très célébrées, comme une arme que le roi et Colbert ne savent trop comment manier. Tout au plus indiquent-ils des objectifs généraux aux amiraux qui jouissent de fait d’une nette autonomie 17. Mais la marine ne cesse de se renforcer.

La marine à son zénith, 1679-1696

11Jusqu’au milieu des années 1690, Louis XIV est à l’apogée de sa puissance, sa marine aussi. Mais, premier sur terre et sur mer, il inquiète jusqu’à ses propres alliés qu’il perd peu à peu, sans cesser lui-même de se sentir vulnérable.

De la Méditerranée à la Manche

12La marine sert à châtier des puissances secondaires qui se sont mal comportées envers le roi de France, les Barbaresques comme la République de Gênes. Elle permet aussi de faire pression sur l’Empire ottoman pour réactiver l’alliance et d’imposer aux Espagnols le respect du pavillon. Elle bloque Barcelone pendant la guerre de 1683-1684 et menace les liaisons entre territoires ibériques et italiens de la monarchie espagnole. L’horizon reste d’abord méditerranéen, même s’il faut aussi assurer les approvisionnements des colonies atlantiques. Opérations de police et conflits limités sont faciles à contrôler depuis Versailles. Toutefois, en dépit de l’usage de la galiote à bombes, on peut s’interroger sur ces actions destinées à terroriser l’adversaire : l’effet sur les Barbaresques reste de courte durée. Quant au doge de Gênes, il ne cède que longtemps après le bombardement, devant la menace d’une intervention terrestre.

13Avec 125 unités en 1679 et 130 en 1688, l’instrument est désormais plus à renouveler et entretenir qu’à construire. On élimine des unités jugées trop vieilles ou inaptes. La flotte est de plus en plus destinée à la bataille en ligne, avec des rangs de mieux en mieux distingués et des unités davantage chargées de canons. D’une moyenne théorique de 42 canons en 1661, on est monté vingt ans plus tard à 64. La part des plus grosses unités (deux premiers rangs) s’accroît : de 21 % en 1671 à 26 % en 1688. Quel usage faire de pareil instrument naval ? La réponse est loin d’être claire car personne, en France ou ailleurs, ne mesure encore ce qu’on peut en attendre. Toujours est-il qu’en 1688 ni les vaisseaux de la Navy ni la menace de ceux de Louis XIV n’ont été à même d’empêcher Guillaume d’Orange de débarquer en Angleterre puis d’en chasser le roi Jacques II Stuart. L’improvisation stratégique a toute chance d’être la réponse à l’absence de doctrine d’emploi de si puissantes marines.

14Lorsque survient la guerre inattendue de la ligue d’Augsbourg, ni Louis XIV ni Seignelay n’ont des objectifs clairs à assigner à la marine. Ils envisagent simplement une diversion en Irlande et point encore un débarquement en Angleterre. Il y a un décalage évident entre l’ampleur du potentiel naval français, certes divisé entre Levant et Ponant, et la modestie de moyens engagés dans ce qui reste une opération marginale et indirecte. L’attention du roi est bien davantage tournée vers le Saint Empire, si bien que la Navy et les Hollandais ont le temps de se renforcer et Guillaume d’Orange celui de s’installer, tandis que l’expédition irlandaise ne reçoit pas le soutien adéquat.

15C’est seulement en 1690 que Seignelay envisage une véritable démonstration de force contre l’Angleterre en envoyant une puissante escadre dans la Manche. Il s’agit de chasser les flottes adverses de la Manche et une fois ce premier objectif atteint, on croit que la panique sera telle en Angleterre qu’elle provoquera la chute de l’usurpateur. Mais aucun débarquement n’est prévu : la peur réduira l’ennemi. Ainsi, la marine suffira à tout. L’artillerie semble la réponse à tous les problèmes et on croit à Versailles que l’intimidation paye. Peut-être Seignelay veut-il prouver au roi que la marine peut inspirer la crainte aussi bien que l’armée mise sur pied par les Le Tellier ? L’état d’esprit à la fois inquiet et brutal propre à l’entourage royal des années 1680 se conjugue avec l’ignorance dans laquelle tous les gouvernants, français ou non, se trouvent encore des possibilités d’action réelles d’une grande flotte.

  • 18  Les Provinces-Unies ont connu elles aussi un gros effort de construction dans les années1680 culmi (...)
  • 19  Voir : Dessert (D.), Tourville, Paris, Fayard, 2002.
  • 20  Ajoutons-y la flotte de galères qui culmine alors à près de 40 unités en Méditerranée et 15 autres (...)

16De 1689 à 1693, la France lance 17 vaisseaux par an, performance unique dans son histoire 18. Après une mise en route d’abord lente, à partir de 1691 les arsenaux fonctionnent à plein régime, tandis que les commandes pour la marine atteignent un niveau, lui aussi, inouï, mais difficilement réitérable. Tourville se voit confier des flottes considérables qu’il est un des rares à pouvoir commander, 80 vaisseaux en 1690, 85 en 1691, jusqu’à 94 en 1693 19. La marine à son apogée compte, en 1691, 154 bâtiments, dont 102 vaisseaux, pour un tiers de premier et deuxième rangs 20. La défaite de La Hougue ne change rien à cette tendance, bien au contraire. Non seulement les unités perdues sont remplacées en un temps record, mais les nouvelles sont plus puissantes et homogènes, longues, de cale profonde, portant leurs batteries bien au-dessus de l’eau, bien protégées. En 1693, les trois premiers rangs forment à eux seuls 61 % de la flotte. La France a gagné sur les alliés la bataille de la construction navale, dépassant à nouveau la Navy. Encore doit-elle mettre en œuvre en temps voulu cette puissante flotte capable de vaincre les alliés à Béveziers en 1690 en se rendant maîtresse de la Manche un mois durant, puis, avec la seule escadre de Brest, de lutter sans pertes à un contre deux à Barfleur deux ans plus tard. Mais l’intimidation n’a pas fonctionné. Guillaume d’Orange n’a pas été balayé, pire le renforcement et les premières victoires de la marine française ont stimulé le désir de lui tenir tête par de grands armements et de nouvelles constructions. Face aux tardifs projets franco-jacobites de débarquement en Angleterre, il a suffi en mai 1692 d’une journée indécise (Barfleur) suivie d’une retraite coûteuse (La Hougue et Cherbourg) pour mettre les îles britanniques hors d’atteinte.

  • 21  Les approvisionnements de cette guerre hors norme sont en cours d’étude par Caroline Le Mao.
  • 22  Voir : Lachiver (Marcel), Les années de  misère. La famine au temps du Grand Roi, Paris, Fayard, 1 (...)

17Pourquoi l’incapacité à vaincre avec un tel instrument ? La France est seule face à une vaste coalition sur terre et sur mer. Même si elle dispose de la première marine, elle doit combattre les Provinces-Unies et l’Angleterre qui alignent à elles deux des effectifs bien supérieurs. L’énorme effort suppose une mobilisation sans précédent des capacités d’approvisionnement du royaume alors que les munitions navales de la Baltique deviennent inaccessibles 21. Comme on ne prévoit pas non plus une guerre longue, on achète et consomme tout ce qui peut se trouver en France, au risque de se trouver dans l’impossibilité de poursuivre l’effort naval au-delà de quelques années. Il faut un nombre considérable de canons, de préférence de fort calibre (24 et 36 livres). Tous les moyens humains sont sollicités, le système des classes s’avérant incapable de fonctionner normalement en temps de guerre. Les arsenaux doivent réaliser de gigantesques armements, mais aussi construire et entretenir. Or la France, avec seulement deux formes de radoub, est à cet égard moins bien équipée que ses adversaires. Si les Provinces-Unies ont fourni un gros effort au début du conflit, l’Angleterre ne donne la pleine mesure de ses moyens qu’au moment où la France ressent brutalement la limite des siens. L’épouvantable choc démographique de 1693-1694 a frappé de plein fouet le potentiel fiscal et financier 22. En quelques mois, un royaume d’environ 20 millions d’habitants en perd plus d’un million. Remarquons que cela survient en pleine guerre face à une coalition épargnée par une telle épreuve et que la France, si elle a vacillé, ne s’est pas effondrée. Mais la définition des priorités financières est désormais bien plus contraignante et il faut veiller à protéger les frontières terrestres de l’invasion.

18L’ennemi reste hors d’atteinte. L’engagement périphérique en Irlande, déjà limité en 1689, n’est pas poursuivi l’année suivante. Il était davantage de nature à pousser les Anglais à résister à Louis XIV qu’à les inciter à soutenir Jacques II. L’entrée en force des Français dans la Manche en 1689 eût-elle changé le cours des choses ? Toujours est-il que rien n’était prévu pour exploiter à terre une victoire navale. Lorsque les moyens de débarquer furent réunis en 1692, la décision de Louis XIV et de Pontchartrain d’obliger Tourville à livrer bataille avant l’arrivée de l’escadre de Toulon a rendu toute descente en Angleterre impossible. Mais ces choix inopportuns ne suffisent pas à rendre compte des limites de l’instrument. Les seules batailles navales vraiment décisives du second XVIIe siècle sont défensives : Ruyter, tenant en échec les Anglo-français en 1672-1673, sauve les Provinces-Unies, les Anglo-hollandais empêchent le débarquement franco-jacobite en 1692 puis conservent Gibraltar en 1704. Si puissante soit-elle, la marine de Louis XIV se trouve aux prises avec des adversaires qu’elle peine à saisir. Très méditerranéenne, elle reste dépourvue de base navale capable de l’accueillir et de la soutenir dans la Manche. Elle n’est pas familière avec l’espace maritime qui environne les îles britanniques. Pour y opérer en force, elle doit réaliser au préalable la jonction des escadres de Toulon et de Brest. Ses vaisseaux ne permettent pas non plus d’opérer à proximité immédiate des côtes ennemies, ce qui suffit à interdire blocus et attaques de port.

Réadaptations efficaces

19Il serait pourtant trop facile de faire a posteriori le procès de la marine française de l’époque en ignorant les contraintes pesant sur les adversaires qui connaissent aussi ce décalage entre les attentes et la réalité de l’outil naval. On rêve en Angleterre de bataille décisive au canon, comme lors des guerres anglo-hollandaises. Mais La Hougue ne détruit pas la flotte de Louis XIV et ceux qui imaginent écraser les ports corsaires sous les boulets en sont pour leurs frais. Facilement suspectés de déloyauté politique envers Guillaume d’Orange, les officiers de la Navy sont, eux aussi, obligés de vaincre très vite. Les arsenaux, hormis Portsmouth, sont mal placés pour une guerre contre la France, Plymouth restant à développer. Si la Navy a désormais l’habitude d’opérer dans l’Atlantique et en Méditerranée, ses vaisseaux sont conçus pour des batailles livrées à proximité de leurs bases pendant la belle saison. On ne cherche pas encore un déploiement massif lointain et de longue durée et à distance et la protection du commerce reste limitée, si bien que les lignes de communication demeurent vulnérables face à un adversaire qui peut jouer de sa double façade maritime et faire sortir ses escadres quand il le veut. Celles-ci n’ont jamais disposé d’un tel potentiel : l’apogée numérique de la marine se situe entre 1694 et 1698, au-dessus de 130 vaisseaux… 20 % d’entre eux étant de premier rang. Mais le manque d’argent limite désormais le nombre de bâtiments armés. En maintenant malgré tout de grosses unités capables d’intervenir et en attaquant, avec des meutes d’autres plus légères, les routes de l’ennemi, la France oblige celui-ci à de grands armements très coûteux ainsi qu’à des campagnes de mer usantes. Pourtant un avantage sérieux est pris par la Navy en 1694-1695, lorsque, largement contrainte et forcée par Guillaume d’Orange, elle hiverne pour la première fois en Espagne. C’est au même moment qu’elle prend l’avantage du nombre, sans subir le manque de marins comme son ennemie.

  • 23  Lespagnol (André), « Guerre et commerce maritime durant la phase initiale de la "Seconde guerre de (...)

20L’opposition souvent alléguée guerre d’escadre – guerre de course s’avère, à bien des égards, trompeuse, la seconde étant favorisée et pratiquée dès 1688. Les deux s’articulent plus qu’on ne croit dans une même volonté ministérielle de guerre au commerce, notamment hollandais, pour faire céder les dirigeants des Provinces-Unies et donc priver l’Angleterre d’une alliée indispensable 23. Lorsque Jean Bart s’attaque en 1691 aux harenguiers hollandais de la mer du Nord, il est officier du roi et il commande à la fois des vaisseaux et des bâtiments privés. En 1693, Tourville à la tête d’une énorme escadre, intercepte un convoi anglais à destination de Smyrne, dans la meilleure tradition des guerres anglo-hollandaises, et fait pour 30 millions de livres de prises, soit une année de dépenses de la marine. Pour la course, le pouvoir royal participe à des armements mixtes comme il prête aussi des vaisseaux en nombre finalement limité à des particuliers. La course entre peu à peu dans une stratégie. La guerre, plus qu’une affaire de batailles, est une question d’usure financière et de coalition à disloquer. La situation n’est pas sans analogie avec la guerre de Hollande : défensive sur les côtes du Ponant d’où partent des expéditions souvent mixtes vers les mers bordières du nord-ouest désertées par les grandes escadres, pillage des colonies ennemies.

21C’est à l’échelle globale de la guerre qu’il faut apprécier le rétablissement final de la marine opéré grâce au chassé-croisé en partie imprévu de 1696-1697 : en arrivant du Levant à Brest, Châteaurenault fait mine de préparer un nouveau débarquement jacobite en Angleterre, puis en quittant Brest pour les Antilles, Pointis attire à sa suite une escadre anglaise destinée à renforcer celle de Rooke qui protégeait la Catalogne. Tandis que Pointis pille Carthagène des Indes, Rooke est rappelé en Angleterre, du coup l’escadre de Toulon va bloquer Barcelone qui se rend aux Français. Charles II d’Espagne n’en est que plus pressé de traiter, ce qui disloque la coalition qui avait déjà perdu le duc de Savoie. Contrainte à partir de 1696 à des armements réduits faute d’argent, la marine compte toujours 102 vaisseaux en 1698, mais le temps de la prééminence s’achève.

Un irrémédiable déclin pas si mal employé, 1697-1715

Le reflux

22Lors du trop bref entre-deux-guerres de 1697-1702, la Navy est désormais à parité, de tonnage plus que d’effectif, avec la Marine royale. Toutes les deux se situent vers 200 000 tonneaux, les Provinces-Unies plafonnant vers 100 000 jusqu’en 1713. La Navy qui a fait un gros effort de constructions depuis 1694 maintient son niveau, ce qui lui suffit pour s’imposer définitivement grâce au déclin adverse. Elle se dote de bâtiments de toutes tailles et termine la guerre avec des unités jeunes, à la différence des Français et des Hollandais. Elle seule est désormais capable de livrer une grande bataille et de protéger le commerce, d’empêcher une invasion comme d’intervenir pour soutenir un allié ou une armée sur le continent. Pour la France, les limites de l’effort ont été atteintes, si bien que lorsqu’il faut mener la très longue guerre la plus nécessaire du règne (12 ans), les très gros effectifs ne peuvent être maintenus. On passe sous les 120 unités (soit 90 vaisseaux) après 1709, puis dès 1711 sous les 100 pour tomber à 72 (dont 60 vaisseaux) en 1713. Jusqu’en 1707, la marine peut compter sur un financement important (entre 14 et 24 millions de livres selon les années) et donc des armements encore de grande ampleur. À partir du sabordage cette année-là des vaisseaux dans Toulon assiégée, les dépenses fléchissent (entre 7 et 10 millions), les constructions s’arrêtent tandis que se cumulent les effets du vieillissement de la flotte et des pertes d’unités.

23C’est avec un instrument naval encore imposant mais fragilisé puis en plein déclin que Louis XIV doit livrer une guerre inédite, dynastique et économique. Il s’agit de maintenir Philippe V sur le trône de Madrid et de contrôler l’Empire espagnol, ses mines et son commerce. Il faut donc prendre en charge l’immense monarchie espagnole, alors que la flotte laissée par le dernier Habsbourg est réduite à peu de choses, avec des ports sous équipés et des personnels peu compétents ou mal disposés envers les Français. Cela implique aussi bien la protection des liaisons transatlantiques de la carrera de Indias avec l’escorte des galions (les Indes devant se protéger elles-mêmes), que la défense des côtes espagnoles (surtout une fois le Portugal devenu hostile en 1703) ou l’appui aux opérations menées dans la péninsule. De nouveau, l’opposition guerre d’escadre/guerre de course s’avère fallacieuse. Jusqu’en 1707, les deux sont menées simultanément sur des théâtres différents, les vaisseaux opérant principalement en Méditerranée pour soutenir Philippe V.

Du bon usage du peu de moyens

  • 24  C’est ce qu’a montré Christian Buchet, La lutte pour l’espace caraïbe et la façade  atlantique de (...)
  • 25  Villiers (P.), op.cit., p. 174.
  • 26  Voir : Hrodej (Philippe), L’Amiral Du Casse, l’élévation d’un Gascon sous Louis XIV, Paris, Librai (...)

24Les résultats sont paradoxaux. Les échecs sont connus, d’abord dans la protection de la carrera : la destruction en baie de Vigo des galions et de leur escorte en 1702, ce qui facilite l’alliance anglo-portugaise, puis la capture de plusieurs convois à destination de l’Espagne. Les alliés reprennent en Méditerranée un avantage stratégique majeur en prenant Gibraltar en 1704 puis en tenant en échec les tentatives françaises pour les en chasser. La Navy s’impose dans cette zone qu’elle ne quitte plus, tenant Barcelone et Valence à partir de 1705, Minorque en 1708. Toulon est en danger permanent. Pourtant, la marine, en dépit de son usure croissante, a été capable de réussir des opérations au moins aussi lourdes de conséquences : en 1707, l’interception à la sortie de la Manche d’un convoi anglais facilite le premier redressement militaire Bourbon en Espagne puis, en 1709, Chabert débarque à La Rochelle des métaux précieux qui, comme aussi l’argent des réseaux bancaires protestants, ont contribué à sauver financièrement Louis XIV en grande difficulté. La marine profite aux Antilles et dans la mer des Caraïbes des blocages logistiques dont pâtissent gravement les expéditions anglaises successives 24. Pour Pontchartrain fils, l’objectif est « d’obliger les Anglais et les Hollandais à faire naviguer de lourdes armées navales au coût prohibitif et [à] les disperser sur la plupart des théâtres d’opérations » 25. L’enjeu n’est plus d’imposer sa supériorité dans une bataille décisive qui mettrait fin à la guerre, mais de continuer à acheminer richesses et troupes sur de longues distances tout en pouvant frapper par surprise convois et colonies de l’ennemi 26. L’attaque du commerce adverse démarre dès 1702, soit avec des vaisseaux du roi opérant contre les communications, soit avec des armements mixtes, l’État ne souhaitant manifestement pas renoncer à contrôler ce qu’il n’a plus les moyens de faire seul. Puis, après 1708, les prêts de bâtiments du roi se multiplient, le souci de rentabiliser l’instrument naval devenant de plus en plus marqué. Des particuliers, notamment malouins, ont recours aux frégates et aux vaisseaux de 3e et 4e rang ainsi qu’aux arsenaux royaux. Quelles que soient les modalités d’armement, la finalité de ces bâtiments est d’opérer depuis Dunkerque, Brest ou Toulon en petites escadres contre les escortes.

  • 27  Brian Lavery a mis en évidence les défauts des bâtiments anglais, tant ceux du programme naval de  (...)
  • 28  Jan Glete a attiré l’attention sur leur existence, op.cit., p. 297. Signalons que Tourville avait, (...)

25Tandis que la Navy doit opérer çà et là avec des bâtiments nombreux plus ou moins adaptés aux missions qu’on leur assigne, la France met au point un nouveau type de navire destiné à la grande course océanique contre les convois 27. Il s’agit de grands deux-ponts de 70 canons lancés entre 1705 et 1707, tel le Saint-Michel construit à Lorient 28. Portant des canons de 36 en batterie basse, ils peuvent venir à bout de tous les bâtiments d’escorte. Leur vitesse et leur endurance doivent les mettre hors d’atteinte des plus gros vaisseaux adverses et permettent de les déployer outre-mer. Pour les escortes de convois d’argent américain voire directement pour le transport du métal précieux, le choix se porte sur des bâtiments ponantais particulièrement rapides, tels ceux confiés à Ducasse en 1702. Ce n’est pas la moindre des surprises de ce conflit mondial que de voir la marine disposer d’unités réussies au moment même où elle doit renoncer à assurer ses missions par ses seules forces.

26La question de l’adéquation de la marine aux objectifs politiques et militaires appelle plusieurs remarques faute desquelles elle serait mal posée. D’abord, les buts de Louis XIV ont évolué au cours d’un si long règne, ses alliances aussi. Ensuite ses secrétaires d’État et lui-même n’ont pas toujours attendu la même chose de la marine. Enfin, celle-ci ne pouvait répondre de la même manière au fur et à mesure de son développement. En construction sous Colbert, avec la quantité l’emportant sur la qualité, elle était fort logiquement exposée à bien des mécomptes. Sous Seignelay et Louis de Pontchartrain, elle était la première d’Europe, mais sans qu’on eût le temps d’en maîtriser l’emploi, alors même qu’on avait su l’accroître et la payer. Ce fut le malheur de la France de se trouver seule frappée d’une terrible épreuve démographique et financière lui imposant de laisser se perdre cette supériorité si durement acquise. Mais c’est alors qu’on se mit à faire plus avec moins. En eût-on conscience ? Si tel ne fut pas le cas, on peut parler d’un déclin. Mais dans l’hypothèse inverse, l’efficacité pourrait bien avoir été maximale puisqu’on conjuguait guerre au commerce ennemi et « fleet in being ».

27Puis la marine, rapidement déclinante des années 1700, s’est avérée capable de répondre encore, certes grâce à l’aide de capitaux privés, à des exigences inédites, avec des unités adéquates. La Navy ne l’a pas emporté par une quelconque supériorité intrinsèque de la nation ou du régime anglais, mais par l’épuisement de sa rivale française. Comparer cette dernière avec ses deux grandes ennemies permet de relativiser beaucoup d’affirmations péremptoires. Une puissance a-t-elle jamais disposé de l’instrument véritablement adapté aux missions qu’elle lui confiait ? Sans doute pas, celles-ci étant trop diverses. Car on ne peut réduire la guerre, sur mer ou sur terre, aux batailles, sans tomber dans l’illusion. Des conflits à l’échelle du monde ne se réglaient pas d’un coup. Leur issue tenait bien davantage à la patiente usure des armes, des trésoreries et des alliances des belligérants ainsi qu’au contrôle des communications et des périphéries. En 1697 puis en 1713, deux très longues guerres s’achevèrent par des paix de compromis entre la France et ses nombreux adversaires.

Haut de page

Notes

1  Elle l’est par Daniel Dessert, La Royale. Vaisseaux et marins du Roi-Soleil, Paris, Fayard, 1996, puis en 2003 par Nicholas A. M. Rodger, dans « Form and Function in European Navies, 1660-1815 », un texte republié dans une forme accrue d’abord en français dans la Revue d’histoire maritime, 7, 2007, p. 81-103 puis dans Essays in Naval History, from Medieval to Modern, Ashgate Variorum, 2009, XIII, p. 1-19.

2 Bruijn (J. R.), The Dutch Navy of the Seventeenth and Eighteenth Centuries, Columbia University Press, 1993 ; Rodger (Nicholas A. M.), The Command of the Ocean. A Naval History of Britain 1649-1815, London, Allen Lane, 2004 ; Levillain (Charles-Édouard), Vaincre Louis XIV. Angleterre – Hollande – France, histoire d’une relation triangulaire 1665-1688, Seyssel, Champ Vallon, 2010.

3  Critique de cette vision dans : Chaline (Olivier), Le Règne de Louis XIV, Paris, Flammarion, 2005, rééd. 2009.

4  Première approche dans : Taillemite (Étienne), « Une marine pour quoi faire ? La stratégie navale de Louis XIV », Guerres maritimes (1688-1713), IV journées franco-britanniques d’histoire de la marine, Vincennes, SHM, 1996, p. 93-101.

5  Voir : Acerra (Martine), Rochefort et la construction navale française 1661-1815, Paris, Librairie de l’Inde, 1993, 4vol., p.203-228 ; Villette-Mursay (Philippe de), Mes campagnes de mer sous LouisXIV, Michel Vergé-Franceschi éd., Paris, Tallandier, 1991.

6  Napoléon dans toute sa gloire fut incapable d’y parvenir.

7  Précisons, d’une part, que la notion de « stratégie » telle que nous l’utilisons aujourd’hui est encore inconnue à l’époque et, d’autre part, que le rapport entre objectifs et instrument naval n’est pas seulement de cause à conséquence.

8  Voir le premier ouvrage à effectuer une véritable comparaison franco-anglaise : Acerra (Martine) et Zysberg (André), Les Marines de guerre européennes, vers 1680-1780, Paris, Sedes, 1997, p. 102.

9  L’Angleterre républicaine passe de 39 bâtiments en 1649 à 156 en 1660. Rodger (N.), op.cit., p. 217. Les Provinces-Unies, jusqu’alors dépourvues d’une véritable marine de guerre, ont dû, pour résister à la Navy, commander 60 bâtiments de guerre en 1653-1654, puis 40 autres en 1664-1665. Bruijn (J. R.), op.cit., p. 69-90.

10  Daeffler (Michel), « L’architecture des vaisseaux de guerre de la première marine de Louis XIV », Tourville et les marines de son temps, Saint-Lô, Archives départementales de la Manche, 2003, p. 133-145. Decencière (Patrice), « Influences hollandaises et anglaises sur la construction navale française autour de 1670 », Neptunia, 258, juin 2010, p. 5-15 ; Boudriot (Jean), Les vaisseaux de 50 et 64 canons : étude historique, 1650-1780, Paris, Ancre, 1994 et Les vaisseaux de 74 à 120 canons : étude historique, 1650-1780, Paris, Ancre, 1995.

11  Bardakçi (Özkan) et Pugnière (François), La dernière croisade. Les Français et la guerre de Candie 1669, Rennes, PUR, 2008, p.67-77.

12 Jones (J. R.), The Anglo-Dutch Wars of the Seventeenth Century, Londres, Longman, 1996, p.166-173; Ch.-Ed. Levillain, op.cit., p. 78-93.

13  Jones (J. R.), op.cit., p. 188-211 ; Ch.-Ed. Levillain, op.cit., p. 173-175, 269-276.

14  Gauthier Aubert est en train de renouveler notre connaissance de cette période très délicate.

15  Voir : Villiers (Patrick), Marine royale, corsaires et trafic dans l’Atlantique de Louis XIV à Louis XVI, Dunkerque, Société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie, 1991, 2vol., voir t.I, p.121-200.

16  En1677, le Parlement anglais vote la construction de 30vaisseaux ce qui redonne bientôt à la Navy l’avantage sur la France.

17  Sur la « stratégie de cabinet » se reporter à Jean-Philippe Cénat, Le roi stratège. Louis XIV et la direction de la guerre, 1661-1715, Rennes, PUR, 2010.

18  Les Provinces-Unies ont connu elles aussi un gros effort de construction dans les années1680 culminant dans les premières années de la guerre, tandis que pour l’Angleterre, c’est le choc de Béveziers qui conduit à des mises en chantier nombreuses, le Parlement votant 27nouveaux vaisseaux. Voir dans Guerres maritimes (1688-1713), op.cit., les contributions de M.Acerra, p. 15-24, de J. D. Davies, p. 1-14 et de J. Glete, « The European Navies 1688 to 1713. A Summary about trends in size, structure and technology », p. 283-303.

19  Voir : Dessert (D.), Tourville, Paris, Fayard, 2002.

20  Ajoutons-y la flotte de galères qui culmine alors à près de 40 unités en Méditerranée et 15 autres construites à Rochefort par des charpentiers marseillais dans le but de menacer les côtes hollandaises, mais qui furent de peu d’usage, hormis un bref débarquement à Teignmouth en Angleterre.

21  Les approvisionnements de cette guerre hors norme sont en cours d’étude par Caroline Le Mao.

22  Voir : Lachiver (Marcel), Les années de  misère. La famine au temps du Grand Roi, Paris, Fayard, 1991.

23  Lespagnol (André), « Guerre et commerce maritime durant la phase initiale de la "Seconde guerre de Cent Ans" 1688-1713 », Yves-Marie Bercé (éd.), Les Européens et les espaces océaniques au XVIIIe siècle, Association des historiens modernistes des universités, Bulletin no 22, 1997, p. 83-98.

24  C’est ce qu’a montré Christian Buchet, La lutte pour l’espace caraïbe et la façade  atlantique de l’Amérique centrale et du sud (1672-1763), Paris, Librairie de l’Inde, 1991, 2 vol.

25  Villiers (P.), op.cit., p. 174.

26  Voir : Hrodej (Philippe), L’Amiral Du Casse, l’élévation d’un Gascon sous Louis XIV, Paris, Librairie de l’Inde, 1999 et Jacques Cassard, armateur et corsaire du Roi-Soleil, Rennes, PUR, 2002.

27  Brian Lavery a mis en évidence les défauts des bâtiments anglais, tant ceux du programme naval de 1677 que de celui de 1690. Il a fallu du temps pour conjoindre le soutien politique et financier du Parlement et l’autonomie technique de la Navy, The Ship of the Line, Londres, Conway, 1983, 2 vol., t. I, p. 218-225.

28  Jan Glete a attiré l’attention sur leur existence, op.cit., p. 297. Signalons que Tourville avait, avec Blaise Pangalo, déjà proposé en 1680, mais en vain, de construire un long deux-ponts de 80 canons, J. Boudriot, « Tourville et la conception des vaisseaux royaux », Tourville et les marines de son temps, op.cit., p. 127-131.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Chaline, « La marine de Louis XIV fut-elle adaptée à ses objectifs ? », Revue historique des armées, 263 | 2011, 40-52.

Référence électronique

Olivier Chaline, « La marine de Louis XIV fut-elle adaptée à ses objectifs ? », Revue historique des armées [En ligne], 263 | 2011, mis en ligne le 06 mai 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rha.revues.org/7205

Haut de page

Auteur

Olivier Chaline

Professeur d’histoire moderne à l’université Paris IV-Sorbonne, il dirige le Laboratoire d’histoire et d’archéologie maritime (FED 4124). Il a notamment publié : Le Règne de Louis XIV (Flammarion, 2005) ; L’année des quatre dauphins (Flammarion, 2009) et La mer vénitienne (Actes Sud, 2010).

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org