Navigation – Plan du site
Variations

L’intervention en Somalie 1992-1993

Anne-Claire de Gayffier-Bonneville
p. 93-103

Résumés

En janvier 1991, Siyad Barré quitte le pouvoir en Somalie sous la pression des opposants organisés en multiples factions. Avec la fin du régime de Barré, la guerre civile s’installe durablement dans le pays. Les populations fuient les massacres et les pillages. Les circuits d’approvisionnement sont totalement désorganisés et la population commence à mourir de faim. La communauté internationale ne prend la mesure de la crise somalienne que très tardivement. En avril 1992, le Conseil de sécurité créé la première mission de l’ONU en Somalie mais celle-ci est incapable de remplir sa tâche. En décembre, une nouvelle réunion du Conseil de sécurité décide de l’envoi d’une force de 38 000 hommes, l’UNITAF, chargée d’établir un environnement sûr pour acheminer l’aide humanitaire. L’opération « Restore Hope»menée par l’UNITAF est plutôt un succès. En mars 1993, l’UNITAF cède la place aux forces de l’ONUSOM II. Au printemps, il apparaît que l’engagement de l’ONUSOM II a changé de caractère et s’est transformé en une lutte partisane contre l’un des leaders somaliens, le général Aïdid. Lorsque le 3 octobre, les Américains perdent 18 de leurs hommes dans Mogadiscio, le président Bill Clinton choisit de retirer ses troupes de Somalie. L’échec de l’intervention de l’ONU en Somalie a généré de nombreuses analyses afin qu’une telle situation ne se reproduise pas.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

guerre civile, ONU, Somalie
Haut de page

Texte intégral

1Depuis quelques années, la Somalie, qui avait été si vivement éclairée par l’actualité en 1992 et 1993, occupe à nouveau sporadiquement l’avant-scène médiatique. Les menaces sont sérieuses : déstructuration d’un État constitué au lendemain des indépendances, piraterie, offensive des moudjahidin contre le gouvernement de transition présidé par Sheikh Sharif Ahmad. Face à ces dangers, la réaction de la communauté internationale paraît timide. Une force de police des mers a été constituée à la fin de 2008, mais elle n’a pas enrayé le phénomène de piraterie qui continue de prospérer. Les spécialistes s’accordent pour dire que cette piraterie ne pourra être jugulée qu’en agissant directement sur les causes du phénomène qui se situent, elles, sur la terre ferme : misère, désorganisation de tous les réseaux économiques ou administratifs, absence complète d’autorité étatique, vide politique, etc.

2Mais d’une intervention plus importante dans la Corne de l’Afrique, il n’est nullement question pour la communauté internationale, malgré l’appel à l’aide du président somalien aux pays étrangers pour lutter contre les forces dissidentes des islamistes radicaux. Outre le coût très élevé pour des résultats mitigés de l’opération militaire internationale engagée en Afghanistan, le souvenir du fiasco d’octobre 1993 joue contre tout projet d’expédition de grande envergure en Somalie. Inspirée par des préoccupations humanitaires, l’intervention en Somalie s’était conclue par un camouflet infligé à la plus grande puissance militaire contemporaine. Piqué au vif, le président des États-Unis avait fait le choix d’un rapatriement immédiat des troupes engagées en Somalie et à sa suite, l’ONU avait validé cette orientation, abandonnant le pays à son sort, la famine en moins. Nous avons souhaité retracer les conditions de cette intervention militaro-humanitaire, étudier ses différentes phases avant de nous pencher sur les enseignements qui ont pu être tirés de l’échec somalien et les répercussions de cet épisode africain sur la politique américaine.

Aperçu de l’histoire de la Somalie

3La Somalie s’est constituée en 1960, lorsque les deux espaces de peuplement somali, colonisés respectivement par les Britanniques au nord et par les Italiens, au sud le long de l’océan Indien, ont fait le choix, une fois leur indépendance acquise, de se réunir pacifiquement en un seul État. En 1969, le général Siyad Barré organise un coup d’État et proclame la République démocratique de Somalie, proche du bloc soviétique. Huit ans plus tard, en 1977, Siyad Barré engage son pays dans un conflit avec l’Éthiopie qui se trouve déstabilisée depuis le renversement de son dirigeant, le Négus Hailé Sélassié, en 1974. La Somalie revendique, au nom de l’unité de peuplement le plateau de l’Ogaden et entend, par ce conflit, récupérer ces « terres irrédentes » de la « Grande Somalie ». La chute du Négus et le conflit sur l’Ogaden entraînent des modifications importantes dans la vie politique de la Somalie. D’une part, on assiste à un renversement d’alliances internationales : Moscou fait le choix de soutenir son nouvel allié éthiopien, dirigé par Mengistu, contre la Somalie de Siyad Barré qui, dès lors, se tourne vers les États-Unis. D’autre part, l’échec de la campagne militaire somalienne – les troupes somaliennes se retirent d’Éthiopie en mars 1978 – déçoit la population somalie qui conçoit de l’amertume pour le gouvernement en place. Des mouvements d’opposition au pouvoir de Siyad Barré se forment auxquels l’Éthiopie apporte son soutien.

  • 1  Mohamed-Abdi (M.), « Rétrospective de la crise somalienne. Réhabilitation de la société civile », (...)
  • 2  Mabire (J.-C.), « Somalie, l’interminable crise », Hérodote, no 111, 4e trimestre 2003, p. 61-63.
  • 3  www.tlfq.ulaval.ca article sur la Somalie, p. 6 ; 12-14.
  • 4  Mabire (J.-C.), op.cit., p. 59 ; Mohamed-Abdi (M.), op.cit., p. 114.

4La situation en Somalie sous le gouvernement de Siyad Barré se dégrade ainsi peu à peu. L’opposition politique lui reproche la confiscation du pouvoir, l’absence de démocratie, de liberté, l’usage de la violence contre les opposants. À ce tableau, il faut ajouter la corruption et le népotisme. Le recrutement des fonctionnaires est fonction du lien de la famille avec les instances de pouvoir 1. À la fin des années 1980, on dénombre quatre fronts armés contre le pouvoir du général Barré 2. Tandis que l’opposition politique se développe contre le gouvernement du dictateur, la politique de Barré vise à développer un État moderne. Il lance ainsi une vaste campagne d’alphabétisation de 1973 à 1975 qui s’avère être un réel succès – mais il est vrai qu’en 1941, il n’existait que 17 écoles primaires publiques pour l’ensemble des Somaliens et qu’en 1970, le taux d’alphabétisés était de 5 % 3. Si le projet de modernisation de la Somalie présente des aspects positifs, il apparaît en même temps que les structures dont Barré veut doter l’État somalien ne sont pas compatibles avec les structures traditionnelles de la société somalienne, notamment le « Shire », conseil traditionnel qui règle les différends entre individus ou entre groupes. Ces conseils sont remplacés par des représentants de l’État, sorte de juges, qui appliquent le principe de la responsabilité individuelle et un code de réparations sans rapport avec les formes traditionnelles de justice qui, outre le litige, prenaient en compte, dans la réparation, des considérations de lignages et l’existence de conflits antérieurs 4. La société somalie souffre donc d’une crise de structures qui la déstabilise, la laisse sans repère véritable entre des formes modernes non encore assimilées et des formes traditionnelles décrédibilisées par le pouvoir en place. La volonté politique de donner au pays des structures modernes provoque, en outre, une fracture entre l’espace urbain plus intégré dans un mouvement de modernisation et la campagne plus rétive au changement, fidèle aux coutumes traditionnelles.

  • 5  « Mooryaan » signifie voyou, délinquant. Indication fournie par J.-C. Mabire, op.cit., p. 59.
  • 6  Smith (S.), Somalie. La guerre perdue de l’humanitaire, Calmann-Lévy, 1993, p. 46-47

5Cette déstructuration s’accompagne du développement de la délinquance dans la jeunesse. Le phénomène en Somalie est qualifié de « mooryanisation » 5. Le développement de la délinquance est notamment lié à l’exode rural qui prend d’un seul coup une ampleur jusqu’alors jamais connue. En effet, une sévère sécheresse sévit dans la région en 1974-1975, provoquant une famine généralisée et entraînant un important mouvement de population qui participe lui aussi à la déstabilisation de la société somalie. D’autres mouvements de population se développent au nord, en lien avec le conflit sur l’Ogaden qui se prolonge. Dans cette guerre, l’Éthiopie bénéficie du soutien actif de Moscou, de ses satellites et de Cuba. En 1981, le nombre de réfugiés dans le nord du pays est estimé à 2 millions, mais les chiffres manquent de transparence. Des camps sont créés pour accueillir ces populations et un système d’aide humanitaire se met en place. Le Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR) fournit des rations pour 800 000 personnes installées dans les camps, cependant il semblerait qu’ils n’aient été que 300 000 6. Aussi, le surplus de l’aide alimentaire est détourné et participe au fonctionnement général de l’économie somalienne.

  • 7  Smith (S.), op.cit., p. 133.

6En 1989, avec la chute du mur de Berlin, la guerre froide entre Moscou et Washington prend fin. Cela n’est pas sans conséquences pour les États africains qui bénéficiaient d’une aide au titre de leur affiliation à l’un ou l’autre camp. La Somalie avait reçu dans les années 1980 environ 4 milliards de dollars, or cette ressource se tarit dans la mesure où la position stratégique du pays cesse d’être un enjeu de la guerre froide 7. La contestation s’amplifie en Somalie contre le pouvoir de Siyad Barré. Celui-ci perd peu à peu le contrôle effectif du pays. Son autorité ne s’étend bientôt plus qu’à la capitale, Mogadiscio, à laquelle les rebelles viennent s’attaquer. En janvier 1991, les combats se déroulent dans les rues de Mogadiscio ; le 27, le palais présidentiel tombe aux mains des troupes de l’United Somali Congress (USC) du général Mohammed Farah Aïdid. Siyad Barré s’est enfuit quelques heures plus tôt en direction du sud où une milice lui reste fidèle. Depuis son refuge méridional, il entend partir à la reconquête de son pouvoir.

La mort d’un État ?

7À partir de ce moment, la Somalie sombre dans un maelström politique. Il n’existe plus d’autorité centrale ; la structure clanique qui organisait traditionnellement la société somalienne retrouve son efficience ; les groupes armés se multiplient, les « seigneurs de la guerre » apparaissent, des sous-factions émergent avec leurs propres revendications, les alliances se font et se défont. La guerre civile s’installe durablement dans le pays et, avec elle, une violence extrême. Ainsi, trois mouvements d’opposition s’étaient unis alors qu’il s’agissait de renverser Siyad Barré. L’objectif atteint, les mouvements s’entredéchirent pour la conquête du pouvoir. Le général Aïdid a conquis la ville, mais c’est Ali Mahdi qui intrigue pour se faire élire président du gouvernement provisoire somalien. Une lutte fratricide s’engage entre les deux personnages.

  • 8  www.tlfq.ulaval.ca Somalie, p. 8.
  • 9  Smith (S.), op.cit., p. 127.

8Le sud et la région de Mogadiscio sont particulièrement touchés par la violence. Les combats ont même lieu à l’arme lourde entre groupes rivaux. Les populations passent sous le contrôle d’un chef de guerre puis d’un autre, sont victimes de pillages, d’assassinats. Entre novembre 1991 et mars 1992, on estime à 50 000 le nombre de personnes tuées dans les combats entre factions rivales 8. Les récoltes sont détruites ; les habitations rasées. Les populations fuient : la bataille de Mogadiscio en janvier 1991 a entraîné le départ massif des habitants de la capitale qui se retrouvent sans abri dans un pays en état de guerre civile. Partout à travers la Somalie, les populations tentent de quitter les zones de conflit. Le cinquième de la population a quitté son foyer 9. Les circuits d’approvisionnement alimentaires sont de ce fait totalement désorganisés et la population commence à mourir de faim. À cette situation politique déjà catastrophique s’ajoute, pour comble du malheur, une grave sécheresse. Celle-ci entraîne une famine qui touche l’ensemble de la Corne de l’Afrique et plus largement tout le sud de l’Afrique à partir du Soudan.

9La communauté internationale ne se soucie pas, alors, de cette situation d’apocalypse qui s’installe durablement dans le pays. D’abord, elle n’est pas informée, ou si peu. Avec les affrontements de Mogadiscio, les rares étrangers présents dans le pays sont partis. L’aide humanitaire a commencé à revenir à l’été 1991, mais la violence des combats entre le général Aïdid et le président par intérim Ali Mahdi en septembre 1991 dans la capitale a entraîné le départ des différents organismes internationaux ou non gouvernementaux, Nations unies ou Comité international de la Croix-Rouge (CICR). La Somalie, par ailleurs, est éclipsée par la question irakienne qui se déroule précisément au même moment. Saddam Hussein a envahit le Koweït à l’été 1990 ; l’attaque aérienne des coalisés contre l’Irak débute à la mi-janvier 1991 ; l’offensive terrestre est lancée le 24 février. Saddam Hussein se retourne ensuite contre les Kurdes et les Chiites. La communauté internationale a toujours les yeux tournés vers le Golfe arabo-persique ; elle suit la mise en place et le déroulement de l’opération Provide Comfort au profit des populations du Kurdistan irakien.

  • 10  Nations unies (ci-après NU), Conseil de sécurité, résol. 751 (1992) du 24 avril 1992.
  • 11  Smith (S.), op.cit., p. 125.
  • 12  Smith (S.), op.cit., p. 141.
  • 13  www.un.org Opérations des Nations unies en Somalie – ONUSOM 1.

10Ce n’est qu’au printemps 1992 que la réalité de la situation somalienne commence à être révélée à l’opinion mondiale. Le Conseil de sécurité « profondément troublé par l’ampleur de la tragédie humaine » décide de l’envoi d’observateurs et d’une force de sécurité pour surveiller le cessez-le-feu à Mogadiscio et permettre l’acheminement de l’aide humanitaire 10. Ainsi est créée la première mission de l’ONU en Somalie, ONUSOM. Le premier groupe de militaires arrive sur place en septembre. Fin avril 1992, des informations sur la situation hors de la capitale sont transmises par une équipe de Médecins sans frontières qui s’est rendue dans la région de Merca sur le littoral. Les données sont accablantes : un enfant sur quatre de moins de 5 ans est mort au cours des douze derniers mois ; 10 % des adultes sont morts de faim en un an, 90 % des déplacés dans les camps sont atteints de malnutrition 11. Les chiffres pour la Somalie restent cependant imprécis, mais toujours exorbitants : le CICR parle de 1 000 victimes par jour ; Mohamed Sahnoun, le représentant spécial de l’ONU, estime en juin 1992 le bilan quotidien à 5 000 victimes de la faim 12. Globalement, on évalue à 300 000 le nombre des morts 13.

  • 14  Smith (S.), op.cit., p. 143.
  • 15  Smith (S.), op.cit., p. 115.

11L’arrivée en juin 1992 d’un bateau de réfugiés désespérés sur les côtes du Yémen au moment, précisément, où le président allemand est en visite officielle dans le pays, éveille l’intérêt pour l’autre rive de la mer Rouge. Les grands médias américains se rendent sur place et s’emparent du sujet. En juillet 1992, le monde est mis en face de « la plus grande tragédie humanitaire », « découvre Mogadiscio, "le Beyrouth de l’Afrique" et Baïdoa, "le mouroir de l’intérieur" » 14. Se succèdent des images d’agonie de milliers d’enfants faméliques et celles des combats enragés de factions rivales. Tous les regards sont désormais tournés vers la Somalie, qualifiée d’« enfer sur terre » par le ministre français de la Santé et de l’Action humanitaire de l’époque, Bernard Kouchner. Les organisations humanitaires reviennent massivement, se mettent au travail dans ce pays dévasté par la guerre civile et la famine. Elles prennent soin des populations assurément, tout en alimentant indirectement les circuits de financement de la guerre civile : les déplacements sont impossibles dans le pays sans un personnel de sécurité qu’il faut employer, il faut des locaux, des bureaux, des autos, etc. En l’absence de structures étatiques, c’est aux différentes factions que l’on s’adresse, celles qui tiennent le territoire 15.

  • 16  C’est le point de vue de S. Smith, op.cit., p. 157.
  • 17  Répertoire de la pratique du Conseil de sécurité (ci-après Répertoire), décision du 3 décembre 199 (...)
  • 18  Brodeur (J.-P.), « Maintien et imposition de la paix en Somalie (1992-1995) », Cultures et conflit (...)

12Les États-Unis annoncent la mise en place d’un pont aérien à partir du Kenya et le déblocage de 145 000 tonnes d’aide alimentaire (« Opération de secours » du 15 août au 9 décembre 1992) ; la France fait de même depuis Djibouti, à sa mesure, 200 tonnes. L’aide est massive et la famine commence à reculer 16, mais la situation politique n’est toujours pas stabilisée. Le contingent de 500 casques bleus pakistanais, qui intervient dans le cadre de l’ONUSOM, ne parvient même pas à entrer dans Mogadiscio. Il contrôle juste l’aéroport. Encore, le général Aïdid demande-t-il son retrait. Ce dernier a cessé de coopérer avec les Nations unies ; il les défie même de chercher à procéder à un déploiement autoritaire de l’ONUSOM 17. Aucune solution négociée de sortie de crise ne semble se dessiner, pas plus de cessez-le-feu. En outre, il apparaît qu’une partie de l’aide humanitaire envoyée dans le pays est détournée 18. En France, on fit grand bruit du « riz des enfants de France pour la Somalie », collecté dans les écoles, volé sur une plage au nord de Mogadiscio. Quand, en novembre, les seigneurs de la guerre ferment l’accès au port de Mogadiscio, empêchant l’arrivée de l’aide humanitaire, la communauté internationale estime qu’il est temps d’intervenir de manière plus musclée.

  • 19  NU, Conseil de sécurité, résolution 794 (1992), 3 décembre 1992.
  • 20  Expression empruntée à S. Smith, op.cit., p.161.

13On est, en outre, à une période charnière des relations internationales. La guerre froide s’est achevée ; les Américains dominent seuls la scène internationale ; ils s’estiment responsables de la mise en place d’un « nouvel ordre mondial ». Les élections américaines ont eu lieu. Georges Bush va céder la place à Bill Clinton élu en novembre. Georges Bush souhaite sans doute achever son mandat avec éclat, sur une seconde opération militaire aussi réussie que celle menée contre l’Irak et qui ferait oublier l’inaction en Yougoslavie. Le 3 décembre 1992, le Conseil de sécurité se réunit, dresse un bilan de la situation en Somalie, appelle à la fin des hostilités. Il reconnaît que le « présent mode de fonctionnement de l’ONUSOM n’est pas (…) la formule qui convient pour faire face à la tragédie en Somalie ». Le secrétaire général recommande l’intervention d’une force sous le commandement d’un État et le Conseil de sécurité, « en vertu du chapitre VII de la Charte des Nations unies autorise (…) à employer tous les moyens nécessaires pour instaurer aussitôt que possible des conditions de sécurité pour les opérations de secours humanitaire en Somalie » 19. La porte est ouverte pour une action militaire. La première opération « militaro-humanitaire » 20 va s’organiser.

L’intervention

  • 21  NU, Conseil de sécurité, lettre du 29 novembre 1992, adressée au président du Conseil de sécurité (...)
  • 22  Chiffres donnés par J-P. Brodeur, op.cit.
  • 23  NU, Conseil de sécurité, lettre du 17 décembre 1992, adressée au président du Conseil de sécurité (...)

14Les États-Unis ont indiqué qu’ils étaient prêts à prendre la tête et le commandement d’une « opération coercitive » 21 qui serait organisée conjointement avec d’autres États membres des Nations unies, autorisés par le Conseil de sécurité à intervenir en Somalie. Dans la nuit du 8 au 9 décembre, l’opération « Restore Hope » est engagée par les troupes de l’UNITAF, United Task Force. L’UNITAF, d’après les renseignements fournis par les Marines américains, regroupe 38 301 combattants dont 25 426 Américains tous placés sous le commandement central des États-Unis. Le général Robert B. Johnston commande l’intervention. Vingt pays, dont la France, fournissent un contingent de soldats pour cette opération dont le budget s’élève à 600 millions de dollars 22. Les États-Unis assument 75 % du coût. Le 17 décembre 1992, le représentant permanent des États-Unis auprès des Nations unies explique que le plan d’opérations est organisé en quatre phases. Les trois premières consistent à s’implanter graduellement dans les zones les plus meurtries de la Somalie, de Mogadiscio vers Baïdoa puis vers Kismayo pour permettre la distribution des secours aux populations les plus touchées par la crise. La 4e phase est celle du transfert de la responsabilité des opérations aux forces de maintien de la paix des Nations unies 23. L’opération « Restore Hope » s’inscrit donc dès sa conception dans un processus de long terme, mais elle-même est une mission de courte durée, dont l’objectif essentiel est d’établir un environnement sûr pour l’acheminement de l’aide humanitaire. L’urgence de la situation impose l’envoi d’une force commandée par les États-Unis mais il est entendu que le relais doit être pris par l’ONUSOM 2.

  • 24  Ouest-France, 10 décembre 1992, p. 3.
  • 25  NU, Conseil de sécurité, lettre du 19 janvier 1993, adressée au président du Conseil de sécurité p (...)

15Le débarquement des premières troupes américaines sur la plage de Mogadiscio a lieu sous les projecteurs des journalistes le 9 décembre 1992 à 0h40. Ouest-France raconte, ironique : « Des dizaines de cameramen et photographes se sont littéralement rués sur les premiers soldats, beaux, musclés et complaisants comme des stars. Aubaine pour les chasseurs d’images fortes, les Marines ont braqué leur arme sur six pauvres Somaliens inoffensifs qui dormaient sous un hangar (…).» 24 Il n’y a quasiment pas de résistance somalienne. Le contrôle du centre et du sud du pays est rapidement acquis. Le 16 décembre, la ville de Baïdoa est investie. Entre le 28 et le 31 décembre, les derniers objectifs territoriaux de l’UNITAF sont atteints, Kismayo, Beledweyne, Marka 25. L’opération Restore Hope se développe, estiment les militaires, dans des conditions bien plus dures que l’opération contre l’Irak menée l’année précédente : l’environnement est désertique et inhospitalier ; les infrastructures sont dévastées ; le terrain est parfois miné ; on rencontre des munitions qui n’ont pas encore explosé.

  • 26  Stewart (R.-W.), The United States Army in Somalia 1992-1994, US Army Center of Military History. (...)
  • 27  Smith (S.), op.cit., p. 179.
  • 28  NU, Conseil de sécurité, « La situation en Somalie » rapport du secrétaire général, 26 janvier 199 (...)

16La mission de l’UNITAF est plutôt une réussite, assurément vécue comme telle par les Américains. Le sud du pays est à peu près sécurisé, c’est-à-dire que les organisations humanitaires peuvent à nouveau circuler et se rendre dans le « triangle de la famine » pour tenter d’enrayer celle-ci. Les déplacements se font en convois, escortés par les forces armées de l’UNITAF. Il n’est plus nécessaire de faire appel aux gardes armés locaux. La sécurisation de la région passe également par la confiscation des armes. S’il n’y a pas de désarmement systématique des belligérants, les armes lourdes ainsi que les « Mad Max », pick-up ou tout-terrain Toyota sur lequel est monté une mitrailleuse lourde ou un canon de 105, qui semaient la terreur, disparaissent à la suite d’accords avec les seigneurs de la guerre. Le matériel n’a pas pour autant quitté la Somalie, il est simplement caché plus au nord, là où la force internationale ne s’est pas déployée 26. Les 2 200 soldats français commandés par le général René Delhomme sécurisent ainsi 25 000 km² autour de Hoddur, dans le centre-ouest du pays, aux confins de l’Éthiopie. Ils détruisent 3 657 mines et 81 tonnes de munitions, saisissent 265 armes individuelles et enregistrent environ 600 fusils qui sont aux mains des nomades qu’il ne convient pas de désarmer 27. Il y a cependant encore des accrochages, des vols, des pillages, des assassinats. Il faut reconnaître que les axes routiers ne sont praticables sans danger que dans les convois. En outre, les combats semblent s’être déplacés dans la région du nord-est. Région qui était auparavant relativement calme 28.

  • 29  NU, Conseil de sécurité, S/25168, § 14.
  • 30  NU, Conseil de sécurité, S/25 168, § 27, 36, 39. www.globalsecurity.org Operation Restore Hope.
  • 31  www.un.org – ONUSOM I, op.cit.
  • 32  Smith (S.), op.cit., p. 180.

17Un processus de réconciliation nationale est également engagé. Le généraux Aïdid et Ali Mahdi se rencontrent sous les auspices américains le 11 décembre 1992 ; le 8 janvier un accord général de cessez-le-feu est conclu et une réunion préparatoire à une conférence de réconciliation nationale est tenue. La tension politique donne l’impression de s’apaiser. Mais il n’y a en réalité, derrière ces démonstrations de façade, rien de solide ni de durable. Le secrétaire général de l’ONU note dans son rapport du 26 janvier 1993 que « le chemin à parcourir sera long et difficile. Persévérance, esprit d’accommodement et fermeté inébranlable de propos seront indispensables » 29. La reconstruction du pays est lancée par les forces de l’UNITAF 30 : 60 % des infrastructures ont, en effet, été détruites depuis le début de la guerre civile 31. Ainsi près de 2 000 km de routes qui permettent l’approvisionnement des régions contrôlées par l’UNITAF sont refaits. Les travaux portent aussi sur deux ponts qui avaient été détruits. L’approvisionnement en eau fait également partie des chantiers prioritaires. Des puits sont creusés. Des écoles, des orphelinats, des hôpitaux sont reconstruits ou réhabilités et commencent à rouvrir. Cependant, reconnait un colonel français, en l’absence d’autorités locales pour prendre la relève, le travail entrepris risque d’être ruiné en quelques jours après le départ des troupes : « Nous ne traitons qu’avec de faux chefs totalement corrompus. Alors le jour où on partira, tout s’écroulera de nouveau. » Effectivement en avril 1993, trois jours après le départ des soldats français pour une nouvelle zone, toutes les installations sont pillées 32.

  • 33  Stewart (R.), op.cit. Il serait intéressant d’avoir accès à ces brochures et d’en analyser le cont (...)

18La dimension psychologique n’a pas été oubliée. L’UNITAF établit un groupe de travail mixte, PSYOP, chargé d’informer les populations. Un journal local, Rajo (la vérité), est publié par le PSYOP qui diffuse aussi des émissions de radio. Une cinquantaine de prospectus, tracts et affiches sont élaborés, imprimés par la cellule psychologique et distribués à 7 millions d’exemplaires 33. Le retour à la paix passe également par le rétablissement de la justice. Les forces de l’UNITAF se soucient de cet aspect : les civils soupçonnés de crimes contre les forces étrangères ou les civils somaliens sont emprisonnés.

  • 34  Smith (S.), op.cit., p. 191.

19Au bilan, l’opération Restore Hope pose deux problèmes : elle réalise son objectif de mettre fin à la famine et au décès des populations civiles mais elle ne constitue qu’une parenthèse dans l’histoire de la guerre civile somalienne. Elle n’est pas accompagnée d’un véritable processus de stabilisation et de reconstruction politique. Il n’y a plus d’État somali, plus de police, plus d’armée, plus d’administration civile, etc. L’apaisement de la détresse des Somalis est lié à cette présence militaire étrangère. Son départ peut entraîner le retour du chaos. Le second problème est soulevé par MSF (Médecins sans frontières)  en mars 1993. L’organisation non gouvernementale fait en effet le choix, à cette date, de se retirer de Somalie. Elle dénonce l’amalgame entre action militaire et humanitaire, les problèmes que cette confusion des genres provoque dans le rapport aux populations somalies. Un exemple concret est donné : à Kismayo, « les soldats américains et belges [sont] postés sur l’hôpital de MSF-Belgique, d’où ils [ont] abattu plusieurs "combattants". Dans ces conditions, quel Somalien [peut] encore faire la différence entre les militaires et les humanitaires blancs ? Tous des Gal, des  "infidèles" (…)» 34.

  • 35  NU, Conseil de sécurité, résolution 814 (1993), S/RES/814*, 26 mars 1993.

20Si l’UNITAF a été rapidement constituée et envoyée sur place, elle n’a pas vocation à se maintenir telle quelle. Elle doit céder la place aux forces de l’ONUSOM placées sous le commandement des Nations unies. Le 4 mai 1993, l’opération « Restore Hope »s’achève, la crise alimentaire n’est plus qu’un pénible souvenir. La résolution 814 du 26 mars 1993 créé l’ONUSOM 2 35. Le mandat des forces des Nations unies est élargi par rapport à celui de l’UNITAF. Il ne s’agit plus seulement d’une opération humanitaire, la mission vise dorénavant à imposer la paix à l’ensemble du territoire somalien c'est-à-dire à désarmer les factions rivales et à édifier une nation, en favorisant un règlement politique, en rétablissant les institutions, l’administration, la police, en œuvrant pour le redressement économique du pays. ONUSOM 2 doit en somme prolonger la tâche commencée par l’UNITAF pour le rétablissement de la paix et de la stabilité en Somalie.

  • 36  NU, Conseil de sécurité, résolution 837 (1993), S/RES/837 (1993), 7 juin 1993, § 7.
  • 37  www.globalsecurity.org « Operation Continue Hope »; Stewart (R.), op.cit.

21Alors que la tâche qui incombe à l’ONUSOM 2 est bien plus importante que celle de l’UNITAF, notamment en terme d’espace géographique – l’opération « Restore Hope »ne couvrait que 40 % de la Somalie – les forces de l’ONUSOM 2 sont moins importantes que celles de l’UNITAF. L’effectif total doit être de 28 000 hommes mais en juin 1993, dans la résolution 837, le Conseil de sécurité relève que tous les contingents ne sont pas encore déployés 36. Le commandement de l’ONUSOM 2 est confié au général turc Cevik Bir ; son adjoint est le général Thomas M. Montgomery qui commande également les forces américaines en Somalie (USFORSOM). Les Américains, très présents dans l’opération « Restore Hope », décident de ne maintenir sur place que 2 600 hommes des unités de logistique. Une force d’intervention rapide composée de 1 100 hommes des troupes d’élite – Rangers et Delta Force – est laissée également sur le terrain. La force américaine présente la particularité de conserver ses propres chaînes de commandement, en s’insérant en même temps dans les structures des Nations unies. Concrètement, si les forces américaines sont engagées dans des opérations de combat, les unités américaines passent alors sous le contrôle tactique des Nations unies, TACON 37. Quant aux autres composantes de l’ONUSOM 2, elles sont d’origine très variées. Certains déplorent l’engagement de petits pays pauvres dans cette intervention : leurs troupes manquent de matériel et d’entraînement, d’où des difficultés pour monter des opérations communes.

  • 38  Ouest-France mentionne une « malheureuse fusillade dans laquelle 14 Somaliens désarmés furent tués (...)
  • 39  Brodeur (J.-P.), op.cit.
  • 40  Ouest-France, 18 juin 1993.
  • 41  Mabire (J.-C.), op.cit., p. 69.
  • 42  NU, Conseil de sécurité, résolution 837 (1993), S/RES/837 (1993), 7 juin 1993, § 3 et 8.
  • 43  « Plusieurs organisations humanitaires dénoncent la mobilisation des forces de l’ONU "dans leur tr (...)
  • 44  Ouest-France, 18 juin 1993.

22Rapidement, le niveau de tension remonte dans le pays. Les forces de l’ONUSOM 2 font l’objet de nombreuses attaques. On assiste à un processus de violence sans cesse croissant de part et d’autre, de bavures 38. La communauté internationale, qui agit pour un règlement politique de la crise, se montre plutôt favorable à Ali Mahdi. Cette intrusion dans les affaires intérieures de la Somalie suscite la colère du général Aïdid. Celui-ci dénonce le caractère partisan de l’ONU 39 et son colonialisme. Or, la position que prend l’ONU en juin tend à accréditer sa thèse : après la mort de 24 Pakistanais dans une embuscade à Mogadiscio, non loin du bâtiment de Radio-Mogadiscio – qui mène depuis plusieurs semaines une violente campagne contre les forces des Nations unies  –, la tête du général Aïdid est mise à prix, 25 000 dollars. Le secrétaire général de l’ONU, Boutros Boutros-Ghali, demande que le général Aïdid soit jugé « pour "conspiration contre les forces de l’ONU", "crimes contre l’humanité" et "incitation à la violence" » 40. La désignation d’Aïdid à la vindicte internationale accroit le prestige de ce dernier en Somalie et en fait un héros de la résistance nationale. Il fédère peu à peu, derrière lui, la résistance à l’étranger et les solidarités traditionnelles 41. L’engagement de l’ONUSOM 2 change de caractère à partir de ce moment-là. La réconciliation politique et le redressement économique sont mis de côté pour une lutte menée contre le général Aïdid et ses partisans. Le 6 juin, la résolution 837 souligne la nécessité d’accroître le nombre « de véhicules blindés de transport de troupes, de chars et d’hélicoptères de combat » afin que la force des Nations unies « soit en mesure de riposter de manière appropriée aux attaques armées qu’elle subit dans l’accomplissement de sa mission » et rappelle « l’importance cruciale de mettre rapidement à exécution le désarmement de toutes les parties somalies » 42. Cette nouvelle orientation particulièrement belliqueuse ne va pas sans critique 43. Dans Ouest-France, le journaliste Joseph Limagne tente, à chaud, d’expliquer cette évolution : « Soumis au reproche de passivité face au désastre bosniaque, Boutros Boutros-Ghali souhaite tirer parti de la situation en Somalie pour redorer un peu le blason des forces de paix de l’ONU. Il attend aussi de la capture d’Aïdid qu’elle fasse oublier la malheureuse fusillade dans laquelle 14 Somaliens désarmés furent tués par des Casques bleus. » 44

  • 45  Stewart (R.), op.cit.
  • 46  Stewart (R.), op.cit.
  • 47  Stewart (R.), op.cit.
  • 48  Ouest-France, 5 octobre 1993.
  • 49  Libération, 6 oct. 1993, p. 24.

23En août 1993, le secrétaire d’État américain à la Défense franchit un échelon de plus dans la lutte engagée contre Aïdid : il décide du déploiement d’une force spéciale, Task Force Ranger, chargée de la capture d’Aïdid et de ses lieutenants. Cette force reste strictement sous commandement et contrôle opérationnel américain. Le général William F. Garrison, qui commande la TF Ranger, n’est pas sous l’autorité du général Montgomery, même si sur le terrain les deux hommes travaillent ensemble 45. Une guérilla urbaine s’installe entre les Américains, qui utilisent leurs hélicoptères de combat, et les forces du général Aïdid, qui s’en prennent sans distinction à tous les casques bleus 46. Elle se prolonge jusqu’au 4 octobre 1993. La veille, le 3 octobre dans l’après-midi, les troupes d’élites américaines ont pour cible l’hôtel Olympia de Mogadiscio où des cadres du Somali National Alliance, mouvement dirigé par Aïdid, sont censés se retrouver. Le film La chute du faucon noir de Ridley Scott retracera cet épisode, qui sera ensuite appelé la « bataille de Mogadiscio ». L’attaque se fait par voie aérienne et terrestre. Le feu ennemi est particulièrement nourri. Alors que l’intervention allait s’achever après l’arrestation de 24 Somaliens, un hélicoptère MH-60 Black Hawk est abattu et s’écrase un peu plus loin. Une opération de secours est immédiatement lancée pour récupérer les membres de l’équipage de l’hélicoptère mais un second hélicoptère est à son tour touché par un projectile et s’écrase. Dans la nuit, une opération plus large est montée pour tenter d’aller récupérer les survivants et les morts 47. Le lendemain, les journaux titrent : « Vision d’horreur, hier à Mogadiscio : le corps d’un soldat américain mort a été traîné dans les rues au milieu des chants et des danses des Somaliens. Ce corps est celui d’un des douze soldats américains qui ont été tués [un est retenu prisonnier, d’autres sont portés disparus et 73 ont été blessés] lors de la grande offensive lancée dimanche par les Nations unies pour démanteler le commandement de la faction du général Aïdid, l’ennemi juré des Américains. » 48La haine des Américains, et plus largement des forces étrangères, s’est installée dans le pays. Dans Libération, Stephen Smith explique que « dans une ville où ce week-end "plus de 750 civils somaliens ont été blessés par balles" selon les listes nominatives établies par la Croix Rouge (CICR), les assoiffés de vendetta sont légion (…). Sur les lieux des affrontements, en train de remettre en état leurs échoppes et maisons, tous étaient unanimes pour "maudire les Américains" » 49.

  • 50  Faure (J.) et Prost (Y.), Relations internationales, Ellipses, 2004, p. 161.
  • 51  Brodeur (J.-P.), op.cit.

24Les États-Unis sont profondément choqués par les images du cadavre du soldat américain traîné dans les rues de la capitale puis celle du pilote d’hélicoptère pris en otage, au visage tuméfié, apeuré. Les 18 morts et les 73 blessés viennent en outre s’inscrire en faux contre la doctrine du « zéro mort » élaborée au cours de la guerre de 1991 contre l’Irak. La mort des GI’s fait par ailleurs resurgir le syndrome du Viêt-nam, la hantise du bourbier. On en vient à évoquer un « syndrome vietmalien » 50. Dans les jours qui suivent (le 6 octobre 1993), Bill Clinton annonce le départ des forces américaines de Somalie dans un délai de six mois. Le 25 mars 1994, l’armée américaine a quitté la Somalie, à l’exception de quelques Marines chargés d’assurer, si le besoin s’en faisait sentir, le retrait des derniers civils et conseillers militaires, restés sur place. Les autres contingents suivent progressivement l’exemple américain. Le 2 mars 1995, l’ONU a quitté la Somalie, ONUSOM 2 est officiellement terminée. À la mi-juillet 1994, les « Mad Max » étaient aussi nombreux qu’en décembre 1992 51. La Somalie ne souffre plus de la famine mais n’a toujours pas retrouvé sa stabilité politique. Les factions continuent à s’affronter, loin des caméras, et le pays est en phase d’éclatement.

Les enseignements

  • 52  Nous nous appuyons essentiellement sur le travail du major R. D. Allen, « Les leçons de la Somalie (...)
  • 53  13 opérations de maintien de la paix ont été mises sur pied par l’ONU en 43 ans d’existence.

25L’échec de l’intervention de l’ONU en Somalie a généré différentes analyses 52. Il en ressort, en premier lieu, que l’intervention en Somalie est d’un type nouveau. Il ne s’agit pas d’une opération de maintien de la paix à laquelle l’ONU est rodée depuis 1956 et le premier envoi de casques bleus entre l’Égypte et Israël 53, mais d’une opération d’imposition de la paix. Dans le premier cas, les parties belligérantes donnent leur accord à l’intervention des casques bleus. Ils interviennent généralement après un cessez-le-feu, dans un contexte où les belligérants souhaitent un retour à la stabilité et à la paix. Les parties sont bien identifiées et l’ONU est parfaitement impartiale, chargée de surveiller le cessez-le-feu ou le retrait de troupes. En outre, l’utilisation de la force par les casques bleus est autorisée dans les seuls cas d’auto-défense. Dans le cas d’une intervention pour imposer la paix, comme en Somalie, en l’absence de gouvernement, les parties sont difficilement identifiables et le consentement à l’intervention d’une force des Nations unies n’est pas absolu. La force doit être utilisée pour contraindre les belligérants à la paix. Enfin l’impartialité, et le phénomène est particulièrement vrai en Somalie, est soumise à rude épreuve quand l’une des factions s’en prend aux forces de la paix.

  • 54  Interview de Roland Marchal par M. de Carné, Ouest-France, 23 décembre 1993.

26Le second point qui a frappé les observateurs en 1992 est la méconnaissance totale de l’univers somalien 54, le choix d’un interlocuteur plutôt qu’un autre, la marginalisation d’une faction qui dans le paysage politique du pays est incontournable. Les Nations unies se sont discréditées par leur intervention dans le jeu intérieur somalien. Dès lors, les forces de la paix ont donné l’impression de prendre parti, de devenir à leur tour des belligérants. L’arrogance américaine a en outre favorisé la montée de la tension, la focalisation de l’agressivité des Somaliens contre les forces étrangères. Plus fondamentalement la question se pose de la capacité de l’ONU, ou de tout acteur extérieur, à reconstituer une nation alors que les membres de cette communauté ne se reconnaissent plus en elle.

  • 55  Brodeur (J.-P.), op.cit.

27Le troisième écueil de cette intervention en Somalie fut celui de l’organisation même de la force des Nations unies. Le caractère multilatéral doit être clairement perçu par les belligérants ce qui signifie que le drapeau onusien doit être utilisé et que le commandement doit effectivement être celui de l’ONU. En outre, les choix politiques des Nations unies doivent être mis en œuvre par le commandement. Or, l’UNITAF est placée sous commandement américain. Il se trouve que les perspectives de Georges Bush et du secrétaire général de l’ONU concernant la mission de l’UNITAF ne sont pas les mêmes. Naturellement étant donné la position des États-Unis, le point de vue américain l’emporte. Georges Bush voulait une aire de déploiement de la force internationale limitée et n’était pas dans une logique systématique de désarmement des factions 55. Lors de la constitution de l’ONUSOM 2, les Américains maintiennent une position particulière pour leurs forces. Les contingents nationaux, face à l’escalade de la violence, ont parfois refusé d’obéir aux ordres venus du commandement pour s’en référer à leur capitale. Tel fut le cas de l’Italie qui chercha à négocier avec le général Aïdid quand celui-ci était activement recherché. Lorsque l’ONU demanda le renvoi de l’officier qui avait pris des libertés à l’égard du commandement, le gouvernement italien s’y opposa. L’intervention en Somalie a immanquablement souffert de ces questions de commandement, lié en partie à la personnalité du général turc, remarquable pour son manque d’autorité sur les différentes forces.

  • 56  www.un.org

28La composition de la force internationale a également été source de difficultés. Le niveau d’équipement des contingents n’est pas le même. Il y a aussi la question de la langue, de la doctrine, de la cohésion de l’unité. Tous ces aspects dans une situation particulièrement aigüe génèrent des blocages, rendent la coopération difficile. Dans la nuit du 3 au 4 octobre, quand il fallut monter en urgence une opération pour tenter de retrouver les soldats américains dont les hélicoptères s’étaient écrasés, plusieurs heures furent nécessaires pour organiser de manière cohérente la force américano-pakistano-malaise qui allait intervenir, s’assurer que toutes les parties prenantes à l’action avaient bien compris le dispositif. De l’intervention malheureuse en Somalie, les leçons ont été tirées. Un manuel des enseignements dégagés des opérations de maintien de la paix a notamment été réalisé. Il retient six points absolument nécessaires pour assurer la réussite des interventions internationales : un mandat clair, réaliste et exécutable ; des moyens à la mesure du mandat ; une planification intégrée et reposant sur des informations sûres ; une excellente coordination entre les diverses composantes ; la volonté politique des parties de régler le conflit et les moyens d'informer le public avec efficacité 56. L’opération en Somalie était loin de répondre à ces critères.

  • 57  Faure (J.) et Prost (Y.), op.cit., p. 161-162. Mélandri (P.) et Vaïsse (J.), L’Empire du milieu. L (...)
  • 58  Expression empruntée à J. Faure et Y. Prost, op.cit., p. 161.

29Du côté américain 57, l’affaire de Somalie fut un tel choc que le 12 octobre 1993, neuf jours après le sanglant affrontement de Mogadiscio, Bill Clinton renonce à faire débarquer des forces américaines à Haïti où la situation dégénère. Au Congrès, les Républicains demandent la limitation du pouvoir du président pour l’envoi de forces américaines à l’étranger. Ils demandent également que, dorénavant, les forces américaines ne servent plus sous un commandement étranger. Six mois plus tard, en mai 1994, l’Administration Clinton publie un document sur les opérations de paix (PDD-25). Il s’agit d’une réévaluation complète de la politique étrangère des États-Unis ; c’est à dire l’abandon du « multilatéralisme agressif » qui voulait faire du pays un agent de paix et de stabilité partout dans le monde. Le souvenir du Viêt-nam et le cauchemar de l’enlisement dans ce conflit conjugué au désastre somalien font que les États-Unis ne souhaitent plus intervenir dans les « pays non stratégiques à la sécurité nationale américaine »58. Au printemps 1994, l’immobilité des Américains dans le génocide tutsi au Rwanda découle de cette nouvelle politique étrangère.

30La débâcle de 1993 en Somalie explique pour une bonne part la réticence de la communauté internationale à intervenir activement dans la Corne de l’Afrique. Le parallèle entre les situations afghane et somalienne n’offre-t-il pas une clef complémentaire de compréhension ? En Afghanistan, la communauté internationale est confrontée aux difficultés de mener la lutte contre les islamistes radicaux, d’obtenir le soutien des populations locales et de construire un État afghan démocratique libéré de la corruption. Or, la situation somalienne ressemble singulièrement à celle de l’Afghanistan : une forte implantation des islamistes radicaux, une population hostile à toute présence étrangère rapidement assimilée à des néo-colonisateurs, un État inexistant, des constructions claniques compliquées, des « seigneurs de la guerre » bien implantés, des réseaux d’économie parallèle très lucratifs mais illicites.

Haut de page

Notes

1  Mohamed-Abdi (M.), « Rétrospective de la crise somalienne. Réhabilitation de la société civile », Pour une culture de la paix en Somalie, édité par Mohamed Mohamed-Abdi et Patrice Bernard, 1997, p. 115.

2  Mabire (J.-C.), « Somalie, l’interminable crise », Hérodote, no 111, 4e trimestre 2003, p. 61-63.

3  www.tlfq.ulaval.ca article sur la Somalie, p. 6 ; 12-14.

4  Mabire (J.-C.), op.cit., p. 59 ; Mohamed-Abdi (M.), op.cit., p. 114.

5  « Mooryaan » signifie voyou, délinquant. Indication fournie par J.-C. Mabire, op.cit., p. 59.

6  Smith (S.), Somalie. La guerre perdue de l’humanitaire, Calmann-Lévy, 1993, p. 46-47

7  Smith (S.), op.cit., p. 133.

8  www.tlfq.ulaval.ca Somalie, p. 8.

9  Smith (S.), op.cit., p. 127.

10  Nations unies (ci-après NU), Conseil de sécurité, résol. 751 (1992) du 24 avril 1992.

11  Smith (S.), op.cit., p. 125.

12  Smith (S.), op.cit., p. 141.

13  www.un.org Opérations des Nations unies en Somalie – ONUSOM 1.

14  Smith (S.), op.cit., p. 143.

15  Smith (S.), op.cit., p. 115.

16  C’est le point de vue de S. Smith, op.cit., p. 157.

17  Répertoire de la pratique du Conseil de sécurité (ci-après Répertoire), décision du 3 décembre 1992, résolution 794 (1992), p. 333.

18  Brodeur (J.-P.), « Maintien et imposition de la paix en Somalie (1992-1995) », Cultures et conflits, 29-30, automne-hiver 1998. Ouest-France, 3 décembre 1992. Répertoire, décision du 16 octobre 1992 : déclaration du président, p. 332.

19  NU, Conseil de sécurité, résolution 794 (1992), 3 décembre 1992.

20  Expression empruntée à S. Smith, op.cit., p.161.

21  NU, Conseil de sécurité, lettre du 29 novembre 1992, adressée au président du Conseil de sécurité par le secrétaire général, S/24868 Français, p. 5.

22  Chiffres donnés par J-P. Brodeur, op.cit.

23  NU, Conseil de sécurité, lettre du 17 décembre 1992, adressée au président du Conseil de sécurité par le représentant permanent des États-Unis d’Amérique auprès de l’Organisation des Nations unies, S/24 976 Français, annexe, p. 2.

24  Ouest-France, 10 décembre 1992, p. 3.

25  NU, Conseil de sécurité, lettre du 19 janvier 1993, adressée au président du Conseil de sécurité par le représentant permanent des États-Unis d’Amérique auprès des l’Organisation des Nations unies, S/25 126, Français, annexe, p. 2.

26  Stewart (R.-W.), The United States Army in Somalia 1992-1994, US Army Center of Military History. www.history.army.mil/brochure/Somalia

27  Smith (S.), op.cit., p. 179.

28  NU, Conseil de sécurité, « La situation en Somalie » rapport du secrétaire général, 26 janvier 1993, S/25 168, Français, § 21, 43, 44, 45.

29  NU, Conseil de sécurité, S/25168, § 14.

30  NU, Conseil de sécurité, S/25 168, § 27, 36, 39. www.globalsecurity.org Operation Restore Hope.

31  www.un.org – ONUSOM I, op.cit.

32  Smith (S.), op.cit., p. 180.

33  Stewart (R.), op.cit. Il serait intéressant d’avoir accès à ces brochures et d’en analyser le contenu. Ont-elles pu jouer un rôle dans la stigmatisation des États-Unis au printemps et à l’été 1992 ?

34  Smith (S.), op.cit., p. 191.

35  NU, Conseil de sécurité, résolution 814 (1993), S/RES/814*, 26 mars 1993.

36  NU, Conseil de sécurité, résolution 837 (1993), S/RES/837 (1993), 7 juin 1993, § 7.

37  www.globalsecurity.org « Operation Continue Hope »; Stewart (R.), op.cit.

38  Ouest-France mentionne une « malheureuse fusillade dans laquelle 14 Somaliens désarmés furent tués par des Casques bleus », 18 juin 1993. En juillet, après une offensive aérienne et terrestre contre les partisans du général Aïdid qui fit au moins 50 morts et plus d’une centaine de blessés, quatre journalistes sont tués par la foule somalie en fureur. En septembre 1993, des femmes et des enfants sont victimes des combats entre les forces de l’ONU et des miliciens somaliens dans Mogadiscio.

39  Brodeur (J.-P.), op.cit.

40  Ouest-France, 18 juin 1993.

41  Mabire (J.-C.), op.cit., p. 69.

42  NU, Conseil de sécurité, résolution 837 (1993), S/RES/837 (1993), 7 juin 1993, § 3 et 8.

43  « Plusieurs organisations humanitaires dénoncent la mobilisation des forces de l’ONU "dans leur traque des partisans d’Aïdid, au détriment de l’escorte des convois humanitaires" (…). Le ministre italien de la Défense estime lui aussi que les combats prennent le pas sur la conciliation et qu’il est temps de "corriger" cette tendance. », Ouest-France, 13 juillet 1993. Voir également les articles des 15, 16, 23 juillet 1993.

44  Ouest-France, 18 juin 1993.

45  Stewart (R.), op.cit.

46  Stewart (R.), op.cit.

47  Stewart (R.), op.cit.

48  Ouest-France, 5 octobre 1993.

49  Libération, 6 oct. 1993, p. 24.

50  Faure (J.) et Prost (Y.), Relations internationales, Ellipses, 2004, p. 161.

51  Brodeur (J.-P.), op.cit.

52  Nous nous appuyons essentiellement sur le travail du major R. D. Allen, « Les leçons de la Somalie : le dilemme de la paix », www.globalsecurity.org

53  13 opérations de maintien de la paix ont été mises sur pied par l’ONU en 43 ans d’existence.

54  Interview de Roland Marchal par M. de Carné, Ouest-France, 23 décembre 1993.

55  Brodeur (J.-P.), op.cit.

56  www.un.org

57  Faure (J.) et Prost (Y.), op.cit., p. 161-162. Mélandri (P.) et Vaïsse (J.), L’Empire du milieu. Les États-Unis et le monde depuis la fin de la guerre froide, Odile Jacob, 2001. Allen (R. D.), op.cit.

58  Expression empruntée à J. Faure et Y. Prost, op.cit., p. 161.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Claire de Gayffier-Bonneville, « L’intervention en Somalie 1992-1993 », Revue historique des armées, 263 | 2011, 93-103.

Référence électronique

Anne-Claire de Gayffier-Bonneville, « L’intervention en Somalie 1992-1993 », Revue historique des armées [En ligne], 263 | 2011, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://rha.revues.org/7214

Haut de page

Auteur

Anne-Claire de Gayffier-Bonneville

Agrégée et docteur en histoire, elle est maître de conférences à l’Institut national des langues et civilisations orientales (INALCO), détachée aux Écoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org