Navigation – Plan du site
Les fonds du Service historique de la Défense

Le testament d’un ministre de la Guerre

La correspondance ministérielle de Louis-François-Marie Le Tellier, marquis de Barbezieux
Benoît Lagarde
p. 112-117

Texte intégral

  • 1  SHD/GR, A1 1443, fol. 158, 17 janvier 1699, lettre de Barbezieux à Desjardins.

« Monsieur de Vauvré a remis pour moy deux cigognes quatre poules bleues de damiate et quatre canes d’Égypte et [il] y a une des cigognes de morte. Je fais un si grand cas de ces animaux la que je vous prie de me les envoyer par un homme qui en prenne beaucoup de soin avec les neuf canards qui vous ont arrivez… » 1

1Le fabuliste La Fontaine aurait-il égrainé ses vers jusque dans cette revue dédiée au Louis XIV, roi de guerre ? Ce bestiaire figurerait-il quelque maréchal, lieutenant général ou mestre de camp du Grand roi ? Non ! Là figure une injonction de Louis-François-Marie Le Tellier, marquis de Barbezieux et secrétaire d’État de la Guerre à l’un de ses factotums. Cette injonction est conservée au Service historique de la Défense parmi la correspondance ministérielle de Barbezieux dans la sous-série A1, au même titre que les ordres et dépêches envoyés par celui-ci aux grands chefs tels Luxembourg, Villars ou Chamlay.

La famille, la guerre et les affaires : les héritages de Barbezieux

  • 2  Pour mieux appréhender la vie de Barbezieux, le lecteur se reportera avec bénéfice à la notice bio (...)

2Troisième fils de François-Michel Le Tellier, marquis de Louvois, Barbezieux est issu d’une famille de fonctionnaires proches du pouvoir royal, depuis que Michel Le Telllier, chancelier de France sous Louis XIV, a travaillé à placer son clan dans l’entourage royal2. Survivancier de la charge de secrétaire d’État de la Guerre aux côtés de son père en 1685, Barbezieux accède à la tête du département de la Guerre à la mort de Louvois en juillet 1691. Il a bénéficié de six années de formation sous la coupe de son père ; ce dernier laisse une empreinte très profonde dans l’organisation du département et la menée des affaires. Bien décidé à lui témoigner confiance et protection, le monarque laisse au jeune homme inexpérimenté le portefeuille le plus important du royaume, sans toutefois consentir à lui laisser de trop grandes responsabilités et une latitude trop étendue : le roi garde pour lui-même la conduite de la guerre et place Barbezieux sous la tutelle du marquis de Chamlay, fin connaisseur des affaires militaires, et de Colbert de Saint-Pouange, chef des bureaux de l’administration de la Guerre. Au plan militaire l’état du royaume est alors le suivant : depuis 1690, la guerre de la ligue d’Augsbourg gronde sur toutes les frontières ; la France est isolée face à une coalition européenne, emmenée par les Provinces-Unies, l’Angleterre, l’Allemagne, la Suède, l’Espagne et la Savoie. Le conflit s’éteint avec la paix de Ryswick en 1697. Malgré la paix, la Succession d’Espagne laisse entrevoir sans tarder une nouvelle guerre et Barbezieux prépare les armées françaises dans ce but. À 33 ans à peine, rongé par les excès, le secrétaire d’État meurt en janvier 1701.

Les archives ministérielles de Barbezieux

  • 3  SHD/GR, A1 1431, fol. 181, 24 juin 1698, lettre de Barbezieux à La Valette.

« Je désire estre informé de ce qui regarde ce régiment non pas comme secrétaire d’estat mais demesme que si j’en estois colonel… » 3

  • 4  Devos (Jean-Claude), « Du dépôt de la Guerre au service historique de l’armée de Terre », Revue hi (...)
  • 5  SHD/GR, A1 1181, fol. 55.

3Les colonnes de cette revue ont régulièrement donné à voir l’organisation de l’administration de la Guerre et de ses bureaux, notamment le Dépôt de la Guerre, ancêtre du Service historique de la Défense. S’il n’existe aucune ordonnance de création de ce Dépôt destiné à recevoir les archives du secrétaire d’État, l’accumulation de documents et le soin de certains ministres au premier rang desquels figure Louvois, ont fini par donner naissance à la série des archives anciennes du Dépôt de la Guerre4. En effet sous le ministère Louvois, monsieur de Bellou, commis du département, est chargé du « dépost des papiers du ministère de la guerre pour les faire arranger et faire faire des registres des plus importantes dépesches concernant la guerre, les limites et autres matières »5.

  • 6  Devos (Jean-Claude), « Le secrétariat d’État à la Guerre et ses bureaux », Revue historique des ar (...)

4Les attributions du chef du département de la Guerre ont été très largement étendues lorsque Le Tellier, puis son fils Louvois, étaient aux affaires, ce dernier devenant même ministre d’État et personnage prépondérant dans l’entourage du monarque 6. L’organisation des bureaux, le gigantisme auquel parvient l’armée s’accompagnent tout naturellement d’une production accrue de papiers, de lettres, de projets, de plans, en un mot d’archives. Si la nature des documents est presque exclusivement militaire – il s’agit de la correspondance du roi et de son ministre pour tout ce qui touche les affaires des armées de terre – les correspondants sont nombreux, de tous grades et tiennent toutes fonctions : membres du Conseil du roi, officiers généraux, intendants et gouverneurs, commissaires des guerres, magistrats et ecclésiastiques figurent au premier rang des destinataires et expéditeurs.

  • 7  Il est à noter que ces transcrits sont tout à fait nécessaires au chercheur, même s’ils paraissent (...)

5Quelle meilleure source, alors, où puiser la matière nécessaire à l’écriture d’un règne placé sous les auspices de Mars ? Quelle meilleure source pour le ministre lui-même qui demande à ses soldats et administrés de lui faire connaître l’état de l’armée comme s’il en était l’officier supérieur présent dans les rangs, et non comme un homme de cour et de l’ombre dirigeant les affaires depuis Versailles. Trois séries de volumes constituent la collection à laquelle nous nous attachons : les minutes originales des lettres du ministre, les lettres reçues originales et les transcrits 7. C’est dans la sous-série A1 au Service historique de la Défense à Vincennes que sont rassemblées les archives du ministère Barbezieux. La période 1691-1701 rassemble ainsi plus de 410 registres de correspondance classés par ordre chronologique dans de grands ensembles (soit entre les cotes A1 1032 et A1 1469), parmi ceux-là signalons 104 volumes de minutes dictés par le ministre et 163 volumes de lettres reçues et expédiées.

6Si l’on tente de dresser une typologie des affaires traitées et des domaines dont Barbezieux a la charge, nous distinguons sans grande surprise : l’administration des troupes (mise sur pied et réforme des régiments, marches, cantonnements et quartiers d’hiver, solde, désertion), l’intendance (fourrages, approvisionnements, détails), la conduite des opérations aux niveaux stratégique et tactique (préparations des campagnes, mise en marche des armées, sièges) et l’administration des provinces qui dépendent du secrétariat d’État de la Guerre (provinces frontières). Outre l’Inventaire sommaire des archives historiques du ministère de la Guerre, Archives anciennes, correspondance qui ne signale qu’une cote par registre accompagnée des dates extrêmes des lettres contenues dans le registre, les tables de destinataires et des matières en tête des volumes de minutes sont les seuls repères pour le lecteur qui entame une recherche sur la période.

  • 8  Sarmant (Thierry), « Mars archiviste : département de la Guerre, archives de la Guerre, 1630-1791  (...)
  • 9  Sarmant (Thierry), Stoll (Mathieu), La guerre et les grands bâtiments : index de la correspondance (...)

7Ces tables sont pour le moins arides et surtout physiquement liées aux registres. Dans le cas d’une recherche à partir d’un nom d’individu, le chercheur doit se plonger dans chaque volume pour s’assurer que ledit individu figure dans le volume. Là est le prélude de longues recherches, de manipulations préjudiciables aux registres et à leur reliure, de découvertes d’erreurs dans les tables dressées par nos ancêtres du Dépôt de la Guerre. Thierry Sarmant avait annoncé dans un précédent numéro la genèse d’une collection d’inventaires des minutes ministérielles 8 : outre le ministère Louvois déjà analysé et publié par le service et salué par une foule de chercheurs 9, ceux-ci sont sur le point de voir récompensée leur patience, puisque la dernière main est donnée au Service historique de la Défense (bureau des archives historiques de l’armée de Terre) à la rédaction de l’index de la correspondance expédiée par Barbezieux.

8L’étude de cette seule sous-série des archives de la Guerre est toutefois insuffisante. En effet, les Mémoires ou extraits de la correspondance de la cour et des généraux, qui sont des registres de compilation de mémoires sur les campagnes, sont conservés dans la sous-série 1M (1M 22 à 1M 31 : campagnes de Flandre de 1689 à 1697, 1M 34 à 42 : campagne en Allemagne de 1689 à 1697, 1M 43 à 50 : campagnes d’Italie de 1690 à 1696, 1M 52 à 54 : campagne d’Irlande de 1689-1690). N’omettons pas l’œuvre réglementaire du secrétaire d’État de la Guerre : les ordonnances touchant la période sont conservées dans la sous-série X1 (X1 15 à 19), tandis que sous la cote X2 3 sont conservés les  édits, arrêts, ordonnances et règlements. Un dossier factice dédié à Barbezieux est enfin conservé à Vincennes sous la cote YH 18, lequel ne manquera pas de décevoir le chercheur. Il s’agit en effet de copies manuscrites de notices biographiques retrouvées ça et là dans des dictionnaires et ouvrages d’histoire militaire et rédigés aux XVIIIe et XIXe siècles.

9Plus qu’un seul annuaire de l’administration militaire de Louis XIV et des personnages liés aux destinées martiales du Grand roi et de son royaume, l’index annoncé supra se veut aussi un outil pour faciliter l’étude des relations curiales et administratives au soir du ministère Louvois et pour cerner au plus près la figure de Barbezieux.

La guerre et ses atours

  • 10  L’aveu est lâché dans cette simple missive : « Monsieur je vous prie davoir une liste de tous ceux (...)

10Serviteur zélé de la parole de son monarque, le marquis de Barbezieux est avant tout un travailleur qui abat son ouvrage sans renâcler. Le souci de la transmission des ordres de Louis XIV, du compte rendu fait au roi, de la défense des intérêts du royaume transparaissent au quotidien dans son travail. Ses biographes s’accordent à dire que le temps lui a manqué pour faire montre de l’étendue de ses capacités et laisser une empreinte plus ferme et étincelante au département de la Guerre. Séduisant, mondain, travailleur d’un côté, le ministre savait aussi se faire ambitieux, suffisant et secret. Sa correspondance en donne de larges exemples. Cela ne suffit pourtant à effacer ses manquements et incartades, mises sur le compte de la jeunesse 10, de même que les intrigues de cour et cabales réveillent parfois son caractère difficile.

11Souvenons-nous tout de même que la guerre de la ligue d’Augsbourg qu’a connue Barbezieux a mobilisé une armée de plus de 400 000 hommes, sur des fronts multiples et sur fond de grande disette à l’hiver 1693-1694. La gestion d’une armée gigantesque n’est pas possible sans des qualités d’organisateur, de gestionnaire hors pair. Cette aisance dans la gestion tant financière que morale et disciplinaire apparaît dans bien des lettres comme un domaine dans lequel il s’impose mieux que dans la chose purement militaire. Au cours de l’année 1692 par exemple, ses dépêches et directives permettent toutefois d’apprécier des qualités intellectuelles mises directement au service de la guerre de siège. La correspondance nous donne également à voir une armée qui, aux marges du royaume en particulier, devient le bras armé de la politique financière du royaume, et qui impose notamment une taxe aux populations désormais « protégées ».

12On voit aussi poindre la fermeté du ministre dans nombre de lettres, en particulier celles dans lesquelles le secrétaire d’État traite des affaires de désertion ou de détail des compagnies. Ce trait de caractère révèle peut-être aussi quelques-uns des fléaux que l’administration de la Guerre doit combattre : la désertion et l’absentéisme chronique des officiers ne sont-ils pas aussi l’une des réalités du champ de bataille et du retour à l’état de paix ? Épreuve ardue pour l’administration, la réforme des troupes suite à la paix de Ryswick est à porter au crédit de Barbezieux, de même que l’institution de la milice. Ces mesures sont largement et fermement diffusées par dépêches dans les provinces et garnisons depuis Versailles.

  • 11  SHD/GR, A1 1433, fol. 129, 19 juillet 1698, lettre de Barbezieux à Saint-Mars.

13Moins visibles sont les affaires à traiter dans l’ombre. Nous y avons tout de même aisément accès, la correspondance ministérielle ne tenant jamais compte d’une possible distinction entre la personne publique, le ministre et la personne privée. Ainsi l’empressement et même le dévouement de Barbezieux ne sont plus à démontrer à compter de l’année 1698, au travers des dépêches expédiées à monsieur de Saint-Mars, gouverneur des îles Sainte-Marguerite et geôlier d’un prisonnier mystérieux. Sous les yeux du lecteur se met à germer la légende de l’homme au masque de fer, puisque c’est Barbezieux qui envoie à Saint-Mars les directives pour soustraire son prisonnier à la vue de quiconque et le transférer de Provence jusqu’à la Bastille : « Le roy trouve bon que vous partiez des isles de sainte marguerite pour venir à la bastille avec votre ancien prisonnier en prenant vos precautions pour empescher quil ne soit veu ny connu de personne… » 11

  • 12  La synthèse la plus récente et qui donne les conclusions les plus communément admises est à lire : (...)

14Barbezieux suit désormais avec attention le transfert jusqu’à Paris du fameux prisonnier et a toujours le soin de griffonner quelques ambages pour désigner sans le nommer l’homme sous la garde de Saint-Mars12. Dans le domaine des affaires privées, le château de l’Étang, situé à l’extrémité du parc de Saint-Cloud, est l’objet de beaucoup d’attentions de la part du ministre et notamment pour l’agrément de la demeure et l’ornementation des jardins : faune, flore, minéraux, rien n’échappe au marquis qui en donne de multiples preuves dans ses registres de correspondance.

15Citera-t-on enfin les nombreux affidés en province, chargés de faire parvenir à Barbezieux les plus belles pièces de viande, les crustacés les meilleurs, les vins les plus recherchés et les plantes et décoctions les plus flatteuses ?

Haut de page

Notes

1  SHD/GR, A1 1443, fol. 158, 17 janvier 1699, lettre de Barbezieux à Desjardins.

2  Pour mieux appréhender la vie de Barbezieux, le lecteur se reportera avec bénéfice à la notice biographique que lui consacrent Nicolas Certain et Emmanuel Pénicaut dans ThierrySarmant (dir.), Les ministres de la Guerre 1570-1792, Belin, 2007, ainsi qu’au mémoire suivant : Certain (Nicolas), Louis-François-Marie Le Tellier, marquis de Barbezieux, et la direction de la guerre de 1691 à 1701, mémoire de maîtrise préparée sous la direction de JeanDuma et ThierrySarmant, université de Paris X-Nanterre, 2000.

3  SHD/GR, A1 1431, fol. 181, 24 juin 1698, lettre de Barbezieux à La Valette.

4  Devos (Jean-Claude), « Du dépôt de la Guerre au service historique de l’armée de Terre », Revue historique des armées, no 171, 2/1988 ; Sarmant (Thierry), « Mars archiviste : département de la Guerre, archives de la Guerre, 1630-1791 », Revue historique des armées, no 222, 1/2001 ; Tulard (Jean), « Le dépôt de la Guerre et la campagne de Russie », Revue historique des armées, 3/1969.

5  SHD/GR, A1 1181, fol. 55.

6  Devos (Jean-Claude), « Le secrétariat d’État à la Guerre et ses bureaux », Revue historique des armées, no 162, 1/1986 ; Rowlands (Guy), « Louis XIV et la stratégie de cabinet : mythe et réalité », Revue historique des armées, no 222, 1/2001.

7  Il est à noter que ces transcrits sont tout à fait nécessaires au chercheur, même s’ils paraissent faire double-emploi, de par leur coexistence avec certains volumes de pièces originales. Reste que leur lecture est plus aisée et peut aider les lecteurs aux prises avec la plume parfois brouillonne des commis.

8  Sarmant (Thierry), « Mars archiviste : département de la Guerre, archives de la Guerre, 1630-1791 », Revue historique des armées, no 222, 1/2001.

9  Sarmant (Thierry), Stoll (Mathieu), La guerre et les grands bâtiments : index de la correspondance expédiée par François-Michel Le Tellier, marquis de Louvois, secrétaire d’État de la Guerre et surintendant des Bâtiments, 1683-1691, Vincennes, 2000.

10  L’aveu est lâché dans cette simple missive : « Monsieur je vous prie davoir une liste de tous ceux qui ont eu les lots de la lotterie de Marseille, et deme l’envoyer, ce que je fais pour satisfaire a ma curiosité », SHD/GR, A1 1457, fol. 48, 7 mars 1700, lettre de Barbezieux à de Menonville.

11  SHD/GR, A1 1433, fol. 129, 19 juillet 1698, lettre de Barbezieux à Saint-Mars.

12  La synthèse la plus récente et qui donne les conclusions les plus communément admises est à lire : Petitfils (Jean-Christian), L'Homme au masque de fer, Paris, Perrin, 1970 ; Le Masque de fer, entre histoire et légende, Paris, Perrin, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Lagarde, « Le testament d’un ministre de la Guerre », Revue historique des armées, 263 | 2011, 112-117.

Référence électronique

Benoît Lagarde, « Le testament d’un ministre de la Guerre », Revue historique des armées [En ligne], 263 | 2011, mis en ligne le 24 janvier 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://rha.revues.org/7223

Haut de page

Auteur

Benoît Lagarde

Officier, chargé des fonds anciens au bureau des archives historiques au département de l’armée de Terre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org