Navigation – Plan du site
Lectures

François d’Aubert, Colbert. La vertu usurpée

Perrin, 2010, 488 pages
Antoine Boulant

Texte intégral

1C’est dans l’optique de réviser l’image consensuelle de Colbert, forgée sous la IIIe République, que François d’Aubert a choisi de proposer cette nouvelle biographie du ministre de Louis XIV, dans la lignée des ouvrages publiés notamment par Jean Meyer, Jean-Louis Bourgeon et Jean Villain. Il était légitime que cet ancien ministre, magistrat à la Cour des comptes, s’intéresse au destin du contrôleur général des finances du Roi-Soleil. S’appuyant sur les travaux de ses prédécesseurs, sans négliger les mémoires et les correspondances, il n’a cependant pas eu recours aux archives manuscrites, limitant ainsi la portée de son étude à une synthèse fort bien écrite et ne cachant pas les aspects les plus sombres du personnage, notamment son goût exacerbé pour le pouvoir et l’argent. On s’intéressera en particulier aux pages que François d’Aubert consacre aux efforts de Colbert pour renforcer la marine, notamment en réorganisant son encadrement, en augmentant son budget, en lançant de grands chantiers de construction et en encourageant le commerce. L’auteur lui reconnaît dans ce domaine un succès indéniable. Une dernière partie, fort intéressante, s’attache au destin des « colbertides » et à la résurrection posthume du personnage au XIXe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Boulant, « François d’Aubert, Colbert. La vertu usurpée », Revue historique des armées [En ligne], 263 | 2011, mis en ligne le 06 mai 2011, consulté le 27 avril 2017. URL : http://rha.revues.org/7228

Haut de page

Auteur

Antoine Boulant

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org