Navigation – Plan du site
Dossier

Ennemis héréditaires, alliés par nécessité

Hereditary enemies, necessary allies
Robert Tombs
Traduction de Clémence Rochat
p. 11-18

Résumés

Deux siècles après la bataille de Waterloo, les relations franco-britanniques peuvent être perçues comme une évolution de l’hostilité à l’alliance et finalement au partenariat. Mais il ne s’agit pas d’une évolution sans heurt et continue. Le rapprochement n’a pas été simple au XIXe siècle et au cours du XXe siècle, l’alliance ne résultait pas de la confiance et de l’affection que les politiques et les peuples des deux pays pouvaient se porter. De part et d’autre de la Manche, d’autres pays ou d’autres parties du monde semblaient plus importants que cela soit pour nouer des relations amicales, conflictuelles ou d’influences économiques et politiques. De fait, dans le passé, certains pays étaient contraints de nouer des partenariats ou des alliances car leur survie en dépendait. Aujourd’hui, la France et la Grande-Bretagne sont les seuls États européens à avoir encore une ambition mondiale. Pour parvenir à leurs fins, les deux pays aimeraient opter pour d’autres partenaires. Cependant, la réalité les rappelle à l’ordre et dans le monde des années 2010, ils ne peuvent compter que l’un sur l’autre. Ce qui pourrait être plus facile à accepter s’ils étaient plus oublieux de leurs affrontements et moins négligeant envers leurs alliances passées.

Haut de page

Texte intégral

1Les relations franco-britanniques à travers le siècle et peut-être même les deux siècles qui suivirent la bataille de Waterloo peuvent se caractériser par une évolution de l’hostilité à l’alliance, puis au partenariat. D’aucuns diront qu’il s’agissait d’un processus inévitable car presque tous les hommes politiques français voulaient éviter de retrouver à nouveau la Grande-Bretagne comme ennemie ou même comme adversaire. Cette conviction se vit renforcée alors que la puissance britannique s’accroissait et que de nouveaux dangers – le plus évident étant l’unification allemande – apparaissaient. Mais cette évolution ne fut pas régulière. Il n’y eut pas de politique constante concernant le rapprochement franco-britannique au cours du XIXe siècle. Celui-ci ne fut pas considéré comme incontournable par des figures telles que Wellington ou Palmerston. Il ne fut pas non plus porté par une poussée de sentiments de confiance et d’affection parmi les classes politiques des deux pays même si, en pratique, elles s’entendirent souvent bien.

  • 1  Andrew (Christopher), Théophile Delcassé and the Making of the Entente Cordiale, Londres, Macmilla (...)

2Au cours des deux siècles précédents, les relations franco-britanniques – comparées à la lutte épique que sir John Seeley appela « la seconde guerre de Cent Ans », alors que les deux nations ne se battaient pas simplement l’une contre l’autre mais s’observaient avec fascination comme les deux leaders de la civilisation européenne moderne – avaient été au mieux tièdes. Comme le disait lord Salisbury, « je crains (…) que tout ce qui ressemblera à une volonté de sincère amitié entre ces deux nations ne soit jamais possible ». Il espérait tout au plus « un sentiment mutuel d’indifférente tolérance » 1. D’autres pays et d’autres régions du monde avaient semblé, à diverses reprises, plus importants, que ce soit en tant qu’amis, ennemis ou modèles de modernité.

3Étonnamment peut-être, ce fut peu après Waterloo que la France devint plus agressive. Espérant que la Russie le soutiendrait contre une Grande-Bretagne dangereusement libérale, Charles X rêva de modifier le verdict de 1815 et de refaire de la monarchie bourbonne le symbole de la gloire française. La monarchie de Juillet, qui se revendiquait également comme l’héritière de « toutes les gloires de la France », essaya dans le même temps, mais sans succès, de rassurer et de provoquer la Grande-Bretagne en Afrique du Nord, au Moyen-Orient, dans le Pacifique et en Espagne. Pourtant, si ses dirigeants furent trop prudents pour s’opposer à la Grande-Bretagne dans la région très explosive des Pays-Bas, les deux pays furent assez proches du conflit en Syrie, en 1840.  À tel point que la France ainsi que l’Allemagne s’en effrayèrent, mais vraisemblablement pas Palmerston, qui traitait les menaces et les sollicitations avec le même mépris.

  • 2  Darriulat (Philippe), Les patriotes : la gauche républicaine et la nation, 1830-1870, Paris, Seuil (...)
  • 3  Jennings (Lawrence C.), France and Europe in 1848, Oxford, Clarendon, 1973, p. 19.

4L’un des problèmes de la monarchie de Juillet fut ses opposants de gauche, bruyants et nationalistes, qui l’accusèrent de lâcheté et de traîtrise, rêvant d’une grande guerre européenne de libération contre les systèmes en place comme dans les années 1790, et pour qui l’anglophobie était la forme de patriotisme la plus classique 2. Mais lorsque ses opposants furent eux-mêmes au pouvoir en 1848, la gauche républicaine eut d’autres problèmes à traiter et Lamartine rassura le monde en déclarant que « la guerre (...) n’est actuellement pas le fondement de la République française, comme ça l’était avec la nécessité fatale et glorieuse de la République en 1792 (...). Le monde et nous-mêmes désirons avancer vers la fraternité et la paix ». Un message que Palmerston commenta de la manière suivante : « Évaporez les parties gazeuses, nettoyez la crasse et vous trouverez ce qu’il reste pour la paix et la bonne entente avec les autres gouvernements. »3

5Le Second Empire sembla représenter une perspective de gouvernement bien plus dangereuse et il effraya autant les politiciens que le peuple britanniques. Toutefois, Napoléon III avait appris de l’expérience de son oncle – « Toutes mes guerres sont venues d’Angleterre » – si bien qu’il ne devait jamais faire de la Grande-Bretagne son ennemi ; car son soutien, ou au moins son accord, pourrait à nouveau permettre à la France de se déclarer arbitre européen. D’où son empressement à aller combattre aux côtés des Britanniques en Crimée et en Chine, son souhait de les impliquer pour soutenir son entreprise mexicaine et enfin la pression exercée sur eux pour une intervention conjointe lors de la guerre de Sécession américaine. Mais la méfiance que Napoléon III inspirait aux Britanniques, à la fois aux hommes politiques et au peuple – en tant que Bonaparte, dictateur et envahisseur potentiel – limita le partenariat au plus simple opportunisme et peu de larmes coulèrent en Grande-Bretagne lorsqu’il fut renversé en 1870.

6La France de la IIIe République et la Grande-Bretagne furent plus proches que jamais en terme de politique intérieure lorsque la république proclama son conservatisme et que la monarchie devint plus démocratique. Mais, quand dans les années 1880, les républicains firent de l’expansion impériale un moyen de se remettre de leur défaite de 1870, les deux pays devinrent des rivaux coloniaux directs, déclenchant une nouvelle explosion d’impérialisme européen qui entraîna les Allemands, les Russes, les Belges, les Japonais et les Américains. À la fin du XIXe siècle, après la crise de Fachoda, lorsque les Britanniques dénoncèrent la persécution de Dreyfus et que les Français dénoncèrent l’esclavagismedes Boers, leurs relations redevinrent plus tendues qu’elles ne l’avaient été depuis au moins un demi-siècle.

  • 4  Bourne (Kennet), Palmerston: The Early Years, 1784-1841, Londres, Allen Lane, 1982, p. 613.
  • 5  Pakula (Hannah), An Uncommon Woman: The Empress Frederick,Londres, Phoenix, 1995, p. 278.

7Si l’attitude française envers la Grande-Bretagne peut être résumée par le ressentiment et le désir de se rétablir après la défaite de 1815 (puis, par la suite, de celle de 1870), celle des Britanniques oscillait entre la suspicion, la peur, l’indifférence et le mépris. Palmerston, l’un des principaux acteurs de la politique étrangère entre les années 1830 et 1860, incarnait cette attitude : « Je ne blâme pas les Français de ne pas nous aimer. Leur vanité les pousse à être la première nation du monde. Et pourtant, à chaque fois, ils découvrent que nous les surpassons en tout point. » 4 Un tel point de vue n’empêcha pas l’admiration de la France dans d’autres domaines qu’en politique, et particulièrement dans les arts, la mode et les manières. Comme le déclara la reine Victoria : « Je crains que les Français ne soient trop inconstants, corrompus et ignorants, trop vaniteux et insensés pour espérer être raisonnablement gouvernés. Je crains qu’en tant que nation, ils ne soient incurables même si, en tant qu’individus, ils sont charmants. »5 À certains moments, la reine fut en très bons termes avec les Orléans et les Bonaparte et, par la suite, elle séjourna régulièrement en France. Elle fut également une dreyfusarde convaincue.

8Les soupçons de Palmerston envers la France ne l’empêchèrent pas d’en être l’allié, surtout lors de la guerre de Crimée. L’un de ses principes en politique étrangère était d’agir étroitement avec les puissances potentiellement les plus dangereuses. D’ailleurs, il demanda parfois des forces militaires pour épauler la marine britannique. Toutefois, cela n’impliqua que rarement une coopération politique proche et, jamais, il ne considéra la France comme une alliée. Wellington et Palmerston continuèrent à la percevoir comme une menace – en fait, la seule menace envisageable au XIXe siècle – surtout lorsque les navires à vapeur semblèrent offrir la possibilité d’une invasion surprise. La profonde ambivalence envers la politique française fut très clairement démontrée lors de l’intervention de Napoléon III en Italie. La défaite de l’Autriche et la création du royaume d’Italie avaient été applaudies en Grande-Bretagne et étaient même perçues comme une victoire de la politique britannique, menée aux frais d’autrui. L’annexion par la France de la Savoie et du comté de Nice réveillèrent certaines craintes – qui n’étaient pas totalement infondées – selon lesquelles il s’agirait d’une première étape dans un plan d’expansion plus vaste, le long du Rhin et en Belgique. La réponse britannique – qui nous semble aujourd’hui incohérente mais qui était sensée pour la période victorienne – fut de dépenser une grande quantité d’argent pour fortifier la côte sud contre une possible attaque française, d’encourager la création d’une nouvelle force défensive de volontaires et de signer un ambitieux traité commercial avec la France, instaurant alors ce qui fut appelé « le premier marché commun ». Pourtant, dix ans plus tard, la Grande-Bretagne vit avec indifférence, et même avec satisfaction, la France être vaincue par l’Allemagne.

9Ce ne fut que dans les années 1880, lors de l’occupation britannique en Égypte (d’où la France s’était retirée pour des raisons de politique intérieure) que les deux pays recommencèrent sérieusement à croiser le fer diplomatique. Même si les choses avaient évidemment changé depuis les années 1860,  la Grande-Bretagne n’était plus vraiment concernée par l’hostilité française à son égard. Pourtant, elle arrêta le chantier du premier tunnel sous la Manche, car il pouvait servir en cas d’invasion, et elle s’inquiéta des nouvelles tactiques navales françaises. Mais la France n’était dangereuse que si elle faisait partie d’une coalition. Isolée, comme le démontrèrent Fachoda ou encore sa campagne contre la guerre des Boers, la France était incapable d’inquiéter la politique britannique. Ce furent des événements plus importants qui changèrent ces relations et tout particulièrement les ambitions impériales des autres puissances.

  • 6  Taylor (A.J.P.), The Struggle for Mastery in Europe, 1848-1918, Oxford UP, 1971.

10La France et la Grande-Bretagne étaient conscientes du déclin relatif de leur puissance respective, déclin qu’elles exagéraient quelque peu. Les Français – et particulièrement le groupe de pression colonial – se rendirent compte qu’ils ne pouvaient accomplir leurs objectifs s’ils étaient en conflit avec la Grande-Bretagne. Cette dernière – s’inquiétant d’abord et surtout d’une alliance de la France avec la Russie et de ses ambitions réelles ou imaginaires sur l’Asie centrale et la Chine – signa un traité avec le Japon en 1902 pour l’encourager à résister à l’invasion russe dans le nord de la Chine. Ceci, soutint A.J.P. Taylor, rendit le rapprochement anglo-français inévitable afin d’éviter que les deux nations ne se retrouvent impliquées dans la guerre russo-japonaise 6. En parallèle, leur inquiétude commune s’accrut vis-à-vis de l’Allemagne post-bismarckienne, les Britanniques en raison des chantiers navals allemands et les Français à cause de l’interférence allemande dans leurs ambitions au Maroc.

  • 7  Hinsley (F.H.) (dir.), British Foreign Policy under Sir Edward Grey, Cambridge UP, 1977, p. 324.
  • 8  Ferguson (Niall), The Pity of War, Londres, Allen Lane, 1998, p. xxxix.

11Après 1905, pour des raisons toujours controversées, la Grande-Bretagne et la France s’accordèrent sur une alliance tacite. Les Britanniques refusèrent tout engagement formel : « L’Entente n’est pas une alliance », précisa l’influent diplomate du bureau des Affaires étrangères, Eyre Crow, en 1911. « En cas d’ultime urgence, elle pourrait n’avoir aucun poids. » 7 Pourtant, les décisionnaires britanniques furent de plus en plus convaincus qu’ils ne devraient pas laisser l’Allemagne vaincre la France au cours d’une guerre européenne. Le ministre des Affaires étrangères du Royaume-Uni, Edward Grey, vit le danger : si la Grande-Bretagne restait neutre, elle éveillerait l’hostilité de tous les côtés et tôt ou tard, elle devrait faire face à « la haine de ceux qui avaient craint et de ceux qui avaient souhaité son intervention ; de plus, l’Allemagne aurait tout pouvoir sur le continent » dans une guerre contre l’Empire britannique 8. Mais bien sûr, il fallut l’invasion de la Belgique par les Allemands pour convaincre les sceptiques que l’Allemagne était le véritable ennemi.

  • 9  Greenhalgh (Elizabeth), ‘Georges Clemenceau, David Lloyd George, and the 1918 manpower crisis’, Hi (...)
  • 10 Idem, p. 397

12L’alliance franco-britannique au cours de la Première Guerre mondiale devint de plus en plus étroite. Les deux économies étaient coordonnées à une échelle sans précédent. La finance, la navigation, le charbon, l’acier et les manufactures britanniques furent rapidement indispensables pour que les Français continuent à se battre et la Royal Navy commença enfin à entraver l’économie allemande. Cependant, alors que la nouvelle armée de Kitchener était levée et entraînée, l’armée française restait le rempart indispensable contre l’Allemagne – « l’épée de l’Angleterre », devait déclarer le général von Falkenhayn. D’où son plan de saigner à blanc l’armée française à Verdun et de forcer à la fois la France et l’Angleterre à faire la paix. La synergie de l’effort de guerre franco-britannique fut elle-même une cause de tensions et de ressentiment en France, parmi les politiciens, les soldats et les gens ordinaires. Comme l’avança incontestablement un général français, les Britanniques travaillaient dans les mines de charbon et les usines, envoyaient patrouiller des navires mais « ils ne se faisaient pas tuer »9. La crise de mars et avril 1918, le dernier coup de dés de l’Allemagne qui menaça un temps toute la position alliée, provoqua des récriminations mutuelles, alors que chaque côté appelait l’autre à l’aide. Avant la fin de la guerre, conclut Elizabeth Greenhalgh, il y eut « un conflit d’autant plus amer qu’il était absurde »10.

  • 11  Lentin (Anthony), Lloyd George and the Lost Peace: From Versailles to Hitler, Londres, Palgrave, 2 (...)
  • 12  Keynes (J.-M.), The Economic Consequences of the Peace, Londres, Macmillan, 1920, p. 29, 31, 33.

13L’amertume entre Français et Britanniques n’aida bien entendu pas lors des négociations interalliées à la conférence de la Paix de Paris, même si les véritables problèmes étaient plus profonds. Les Britanniques, les Américains et les Dominions voulaient laisser les querelles européennes derrière eux. Il leur fallut donc croire que la menace germanique avait disparu – le ministre des Affaires étrangères britannique, lord Balfour, déclara que « l’Allemagne était repentante, que son esprit avait subi une conversion et qu’elle était une nation totalement différente »11. La France fut bien entendu plus sceptique car elle avait certaines raisons géographiques évidentes de se méfier. Cela généra les critiques les plus virulentes des progressistes, parmi lesquels John Maynard Keynes, qui accusa Clemenceau d’avoir « l’esprit sec et l’espoir vide », rejetant « toute la classe de doctrine que prône la Société des Nations (...). Il ne voit le problème que sous l’angle de la France et de l’Allemagne et non pas de l’humanité et d’une civilisation européenne luttant pour un ordre nouveau »12.

14Dans une certaine mesure, les relations franco-britanniques entre les deux guerres restèrent sur cette lignée, avec de nombreux politiciens et diplomates français qui se préparaient à prendre des mesures plus dures contre l’Allemagne, ceci avant et après l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Pourtant, en France aussi, il y avait un fort courant pacifiste, tant à gauche qu’à droite. Aucun pays n’était prêt à faire face à la possibilité d’une autre guerre. Même lesfaucons britanniques, comme Churchill, voulaient rester loin des disputes européennes et se concentrer sur la défense impériale. L’aviation et la marine passèrent avant l’armée pour les fonds et l’équipement. La force aérienne était prévue pour une guerre de bombardement stratégique et non pas pour une guerre tactique en soutien de l’armée. C’est pourquoi la Grande-Bretagne ne put soutenir que très peu la France en 1939-1940 et cela explique en partie la défaite française.

  • 13  Se reporter à Robert Frank, La hantise du déclin : le rang de la France en Europe, 1920-1960, Pari (...)

15La rancœur de 1940 fut largement effacée avec le temps, par l’épopée de la Libération et de la Résistance. Comme le déclara le président Sarkozy dans un discours à Londres, le 18 juin 2010, « en reconnaissant au général de Gaulle le droit de parler et d’agir au nom de la France, l’Angleterre (…) a permit à la Résistance française d’exister ». Évidemment, cet hommage gracieux dissimule une multitude de « péchés » de part et d’autres. Les disputes féroces entre Churchill et de Gaulle sont désormais célèbres, bien que l’on n’en ait évidemment rien su à l’époque. Au moment de la Libération, dans l’esprit de tous, soldats ordinaires, résistants, aviateurs exfiltrés, SOE (service de renseignement et d’action britannique), la France et la Grande-Bretagne étaient de véritables alliés. Dans les années qui suivirent immédiatement la guerre, Ernest Bevin et Léon Blum tentèrent de renforcer cette alliance pour le futur, grâce au traité de Dunkerque (1947) – un nom choisi délibérément – qui devait devenir le pilier de l’Europe d’après-guerre. Il apparut rapidement qu’il n’était qu’une illusion qui ne résista pas aux premiers jours de la guerre froide, à une divergence économique, aux traumatismes de la décolonisation, à la débâcle de Suez et surtout à l’obsession allemande des Français et à l’obsession américaine des Britanniques 13.

  • 14  Reynolds (David), In Command of History : Churchill Fighting and Writing the Second World War, Lon (...)
  • 15  Frank (R.), La hantise du déclin…, op.cit., p. 244. Pour les détails sur les désaccords historique (...)

16De plus, le souvenir de la victoire et de la Libération ne fut pas à l’origine d’une alliance durable entre les deux pays, chacun se cramponnant à une idée de la guerre qui flattait sa propre fierté. Dans le souvenir britannique de 1940 – la résistance contre les hordes nazies qui voulaient traverser la Manche – la France est éliminée, sauf peut-être pour en faire un faire-valoir pitoyable à la gloire de la Grande-Bretagne. Ce fut, comme le démontra David Reynolds, une création de Churchill, dont l’histoire de 1940 inclut « un passage superbement ingénieux» qui fut en fait la « nécrologie de la IIIRépublique » : elle y fut montrée comme dénuée d’idées, de courage et de détermination 14. Churchill ne dit rien non plus, lors de son discours à la Chambre des Communes après Dunkerque, sur le rôle de l’armée française qui retenait les Allemands alors que le corps expéditionnaire britannique embarquait. Parallèlement, de Gaulle revendiqua de manière émouvante la gloire de la libération de Paris par « son peuple (...), [les] armées de la France (...), la France toute entière ». Minimiser l’importance du rôle joué par les Britanniques dans la Résistance et la Libération et accentuer l’hostilité britannique vis-à-vis de sa propre mission devinrent des éléments importants du mythe de De Gaulle. Ce fut ce que Robert Frank appela une « amnésie significative », car reconnaître la véritable contribution britannique aurait été un rappel trop douloureux des « différents destins des deux pays »15.

  • 16  Libération, 5 avril 2004.

17La France et la Grande-Bretagne furent de réelles alliées au cours de deux terribles guerres, au point même de proposer une union politique. Néanmoins, aujourd’hui, elles ne semblent pas parvenir à se souvenir d’elles-mêmes en tant qu’alliées. L’année 2004 combinait le soixantième anniversaire du jour J et le centenaire de l’Entente cordiale et fut marquée par de nombreuses cérémonies commémoratives. Pourtant, un sondage montra que parmi les mots choisis le plus souvent par les Français pour décrire les Anglais, on trouvait « isolés », « bornés » et « égoïstes ». Les Britanniques, quant à eux, décrivaient communément les Français comme « indignes de confiance » ou « traîtres » et près d’un sur trois les trouvaient « lâches » 16.

  • 17  Pour un résumé, se reporter au Stockholm International Peace Research Institute [SIPRI] Military E (...)
  • 18  Jones (Ben), ‘Franco-British military cooperation: a new engine for European defence?’, Institut d (...)

18Malgré tout, on peut estimer que Bevin et Blum furent des prophètes plutôt que les victimes d’une illusion sentimentale qui ne devait pas faire long feu. Une fois de plus, la Grande-Bretagne et la France redevinrent de proches alliées, les piliers de la défense européenne, en dépit de la dissension causée par la seconde guerre d’Irak. C’est en partie par ambition, car les deux pays souhaitent continuer à jouer un rôle politique et militaire significatif dans le monde, et en partie par défaut des autres pays d’Europe qui n’ont pas cette ambition. La France et la Grande-Bretagne, avec les troisième et quatrième budgets les plus importants au monde, représentent les deux tiers des dépenses européennes en terme d’équipements militaires 17. Toutes deux consacrent environ 4 à 5 % des dépenses totales de leur gouvernement pour la défense, ce qui constitue environ la moitié de toutes les dépenses européennes en matière de défense 18.

19Pourtant, dans le cadre de la situation financière actuelle, c’est un fardeau qu’elles trouvent lourd à porter. La Grande-Bretagne a eu d’énormes frais supplémentaires après les guerres en Irak et en Afghanistan, ce qui a provoqué des réductions de dépenses pour l’armement – surtout concernant les équipements les plus coûteux et les moins indispensables immédiatement, tels que les navires et les avions. Le Strategic Defence and Security Review d’octobre 2010 marque le début d’une politique d’affaiblissement de la Royal Navy et de la Royal Air Force et, sur le papier, fait de la Grande-Bretagne une puissance militaire inférieure à la France – pour la première fois sur mer depuis Louis XIV. Cependant, la France s’attend également à de sévères restrictions dans un futur proche. Les Britanniques se sont vus confier la construction de nouveaux porte-avions, mais ont conclu qu’ils ne pourraient pas se payer les avions pour en décoller – une décision qui a engendré une controverse publique et même des moqueries. La solution semble résider dans le partage des systèmes d’armement avec le seul partenaire adéquat, la France, dont les avions pourraient décoller des porte-avions britanniques.

  • 19  Pour un résumé du traité et de son contexte, voir : Jones (B.), ‘Franco-British military cooperati (...)
  • 20  Idem, p. 17. Pour le contexte franco-britannique et l’impact de Suez, se reporter à : Tombs (Rober (...)

20Cependant, les porte-avions et les fortes restrictions budgétaires sont seulement l’aspect le plus visible d’une équation plus délicate que tentent de résoudre les deux pays : rester les leaders de la défense européenne et jouer un rôle à l’échelle mondiale à un prix acceptable pour leur électorat. Une collaboration croissante semble être l’unique solution et, en novembre 2010, un nouveau traité de coopération en matière de défense et de sécurité a été signé. Ce traité devrait donner naissance en principe à une force terrestre commune, une unité opérationnelle navale commune et une étroite coopération en matière de développement d’armes, y compris dans le domaine nucléaire 19. Il y eut quelques réactions hostiles à cette idée dans la presse britannique, probablement basées sur le souvenir déformé de 1940 mentionné plus haut. Toutefois, ce traité devrait créer une coopération plus importante qu’elle ne l’a jamais été auparavant en temps de paix. Ce qui pourrait avoir pour conséquence future que la France et la Grande-Bretagne ne puissent plus mettre en œuvre une force militaire importante sans la participation de l’autre – une situation unique et sans précédent qui pose des questions politiques et militaires fondamentales. Bien qu’il a été dit que ce traité marquait un affaiblissement du « paradigme de Suez » (lors de la crise de Suez, la Grande-Bretagne s’était raccrochée à l’Amérique et à l’OTAN alors que la France réclamait une force de frappe européenne indépendante 20), le premier test pratique de ce partenariat en Libye, en mars 2011, a immédiatement ravivé la vieille division concernant le rôle de l’OTAN. Il est concevable que la Grande-Bretagne et la France préfèrent d’autres partenaires – les États-Unis qui les considèrent comme un partenaire spécial et de valeur ou une Allemagne volontaire – pour soutenir leurs ambitions politiques. Mais la réalité les rappelle à l’ordre et dans le monde des années 2010, les deux pays ne peuvent compter que l’un sur l’autre. Ce qui serait d’autant plus facile à accepter s’ils étaient plus oublieux de leurs affrontements et moins négligeant envers leurs alliances passées.

Haut de page

Notes

1  Andrew (Christopher), Théophile Delcassé and the Making of the Entente Cordiale, Londres, Macmillan, 1968, p. 116.

2  Darriulat (Philippe), Les patriotes : la gauche républicaine et la nation, 1830-1870, Paris, Seuil, 2002.

3  Jennings (Lawrence C.), France and Europe in 1848, Oxford, Clarendon, 1973, p. 19.

4  Bourne (Kennet), Palmerston: The Early Years, 1784-1841, Londres, Allen Lane, 1982, p. 613.

5  Pakula (Hannah), An Uncommon Woman: The Empress Frederick,Londres, Phoenix, 1995, p. 278.

6  Taylor (A.J.P.), The Struggle for Mastery in Europe, 1848-1918, Oxford UP, 1971.

7  Hinsley (F.H.) (dir.), British Foreign Policy under Sir Edward Grey, Cambridge UP, 1977, p. 324.

8  Ferguson (Niall), The Pity of War, Londres, Allen Lane, 1998, p. xxxix.

9  Greenhalgh (Elizabeth), ‘Georges Clemenceau, David Lloyd George, and the 1918 manpower crisis’, Historical Journal, 50 ; 2, 2007, p. 420.

10 Idem, p. 397

11  Lentin (Anthony), Lloyd George and the Lost Peace: From Versailles to Hitler, Londres, Palgrave, 2001, p. 81.

12  Keynes (J.-M.), The Economic Consequences of the Peace, Londres, Macmillan, 1920, p. 29, 31, 33.

13  Se reporter à Robert Frank, La hantise du déclin : le rang de la France en Europe, 1920-1960, Paris, Belin, 1994, pour une analyse lucide.

14  Reynolds (David), In Command of History : Churchill Fighting and Writing the Second World War, Londres, Allen Lane, 2004, p. 166-167.

15  Frank (R.), La hantise du déclin…, op.cit., p. 244. Pour les détails sur les désaccords historiques, voir : Tachin (Agnès), La Grande-Bretagne dans l’imaginaire français à l’époque gaullienne, Bruxelles, Peter Lang, 2009, chap. 7.

16  Libération, 5 avril 2004.

17  Pour un résumé, se reporter au Stockholm International Peace Research Institute [SIPRI] Military Expenditure Database (base de données des dépenses militaires) (2009). En 2009, la France était le 3e pays le plus dépensier et la Grande-Bretagne le 4e (en dollars américains).

18  Jones (Ben), ‘Franco-British military cooperation: a new engine for European defence?’, Institut d’études de sécurité de l’Union européenne, Occasional paper 88 (février 2011), p. 12.

19  Pour un résumé du traité et de son contexte, voir : Jones (B.), ‘Franco-British military cooperation’, op.cit.

20  Idem, p. 17. Pour le contexte franco-britannique et l’impact de Suez, se reporter à : Tombs (Robert et Isabelle), That Sweet Enemy : The French and the British from the Sun King to the Present, Londres, William Heinemann, 2006, chap. 13.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Tombs, « Ennemis héréditaires, alliés par nécessité », Revue historique des armées, 264 | 2011, 11-18.

Référence électronique

Robert Tombs, « Ennemis héréditaires, alliés par nécessité », Revue historique des armées [En ligne], 264 | 2011, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rha.revues.org/7267

Haut de page

Auteur

Robert Tombs

Professeur d’histoire française à l’université de Cambridge, il est membre du St John’s College. Il est notamment co-auteur de : That Sweet Enemy: Britain and France. The History of a Love-Hate Relationship (New York: Vintage, 2008).

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org