Navigation – Plan du site
Dossier

De « quantité négligeable » au « renouveau de la France » : représentations de la France en tant qu’alliée militaire à la fin des années 1930

From ‘quantité négligeable’ to the ‘Revival of France’: Representations of France as a Military Ally in the Late-1930
Daniel Hucker
Traduction de Clémence Rochat
p. 48-58

Résumés

Cet article montre pourquoi les Britanniques ont été, en septembre 1939, aussi proches des Français et ce en dépit d’une longue réticence voire même d’une certaine hostilité. Deux explications peuvent être données : premièrement les Français ont, eux-mêmes, grandement encouragé l’engagement britannique, en particulier lors de la période 1938-1939 lorsque le gouvernement Daladier a voulu débarrasser la France de l’image d’une nation au bord de la guerre civile ; et, deuxièmement, lorsque l’opinion publique britannique a évolué dans sa perception de la France – notamment grâce à la presse – et est passée de l’hostilité latente au soutien actif de l’alliance franco-britannique. À travers différentes analyses politiques (de la presse notamment) de 1936 à 1939, cet article montre comment les perceptions britanniques ont changé : comment la France est passé du statut de pays divisé et influencé par l’Union soviétique à celui de pays uni et discipliné, libre de toute influence communiste, et possédant une armée puissante. Au bilan, un allié digne de ce nom pour l’Empire britannique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Article de Churchill, The Daily Telegraph, 14 avril 1938.
  • 2  Archives d’histoire contemporaine, Centre d’histoire de Sciences Po, Paris, fonds Genebrier, GE 6, (...)
  • 3  Fonds Genebrier, GE 12, Churchill à Daladier, 14 avril 1938.

1En avril 1938, Winston Churchill releva comment, en Grande-Bretagne, une faction pro-allemande célébrait l’« impuissance parlementaire » française, avertissant les Français que leur « petit jeu» pourrait bien « très mal tourner – et en faire un danger commun » 1. L’avertissement de Churchill reflétait bien la façon dont le turbulent système politique français ébranlait la confiance des Britanniques envers leur allié. Pour le nouveau président du Conseil français, Édouard Daladier, ce sentiment si négatif devait être inversé pour qu’une entente franco-britannique solide puisse se réaliser. En Grande-Bretagne, les francophiles qui partageaient le souhait de Daladier en faveur d’une entente franco-britannique plus consistante étaient optimistes et pensaient que le « taureau du Vaucluse » réussirait à transformer la politique intérieure française en éradiquant la polarisation idéologique et en maintenant une France unie, digne de la confiance britannique. Effectivement, ce fut Daladier qui avertit ses compatriotes en septembre 1937 que l’Europe moderne résonnait des mots « malheur aux faibles » et que la France devait s’unifier ou périr 2. Le jour même où il déplorait le « petit jeu» de la France, Churchill écrivit également à Daladier, l’implorant de « mener à bien ces projets pour la sécurité commune de nos deux pays, dont nous avons déjà parlés lorsque j’ai eu le plaisir de vous rendre visite à Paris. Vous trouverez un terrain favorable et je ne doute pas de votre succès. Mais battez le fer tant qu’il est chaud »3.

  • 4 Churchill Archives Centre (CAC), Cambridge, Churchill Papers, CHAR 2/238, Daladier à Churchill, 19  (...)
  • 5  Discours de Daladier, 21 mars 1937, fonds Genebrier, GE 6.
  • 6  Lamoureux (Lucien), « Souvenirs politiques », Bibliothèque de documentation internationale contemp (...)

2Daladier fut tout d’abord confiant, répondant à Churchill que sa prochaine visite à Londres démontrerait « une union encore plus intime entre nos deux pays » 4. Il était certainement conscient du besoin de régler les problèmes internes de la France. En tant que président du Conseil en 1934, il avait fait l’expérience personnelle de la division liée à la polarisation idéologique. Après la fusillade de Clichy, le 16 mars 1937, il nota comment de tels incidents alimentaient la propagande étrangère selon laquelle la France était « affaiblie ou même déchirée par les factions et menacée de la guerre civile », soulignant l’importance de « rétablir la paix entre les Français, condition du maintien de la paix extérieure » 5. Le député radical, Lucien Lamoureux, déplorait la façon dont l’affaire de Clichy renforçait l’impression à l’étranger que la France était en proie à « une sorte d’anarchie révolutionnaire », vacillant vers le communisme et « incapable » de résister à l’agression allemande 6.

  • 7  CAC, Phipps Papers, PHPP I 1/18, Phipps à Eden, 9 avril 1937.
  • 8  Dockrill (Michael), British Establishment Perspectives on France, 1936-1940, Basingstoke, Macmilla (...)
  • 9  Journal de Pownall, 30 novembre 1934, dans : Bond (Brian) (dir.), Chief of Staff: The Diaries of L (...)

3Les Allemands comptaient évidemment sur les troubles agitant la France. Peu de temps avant de quitter son poste d’ambassadeur à Berlin pour se rendre à Paris, sir Eric Phipps apprit par Gœring qu’il pouvait à présent comparer l’ordre de la capitale allemande avec « le désordre et les tensions civiles » de son homologue française. La France, conclut Gœring, « était véritablement en voie de décomposition », prouvant clairement que la Grande-Bretagne avait « misé sur le mauvais cheval » 7. En Grande-Bretagne, nombreux étaient ceux qui partageaient l’interprétation de Gœring, notamment en raison de la situation financière précaire de la France. Comme le soutint Michael Dockrill, la confiance en la France était « sapée par le déclin constant de l’économie française depuis 1934 » 8. Cependant, force est de constater que cet antagonisme fut également inspiré par le dédain pour la politique étrangère française. Pour beaucoup, la crise européenne d’alors, et notamment le « revanchisme » allemand, était la conséquence inévitable des précédents efforts français pour entraver l’Allemagne lors de la signature du traité de Versailles. Comme le nota Henry Pownall, alors assistant militaire du secrétaire au Conseil impérial de défense (CID) en novembre 1934, la plupart des problèmes d’alors auraient pu être évités sous l’ère de Stresemann si le traité de Versailles avait été amendé et le désarmement adopté. « Mais la véritable responsabilité de cet échec, conclut Pownall, repose assurément sur les épaules de la France. » 9

  • 10  The National Archives (TNA), Londres, FO 371/19857/C4248/1/17, Clerk à Eden, 11 juin 1936.
  • 11  TNA, FO 371/19857/C4248/1/17, Beaumont-Nesbitt à Clerk, 11 juin 1936.
  • 12  TNA, FO 371/19857/C4349/1/17, Lloyd-Thomas à Vansittart, 11 juin 1936.

4Durant l’été 1936, après les élections qui marquèrent l’arrivée du gouvernement du Front populaire de Léon Blum, la confiance britannique en la stabilité française fut à nouveau entamée par le déclenchement de nombreuses grèves. Le 11 juin, l’ambassadeur britannique, sir George Clerk, affirmait que la France était réduite « au statut de "quantité négligeable" aux yeux des nations » 10. De plus, un memorandum écrit par l’attaché militaire de l’ambassade, le major F. G. Beaumont-Nesbitt, rapporta la consternation du colonel Petitbon à l’idée que les troubles frappaient la France « au moment le plus regrettable ». Même si l’État-Major général français était satisfait du moral de l’armée, le futur immédiat était considéré avec une appréhension grandissante. Comme le nota Beaumont-Nesbitt, Petitbon soulignait fréquemment que son commentaire « s’appliquait au présent » 11. À ce moment, l’estime britannique pour la France fut clairement très faible. Même le premier secrétaire de l’ambassade, Hugh Lloyd-Thomas, qui avait auparavant été, selon ses propres termes, « plus qu’optimiste », exprimait désormais son inquiétude : « On ne peut pas s’empêcher de penser, actuellement en tout cas, que le gouvernement français en tant que force de combat a cessé d’exister. » 12

  • 13  The Times, éditorial, 15 juillet 1936.
  • 14  Cité dans Dockrill, British Establishment, p. 53.

5Les grèves françaises furent largement suivies et condamnées par les journaux conservateurs britanniques. The Times, même s’il reconnaissait la modération des dirigeants communistes français, surnomma de nombreux partisans de Thorez « petits Staline », plus à même de chanter l’Internationale que la Marseillaise 13. Cependant, la majorité des reportages était plus objective, espérant simplement que les grèves ne mèneraient pas à une révolution ou n’entameraient pas la capacité industrielle et militaire française. Les mots utilisés dans les rapports étaient invariablement péjoratifs. L’éditorial de The Times du 16 septembre 1936 évoqua par exemple « une fièvre gréviste » et une « épidémie » de grèves. Les grèves étaient ainsi décrites comme quelque chose de mauvais, une maladie qui nécessitait d’être soignée. Les mêmes points de vue furent repris par Whitehall. Le secrétaire du cabinet, sir Maurice Hankey, résuma les inquiétudes britanniques, décrivant une France « atteinte du virus du communisme, qui est en train d’ébranler le corps politique, retardant unréarmement nécessaire et provoquant de profondes dissensions internes... En l’état présent, ce n’est pas l’allié désiré » 14.

  • 15  TNA, FO 371/19857/C4255/1/17, télégramme de Phipps, 12 juin 1936.
  • 16  TNA, FO 371/19857/C4355/1/17, Clerk à Vansittart, 11 juin 1936.
  • 17  Archives du ministère des Affaires étrangères, papiers 1940, papiers Léger, Corbin à Léger, 2 juil (...)

6Des rumeurs prévisibles venant de Berlin aggravaient cette inquiétude, clamant que les grèves étaient « d’un caractère purement révolutionnaire » et inspirées par Moscou 15. Bien que ces rumeurs fussent considérées avec un certain scepticisme, l’impression dominante à Londres sur la situation intérieure en France était sombre. Clerk avertit même sir Robert Vansittart, le sous-secrétaire aux Affaires étrangères, que la France n’était pas seulement devenue un « parti dormant » concernant les affaires internationales, mais qu’elle « évoquait extraordinairement les premiers jours de la révolution russe, avec Blum dans le rôle de l’inconscient Kerensky, et un Lénine ou un Trotsky inconnu pour tirer les ficelles » 16. Les peurs britanniques, qu’elles fussent exagérées ou non, furent rapportées par l’ambassadeur français à Londres. L’ambassadeur Charles Corbin avertit le secrétaire général du Quai d’Orsay, Alexis Léger, que la Grande-Bretagne « se préoccup[ait] beaucoup plus qu’il n’appar[aissait] dans les journaux de la situation politique de notre pays ». En conséquence, fit-il remarquer, les décideurs britanniques l’interrogeaient fréquemment pour savoir « si les troubles ouvriers qui persist[aient] en province n’aur[aient] pas une répercussion sur l’état de l’industrie et sur son potentiel de guerre » 17.

  • 18  TNA, FO 371/19857/C4355/1/17, Lloyd-Thomas à Clerk, 11 juin 1936 ; TNA, FO 371/19857/C4465/1/17, P (...)
  • 19  The Manchester Guardian, éditorial, 1er février 1936 ; début du journal de Pownall, 30 mars 1936, (...)
  • 20  Hansard (100 HL Deb 5s), col. 1174.
  • 21  Daily Express, éditorial, 11 décembre 1936.

7Les Français s’inquiétèrent à juste titre. En raison des troubles internes généralisés, la politique étrangère était passée au second plan des priorités, la seule certitude étant l’obligation de maintenir une alliance étroite avec la Grande-Bretagne. Cette obligation fut confirmée à l’ambassade de Paris par Léger, et plus énergiquement encore à Phipps, par le biais du correspondant à Berlin du Temps18. Cependant, l’impuissance relative de la France permit à Londres de prendre le contrôle de la réponse diplomatique aux dictateurs, au soulagement évident de ceux qui étaient inquiets de l’assurance précédente des Français. Début 1936, même le libéral Manchester Guardian décrivit les accords de Locarno comme « partiaux », favorisant Paris aux dépens de Londres, tandis que Pownall affirmait que la Grande-Bretagne ne serait pas plus longtemps étouffée par « les jupes » de la France 19. Au Parlement, la crainte d’être entraîné dans une autre guerre à cause de la France fut librement exprimée. L’opinion de lord Arnold – « il y a toutes les raisons d’arrêter de prendre le sillage de la France » – ne fut pas une exception 20. De plus, les inquiétudes persistaient concernant les alliances orientales de la France (particulièrement le pacte soviétique) et cela rendait quasi  impossible l’engagement britannique. Fin 1936, The Daily Express, propriété de l’isolationniste lord Beaverbrook, affirmait que l’accord avec la France « était bien plus un handicap qu’un atout pour nous. Tant qu’il dure, nous sommes liés à la France, à la Russie et à l’Europe. Cela ne devrait pas être le cas, nous n’en avons pas besoin » 21.

  • 22  TNA, WO 106/5413, note d’une conversation entre sir John Dill et Schweisguth, 17 avril 1936.
  • 23  Hansard, (313, HC Deb. 5s), col. 1655.

8Néanmoins, après la remilitarisation de la Rhénanie, les Français cherchèrent vraiment à augmenter le degré d’implication de la Grande-Bretagne sur le continent. Dans le même temps, ils insistaient sur la force de la France. Par exemple, dans les discussions d’état-major d’avril 1936, le général Schweisguth, sous-chef de l’état-major de l’armée, établit que la France avait seulement refusé d’intervenir contre l’Allemagne – décision qu’elle avait été assez forte à prendre toute seule – par égard pour les souhaits britanniques. Dans le même temps, il rappela à son homologue britannique que la remilitarisation de la Rhénanie augmentait les chances pour que les Pays-Bas soient le théâtre d’une guerre européenne, quelque chose qui ne « manquerait pas d’intéresser la Grande-Bretagne ». C’est pourquoi la Grande-Bretagne devait se préparer convenablement à cette possibilité 22. Toutefois, l’importance accordée par les Français à leur force militaire encouragea paradoxalement l’isolement britannique. Après tout, l’on entendait fréquemment dire en Grande-Bretagne que l’armée française, derrière sa formidable ligne Maginot, pourrait retenir indéfiniment toute avancée allemande, excluant le besoin d’une aide directe des Britanniques sur le terrain. Comme le déclara le conservateur Paul Emrys-Evans à la Chambre des Communes en juin 1936, « l’armée française est l’écran derrière lequel nous pouvons nous cacher pour nous réarmer » 23.

  • 24  TNA, FO 371/19859/C6328/1/17, Clerk à Eden, 8 septembre 1936.
  • 25  TNA, FO 371/19859/C7165/1/17, compte rendu de Orme Sargent, 14 octobre 1936.

9Bien sûr, la confiance continue placée par les Britanniques en les capacités militaires françaises dépendait de la stabilité politique interne. À la fin de l’été 1936, on crut que Blum avait maîtrisé les pires excès de ce mouvement de grève et que la décision (tardive) de dévaluer le franc améliorerait l’économie et les fortunes industrielles de la France. Depuis Paris, Clerk suggéra que le retour au calme était dû à « l’instinct français pour la propriété privée et le profit individuel », un instinct « profondément enraciné dans cette race » qui serait démontré suite à la crise actuelle, tout comme cela l’avait été après la Révolution française. La France ne deviendrait pas « un avant-poste de Moscou » 24. La grande confiance en la France fut accompagnée d’un scepticisme grandissant à l’égard des rapports venus d’Allemagne. Comme le remarqua sir Orme Sargent, assistant du sous-secrétaire aux Affaires étrangères, Hitler utilisait le « croquemitaine bolchevique » comme instrument de politique intérieure. Pour servir la propagande interne nazie, « la France [devait] être le sceptre de la révolution marxiste » 25.

  • 26  The Times, éditorial, M. Blum’s Progress, 5 janvier 1937.
  • 27  TNA, FO 371/20685/C2775/18/17, compte rendu de Barclay, 14 avril 1937.
  • 28  Evening Standard, éditorial, 23 mars 1937.
  • 29  The Times, éditoriaux des 4 juin 1937 et 17 juin 1937.
  • 30  TNA, FO 371/20685/C2775/18/17, Lloyd-Thomas à Eden, 12 avril 1937.
  • 31  TNA, FO 371/20685/C3707/18/17, compte rendu de Barclay, 24 mai 1937.

10La restauration de la croyance en la France se poursuivit en 1937. The Times rappela la crainte répandue au cours des années précédentes que la France plongerait dans une guerre civile ou tomberait dans l’orbite soviétique : « Ces deux prédictions ont été fausses. » 26 Cependant, alors que 1937 avançait, il devint évident que les difficultés internes du pays n’avaient pas été définitivement enterrées. L’éventualité d’une rupture ressurgit, notoirement, lors de la fusillade de Clichy, où les altercations entre la police et les travailleurs causèrent deux morts et des centaines de blessés. De tels troubles affaiblirent évidemment le gouvernement de Blum. Comme le notait le Foreign Office, « la position générale du gouvernement semble s’être légèrement détériorée ce dernier mois, principalement – mais pas uniquement – à cause de la fusillade de Clichy » 27. Ces difficultés renforcèrent les a priori déjà existants concernant l’instabilité française. Comme l’écrivit The Evening Standard une semaine après les événements de Clichy, « une alliance avec la France serait une alliance avec les handicaps de la France. Et les fardeaux de la France sont trop lourds pour que la Grande-Bretagne puisse les supporter » 28. En juin 1937, malgré la croyance persistante en la capacité de Blum à ramener le calme, The Times critiqua amèrement « l’indiscipline idiote » des travailleurs français et la dislocation de l’industrie causée par la semaine de 40 heures. En effet, on remarqua que la production industrielle française était « seulement aux deux-tiers de ce qu’elle était en 1929 », tandis que les coûts industriels continuaient à augmenter et les revenus à diminuer 29. Néanmoins, Lloyd-Thomas minimisa les troubles récents, les décrivant comme de simples répliques du tremblement de terre de 1936 30. Cependant, les troubles qui suivirent culminèrent lors de la chute du gouvernement de Blum et causèrent la consternation à Londres, suggérant que la population française avait perdu tout sens de la discipline et de la perspective. Comme un fonctionnaire le fit remarquer laconiquement, « tout irait mieux s’il ne fallait rien d’autre qu’une guerre pour rappeler aux travailleurs français au bon sens de la discipline » 31.

  • 32  TNA, CAB 21/552, résumé des conversations anglo-françaises, 1er décembre 1937.
  • 33  The Times, éditorial, 29 novembre 1937.
  • 34  TNA, CAB 21/554, Phipps à Eden, 20 décembre 1937.
  • 35  Ibid., annexe : note de Beaumont-Nesbitt (17 décembre 1937).

11Concernant les affaires étrangères, l’attitude de la France était jugée plus satisfaisante, particulièrement son engagement à ne pas intervenir en Espagne. Fin 1937, la politique étrangère franco-britannique fut plus sensible qu’elle ne l’avait été depuis de nombreuses années. En effet, la visite à Londres, en novembre 1937, du président du Conseil, Camille Chautemps, et de son ministre des Affaires étrangères, Yvon Delbos, marqua un accord presque total. Eden en sortit convaincu : « La France était aussi inquiète que nous à l’idée de contraindre l’Allemagne à respecter les accords» Notant avec satisfaction que les Français n’étaient pas tentés par un alignement avec la Russie soviétique 32. Pour The Times, cette visite prouva que les relations franco-britanniques n’avaient « jamais été meilleures » essentiellement car les Français ne demandaient pas aux Britanniques de soutenir « les systèmes artificiels pour encercler la force allemande » 33. Pour Neville Chamberlain, la compréhension de Phipps que « le gouvernement français était inquiet d’un accord général avec l’Allemagne et d’un arrangement avec l’Italie » encouragea la poursuite d’apaisement 34. Dans le même temps, l’attaché militaire fit une estimation également optimiste de l’armée française. Lors d’une conversation avec le nouveau gouverneur militaire de Paris, le général Billotte, Beaumont-Nesbitt loua « le merveilleux moral qui animait tous les rangs ». Billotte acquiesça, déclarant que ce bon moral était ordinaire même « quand la France était politiquement mise à mal » en 1935-1936. De plus, il était catégorique sur le fait qu’il n’y avait nul défaitisme en France et « que l’on n’en avait pas besoin ». Si la guerre devait éclater, poursuivit Billotte, les démocraties ne devaient pas en avoir peur. « Que pourraient faire les Allemands ? » demanda-t-il. Les manœuvres militaires complexes avaient prouvé au haut commandement français que, même dans des conditions plus favorables aux Allemands, « réussir à pénétrer la ligne [Maginot] serait une tâche impossible » 35.

  • 36  Alexander (Martin S.), The Republic in Danger : General Maurice Gamelin and the Politics of French (...)
  • 37  TNA, CAB 21/554, note d’Ismay, 28 janvier 1938.
  • 38  TNA, CAB, 21/552, Phipps à Halifax, 24 avril 1938.

12Même si de telles déclarations renforcèrent la foi britannique en l’armée française, elles reflétèrent également une certaine réalité que les Français pourraient désormais chercher à exploiter : les Britanniques avaient besoin d’une France forte. Début 1938, les membres du haut commandement français firent un portrait plus nuancé de la capacité française à résister à l’assaut allemand. Comme le notait l’historien Martin Alexander, le général Maurice Gamelin réfléchissait pour savoir s’il était désormais temps pour « les autorités françaises de confesser franchement leurs faiblesses militaires et d’implorer les Britanniques pour qu’ils mettent en place une sécurité défensive » 36. En effet, l’attaché militaire français à Londres, le général Lelong, fit part au général Ismay « d’une opinion tout à fait différente » de la ligne Maginot, déclarant que, même si elle pouvait « retarder l’avancée allemande », elle ne pourrait être tenue indéfiniment, « à moins que l’armée française ne fût renforcée par les Britanniques » 37. Les Français adoptèrent ainsi une tactique différente dans leur quête de soutien britannique. Plutôt que de décrire la force française, ils évoquèrent la faiblesse, et donc la possibilité que la France puisse être facilement vaincue ou puisse chercher un accord avec l’Allemagne aux dépens de la Grande-Bretagne. Phipps le déclara, en avril 1938, la peur d’un nouvel essor de l’Allemagne, doublée de la croyance que « le soutien britannique était peu fiable » pourrait conduire la France à « accepter un accord avec l’Allemagne » 38.

  • 39  Pour davantage de détails sur la « responsabilité limitée », voir : Howard (Michael), The Continen (...)
  • 40  CAC, Phipps Papers, PHPP I 1/19, Phipps à Eden, 24 janvier 1938, Rapport annuel de 1937 sur la Fra (...)
  • 41  Daily Express, éditorial, 21 mai 1938.
  • 42  TNA, FO 371/21600/C9094/55/17, Campbell à Halifax, 1er septembre 1938.

13Néanmoins, obtenir davantage d’aide militaire de la Grande-Bretagne semblait difficile. La « responsabilité limitée » restait le mot d’ordre de la politique de défense britannique, en partie par déférence pour l’hostilité publique contre un engagement continental 39. Pour franchir ces obstacles, les Français devaient éliminer le sentiment de dislocation sociale et de trouble industriel qu’ils inspiraient. En résumé, la France avait besoin d’un redressement fondamental. Selon Phipps, un tel redressement était, début 1938, déjà en cours. La France, rapporta-t-il confiant, « ne tremblait plus au bord de la révolution » ; au contraire, « elle a maintenu une immense et puissante armée, non corrompue par le communisme, relativement libre de l’influence politique et particulièrement efficace ». Eden était d’accord, informant Chamberlain que « l’armée française est absolument fiable » 40. Cependant, la confiance en l’armée française n’était pas liée à la confiance en la stabilité politique française. À la nouvelle de l’Anschluss, la France n’avait pas de gouvernement, le deuxième mandat de Blum n’ayant pas fait long feu. En Grande-Bretagne, personne ne pleura son départ. L’émergence d’un gouvernement à dominante radicale, mené par Daladier, fut bien accueillie par la droite britannique, surtout car il était libre de toute influence socialiste ou communiste. En mai 1938, même l’isolationniste Daily Express, qui répétait n’avoir jamais « soutenu une alliance anglo-française », déclara que tant qu’il « en était toujours question, nous serions idiots de ne pas chercher à la rendre effective » 41. La réponse ferme de Daladier aux troubles sociaux de l’été 1938 lui attira plus tard les faveurs des conservateurs britanniques. De plus, l’ambassade de Grande-Bretagne à Paris relaya l’opinion de Jacques Kayser, un proche confident de Daladier, selon qui « l’agitation était largement imaginaire » et qu’en réalité, « non seulement 85 % du pays ne voyait aucune objection mais était même en faveur de pouvoir travailler plus, comme le souhaitait M. Daladier » 42.

  • 43  Fonds Genebrier, GE7, allocution radio-diffusée de Daladier, 21 août 1938.
  • 44  TNA, FO 371/21600/C11641/55/17, compte rendu de Barclay, 8 octobre 1938.
  • 45  TNA, FO 371/21600/C14025/55/17, rapport de Fraser sur la situation actuelle en France, 16 novembre (...)
  • 46  The Daily Mail, éditorial, 1er décembre 1938.

14Daladier était évidemment déterminé à maîtriser ces troubles internes. Comme il le déclara en août 1938, « remettons la France au travail et nous sauverons la Paix » 43. Peu de temps après, les accords de Munich révélèrent au peuple français l’étendue de ses faiblesses militaires. Comme l’observa le ministère des Affaires étrangères en octobre 1938, l’opinion française reconnaissait unanimement que « la France n’était absolument pas prête pour la guerre » bien qu’il fût également noté que « cela s’appliquait essentiellement à l’aviationcar toutes nos informations tendent à prouver que l’armée était parée à toute éventualité » 44. En effet, les informations de l’ambassade de Paris indiquaient que les troubles internes n’avaient que peu d’impact sur les capacités de combat. L’attaché militaire, le colonel Fraser, nota que la vie de l’armée restait indépendante de la politique, « y compris les communistes des districts industriels qui ont laissé la politique derrière eux lorsqu’ils ont été appelés sous les drapeaux durant cette récente période de tensions » 45. Néanmoins, le déshonneur de Munich rappela à beaucoup de gens en France (et notamment au centre et à droite) le besoin de plus de discipline et d’ordre et la nomination de Paul Reynaud comme ministre des Finances fut considérée par beaucoup comme tardive. Mais, les réformes de Reynaud provoquèrent logiquement une contestation grandissante de la part de la gauche, avec un appel à la grève générale le 30 novembre. Depuis la Grande-Bretagne, l’issue de cette grève était considérée comme un test crucial de la capacité française à maîtriser sa polarisation idéologique. En fin de compte, il y eut un grand soulagement dans la presse britannique (malgré les inévitables exceptions du travailliste Daily Herald et du communiste Daily Worker), lorsque le gouvernement de Daladier brisa si résolument le mouvement de grève. Comme l’écrivit The Daily Mail, « le pistolet extrémiste maintenu contre la tempe française n’a pas pu faire feu » 46.

  • 47  Alexander (Martin S.), « Les réactions à la menace stratégique allemande en Europe occidentale : l (...)
  • 48 Hansard, (111 H L deb 5s), colonnes 932 & 936.
  • 49  Hucker (Daniel), Public Opinion and the End of Appeasement, p. 106-117.

15Alors que la sympathie à l’égard de la France augmentait, y compris le soutien à la réponse ferme de Daladier aux revendications italiennes pour « Tunis, la Corse et Nice », il en fut de même pour reconnaître que la Grande-Bretagne devait apporter davantage de soutien à la France dans le cas d’une guerre, peut-être devrait-elle aussi mettre en place une conscription ? À travers le spectre politique, la presse britannique reflétait le désir du peuple de s’engager fermement avec la France. En association avec la peur croissante d’une agression allemande contre les Pays-Bas 47, il y avait toutes les raisons pour que le gouvernement de Chamberlain abandonne la « responsabilité limitée ». C’est ainsi que Chamberlain fut forcé, le 6 février 1939, de déclarer son soutien sans réserve à la France. Il y eut cependant quelques contestations. Lord Addison regrettait que le gouvernement ait accepté l’alliance avec la France, accusant celle-ci d’avoir uniquement pour but d’encercler et donc de provoquer l’Allemagne. Cependant, de tels contestataires restaient isolés et Halifax se justifia en déclarant que l’alliance avec la France était « en accord avec les souhaits généraux du pays tout entier » 48. En effet, à en juger les commentaires dans la presse, il y avait toutes les raisons de penser qu’une alliance plus ferme avec la France n’était pas seulement approuvée par le public britannique, mais encouragée 49.

  • 50  hucker (Daniel), “Franco-British Relations and the Question of Conscription in Britain, 1938-1939” (...)
  • 51  Philpott (William) et Alexander (Martin S.), “The French and the British Field Force : Moral Suppo (...)
  • 52  The Daily Express, éditorial, 30 mars 1939.
  • 53  Article de Duff Cooper, The Evening Standard, 1er juin 1939.

16L’engagement en faveur de l’Entente, qui fut à nouveau le résultat de la demande de l’opinion publique britannique et de la pression française, marqua le début de la conscription en avril 1939 50. Même s’il s’agissait plus d’un geste symbolique que d’une augmentation tangible de l’engagement militaire britannique, la décision était extrêmement forte, cimentant de manière cruciale l’alliance franco-britannique 51. La décision d’adopter le système de la conscription fut largement approuvée et l’hostilité initiale exprimée par le Parti travailliste et par les syndicats fut éphémère. En effet, après l’occupation allemande de la Tchécoslovaquie en mars 1939, il fut généralement accepté (même si c’était à contre-cœur) qu’une alliance franco-britannique solide était essentielle. Même le Daily Express considéra « l’alliance avec la France comme quelque chose de compatible avec l’Isolation » 52. Par dessus tout, dans ce contexte de péril extérieur, il était rassurant d’avoir un allié aussi fort et fiable que la France. Il est certain que le duo Daladier-Reynaud fut très applaudi en Grande-Bretagne. Le secrétaire d’État à la Défense, Duff Cooper, fut particulièrement dithyrambique, proclamant « le renouveau de la France » et soulignant « le remarquable renforcement de la situation interne » 53.

  • 54  The Daily Herald, “Paris Defeats Panic”, 6 juillet 1939.

17En à peine trois ans, la perception qu’avaient les Britanniques de la France avait donc considérablement changé. En 1936, la France était considérée comme faible et instable, ravagée par des troubles et assaillie d’insurmontables difficultés économiques. De plus, au regard de la situation internationale, la France était un pays qui offrait plus de  problèmes que de solutions. En 1939, cependant, la Grande-Bretagne vit avec approbation l’économie française se redresser et applaudit le peuple français d’avoir choisi l’unité et la discipline plutôt que les chamailleries mesquines et l’insubordination. Même le Daily Herald exprima sa satisfaction de voir les Français « préparés au pire », l’imminence de la menace externe les rendant « remarquablement indifférents à la politique interne » 54. Parallèlement à la presse isolationniste  qui louait l’alliance avec la France, il y eut une demande publique massive pour s’assurer que les deux démocraties agiraient à présent en tandem. La sympathie britannique à l’égard de la France se reflétait dans la peur grandissante dans les cercles britanniques (peur encouragée par la propagande française) que la France puisse sombrer dans le défaitisme. Alors que la situation internationale devenait plus précaire encore, il était essentiel pour la Grande-Bretagne de conserver la France avec sa puissante armée et sa magnifique ligne Maginot, aussi près que possible.

  • 55  Steiner (Zara), The Triumph of the Dark: European International History, 1933-1939, Oxford, Oxford (...)
  • 56  TheEvening Standard, éditorial, 21 août 1939.
  • 57  TNA, WO 106/4053, Fraser à von Cutsem, 30 août 1939.

18De plus, le progrès évident fait par le gouvernement de Daladier en cultivant une image plus positive du pays portait ses fruits. Du point de vue britannique, la France de 1939 était clairement plus stable que la France de 1936. Sans doute, si les précédents troubles sociaux avaient persisté, le public britannique et l’opinion politique n’auraient-ils pas accepté une alliance franco-britannique étroite aussi rapidement. L’apaisement aurait pu prévaloir, la Grande-Bretagne pouvant même arriver à un arrangement avec les pouvoirs fascistes aux dépens de la France. Par conséquent, le succès du gouvernement de Daladier ne doit pas être sous-estimé. Daladier et ses ministres furent incapables d’empêcher la défaite de 1940, et peuvent même sans doute être accusés d’avoir contribué à la précarité des affaires qu’ils trouvèrent plus tard si difficiles à redresser 55, mais cela ne devrait pas détourner l’attention de leur réussite à forger l’alliance franco-britannique. Le renouveau de la France fut encensé par tous les bords du spectre politique britannique, dressant un portrait rassurant d’un allié uni, fort et discipliné. Pour The Evening Standard, le rétablissement récent de la France « rappelait sa résurgence après la guerre de 1870 » assurant que la France de Verdun n’avait pas été confinée aux pages des livres d’histoire 56. Vu de Londres, c’était cette France puissante qui était entrée en guerre en 1939. Comme le rapporta Fraser, la mobilisation « fut bien meilleure que celle de septembre » et le pays dans son ensemble offrit « un spectacle de calme détermination » 57. La Grande-Bretagne entra donc en guerre aux côtés d’un allié en qui elle pouvait avoir – et avait – confiance.

Haut de page

Notes

1  Article de Churchill, The Daily Telegraph, 14 avril 1938.

2  Archives d’histoire contemporaine, Centre d’histoire de Sciences Po, Paris, fonds Genebrier, GE 6, discours de Daladier, 9 septembre 1937.

3  Fonds Genebrier, GE 12, Churchill à Daladier, 14 avril 1938.

4 Churchill Archives Centre (CAC), Cambridge, Churchill Papers, CHAR 2/238, Daladier à Churchill, 19 avril 1938,.

5  Discours de Daladier, 21 mars 1937, fonds Genebrier, GE 6.

6  Lamoureux (Lucien), « Souvenirs politiques », Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), Paris, Mfm 31.

7  CAC, Phipps Papers, PHPP I 1/18, Phipps à Eden, 9 avril 1937.

8  Dockrill (Michael), British Establishment Perspectives on France, 1936-1940, Basingstoke, Macmillan, 1999, p. 10.

9  Journal de Pownall, 30 novembre 1934, dans : Bond (Brian) (dir.), Chief of Staff: The Diaries of Lieutenant-General Sir Henry Pownall, vol. 1, 1933-1949, Londres, Leo Cooper, 1972, p. 55.

10  The National Archives (TNA), Londres, FO 371/19857/C4248/1/17, Clerk à Eden, 11 juin 1936.

11  TNA, FO 371/19857/C4248/1/17, Beaumont-Nesbitt à Clerk, 11 juin 1936.

12  TNA, FO 371/19857/C4349/1/17, Lloyd-Thomas à Vansittart, 11 juin 1936.

13  The Times, éditorial, 15 juillet 1936.

14  Cité dans Dockrill, British Establishment, p. 53.

15  TNA, FO 371/19857/C4255/1/17, télégramme de Phipps, 12 juin 1936.

16  TNA, FO 371/19857/C4355/1/17, Clerk à Vansittart, 11 juin 1936.

17  Archives du ministère des Affaires étrangères, papiers 1940, papiers Léger, Corbin à Léger, 2 juillet 1936.

18  TNA, FO 371/19857/C4355/1/17, Lloyd-Thomas à Clerk, 11 juin 1936 ; TNA, FO 371/19857/C4465/1/17, Phipps à Wigram, 18 juin 1936.

19  The Manchester Guardian, éditorial, 1er février 1936 ; début du journal de Pownall, 30 mars 1936, dans : BOND (Brian) (dir.), Chief of Staff, p. 108.

20  Hansard (100 HL Deb 5s), col. 1174.

21  Daily Express, éditorial, 11 décembre 1936.

22  TNA, WO 106/5413, note d’une conversation entre sir John Dill et Schweisguth, 17 avril 1936.

23  Hansard, (313, HC Deb. 5s), col. 1655.

24  TNA, FO 371/19859/C6328/1/17, Clerk à Eden, 8 septembre 1936.

25  TNA, FO 371/19859/C7165/1/17, compte rendu de Orme Sargent, 14 octobre 1936.

26  The Times, éditorial, M. Blum’s Progress, 5 janvier 1937.

27  TNA, FO 371/20685/C2775/18/17, compte rendu de Barclay, 14 avril 1937.

28  Evening Standard, éditorial, 23 mars 1937.

29  The Times, éditoriaux des 4 juin 1937 et 17 juin 1937.

30  TNA, FO 371/20685/C2775/18/17, Lloyd-Thomas à Eden, 12 avril 1937.

31  TNA, FO 371/20685/C3707/18/17, compte rendu de Barclay, 24 mai 1937.

32  TNA, CAB 21/552, résumé des conversations anglo-françaises, 1er décembre 1937.

33  The Times, éditorial, 29 novembre 1937.

34  TNA, CAB 21/554, Phipps à Eden, 20 décembre 1937.

35  Ibid., annexe : note de Beaumont-Nesbitt (17 décembre 1937).

36  Alexander (Martin S.), The Republic in Danger : General Maurice Gamelin and the Politics of French Defence, 1933-1940, Cambridge, Cambridge University Press, 1992, p. 237.

37  TNA, CAB 21/554, note d’Ismay, 28 janvier 1938.

38  TNA, CAB, 21/552, Phipps à Halifax, 24 avril 1938.

39  Pour davantage de détails sur la « responsabilité limitée », voir : Howard (Michael), The Continental Commitment: The Dilemma of British Defence Policy in the Era of the Two World Wars, Londres, Maurice Temple Smith, 1972, p. 96-120. Pour plus d’informations sur l’hostilité publique britannique contre l’engagement continental, voir :Hucker (Daniel), Public Opinion and the End of Appeasement in Britain and France, Farnham, Ashgate, 2011, passim.

40  CAC, Phipps Papers, PHPP I 1/19, Phipps à Eden, 24 janvier 1938, Rapport annuel de 1937 sur la France ; TNA, FO 371/21600/C9094/55/17, Eden à Chamberlain, 31 janvier 1938.

41  Daily Express, éditorial, 21 mai 1938.

42  TNA, FO 371/21600/C9094/55/17, Campbell à Halifax, 1er septembre 1938.

43  Fonds Genebrier, GE7, allocution radio-diffusée de Daladier, 21 août 1938.

44  TNA, FO 371/21600/C11641/55/17, compte rendu de Barclay, 8 octobre 1938.

45  TNA, FO 371/21600/C14025/55/17, rapport de Fraser sur la situation actuelle en France, 16 novembre 1938.

46  The Daily Mail, éditorial, 1er décembre 1938.

47  Alexander (Martin S.), « Les réactions à la menace stratégique allemande en Europe occidentale : la Grande-Bretagne, la Belgique et le "cas de la Hollande" », décembre 1938-février 1939, Cahiers d’Histoire de la Seconde Guerre Mondiale, vol. 7 (1982), p. 5-38.

48 Hansard, (111 H L deb 5s), colonnes 932 & 936.

49  Hucker (Daniel), Public Opinion and the End of Appeasement, p. 106-117.

50  hucker (Daniel), “Franco-British Relations and the Question of Conscription in Britain, 1938-1939”, Contemporary European History, vol. 17, no 4, 2008, p.437-456.

51  Philpott (William) et Alexander (Martin S.), “The French and the British Field Force : Moral Support or Material Contribution ?”, The Journal of Military History, vol. 71, no 3, 2007, p. 743-772.

52  The Daily Express, éditorial, 30 mars 1939.

53  Article de Duff Cooper, The Evening Standard, 1er juin 1939.

54  The Daily Herald, “Paris Defeats Panic”, 6 juillet 1939.

55  Steiner (Zara), The Triumph of the Dark: European International History, 1933-1939, Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 274.

56  TheEvening Standard, éditorial, 21 août 1939.

57  TNA, WO 106/4053, Fraser à von Cutsem, 30 août 1939.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Hucker, « De « quantité négligeable » au « renouveau de la France » : représentations de la France en tant qu’alliée militaire à la fin des années 1930 », Revue historique des armées, 264 | 2011, 48-58.

Référence électronique

Daniel Hucker, « De « quantité négligeable » au « renouveau de la France » : représentations de la France en tant qu’alliée militaire à la fin des années 1930 », Revue historique des armées [En ligne], 264 | 2011, mis en ligne le 06 septembre 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7280

Haut de page

Auteur

Daniel Hucker

Professeur associé à l’École d’histoire de l’université de Nottingham. Il a notamment publié : Public Opinion and the End of Appeasement in Britain and France (Farnham, Ashgate, 2011).

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org