Navigation – Plan du site
Dossier

Les relations entre hauts commandements français et britannique en 1939-1940

Relations between the French and British high commands in 1939-1940
Max Schiavon
p. 59-74

Résumés

Les rapports entre les hauts commandements français et britannique en 1939-1940 sont particulièrement intéressants à étudier. Initialement, et durant toute la Drôle de guerre, les généraux anglais se montrent confiants dans l’armée française et obéissent parfaitement aux généraux français. Le 10 mai 1940, le début des opérations change la donne. L’incapacité des armées françaises et de leurs chefs à contrer l’attaque allemande, amène les chefs anglais à douter, puis à reprendre leur liberté d’action. Finalement, ils optent unilatéralement pour le rembarquement du corps expéditionnaire, seul moyen pour eux de le sauver. Cette étude montre combien est toujours difficile la collaboration entre alliés. Lorsque les opérations se déroulent comme prévu, il est en général aisé d’aplanir les tensions. En revanche, lorsque les échecs surviennent, les intérêts de chacun, parfois vitaux, font souvent voler en éclat l’alliance précédemment conclue.

Haut de page

Texte intégral

1L’étude des rapports entre hauts commandements français et britannique en 1939-1940 n’est pas chose aisée à présenter en quelques pages, même si les documents sur le sujet abondent. Aussi convient-il d’emblée de définir le périmètre de cet article. En ce début de Seconde Guerre mondiale, la coalition franco-britannique est dirigée au plus haut niveau par un Conseil suprême allié qui fixe les grandes orientations ; il est composé des responsables politiques et militaires des deux pays. À l’échelon inférieur, et dans le cadre des directives arrêtées au cours des conseils suprêmes, chaque armée collabore avec son homologue. Si les relations entre la Royal Navy et la Marine nationale, ou celles entre la Royal Air Force et l’armée de l’Air mériteraient sans aucun doute des approfondissements, nous nous concentrerons, dans cet article, sur les rapports entre les chefs du corps expéditionnaire britannique (British Expeditionary Force, BEF), et les commandants français de front, de groupes d’armées et d’armées, sur le territoire métropolitain. Nous excluons donc du champ de notre étude, les opérations envisagées dans les Balkans et celles menées en Norvège au printemps 1940.

2Après avoir présenté la BEF dans ses grandes lignes, nous verrons combien, dans un premier temps, les généraux anglais admettent sans réserve la prééminence de l’armée française et cherchent à profiter de son expérience. Ils sont prêts, surtout à cause de la taille modeste du corps expéditionnaire, à obéir strictement à ce qui leur est demandé. Cependant, au fil des mois, des doutes s’insinuent dans leur esprit, dus surtout à la mauvaise organisation du haut commandement français qu’ils diagnostiquent précisément.

3À partir du 10 mai, les revers français entraînent un changement radical d’attitude des chefs militaires anglais qui, stupéfaits de l’effondrement rapide de l’armée française et voyant ses chefs paralysés par les événements, jugent la situation irrémédiablement compromise. Parfois très proche de la désobéissance, tant vis-à-vis des ordres reçus de Londres que de ceux reçus des généraux français, le général Gort, sûr de son analyse et voulant sauver la BEF, va décider unilatéralement de rembarquer pour l’Angleterre, avant que cette mesure soit finalement avalisée par Churchill.

La Drôle de guerre : une grande confiance initiale

Les débuts du corps expéditionnaire britannique

4À la veille du conflit, l’armée régulière britannique comprend seulement quatre divisions motorisées et une division blindée dont les matériels sont en cours de renouvellement. L’armée territoriale est composée de neuf divisions d’infanterie, trois divisions motorisées et une division de cavalerie qui est en cours de transformation en division blindée. Le gouvernement de Sa Majesté a décidé le 25 mars 1939 de doubler les effectifs de l’armée territoriale, mais en septembre, beaucoup de chemin reste à parcourir pour arriver à ce résultat. C’est aussi à compter de mars que les états-majors français et britannique commencent à réaliser leurs premiers travaux en commun.

  • 1  Une note du 2e bureau du GQG indique « que la Grande-Bretagne n’est pas en mesure de produire un e (...)
  • 2  Le général Gort (1886-1946), passé par Sandhurst, est cité neuf fois durant la Première Guerre mon (...)

5La Grande-Bretagne prévoit d’envoyer 11 divisions en France pour le mois de mai 1940, 16 pour le mois d’août et 22 divisions pour le 1er octobre de la même année. Point très important, toutes ces grandes unités seront pourvues de matériels modernes. Cependant les plans ne prévoient qu’une BEF à deux corps d’armée, comprenant chacun deux divisions d’infanterie (DI), durant les premiers mois de la guerre 1. Dès la déclaration de guerre, les dispositions prévues sont mises en œuvre. Le gros des troupes quitte la Grande-Bretagne le 10 septembre, embarquant à Bristol, Plymouth et Southampton, à destination des ports de l’ouest de la France. La BEF se regroupe ensuite dans la Sarthe et la Mayenne afin de perfectionner son entraînement. Le général vicomte Gort 2, qui la commande, installe provisoirement son General Headquarters (GHQ), dans le bâtiment de la Chambre de commerce du Mans.

Quelle subordination ?

  • 3  Très exactement, la BEF est placée, à l’automne 1939, entre le 16e corps d’armée au nord, commandé (...)

6Trois semaines après son regroupement, la BEF fait mouvement vers la région de Lille, secteur qui lui a été attribué sur le « front » du groupe d’armées no 1 (GA no 1), commandé par le général Billotte 3. Le GHQ fonctionne à partir du 2 octobre à Habarcq à l’ouest d’Arras.

  • 4  Les hauts responsables militaires britanniques n’ont été confirmés qu’après la déclaration de guer (...)
  • 5  Il s’agissait aussi sans doute, de la part du généralissime français, d’éviter que le corps expédi (...)
  • 6  Le Goyet (Pierre), Le mystère Gamelin, Paris, Presses de la cité, 1975, p. 269.

7Il faut signaler que les deux plus hauts responsables militaires français, les généraux Gamelin, commandant en chef, et Georges, adjoint au précédent pour le front du Nord-Est, ne sont pas d’accord sur l’emplacement à réserver à la BEF. Georges par souci de cohérence du dispositif, veut placer les unités anglaises à l’extrémité gauche du GA no 1. Au contraire, Gamelin décide, en accord avec le général Ironside 4, chef d’état-major impérial, de faire en sorte d’encadrer la BEF par des grandes unités françaises, afin de l’impliquer voire de l’intriquer davantage 5. Il reste à établir la coordination et les responsabilités de chacun. Gamelin, toujours en accord semble-t-il avec Ironside, prend directement sous sa coupe la BEF mais délègue verbalement à Georges, la coordination générale des opérations avec la BEF. Cependant, « alors que Georges voudrait déléguer ses pouvoirs au général Billotte, commandant le groupe d’armées no 1, le général Gamelin ne veut pas aller plus loin »6

  • 7  Le général Ironside adresse une lettre très secrète à Gamelin dans laquelle il constate : « pour a (...)
  • 8  Six mois après son arrivée en France, la BEF a désormais la taille d’une armée. Georges fait une n (...)
  • 9  Cité par : Duroselle (Jean-Baptiste), L’abîme 1939-1944, Paris, Seuil, 1990, p. 67.

8La BEF va donc recevoir pendant toute la Drôle de guerre des ordres de Georges et Billotte devra passer par celui-ci pour transmettre ses directives. Gort comme Georges jugent que la solution adoptée se révèlera inadaptée le jour où les opérations actives seront déclenchées. Pourtant, le général anglais accepte d’autant plus facilement de recevoir et d’appliquer strictement les directives de Georges, qu’il se sent en confiance avec ce dernier, un chef qui lui ressemble 7. Georges, convaincu que cette organisation du commandement est mauvaise, reviendra à plusieurs reprises sur le sujet, mais jamais Gamelin ne consentira à modifier sa position 8. Si Ironside partage initialement l’avis de Gamelin concernant le rattachement de la BEF, il va, au fil des mois, percer la vraie personnalité de ce dernier et s’en méfier. Il le décrit comme « un homme influencé par ses supérieurs politiques, car il change très souvent d’avis. (…) Gamelin semblait être le type de l’intellectuel tranquille et non un caractère très décidé, tandis que Georges était l’homme pratique d’action et de décision » 9.

  • 10  SHD/GR, 30 N 180, journal de marche du général Fagalde, 2 novembre 1939, p. 9. « Une fois de plus, (...)

9Toutes ces impressions concernant les relations entre responsables militaires britanniques et français sont confirmées par le général Fagalde, qui écrit dans son journal de marche personnel : « Georges plaît beaucoup aux généraux anglais. Gort me dit son admiration et son estime pour lui et qu’il est heureux d’être son subordonné. J’ai le sentiment net que pas une directive de Georges ne sera discutée par Gort qui exécutera à la lettre. »10

Organisation et plans de guerre

  • 11  Cailloux (colonel), « Vicissitudes de la collaboration franco-britannique – 1940 », Bulletin trime (...)

10Effectivement, Gort est un homme tout de droiture, loyal, au caractère affable et jovial, très énergique mais aussi vétilleux. Le colonel Cailloux, membre de la mission militaire française auprès du GHQ le décrit comme « modeste, très discipliné, prêt à obéir au chef que lui donne les instructions reçues, plus soucieux d’intervenir dans la tactique des petites unités que d’aborder les grands problèmes de stratégie ; en somme aux antipodes de son prédécesseur de 1914, le collaborateur rêvé pour un Général en chef français »11. Du reste, les principaux chefs britanniques, à l’exception notable du général Pownall, chef d’état-major de la BEF, mettent beaucoup de liant et collaborent de leur mieux avec les forces françaises. Pownall évoluera sensiblement sans jamais pourtant abandonner sa méfiance viscérale globale vis-à-vis des Français.

  • 12  Ibid., p. 23.

11Conséquence des enseignements de la Première Guerre mondiale, partagés par les deux pays, la coopération démarre beaucoup mieux qu’en 1914. Leslie Hore Belisha, le secrétaire d’État à la Guerre, a précisé à Gort, avant son départ : « Vous serez sous le commandement du Commandant en chef français du front Nord-Est. Dans la poursuite de l’objectif commun, la défaite de l’ennemi, vous exécuterez loyalement ses instructions (…)»12.Gort dans son rapport de fin de campagne, relève à plusieurs reprises combien, tant le commandement français que les autorités civiles ou la population assurèrent un très bon accueil à la BEF. Des missions militaires de liaison sont échangées : le général français Voruz s’installe au GHQ, tandis que le général anglais Swayne rejoint le Grand Quartier général (GQG) à La Ferté sous Jouarre. Les Britanniques, qui ne représentent durant les premiers mois de la guerre qu’une partie infime des forces alliées sur le théâtre d’opération du Nord-Est et sont conscients de leurs lacunes, ne demandent qu’à apprendre et se montrent des partenaires quasi parfaits.

  • 13  Archives de la famille Georges, journal de marche du général Georges, 10 octobre 1939.

12Un des sujets essentiels qui va occuper toute la Drôle de guerre concerne le plan d’opération et, notamment, l'étendue et la profondeur de la manœuvre à opérer en Belgique. Le général Gamelin, au fil des mois, opte pour une manœuvre de plus en plus ambitieuse qui prévoit de porter les troupes alliées jusqu’en Hollande (hypothèse Dyle-Bréda). Au contraire, ses subordonnés se montrent plus circonspects et ne jugent pas opportun de s’engager si profondément. Le 10 octobre, Georges et Billotte confrontent leurs points de vue qui se rejoignent : ils ne sont favorables qu’à l’hypothèse Escaut, qui vise à occuper une portion réduite de territoire en Belgique afin d’interdire à l’ennemi l’accès aux ports. Georges note dans son journal le « danger de la bataille de rencontre »13c’est-à-dire le péril que court l’armée française à engager le combat avec les Allemands, sans avoir eu le temps d’organiser un front défensif. Lorsque trois jours plus tard, il aborde la question avec le général Gort, ce dernier l’approuve totalement, surpris par l’absence d’unité de vue au sein du haut commandement français.

La crise du commandement

  • 14  Le Goyet (Pierre), op.cit., p. 250.
  • 15  SHD/GR, 30 N 180, journal de marche du général Fagalde, p. 20.

13Une crise du commandement survient au plus haut niveau en décembre 1939-janvier 1940, entre les généraux Gamelin et Georges. Le premier donnant au second le titre officiel de commandant du front du Nord-Est, mais sans lui donner les moyens d’accomplir sa mission et même en lui en retirant. « Le désaccord des deux grands chefs de l’armée n’échappe pas à leurs subordonnés. Insensiblement des clans se forment, des rivalités naissent. La cohésion, indispensable au bon fonctionnement de rouages déjà complexes, est détruite. »14 Les Britanniques, bons observateurs, se gardent d’intervenir en quoi que ce soit lors de ces dissensions, qu’ils suivent pourtant de près tout en les regrettant. Les intrigues de Gamelin ne trompent personne et la position morale de Georges en sort renforcée. Le général Fagalde relate que« le GHQ anglais est très au courant de ce qui se passe à notre GQG en matière de réorganisation du Haut Commandement. Pownall me dit que quoi qu’il arrive les Anglais veulent rester le plus longtemps possible sous les ordres de Georges qui leur impose une confiance absolue. Ils ne parlent pas du général Gamelin »15.

  • 16  Le Goyet (Pierre), op.cit., p. 270.
  • 17  Archives de la famille Georges, journal de marche du général Georges, 24 février 1939.

14À tel point que le 24 février, le général Swayne demande une entrevue officielle à Georges. Il est chargé par Ironside et Gort de bien lui préciser que les Britanniques ne sont pour rien dans la récente réorganisation qui lui a été imposée, ce que Georges savait. Bien au contraire, Swayne, avec une franchise désarmante, lui explique combien tous les généraux anglais ont de l’estime pour lui, et lui font confiance pour les conduire à la victoire. « La crise dans le haut commandement français, la répugnance du général Gamelin à prendre des responsabilités les inquiètent ; à le fréquenter, ils s’aperçoivent que le "roc" qu’il est censé symboliser, n’est pas suffisamment solide pour s’y amarrer.» 16 Après l’entretien Georges note dans son journal : « Quelle franchise ! Je ne dois pas être étonné. Comment Gamelin peut-il commander aux Anglais encastrés dans un Groupe d’Armées qui relève de moi ? » 17

Les Britanniques doutent…

  • 18  Le 18 février 1940, le général Spears rencontre le général Fagalde qu’il connaît depuis 1914. Ils (...)

15Plus les mois passent, plus les chefs britanniques sont déçus par la tournure des événements. L’organisation adoptée, perfectible, n’a pas leur assentiment, et ils ne montrent plus le même enthousiasme qu’à l’automne à être commandés par le général Gamelin 18. En outre, la façon de commander des Français les indispose. Ils sont surpris de ne pas recevoir de directives fermes et précises : on les prie de participer à des réunions où l’on cherche le consensus et où ils reçoivent des propositions qu’ils peuvent amender. Or, les Britanniques pratiquent une discipline formelle et intellectuelle stricte ; dans leur armée, les ordres ne constituent pas une base de discussion et les décisions sont prises rapidement.

  • 19  « C’était pour un général en chef supprimant toutes ses réserves mobiles, s’aliéner tout moyen d’a (...)

16Gort, optimiste, n’affiche officiellement aucune inquiétude et s’occupe uniquement d’entraîner ses hommes au combat. Les rumeurs, les soupçons n’ont pas de prises sur lui. En revanche, ses principaux subordonnés, Pownall, Dill, Brooke, Montgomery, semblent plus soucieux et jugent, pour le moment en sourdine, que le dispositif français, voire l’armée française qu’ils connaissent maintenant bien, n’a pas la force qu’ils imaginaient initialement. Bien plus, il semble que les chefs Britanniques aient détecté la faiblesse majeure du plan adopté, à savoir l’absence de masse de manœuvre 19. Ouvrons une parenthèse pour constater que si le haut commandement britannique perd progressivement ses illusions, la troupe, au début assez méfiante, a été tellement bien accueillie par les unités françaises mais aussi par la population, qu’elle est désormais pleinement confiante dans le partenaire.

17Au printemps 1940, des désaccords subsistent entre alliés, tant politiques qu’opérationnels, mis en lumière surtout par l’intervention en Norvège et le désir accru des Français d’engager des opérations périphériques. À la veille de la bataille, on constate que la confiance des généraux britanniques dans l’armée française de l’automne 1939, a laissé place, Gort mis à part, à du scepticisme et de la méfiance, tant vis-à-vis du haut commandement français que pour la valeur de nombre d’unités jugées de mauvaise qualité.

La guerre : désillusion et changement de cap

Entrée en campagne

18Les Allemands ayant pénétré en Hollande, Belgique et Luxembourg le 10 mai, Gamelin donne l’ordre d’enclencher le plan « Dyle-Bréda », mis au point depuis plusieurs mois. Des centaines de milliers de soldats français et britanniques entament alors un mouvement en avant pour se porter sur une ligne Anvers-Namur-Sedan.

19Assez curieusement, le GQG de La Ferté n’a pas de représentant auprès du poste de commandement (PC) avancé de la BEF situé à Wahagnies, entre Arras et Lille. Une erreur de plus dans l’organisation du commandement, mais cette fois-ci, par la faute des Britanniques. En effet, c’est Pownall qui, désirant avoir les coudées franches pour décider plus à son aise sans en référer aux Français, n’a pas voulu de ces derniers en permanence à ses côtés. La mission militaire française du général Voruz reste donc à Arras, PC principal de la BEF depuis décembre 1939. Ces considérations n’entrent pas dans les soucis de Gort qui ne se préoccupe que des déplacements en cours. À compter du 10 mai, une réunion quotidienne se tient à Arras, présidée par le général Brownrigg, chef du 1er bureau (chargé de l’organisation),  à laquelle assistent les officiers de liaison français. Le 12 mai au soir, la BEF tient les 25 km de front qui lui ont été assignés, s’établit sur trois positions successives où sont construites des fortifications de campagne.

  • 20  Le général Pownall déclare lors de la réunion qu’il est sûr que le général Gort acceptera cette pr (...)

20Le généralissime français a écrit la veille au roi des Belges pour lui indiquer qu’il transférait au général Georges la responsabilité de coordonner les opérations de l’armée belge avec les autres alliés. Une nouvelle fois, Georges a percé les vices de cette organisation. Selon lui, il est évident qu’il faut que ce soit Billotte, commandant le GA n1 qui ait autorité sur l’ensemble des troupes qui se déploient en Belgique. Il décide, ce dimanche 12 mai, jour de Pentecôte, de partir pour le PC de Billotte où il convoque tous les protagonistes, afin de leur faire accepter l’organisation qui aurait due être décidée depuis longtemps. Après avoir fait un bref rappel historique des difficultés de commandement survenu durant la Première Guerre mondiale, et de la façon dont elles ont été résolues, Georges obtient l’accord de Léopold III comme du général Pownall, qui représente Gort, malade 20.

  • 21  SHD/GR, 27 N 5, rapport du général Gort sur les opérations en France en 1939-1940, mars 1941, p. 6 (...)

21Cependant, décidée dans l’urgence, cette nouvelle organisation de la chaîne de commandement ne peut s’accompagner de la mise en place de tous les moyens humains et surtout matériels qui auraient été nécessaires à une transmission rapide des ordres. Gort soulignera plus tard que « les mesures prises s’avérèrent nettement insuffisantes pour assurer de façon convenable la direction d’ensemble des mouvements des trois armées alliées. (…) À l’exception des ordres donnés pour le repli sur la Dyle, je ne reçus aucun ordre écrit du 1er Groupe d’Armées françaises bien que lors des entrevues qui eurent lieu à diverses reprises entre le général Billotte et moi-même, nous soyons toujours tombés d’accord »21.

Premiers revers français

22Dès le 13 mai, les avant-gardes allemandes engagent le combat avec le gros des unités britanniques. À Wahagnies comme à Arras, on prend connaissance des premières nouvelles en provenance du GQG de La Ferté sous Jouarre, et elles ne sont pas bonnes. Ainsi, on apprend que l’armée hollandaise est en grande difficulté et que les Belges, après la prise du fort d’Eben Emael, reculent bien plus vite que prévu. Les Britanniques, il faut le dire, ne se faisait pas d’illusions au sujet de la capacité de ces deux armées à encaisser le choc allemand. Les premières informations indiquant, sans plus de précisons, que les Allemands auraient franchi la Meuse entre Namur et Sedan, commencent aussi à filtrer.

  • 22  Cailloux (colonel), op.cit., p. 48.

23Le 14, de mauvaises nouvelles parviennent de tous les secteurs, sauf du britannique qui semble un ilot protégé, et d’ailleurs, le seul à tenir bon. Pownall, depuis le nouveau GHQ de campagne situé à Renaix, entre Lille et Bruxelles, ne comprend pas que les troupes belges et françaises fléchissent, alors que les unités britanniques ne rencontrent pas de difficultés à contenir les Allemands. Toutes ses craintes initiales se confirment, et il entrevoit déjà la catastrophe. S’il n’avait jamais été considéré comme un francophile ardent, il se montre pour la première fois très désagréable avec le général Voruz qui proposait son aide : « Je n’ai que faire de vos services et f… moi la paix ! »22 

  • 23  Cité par : Vanwelkenhuyzen (Jean), 1940, pleins feux sur un désastre, Bruxelles, Racines, 1995, p. (...)

24Le 15, le major Archdale, officier de liaison britannique à Caudry, constate : « Aujourd’hui pour la première fois, j’ai vu le quartier général du GA n1 se mettre à craquer, et aujourd’hui pour la première fois, mes doutes au sujet du général Billotte ont commencé à prendre consistance. »23 Bien entendu, ces impressions sont transmises au GHQ et tombent dans des oreilles prédisposées. Désormais Pownall a une vue assez claire de la situation. Si la 7e armée et la 1re qui l’encadrent apparaissent solides, le flanc droit de cette dernière est exposé après la percée allemande face à la 9e armée. La 1re armée va sans doute devoir décrocher et avec elle la BEF. Effectivement, Billotte décide un repli général sur une nouvelle ligne.

  • 24  Le général Voruz écrit : « Nombreux comptes-rendus de mes agents qui signalent que les Anglais se (...)

25Au cours de la retraite, les Britanniques parviennent chaque fois à effectuer leurs mouvements en ordre, et à infliger des pertes sensibles à l’ennemi. Toutefois, une semaine après le début des opérations, les Britanniques jugent la situation générale compromise. L’atmosphère entre officiers britanniques et français à Arras va se dégrader du tout au tout, les Britanniques devenant outrecuidants, insolents, condescendants ce qui est, on s’en doute, très mal ressenti du côté français. Cependant, lors de leurs liaisons au PC avancé, les officiers français constatent que si Pownall se montre ouvertement désagréable, Gort, conscient de la situation, mais indéfectible optimiste, ne fait aucun grief aux Français. Il demeure sans aucun doute encore le plus francophile des généraux anglais 24.

  • 25  SHD/GR, 27 N 5, rapport du général Gort sur les opérations en France en 1939-1940, mars 1941, p. 3 (...)

26Le 16 mai, Churchill rencontre le gouvernement et les responsables militaires français. Il est sidéré que Gamelin n’ai pas conservé des réserves. Ce même jour, Gort adresse un officier de liaison à Billotte : « Je lui demandais, dans le cas où il aurait l’intention de se replier, de me faire connaître immédiatement la conduite à tenir et les horaires prévus (…) »25 Le commandant en chef britannique tente en effet de connaître le plan de contre-attaque français mais sans y parvenir. Le doute commence à le gagner.

Violent changement d’attitude

27Le 18 mai, il devient clair que la brèche ouverte par les Allemands ne peut être colmatée. Bien plus grave, ces derniers vont pouvoir attaquer à revers le GA n1 et couper une partie des lignes de ravitaillement de la BEF. Assurément, c’est ce jour-là que Gort prend vraiment conscience que la situation des troupes alliées est irrémédiablement scellée. Cela va entraîner à la fois un tournant majeur dans les relations franco-britanniques mais aussi un changement radical d’attitude de sa part.

28Brutalement, Gort fait savoir à la mission française de liaison qu’il ne veut plus avoir de rapport avec elle, et que seul un officier français pourra demeurer à son PC avancé. Sans lui faire de procès d’intention, on peut imaginer que Gort in petto ne veut pas que les officiers de liaison français aient connaissance des préparatifs de rembarquement qu’il va faire élaborer les jours suivants. De surcroît, à compter ce 18 mai, le GHQ ne donne plus au GA no 1 la position exacte et les capacités des grandes unités britanniques, informations pourtant nécessaires à une bonne prise de décision. Ces prodromes ne laissent rien présager de bon.

  • 26  Accompagné de seulement deux officiers, le général Voruz allait s’acquitter du mieux possible de s (...)
  • 27  Vanwelkenhuyzen (Jean), op.cit., p. 191.

29Le GQG est mis au courant de la situation. Les propos de Gort, fidèle et loyal allié jusqu’à présent, font la plus mauvaise impression et contribuent encore plus à assombrir l’atmosphère de La Ferté. Le général Georges comprend la césure qui est en train d’intervenir et donne l’ordre à Voruz de rester envers et contre tous à Arras, afin de maintenir la liaison franco-britannique et de découvrir ce que général britannique prépare 26. À 23 heures, Billotte rencontre Gort à Wahagnies. Ce dernier est frappé par l’inaptitude à penser l’avenir du chef du GA n° 1 qui, il est vrai, « n’a aucun plan, guère de réserves et peu d’espoir »27. Ivre de fatigue, ce dernier perçoit cependant que les Anglais ne pensent plus qu’à rembarquer.

30Dans la matinée du 19 mai, Georges reçoit le général Dill, qui lui apporte une lettre personnelle de Churchill préconisant une attaque en tenaille de l’avancée allemande. L’analyse de Churchill sur la situation aventurée des Allemands est la même que celle de Georges, qui a bien vu l’opportunité d’attaquer les flancs de l’ennemi. Malheureusement, les forces nécessaires pour contre-attaquer n’existent pas, où si elles existent, elles ne sont pas à pied d’œuvre. Toujours ce 19 mai, Pownall téléphone à deux reprises au général Dewing, directeur des opérations militaires et des plans à Londres, pour l’alerter sur la situation de la BEF et lui faire part des études menées avec Gort en vue d’un rembarquement. À Whitehall, les appels de Pownall ne rencontrent que l’incrédulité des hauts responsables qui, pour l’instant, saisissent mal la situation qui prévaut sur le terrain.

31Parfaitement conscient du fossé qui se creusera avec la France si la décision de rembarquer est prise, Churchill décide de se rendre compte lui-même de la situation en se rendant sur le front. Cependant, plus tard dans la soirée et compte tenu des risques inhérents à une telle mission, c’est Ironside qui est chargé de la mener. Dans le même temps, ordre formel est donné à Gort de participer à l’attaque en tenaille destinée à cisailler l’avancée des Panzers. Or, cet ordre va en contradiction avec sa propre analyse qui l’amène à penser, depuis la veille, que la situation ne pourra être redressée. Certes, si la manœuvre préconisée venait à réussir, ses lignes de ravitaillement seraient préservées, mais il se montre plus que dubitatif et craint de galvauder ses forces dans une action inutile. Il va cependant obéir et proposer à Billotte que des divisions françaises affaiblies relèvent des divisions britanniques sur l’Escaut, afin que celles-ci, peu entamées, puissent constituer le fer de lance de l’attaque vers le sud. Gort informe ses commandants de corps d’armée de l’ordre qu’il a reçu, mais aussi du fait qu’il va proposer à Londres d’envisager la retraite vers les ports pour sauver la BEF.

  • 28  SHD/GR, 27 N 5, rapport du général Gort sur les opérations en France en 1939-1940, mars 1941, p. 4 (...)

32Le commandant en chef britannique est tourmenté. Son coup d’œil légendaire lui indique qu’il risque une destruction totale et doit rembarquer tandis que son gouvernement persiste à lui donne l’ordre d’attaquer vers le sud. Or, le sort de centaines de milliers d’hommes et même du royaume semble en cause. Plus les heures passent, plus il juge les ordres reçus inexécutables et note à la date du 20 mai : « Bien que je ne fusse pas à même de porter un jugement, j’avais l’impression que même si je décidais de tenter cette manœuvre, ni la 1re armée française, ni les Belges ne seraient en mesure de suivre le mouvement. »28. Son appréciation se trouve renforcée lorsque Billotte le prévient qu’il ne pourra rien tenter avant le23, ayant besoin de troisjours pour réunir la masse de manœuvre. Une preuve de plus de l’absence de souplesse manœuvrière des unités françaises.

  • 29  La radio est peu utilisée, les ordres sont donnés le plus souvent par téléphone ou par le trucheme (...)

33L’insistance de Pownall et de Gort à présenter la situation sans fard a malgré tout porté ses fruits. Le cabinet britannique envisage désormais le retour de la BEF en Grande-Bretagne. Des études en ce sens sont lancées, les premières réquisitions de navires intervenant le 22, sans que les Français soient mis au courant. Ce 20 mai, Ironside et Pownall rencontrent Billotte et Blanchard à Lens, au PC de la 1re armée. L’impression donnée par les deux généraux français est une nouvelle fois catastrophique : ils semblent tétanisés et à bout de force. À cette impression générale de pusillanimité s’ajoute la déficience des transmissions, pourtant cruciales à un moment où chaque minute compte 29.

  • 30  Vanwelkenhuyzen (Jean), op.cit., p. 222.

34Pendant la réunion, Billotte reçoit un appel du général Weygand, l’informant de sa venue le lendemain. Car le nouveau généralissime qui se « démène méritoirement pour tenter de sauver une situation désespérée »30a convoqué le 21 mai à Ypres les principaux responsables alliés afin d’insuffler une impulsion nouvelle aux opérations. Tous sont présents sauf Gort, coincé semble t-il dans des embouteillages inextricables. Billotte, qui a assisté à la réunion, est chargé d’informer le général britannique des décisions du commandant en chef, à savoir la poursuite de la préparation de l’attaque vers le sud. Dans la soirée, Billotte et Gort s’accordent sur le plan à mener : repli de la BEF sur les positions de la frontière, et relève de deux divisions anglaises qui devront participer à l’attaque vers le sud. Malheureusement, Billotte est victime d’un grave accident de voiture sur le trajet qui le ramène à son PC : d’abord dans le coma, il décède peu après. Les forces du nord n’ont plus de chefs et ce flottement durant des heures, presque des jours ne va rien arranger. Le chef du GA no 1 est remplacé par Blanchard, qui a la faiblesse d’avoir plus d’intelligence que de pugnacité. En tout cas, ce n’est pas un « fighting man », ce qu’attendaient justement les Britanniques dans ces circonstances.

  • 31  SHD/GR, 27 N 188, lettre du général Voruz au général Georges à propos des événements survenus du 1 (...)
  • 32  Margerie (Roland de), Journal 1939-1940, Paris, Grasset, 2010, p. 225.

35Le 22 au matin, le nouveau commandant du GA no 1 vient voir Gort à son PC de Premesques afin de préparer l’offensive ordonnée par Weygand, mais il est patent que « les Anglais n’acceptent pas l’autorité du général Blanchard et que le malaise anglo-français subsiste 31 ». Au demeurant, si la BEF a déjà lancé la veille des attaques en direction du sud, elle ne l’a fait qu’avec des forces limitées et seulement pour dégager Arras de toute menace immédiate afin de permettre aux autres grandes unités de mieux retraiter vers la mer. Pendant ce temps, une nouvelle réunion franco-britannique se tient à Vincennes, au PC du général Weygand. Ce dernier présente à nouveau son plan d’une attaque en tenaille visant à couper l’avancée allemande, mais surtout, il précise que l’opération ne réussira que si elle se déroule très rapidement avec des forces puissantes, c’est-à-dire avec le concours complet de la BEF. Cependant, si Churchill réaffirme aux responsables français que Gort veut toujours rétablir ses lignes de ravitaillement vers Le Mans, « à l’épreuve de la réalité, les choses parurent vite moins simples » 32.

  • 33  SHD/GR, 27 N 5, rapport du général Gort sur les opérations en France en 1939-1940, mars 1941, p. 6 (...)

36De son côté, Gort comprend les enjeux de la manœuvre à conduire mais il juge les contraintes du champ de bataille trop fortes : « Je comprenais parfaitement l’importance qu’il y avait à attaquer rapidement avant que l’ennemi n’ait pu amener des renforts d’infanterie, mais il fallait voir les faits tels qu’ils étaient. »33 Tous les ordres qu’il reçoit désormais sont inopérants.

Choix unilatéraux

  • 34  Voruz notait déjà à la date du 20 mai : « Du GHQ nous ne recevons que de fausses nouvelles au suje (...)

37Alors que les gouvernements et les hauts responsables militaires anglais et français peaufinent leurs plans, le 24 mai, les Allemands attaquent puissamment le front tenu par les Belges. Afin d’éviter un encerclement de la BEF à brève échéance, Gort se voit obligé de renforcer le front tenu par les Belges avec les deux divisions qui devaient participer à l’attaque vers le sud. Il en profite aussi pour ordonner un décrochage général de 40 km vers le nord. Si cette mesure peu paraître judicieuse, il n’en informe ni le général Blanchard, ni son gouvernement. Désormais, Gort n’a plus qu’une idée fixe : sauver ses hommes envers et contre tous, même contre son gouvernement qui, estime t-il, lui donne des ordres inappropriés. La confiance interalliée est en train de disparaître totalement 34.

  • 35  Weygand (Maxime), Rappelé au service, Paris, Flammarion, 1950, p. 118.

38Après la guerre, lorsqu’il connaîtra dans le détail le déroulement des opérations dans la poche du nord, Weygand écrira dans ses mémoires : « Bien que je connaisse aujourd’hui les raisons de sa décision [nda : le retrait entamé par Gort unilatéralement], je ne m’explique pas que lord Gort ne m’ait pas au moins fait prévenir qu’il était contraint de la prendre, sachant que je considérais l’offensive vers le Sud comme le dernier moyen de sauver les armées du 1er groupe, et que le repli la rendait irréalisable. »35 

  • 36  SHD/GR, 27 N 81, rapport du général Gort sur les opérations en France en 1939-1940, mars 1941, p.  (...)

39Le 25 mai, lors d’une nouvelle entrevue, Gort convainc Dill, qu’il n’y a plus qu’une option possible : le rembarquement. Le chef d’état-major impérial, par téléphone, persuade à son tour le gouvernement anglais. Dans la matinée du 26 mai, une réunion se tient au château d’Attiches en présence de Gort, Pownall, Blanchard et Prioux. Un accord se fait sur les axes de retraite vers le camp retranché. Au retour de la conférence, Gort trouve un télégramme de ministre de la Guerre britannique qui lui donne carte blanche pour sauver la BEF. En fait ce message ne fait qu’entériner les dispositions que le commandant de la BEF a prises depuis plusieurs jours. Car il a déjà donné des ordres pour le rembarquement de spécialistes dont il n’a plus besoin. Afin de pouvoir se concentrer sur les combats d’arrière-garde à mener, il désigne le général sir Ronald Adam pour assumer le commandement des troupes britanniques à Dunkerque, organiser le repli et l’embarquement. Gort ajoute : « Il devait agir en conformité avec les ordres du général Fagalde, [nda : commandant le camp retranché de Dunkerque] à condition que ceux-ci ne compromissent pas la sécurité des troupes britanniques. »36 

  • 37  SHD/GR, 27 N 81, message (sans numéro) du général Dill au général Swayne du 25 mai 1940.

40Curieusement, ce même jour, le général Dill adresse au général Swayne, officier de liaison au GQG français, un message destiné à être communiqué au général Georges, qui laisse à penser que les Anglais obéissent aux directives prévoyant une attaque vers le sud : « Je viens de voir Gort. Inutile dissimuler gravité situation région du nord. BEF tient maintenant un front de 140 kilomètres (…) Deux DI anglaises en réserve s’apprêtent à attaquer le 26 soir avec les Français (…) Attaque ne peut pas être importante (…). »37Ce message peut laisser penser à une certaine duplicité.

41Au même moment, Blanchard, qui a toujours officiellement la BEF sous sa coupe, signe un ordre qui prévoit l’organisation d’une tête de pont défendue par Belges, Français et Britanniques. Or, on le constate, les objectifs de Gort et de Blanchard sont contradictoires. Ce dernier va s’en apercevoir très rapidement, les Anglais ne lui obéissant plus du tout. L’embrouillamini est total. C’est désormais le chacun pour soi qui va prévaloir, entraînant un fort ressentiment français. Les troupes de Blanchard s’attachent à fortifier le camp retranché tandis que les Anglais ne voient leur salut que dans leur départ du continent.

  • 38  SHD/GR, 27 N 188, lettre du colonel de Cardes au lieutenant-colonel Noiret du 27 juin 1940.

42L’opération « Dynamo » est officiellement déclenchée le 26 mai au soir, sans en avertir les Français qui s’accrochent toujours à l’idée de tenir la tête de pont. Le colonel de Cardes, chef d’état-major de la mission française de liaison note que « le commandement anglais ne pense plus qu’à la retraite. Aux demandes d’explications, il répond toujours par "ordre du War Office". Ils deviennent à peu près inabordables à l’exception du général Gort. Le corset de courtoisie est tombé (…) »38.La conférence de Cassel du 27 mai ne sert qu’à constater les divergences de vues entre alliés. Dans la soirée, on apprend que les Belges vont capituler, ce qui rend tous les plans arrêtés précédemment caduques.

  • 39  Pourtant Gort note dans son rapport de fin de campagne : « Le général Blanchard me quitte sans mon (...)
  • 40  SHD/GR, 27 N 188, lettre du général Voruz au général Georges à propos des événements survenus du 1 (...)
  • 41  Rocolle (Pierre), La guerre de 1940, la défaite, Paris, Armand Colin, 1990, p. 213.

43Le 28 mai, Blanchard, qui manque de renseignements sur les forces anglaises, décide de se rendre au PC de la BEF à Houtkerque. Il y apprend que trois nouvelles divisions viennent de recevoir l’ordre de retraiter. L’atmosphère est à la fois pathétique et tendue 39 car il est évident que « les unités britanniques font désormais cavalier seul sans s’occuper des Français » 40. Pierre Rocolle analyse bien la situation : « Le général Gort avait tout d’abord déclaré qu’il avait reçu pour instruction de tout subordonner au salut de la plus grande partie du BEF. Le général Blanchard avait répliqué en se référant aux accords antérieurs selon lesquels les troupes françaises et anglaises devaient assurer de concert la défense de la Lys. Placé devant une situation nouvelle, il réclamait que le repli anglais fut reporté au minimum de vingt-quatre heures, mais le général Gort et son chef d’état-major, le général Pownall, refusèrent en affirmant que les unités attardées sur la Lys et sur les deux flancs du groupe d’armées seraient irrémédiablement perdues. »41 Toujours le 28, Weygand ordonne à Gort de participer à la défense du camp retranché et de contre-attaquer énergiquement mais ces ordres sont sans effet.

44Si Blanchard n’a toujours reçu aucun ordre du GQG concernant l’embarquement des troupes françaises, le capitaine de vaisseau Auphan part pour Douvres, afin de préparer les opérations navales avec l’amiral Ramsay. Pourtant, dès que « Dynamo » est déclenchée, seules les troupes britanniques sont autorisées à monter sur les bateaux. Devant l’intervention indignée et vigoureuse de Weygand et de Georges, Churchill, donne l’ordre à Ramsay et à Gort d’embarquer autant de Français que de Britanniques mais à Dunkerque, le mal est fait et la suspicion installée. Malgré tout, les Français peuvent enfin embarquer, en priorité les spécialistes des chars, qui risquent de manquer cruellement lors de la deuxième phase de la campagne qui s’annonce.

  • 42  Couteau-Bégarie (Hervé), Huan (Claude), Mers el-Kébir, Paris, Économica, 1994, p. 21-22.

45Finalement l’opération « Dynamo » permet de sauver environ 340 000 hommes dont 125 000 français, mais sans leur impedimenta. Il reste que« les Britanniques ont mené l’opération de leur côté, sans collaborer pleinement avec les Français. Les soldats français embarqués, de retour en France, vont colporter toute une série d’histoires, que la rumeur se chargera d’enfler, sur le comportement inamical des marins britanniques, les refus d’embarquer des blessés pour accorder la priorité aux soldats britanniques (…) »42.

  • 43  Le général Duffour placé à la tête de la 3e région militaire de Rouen note que « les cadres britan (...)

46Début juin, la rupture entre chefs militaires français et anglais est consommée, même si elle n’est pas encore officielle. Certes le gouvernement britannique se montre bien disposé et affirme qu’il va envoyer de nouvelles divisions dès qu’elles seront rééquipées, mais sur le terrain, les quelques unités restées en France vont agir la plupart du temps sans accepter vraiment les ordres donnés, leurs chefs ayant perdu confiance dans la valeur des généraux français 43.

  • 44  « Le 10 juin, Churchill décide la création d’une cellule secrète chargée de décrypter les messages (...)

47Voulant montrer officiellement sa bonne volonté, et remédier à l’impression d’abandon donnée par ses troupes à Dunkerque, Churchill décide d’envoyer des renforts sur le continent, ce qui ne l’empêche pas – et prouve d’ailleurs qu’il doute de l’avenir – de créer à compter du 10 juin un service d’écoute chargé d’espionner la France 44. Le 6 juin, Pownall annonce à Weygand l’arrivée de la 52e DI qui débarquera à partir du 7, suivie par la 1re division canadienne. Ces deux grandes unités seront sous le commandement du général Allan Brooke, nouveau chef de la BEF. Il est prévu que lorsque quatre divisions du Commonwealth seront présentes sur le sol français, Gort reprendra le commandement de la nouvelle BEF.

  • 45  Ragache (Gilles), La fin de la campagne de France, Paris, Économica, 2010, p. 7. À Cherbourg, les (...)

48Malheureusement la situation empire rapidement. Après leur percée en Normandie le 7 juin, les Allemands concentrent leurs forces sur le front de Champagne qui est à son tour disloqué à partir du 9 juin. Les chefs français organisent alors la retraite générale des armées, en attendant que des décisions politiques soient prises. Face à cette situation militaire qu’il sait irrémédiable, Allan Brooke ordonne le 14, avec l’accord de son gouvernement, le rembarquement des dernières unités britanniques. Lui-même quittera la France deux jours plus tard. Or les généraux français, notamment Weygand, comptaient encore sur cet appoint pour ralentir l’avance allemande. Effectivement, « les dernières troupes britanniques théoriquement encore présentes sur la ligne de feu ont quitté la Xe Armée sans crier gare dans la nuit du 14 au 15 juin, contribuant ainsi à affaiblir un peu plus l’ensemble. »45.

Conclusion

49Nous venons de montrer combien les rapports entre le commandement de la British Expeditionary Force et les chefs français passèrent par des phases très différentes. Initialement, Gort se montre confiant, modeste, très loyal, prêt à s’adapter à l’organisation et aux méthodes employées dans l’armée française, tant celle-ci est perçue à la fois comme très puissante mais aussi comme une référence. Ses subordonnés directs se montrent un peu plus circonspects. Pourtant une très bonne entente va régner entre militaires alliés durant toute la Drôle de guerre.

  • 46  Cailloux (colonel), op.cit., p. 54.

50Le début des opérations le 10 mai change la donne. L’incapacité des armées françaises à contrer l’attaque allemande amène Gort d’abord à douter, puis à reprendre sa liberté d’action. En fait, la confiance dans l’armée française, ancrée depuis de longues années, s’est effondrée en seulement quelques jours. La désillusion n’en a été que plus grande.« Les fruits de la défaite ne pouvaient qu’être amers ; la débâcle avait inévitablement réveillé les incompréhensions et fait flamber les oppositions. »46 Rapidement Gort perçoit la situation comme sérieusement compromise puis après le 18 mai comme irrémédiablement perdue. Son gouvernement, assez mal renseigné sur ce qui se passe, lui donne l’ordre de participer à l’offensive de dégagement vers le sud, directive qui apparaît inapplicables sur le terrain.

51Le commandant en chef britannique, conforté tous les jours dans son analyse par les événements qui se produisent, opte pour le rembarquement, seul moyen de sauver le corps expéditionnaire qu’on lui a confié. Il va parvenir avec une adresse consommée qu’on ne lui connaissait pas, mais non sans mal, à convaincre son gouvernement qu’il fallait opter pour la seule option salvatrice qui restait. Le fait que les chefs britanniques aient voulu sauver leurs seules forces terrestres existantes est compréhensible ; leur analyse de la situation tout comme leur instinct leur commandait de le faire.

52De leur côté, les chefs français n’ont pas été à la hauteur. Au niveau le plus élevé, Gamelin, jaloux de son pouvoir et de ses prérogatives, ne délègue pas à temps la direction de la BEF à ses subordonnés. Aussi, les organes nécessaires à l’exercice d’un commandement efficace sur le terrain, comme les transmissions, ne sont pas en place lorsque l’attaque allemande se produit. L’impéritie de Billotte puis de Blanchard, submergés par les mauvaises nouvelles, convainc les chefs britanniques de l’inanité des mesures que préconisent les généraux français.

53Il reste que la façon de faire des Britanniques, qui fin mai-début juin 1940, se montrent particulièrement désagréables et méprisants vis-à-vis du commandement français, mais surtout qui agissent unilatéralement, décrochent et rembarquent les premiers à Dunkerque, a marqué durablement les esprits. Ces fêlures s’accentueront encore après l’agression de Mers el-Kébir, début juillet.

54Finalement, cette étude nous montre combien est toujours difficile la collaboration entre alliés. Lorsque les opérations se déroulent comme prévu, il est en général aisé d’aplanir les tensions. En revanche, lorsque les difficultés surviennent et encore plus les échecs, les particularismes se réveillent, les intérêts de chacun, parfois vitaux, font souvent voler en éclat l’alliance précédemment conclue. Les rapports entre haut commandement français et britannique en 1939-1940 ne font pas exception à la règle. Ce qui ne signifie pas qu’il ne faille pas en tirer des leçons pour l’avenir, surtout à une époque où presque toutes les interventions se font au sein de coalitions.

Haut de page

Notes

1  Une note du 2e bureau du GQG indique « que la Grande-Bretagne n’est pas en mesure de produire un effort militaire sérieux avant le 6e mois du conflit. Avant cette date, l’effectif du Corps expéditionnaire britannique en France ne pourra dépasser : 8 divisions d’infanterie dont 5 motorisées, une division de cavalerie montée ». SHD/GR, 27 N 63, note pour le commandement sur les possibilités militaires britanniques no 170/2/FT du 8 septembre 1939.

2  Le général Gort (1886-1946), passé par Sandhurst, est cité neuf fois durant la Première Guerre mondiale et obtient la rarissime Victoria cross. Diplômé du Staff College de Camberley, il commande une brigade de la garde de 1930 à 1932, avant de prendre la tête du Staff College. Chef d’état-major impérial à partir de 1937, il commande la BEF en 1939-1940.

3  Très exactement, la BEF est placée, à l’automne 1939, entre le 16e corps d’armée au nord, commandé par le général Fagalde, ancien attaché militaire à Londres, ce qui facilitera grandement les contacts, et la 1re armée du général Blanchard au sud.

4  Les hauts responsables militaires britanniques n’ont été confirmés qu’après la déclaration de guerre. Le général Ironside, qui devait commander le corps expéditionnaire, devient chef d’état-major impérial et le général Gort, chef d’état-major impérial en titre, prend la tête de la BEF et se retrouve sous les ordres de son ancien subordonné.

5  Il s’agissait aussi sans doute, de la part du généralissime français, d’éviter que le corps expéditionnaire britannique soit tenté de rembarquer trop rapidement en cas de revers. À noter que ce souci était déjà prégnant durant la Première Guerre mondiale.

6  Le Goyet (Pierre), Le mystère Gamelin, Paris, Presses de la cité, 1975, p. 269.

7  Le général Ironside adresse une lettre très secrète à Gamelin dans laquelle il constate : « pour autant que je puisse en juger, tout marche bien entre Lord Gort et le général Georges, aussi bien au point de vue liaison qu’au point de vue commandement ». SHD/GR, 27 N 188, lettre du général Ironside au général Gamelin du 27 octobre 1939.

8  Six mois après son arrivée en France, la BEF a désormais la taille d’une armée. Georges fait une nouvelle demande pour que le corps expéditionnaire soit commandé par l’échelon immédiatement supérieur, à savoir le GA n1. Les Britanniques, sous réserve de pouvoir continuer à s’adresser à Georges, sont prêts à accepter cette subordination qui rendrait cohérent tout le dispositif de commandement. Pourtant Gamelin ne veut rien entendre.

9  Cité par : Duroselle (Jean-Baptiste), L’abîme 1939-1944, Paris, Seuil, 1990, p. 67.

10  SHD/GR, 30 N 180, journal de marche du général Fagalde, 2 novembre 1939, p. 9. « Une fois de plus, je sens que les Anglais tiennent pour Georges auquel ils veulent être subordonnés et pas pour Gamelin qui ne leur inspire pas confiance. » SHD/GR, 30 N 180, journal de marche du général Fagalde, p. 25.

11  Cailloux (colonel), « Vicissitudes de la collaboration franco-britannique – 1940 », Bulletin trimestriel de l’association des amis de l’École supérieure de guerre, no 29, octobre 1965, p. 25.

12  Ibid., p. 23.

13  Archives de la famille Georges, journal de marche du général Georges, 10 octobre 1939.

14  Le Goyet (Pierre), op.cit., p. 250.

15  SHD/GR, 30 N 180, journal de marche du général Fagalde, p. 20.

16  Le Goyet (Pierre), op.cit., p. 270.

17  Archives de la famille Georges, journal de marche du général Georges, 24 février 1939.

18  Le 18 février 1940, le général Spears rencontre le général Fagalde qu’il connaît depuis 1914. Ils firent ensemble la retraite d’août 1914 puis à la fin de la guerre, ils occupaient chacun un poste similaire, Fagalde à Londres et Spears à Paris. Ils font ensemble le tour de la situation. « Il me dit – ce que je savais déjà – que les Anglais préfèrent de beaucoup Georges à Gamelin et que, par la voie du général Ironside, chef d’EM général impérial à Londres, il a été bien précisé à ce dernier qu’il ne dirigeait en aucune manière la stratégie britannique qui restait maîtresse d’elle-même. Les troupes anglaises en France sont sous les ordres de Georges et non de Gamelin [c’est ce que ce dernier ne veut pas admettre] ». SHD/GR, 30 N 180, journal de marche du général Fagalde, p. 24.

19  « C’était pour un général en chef supprimant toutes ses réserves mobiles, s’aliéner tout moyen d’action dans la bataille future et à Arras – où se trouvait maintenant le GHQ – on ne manqua pas de s’apercevoir de cette pusillanimité du Commandant en chef français ». Cailloux (colonel), op.cit., p. 29.

20  Le général Pownall déclare lors de la réunion qu’il est sûr que le général Gort acceptera cette proposition.

21  SHD/GR, 27 N 5, rapport du général Gort sur les opérations en France en 1939-1940, mars 1941, p. 60.

22  Cailloux (colonel), op.cit., p. 48.

23  Cité par : Vanwelkenhuyzen (Jean), 1940, pleins feux sur un désastre, Bruxelles, Racines, 1995, p. 124. Billotte est très rapidement fatigué, surmené, tous les témoignages concordent. Le stress le gagne, il « se sent broyé par des événements excessifs. Il n’a pas sous la main l’instrument capable de gérer tant d’inattendu ».

24  Le général Voruz écrit : « Nombreux comptes-rendus de mes agents qui signalent que les Anglais se montrent très désagréables à leur égard et nous reprochent amèrement d’être la cause de leur recul. Mon état-major lui-même, pourtant jusqu’ici en excellents termes avec le GHQ est très froidement traité. Il faut faire exception pour lord Gort, toujours courtois. (…) Le général Billotte se plaint à moi amèrement de l’attitude des Anglais à son égard. » SHD/GR, 27 N 188, lettre du général Voruz au général Georges à propos des événements survenus du 16 mai au 17 juin, n8935/DES/3 du 28 juin 1940.

25  SHD/GR, 27 N 5, rapport du général Gort sur les opérations en France en 1939-1940, mars 1941, p. 37.

26  Accompagné de seulement deux officiers, le général Voruz allait s’acquitter du mieux possible de sa mission difficile : assurer une liaison minima avec le GHQ et tenir au courant le GQG. Il retraitera les jours suivants vers Dunkerque et s’embarquera sur un des derniers bateaux qui quitteront le port.

27  Vanwelkenhuyzen (Jean), op.cit., p. 191.

28  SHD/GR, 27 N 5, rapport du général Gort sur les opérations en France en 1939-1940, mars 1941, p. 48.

29  La radio est peu utilisée, les ordres sont donnés le plus souvent par téléphone ou par le truchement d’officiers de liaison qui mettent des heures à effectuer leur mission.

30  Vanwelkenhuyzen (Jean), op.cit., p. 222.

31  SHD/GR, 27 N 188, lettre du général Voruz au général Georges à propos des événements survenus du 16 mai au 17 juin, no 8935/DES/3 du 28 juin 1940.

32  Margerie (Roland de), Journal 1939-1940, Paris, Grasset, 2010, p. 225.

33  SHD/GR, 27 N 5, rapport du général Gort sur les opérations en France en 1939-1940, mars 1941, p. 60.

34  Voruz notait déjà à la date du 20 mai : « Du GHQ nous ne recevons que de fausses nouvelles au sujet de l’emplacement des Allemands, ce qui nous incite à des déplacements inutiles et prématurés. » Le chef de la mission militaire ajoute qu’il est reçu par Gort le 23 mai mais que Pownall « affecte d’ignorer ma présence ». SHD/GR, 27 N 188, lettre du général Voruz au général Georges à propos des événements survenus du 16 mai au 17 juin, no 8935/DES/3 du 28 juin 1940.

35  Weygand (Maxime), Rappelé au service, Paris, Flammarion, 1950, p. 118.

36  SHD/GR, 27 N 81, rapport du général Gort sur les opérations en France en 1939-1940, mars 1941, p. 72.

37  SHD/GR, 27 N 81, message (sans numéro) du général Dill au général Swayne du 25 mai 1940.

38  SHD/GR, 27 N 188, lettre du colonel de Cardes au lieutenant-colonel Noiret du 27 juin 1940.

39  Pourtant Gort note dans son rapport de fin de campagne : « Le général Blanchard me quitte sans montrer d’humeur. » SHD/GR, 27 N 81, rapport du général Gort sur les opérations en France en 1939-1940, mars 1941, p. 79.

40  SHD/GR, 27 N 188, lettre du général Voruz au général Georges à propos des événements survenus du 16 mai au 17 juin, no 8935/DES/3 du 28 juin 1940.

41  Rocolle (Pierre), La guerre de 1940, la défaite, Paris, Armand Colin, 1990, p. 213.

42  Couteau-Bégarie (Hervé), Huan (Claude), Mers el-Kébir, Paris, Économica, 1994, p. 21-22.

43  Le général Duffour placé à la tête de la 3e région militaire de Rouen note que « les cadres britanniques manifestent une entière indépendance dans la mise en état de défense du terrain, à telle enseigne qu’ils obstruent des carrefours, abattent des futaies, font sauter des ponts sans en référer à aucune autorité française, pas plus militaire que civile ». SHD/GR, 27 N 181, note sur la coopération des forces britanniques avec la 3e région militaire et le corps d’armée Duffour dans la période du 22 mai au 14 juin 1940, p. 3.

44  « Le 10 juin, Churchill décide la création d’une cellule secrète chargée de décrypter les messages français. » Couteau-Bégarie (Hervé), Huan (Claude), op.cit., p. 77.

45  Ragache (Gilles), La fin de la campagne de France, Paris, Économica, 2010, p. 7. À Cherbourg, les quelques troupes du vice-amiral Le Bigot « couvraient le rembarquement des derniers militaires britanniques qui ne participèrent à aucun moment à la défense de la place, bien au contraire ». Ragache (Gilles), op.cit., p. 105.

46  Cailloux (colonel), op.cit., p. 54.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Max Schiavon, « Les relations entre hauts commandements français et britannique en 1939-1940 », Revue historique des armées, 264 | 2011, 59-74.

Référence électronique

Max Schiavon, « Les relations entre hauts commandements français et britannique en 1939-1940 », Revue historique des armées [En ligne], 264 | 2011, mis en ligne le 27 juillet 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://rha.revues.org/7282

Haut de page

Auteur

Max Schiavon

Docteur en histoire, il est chef de la division études et enseignement du Service historique de la Défense. Spécialiste de l'entre-deux-guerres et de la Seconde Guerre mondiale, il a publié plusieurs ouvrages, notamment sur la bataille des Alpes de juin 1940, et plus récemment une biographie du général Georges.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org