Navigation – Plan du site
Document

Colonel Blimp : l’originalité d’un film de propagande et sa réception en France

Stéphane Launey
p. 93-97

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Titre original : The Lion has wings. Sortie française en décembre 1939.

1À la déclaration de la guerre, le gouvernement britannique par le biais du ministère de l’Information, au sein duquel est créé un département films, voit dans le cinéma un puissant moyen de propagande et décide d’en faire une de ses priorités, avec notamment l’idée de montrer à l’écran que la nation britannique est prête, tant au point de vue militaire que civil, pour le conflit. Dès novembre 1939, sort sur les écrans Le Lion a des ailes 1, long-métrage à la gloire de la Royal Air Force, mêlant vues documentaires et fiction. Ce film, mis en chantier dès le mois de septembre, est le fruit d’un accord, mais aussi d’une amitié, entre Winston Churchill et Alexander Korda, puissant producteur d’origine hongroise.

  • 2  Titre original : The Spy in black. Sortie anglaise en août 1939 ; sortie française en juin 1946.
  • 3  Titre original : Contraband. Sortie anglaise en mai 1940 ; sortie française en octobre 1945 (il es (...)
  • 4  Titre original : 49th Parallel. Sortie anglaise en novembre 1941 ; sortie américaine en avril 1942 (...)
  • 5  Thiéry (Natacha). « Un coucou dans le nid : les films de guerre de Michael Powell », Vingtième siè (...)

2Michael Powell (1905-1990), alors cinéaste en vue, en est le coréalisateur. Commençant sa carrière dans les années 1930, il met en scène à la fin de la décennie L’Espion noir 2. Cette œuvre se déroulant en 1917, où le personnage central est un officier allemand traité avec estime, préfigure la lutte à venir et les dangers d’infiltrations ennemies sur le territoire national. Grâce à Korda, le tournage est marqué par la naissance de la collaboration entre Powell et le scénariste hongrois Emeric Pressburger (1902-1988), qui après une carrière en Allemagne fuit le nazisme pour la Grande-Bretagne, après un détour par la France. Leurs films, entre espionnage et action, prennent en compte l’immédiateté de la guerre avec en toile de fond des sujets de propagande, incluant la notion de vigilance militaire britannique, à l’instar d’Espionne à bord 3sur le blocus exercé en mer du Nord par la Royal Navy. Plus ambitieux encore est le long-métrage intitulé 49e parallèle 4, censé montrer aux États-Unis que leur entrée en guerre est inexorable. Michael Powell persuade le ministère de l’Information de s’associer financièrement au projet. Le sujet montre le périple d’une poignée de militaires allemands, dont le sous-marin est coulé dans la baie d’Hudson, ayant pour but de gagner les États-Unis en traversant  le Canada (où le tournage a lieu). Au contact de la population locale, chaque facette de ces soldats nous montre la dangerosité de l’idéologie nazie. Le film, qui prend de manière originale le point de vue de l’ennemi 5, est un succès et bénéficie d’un certain retentissement, notamment outre-Atlantique où Emeric Pressburger reçoit l’Oscar de la meilleure histoire originale.

  • 6  Titre original: One our aircrafts is missing.Sortie anglaise en juin 1942 ; sortie française en oc (...)

3Trois ans après le début des hostilités, Un de nos avions n’est pas rentré 6 relate l’itinéraire d’un équipage de bombardier anglais abattu en territoire hollandais occupé et tentant de regagner la Grande-Bretagne avec l’aide de la résistance locale, auquel le film est dédié. Cette même année, par souci d’indépendance, Powell et Pressburger créent la maison de production The Archers, agrégeant parmi les meilleurs techniciens du cinéma anglais. Dorénavant le duo signe de ses deux noms les génériques de ses œuvres (écriture, production, réalisation). C’est donc en cinéastes quasi-officiels de la propagande gouvernementale, mais jaloux de leurs prérogatives, qu’ils s’attellent au projet d’adapter à l’écran la figure du colonel Blimp.

The Life and Death of Colonel Blimp : « Venez voir le film interdit ! »

  • 7  Bryant (Mark), La Seconde Guerre mondiale en Caricatures, Paris, Hugo & Cie, 2009, p. 39. Selon l’ (...)
  • 8  Powell (Michael), Une vie dans le cinéma, Arles, Actes Sud/Institut Lumière, 1997, p. 467. [Éditio (...)

Personnage de papier né en 1934 de l’imagination du caricaturiste David Low 7, dont « les impitoyables dénonciations de Chamberlain et de son équipe de pacifistes à tout prix n’étaient égalées que par son traitement d’Hitler et de sa bande de gangsters et d’assassins (…) Il avait fait de Blimp un représentant typique de l’establishment militaire, coutumier de déclarations contradictoires révélant l’incertitude et l’insécurité de la mentalité des forces armées. Il était généralement représenté dans un bain turc (…) [palabrant] parmi des nuages de vapeur, un doigt boudiné levé vers le ciel, sa moustache tombante dans la chaleur évoquant le morse ou l’otarie » 8. Mais, Powell et Pressburger apportent romantisme et humanité à l’officier anglais créé par Low.

  • 9  Le Petit Robert, dictionnaire de la langue française, donne la définition suivante : « Homme (souv (...)
  • 10  Rôle tenu par l’acteur autrichien Anton Walbrook, qui a fuit le nazisme dans la réalité, tout comm (...)
  • 11  Rôle tenu par Déborah Kerr. L’actrice interprète également deux autres personnages : la femme de C (...)

Le film retrace la carrière de Clive Candy. En 1942 ce dernier est major-général, vieille baderne 9 à l’image de Blimp, commandant la Home Guard et attendant paisiblement au Club des bains royaux que l’exercice auquel ses troupes participent commence à minuit. Un jeune officier, ne respectant pas les conventions, le capture avec son état-major avant le début officiel des manœuvres. Une discussion agitée puis une bagarre éclate entre ces deux hommes que tout sépare notamment leur conception de la guerre. Par un habile flash-back, nous retrouvons le jeune Candy 40 ans plus tôt, auréolé de la Victoria Cross pour son service pendant la guerre des Boers. Fougueux et impétueux, il décide de partir pour Berlin, alerté par une jeune gouvernante anglaise, afin de faire cesser les calomnies proférées sur son régiment. Il s’ensuit une altercation dans un café, ayant pour conséquence un incident diplomatique puis un duel, brillamment mis en scène en se focalisant sur le code d’honneur, avec un officier d’Uhlans nommé Theo Kretschmar-Schuldorff 10. Blessés, les deux militaires se retrouvent convalescents au sein du même hôpital et une amitié se nouent entre eux, Théo épousant la jeune anglaise 11 dont Clive, de retour à Londres, découvrira qu’il en était lui-même épris. La traversée du premier conflit mondial donne à voir une scène au front où Candy, devenu colonel, traite des prisonniers allemands avec respect au contraire d’un militaire sud-africain. Ainsi, estime-t-il que la guerre doit être mené et gagné avec déontologie. Clive et Theo, lui-même un temps prisonnier en Angleterre après l’armistice, se perdent de vue jusqu’au moment où l’officier allemand, veuf et dont les fils ont adhéré au Parti nazi, cherche asile à Londres.

  • 12  Powell (Michael), Une vie dans le cinéma, op.cit., p. 471.

L’histoire d’amitié entre les deux officiers, comme l’explique Powell, contrarie au plus haut niveau car « cela en soit suffisait à scandaliser les autorités, les deux pays étant présentement en guerre. Mais le pire, en ce qui concernait Grigg [secrétaire d’État à la Guerre] et Churchill, était la scène clé entre les deux vieux amis en 1942, l’année même ou nous faisions le film, dans laquelle c’est l’Allemand, maintenant réfugié fuyant Hitler, qui déclare à son ami anglais que la guerre n’est plus un sport brutal entre gentlemen, mais une lutte à mort contre le racisme le plus diabolique jamais conçu, et que s’il continue à la traiter comme une guerre de gentlemen, il la perdra » 12. D’ailleurs, le titre original intitulé The Life and Death of Colonel Blimp montre bien la métamorphose qui s’opère lorsque, à la fin du film, le vieux général Candy évolue en mettant de côté sa conception de la guerre.

  • 13 Powell (Michael) et Pressburger (Emeric), The Life and Death of Colonel Blimp, Londres, Faber and F (...)

Furieux, Winston Churchill, soutenue par le War Office, tente d’arrêter le projet, craignant une atteinte au moral de l’armée et jugeant l’histoire stupide 13. Les cinéastes persistent, conscients que leur film expose la nécessité de laisser certaines valeurs en suspens pour mettre à terre la barbarie nazie. Divers obstacles sont mis en travers de la production, comme le refus de mettre à disposition l’acteur Laurence Olivier, alors mobilisé dans l’aéronavale, pour interpréter Candy, le rôle échouant à Roger Livesey, auteur d’une composition remarquable. De même, le prêt de matériel et d’uniformes n’ayant pas été accepté, ces derniers sont volés, mais sans pour autant renoncer à tourner des scènes en plein Londres. Détail cocasse, le général sir Douglas Brownrigg est présent sur le tournage en qualité de conseiller militaire.

  • 14  Le Parisien libéré, 13 avril 1953, article d’André Bazin (1918-1958). Cofondateur des Cahiers du c (...)

L’originalité du propos se trouve à la fois dans l’absence de manichéisme, pourtant souvent inhérent aux œuvres de propagande, et dans la contemporanéité des événements abordés, auxquels l’on se doit d’ajouter le fait que lefilm traite de trois guerres sans jamais qu’un coup de feu ne soit tiré 14. Sans oublier un sens de l’observation en ce qui concerne la diplomatie et la culture allemande du début du siècle et de l’entre-deux-guerres ; qualités à mettre au crédit de Pressburger, qui gardera toujours une préférence pour ce film, imprégnant son scénario de sa connaissance de la Mitteleuropa. L’ensemble est servi par la modernité de la mise en scène de Powell, avec sa subtile construction en flash-back, alternant les genres, scènes de comédies et moments plus graves ; le tout rehaussé par un très bel emploi du procédé Technicolor.

« Venez voir le film interdit ! », tel est le slogan publicitaire accompagnant la sortie sur les écrans londoniens en juin 1943, puis en juillet dans le reste du pays. Le long-métrage d’une durée de 163 minutes est alors un succès, témoignant également de la confiance des cinéastes envers l’intelligence du public.

Réception auprès du public français

  • 15  Powell (Michael), Une vie dans le cinéma, op.cit., préface de Bertrand Tavernier, p. 20.
  • 16  SHD/GR, 16 P 272 877, dossier d’homologation FFL. De son vrai nom Grumbach-Cartier, il quitte la F (...)
  • 17  « Un film victorien », Les Cahiers du cinéma, no 15, septembre 1952, p. 59.

4Existe-t-il des éléments probants sur la réception du film du point de vue des Français libres ? Un début de réponse peut-être donné par deux éléments. D’une part, le réalisateur Jean-Pierre Melville vouait une grande admiration au long-métrage 15, qu’il avait sans nul doute vu à l’époque de son engagement dans les Forces française libres 16. D’autre part, dans sa critique de l’œuvre neuf ans plus tard, Frédéric Laclos explique en introduction :« Dans les mois qui suivirent la Libération je me souviens que, sans exception, tous mes amis qui avaient séjourné à Londres pendant la guerre me chantèrent les louanges de Colonel Blimp. J’ignore les raisons pour lesquelles ce film, qui avait tellement plu aux jeunes Français londoniens d’occasion, a attendu si longtemps pour sortir, mais je suis sûr qu’à partir du moment où il n’a pas été projeté en France immédiatement après la Libération il vaut mieux qu’il ne sorte qu’aujourd’hui plutôt qu’il y a trois ou quatre ans. » 17

  • 18  Centre national de la cinématographie, commission de classification des films, dossier Colonel Bli (...)
  • 19  La sortie du film fut confidentielle au vu du nombre d’entrées : 36 179 dont 34 163 sur Paris.
  • 20  Bibliothèque du film – Cinémathèque française et Bibl. Nat. Fr. – Arts du spectacle, 8 Sw 1751 : r (...)

5Les « raisons » évoquées sont à rechercher dès la sortie anglaise. Churchill, revanchard, cherche un temps à interdire l’exportation du film, rendant ainsi son parcours à l’étranger chaotique, se trouvant projeté dans des versions amputées. En effet, lorsque la société Films Gloria achète les droits de distribution du long-métrage pour la France et le soumet à la censure, qui donne un visa valable pour sept ans en novembre 1947, il est mentionné que le film a été « révisé complètement et réédité en 1946 » 18. Mais nous ne trouvons pas de trace d’une projection sur les écrans de Colonel Blimp dans les mois qui suivent, les copies semblant avoir été retirées de la circulation au niveau mondial. Il faut donc attendre avril1953 pour une sortie parisienne19, dans une version originale sous-titrée réduite à 110minutes dénaturant la construction d’ensemble de l’œuvre qui contribuait à son originalité, notamment en occultant les scènes du début du film amenant le flash-back. Ceci peut expliquer que Les Lettres françaises jugent le film « inégal », mais dans son ensemblela réception de la presse20 est favorable, décrivant une production anglaise riche en humour et où la notion de fairplay est très présente.

  • 21  En 1959, Powell réalise Le Voyeur, œuvre incomprise à sa sortie et qui le met au ban de sa profess (...)

6Ces critiques plutôt positives montrent à quel point l’œuvre de Michael Powell fut en France recouverte d’une chape de plomb peu après. Cet ostracisme est en partie dû au dogme édicté, notamment par François Truffaut alors critique, sur la supposée médiocrité du cinéma anglais ; auquel il faut ajouter le fait que l’œuvre du cinéaste périclite 21 à partir du milieu des années 1950, coïncidant avec la fin de sa fructueuse collaboration, continuée après guerre, avec Emeric Pressburger.

  • 22  Tulard (Jean), Guide des films A-E,Paris, Robert Laffont/Bouquins, 2005, p. 714 : notice du film r (...)

7Le purgatoire du long-métrage prend fin dans les années 1970 avec la restauration et l’édition d’une nouvelle version par le British Film Institute, fidèle à celle sortie sur les écrans britanniques pendant la guerre et réalisée à partir des différentes copies conservées. Parallèlement l’œuvre de Powell, qui marque durablement certains cinéastes d’après-guerre, est réévaluée et ce dernier s’attelle à la rédaction de son autobiographie en deux tomes, considérée comme un modèle du genre. Dans l’hexagone, Colonel Blimp ressort en salle en 1985, permettant sa redécouverte grâce, entre autres, à l’action de Bertrand Tavernier, admirateur du cinéaste, qui s’implique dans l’édition française des Mémoires de Powell à la fin de la décennie suivante. L’année 2005 voit, à la faveur du centenaire de la naissance du metteur en scène, l’organisation en France d’un colloque sur son œuvre avec en parallèle la sortie en DVD de Colonel Blimp et des films les plus marquants du duo. « Quand va-t-on se décider à rendre sa vraie place à Michael Powell (et à tout le cinéma anglais) l’un des plus grands réalisateurs ? S’il faut, pour cela, passer sur le corps de quelques fausses gloires, nous y sommes prêts » 22,ce vœu iconoclaste, à l’image de l’œuvre de Powell et Pressburger, semble aujourd’hui réalisé.

Haut de page

Document annexe

  • Annexe (application/msword – 31k)
Haut de page

Notes

1  Titre original : The Lion has wings. Sortie française en décembre 1939.

2  Titre original : The Spy in black. Sortie anglaise en août 1939 ; sortie française en juin 1946.

3  Titre original : Contraband. Sortie anglaise en mai 1940 ; sortie française en octobre 1945 (il est parfois fait mention d’une première sortie en mars 1940, mais sous réserve).

4  Titre original : 49th Parallel. Sortie anglaise en novembre 1941 ; sortie américaine en avril 1942 ; sortie française en avril 1952.

5  Thiéry (Natacha). « Un coucou dans le nid : les films de guerre de Michael Powell », Vingtième siècle, no 78, avril-juin 2003, p. 169.

6  Titre original: One our aircrafts is missing.Sortie anglaise en juin 1942 ; sortie française en octobre 1944. Le titre est emprunté à une phrase prononcée régulièrement sur les antennes de la BBC.

7  Bryant (Mark), La Seconde Guerre mondiale en Caricatures, Paris, Hugo & Cie, 2009, p. 39. Selon l’auteur, Low « avait trouvé le nom par hasard au bain turc, surprenant une conversation à propos d’un colonel qui, face à la mécanisation de la cavalerie, insistait, malgré l’abandon des chevaux, pour que l’on retienne les uniformes et les accessoires, et pour que les soldats portent leurs éperons à bord des tanks (…) Vers 1938, les propos du Colonel sont traduits en 24 langues, et le mot blimp entre dans le dictionnaire sous la définition de "vieille culotte de peau" ».

8  Powell (Michael), Une vie dans le cinéma, Arles, Actes Sud/Institut Lumière, 1997, p. 467. [Édition anglaise : Londres, William Heinemann Ltd, 1986].

9  Le Petit Robert, dictionnaire de la langue française, donne la définition suivante : « Homme (souvent militaire) âgé et borné ».

10  Rôle tenu par l’acteur autrichien Anton Walbrook, qui a fuit le nazisme dans la réalité, tout comme son personnage de fiction.

11  Rôle tenu par Déborah Kerr. L’actrice interprète également deux autres personnages : la femme de Candy pendant l’entre-deux-guerres puis son chauffeur en 1942.

12  Powell (Michael), Une vie dans le cinéma, op.cit., p. 471.

13 Powell (Michael) et Pressburger (Emeric), The Life and Death of Colonel Blimp, Londres, Faber and Faber, 1994, p. 44 : note de Winston Churchill à Brendan Bracken, ministre de l’Information, 10 septembre 1942. Outre le découpage dialogué du film, cet intéressant ouvrage, édité sous la direction de l’historien du cinéma Ian Christie, renferme la riche correspondance entre les différents protagonistes de l’affaire.

14  Le Parisien libéré, 13 avril 1953, article d’André Bazin (1918-1958). Cofondateur des Cahiers du cinéma en 1951, il est considéré comme le père spirituel de François Truffaut.

15  Powell (Michael), Une vie dans le cinéma, op.cit., préface de Bertrand Tavernier, p. 20.

16  SHD/GR, 16 P 272 877, dossier d’homologation FFL. De son vrai nom Grumbach-Cartier, il quitte la France en novembre 1942 pour l’Espagne où il est arrêté et interné ; avant de rejoindre la Grande-Bretagne à la fin juillet 1943, signant son acte d’engagement le 12 août. Melville a notamment réalisé Le silence de la mer et L’armée des ombres.

17  « Un film victorien », Les Cahiers du cinéma, no 15, septembre 1952, p. 59.

18  Centre national de la cinématographie, commission de classification des films, dossier Colonel Blimp (visa no 6760).

19  La sortie du film fut confidentielle au vu du nombre d’entrées : 36 179 dont 34 163 sur Paris.

20  Bibliothèque du film – Cinémathèque française et Bibl. Nat. Fr. – Arts du spectacle, 8 Sw 1751 : revues de presse du film.

21  En 1959, Powell réalise Le Voyeur, œuvre incomprise à sa sortie et qui le met au ban de sa profession en Grande-Bretagne.

22  Tulard (Jean), Guide des films A-E,Paris, Robert Laffont/Bouquins, 2005, p. 714 : notice du film rédigée par Alain Paucard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Launey, « Colonel Blimp : l’originalité d’un film de propagande et sa réception en France », Revue historique des armées, 264 | 2011, 93-97.

Référence électronique

Stéphane Launey, « Colonel Blimp : l’originalité d’un film de propagande et sa réception en France », Revue historique des armées [En ligne], 264 | 2011, mis en ligne le 16 septembre 2011, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://rha.revues.org/7294

Haut de page

Auteur

Stéphane Launey

Doctorant en études cinématographiques, il est actuellement en poste au sein du bureau des témoignages oraux du Service historique de la Défense.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org