Navigation – Plan du site
Lectures

Évelyne Gayme, Les prisonniers de guerre français. Enjeux militaires et stratégiques (1914-1918 et 1940-1945)

Économica, 2010, 185 pages
Jean-François Dominé

Texte intégral

1Une évidence : le prisonnier de guerre est un combattant neutralisé et quelques images de captifs célèbres, Vercingétorix, Jean le Bon ou Napoléon Ier, ont longtemps occulté les enjeux que représentent les prisonniers de guerre. Ces derniers sont d’abord des forces combattantes enlevées à l’ennemi ; ensuite, ils peuvent livrer des secrets militaires ; enfin, ils constituent une éventuelle monnaie d’échange. Tel est le premier enjeu. Le second tient à la conduite des autorités militaires envers ses soldats faits prisonniers. Les abandonner risque d’affecter le moral des troupes comme celui de l’arrière. Les décrire comme de mauvais éléments qui ont cessé de se battre est possible mais dangereux s’ils sont nombreux. Enfin, les prisonniers eux-mêmes détiennent le troisième enjeu. En tant que militaires, ils doivent tenter de s’évader afin de reprendre le combat. En outre, ils sont susceptibles de fournir des renseignements sur l’ennemi. Évelyne Gayme s’attache ici au cas des prisonniers de guerre français des deux guerres mondiales (600 000 hommes pour la première, 1 800 000 pour la seconde). Son ouvrage s’inscrit dans une abondante lignée car, depuis les années 1980, les historiens se sont emparés du sujet. Ces deux conflits ont été les premiers à devoir respecter des règles de comportement vis-à-vis des prisonniers, règles de droit humanitaire édictées depuis le milieu du XIXe siècle. Évelyne Gayme utilise une méthode classique : analyse des conventions de La Haye et de Genève, exploitation des fonds d’archives, consultation de la presse. Mieux. Elle reconstitue leur image à travers la littérature, le cinéma et la chanson, sans oublier les témoignages d’anciens prisonniers ou de leurs descendants. Finalement, les deux conflits majeurs du XXe siècle ont été exceptionnellement attentifs au sort des prisonniers, ce qui n’est pas le cas des suivants, soit par ignorance du droit humanitaire, soit qu’aux yeux des belligérants, il s’agisse d’opérations de maintien de l’ordre. Évelyne Gayme livre une étude solidement documentée sur une question toujours d’actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Dominé, « Évelyne Gayme, Les prisonniers de guerre français. Enjeux militaires et stratégiques (1914-1918 et 1940-1945) », Revue historique des armées [En ligne], 264 | 2011, mis en ligne le 26 juillet 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7302

Haut de page

Auteur

Jean-François Dominé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org