Navigation – Plan du site
Lectures

Berna Günen (commentaires et annotations), Tuê Tang (cartes), Erwin Rommel. La guerre sans haine, carnets

Nouveau monde éditions,2010, 475 pages
Jean-François Dominé

Texte intégral

1La première édition des carnets du maréchal Rommel date de 1953. Elle avait été préparée par sir Basil Liddell Hart (traduction française en 1960). Grâce aux analyses de Berna Günen, cette réédition permet d’abord de mieux comprendre le mythe construit autour de Rommel par Goebbels, Churchill puis Speidel, pour, respectivement, donner un héros à la Wehrmacht, se créer un adversaire d’exception, opposer les soldats courtois de la Wehrmacht aux brutes SS à l’heure où la guerre froide exigeait de redonner une armée à l’Allemagne. Le fait est que, jusque vers 1980, la figure de Rommel est unanimement respectée. Surgit alors une querelle d’historiens qui écorne la légende. Rommel devient un exécutant aveugle des ordres d’Hitler ou un traître impliqué dans l’attentat du 20 juillet 1944, ses succès militaires tiennent plus à la chance qu’à son talent stratégique. La presse s’en mêle. Les biographies récentes  poursuivent le débat. Mais c’est dans les carnets eux-mêmes que se trouve la vérité du personnage. Ils comprennent trois parties : « La France, mai-juin 1940 » ; « L’Afrique du Nord, février 1941-juillet 1942 » ; « L’Afrique du Nord, juillet 1942-mai 1943 ». Pour un non spécialiste des questions militaires, leur lecture est facilitée par le style net, rapide, percutant. Rommel sait reconnaître les mérites de ses adversaires. Il ne cherche pas à se donner le « beau rôle », encore qu’il cherche, par moments, à justifier des décisions tactiques intempestives voire contraires aux ordres reçus. Très apprécié du Führer, Rommel comptait bon nombre d’ennemis parmi ses pairs. C’est à eux qu’il devra sa condamnation à mort après l’attentat manqué du 20 juillet 1944. Il est remarquable que, dans la lutte contre les partisans, Rommel juge inefficaces et même dangereuses les représailles contre les otages, attitude qui tranche avec les pratiques nazies dans les territoires occupés. Ces carnets restituent l’image d’un homme dénué de tout parti pris idéologique, soucieux de faire correctement son métier de soldat, un véritable chef de guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Dominé, « Berna Günen (commentaires et annotations), Tuê Tang (cartes), Erwin Rommel. La guerre sans haine, carnets », Revue historique des armées [En ligne], 264 | 2011, mis en ligne le 27 juillet 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rha.revues.org/7303

Haut de page

Auteur

Jean-François Dominé

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org