Navigation – Plan du site
Lectures

Arnaud-Dominique Houte, Le métier de gendarme au XIXsiècle

Presses universitaires de Rennes, 2010, 319 pages
Édouard Ebel

Texte intégral

1Cet ouvrage est le produit d’une thèse soutenue en 2009 sous la direction conjointe des professeurs Jean-Noël Luc et Jean-Marc Berlière. Arnaud-Dominique Houte s’interroge sur le métier de gendarme entre 1830 et 1914. Il appuie sa démonstration sur une vaste documentation d’archives et de sources imprimées. La synthèse des dossiers figurant principalement aux Archives nationales, aux Archives départementales et au SHD, combinée au panorama très complet des sources imprimées, a permis de dresser un portrait précis et complet de la gendarmerie au XIXe siècle. L’auteur fonde sa recherche sur un corpus de plus de trois mille gendarmes. Cette prosopographie lui permet d’approcher les gendarmes au plus près. Arnaud-Dominique Houte nous propose une histoire sociale et culturelle de la gendarmerie, attentive à la sociologie du groupe, mais qui présente également l’intérêt d’aborder les questions liées à l’imaginaire du corps et aux représentations internes et externes de la gendarmerie. Le plan de l’ouvrage, chrono-thématique, dresse dans un premier temps un tableau de la gendarmerie entre 1830 et 1880. L’auteur s’interroge sur l’identité des gendarmes et leurs relations avec le pouvoir politique. La gendarmerie du premier XIXe siècle demeure un pilier du pouvoir et une force naviguant entre loyalisme et légalisme. Ce portrait institutionnel est complété par une photographie du groupe dans la seconde partie. La formation professionnelle se met peu à peu en place au cours du XIXe siècle, elle permet à une institution décentralisée d’agir de manière identique sur l’ensemble du territoire. Petit à petit émerge la figure d’un gendarme national. Si le système de commandement se fonde sur le paternalisme, la discipline demeure très stricte. Le XIXe siècle n’est-il pas, selon la formule d’Arnaud-Dominique Houte, celui des punitions et d’une tutelle consentie ? Ce processus se renforce encore après 1880, « quand les pénalités perdent en dureté ce qu’elles gagnent en fréquence ». Dans un dernier temps, l’auteur évoque la période de la « synthèse républicaine ». Celle-ci s’effectue non sans difficultés. Le souvenir du 2 décembre 1851 et le rôle joué par certains gendarmes lors des élections de 1877 renforcent la méfiance du pouvoir, qui atteint un point culminant autour des années 1880, mais qui s’infléchit par la suite pour laisser la place au « temps de la neutralité ». La docilité multiséculaire de la gendarmerie – s’incarnant dans le modèle d’une gendarmerie prétorienne – opère sa mutation en une fidélité sans faille à l’autorité de la loi. Le modèle d’une gendarmerie républicaine, s’accompagnant d’une nouvelle culture du service public, se met alors en place. Aux représentations traditionnellement ironiques, voire négatives de la gendarmerie, succèdent également des images positives, notamment dans le rôle que cette institution est amenée à jouer dans la « Revanche ». Pourtant, la Belle Époque est le moment d’une remise en question de la gendarmerie sur fond de crise – dans le domaine judiciaire notamment avec les retombées de l’affaire Vacher – et de recomposition du métier. Le modèle mutualiste et l’apparition d’une presse des retraités ont des incidences évidentes sur le fonctionnement de l’arme, et notamment sur la mise en place d’un esprit de corps qui prend peu à peu les formes et les contours du corporatisme. La modernisation du métier engendre enfin des dialectiques complexes : la gendarmerie doit-elle privilégier son caractère militaire ou bien tracer son sillon dans le cadre de son activité judiciaire et sociétale ? Ce livre, d’une intelligence et d’une richesse absolument remarquables, explore les transformations du métier de gendarme, dans un paysage politique et social qui lui aussi évolue continuellement, dans le cadre d’un renforcement de l’État, de la modernisation des campagnes et du développement du sentiment national. En croisant l’analyse sociale du groupe avec les pratiques professionnelles, l’auteur est parvenu à mettre en lumière ces transformations. Plus encore, Arnaud-Dominique Houte nous livre un portrait saisissant et tout en finesse de ces évolutions, du rapport entre la gendarmerie et le pouvoir politique, mais aussi des changements internes et structurels propres à la gendarmerie. Il analyse les oscillations d’une institution – accompagnant tantôt les évolutions de la société ou lui étant confrontée – et les répercussions évidentes de ces mutations sur la carrière et la vie des soldats de la loi. À l’heure où la gendarmerie subit de profonds changements, ce livre apporte un éclairage historique essentiel, permettant de mieux comprendre les débats actuels sur l’institution.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Édouard Ebel, « Arnaud-Dominique Houte, Le métier de gendarme au XIXsiècle  », Revue historique des armées [En ligne], 264 | 2011, mis en ligne le 27 juillet 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rha.revues.org/7304

Haut de page

Auteur

Édouard Ebel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org