Navigation – Plan du site
Lectures

Rémy Porte, François Cochet (dir.), Ferdinand Foch (1851-1929), « Apprenez à penser »

Éditions Soteca, 2010, 483 pages
Max Schiavon

Texte intégral

1Voilà un livre fort intéressant qui permet de revisiter une personnalité éminente de la première moitié du XXe siècle. Plus exactement, il s’agit de la publication des actes d’un colloque qui s’est tenu en novembre 2008 à l’École militaire à Paris. Organisé par Rémy Porte et François Cochet, il a réuni 25 historiens de plusieurs nationalités. Si toutes les interventions apportent leur pierre à une meilleure connaissance du grand homme, nous tenons à en relever quelques-unes. François Cochet s’interroge d’emblée pour savoir s’il est possible de dresser un portrait exact de Foch, compte tenu de l’hagiographie dont il fait l’objet, notamment dans l’immédiat après-guerre. Ses conclusions nous montrent un homme qui a évolué au fil du temps, non pas pétri mais doté de quelques contradictions. Martin Motte ouvre le procès pour savoir si Les principes de la guerre, ouvrage majeur du général Foch, est à condamner, a minima à juger comme caduque. Sont appelés à la barre, Raymond Aron et Liddell Hart entre autre. Finalement, l’auteur conclut par une relaxe. Les théories de Foch, vieilles d’un siècle, ont pris des rides, mais certains axiomes sont toujours vrais, notamment ceux concernant la force morale, tout comme la nécessité d’un important travail intellectuel pour l’officier. Le général Bach, chiffres à l’appui, émet l’hypothèse que Foch, au cléricalisme affiché sinon ostentatoire, a sans doute été freiné dans son avancement avant la guerre. Le rapport du maréchal aux hommes politiques est aussi analysé et l’on découvre ici un général puis un maréchal qui perd ses repères face à eux et ne parvient pas à ses fins. Le général américain Doughty explore très naturellement les rapports complexes et souvent difficiles entre Foch et Pershing. Pourtant Foch parviendra presque toujours à amener le général américain à ses vues, gardant l’œil rivé sur les résultats à atteindre. Le lieutenant-colonel Porte explique la « difficile marche vers le commandement unique ». Dans ce cadre, Foch apparaît comme un des seuls à savoir embrasser l’ensemble du problème stratégique. Même après sa désignation au poste suprême, il doit constamment affirmer sa volonté afin de se faire obéir de ses subordonnés. Signalons enfin l’analyse novatrice de Tatiana Konovalova-Martin concernant les rapports de Foch avec la Russie bolchévique. Somme toute cet excellent livre, très dense et qui aurait mérité un index, permet de se faire une idée plus nuancée, ce qui ne signifie pas amoindrie, du maréchal Foch.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Schiavon, « Rémy Porte, François Cochet (dir.), Ferdinand Foch (1851-1929), « Apprenez à penser » », Revue historique des armées [En ligne], 264 | 2011, mis en ligne le 26 juillet 2011, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7310

Haut de page

Auteur

Max Schiavon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org