Navigation – Plan du site
Dossier

Les unités du génie de l’armée nationale vietnamienne (1951-1954) : renfort appréciable ou affaiblissement du génie du corps expéditionnaire ?

Engineering units of the Vietnamese National Army (1951-1954): significant reinforcement or weakening of engineering in the expeditionary corps?
Ivan Cadeau
p. 56-68

Résumés

Entre 1945 et 1954, le corps expéditionnaire français qui combat en Indochine est marquée par un mal endémique, celui de l’insuffisance de ses effectifs. Pour pallier ce problème, le commandement local fait très tôt appel aux soldats autochtones qui viennent renforcer les bataillons métropolitains, affectés par les pertes dues aux opérations, comme aux maladies. À partir de 1949, la création des trois États associés (Viêt-nam, Laos et Cambodge) donne naissance aux armées nationales. Si l’accent est mis en premier lieu sur le développement des bataillons d’infanterie, il est également créé des formations d’appui, de soutien, mais également des unités de service. L’apparition du génie militaire vietnamien, à la fin de l’année 1951, apparaît comme susceptible d’apporter une solution à la faiblesse du génie du corps expéditionnaire, et d’offrir au commandement un appréciable renfort en sapeurs. Toutefois, l’absence de cadres qualifiés au sein de la jeune armée vietnamienne oblige le génie d’Extrême-Orient à se défaire d’un nombre importants d’officiers et de sous-officiers pour encadrer et instruire les compagnies du génie vietnamien.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir sur la question des effectifs du CEFEO les travaux de Michel Bodin, La France et ses soldats, (...)
  • 2  « Selon l’article 60 de la Constitution de la IVe République, " l’Union française est formée, d’un (...)
  • 3  En fait, celle-ci est encore à l’époque largement limitée et n’est réellement effective qu’en 1953 (...)

1Entre 1945 et 1954, le corps expéditionnaire français d’Extrême-Orient (CEFEO) qui combat en Indochine souffre d’un mal endémique, celui de la faiblesse des effectifs engagés 1. En effet, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la France est un pays à l’économie exsangue et qui ne peut consacrer qu’une part restreinte de son budget à la lutte menée contre le Viêt-minh. Aussi, afin de pallier cette crise, le commandement local a recours, dès le début des hostilités, au recrutement de soldats autochtones pour étoffer ses bataillons et lui permettre d’obtenir les combattants que la métropole ne peut lui fournir. Concurremment, à partir de 1949, les États associés 2 mettent progressivement en place leurs propres armées nationales chargées de défendre leur « indépendance » 3 et de participer, aux côtés des Français, à la guerre contre les différents mouvements insurrectionnels d’obédience communiste. Des trois nouveaux États, c’est celui du Viêt-nam qui, par les effectifs de son armée et son implication dans les opérations, joue le rôle le plus important.

  • 4  Né en 1904 et décédé en 1995, le colonel (puis général) Gazin est véritablement « l’homme » du gén (...)
  • 5  Plus que toutes autres armes au cours de la guerre d’Indochine, le génie est victime de la crise d (...)
  • 6  Le génie militaire a la spécificité d’être à la fois une arme combattante et un service constructe (...)

2Le besoin aigu de combattants dans le domaine des armes de mêlée entraîne en priorité la création de bataillons d’infanterie. Dans un second temps, le Viêt-nam développe les unités de soutien et de service qui lui font défaut. Ainsi, les premières compagnies du génie vietnamien n’apparaissent-elles que tardivement, à la fin de l’année 1951. Pour le colonel Gazin 4, alors commandant du génie du corps expéditionnaire français, la naissance de cette arme au sein de l’armée nationale vietnamienne (ANV) pose toutefois un grave problème en terme d’encadrement. En effet, s’il semble que la disposition de nouvelles unités du génie sur le théâtre d’opérations indochinois puisse constituer un indéniable atout pour le commandement français 5, elle oblige ce dernier à détacher auprès des armées nationales un nombre important d’officiers et de sous-officiers français chargés d’encadrer et d’instruire les sapeurs autochtones. Le départ de ces cadres des bataillons du génie des forces terrestres d’Extrême-Orient (FTEO) se fait durement ressentir au sein d’unités où l’encadrement est déjà en sous-effectif, affaiblissant par là un peu plus les formations de l’arme et du service 6.

La mise en place des armées nationales

  • 7  L’EMIFT est un organisme mis en place en 1951 à l’initiative du général de Lattre de Tassigny, hau (...)

3Jusqu’en 1948, il n’existe en Indochine aucune organisation centrale des forces armées des futurs États associés. Au Cambodge comme au Viêt-nam, des formations de type militaire sont bien mises sur pied, mais elles ne dépendent que d’autorités régionales et n’assurent que des missions de garde et de protection. Toutefois, à partir du mois de juin 1948, la situation évolue et le gouvernement du Viêt-nam, notamment, prend sous son contrôle direct un certain nombre d’unités : le mouvement est désormais lancé. Après des mois de discussions, les Vietnamiens obtiennent satisfaction et, le 1er janvier 1949, l’armée vietnamienne voit officiellement le jour. Elle totalise à l’époque environ 25 000 hommes : 15 000 réguliers et 10 000 supplétifs. Mais, si recruter des hommes de troupe s’avère chose relativement aisée, il n’en est pas de même en ce qui concerne les cadres. Aussi, afin d’assurer l’encadrement des unités, l’état-major du CEFEO est obligé de détacher auprès de l’armée vietnamienne 1 000 officiers et sous-officiers. De son côté, l’armée vietnamienne peut fournir près de 2 000 cadres, qui sont en majorité d’anciens combattants du corps expéditionnaire. Comme l’accroissement des formations nationales est amené à se poursuivre, il apparaît indispensable de créer un organisme chargé de développer et d’organiser la liaison entre ces jeunes armées et l’état-major interarmées et des forces terrestres (EMIFT) 7, c’est chose faite avec la création, le 8 mars 1949, de la mission militaire française près du gouvernement vietnamien (MMF/GVN).

  • 8  Au cours de la guerre d’Indochine, et comme elle l’a souvent fait dans son histoire, l’armée franç (...)
  • 9  Le nombre et la composition des divisions vietnamiennes évoluant, le général de Lattre de Tassigny (...)
  • 10  La priorité donnée au développement des bataillons d’infanterie s’explique par la volonté du comma (...)
  • 11  SHD/GR, 10 H 981, « L’armée vietnamienne de 1949 à janvier 1954 ». Rapport du lieutenant-colonel V (...)

4La montée en puissance des forces armées vietnamiennes (FAVN) se poursuit en 1950. Cependant, l’incapacité de fournir aux combattants l’équipement et le matériel nécessaires provoque des ralentissements dans le processus de développement des bataillons vietnamiens. Au mois de novembre 1950, la conférence de Dalat, qui réunit Bao Dai et le ministre français des Relations avec les États associés, pose le principe de la mise sur pied de quatre divisions d’infanterie, auxquelles doivent s’ajouter des éléments de réserve générale ainsi que des unités de supplétifs 8 non endivisionnées 9. À cette date cependant, les forces existantes sont essentiellement des unités d’infanterie, même si quelques batteries d’artillerie et escadrons de cavalerie voient le jour. Aucune formation du génie n’est encore créée. Aussi, comme le rapporte un officier français en charge de l’organisation des armées des États associés, sans réelles unités d’appui et de soutien 10, l’ensemble n’a encore « nullement la physionomie d’une armée moderne articulée » 11.

  • 12  Le maréchal de Lattre de Tassigny (1889-1952) est nommé haut-commissaire de France et commandant e (...)
  • 13  SHD/GR, 10 H 981, « L’armée vietnamienne de 1949 à janvier 1954 », doc. cit.
  • 14  Action symbolisée par son appel à la jeunesse du Viêt-nam dans son long discours prononcé au lycée (...)
  • 15  À cette date, le concept de division est abandonné de fait. Les grandes unités tactiques ne représ (...)

5Toutefois, si les efforts entrepris à la fin des années 1940 permettent au Viêt-nam de se doter d’un embryon d’armée, c’est véritablement la politique entreprise par le général de Lattre de Tassigny 12 et l’aide militaire que ce dernier obtient des Américains qui accélèrent la création d’unités vietnamiennes nouvelles et leur intégration dans une institution homogène et cohérente. Le 1er janvier 1951, peu de temps après sa prise de commandement, de Lattre manifeste sa volonté de créer un Secrétariat permanent à la défense nationale (SPDN) chargé, entre autre, « d’étudier l’organisation de l’Indochine en temps de guerre, la mobilisation des personnes et des ressources » 13. Ce dernier devient ainsi l’instrument de travail du commandant en chef pour les études d’ordre militaire considérées à l’échelon gouvernemental de l’État du Viêt-nam. L’action personnelle menée par de Lattre en faveur de la jeunesse vietnamienne 14, la promesse de l’arrivée rapide du matériel américain, ainsi que la plus grande implication de l’empereur Bao Dai dans le conflit, portent finalement leur fruit et, au 1er août 1951, les bataillons d’infanterie entrant dans la composition organique des quatre divisions vietnamiennes prévues par la conférence de Dalat sont devenus une réalité 15 ; l’armée nationale vietnamienne prend enfin corps. Toutefois, les unités de soutien et de service n’ont pas été la priorité et, à cette date encore, aucune compagnie vietnamienne du génie n’existe.

6Évolution des effectifs de l’armée nationale vietnamienne et de son encadrement entre 1949 et 1954

Armée vietnamienne

réguliers + supplétifs

Encadrement vietnamien

officiers et sous-officiers

Encadrement français

officiers et sous-officiers

01/01/1949

25 000

15 000 + 10 000

2 000

1 000

01/01/1951

65 000

37 000 + 28 000

5 800

2 200

01/01/1952

128 000

71 000 + 57 000

8 000

4 300

01/01/1953

150 000

95 000 + 55 000

15 000

5 500

01/07/1954

272 000

229 000 + 45 000

-

5 000

  • 16  Leur nom complet étant Tieu Doan Kinh Quan (TDKQ) ou « bataillons légers ».

7Si le général de Lattre donne effectivement l’impulsion au développement des armées nationales dès le début 1951, les effets de son action conjuguée aux livraisons américaines ne se font pleinement sentir qu’à partir de 1952. Dans le cas de l’armée nationale vietnamienne, on assiste à l’émergence des états-majors (général et de régions militaires) et à l’apparition de certains services, organismes qui visent à accroître l’autonomie de la jeune armée. En 1953, l’ANV se renforce encore davantage avec la constitution des bataillons légers dits kinh quan 16, totalisant 40 000 combattants supplémentaires. L’objectif de ces TDKQ est de disposer d’unités plus légères, plus rustiques, adaptées au terrain, rompues aux procédés de combat rebelles, et animées d’une « foi » et d’un esprit patriotique plus élevés que la plupart des formations régulières. Au moment de la cessation des hostilités, en juillet 1954, les FAVN totalisent 272 000 hommes (229 000 réguliers et 45 000 supplétifs), auxquels il convient d’ajouter 5 000 marins et aviateurs.

Création et développement des unités du génie des forces armées vietnamiennes

  • 17  Organisées selon les principes de l’ancienne garde indochinoise, il existe sur l’ensemble de l’Ind (...)
  • 18  SHD/GR, 10 H 483, MMF/GVN/EM, organisation no 11375. Notice d’information sur l’organisation et l’ (...)
  • 19  Les CID, au nombre de trois (Sud, Centre et Nord Viêt-nam), apparaissent le 1er juillet 1951. Ce s (...)
  • 20  SHD/GR, 10 H 216, CCFTANI/EMIFT, 1er bureau, no 1055. Création de la 1re compagnie du génie vietna (...)

8Chacune des quatre grandes unités vietnamiennes créées par les accords de Dalat doit être dotée d’une compagnie de combat du génie organique. Pour le commandement du génie d’Extrême-Orient, dont le manque d’effectifs se fait particulièrement sentir au Nord Viêt-nam, la mise sur pied de ces formations vietnamiennes est une urgence. Les deux premières compagnies à voir le jour apparaissent le 1er septembre 1951 ; il s’agit des 2e (Centre Viêt-nam) et 3e (Nord Viêt-nam) compagnies du génie vietnamien (2e et 3e CGVN). La 2e CGVN est composée d’anciens éléments de la garde nationale du Viêt-nam du Centre (GNVC) formés dans la spécialité génie 17. Hormis son commandant d’unité, un sous-lieutenant français, et quatre sous-officiers européens, l’encadrement est vietnamien ; les deux sections de combat sont ainsi commandées par des officiers vietnamiens 18. La 3e CGVN, elle, est constituée d’engagés instruits de la 3e compagnie d’instruction divisionnaire (3e CID) 19 sélectionnés d’après leurs professions civiles antérieures. Son encadrement est mixte, bien que majoritairement français. Une troisième compagnie (la 4e CGVN) est créée le 1er novembre 1951 à partir d’une compagnie du génie des FTEO ; elle est destinée à être employée sur les plateaux du Centre Viêt-nam. Les recrues vietnamiennes de cette unité élémentaire reçoivent un stage de spécialisation à Nha Trang, sur la côte. Quant à la dernière compagnie, la 1re CGVN, qui doit être rattachée à la 1re division vietnamienne (Sud Viêt-nam), elle n’existe toujours pas au 31 décembre 1951. Le théâtre d’opérations sud n’étant alors pas considéré comme prioritaire, il est décidé de reporter sa création au mois de juin 1952 20. Si le génie militaire d’Extrême-Orient s’enrichit désormais de trois formations supplémentaires, il apparaît très rapidement que ces unités sont livrées à elles-mêmes au sein de leur division respective et, par là, sont très difficile à soutenir d’un point de vue administratif et logistique.

  • 21  SHD/GR, 10 H 2598, CCEO/FT/CG/No  828,  calendrier de développement de l’armée vietnamienne pour 1 (...)
  • 22  Par tradition, la compagnie de commandement porte le numéro 21. Outre les services, la compagnie d (...)
  • 23  Deuxième compagnie du 73e bataillon du génie (73e BG). Le 73e BG est une unité de génie-combat.
  • 24  Deuxième compagnie du 74e bataillon du génie (74e BG). Le 74e BG est une unité de travaux d’infras (...)

9En effet, comme en témoigne le colonel Gazin au mois de mars 1952, « le génie, [notamment] au Tonkin, est actuellement accablé par les compagnies de combat isolées » 21. Il exprime donc le souhait de disposer d’unités de commandement vietnamiennes dans le courant de l’année 1952. Par ailleurs, outre les nécessités administratives et les impératifs de maintenance, la présence d’une seule compagnie par division représente un volume de forces trop faible pour une opération de quelque envergure dans le delta du Tonkin. Aussi, l’idée de développer des bataillons du génie, formés d’une compagnie de commandement et de deux ou trois compagnies de combat, voit le jour au début de l’année 1952. Elle se concrétise à la fin de cette même année avec la création du 3e bataillon du génie vietnamien (3e BGVN) par « embataillonnement » des 3e et 5e CGVN (unité apparue au mois de juillet 1952). Une troisième compagnie de combat, la 7e CGVN, rejoint le bataillon en juillet 1953 à partir du transfert de la 73/2, une formation des FTEO. Quant à l’état-major et la compagnie de commandement, réunis au sein de la 21/3 22, ils proviennent du transfert d’une autre unité du génie français 23, la 74/2 24. La composition de ce 1er BGVN le montre, les unités du génie vietnamien sont issues de deux origines différentes.

Origines des unités du génie vietnamien

  • 25  Kien An et Sontay se situent au Nord Viêt-nam. Pour différentes raisons, le centre d’instruction d (...)

10Dans le premier cas, il s’agit de formations à recrutement national : la troupe et une partie des cadres subalternes sont en effet directement recrutées par les FAVN puis instruits par le génie français ; c’est notamment le cas des 2e et 3e CGVN. Les sous-officiers vietnamiens, ainsi que les jeunes chefs de section (sous-lieutenants, lieutenants), ont déjà pour certains une expérience dans le génie du corps expéditionnaire, les autres sortent des écoles de cadres vietnamiennes puis des centres d’instruction du génie des FTEO de Kien An ou de Sontay 25, qui forment les spécialistes. À partir de 1953, une troisième catégorie apparaît : il s’agit d’une minorité d’officiers destinés à occuper ultérieurement des fonctions de commandement plus élevées (commandant d’unité, chef de bataillon). Son personnel est envoyé en métropole dans les écoles d’application : Angers pour les officiers de l’arme, Versailles, pour les officiers du service. L’autre partie de l’encadrement des compagnies de combat du génie de l’ANV, ainsi que le commandement de l’unité, sont assurés par des sapeurs français appartenant aux FTEO détachés, en théorie, pour une durée de neuf mois.

  • 26  SHD/GR, 10 H 2598, HCFICCEO/EMIFT/1er bureau/n°2031,  création d’unités nouvelles à la 3e division (...)
  • 27  SHD/GR, 10 H 981, « L’armée vietnamienne de 1949 à janvier 1954 », doc. cit.

11En ce qui concerne l’origine des sapeurs, le recrutement (ou la conscription à partir de 1953) privilégie les Vietnamiens ayant exercé un métier en rapport avec les missions du génie : métreurs, chefs de chantier, couvreurs, tôliers, maçons, etc. Le matériel, lui, est fourni par l’aide américaine. Ainsi, au moment de la création de la 3e CGVN, habillement et armement sont attribués par le 4e bureau de l’EMIFT, tandis que la dotation de véhicules et engins parvient au rythme des livraisons américaines 26. Comme nous l’avons déjà mentionné, pour le génie comme pour les autres armes, « l’arrivée des matériels fournis par l’aide US s’étant avérée assez lente, il [se révèle] impossible de suivre la cadence des créations prévues par le calendrier » 27.

  • 28  SHD/GR, 10 H 1781, État du Viêt-nam/Ministre de la Défense nationale/État-major général/direction (...)

12Dans le second cas, les formations du génie FAVN sont issues d’unités du corps expéditionnaire transférées aux armées nationales. Le personnel des FTEO, français comme vietnamien, est alors versé d’une armée à l’autre ; seul change le nom de la compagnie. Le matériel organique de l’unité provient, en revanche, de l’aide américaine, l’ancien étant récupéré et versé dans la réserve générale du commandement du génie d’Extrême-Orient. L’opération de transfert, prévue à l’avance, nécessite une harmonisation de la composition des effectifs : légionnaires et Nord-Africains affectés dans les unités prêtes à être transférées sont mutés afin que celles-ci ne comprennent plus que des sapeurs autochtones et des cadres européens. Le personnel français détaché aux FAVN est ensuite tout entier affecté à la MMF/GVN, ce qui représente un total, au mois de février 1953, d’environ 120 sapeurs (20 officiers, 87 sous-officiers et 10 hommes de troupes) auxquels il convient d’ajouter 30 officiers et 40 élèves-officiers vietnamiens appartenant aux FTEO 28. Ce total de 190 correspond sensiblement à l’effectif théorique de 197 militaires du génie d’Extrême-Orient prévus en 1953 pour l’encadrement des formations vietnamiennes.

Subordination, commandement et administration des unités du génie vietnamien et de leurs personnels français

  • 29  Les régions militaires portent les mêmes numéros que les grandes unités qu’elles administrent.

13Le colonel commandant le génie du CEFEO est inspecteur des unités du génie des forces armées des États associés. Commandement et administration des formations du génie vietnamiennes varient, eux, en fonction des territoires : alors qu’au début de l’année 1953, les sapeurs de la 4e division vietnamienne sont sous commandement des FAVN et rattachés au chef de la 4e région militaire 29, les formations adaptées aux 1re et 2e régions militaires sont quant à elles placées sous l’autorité d’un chef de bataillon des FTEO. Enfin, celles de la 3e région militaire obéissent directement à un officier supérieur appartenant à la MMF/GVN. C’est ce dernier organisme qui administre les sapeurs français du génie d’Extrême-Orient détachés et qui gère le transfert des compagnies du génie. Créée, comme nous l’avons déjà mentionné, au mois de mars 1949, la MMF/GVN est réorganisée en 1950 et se compose d’un organe central et directeur et d’une antenne régionale par territoire.

  • 30  SHD/GR, 10 H 2598, CCFTAN/CGEN/no 2340, encadrement de la 7e compagnie du génie, août 1953.

14Le personnel génie de la MMF est prélevé sur le personnel en service en Indochine en fonction des besoins adressés par le chef de la mission, via l’EMIFT, à la « section génie » jusqu’en 1952. Cette dernière est remplacée en 1953 par la « section du personnel génie FAVN » qui assure la liaison entre les unités du génie, l’état-major vietnamien et les quatre régions militaires vietnamiennes. Toutes propositions dans la gestion et mutation des cadres français devant, bien entendu, recevoir l’agrément du colonel commandant le génie d’Extrême-Orient. Les officiers assurent le commandement direct de nombreuses formations, tandis que les sous-officiers servent en tant qu’instructeurs spécialistes. En 1952 et 1953, l’effectif théorique du personnel français toutes armes de la mission est fixé à 5 581, mais le CEFEO rencontre des difficultés pour atteindre cet objectif puisque en 1952, la MMF/GVN ne rassemble que 4 514 officiers et sous-officiers français (soit un déficit de 19 %) contre 4 360 en 1953 (soit un déficit de 22 %), données ne prenant pas en compte la cinquantaine de militaires du rang assurant le soutien de l’organisme. Ainsi, la pénurie des effectifs qui prévaut au sein des troupes du CEFEO se répercute logiquement au niveau de l’encadrement des unités vietnamiennes : au mois d’août 1953, la 7e CGVN ne dispose que d’un seul officier français, le commandant d’unité 30.

15À partir de 1951, la MMF/GVN administre donc l’ensemble des personnels français, dont le volume au sein d’une formation nationale est directement lié au processus de transfert ainsi fixé :

  •  dans une première phase, et afin de ne faire subir à aucun moment à la compagnie en cause une perte de potentiel opérationnel, tout le personnel transféré reste pendant trois mois à la disposition de la nouvelle unité ;

  •  trois mois après la date de transfert, le volume de cadres français est ramené à l’effectif prévu pour le détachement d’encadrement et d’instruction provisoire, qui est de trois officiers et de quinze sous-officiers ;

  •  enfin, neuf mois après la date de transfert, l’effectif français est ramené à celui du détachement de liaison composé d’un officier et de quatre sous-officiers.

  • 31  SHD/GR, 10 H 2598, CCFTNAI/CG/n6094. Encadrement des unités des armées des États associés en per (...)

16Toutefois, comme le rappelle une fiche rédigée en mai 1953, « ces règles ne sont (…) pas impératives, et la réduction du personnel français s’opère d’elle-même au rythme du rapatriement » 31 ; pour cette raison, les effectifs français diffèrent quelque peu d’une unité à l’autre (voir tableau ci-dessous).

  • 32  Par opposition aux « effectifs théoriques », les « effectifs réalisés » représentent les personnel (...)

17Situation des effectifs français et vietnamiens réalisés 32 dans les quatre compagnies de combat du génie vietnamien au 31 juillet 1952

Français

off./sous-off./troupe

Vietnamiens

off./sous-off./troupe

Mois d’existence

1re CGVN

2/15/0

8/8/203

2

2e CGVN

1/5/0

4/19/196

11

3e CGVN

3/14

11/7/193

11

4e CGVN

2/13/1

5/16/179

9

  • 33  SHD/GR, 10 H 216, État du Viêt-nam/Ministre de la Défense nationale/Etat-major général/no 15213. P (...)

18En fait, le faible nombre et le manque d’expérience militaire et technique des cadres des États associés obligent de maintenir plus longtemps les personnels européens dans ces unités et, jusqu’à la fin du conflit, des militaires français assurent la responsabilité et le fonctionnement des compagnies du génie vietnamien. Ainsi, quelle que soit l’origine des formations du génie vietnamien (FAVN ou FTEO), celles-ci apparaissent comme étroitement dépendantes du génie d’Extrême-Orient qui fournit les commandants d’unités, les officiers les plus expérimentés et les sous-officiers spécialistes, en attendant leur relève par des sapeurs vietnamiens. En fait, la relève des cadres français par des cadres vietnamiens n’intervient pas avant la fin des hostilités et le passage sous commandement national du premier bataillon du génie FAVN (en l’occurrence le 1er BGVN) n’a lieu qu’une fois la guerre terminée, au mois de novembre 1954 33.

Les unités du service

19Si l’accroissement des unités de combat se poursuit en 1952 avec la mise sur pied de trois nouvelles compagnies (1er, 5e, 6e CGVN), le développement du service du génie vietnamien se révèle plus lent. La formation des spécialistes (ingénieurs, comptables, etc.) nécessite en effet des délais plus importants que ceux nécessaires à la maîtrise d’un conducteur de bulldozer ou d’un soudeur à arc. Par ailleurs, là encore le faible nombre de « candidats » instruits ralentit le processus de création : beaucoup de Vietnamiens préfèrent en effet exercer leur activité dans le privé, où le salaire versé est supérieur à la solde d’un sapeur des FAVN. De plus, à partir de 1953, l’échec de la conscription lancée par l’empereur Bao Dai prive les unités vietnamiennes d’appelés compétents dans les métiers du génie. Cela explique en grande partie pourquoi l’organisme qui voit le jour le 16 octobre 1952 ne se révèle être, en définitive, qu’un service du génie vietnamien provisoire, immédiatement intégré au sein du service du génie des FTEO.

  • 34  SHD/GR, 10 H 216, CCFTNAI/EMIFT/1er bureau. Création du service du génie vietnamien, 31 décembre 1 (...)
  • 35  La 33e CEEGV est créée le 1er octobre 1953, la 31e CEEGV, le 17. Leur encadrement français compren (...)

20Le service « officiel » n’est lui réellement institué que le 31 décembre 1952 34. Quant à la première unité qui lui est rattachée, celle-ci n’apparaît qu’au mois de mars 1953, au Centre Viêt-nam ; il s’agit d’une compagnie de sapeurs routiers (CSR), la 4e CSR, intégralement encadrée par du personnel français (trois officiers, douze sous-officiers). Quelques mois plus tard, en octobre 1953, deux compagnies de soutien voient le jour. En effet, les 33e et 31e compagnies d’entretien et d’entrepôt du génie vietnamien (33e CEEGVN et 31e CEEGVN) réceptionnent, stockent et distribuent les matériels du génie provenant de l’aide américaine, mais en assurent également la maintenance et les réparations 35.

  • 36  Bodin (Michel), « L’armée nationale du Viêt-nam à la fin du conflit (1953-1954) », La bataille de (...)
  • 37  L’armée nationale lao (ANL) ne se développe réellement qu’à partir de 1953 et met sur pied plusieu (...)

21Lorsqu’est signé le cessez-le-feu en juillet 1954, les FAVN forment un ensemble qui, du moins sur le papier, paraît impressionnant. Forte de 168 bataillons d’infanterie, dont cinq de parachutistes, de dix escadrons de cavalerie (de reconnaissance) et de huit groupes d’artillerie, l’armée de terre comprend également cinq bataillons du génie formant un total théorique de quinze compagnies de combat 36. Le service du génie qui s’est considérablement étoffé en deux années a désormais sous son autorité une dizaine de compagnies, dédiées au soutien ou aux missions de rétablissement d’itinéraires. Une unité spécialisée, la 3e compagnie du génie parachutiste vietnamien (3e CGPVN) rattachée au groupement aéroporté no 3 (GAP 3), est même créée au mois de mai 1954 (elle est cependant dissoute en décembre de la même année). Des trois États associés, les formations du génie vietnamien sont les plus nombreuses, même si les compagnies du génie de l’ANL remplissent un rôle très important à partir de 1953 37. Toutefois, les décisions qui aboutissent à la constitution du génie des armées nationales ont d’importantes répercussions sur les compagnies du génie du corps expéditionnaire : elles appauvrissent ces dernières en ponctionnant une partie de leurs cadres, mutés au sein des missions militaires auprès des États associés ; cet affaiblissement paraît cependant compensé par l’accroissement numérique total des unités du génie de l’Union française et par les missions que celles-ci prennent à leur compte.

La politique des transferts : une diminution du potentiel des unités françaises

  • 38  L’armée royale khmère (ARK), forte d’environ 20 000 hommes au mois de juin 1954, atteint 36 172 so (...)
  • 39  SHD/GR, 7 U 1522, FTCVN/72e BG/683. Note de service, 30 janvier 1954.

22La mise sur pied du génie vietnamien (et laotien 38) semble avoir comme conséquence une baisse de qualité dans les compagnies du génie FTEO, obligées de céder une partie de leurs cadres aux armées nationales. Au problème quantitatif s’ajoute, par ailleurs, un problème qualitatif : pour des raisons politiques comme opérationnelles, les personnels détachés auprès des armées nationales sont choisis parmi les meilleurs. Instructeurs et spécialistes ayant à remplir une importante mission de formation, il ne saurait être question d’envoyer du personnel médiocre. Ainsi au début de 1954, à l’occasion de la mise sur pied du 4e bataillon du génie vietnamien dont le 72e BG (stationné au Centre Viêt-nam) doit fournir une partie des cadres, les commandants d’unités ont ordre de ne désigner que des « éléments valables » comme le mentionne la note de service 39. Ce rappel n’est pas anodin car, dans pareil cas, grande est la tentation du chef de vouloir se « libérer » des individus les moins bons ou les plus difficiles à commander. De plus, afin de préserver un certain équilibre entre les compagnies, l’opération de transfert concerne l’ensemble du bataillon, un prélèvement égal en officiers et sous-officiers de valeur (français ou autochtones) est donc opéré à l’intérieur de chacune des unités. La physionomie du bataillon, qui se voit ainsi privé de ses bons éléments, n’est évidemment plus la même qu’avant le transfert.

  • 40  SHD/GR, 10 H 983, CCI/CFTSV/CGEN. Rapport du capitaine Chevalier, doc. cit.

23En principe, tous les sapeurs mutés sont amenés à être remplacés nombre pour nombre. Dans la pratique, l’application de cette mesure se heurte à deux réalités. Premièrement les renforts en provenance de métropole ne sont pas suffisants pour compenser les départs. De plus, les nouveaux arrivés constituent un personnel qui manque d’expérience, qu’il faut former et est souvent de faible valeur. Adjoint au commandant du génie des FTSV en avril 1954, le capitaine Chevalier émet d’ailleurs un jugement particulièrement sévère sur l’homme de troupe européen qui se révèle selon lui « dans 90 % des cas totalement inemployable : sans instruction solide (…) et dans une grosse proportion incapable d’en recevoir une, soit parce que leur niveau intellectuel [est] très bas (…), soit parce que d’un niveau moral peu élevé il [est] impossible de leur accorder la moindre confiance » 40 !

24Si cette assertion semble excessivement dure, il n’en reste pas moins que, tout au long de la guerre, le niveau d’instruction de la troupe qui sert en Indochine semble en deçà de ce que souhaiterait le commandement. Deuxièmement, certains départs sont comblés par le jeu des mutations internes au génie d’Extrême-Orient, ce qui ne fait que déplacer le problème : telle unité FTEO qui se voit prélever des personnels au profit d’une autre, s’appauvrit à son tour. En effet, pour combler le manque, elle est obligée d’envoyer en stages ses sapeurs afin de former de nouveaux gradés et spécialistes, ce qui impose des charges très lourdes aux formations. Alors que le sous-effectif s’accentue, même s’il n’est que temporaire, le rythme des opérations, lui, ne faiblit pas. Mais si pour un commandant d’unité, il est frustrant de voir les capacités opérationnelles de sa compagnie baisser, la création des armées nationales permet toutefois au commandant du génie d’Extrême-Orient de disposer d’un nombre plus élevé d’unités pour répondre à l’accroissement des missions, d’autant que les compagnies du génie vietnamien se révèlent toutes aussi aptes que leurs homologues du CEFEO.

Valeur des unités du génie vietnamien

  • 41  Bodin (Michel), « L’armée nationale du Viêt-nam à la fin du conflit », art. cit., p. 99.
  • 42  Guillain (Robert), « L’échec de l’armée vietnamienne » dans Diên Biên Phu, la fin des illusions. F (...)
  • 43  SHD/GR, 10 H 241, MMF/GVN/Le colonel. Étude sur l’armée vietnamienne, 29 mars 1954.

25D’après Michel Bodin, « les anciens du corps expéditionnaire ne gardent pas une bonne impression des troupes nationales » 41. Robert Guillain, correspondant du Monde, se montre plus dur encore. Comme il l’écrit trois semaines après la chute de Diên Biên Phu : « Nous avons raté l’armée vietnamienne (…). Dans le gâchis général, il y a, c’est vrai, des exceptions, [mais], à régime pourri, pas d’armée valable. » 42 Les reproches adressés aux forces armées des États associés, et principalement à l’armée vietnamienne, sont en effet très nombreux. Nous n’avons pas trouvé, dans les archives consultées, d’appréciations spécifiques relatives aux soldats autochtones du génie servant au sein des armées nationales. Les rapports consultés, destinés au plus haut niveau de l’État français, présidence du Conseil ou ministère de la Défense nationale et des Forces armées, ne livrent que des renseignements très généraux ou des synthèses qui ne présentent pas d’études précises et détaillées. En fait, les remarques émises par les officiers français sur le combattant vietnamien intéressent essentiellement l’infanterie. Pour cause, au premier trimestre 1954, « sur 190 bataillons, groupes ou régiments blindés, 90 %, soit 171, appartiennent à l’infanterie » 43, le génie ne représentant à la même date que trois bataillons. Tout en louant les qualités individuelles du soldat vietnamien : courage, robustesse, résistance à la fatigue, sens de l’utilisation du terrain, adresse et discipline, les critiques dénoncent les lacunes des unités. Ainsi, la faible combativité des troupes, la médiocrité de l’encadrement vietnamien ou encore le peu de foi ou de « mystique » apportées dans le combat contre le Viêt-minh sont pointés du doigt.

  • 44  SHD/GR, 10 H 241, note sur l’armée vietnamienne, 10octobre1953.
  • 45 SHD/GR, 10 H 241, MMF/GVN/Le colonel. Étude sur l’armée vietnamienne, doc. cit.

26Certes, les cadres vietnamiens sont en nombre insuffisants et la plupart sont d’origine bourgeoise et citadine connaissant « mal le peuple de la rizière sous leurs ordres (…). À l’inverse, l’homme du rang – surtout s’il a été précédemment sous les ordres de cadres français – n’accorde souvent à son jeune officier vietnamien qu’une confiance limitée » 44. Cependant l’armée vietnamienne est une armée jeune qui manque d’expérience. La valeur de l’armée Viêt-minh le montre, le vietnamien s’il manque a priori de traditions militaires, peut faire un excellent combattant. En fait, le niveau des FAVN dépend largement du moral et de l’implication de la nation vietnamienne dans la guerre. Or, dans ce domaine, force est de reconnaître le manque d’enthousiasme de la population et l’attentisme des élites : un problème politique, donc. Au premier trimestre 1954, une étude sur l’armée vietnamienne montre que sur les 171 bataillons d’infanterie, 29 sont en formation, et que sur les 142 restants, 21 (14 %) sont jugés très bons, 64 (45 %) bons, 43 (31 %) assez bons et 14 (10 %) passables, la quantité de cadres français n’affectant pas le résultat puisque équivalent approximativement au tiers de l’encadrement dans chacune des unités 45.

  • 46  L’opération « Hautes-Alpes » qui se déroule entre mars et mai 1953 a pour but, d’une part d’assain (...)
  • 47  ESAG. Opérations « Hautes-Alpes », doc.cit.

27Afin de pouvoir apprécier la valeur des compagnies du génie FAVN et des sapeurs vietnamiens, nous avons consulté un certain nombre de rapports d’opérations relatifs à la conduite des unités engagées et aux enseignements à tirer du point de vue du génie. Destinés au commandement dans le but d’améliorer les procédés de combat ou l’emploi des armes, ces rapports n’hésitent pas, lorsqu’il le faut, à pointer sans démagogie les erreurs et fautes commises. Or, aucun des documents consultés ne mentionne de critiques négatives à l’endroit des unités vietnamiennes, même lorsque la composition des groupements génie permettrait une comparaison aisée entre formations FTEO et FAVN. Si l’on retient l’exemple de l’opération « Hautes-Alpes » 46, celle-ci met en jeu un « groupement du génie nord » composé du 3e BGVN et un « groupement génie sud » formé de compagnies du génie FTEO (issues des 31e BMG et 73e BG). Les missions de ces deux groupements sont analogues : franchissement de coupures, construction de ponts et portières, rétablissement ou mise en classe 30 de portions d’itinéraires, etc. Les obstacles rencontrés sont, eux aussi, de même nature (variations du niveau des eaux, obstacles minés, mauvais temps) 47. L’opération est pour le génie une réussite, chaque groupement ayant parfaitement exécuté les missions qui lui ont été confiées, aucune critique n’est relevée à l’encontre des sapeurs vietnamiens.

  • 48  À la fin de l’année 1953, pour faire face à la puissance croissante du Viêt-minh, un retour à la f (...)
  • 49  SHD/GR, 10 H 2829. FTNV/Zone Sud-3e DMT/EM-3ebureau/n° 12798. Lettre au général commandant les FTN (...)
  • 50  SHD/GR, 10 H 2829, 3e BGVN/n° 2810. Compte rendu concernant les événements de la nuit du 3 au 4 dé (...)

28La valeur de l’encadrement français et celle d’une partie des hommes de troupe vietnamiens qui, par l’activité qu’ils ont jadis exercés dans le civil, font de bons sapeurs sont deux éléments qui peuvent expliquer pourquoi les unités du génie FAVN semblent d’un bon niveau. Bien commandées, ces compagnies donnent satisfaction ; au final, elles ne diffèrent pas tellement des formations « jaunies » des FTEO où, là aussi, seuls quelques éléments français encadrent et forment des autochtones. Les sapeurs vietnamiens, comme leurs homologues européens, sont par ailleurs des soldats capables de s’illustrer au combat, comme en témoigne l’affaire de l’élément de division légère no 3 (EDL 3) 48. Replié et mis au repos le 27 novembre 1953 sur Thai Binh après avoir pris part à l’opération « Mouette », le PC de l’EDL 3 se garde insuffisamment d’un coup de main Viêt-minh et se fait surprendre par une attaque brusquée dans la nuit du 3 au 4 décembre 1953. Un commando ennemi s’introduit dans le périmètre français, assassine 25 soldats, en blesse autant, puis en enlève une trentaine d’autres avant de prendre la fuite. Au milieu de l’apathie générale dénoncée quelques jours après dans le rapport du général commandant la 3e division de marche territoriale (3e DMT), et face à la mollesse de l’action l’escadron d’automitrailleuses vietnamien 49, les sapeurs de la 3e compagnie du 3e BGVN (3/3 BGVN) sont les seuls à réagir avec vigueur. À la demande du colonel Piroth, qui assure le commandement de l’EDL 3 en l’absence du colonel de Castries, le lieutenant Combarre, chef du 3e BGVN, met sur pied à la hâte deux sections de sapeurs vietnamiens, cette intervention – décisive – rétablit la situation 50, les assaillants sont repoussés. « L’affaire du PC de Thai Binh » comme on l’appelle à l’époque, certes anecdotique en comparaison des grandes opérations, prouve qu’efficacement commandés, les groupes de combat du génie vietnamien se battent aussi bien que ceux de leurs homologues du corps expéditionnaire.

29S’il apparaît clairement que, pour les bataillons du génie métropolitain engagés en Extrême-Orient, la mise en place des armées nationales, et particulièrement celle du Viêt-nam, représente une contrainte supplémentaire en termes d’effectifs et qu’elle complique la gestion des commandants d’unité dans l’emploi de leurs compagnies, elle est indéniablement un atout au niveau du théâtre d’opérations. En effet, le renforcement et le développement du corps de bataille Viêt-minh, la multiplication des missions liées aux opérations comme à l’équipement du théâtre indochinois rendent nécessaires l’accroissement numérique des unités à disposition du commandant en chef. Son subordonné, le colonel commandant le génie d’Extrême-Orient, bénéficie ainsi d’un plus grand nombre de formations pour répondre à la nouvelle guerre qui se joue en Indochine à partir de 1951. C’est aux côtés de leurs camarades européens, nord-africains et légionnaires que les sapeurs vietnamiens vont désormais combattre dans les grandes opérations interarmées, mettre en défense le delta du Tonkin par la fortification ou encore participer à la construction des grandes bases opérationnelles de Saigon-Than Son Nhut, de Tourane et de Haiphong. Après les accords de Genève, ceux qui n’auront pas déserté ou rejoint les rangs du Viêt-minh formeront l’embryon du génie du nouvel État du Sud Viêt-nam.

Haut de page

Notes

1  Voir sur la question des effectifs du CEFEO les travaux de Michel Bodin, La France et ses soldats, Indochine, 1945-1954, Paris, L’Harmattan, coll.  « Recherches asiatiques », 1996 ; Soldats d’Indochine. 1945-1954, Paris, L’Harmattan, coll.  « Recherches asiatiques », 1997 ; Les Combattants français face à la guerre d’Indochine. 1945-1954, Paris, L’Harmattan, coll.  « Recherches asiatiques », 1998.

2  « Selon l’article 60 de la Constitution de la IVe République, " l’Union française est formée, d’une part de la République française qui comprend la France métropolitaine, les départements et territoires d’outre-mer, d’autre part par des territoires et États associés" », Dalloz (Jacques), Dictionnaire de la guerre d’Indochine 1945-1954, Paris, Armand Colin, 2006, p. 89. En Indochine, il faut attendre 1949 pour que les trois États de l’Union indochinoise, créée en 1887, deviennent, par une série d’accords politiques, trois « États associés » à la France. Dans ce cadre, une plus grande autonomie est accordée aux anciennes possessions de la France.

3  En fait, celle-ci est encore à l’époque largement limitée et n’est réellement effective qu’en 1953, à la suite d’importants transferts de souveraineté.

4  Né en 1904 et décédé en 1995, le colonel (puis général) Gazin est véritablement « l’homme » du génie du CEFEO. Il en est le commandant entre 1945 et 1947, puis entre 1950 et 1952 ; il occupe par ailleurs la fonction de chef d’état-major du CEFEO au cours de l’année 1948.

5  Plus que toutes autres armes au cours de la guerre d’Indochine, le génie est victime de la crise des effectifs. Alors que sur un tel théâtre d’opérations, il est admis que le génie doive représenter environ 12 % des forces engagées, celui du CEFEO ne dépasse jamais 5 à 6 %. Voir sur cette question : Cadeau (Ivan), L’action du génie pendant la guerre d’Indochine (1945-1956). Une action entravée par le manque de moyens et une méconnaissance de l’arme, thèse de doctorat, université Paris-IV Sorbonne, Paris, 2010, 837 pages.

6  Le génie militaire a la spécificité d’être à la fois une arme combattante et un service constructeur. Ainsi, il dispose d’unités aptes au combat interarmes (ouverture de route, déminage, fortification de campagne, destruction, etc.) et de formations dont les missions peuvent se rapprocher de celles du génie civil (construction d’ouvrages d’art, d’infrastructure, de bases, etc.).

7  L’EMIFT est un organisme mis en place en 1951 à l’initiative du général de Lattre de Tassigny, haut-commissaire et commandant en chef en Indochine. Placé sous le commandement du général adjoint au commandant en chef, l’EMIFT traite des questions relatives à l’organisation, à la logistique et à la conduite des opérations du corps expéditionnaire.

8  Au cours de la guerre d’Indochine, et comme elle l’a souvent fait dans son histoire, l’armée française enrôle des supplétifs. Moins bien soldés que les combattants des formations régulières, les supplétifs, contrairement aux partisans qui remplissent davantage des missions statiques (dans des postes, notamment), accompagnent souvent les unités en opérations.

9  Le nombre et la composition des divisions vietnamiennes évoluant, le général de Lattre de Tassigny procède ultérieurement à plusieurs modifications de ce programme de Dalat.

10  La priorité donnée au développement des bataillons d’infanterie s’explique par la volonté du commandement français de disposer d’un maximum de fantassins à opposer au corps de bataille viêt-minh, alors en plein essor.

11  SHD/GR, 10 H 981, « L’armée vietnamienne de 1949 à janvier 1954 ». Rapport du lieutenant-colonel Viala, ex-chef de la section « organisation des armées des États associés ». Sans date, vraisemblablement fin de l’année 1954.

12  Le maréchal de Lattre de Tassigny (1889-1952) est nommé haut-commissaire de France et commandant en chef en Indochine le 6 décembre 1950. C’est véritablement lui qui donne une impulsion au développement des armées nationales.

13  SHD/GR, 10 H 981, « L’armée vietnamienne de 1949 à janvier 1954 », doc. cit.

14  Action symbolisée par son appel à la jeunesse du Viêt-nam dans son long discours prononcé au lycée Chasseloup-Laubat de Saigon, le 11 juillet 1951 : « Soyez des hommes, c'est-à-dire : si vous êtes communistes, rejoignez le Viêt-Minh, il y a là-bas des individus qui se battent bien pour une cause mauvaise. Mais si vous êtes des patriotes, combattez pour votre patrie, car cette guerre est la vôtre (…) Jeunes hommes de l’élite vietnamienne (…)le moment est venu pour vous de défendre votre pays », cité dans Jean Ferrandi, Les officiers français face au Viêt-Minh 1945-1954, Fayard, 1966, p.265-276.

15  À cette date, le concept de division est abandonné de fait. Les grandes unités tactiques ne représentent plus que des entités administratives et logistiques pratiques pour traiter des problèmes d’équipement et de matériel avec les États-Unis. La 1redivision est implantée au Sud Viêt-nam, la 2eau Centre Viêt-nam, la 3eau Nord Viêt-nam, et la 4edivision est celle des Pays montagnards du Sud (PMS). Le concept divisionnaire est par ailleurs remplacé par celui du groupe mobile, plus adapté à la forme de combat en Indochine.

16  Leur nom complet étant Tieu Doan Kinh Quan (TDKQ) ou « bataillons légers ».

17  Organisées selon les principes de l’ancienne garde indochinoise, il existe sur l’ensemble de l’Indochine, des gardes, généralement groupées autour d’une ethnie, chargées de maintenir la souveraineté française sur les territoires qu’elles contrôlent. Ces unités supplétives remplissent en outre des missions précises : protection des points sensibles, garde des voies ferrées, etc.

18  SHD/GR, 10 H 483, MMF/GVN/EM, organisation no 11375. Notice d’information sur l’organisation et l’implantation de l’armée vietnamienne, 3 décembre 1951.

19  Les CID, au nombre de trois (Sud, Centre et Nord Viêt-nam), apparaissent le 1er juillet 1951. Ce sont des unités administratives qui ont pour fonction d’instruire dans une spécialité les recrues appelées à servir dans les formations des 1re, 2e et 3e divisions (SHD/GR, 10 H 483, MMF/GVN/EM, organisation n° 1137, doc. cit.).

20  SHD/GR, 10 H 216, CCFTANI/EMIFT, 1er bureau, no 1055. Création de la 1re compagnie du génie vietnamien, 24 mai 1952.

21  SHD/GR, 10 H 2598, CCEO/FT/CG/No  828,  calendrier de développement de l’armée vietnamienne pour 1952. Lettre du 30 mars 1952.

22  Par tradition, la compagnie de commandement porte le numéro 21. Outre les services, la compagnie de commandement dispose des principaux matériels « lourds », comme les bulldozers, qui sont détachés de manière conjoncturelle auprès des compagnies de combat.

23  Deuxième compagnie du 73e bataillon du génie (73e BG). Le 73e BG est une unité de génie-combat.

24  Deuxième compagnie du 74e bataillon du génie (74e BG). Le 74e BG est une unité de travaux d’infrastructure.

25  Kien An et Sontay se situent au Nord Viêt-nam. Pour différentes raisons, le centre d’instruction du génie (CIG) de Thu Dau Mot, créée le 1er novembre 1946, est dissout le 1er avril 1950.

26  SHD/GR, 10 H 2598, HCFICCEO/EMIFT/1er bureau/n°2031,  création d’unités nouvelles à la 3e division vietnamienne (Nord Viêt-nam), 27 août 1951.

27  SHD/GR, 10 H 981, « L’armée vietnamienne de 1949 à janvier 1954 », doc. cit.

28  SHD/GR, 10 H 1781, État du Viêt-nam/Ministre de la Défense nationale/État-major général/direction centrale du génie/no 222. Fiche relative au commandement des unités du génie.

29  Les régions militaires portent les mêmes numéros que les grandes unités qu’elles administrent.

30  SHD/GR, 10 H 2598, CCFTAN/CGEN/no 2340, encadrement de la 7e compagnie du génie, août 1953.

31  SHD/GR, 10 H 2598, CCFTNAI/CG/n6094. Encadrement des unités des armées des États associés en personnel français, 28 mai 1953.

32  Par opposition aux « effectifs théoriques », les « effectifs réalisés » représentent les personnels effectivement présents dans l’unité. Ils diffèrent ainsi souvent du TED qui fixe la composition théorique d’une formation. En Indochine, les effectifs réalisés sont généralement inférieurs aux effectifs théoriques (on parle alors de sous-effectifs).

33  SHD/GR, 10 H 216, État du Viêt-nam/Ministre de la Défense nationale/Etat-major général/no 15213. Passage sous commandement vietnamien du 1er bataillon du génie, 2 novembre 1954.

34  SHD/GR, 10 H 216, CCFTNAI/EMIFT/1er bureau. Création du service du génie vietnamien, 31 décembre 1952.

35  La 33e CEEGV est créée le 1er octobre 1953, la 31e CEEGV, le 17. Leur encadrement français comprend deux officiers et d’une dizaine de sous-officiers.

36  Bodin (Michel), « L’armée nationale du Viêt-nam à la fin du conflit (1953-1954) », La bataille de Diên Biên Phu entre histoire et mémoire 1954-2004, actes du colloque organisé par l’université ParisI Panthéon-Sorbonne, les21 et 22novembre2003, Société d’histoire d’outre-mer, 2004, p.92.

37  L’armée nationale lao (ANL) ne se développe réellement qu’à partir de 1953 et met sur pied plusieurs unités du génie. Elle atteint un peu plus de 20 000 hommes lorsque les accords de Genève sont signés. SHD/GR, 10 H 524, armée nationale laotienne. Rapport annuel d’activité. Année 1953. 20 janvier 1954.

38  L’armée royale khmère (ARK), forte d’environ 20 000 hommes au mois de juin 1954, atteint 36 172 soldats au 31 décembre 1954 (SHD/GR, 10 H 524, CCI/EMIFT/1er Bureau. Effectifs de l’armée khmère au 31 décembre 1954). Avec un effectif total de 269 sapeurs, 229 pour la 1re compagnie du génie et 40 pour la chefferie de Phnom Penh, le génie cambodgien ne représente que 0,75 % de l’ensemble des forces de l’ARK.

39  SHD/GR, 7 U 1522, FTCVN/72e BG/683. Note de service, 30 janvier 1954.

40  SHD/GR, 10 H 983, CCI/CFTSV/CGEN. Rapport du capitaine Chevalier, doc. cit.

41  Bodin (Michel), « L’armée nationale du Viêt-nam à la fin du conflit », art. cit., p. 99.

42  Guillain (Robert), « L’échec de l’armée vietnamienne » dans Diên Biên Phu, la fin des illusions. Février-juillet 1954, Arléa, 2004, p.170-177.

43  SHD/GR, 10 H 241, MMF/GVN/Le colonel. Étude sur l’armée vietnamienne, 29 mars 1954.

44  SHD/GR, 10 H 241, note sur l’armée vietnamienne, 10octobre1953.

45 SHD/GR, 10 H 241, MMF/GVN/Le colonel. Étude sur l’armée vietnamienne, doc. cit.

46  L’opération « Hautes-Alpes » qui se déroule entre mars et mai 1953 a pour but, d’une part d’assainir la zone sud du delta du fleuve Rouge (zone des évêchés) et d’autre part de fixer les divisions 304 et 320 afin que ces dernières ne puissent participer à l’offensive sur le Laos en lançant une attaque en direction de la plaine des Jarres.

47  ESAG. Opérations « Hautes-Alpes », doc.cit.

48  À la fin de l’année 1953, pour faire face à la puissance croissante du Viêt-minh, un retour à la formule divisionnaire est amorcé par réunion de plusieurs groupes mobiles. Un EDL permet une articulation souple du commandement en réunissant sous un même chef plusieurs groupes mobiles. Chaque EDL comprend un état-major et une compagnie de commandement, une artillerie divisionnaire, une compagnie de transmissions et un groupe de canons de 105mm HM 2.

49  SHD/GR, 10 H 2829. FTNV/Zone Sud-3e DMT/EM-3ebureau/n° 12798. Lettre au général commandant les FTNV, 6 décembre 1953.

50  SHD/GR, 10 H 2829, 3e BGVN/n° 2810. Compte rendu concernant les événements de la nuit du 3 au 4 décembre 1953. Voir aussi le rapport du colonel Piroth en SHD/GR, 10 H 2829, FTNV/Zone Sud/Commandement de l’artillerie/n° 997. Attaque du PC de l’EDL 3 dans la nuit du 3 au 4 décembre 1953.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ivan Cadeau, « Les unités du génie de l’armée nationale vietnamienne (1951-1954) : renfort appréciable ou affaiblissement du génie du corps expéditionnaire ? », Revue historique des armées, 265 | 2011, 56-68.

Référence électronique

Ivan Cadeau, « Les unités du génie de l’armée nationale vietnamienne (1951-1954) : renfort appréciable ou affaiblissement du génie du corps expéditionnaire ? », Revue historique des armées [En ligne], 265 | 2011, mis en ligne le 16 novembre 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rha.revues.org/7348

Haut de page

Auteur

Ivan Cadeau

Chercheur à la Division études et enseignement du Service historique de la Défense, il a soutenu en2010 sa thèse de doctorat sur l’action du génie pendant la guerre d’Indochine. Il est notamment l’auteur d’un ouvrage sur le bataillon français de l’ONU (Le bataillon français de l’ONU en Corée 1950-1953 : le combat méconnu des volontaires français, SOTECA/SHD) et prépare actuellement un ouvrage sur la bataille de Diên Biên Phu (Tallandier) et un sur l’histoire de la guerre de Corée (Perrin).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org