Navigation – Plan du site
Document

Espagne et Espagnols dans les archives photographiques du CHGM (1936-1945)

Mathilde Meyer-Pajou
p. 69-74

Texte intégral

  • 1  Pour une présentation générale du fonds, on pourra se reporter à l’article de Jean-Marie Linsolas, (...)

1Le Service historique de la Défense conserve depuis 2005 les fonds photographiques du secrétariat d’État aux Anciens combattants. Au sein de cet ensemble, les archives photographiques du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale (CHGM) représentent un fonds singulier 1.

  • 2  Elles sont rassemblées dans la sous-série 72 AJ, « Papiers du Comité d’histoire de la Deuxième Gue (...)

2Rattaché à la présidence du Conseil, le CHGM est né en 1951 de la fusion de deux institutions : la Commission d’histoire de l’Occupation et de la Libération de la France (CHOLF), créée par décision gouvernementale le 20 octobre 1944 et le Comité d’histoire de la Guerre, fondé le 6 juin 1945. Animé par l’historien Henri Michel, le comité a pour missions de recueillir des témoignages sur divers aspects de l’Occupation et de la Résistance ; cette collecte nationale d’information et de documentation‏ s’appuie sur un important réseau de correspondants. Le CHGM doit également coordonner des enquêtes, piloter la rédaction d’ouvrages et organiser des expositions. À la dissolution du comité en 1980, et en vertu d’une décision du secrétaire général du gouvernement, les collections amassées par le comité sont réparties entre plusieurs institutions patrimoniales : aux Archives nationales sont versées les archives ainsi que le fonds d’affiches 2, les tracts et journaux clandestins sont dévolus à la Bibliothèque nationale, les ouvrages sont transmis à l’Institut d’histoire du temps présent. Enfin, les fonds photographiques sont versés au secrétariat d’État aux Anciens combattants, réuni au ministère de la Défense en 1998. Le CHGM rejoint en 1981 l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS).

3La photothèque a été créée par collecte auprès des acteurs du conflit et auprès des diverses associations qui venaient de se créer. Le CHGM est un fonds documentaire : il n’a pas la valeur de celui constitué par un photographe mais offre un échantillon de la production photographique européenne pendant la Seconde Guerre mondiale. Ce mode de collecte, joint à la pratique du « contretypage », pose aujourd’hui de nombreux problèmes de gestion de droits, qui compliquent la diffusion de ces photographies. En attendant un traitement systématique, ces derniers restent à vérifier photographie après photographie.

  • 3  Sous la cote, 2007 ZC 18/1.

4Le fonds du CHGM conservé au SHD 3 se compose d’environ 20 000 tirages positifs, d’autant de négatifs (contretypés) et de quelques centaines de plaques de verre. Cette collection ne couvre pas que la période 1939-1945 mais concerne également les conflits considérés comme « périphériques » de la Seconde Guerre mondiale, dont la guerre d’Espagne.

La guerre d’Espagne : absence des combattants espagnols

5La représentation de la guerre d’Espagne transmise par le fonds photographique du CHGM est liée aux documents qui ont pu être collectés, mais également à leur période de collecte. L’image ainsi reconstituée au travers de ces photographies ne couvre pas l’ensemble des événements et des acteurs de cette guerre. Ce n’est ainsi pas une image « objective » qui nous est présentée, mais une vision basée sur trois caractéristiques de la guerre d’Espagne. La dimension internationale du conflit et le soutien à la jeune république espagnole sont évoqués par le biais de l’exemple tchécoslovaque et exprimés par des manifestations de soutien au sein du pays. L’engagement de combattants étrangers en faveur de la république au sein des Brigades internationales et les combats sont également représentés uniquement par le biais de la participation tchécoslovaque. Les républicains espagnols semblent ainsi hors champ. Mais ils y sont rejoints par les partisans de Franco. Les vainqueurs sont représentés par métonymie au travers de leurs alliés allemands et italiens.

  • 4  Peschanski (Denis), La France des camps. L’internement, 1938-1946, Gallimard, Paris, 2002, p. 39.

6Le dernier angle de vue sur la guerre d’Espagne dévoile une partie des conséquences de la défaite des républicains : l’exil. La guerre d’Espagne provoque plusieurs déplacements plus ou moins importants avant la défaite républicaine de 1939. Le mouvement d’émigration vers la France s’accélère à partir de la bataille de l’Èbre (juillet-novembre 1938) et au cours des mois suivants ; il devient massif après la prise de Barcelone, le 29 janvier 1939. Denis Peschansky estime ainsi le nombre de réfugiés pénétrant en France après la chute de la Catalogne à 465 000, dont 170 000 civils 4. Ces réfugiés, d’abord regroupés dans des « camps de contrôle » ou « de triage », sont ensuite placés dans des « camps d’internement ».

  • 5  Ibidem, p. 44.
  • 6  A contrario, les archives militaires françaises retracent la situation des réfugiés espagnols en F (...)

7La photothèque du CHGM ne montre qu’un seul camp, celui de Gurs (alors situé dans les Basses-Pyrénées), prévu par le général Ménard, responsable du dispositif d’internement espagnol, pour accueillir les Basques. Outre ceux-ci, étaient regroupés dans ce camp des membres des « aviateurs » (flotte aérienne républicaine), les volontaires des Brigades internationales et les « Espagnols » (les autres combattants républicains, par opposition aux Basques et aux Catalans), soit près de 19 000 hommes. Seuls les 6 800 brigadistes sont représentés par les photographies du CHGM 5. Il faut, pour les émigrés comme pour les combattants, deviner en négatif la présence des Espagnols dans ce camp 6. Moins de dix tirages concernent des Espagnols dans le fonds du CHGM : il s’agit de photographies contretypées dans le magazine Vu, déjà largement connues et diffusées en 1939. Zone d’exil entre 1937 et 1939, l’Espagne devient dès l’année 1940, sinon une destination, du moins un des lieux de passage principaux pour ceux qui tentent de rejoindre la Grande-Bretagne ou la France libre.

1940-1944 : l’Espagne, zone de transit ?

8Dès 1940, des réseaux d’évasion s’organisent à travers les Pyrénées. Les destinations sont la Grande-Bretagne et l’Afrique du Nord à partir de 1942. La grande majorité des évasions depuis la France s’est ainsi faite vers l’Espagne.

  • 7  SHD/GR, 17 P 187, dossier du réseau Pat O’Leary.

9Le réseau Pat O’Leary, qui utilise des passeurs espagnols, organise la recherche et l’évasion d’aviateurs et militaires alliés ; il assure environ 600 évasions grâce au passage de la frontière espagnole entre janvier 1941 et 1944 7. S’ils étaient arrêtés par la garde civile espagnole, les évadés étaient conduits en prison ou dans des camps, puis relâchés. Le fonds du CHGM contient ainsi une collection de petits tirages pris par un évadé français, René Latour ; ces clichés nous montrent la vie quotidienne d’un de ces camps d’internement : les baraquements, la distribution des repas, la lessive ou encore les offices religieux. La dernière photographie de cet ensemble montre l’attente avant l’embarquement à Malaga.

Les résistants espagnols en France

  • 8  Peschanski (D.), op.cit., p. 40.
  • 9  Dreyfus-Armand (G.), « Les Espagnols dans la Résistance », dans Pierre Milza et Denis Peschanski ( (...)
  • 10  Crémieux-Brilhac (J.-L.), « L’engagement militaire des Italiens et des Espagnols dans les armées f (...)

10Un recensement donne le chiffre de 100 000 Espagnols en France en 1945. On a estimé que sur les 465 000 réfugiés, 340 000, pour l’essentiel des civils entraînés dans la débâcle 8, ont regagné leur pays. Les réfugiés sont ainsi autour de 120 000 en France au printemps 1940 9. Un commandement militaire de la main d’œuvre étrangère est institué dès le printemps 1939 ; des compagnies de travailleurs espagnols volontaires sont constituées dans les régions du Midi, affectées à des travaux intéressant la défense nationale (aménagement de camps ou organisation défensive des frontières). À la mobilisation, 79 compagnies militaires existent, regroupant près de 20 000 volontaires 10.

  • 11  3 000 inaptes ont été maintenus dans les camps. Crémieux-Brilhac (J.-L.), op.cit., p. 584 et SHD/G (...)

11La déclaration de guerre modifie cette organisation : tout étranger de sexe masculin de 18 à 47 ans ayant demandé l’asile politique doit des prestations à l’autorité militaire, sous la forme soit de l’engagement militaire, soit de la mise au travail avec le statut de prestataire, soit le maintien en internement ou le départ de France. Le 25 avril 1940, le premier bureau de l’état-major de l’armée précise que les 104 000 ex-miliciens espagnols réfugiés en France ont été astreints au service des prestations : 55 000 ont été organisés en compagnies de travailleurs, 40 000 ont été placés dans l’industrie et l’agriculture, 6 000 se sont engagés dans la Légion ou dans les régiments de marche de volontaires étrangers 11.

  • 12  Dreyfus-Armand (G.), « Les Espagnols dans la Résistance », dans Pierre Milza et Denis Peschanski ( (...)
  • 13  Accord conclu entre les gouvernements français et mexicains le 23 août 1940 ; ce dernier s’engage (...)
  • 14  Dreyfus-Armand (G.), op.cit., p. 594 et 619.
  • 15  Lot, Lot-et-Garonne, Tarn, Tarn-et-Garonne, Gers, Hautes-Pyrénées, Ariège et Haute-Garonne.
  • 16  Dreyfus-Armand (G.), op.cit., p. 614 et 615.

12L’engagement dans la lutte armée n’a concerné qu’une minorité des exilés arrivés en France en 1939 12. Les huit premiers mois qui suivent l’armistice, au moins jusqu’en février 1941, sont dominés par la question de l’émigration au Mexique 13. Ils furent nombreux à s’engager dans la Résistance à partir de 1941, espérant que la libération de la France soit un premier pas vers la reconquête de leur pays 14. On retrouve de nombreux Espagnols dans les rangs de la Main d’œuvre immigrée (MOI) ou des Forces françaises de l’intérieur (FFI). Si les Espagnols ont rejoint, semble-t-il, en majorité les maquis, dans le Sud-ouest, ils créent leur structure propre de lutte armée sous l’appellation de « guérilleros ». Début 1944, l’état-major du 14e corps de guérilleros contrôle les unités espagnoles de 31 départements de la zone Sud. Au 6 juin 1944, ces unités comptent environ 3 400 hommes pour les neufs départements de la région R4-FFI 15, et fin août 1944, 10 000 hommes pour toute la France. En Haute-Garonne, les maquis représentent environ 1 000 hommes entre juin et août 1944. La deuxième brigade de guérilleros de Haute-Garonne compte, à elle seule, 220 hommes le 6 juin et 315 un mois plus tard. « Ces chiffres soulignent la place des guérilleros espagnols à l’été 1944 dans les départements du Sud-ouest à la libération desquels ils participent au premier chef. » 16

Espagnols déportés : les photographies du camp de Mauthausen

  • 17  Soit plus de 64 %, voir : Crémieux-Bilhac (J.-L.), op.cit., p. 585.

13En mai 1940, 8 000 à 9 000 Espagnols des compagnies militaires de prestataires sont maintenus dans la zone des armées et travaillent aux fortifications du Nord-est. Ils sont faits prisonniers par les Allemands, qui refusent de reconnaître leur qualité de militaires et, séparés des autres prisonniers de guerre, ils sont déportés au camp de Mauthausen ou dans ses dépendances. Les Espagnols ont constitué un groupe important dans le complexe de Mauthausen-Gusen ; des 7 288 enregistrés dans ce camp, 4 676 y trouvent la mort 17. Leur présence est restée attachée au nom Mauthausen par l’affectation de quelques-uns d’entre eux au Service d’identification.

14Le Service d’identification (Erkennungs-dienst) est chargé de réaliser tous les travaux photographiques générés par le fonctionnement du camp. Les sujets retenus sont divers : reportages relatant la vie du camp, photographies des visites officielles, photographies d’identité du personnel SS ou développement et tirages de photographies personnelles réalisées par des SS du camp, mais surtout réalisation de portraits signalétiques des détenus à leur arrivée. En 1942, sept détenus, d’origine polonaise ou espagnole, choisis pour leurs aptitudes à la technique de la photographie, sont affectés à ce service. Ils réussirent à copier des négatifs ou à réaliser des tirages supplémentaires et, avec l’aide de l’organisation clandestine espagnole du camp, à les dissimuler puis à les en faire sortir.

  • 18  Les camps de concentration correspondent à environ 10 % de l’ensemble du fonds de photographies du (...)
  • 19  Dont les négatifs appartiendraient à M. Climent.

15L’itinéraire des photographies développées par le Service d’identification de Mauthausen, depuis leur production jusqu’à leur divulgation, reste encore obscur. Les témoignages divergent sur les pérégrinations de ces photographies, tirages et négatifs, à l’intérieur du camp d’abord puis sur leur destin après la Libération. Le SHD conserve environ 230 tirages positifs sur ce camp 18. Les archives du CHGM ne contiennent aucun négatif original, ni de tirage réalisé dans le laboratoire photographique de Mauthausen. L’ensemble mélange contretypes contemporains et tirages d’époque. Il contient des retirages ou contretypes de photographies « SS » et des tirages de diverses provenances, parfois postérieurs à la libération du camp : ainsi une série de portraits de SS, prises principalement en 1944 19, des contretypes tirés à partir de la collection de l’Amicale de Mauthausen, des photographies « reproduites d’après l’original prêté par M. Boussel », ancien déporté, prises après la guerre en 1948, d’autres photographies communiquées par la Documentation française et par l’Association des déportés espagnols antifascistes et enfin des photographies prises par les Américains (USIS) en 1945.

  • 20  Denis Peschanski les résume en introduction de son ouvrage, Des étrangers dans la Résistance, pour (...)
  • 21  Dreyfus-Armand (G.), op.cit., p. 593.

16Les raisons qui ont présidé, dans un premier temps, à l’oubli de la participation des étrangers à la Résistance sont bien connues aujourd’hui 20. S’ajoutent, pour les Espagnols, les effets de la guerre froide, qui signifie le retour en grâce du régime franquiste, et en Espagne même, l’absence de relais, officiels ou autorisés, de cette mémoire. L’image du résistant espagnol républicain est également brouillée par la référence négative au « rouge » 21.

17Par ailleurs, on ne peut que constater le contenu hétéroclite et les importantes lacunes du fonds photographiques du CHGM. Ces singularités sont évidemment liées au mode de collecte de ce fonds et participent de l’histoire de cette structure.

Haut de page

Notes

1  Pour une présentation générale du fonds, on pourra se reporter à l’article de Jean-Marie Linsolas, « Les collections photographiques du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale », Revue historique des armées, n° 245,  2006, mis en ligne le 13 novembre 2008, http://rha.revues.org/index5682.html.

2  Elles sont rassemblées dans la sous-série 72 AJ, « Papiers du Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale et fonds privés relatifs à la période 1939-1945 », http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/anparis/chan/pdf/72AJ_2009.pdf.

3  Sous la cote, 2007 ZC 18/1.

4  Peschanski (Denis), La France des camps. L’internement, 1938-1946, Gallimard, Paris, 2002, p. 39.

5  Ibidem, p. 44.

6  A contrario, les archives militaires françaises retracent la situation des réfugiés espagnols en France et en Algérie (SHD/GR, 7 N 2761) comme celle des « réfugiés et travailleurs espagnols » internés au camp de Gurs (SHD/GR, 31 N 130 et 135).

7  SHD/GR, 17 P 187, dossier du réseau Pat O’Leary.

8  Peschanski (D.), op.cit., p. 40.

9  Dreyfus-Armand (G.), « Les Espagnols dans la Résistance », dans Pierre Milza et Denis Peschanski (dir.), Exils et migration : Italiens et Espagnols en France, 1938-1946, L’Harmattan, Paris, 1994, p. 595.

10  Crémieux-Brilhac (J.-L.), « L’engagement militaire des Italiens et des Espagnols dans les armées françaises de 1939 à 1945 », dans Pierre Milza et Denis Peschanski (dir.), Exils et migration : Italiens et Espagnols en France, 1938-1946, L’Harmattan, Paris, 1994, p. 583.

11  3 000 inaptes ont été maintenus dans les camps. Crémieux-Brilhac (J.-L.), op.cit., p. 584 et SHD/GR, 7 N 2475.

12  Dreyfus-Armand (G.), « Les Espagnols dans la Résistance », dans Pierre Milza et Denis Peschanski (dir.), Exils et migration : Italiens et Espagnols en France, 1938-1946, L’Harmattan, Paris, 1994, p. 594.

13  Accord conclu entre les gouvernements français et mexicains le 23 août 1940 ; ce dernier s’engage à accueillir tous les Espagnols réfugiés en France qui en feraient librement la demande (cet accord a concerné environ 3 500 personnes).

14  Dreyfus-Armand (G.), op.cit., p. 594 et 619.

15  Lot, Lot-et-Garonne, Tarn, Tarn-et-Garonne, Gers, Hautes-Pyrénées, Ariège et Haute-Garonne.

16  Dreyfus-Armand (G.), op.cit., p. 614 et 615.

17  Soit plus de 64 %, voir : Crémieux-Bilhac (J.-L.), op.cit., p. 585.

18  Les camps de concentration correspondent à environ 10 % de l’ensemble du fonds de photographies du CHGM.

19  Dont les négatifs appartiendraient à M. Climent.

20  Denis Peschanski les résume en introduction de son ouvrage, Des étrangers dans la Résistance, pour lui ce sont la reconstruction identitaire de la France sur des fondements essentiellement nationaux, la guerre froide qui sépara le monde en deux blocs et la volonté farouche de ces résistants de s’intégrer dans la communauté nationale (Des étrangers dans la Résistance, Musée de la Résistance nationale/Éditions de l’Atelier, Paris, 2002, p. 13 et suivantes).

21  Dreyfus-Armand (G.), op.cit., p. 593.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Meyer-Pajou, « Espagne et Espagnols dans les archives photographiques du CHGM (1936-1945) », Revue historique des armées, 265 | 2011, 69-74.

Référence électronique

Mathilde Meyer-Pajou, « Espagne et Espagnols dans les archives photographiques du CHGM (1936-1945) », Revue historique des armées [En ligne], 265 | 2011, mis en ligne le 17 février 2012, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://rha.revues.org/7358

Haut de page

Auteur

Mathilde Meyer-Pajou

Chargée d'études documentaires, elle est chef du bureau des archives iconographiques du département de l'armée de terre au Service historique de la Défense. Elle est responsable de l'iconographie de la Revue historique des armées.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org