Navigation – Plan du site
Les fonds du Service historique de la Défense

Le Dépôt des fortifications et ses archives (1660-1940)

Nicole Salat
p. 113-117

Texte intégral

  • 1  Salat (N.) et Pénicaut (E.), Le Dépôt des fortifications et ses archives (1660-1940), Paris, Minis (...)

1Le Dépôt des fortifications et ses archives (1660-1940). Tel est le titre retenu pour la publication de l’inventaire des archives du Dépôt des fortifications 1. Ce fonds d’archives conservé au Service historique de la Défense est particulièrement remarquable par son ampleur (4 334 cartons, 611 registres, 3 500 plans de grandes dimensions), par son étendue chronologique (de 1415 à 1940) et par sa cohérence : à travers lui, ce sont quatre siècles d’activité du service du génie qui s’offrent à l’exploration du chercheur.

2Créé en même temps que le Comité des fortifications par la loi du 10 juillet 1791, le Dépôt des fortifications a rassemblé les documents antérieurs à sa fondation dans un souci à la fois historique et documentaire. Il s’agissait de réunir le travail des ingénieurs militaires depuis leur création, d’être en mesure de renseigner le Comité sur toutes les questions, réglementaires ou techniques, relatives au génie et aux fortifications, et de collecter la production quotidienne des officiers du génie. Quoique dissous en 1886, le Dépôt survécut par le rattachement de ses archives à la Section technique du génie, puis à l’Inspection du génie, dernier dépositaire du fonds avant son affectation définitive au Service historique de l’armée de Terre.

3Indispensable à la compréhension du fonds, l’histoire du Dépôt des fortifications se devait d’accompagner l’inventaire de ses archives. Le lecteur trouvera en premier lieu un récit de la genèse du Dépôt, genèse qui recouvre en partie l’histoire de l’administration des fortifications et du génie. Cette présentation permettra d’identifier les apports qui ont, depuis le XVIIe siècle, constitué le fonds dont nous avons hérité et les modalités de sa mise en ordre. L’évocation simultanée des différentes réformes du Comité des fortifications, autorité de tutelle du Dépôt, éclaire l’environnement du Dépôt au sein de l’arme du génie au XIXe siècle, et traduit les fluctuations de l’organisation et des attributions de l’institution jusqu’à la création de l’Inspection du génie.

4Il a paru également indispensable d’évoquer les institutions dont l’histoire est liée à celle du Dépôt des fortifications. Réunies ou non sous une même autorité hiérarchique, ces institutions-sœurs ont été, à différentes périodes et chacune à leur façon, des composantes du centre de ressources intellectuelles imaginé par la Révolution en 1791. En premier lieu vient la bibliothèque du génie, inséparable des archives dont elle constitue le versant « relié » ; aujourd’hui conservée au sein de la bibliothèque du Service historique de la Défense, son histoire est précisément relatée par M. Martin Barros, chargé d’études documentaires principal au Service historique de la Défense. Les archives du musée des Plans-reliefs sont ensuite évoquées par M. Max Polonovski, directeur de ce musée : la galerie des plans en reliefs fut en effet rattachée en 1791 au Dépôt des fortifications, qui en reprit les missions jusqu’en 1886. Les archives conservées dépassent le seul intérêt technique de la construction des maquettes et complètent utilement le fonds des fortifications dont elles proviennent en partie. Plus dispersées sont les archives de la brigade topographique, qui composèrent jusqu’en 1913 un « article » du cadre de classement. Leur histoire et leur inventaire détaillé, par Mme Luisa Rossi, professeur à l’université de Parme (Italie), en montrent toute la richesse. Au même titre, la présentation par Mme Marie-Paule Blasini, chargée d’études documentaires, des archives du Dépôt des fortifications des colonies aux Archives nationales d’outre-mer met en lumière la généalogie de la cession de l’article « Colonies françaises » en 1899 au ministère des Colonies et la complémentarité des deux fonds. Enfin, les cartes et plans manuscrits soustraits aux différentes sous-séries du Dépôt des fortifications et actuellement conservés par l’IGN, font l’objet en annexe d’un inventaire présenté par Emmanuel Pénicaut, ancien chef de la division des archives de l’armée de Terre au Service historique de la Défense, qui suit le cadre de classement du Dépôt pour en faciliter l’exploitation.

5Les archives du Dépôt des fortifications constituent une série remarquable, tant par l’intérêt historique et scientifique des documents que par la qualité esthétique des représentations figurées. Elles reflètent la diversité des activités du service du génie, ce « corps à talents » qualifié d’arme savante depuis l’Ancien Régime. C’est une source privilégiée pour l’étude de l’architecture militaire, depuis la « ceinture de fer » de Vauban jusqu’au système du général Séré de Rivières, à travers les mémoires et les plans des théoriciens et aussi les études originales d’officiers du génie. Il s’y trouve également des éléments sur des fortifications plus anciennes comme celles du Mont-Saint-Michel, d’Aigues-Mortes et bien d’autres encore, notamment dans la série des « Places abandonnées ». La succession annuelle de mémoires et plans permet de suivre l’évolution d’un ouvrage, son entretien et ses transformations. Les documents fournissent une matière abondante pour la rédaction de monographies et sont indispensables pour la restauration du patrimoine fortifié. Les séries de plans aident à établir des datations précises. Leur étude est précieuse pour préparer des fouilles archéologiques et retrouver la trace d’édifices disparus comme par exemple les enceintes urbaines antérieures au démantèlement du XIXe siècle.

6L’urbanisme peut y être étudié pour la période moderne à travers les archives des villes neuves créées par Vauban ou remaniées par l’adjonction d’une citadelle ou la substitution d’une enceinte bastionnée à une enceinte médiévale. D’intéressants projets d’agrandissement et d’embellissement sont conservés pour les villes de Nîmes, Montpellier ou Port-Vendres. De même, l’application de la réglementation des servitudes militaires eut des répercussions importantes sur l’implantation et le type de constructions édifiées autour des places fortes. La présence d’une enceinte fortifiée ou de forts détachés a entraîné la stérilisation de l’espace périurbain dans le rayon des zones de servitudes. Si cette militarisation de l’espace a provoqué un ralentissement dans la croissance des villes et a freiné leur développement économique à l’époque de la révolution industrielle, leur déclassement a offert de nouvelles possibilités aux municipalités, qui récupéraient ainsi des superficies convoitées. Les collections de plans d’ensemble représentant les tracés des fortifications et la délimitation du terrain militaire et des zones de servitudes constituent une base de départ où le chercheur trouvera des éléments pour la compréhension de l’aménagement urbain actuel.

7Plus inattendu, ce fonds militaire conserve de nombreux documents sur des édifices civils et religieux : lorsque Vauban construisait ex nihilo une place forte, les ingénieurs se chargeaient des bâtiments civils et religieux. Plus tard, la Révolution annexa au domaine militaire nombre d’églises, couvents ou abbayes qui furent transformés en casernes, manutentions ou entrepôts. Cela explique la présence de nombreux plans d’églises ou d’abbayes, comme celle du Ronceray à Angers et comme le couvent des Carmes à Cologne.

8La fortification est toujours le résultat d’un choix stratégique en fonction de la géographie. C’est pourquoi le géographe trouvera son compte à la consultation des archives du Dépôt, les ingénieurs et les officiers du génie étant aussi topographes et cartographes. Accompagnées de mémoires où sont consignées les informations collectées sur place, des cartes à grande échelle donnent une représentation précise du territoire et permettent de reconstituer l’évolution des paysages naturels au fur et à mesure des interventions humaines. Aux précisions d’ordre physique (caractères du terrain, renseignements utiles à la guerre) s’ajoutent, dans les mémoires, des éléments de géographie humaine (activités humaines, mœurs et traditions des populations) dont l’intérêt est indéniable.

9En dépit de la création du corps des ingénieurs des Ponts et Chaussées en 1716, les ingénieurs militaires continuèrent à contrôler les travaux d’aménagement du territoire dans les zones frontières : tracés des routes, chemins vicinaux, chemins de fer, aménagement des ports militaires et de commerce, assèchement des marais, défrichements des forêts. Les dossiers de la commission mixte des travaux publics sont une mine de sujets d’études sur le contrôle des transformations de l’espace naturel par le génie. Les nombreux dossiers des demandes de défrichements témoignent ainsi de l’utilisation militaire des forêts, qui a durablement façonné les paysages des territoires réservés des zones frontières.

10Le Dépôt des fortifications constitue enfin un passage obligé pour l’histoire des sciences et des techniques. La construction des fortifications ne s’est pas limitée à la simple application des procédés de travaux publics et les progrès de l’artillerie exigèrent une mise à niveau régulière des différents éléments de la fortification. La rubrique « Objets d’art », riche en études et en inventions de toutes sortes, est un gisement intéressant pour des recherches sur les interactions des sciences et de la fortification. Les archives de l’École du génie de Mézières apporteront un utile complément à l’étude de l’enseignement scientifique et technique dispensé aux officiers.

11On voit donc la richesse de ce fonds qui porte témoignage de la polyvalence des ingénieurs et des officiers du génie et tout son intérêt pour la recherche qui dépasse largement la sphère de l’activité militaire.

Haut de page

Notes

1  Salat (N.) et Pénicaut (E.), Le Dépôt des fortifications et ses archives (1660-1940), Paris, Ministère de la Défense-Éditions Archives et culture, 2011, 535 pages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Salat, « Le Dépôt des fortifications et ses archives (1660-1940) », Revue historique des armées, 265 | 2011, 113-117.

Référence électronique

Nicole Salat, « Le Dépôt des fortifications et ses archives (1660-1940) », Revue historique des armées [En ligne], 265 | 2011, mis en ligne le 15 novembre 2011, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://rha.revues.org/7361

Haut de page

Auteur

Nicole Salat

Docteur en histoire, elle est l’ancienne responsable des archives techniques au Service historique de la Défense.

Haut de page

Droits d’auteur

© Revue historique des armées

Haut de page
  • Logo Service historique de la Défense
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org